2010-11-27 cret de chalam

Commentaires

Transcription

2010-11-27 cret de chalam
Samedi 28 novembre 06h30, dans une démarche probablement
prévisionnelle, nous partageons dès 06h30 un deuxième petit déjeuner chez
Christian.
LELEX nous accueille 2h00 plus tard vêtue de son premier manteau de neiges
hivernales.
Les raquettes ont de toute évidence perdues leur caractère optionnel.
Les cours d’orientation prodigués 2 jours plus tôt à la salle de la buanderie
permettent une montée sans problème en direction du Truchet
Le niveau faible du mercure et la vitesse du vent laissent rapidement
présager une préférence des 11 CAFistes pour les couverts boisés longeant
en lisière des clairières à la fois muettes et tourmentées.
L’arrivée aux trois cheminées dans un univers quelque peu venté, nous fait opter,
afin de se restaurer, pour une vieille ferme aux vastes auvents évasés ne sentant ni le
suint, ni la suie, ayant troquées son grenier fort de tavaillons bardé, pour un étage en
rénovation. Sans réservation ni plus de concertation, nous le retiendrons pour notre
restauration.
Les gants par le craquant adopté durant le déjeuner, ont, donné à chacun un aperçu de la
température sous abri.
Le démarrage à découvert, vent de face donne au groupe, pour gagner en température un
rythme soutenu.
Privilégiant à nouveau le boisé cotonneux, laissant de coté la Grande Molune, le GPS nous
guide dans ce ciel voilé au delà des murets et des barbelets , les mouilles traversées La
Dalue est rapidement en vue.
Le gite, se présente perché, la vieille chienne qui par ses aboiements nous accueille, campe
devant nous à cette heure en sentinelle venant du fond des âges.
Par les récompenses du guide du routard au fil des années affichées et renouvelées, nous
pensons trouver en cet endroit, l'expression vraie, achevée, des sensations sourdes qui
animent les soirées montagnardes. Du firmament quelques étoiles sont depuis 88 tombées.
Ambiance chaleureuse, rire, humour, et chocolats partagés ont à la fondue hauteur
apportée
Au regard de la pérennité sublimée, de ces paysages jurassiens voilés, rapidement le
sommeil fut trouvé
Après un petit déj bienvenu et une nuit réparatrice, c’est une température
nettement moins froide que l’accueil de l’hôtesse, qui nous attend au sortir du
vestiaire. Sous un ciel gris mais sans neige, nous partons plein sud à la
rencontre du soleil. Magnifiques vues sur des paysages typiques de notre
Haut- Jura, des combes enneigées aux sapins plâtrés, des superbes vieilles
fermes, fleurons de notre patrimoine paysan, chacun se régale et tout cela
rend nos pas légers ce qui tombe bien eu égard aux 50 cm de neige fraiche.
Nous nous relayons à la trace comme la veille. Après quelques péripéties
d’itinéraire nous attaquons le crêt de Chalam par le nord ouest et une pente
sévère qui en a fait transpirer plus d’uns. Très jolis coups d’œil sur les monts
Jura et de belles déferlantes de nuages. Le soleil se fait complice de cette
belle ambiance, mais trop vite relayé par un voile cotonneux. Après une longue
traversée qui nous fait remonter vers le nord, nous redescendons en direction
de la Valserine amputés de quelques unités qui rejoignent Chézery et un espoir
de retour en voiture, pendant que le gros de la troupe (pas de réflexion dans
les rangs svp) rejoint Lélex le long d’une Valserine aux eaux limpides frangées
de neige. Arrivée à 18h aux voitures à la frontale après 9h de randonnée
sportive.
Un bien beau et bon weekend dans un cadre de carte postale, le tout
enveloppé d’un climat chaleureux et de fous rires qui ont remplacé les
beefsteaks que nous n’avons pas eu dans nos assiettes.

Documents pareils