bolatre stéphane - COLLEGE LEON GAMBETTA

Commentaires

Transcription

bolatre stéphane - COLLEGE LEON GAMBETTA
BOLATRE Stéphane - Académie de Dijon
novembre 04
La Draisienne - 1817
Le 12 juillet 1817, un allemand de 32 ans, Karl von Drais (garde forestier à la cour Baden) assis à
califourchon sur une poutre en bois reliant deux roues parcourt avec sa machine 14,4 km en une heure
par action de ses pieds sur le sol. Utilisée pour s’amuser dans les allées des châteaux, la Laufmaschine
ou Draisienne était poussée par la force des pieds, il était possible de diriger l’engin au prix de
nombreux efforts grâce a sa barre de direction. Karl Von Drais essaya bien de commercialiser son
invention mais tournée en ridicule son commerce périclita.
Entièrement fait de bois, la draisienne repose sur des roues à rayons « Rais » qui travaillent à la
compression (se sont les rayons du bas qui travaillent ).
En Angleterre la Draisienne connue un meilleur succès, Johnson développa selon les plan de Drais une
draisienne améliorée, le « Hobbyhorse » , vite critiqué pour le manque de sécurité (pas de freinage
dans les descentes) , le manque de confort (trop de vibrations) la position et les mouvements nécessaires
pour faire avancer ou tourner l’engin ont causés pas mal d’hernies, sans compter la saleté accumulée sur
les chaussures.
BOLATRE Stéphane - Académie de Dijon
novembre 04
Vélocipède - 1861
Paris, mars 1861 : un chapelier apporte à Pierre Michaux, serrurier, une draisienne à la roue avant
défaillante pour réparation. L'un de ses fils Ernest l'essaye et se plaint du désagrément qu'il éprouve une
fois lancé pour garder les jambes levées. Pierre suggère alors de poser des repose-pieds, ou plutôt "un
axe coudé dans le moyeu de la roue" qui le fera "tourner comme une meule". Ainsi une invention simple
mais primordiale vit le jour : la pédale. Le vélocipède est né (véloce=rapide, pède=pied)
Equipé d’un cadre en fer qui se réunissait à l’arrière sous forme d’une fourche, Pierre Michaux inséra à
sa machine un système de freinage par frottement, un sabot de fer actionné par un système à palonnier. Il
trouva aussi une solutions aux problèmes de vibrations en positionnant la selle sur un bras ressort, celle
ci pouvant naviguer sur ce bras permettant ainsi le réglage selon la taille des jambes. En 1965 il se
produisait 400 vélocipèdes par an, en 1969 il employait 500 ouvriers et produisait 200 modèles par jour,
cependant en raison de la guerre Franco-allemande les affaires baissèrent et c’est en Angleterre que
l’évolution du vélo se poursuivait.
BOLATRE Stéphane - Académie de Dijon
novembre 04
Bicycle, Grand bi ou Ordinary - 1870
L’Angleterre était réputé pour son climat sportif et compétitif, pour gagner en vitesse il n’y avait d’autre
solution, en raison des pédales sur l’axe de la roue avant, que d’augmenter le diamètre de cette roue
motrice pour accroître la distance parcourue à chaque coup de pédale.
Vers 1875, le français Jules Truffault allégea jantes et fourches en les fabricant creuses à partir d'un
stock déclassé de fourreaux de sabre et construisit une machine en remplaçant les lourds rayons en bois
par des rayons métalliques en tension. L’« Ariel » fut le premier bicycle tout en fer, destinée à des
jeunes hommes athlétiques et riches, le grand bi était un moyen de se montrer et de parader dans les rues
des villes. Le grand bi devient plus maniable grâce à l’utilisation du roulement à billes, inventé
quelques temps avant (1869).
En 1881, le grand bi pèse pour les modèles de course 10 à 11 kilogrammes !
Cependant, l'hypertrophie de la roue avant (on arrivera à des roues de 3 mètres de diamètre !) pose des
problèmes de sécurité.
On essaya par diverses procédés d’améliorer la maniabilité de cet engin en ajoutant au pédales des
leviers créant un mouvement elliptiques et permettant ainsi de déplacer la selle plus vers l’arrière pour
abaisser le centre de gravité.
Le grande innovation du Bicycle restera la construction des roues métalliques, en effet les rayons
métalliques doivent être tendus pour assurer le maintien de l’ensemble, à l’inverse des rayons de bois, ici
ils travaillent à la traction (se sont les rayons du hauts qui travaillent).
BOLATRE Stéphane - Académie de Dijon
novembre 04
Bicyclette - 1880
En 1979 le brevet de la bicyclette fut déposé par H.J Lawson, le premier
vélo à transmission par chaîne ne connut malheureusement pas un grand
succès en raison de son esthétique.
En 1884, John K.Straley et W.Sutton présentèrent une nouvelle conception
avec une chaîne reliée à la roue arrière. Cette machine portait le nom de
"Rover", la nouveauté résidait dans le fait d'avoir un support en forme de
fourche supportant la selle. Pour lancer leur modèle Starley et Sutton
confronta leur engin au "Kangeroo", la Rover l'emporta.
Malgré l'émergence de ces types de bicyclettes, beaucoup de gens restaient
persuadés qu'elle ne supplanteraient jamais le Grand Bi. Les problèmes de
boue sur les pieds, de perte de puissance a cause de la chaîne et surtout les vibrations sur la roue arrière
n'ont fait que renforcer cette idée.
En 1888, la plupart des bicyclettes étaient équipées de mécanismes anti-vibrations, les structures étaient
construites avec plusieurs charnières plutôt que des connections rigides et des ressorts étaient installés un
peu partout. Malheureusement la plupart de ces mécanismes étaient peu fiables ni durables.
Un autre problème de l’ époque concernait la structure du vélo. Structure en croix ou en diamant, c’est
cette deuxième forme qui eut le plus de succès, jusqu’à l’apparition des structures triangulaires vers
1890, le vélo moderne est née.
Structure en diamant
Structure en croix
Structure triangulaire
En 1891, Charles Terront est vainqueur de la première grande course
classique Paris Brest Paris sans étape. Il s'impose sur une bicyclette montée
avec des prototypes Michelin: les premiers pneumatiques démontables.
Mais la véritable révolution avait déjà eu lieu, quelques années auparavant
en 1888, quand le vétérinaire écossais Dunlop avait inventé le "tube creux
de caoutchouc gonflé d'air" à la place d'un bandage plein jusqu'alors en
vigueur, c’est le premier pneumatique.
Dès l'exposition internationale de vélocipèdes de 1869, des systèmes
étaient mis en place pour permettre le changement de vitesse, Vélo à deux Premier vélo de course avec
pneumatique
chaînes, 3 vitesses dont 2 par rétropédalage….
En 1911 pour la première fois, le Tour de France franchit les cols des Alpes, le Stéphanois Panel
expérimente à cette occasion un changement de vitesse par dérailleur sur le vélo le "Chemineau".
Celui-ci fut inventé quelques années auparavant en 1889, il fut ensuite interdit par Henri Desgrange sur
le Tour jusqu'en 1937.
Une multitude de petites innovations vont ensuite permettre de poursuivre l’évolution de la bicyclette,
dont la roue libre (1898) qui n'oblige plus le cycliste à pédaler en permanence, y compris dans les
descentes. Vitesses, roue libre, confort, faire du vélo n’est plus que l’affaire de sportif, la bicyclette
devient alors du début du siècle jusqu'aux années 50, un moyen de locomotion bon marché très répandu
dans le monde ouvrier. Il est resté avec le vélomoteur, un moyen de locomotion privilégié des milieux
populaires dans les pays en voie de développement (Chine, Viet Nam ...). Dans certains pays
occidentaux (Hollande , Allemagne), un fort courant écologiste ainsi que le relief peu accidenté des
BOLATRE Stéphane - Académie de Dijon
novembre 04
Le VTT - 1973
Difficile de savoir quand et comment a commencé l'histoire du VTT. Il suffit
de sortir des sentiers battus avec son vélo pour dire "j'ai inventé le VTT". On
a retrouvé des photos de "vététistes" qui remontent aux années 1950, et pas
plus loin qu'ici, en France, dans la banlieue de Paris.
On attribue cependant la paternité du VTT aux californiens Tom Ritchey, Gary Fisher, Jopts Brandt,
Charles Kelly et Joe Breeze qui ont quitté le goudron pour la terre en 1972
avec leurs vélos de route. Cette bande de hippies se lançaient dans des
descentes dans les montagnes de Californie sur le comté de Marin (d'où la
célèbre marque). Les premiers vélos construits par le Marin Country
étaient très lourds et juste bons pour la descente (près de 30 kg). Le
principe est simple : on utilise de vieux Schwinn Excelsior, ces vélos à
gros pneus, une seule vitesse, guidon relevé et freins à tambour, que l'on
monte en pick-up jusqu'en haut de la colline; puis on se tire la bourre dans
les descentes du mont Tamalpais.
Malheureusement, le matériel ne suit pas : les casses sont fréquentes et surtout la graisse des freins à
tambour fond avec le freinage intensif des pilotes. Il faut alors recharger de graisse le système de
freinage, parfois en cours de descente. Les pilotes ne sont pas réellement des sportifs. Ils font ça pour le
fun et les sensations, et portent d'ailleurs des jeans, bottes et
gants de cuirs pour se protéger des chutes.
Chacun y va de son amélioration personnelle sur des vélos qui
sont parfois de sacrés antiquités, ne les appelait-on pas
"Clunkers" en référence au bruit de casseroles qu'ils faisaient
dans ces descentes infernales.
Gary Fisher est un des premiers à introduire les dérailleurs sur
ces vélos tout-terrains. Pendant ce temps, Joe Breeze contruit
ce qu'on pourra réellement appeler le premier VTT, vélo conçu
Breezer—1977
pour la pratique tout-terrain en montagne : c'est le fameux
Breezer et nous sommes en 1977.
Jusqu'au début des années 80, on peut dire que le VTT reste l'activité d'un microcosme d'allumés. Il faut
attendre 1981 pour voir les premières expositions de VTT dans des salons de cycles en Californie. C'est
l'année de présentation du fameux Specialized Stumpjumper, le premier VTT à être commercialisé.
Puis c'est au tour des géants japonais d'entrer dans la danse : Suntour et Shimano s'intéressent au VTT et
proposent les premiers accessoires et équipements. Nous quittons alors le domaine confidentiel de la
production artisanale pour entrer dans l'industrialisation.
En France, le premier VTT est ramené du Canada en 1983, commercialisé sous la marque Peugeot. Cette
même année a lieu la première épreuve de VTT en France, le Roc d'Azur qui réunit 7 participants,
aujourd’hui on en compte environ 10 000! Le premier VTT fabriqué en France reste le MBK Ranger,
sorti des chaînes en 1985. Il se distinguait du vélo de route par son guidon droit, ses grosses roues et son
cadre en acier plus solide, son poids avoisinait les 16 kilos.
Des vélos complètement rigides en acier qu’ils étaient, ils se sont rapidement transformés suite aux
multiples innovations technologiques pour devenir les montures hyper spécialisées que nous connaissons
maintenant. Les innovations les plus marquantes pour l’avancement du sport ont sans doute été les
systèmes de changement de vitesses indexés (1988), les pédales à déclanche rapides (1989), les fourches
à suspensions,(1989), les Freins à disque en 1994 puis les V-brakes en 1996, la technologie des cadres a
suspension arrière avec l’apparition des premiers VTT tout suspendu dans le compétitions de descente
en 1990. À partir de là, les innovations technologiques ont plutôt porté sur l’amélioration des
technologies existantes : réduction du poids grâce à de nouveaux matériaux, meilleures gommes pour les
pneus, meilleures performances des suspensions, élaboration de stratégies diverses pour améliorer les
caractéristiques de pédalage des vélos, etc...
BOLATRE Stéphane - Académie de Dijon
novembre 04
Le BMX - 1976
Il paraît que la naissance du BMX (Bicycle Moto Cross, le X symbolisant une croix, Cross en
anglais), date de 1976, mais on n'en est pas certain... Ce sont des pilotes de Moto-Cross Californiens qui
inventent le B.M.X pour leurs enfants, trop jeunes pour rouler à moto. Au départ le BMX est donc une
Moto Cross (MX) sans moteur, donc un Bicycle MotoCross, bref un BMX.
En Europe, les premiers à poser leurs fesses sur un BMX sont ceux qui ont de la famille ou des
amis aux Etats-Unis. Mais les magasins de sport ne tardent pas à importer des BMX par cargos et
chaque vitrine en présente un exemplaire.
Le boom du skateboard durant les années 70, est suivi par un nouveau phénomène de mode
chez les ados des années 80 : le BMX, appelé aussi BICROSS.
En France, l'histoire du BMX commence en 1978 avec le retour des États-Unis d'un journaliste
de moto-cross. La même année, un industriel se lance dans la production de vélos de BMX et crée la
fédération française de bicrossing. 1979 est l'année des petites courses en préambule d'épreuves de motocross et la première course à caractère international et 100 % bicross est organisée en 1980 à Beaune.
En 1981, l'association française de bicrossing est crée. Ce sport est en pleine évolution et le
BICROSS devient un phénomène de mode qui commence à intéresser constructeurs, importateurs et
médias. Le Freestyle qui est sans conteste la partie la plus spectaculaire du BMX prend de plus en plus
d'ampleur, se structure en se démarquant de la Race. Dès 1982 on assiste aux premières compétitions
100% BMX Freestyle notamment au Circuit Carole.Le Freestyle se développe de façon spectaculaire
autour du circuit de compétition de la FNA (Freestyle national Association) puis de l'AFF (Association
française de freestyle) et ceci jusqu'en 1990.
Le BMX atteint son apogée en 1987 avec environ 13000 licenciés et plus de 400 clubs. 1990 est
l'année de l'intégration de la race au sein de la fédération française de cyclisme avec la création de la
commission bicross qui marque la fin de l'AFB. Le Freestyle rejoint la fédération française de cyclisme
en 1993 avec la création d'une commission Freestyle qui marque la fin de l'AFF.
Au début des années 1990, on observe un ralentissement de l'activité BMX lié notamment au
développement du VTT. C'est le creux de la vague du BMX jusqu'à la fin 1996. Bien que préjudiciable,
cette traversée du désert a permis de faire évoluer ce sport. En effet, durant toute cette période, seuls les
vrais passionnés ont continué à pratiquer et ont fait mûrir le Freestyle, tant du point de vue des figures et
de la scène BMX que des relations avec les médias et les sponsors. Ce sont donc des pratiquants
surentraînés et de plus en plus professionnels qui assistent depuis 4 ans à une reprise très dynamique de
leur sport.
LE MATÉRIEL
Le matériel utilisé est un vélo muni de roues de 20 pouces (environ 50 cm de diamètre), de
repose-pieds encore appelés pegs (tubes métalliques vissés ou soudés au niveau des axes de la roue avant
et arrière pour y prendre appuis). Le vélo de BMX est aussi doté d'un système de freinage spécial
nommé rotor, permettant de tourner indéfiniment le guidon sans que les câbles s'enroulent.
BOLATRE Stéphane - Académie de Dijon
novembre 04
Spécialized- Stumpjumper - 1981
Le premier VTT produit en série, présenté
en 1981 et disponible en 1982 dans les
concessions.
Son cadre, sa géométrie particulière et son
équipement issus de la route et plus ou
moins adapté au VTT ont fait de ce vélo
vendu à des dizaines de milliers
d’exemplaires une véritable légende. Son
nom est d’ailleurs toujours disponible dans
le catalogue Spécialized.
Caractéristiques:
Cadre: Acier CrMo
Transmission: Pédalier TA acier
(26/36/46), Cassette 6 Vitesses
Commandes et dérailleurs: Suntour
Freins: Cantilever Mafac
Pneus: 26X2.0
BOLATRE Stéphane - Académie de Dijon
novembre 04
Q-Bikes - C2H2 - 2002
Caractéristiques:
Cadre: Aluminium 6063 Alpha Tubing / Carbon
Forme Sloping
Fourche: Manitou Skareb Comp 80mm Huile+ressort Levier de blocage
Transmission: Pédalier Truvativ Firex Isis, Cassette 9 Vitesses Shimano XT,
Dérailleurs avant Shimano Déore, Dérailleurs avant Shimano XT
Manettes: Shimano Rapidfire XT
Freins: Disque Hydraulique Magura Louise
Selle: Vélo
Jantes: Mavic 3.1 UST (Tubeless)
Pneus: Michelin Python 26X2.0
Pédales:
Poids: 11,5 kgs
BOLATRE Stéphane - Académie de Dijon
novembre 04
Prototype Celcius Renault
Caractéristiques:
Cadre: Carbone, structure en Y avec mono bras oscillant
Fourche: Mono bras carbone, 80 à 100mm, réglage électronique au guidon
Suspension arrière: amortisseur SID, système à monopivot
Transmission: Pédalier FSA Carbon pro, Cassette 9 Vitesses Shimano XTR, Dérailleurs
Shimano XTR
Manettes: Shimano XTR Dual control
Freins: à Disques Hope M4,4 pistons, disques carbone
Selle: Italia SLR Titane
Pédales: auto Look 4x4
Jantes: à bâtons Carbone/alu
Pneus: Michelin Tubeless Comp S 26X2.0
Poids: - de 11 kgs
BOLATRE Stéphane - Académie de Dijon
novembre 04
La transmission
Transmission
La
Transmission par chaîne - 1880
La Chaîne à maillons
Le système pédalier/chaîne/pignon permet
de transmettre l'effort humain à la roue arrière
et non plus à la roue avant qui peut ainsi plus
facilement remplir sa fonction directionnelle.
En jouant sur les tailles relatives du pignon et
du pédalier, on n'a plus besoin d' entraîner une
grande roue pour rouler rapidement.
Un grand braquet 44/11 permet en un tour de
pédale de faire 4 tours de roue. A l’inverse
avec un petit braquet de 22/32 en un tour de
pédale la roue n’aura fait qu’environ que les
2/3 tiers d’un tour.
Le braquet s’exprime aussi en termes de
développement, c’est a dire la distance
parcourue en 1 tour de pédale.
Pour un braquet de 44/11, avec des roues de VTT de 26 pouces le développement sera d’environ de
8m40 alors qu’avec un braquet de 22/32 il sera de 1m40.
La Chaîne reste l’élément le plus vulnérable du vélo. Elle subit des efforts considérable, et il n’est pas
rare que celle ci cède ou que des maillons vrillent suite a un gros effort ou à un croisement de chaîne.
Beaucoup ont donc tenté de la remplacer.
Transmission par pignons - 1897
Une roue intermédiaire transmet le mouvement
de la roue du pignon du pédalier à la roue dentée
du moyeu de la roue motrice. Cette roue de
transmission, grâce au galet dont est muni son
pourtour, réduit autant que possible le travail
absorbé.
La disposition des tubes, maintenant l'axe de la
roue intermédiaire, dont le moyeu est à billes,
assure une grande rigidité à cette partie du cadre
et évite les coincements des organes moteurs.
BOLATRE Stéphane - Académie de Dijon
novembre 04
Transmission par cardan - 1899
Type de bicyclette appelé "acatène ", c'est à dire sans chaîne. Les
acatènes eurent leur heure de gloire. Le coureur Gaston RIVIERE
gagna BORDEAUX-PARIS sur un acatène MÉTROPOLE en 1897 &
1898. Cependant ces transmissions étaient délicates, coûteuses et ne
comportaient pas de roue libre.
Cette technologie est toujours utilisé, certains constructeurs y croient
toujours. Relativement efficace puisque la perte de puissance de la
transmission est 2 fois moins importante qu’avec un système à
chaîne, il ne nécessite aucun entretien mais il reste cependant lourd,
et ne propose que 7 vitesses.
Transmission intégrée- 1934
l’idée n’est pas nouvelle! Dès 1934 la compagnie Adler offrait déjà un
moyeu arrière à 3 vitesses et beaucoup plus tard, Shimano
offrait leur système NEXUS à 7 vitesses, que l’on peut
désormais trouver monté sur des vélo de ville. Bien que le
NEXUS n’était pas vraiment approprié pour les endurer les
abus occasionnés par la pratique de la descente, les compagnies GT et BCD ont
fabriqué quelques prototypes avec ce système en 1997.
En 1994, KESTREL avait aussi dévoilé un prototype de cadre double-suspension
avec une boite de vitesse dans le cadre.
Le premier vrai effort pour offrir un système de boite de vitesse interne suffisamment robuste est venu
d’Allemagne par la compagnie Rohloff. C’est en 1996 qu’ils ont commencé à tester
leurs premiers prototypes de “Speedhub”, un moyeu arrière comprenant une boite
de vitesse interne de 14 vitesses, permettant ainsi une plage de rapports comparable
à un vélo équipé de trois plateaux à l’avant et d’une cassette à l’arrière. Le
Speedhub est disponible comme produit commercial depuis 1999. Les avantages
d’un tel système sont multiples : système scellé opérant dans un bain d’huile
requérant peu d’entretien, large plage de vitesse, possibilité de changer de vitesse
sans pédaler. Il a cependant un désavantage majeur : Il augmente sensiblement la masse non suspendue
s’il est placé sur un vélo à double suspension, ce qui peut occasionner une baisse de performance pour
l’absorption des irrégularités du terrain.
C’est précisément pour cette raison qu’une autre compagnie allemande, Nicolai,
a eu l’idée d’utiliser un moyeu Rohloff modifié de manière à pouvoir être
monté sur le cadre du vélo. Ainsi, ils arrivent à obtenir
une faible masse non-suspendue à l’arrière, tout en
conservant les avantages du système Rohloff.
Dans le but de standardiser la technologie des transmissions internes pour les
vélos de montagne, le consortium G-BOXX a récemment vu le jour. Celui-ci
consiste depuis 2002 à mettre au point un nouveau standard international de
boite de vitesses interne disponible à tous les constructeurs.
BOLATRE Stéphane - Académie de Dijon
novembre 04
Le changement de vitesse
Vélo avec boite à vitesses dans le pédalier
Vélo à 2 chaînes
Vélo à 2 chaînes, 3 vitesses dont 2 par
rétropédalage
Roue arrière à 2 pignons, un pour le plat,
l’autre pour les montées
Le « Chemineau », le premier vélo avec
dérailleur - 1911
BOLATRE Stéphane - Académie de Dijon
novembre 04
Le dérailleur - 1889
Il a deux fonctions, déplacer la chaîne
d’un pignon à l’autre et maintenir la
chaîne tendue. Il permet en changeant
de plateau ou de pignon (par
déplacement de la chaîne), d'adapter
l'effort de l'utilisateur au profil de la
route. Plus le développement est grand
(distance parcourue pour 1 tour de
pédalier), plus il est possible d'augmenter la vitesse
sur le plat. Mais dès que des résistances diverses se
présentent (côte, vent, accélération au démarrage),
plus l'effort à exercer sur les pédales est important;
l'utilisateur peut alors choisir un développement plus
petit lui permettant une vitesse certes plus réduite,
mais demandant un effort moins important.
La roue libre - 1898
Le corps de roue libre est invisible une fois monté, situé
au cœur des pignons il est cependant un des accessoires
les plus important, c'est lui qui évite la rotation continue
de la transmission permettant ainsi au cycliste de ne pas
pédaler tout le temps.
Lorsque le cycliste appuie sur le pédales , la chaîne
va entraîner les pignons dans le sens des aiguilles d'une
montre, dans ce cas les cliquets vont se bloquer contre
les rochets, l'ensemble est solidaire, les pignons vont
entraîner l'axe de la roue.
Lorsque l'on arrête le pédalage, l'axe de la roue
ainsi que la partie interne du corps de roue libre vont
toujours tourner dans le sens des aiguilles d'une montre,
les cliquets échappent sous les rochets, les pignons ne
sont plus solidaires de la roue, elle est en "roue libre".
BOLATRE Stéphane - Académie de Dijon
novembre 04
Le Freinage
Par Friction: Simple frottement d'une plaque
métallique sur le pneu
Par rétro-pédalage: Pour freiner, il suffit de pédaler en
arrière.
Freinage à tambour.
Abandonné sur les cycles de nos jours, il est toujours
utilisé sur le train arrière des voitures.
Ci-contre et dessous, deux mâchoires viennent
frotter de part et d'autre de la jante.
Les cantilevers: C'est l'ancien système de
freinage développé chez Shimano, il a
quasiment disparu du marché car ils
étaient difficiles à ajuster.
Les V-Brakes( 1996): Développé par
Shimano, c'est le système de freins le plus
utilisé.
Très puissant, il est encore le système le
plus utilisé chez les compétiteurs en cross
country.
Le Magura HS33: C'est un frein à patins
à commande hydraulique 25% plus
puissant que les V-Brakes. On retrouve les
avantages du système hydraulique,
souplesse et progressivité. Utilisé
essentiellement en Trial.
Les freins à disques (1994): Désormais
proposés sur beaucoup de modèle, ils
peuvent être mécaniques ou hydrauliques,
posséder un, deux ou quatre pistons.
Le réglage est assez délicat sur beaucoup
de modèle, les plaquettes de freins pas
toujours évidentes à changer, de plus ils
nécessitent un moyeu de roue spécifique.
BOLATRE Stéphane - Académie de Dijon
novembre 04
Représentation
Nom
Caractéristiques
Le premier 2 1885, dès l’invention de la machine à vapeur,
roues motorisé le vélocypède fut équipé d’un moteur avec
transmission par courroie.
Tricycle
Destiné a l’origine pour les femmes, le
tricycle a évolué au cours du temps, sa
technologie est toujours utilisé pour les jouets
pour enfants.
Après la 1ere guerre mondiale, c’est l’ere de
la moto, le cadre de la bicyclette a légèrement
Motocyclette
été modifiée pour pouvoir faire tenir le
moteur.
Solex
En 1940 apparut le premier solex, un moteur
entraîne des galets qui par frottement sur la
roue vont permettre de faciliter le pédalage. Il
n’est plus fabriquée en France depuis 1988
mais on le trouve encore dans certains pays
(chine…)
Tandem
Plusieurs vélo permettant de rouler à
plusieurs ont été réalisés, c’est le modèle
biplace qui a connu un succès commercial.
Il est toujours pratiqué en compétition VTT.
Rowbike
Le vélo-rameur est commercialisé depuis
1998, c’est la traction sur le guidon qui
propulse l’engin.
Vélo
électrique
Un prototype MBK pour pédaler sans efforts.
Un servo-commande permet de doser
l’energie d’appoint fournit par le moteur.
Sans roues, ce vélo d’appartement est très
utilisé dans les salles de sport. Equipé d’un
Home traîner ordinateur de bord, il mesure la fréquence
cardiaque, le kilométrage virtuel effectué , les
calories brulées….
Snowscoot
Les ports de glisse étant à la mode, ce nouvel
engin dévale désormais les pentes enneigées
dans les stations de ski à la mode.