Echange Culturelle

Commentaires

Transcription

Echange Culturelle
Mé: No 2
Octobre 2010
ECHANGE CULTUREL
1 | MONécrivain
Mé: No 2
Octobre 2010
Éditorial
Egnaché Lerutluc | Echange Culturel
A. L. Williams, Rédacteur en chef
Inévitable ; tout à fait nécessaire ; dangereux pour les
cultures fragiles (peu attirantes, petites)… Voici
quelques idées provoquées par la diffusion de pratiques
culturelles de hors de son lieu d’origine. Le mouvement
d’une personne de son pays vers un autre est beaucoup
plus compliqué qu’on ne pense ; voyager de sa patrie,
disons de la Jamaïque, en Colombie pour passer une
semaine de vacances à Carthagène implique une
rencontre forcée de deux modes de vie : le jamaïcain et
le colombien. Pendant la dite semaine, on apprendra
(peu importe combien) comment vit-on là-bas ;
simultanément on transmettra quelques aspects de la
culture jamaïquaine.
Depuis son premier jour, l’Université des West Indies a
facilité de telles rencontres entre les cultures
caribéennes ; et au fil des années d’autres accords avec
des universités hors de la Caraïbe ont enrichi et
diversifié le phénomène. Pendant les grandes vacances,
différents programmes universitaires ont permis aux
étudiants inscrits à Mona de passer quelques jours ou
quelques semaines dans un autre pays ; certains sont
allés participer au Onzième Festival de Théâtre Inter
Campus de Langues Étrangères sur le campus de St.
Augustine à Trinité ; d’autres faisaient partie d’un
programme d’échange avec l’Université du Nord à
Barranquilla en Colombie ; il y avait aussi des membres
de l’UWISTAT (l’UWI Aujourd’hui Etudiant Demain
Ancien Etudiant) qui sont allés prendre part aux
conférences internationales à travers le monde en tant
que représentants de l’UWI et surtout de la Jamaïque.
Dans ce numéro de MONécrivain Magazine, nous
rendons hommage à l’UWI, à Mona ; nous célébrons ses
efforts qui continuent de porter leurs fruits. Grâce à de
telles initiatives, un diplomé de l’UWI est en fait
qualifié au niveau international, préparé pour affronter
et vaincre des défis locaux ou globaux.
2 | MONécrivain
Contacts pour prendre part à un échange
 Department of Modern Languages and
Literatures, Uwi, Mona
 International Students Office (ISO)
 The Latin American Caribbean Centre (LACC)
SOMMAIRE
Egnaché Lerutluc | Echange Culturel 2
Attirer l’attention du monde
3
« Waka Waka » en Colombie
4
Encore une fois !
5
Exprimez-vous : Le mirage
6
Mots croisés
7
Octobre 2010
Attirer l’attention du monde
Dès son arrivée en Russie, tout le monde regarde
Charles : on voudrait bien le toucher. La supplique
des inconnus : « une photo s’il vous plait ? »
Célèbre, non ?
Ci-dessous, il nous raconte tout.
A partir du moment où j’ai mis les pieds dans l’avion,
j’ai su que je sortais indéniablement du lot: moi et mes
deux camarades étions les trois seules personnes noires
sur le vol !
En approchant de l’officier
des douanes, j’étais nerveux
car il était très sérieux en me
demandant ce que je venais
faire en Russie. J’ai pensé qu’il
faisait simplement son travail,
et qu’il prenait cette tâche
tellement au sérieux qu’il ne
souriait pas ; mais lorsque j’ai
quitté
la
section
de
Ah ! Les russes sourient en fait.
l’immigration et que j’ai mis
les pieds dans ce pays totalement nouveau pour moi, j’ai
réalisé que quasiment tout le monde réagissait de la
même façon et n’esquissait jamais un sourire. La quasitotalité des personnes que je croisais alors me fixait sans
décrocher un mot, me rappelant à chaque instant la
couleur de ma peau.
En plus, j’ai su que j’étais dans un pays bizarre lorsque
j’ai atterri à Moscou à 20h00 et que j’ai dû protéger mes
yeux du soleil qui m’éblouissait encore à cette heure-là.
Les jours suivants furent beaucoup moins tendus,
surtout lorsque j’ai rencontré les organisateurs du camp
3 | MONécrivain
Mé: No 2
qui
me
saluèrent
d’un sourire,
en
supplément
de ceux que
j’avais reçus
de la part des
autres
Oui ! Voilà la Jamaïque !
participants, originaires du monde entier. Une fois
arrivé au camp, je me suis déjà senti un peu plus comme
à la maison, car les russes que j’ai rencontrés là-bas
avaient de larges sourires et étaient plus que ravis de
rencontrer un jamaïcain en chair et en os. La couleur
de ma peau et la texture de mes cheveux ont aussi
éveillé l’intérêt des autres participants, et on me
demandait constamment d’être sur toutes les photos.
Dans la section spécifique du camp où j’étais placé, je me
suis senti totalement chez moi, avec des participants
d’Inde, d’Azerbaïdjan, d’Australie, d’Egypte et de
Russie, le pays hôte, qui étaient très accueillants et
sympathiques. A part la couleur de
peau et le langage, les différentes
méthodes de préparation des plats et
la nourriture elle-même, loin de ce à
quoi j’étais habitué, me rappelaient
aussi la distance qui me séparait de
chez
moi.
Quitter le camp Seliger fut difficile et
triste, car je m’étais beaucoup
rapproché des autres participants qui
étaient devenus comme ma famille au fil du séjour. Le
soir de mon départ fut le plus triste, tout du moins au
vu de toutes les larmes qui coulaient sur les joues de
certains de mes amis alors qu’ils me regardaient monter
dans le bus qui allait m’emporter au loin, ne laissant
derrière lui que des souvenirs heureux.
En fin de compte, ça a été une expérience fantastique, et
j’accepterais très volontiers une autre invitation à
m’aventurer une fois de plus à un voyage de 13 heures
vers ce pays qui m’a tant appris en 10 petits jours.
--C.BALL
Mé: No 2
Octobre 2010
« Waka Waka » en Colombie
régit leur pays, elle est inscrite au plus profond de leur
esprit et au cœur de leur façon de voir la vie.
–R MANNING
Danser sur la chanson de Shakira à Barranquilla,
son lieu de naissance…quel rêve ! Racine l’a vécu
l’été passé : elle décrit son séjour.
Racine et des amis dansent sur la musique folk colombienne
La Colombie est historiquement aussi fascinante que
belle. Les multiples facettes de son histoire ont conduit
à forger une culture intéressante et unique que ses
habitants perpétuent malgré les évolutions.
En tant que personnes, les colombiens sont très
accueillants et avides de partager leur culture. Ils ne
L’Équipe
Antwain Williams
Rohan Wright
N-Z Fabert
(Consultant en
Langue)
Nos écrivains
Charles Ball
Lorenzo Lynch
On mange avec les yeux … c’est plein de saveur, non ?!
ratent jamais une occasion de rire et de profiter d’un
bon repas, et la moindre occasion est bonne pour
danser ! En effet, « los colombianos » regorgent de
talent lorsqu’il s’agit d’exprimer n’importe quelle
émotion à travers la danse ; ils expriment leur
inspiration à travers chaque note de musique. Ce sont
des gens très extravertis qui montrent un grand
enthousiasme pour la vie, et envers les autres en
général, qu’on en viendrait presque à les envier. Leur
liberté va plus loin que le système démocratique qui
4 | MONécrivain
Racine Manning
Glenroy Smith
ENVOYEZ-NOUS VOS COMMENTAIRES
[email protected]
Mé: No 2
Octobre 2010
Encore une fois!
Avec l'arrivée des « Bajans », nous savions que cela
aurait été super ! J'ai apprécié chaque jour avec les
Bajans et nos guides trinidadiens ont été fantastiques.
Sous la pluie avec les Bajans
Malheureusement, le festival s’est bien vite terminé et il
fut temps pour les Bajans de rentrer chez eux. J’ai
détesté les voir partir. C'était comme s’il manquait
quelque chose à l’intérieur et rien n'était plus pareil.
Mais, heureusement, j'avais des amis qui étaient là pour
moi. Ensuite, il fut temps de rejoindre les
Jamaïcains avec lesquels je n’avais passé que quelques
moments chaque jours. Mdr !
Lorezno (à gauche) et des amis de la Trinité et de la Barbade
Quel voyage ! Une semaine inoubliable à St.
Augustine. Lorenzo est allé au festival de théâtre
pour un rôle dans une pièce ; mais enfin, il a
rencontré des amis chouettes.
Tout a commencé quand Patricia, mon professeur de
portugais, a éveillé mon intérêt pour participer à la
pièce de théâtre de portugais pour le 11e Festival InterCampus de théâtre qui était prévue pour mai 2010 à la
Trinité. J’étais très enthousiasmé ; il me tardait d’y être.
Le samedi est finalement arrivé, où nous sommes partis
pour la Trinité. Mais avant d'arriver à la Trinité, nous
avons dû faire escale au Panama : c'était un vol avec
escale. Le Panama était super ; le panorama,
splendide! Mais sous peu, le dimanche arriva, et nous
avons dû partir. A notre arrivée à la Trinité, je savais
que ça allait être amusant. Nous avons aimé les
chambres. On pourrait probablement dire .... mieux que
celles du pays d'origine ; et c'est à Milner Hall que les
amitiés durables se sont formées.
5 | MONécrivain
Le soir, nous sommes allés à la plage. Il y avait toujours
un endroit où aller : au cinéma ; et même en boîte de
nuit. Les Trinidadiens savent bien comment traiter
leurs
invités.
La semaine a rapidement touché à sa fin. C'était déjà
lundi. Le moment de rentrer en Jamaïque. Nous ne
voulions
pas ; mais
nous
avions dû
réaliser le
voyage
parce que
nous
n'avions
plus
d'argent.
C'était un voyage d’apprentissage et d'exposition d'une
valeur incalculable!!!!!!!!!!!!! Je suis sûr que tous seront
d'accord. Merci UWI-Mona !
L. LYNCH
Mé: No 2
Octobre 2010
Exprimez-vous !
Envoyez-nous vos poèmes, nouvelles et petits articles pour les numéros suivants ! Voilà le poème d’un jeune écrivain.
Qu’en pensez-vous ?
Le Mirage
Je suis debout devant elle,
émerveillé par une telle beauté ;
Son visage reste caché,
noirci par le voile.
Elle me regarde,
Sans sourire et sans une trace d’émotion
Justement froide, inerte et ses yeux perçant mon âme.
Mais gorgée de beauté.
La peur ne m’effleure pas,
Mais en même temps, je ne suis pas à l’aise.
Je ne connais que cette existence-là,
cet état d’être-là. . .
C’est inéluctable.
« Acceptez-vous sa main» dit une voix.
« Intégralement » répond-t-elle.
Je n’ai pas répondu ! Je ne peux pas !
Maintenant elle sourit.
Maintenant cette chose-là m’embrasse.
Et maintenant la peur commence à se déclencher au sein de ma coquille fragile.
Félicitations à moi !
Je me suis marié avec la mort ! --G SMITH
6 | MONécrivain
Mé: No 2
Octobre 2010
Rouge est une bonne couleur à suivre si on ne sait pas quoi écrire. Les réponses apparaissent dans les articles.
Vocabulaire: Mots Croisés
1
2
3
o
4
50
6
7
8
9
o
10
o
11
12
13
14
0 o 0
o
O
15
Across
Down
1 -Lol
2 -A Graduate
4 - Every single minute
3 -To govern
6 -Overnight break in a connecting
5 -« In the flesh »
flight
7 –It’s French but quite popular on
8 -Difference between immigration
English labels
officer and Russians at camp Seliger
9 -To give a hint of esp. gestures
10 -This isn’t French!
11 -………….. at eight o clock at
12 -To regurgitate ? Nope. To overflow,
NIGHT !
perhaps.
13 -An ‘s’ less son
14 -Mona, Cave Hill,..
15 -Rendez-vous pluralised
MONécrivain Magazine ©Octobre 2010
7 | MONécrivain

Documents pareils