Le respect des Droits de l`Homme comme objectif universel

Commentaires

Transcription

Le respect des Droits de l`Homme comme objectif universel
Le respect des Droits de l’Homme
comme objectif universel
Mémoire - Histoire
Les Droits de l’Homme, héritage des penseurs européens du Droit naturel, de l’Etat de Droit et de
l’universalisme, les Droits de l’Homme ‘déclarés’ par la Révolution française en 1789, sont devenus, à l’issue
de la Seconde Guerre mondiale le phare d’un projet universel d’un monde de paix, de Justice, et d’égalité
entre les hommes.
L’émergence, dans le sillage des procès de Nuremberg, du concept de ‘crime contre l’humanité’ a pour
fondement la notion d’égalité entre les hommes, inhérente à la notion d’humanité, telle que formulée dans
la Déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen (article 1er) : « Les hommes naissent et demeurent libres
et égaux en droits ».
Le crime contre l’humanité est la négation de l’humanité des membres d’un groupes d’hommes en application
d’une doctrine : c’est ce concept de Droit que les Juges du Tribunal international, réuni à Nuremberg en
1945, ont mis en œuvre pour la première fois dans l’histoire.
2. Votée le lendemain,
elle est entrée en vigueur
le 24 octobre 1945
après avoir recueilli une
majorité de signatures.
En 1945, l’Organisation des Nations Unies (ONU) succède à la Société des Nations (SDN, issue du Traité de
Versailles, en 1919).
L’ONU trouve son origine dans la Déclaration des Nations Unies, un texte signé le 1er janvier 1942 à
Washington, par les représentants des 26 nations alliées pour combattre les puissances de l’Axe (Allemagne,
Italie, Japon). C’est dans ce document qu’apparaît, pour la première fois, le terme de ‘Nations Unies’
proposé par Roosevelt. En 1943, lors de la Conférence de Moscou, l’URSS, la Grande-Bretagne et les EtatsUnis, s’engagent à créer, dans les plus brefs délais, une organisation internationale capable de résoudre
pacifiquement les conflits.
Le texte fondateur de l’ONU est la Charte des Nations Unies - élaborée au cours d’une conférence réunie à
Washington du 21 septembre au 7 octobre 19441 et approuvée le 25 juin 19452 lors de la Conférence de
San Francisco réunissant les délégués de 50 nations en guerre contre l’Axe-.
La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme
Le 10 décembre 1948, les 58 Etats Membres (qui constituent alors l’Assemblée générale des Nations Unies)
adoptent à Paris, au Palais de Chaillot, la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (résolution 217
A (III))3 . Directement inspirée de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen française de 1789, la
DUDH en réaffirme l’objectif universel.
Pour la première fois, il est reconnu à l’échelle internationale que les Droits de l’Homme et les libertés
fondamentales s’appliquent à tout un chacun où qu’il vive dans le monde.
Le texte a été rédigé en l’espace de deux ans – entre janvier 1947, date à laquelle la Commission des Droits
de l’Homme a tenu sa première réunion de préparation de la Charte internationale des Droits de l’Homme,
et décembre 1948, date de l’adoption de la Déclaration internationale par l’Assemblée générale - . Chaque
terme du texte préliminaire4 a été débattu et négocié5.
L’acceptation de la DUDH est aujourd’hui quasi-universelle : traduite en près de 250 langues, elle est le
document relatif aux Droits de l’Homme le mieux connu et le plus souvent cité du monde.
Fondement de la législation internationale en matière de Droits de l’Homme, la Déclaration universelle sert
de modèle à de nombreux traités et déclarations internationales. Elle est reprise par les constitutions et les
lois d’un grand nombre de pays.
3. Pour commémorer
son adoption, la ‘
journée des droits de
l’homme’ est célébrée
chaque année le 10
décembre.
4. Le texte
préliminaire a été
préparé par un comité
de rédaction composé
de 8 membres, présidé
par Eleanor Roosevelt,
veuve de l’ancien
Président des EtatsUnis.
5. 1 400 votes des 58
Etats membres ont
été nécessaires à sa
rédaction.
© Civisme et démocratie - CIDEM
1. Conférence de
Dumbarton Oaks, nom de
l’hôtel particulier où elle
était réunie
Ressources Génocide et CCH
L’ONU

Documents pareils