CSC Mainframe Bull 21-03-2016 - SPF Finances

Commentaires

Transcription

CSC Mainframe Bull 21-03-2016 - SPF Finances
1
Cahier spécial des charges :
Appel d'offres ouvert ayant pour objet la location ou l’hébergement
et la maintenance d’un mainframe de type GCOS8.
Publication au niveau européen
Cahier spécial des charges S&L/DA/2016/003
Ouverture des offres : le 02/06/2016 à 14h30
2
TABLE DES MATIERES
A. DEROGATIONS GENERALES .................................................................................................. 4
B. Dispositions générales............................................................................................................. 4
1.
OBJET DU MARCHÉ....................................................................................................................................... 4
2. DURÉE DU CONTRAT. ....................................................................................................................................... 5
3. POUVOIR ADJUDICATEUR ................................................................................................................................ 5
4. DOCUMENTS RÉGISSANT LE MARCHÉ ........................................................................................................... 6
4.1. Législation ......................................................................................................................................... 6
4.2. Documents du marché ...................................................................................................................... 6
5. INCOMPATIBILITÉS - CONFLITS D’INTÉRÊTS. ............................................................................................... 7
5.1. INCOMPATIBILITÉS ........................................................................................................................................ 7
5.2. CONFLITS D’INTÉRÊTS .................................................................................................................................. 7
6. QUESTIONS - RÉPONSES. ................................................................................................................................ 7
C. ATTRIBUTION ........................................................................................................................... 9
1. DROIT ET MODALITÉS D’INTRODUCTION ET OUVERTURE DES OFFRES .................................................. 9
1.1. Droit et mode d’introduction des offres ............................................................................................. 9
1.1.1. Offres introduites par des moyens électroniques ......................................................................... 9
1.1.2. Offres non introduites par des moyens électroniques .................................................................. 9
1.1.3. Modification ou retrait d’une offre déjà introduite........................................................................ 11
1.2. Ouverture des offres ....................................................................................................................... 11
2. OFFRES ............................................................................................................................................................. 12
2.1. Données à mentionner dans l’offre ................................................................................................. 12
2.2. Durée de validité de l’offre .............................................................................................................. 14
3. PRIX ................................................................................................................................................................... 14
4. DROIT D’ACCÈS – SÉLECTION QUALITATIVE – RÉGULARITÉ DES OFFRES – CRITÈRES
D’ATTRIBUTION .................................................................................................................................................... 14
4.1.
Droit d’accès et sélection qualitative .......................................................................................... 14
4.1.1. Droit d’accès ............................................................................................................................... 14
4.1.2. Sélection qualitative .................................................................................................................... 18
4.2.
Régularité des offres ................................................................................................................... 18
4.3. Critères d’attribution ..................................................................................................................... 19
4.3.1. Liste des critères d’attribution ...................................................................................................... 19
4.3.2. Méthode de détermination de la meilleure offre........................................................................... 19
D. EXECUTION ............................................................................................................................. 21
1. FONCTIONNAIRE DIRIGEANT. ........................................................................................................................ 21
2. CAUTIONNEMENT ............................................................................................................................................ 21
2.1. CONSTITUTION DU CAUTIONNEMENT ....................................................................................................... 21
2.2. LIBÉRATION DU CAUTIONNEMENT ............................................................................................................. 22
3. RÉVISION DE PRIX. .......................................................................................................................................... 22
4. RESPONSABILITÉ DE L’ADJUDICATAIRE ...................................................................................................... 23
5. GARANTIE ......................................................................................................................................................... 24
6. RÉCEPTION DES PRESTATIONS. ................................................................................................................... 24
6.1. Réception technique ....................................................................................................................... 24
6.2. Réception définitive ......................................................................................................................... 24
7. MODALITÉS D’EXÉCUTION. ............................................................................................................................ 24
7.1. Clause d’exécution .......................................................................................................................... 24
7.2. CLAUSE D’ÉVOLUTION TECHNOLOGIQUE................................................................................................. 25
7.3. DÉLAI D’EXÉCUTION ..................................................................................................................................... 25
7.4. LIEU D’EXÉCUTION DU MARCHÉ ET PARTICULARITÉS ........................................................................... 25
7.5. SOUS-TRAITANTS ......................................................................................................................................... 25
7.6. MOYENS MIS À DISPOSITION PAR LE SPF FINANCES ............................................................................. 26
7.7. CONFIDENTIALITÉ ET ENGAGEMENTS PARTICULIERS CONCERNANT LES INFORMATIONS
REÇUES ................................................................................................................................................................ 26
8. FACTURATION ET PAIEMENT DES PRESTATIONS. ..................................................................................... 28
9. LITIGES ............................................................................................................................................................. 29
E. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES ............................................................................................ 30
1.
CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES............................................................................................................ 30
2.
INFRASTRUCTURE EXISTANTE ................................................................................................................. 30
2.1. CONTEXTE GÉNÉRAL ................................................................................................................................. 30
3
2.2. LE HARDWARE ............................................................................................................................................ 31
2.3. LES LOGICIELS. ........................................................................................................................................... 33
2.4. SUPPORT ET SERVICES ............................................................................................................................. 34
3.
DESCRIPTION DES BESOINS – ASPECTS FONCTIONNELS ET TECHNIQUES ..................................... 34
3.1. DESCRIPTION DES DIFFÉRENTES VARIANTES ....................................................................................... 34
3.2. LA PREMIÈRE VARIANTE : LOCATION....................................................................................................... 36
4.
LA MIGRATION ............................................................................................................................................. 38
4.1. DÉFINITION .................................................................................................................................................. 38
4.2. MISE EN ŒUVRE ......................................................................................................................................... 38
4.3. L’INSTALLATION .......................................................................................................................................... 39
4.4. LES RISQUES ............................................................................................................................................... 39
5.
LE SUPPORT ................................................................................................................................................ 40
5.1. GESTION DU MAINFRAME (VARIANTE FACULTATIVE)............................................................................ 40
5.2. PLANNING DU SUPPORT DES SERVEURS MAINFRAMES ...................................................................... 41
5.3. LA SÉCURITÉ (VARIANTE DE BASE).......................................................................................................... 42
5.4. SUPPORT DU LOGICIEL DE BASES DE DONNÉES .................................................................................. 42
5.5. OPÉRATIONS BATCHES ............................................................................................................................. 43
5.6. GESTION DU STOCKAGE ............................................................................................................................ 43
5.7. SAUVEGARDE / RESTAURATION ............................................................................................................... 44
5.8. GESTION DES MÉDIAS DE STOCKAGE ..................................................................................................... 44
5.9. GESTION DES PROCESSUS ....................................................................................................................... 45
5.10. HELPDESK.................................................................................................................................................... 45
6.
LE SLA........................................................................................................................................................... 45
6.1. NIVEAU DE DISPONIBILITÉ -- DÉFINITIONS .............................................................................................. 45
6.2. DISPONIBILITÉ ET ENGAGEMENT AU NIVEAU DU SERVICE .................................................................. 47
6.3. GESTION DE LA DISPONIBILITÉ ................................................................................................................. 47
6.4. PROCÉDURES D'UTILISATION ET DE GESTION DES INCIDENTS .......................................................... 49
7.
LA MAINTENANCE ....................................................................................................................................... 49
7.1. INTRODUCTION ........................................................................................................................................... 49
7.2. DESCRIPTION DE LA MAINTENANCE ........................................................................................................ 49
7.3. ASSISTANCE TECHNIQUE .......................................................................................................................... 52
7.4. AUTRES DISPOSITIONS .............................................................................................................................. 52
7.5. PRÉSENTATION DE LA MAINTENANCE..................................................................................................... 52
7.6. APPLICATION ET DURÉE DE LA MAINTENANCE ...................................................................................... 53
7.7. DOMMAGES ET INTÉRÊTS DANS LE CADRE DU NON-RESPECT DES DÉLAIS
D'INTERVENTION ................................................................................................................................................. 53
8.
LA COMPOSITION DES TABLEAUX DE PRIX............................................................................................. 53
8.1. POUR LA VARIANTE DE BASE : EXTERNALISATION................................................................................ 53
8.2. POUR LA VARIANTE LOCATION ................................................................................................................. 54
F. ANNEXES ................................................................................................................................. 56
ANNEXE 1: FORMULAIRE D’OFFRE................................................................................................................... 57
ANNEXE 2 : INVENTAIRE DES PRIX ................................................................................................................... 59
ANNEXE 3: DETAIL HARDWARE ACTUEL......................................................................................................... 62
4
SERVICE PUBLIC FEDERAL Finances
Service d’Encadrement Logistique
Division Achats
North Galaxy – Tour B4 – bte 961
Boulevard du Roi Albert II, 33
1030 BRUXELLES
CAHIER SPÉCIAL DES CHARGES
Appel d'offres ouvert ayant pour objet la location ou l’hébergement et la
maintenance d’un mainframe de type GCOS8. (S&L/DA/2016/003)
A. DEROGATIONS GENERALES
IMPORTANT
En application de l’article 9, paragraphe 4, de l’Arrêté royal du 14 janvier 2013 établissant les
règles générales d'exécution des marchés publics et des concessions de travaux publics,
l’attention des soumissionnaires est attirée sur le fait que, dans le présent cahier spécial des
charges, il a été dérogé à l’article :
- 25 de l’arrêté royal du 14 janvier 2013 relatif au cautionnement.
B. DISPOSITIONS GÉNÉRALES
1.
Objet du marché
Description
Le SPF Finances veut assurer la continuité de services de ses applications sous mainframe
GCOS8. Pour cela, le SPF Finances lance un appel d’offres de type européen pour le
remplacement, en 2016, de son infrastructure mainframe GCOS8 actuelle.
-
Une variante de base: Hébergement externe
Le SPF Finances veut externaliser l’hébergement de ses applications Business critiques
tournant sous mainframe GCOS8, dans des Datacentres à l’extérieur du SPF Finances.
Cette externalisation concerne tant les applications que le stockage des données, les
sauvegardes et reprises d’activité en cas de désastre, les liaisons réseaux WAN entre les
Datacentres du soumissionnaire et les deux Datacentres du SPF Finances.
Le soumissionnaire doit fournir : des plateformes d’hébergement mainframe GCOS8 pour les
applications, tous les logiciels nécessaires pour ces plateformes et leurs licences, la
maintenance pour une période de 84 mois, le support pour les logiciels.
-
Variante: Location de la plateforme mainframe GCOS8 et de tous les soussystèmes associés et installation au SPF Finances
5
Le SPF Finances souhaite recevoir des offres pour la location sur 84 mois pour deux
plateformes identiques mainframe GCOS8 et les sous-systèmes associés (infrastructures de
stockage, de sauvegarde,…).
Le soumissionnaire doit fournir des plateformes mainframe GCOS8 les applications, tous les
logiciels nécessaires pour ces plateformes et leurs licences, la maintenance pour une
période de 84 mois, le support pour les logiciels pour une période de 84 mois.
D’autres services supplémentaires sous forme d’assistance pourront être demandés au
soumissionnaire.
L’infrastructure sera installée dans les Datacentres du SPF Finances.
Chaque soumissionnaire a la possibilité de soumissionner sur une ou plusieurs
variantes.
La procédure choisie est celle de l’appel d’offres ouvert avec publicité européenne.
Il s’agit d’un marché mixte (Arrêté royal du 15 juillet 2011 relatif à la passation des marchés
publics dans les secteurs classiques, article 2, 7°).
Ce marché comporte des variantes.
Ce marché comporte un seul lot.
2. Durée du contrat.
Le pouvoir adjudicateur renseigne, la date de début d’exécution du contrat dans le courrier
de notification d’attribution du marché.
Le contrat est conclu pour une durée de sept (7) ans à compter de la date de notification du
marché.
Chaque partie peut mettre fin au contrat à partir de la cinquième année à condition que la
notification à l’autre partie soit faite par lettre recommandée:
-
au moins (3) trois mois avant la fin de la cinquième ou la sixième année si le pouvoir
adjudicateur met fin au contrat,
-
au moins (12) douze mois avant la fin de l’année d’exécution en cours si
l’adjudicataire met fin au contrat.
La partie qui subit la résiliation du contrat ne peut réclamer de dommages et intérêts.
3. Pouvoir adjudicateur
Le pouvoir adjudicateur est l’Etat belge, représenté par le Ministre des Finances.
Dans le cadre du présent marché, le SPF Finances agit en tant que centrale de marchés,
conformément à l’article 2, §1, 4°, deuxième tiret, de la loi du 15 juin 2006 relative aux
marchés publics et à certains marchés de travaux, de fournitures et de services.
Le SPF Finances est chargé de la passation et de la conclusion du présent marché afin de
satisfaire à ses propres besoins et ceux du SPF Justice, de la Police fédérale ainsi que ceux
d’autres pouvoirs adjudicateurs, nommés ci-après :
6
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Les administrations fédérales et autres services de l'Etat ;
La Chambre et le Sénat ;
La Cour des comptes ;
La Cour constitutionnelle et le Conseil d’Etat ;
Les corps spéciaux de l’Etat ;
Le service de police intégré, structuré à deux niveaux ;
Les personnes morales de droit public fédérales ;
Les communes ;
Les provinces ;
Les entités fédérées..
Seuls les pouvoirs adjudicateurs, désignés ci-avant par leur nom ou par renvoi à une
catégorie, sont autorisés à passer des commandes sur base du présent marché.
Le service dirigeant est le SPF Finances.
Le service dirigeant est le contact privilégié pour toute correspondance importante relative au
marché. Le fonctionnaire dirigeant sera désigné lors de la notification de conclusion du
marché.
Le marché définit le cadre légal, financier, technique et administratif qui régit les relations
entre les parties bénéficiaires et le(s) ou l’adjudicataire pendant sa durée de validité.
Par conséquent, chaque fois qu’il est fait mention du « SPF Finances » dans le présent
texte, il convient de lire effectivement « SPF Finances » pour tout ce qui concerne ou
précède l’attribution, ou « SPF Finances ou les pouvoirs adjudicateurs, désignés ci-avant »
pour tout ce qui concerne l’exécution (à savoir l’ensemble des points repris sous le volet D.
Exécution du présent cahier spécial des charges).
La conclusion du marché ne donne au fournisseur aucun droit d’exclusivité. Le SPF
Finances peut, même pendant la période de validité du marché, faire exécuter des
fournitures identiques ou analogues à celles décrites dans le présent cahier spécial des
charges, par d’autres fournisseurs ou par ses propres services. Dans ce cas, l’adjudicataire,
ne peut réclamer des dommages et intérêts.
4. Documents régissant le marché
4.1. Législation
- La loi du 15 juin 2006 relative aux marchés publics et à certains marchés de travaux, de
fournitures et de services;
- L’arrêté royal du 15 juillet 2011 - arrêté royal relatif à la passation des marchés publics
dans les secteurs classiques;
- L’arrêté royal du 14 janvier 2013 - arrêté royal établissant les règles générales d'exécution
des marchés publics et des concessions de travaux publics;
- La loi du 17 juin 2013 relative à la motivation, à l'information et aux voies de recours en
matière de marchés publics et de certains marchés de travaux, de fournitures et de
services;
- Toutes les modifications à la loi et aux arrêtés précités, en vigueur au jour de l’ouverture
des offres.
4.2. Documents du marché
•
•
Le présent cahier des charges S&L/DA/2016/003.
Les avis de marché et avis rectificatifs publiés au Bulletin des Adjudications ou au
Journal Officiel de l'Union européenne qui ont trait à ce marché, font partie intégrante
7
•
du présent marché. Le soumissionnaire est censé en avoir pris connaissance et en
avoir tenu compte lors de l’établissement de son offre;
L’offre approuvée de l’adjudicataire.
5. Incompatibilités - conflits d’intérêts.
5.1. Incompatibilités
L’attention des soumissionnaires est attirée sur l’article 8 de la loi du 15 juin 2006 et sur
l’article 64 de l’arrêté royal du 15 juillet 2011 relatif aux incompatibilités.
5.2. Conflits d’intérêts
Dans le cadre de la lutte contre les conflits d'intérêts, en particulier afin d'éviter le mécanisme
du tourniquet (`revolving doors'), tel que défini dans la loi du 8 mai 2007 portant assentiment
à la Convention des Nations unies contre la corruption, faite à New York le 31 octobre 2003,
le soumissionnaire s'abstient de faire appel à un ou plusieurs anciens collaborateurs
(internes ou externes) du SPF Finances ou de ses clients, dans les deux ans qui suivent
son/leur démission, départ à la retraite ou tout autre type de départ du SPF Finances ou de
ses clients, d'une quelconque manière, directement ou indirectement, pour l'élaboration et/ou
l'introduction de son offre ou toute autre intervention dans le cadre de la procédure de
passation, ainsi que pour certaines tâches à réaliser dans le cadre de l'exécution du présent
marché.
La disposition qui précède ne s'applique toutefois que lorsqu'un lien direct existe entre les
précédentes activités prestées pour le pouvoir adjudicateur par la ou les personnes
concernées et ses/leurs activités dans le cadre du présent marché.
Toute infraction à cette mesure pouvant être de nature à fausser les conditions normales de
la concurrence est passible d'une sanction conformément aux dispositions de l'article 9 de la
loi du 15 juin 2006 relative aux marchés publics et à certains marchés de travaux, de
fournitures et de services (ou, pour un marché dans les domaines de la défense et de la
sécurité, de l'article 10 de la loi du 13 août 2011 relative aux marchés publics et à certains
marchés de travaux, de fournitures et de services dans les domaines de la défense et de la
sécurité).
Concrètement, cette sanction consiste, selon le cas, soit à écarter l'offre, soit à résilier le
marché.
6. Questions - Réponses.
Pour le présent marché, le pouvoir adjudicateur organisera un forum de questions réponses
à l’intention des soumissionnaires.
Ce forum est organisé comme suit :
- les soumissionnaires potentiels doivent faire parvenir leurs questions au pouvoir
adjudicateur par courrier électronique à l’adresse suivante : [email protected]
en mentionnant la référence et l’objet du marché au plus tard le 13/05/2016 à 17h.
Seules les questions qui seront parvenues au pouvoir adjudicateur avant cette date seront
traitées dans ce forum.
- le pouvoir adjudicateur placera sur le site du SPF Finances l'ensemble des questions ainsi
que les réponses (site : www.belgium.finances.be , onglet "Marchés Publics").
8
Ce document fera partie des documents du marché.
En l'absence de questions, il sera placé un document signalant l'absence de questions pour
ce marché.
9
C. ATTRIBUTION
1. Droit et modalités d’introduction et ouverture des offres
1.1. Droit et mode d’introduction des offres
En application de l’article 52, § 2, de l’arrêté royal du 15 juillet 2011, le pouvoir adjudicateur
accepte l’utilisation de moyens électroniques pour l’introduction des offres.
1.1.1. Offres introduites par des moyens électroniques
Lorsque des moyens électroniques sont utilisés pour l’introduction de l’offre, la signature
électronique doit être conforme aux règles du droit européen et du droit national y
correspondant relatives à la signature électronique avancée accompagnée d’un certificat
qualifié et valide, et réalisée au moyen d’un dispositif sécurisé de création de signature
(article 52, § 1er, 1° de l’arrêté royal du 15 juillet 2011).
Les offres qui sont introduites par des moyens électroniques, peuvent être envoyées via le
site internet e-tendering https://eten.publicprocurement.be/ qui garantit le respect des
conditions de l’article 52 de l’arrêté royal du 15 juillet 2011.
Vu que l’envoi d’une offre par e-mail ne correspond pas aux conditions de l’article 52 de
l’arrêté royal du 15 juillet 2011, il n’est pas admis d’introduire une offre de cette manière.
Si nécessaire, les attestations comme demandées dans les documents du marché, sont
scannées en PDF, afin de les joindre à l’offre. Certains documents à joindre qui ne peuvent
pas être produits ou qui peuvent être difficilement produits par des moyens électroniques,
peuvent être délivrés sur papier avant la date limite de réception.
En introduisant son offre entièrement ou partiellement via des moyens électroniques, le
soumissionnaire accepte que les données qui résultent du fonctionnement du système de
réception de son offre, soient enregistrées.
Plus d'informations peuvent être obtenues sur le site: http://www.publicprocurement.be ou
via le numéro de téléphone du helpdesk du service e-procurement: +32 (0)2 790 52 00.
IMPORTANT
1.
Il est recommandé au soumissionnaire de s’enregistrer au plus tard la veille de
l’ouverture des offres afin de pouvoir prendre contact avec le helpdesk du eprocurement pour résoudre d’éventuels problèmes d’accès au site
https://eten.publicprocurement.be/.
2.
Il doit être tenu compte de la taille du fichier introduite par voie électronique ; celui-ci ne
doit pas dépasser 350 Mo.
1.1.2. Offres non introduites par des moyens électroniques
Les offres qui sont introduites sur papier et les offres qui sont libellées par des moyens
électroniques mais qui ne sont pas introduites par ces moyens, sont glissées dans une
10
enveloppe fermée. Les offres seront déposées par le soumissionnaire ou son représentant
soit:
-
le jour de la séance d’ouverture, en mains propres au président, avant que celui-ci
n’ouvre la séance;
en mains propres à un fonctionnaire de la Division Achats, mentionné ci-dessous ;
à la poste.
Toute autre modalité d’expédition (comme Taxipost, courrier exprès, etc.) se fera sous
l’entière responsabilité du soumissionnaire.
Chaque offre doit parvenir au président de la séance avant qu’il ne déclare la séance
ouverte. Seules les offres qui parviennent au président de la séance avant qu’il ne déclare la
séance ouverte, peuvent être acceptées.
Toutefois, une offre tardive est acceptée pour autant que le pouvoir adjudicateur n’ait pas
notifié sa décision à l’adjudicataire et que l’offre ait été envoyée sous pli recommandé au
plus tard le quatrième jour précédent le jour fixé pour la réception des offres.
L’offre sera déposée en trois exemplaires sur papier dont un original et un exemplaire sur
support électronique (CD-ROM ou clé USB) dans un format PDF.
En cas de divergence entre la version papier et la version électronique, l’exemplaire original
de la version papier fera foi.
Le soumissionnaire procèdera à un ScanVirus du support électronique afin d’éviter toute
contamination par virus de l’infrastructure informatique du SPF-Finances. Il indiquera dans
son offre : le logiciel utilisé pour le ScanVirus (et la version de celui-ci) et la garantie que le
support a été vérifié et ne contient pas de virus.
Le SPF Finances procèdera également un ScanVirus après l’ouverture des offres.
L’offre sera glissée dans une enveloppe fermée portant les deux indications suivantes
-
la référence du cahier spécial des charges : S&L/DA/2016/003
a date et l’heure de l’ouverture des offres : le 02/06/2016 à 14h30
Ce pli scellé est glissé dans une seconde enveloppe portant les mentions suivantes:
- dans le coin supérieur gauche:
- le mot « OFFRE »
- la référence du cahier spécial des charges : S&L/DA/2016/003
- si la soumission est déposée par porteur, les données relatives aux personnes de
contact chargées de la réception des offres:
o OPDECAM Christine
0257/63482
o BOSMAN Heidi
0257/62865
o VAN OVERWAELLE Wendy
0257/68347
o WOUTERS Bart
0257/77524
o AUBRY Céline
0257/89634
o DEBANDE Michaël
0257/79775
- à l’endroit prévu à cet effet l’adresse du destinataire.
Le soumissionnaire qui remet son offre par porteur doit savoir que le North Galaxy n’est
accessible que par l’entrée « visiteurs » située au rez-de-chaussée, boulevard du Roi Albert
II, 33 à 1030 BRUXELLES et ce, uniquement pendant les heures de bureau soit de 9 à
11h45 et de 14 à 16 heures.
11
Si l’offre est déposée par porteur, un accusé de réception ne pourra être délivré que par
l’une des personnes mentionnées ci-dessus. Il est important de noter que seul cet accusé de
réception peut servir de preuve du dépôt de l’offre.
Le soumissionnaire assume l’entière responsabilité des modalités d’envoi et de réception de
son offre dans les délais impartis.
Les offres doivent être expédiées ou déposées à l’adresse suivante:
Service Public Fédéral FINANCES
Service d’Encadrement Logistique
Division Achats
A l’attention de Monsieur Frédéric DUPONT, Conseiller
North Galaxy - Tour B4
Boulevard du Roi Albert II, 33 - Boîte 961
1030 BRUXELLES
1.1.3. Modification ou retrait d’une offre déjà introduite
Lorsqu’un soumissionnaire souhaite modifier ou retirer une offre déjà introduite, ceci doit se
dérouler conformément aux dispositions de l’article 91 de l’arrêté royal du 15 juillet 2011. La
modification ou le retrait d’une offre déjà introduite est possible via des moyens électroniques
qui satisfont au prescrit de l’article 52, § 1er de l’arrêté royal du 15 juillet 2011 ou sur papier.
Afin de modifier ou de retirer une offre introduite, une déclaration écrite est exigée,
correctement signée par le soumissionnaire ou par son mandataire. L’objet et la portée des
modifications doivent être mentionnés de façon précise. Le retrait doit être inconditionnel.
Le retrait peut également être communiqué par téléfax, ou via un moyen électronique qui
n’est pas conforme à l’article 52, § 1er de l’arrêté royal du 15 juillet 2011, pour autant que:
1° ce retrait parvienne au président de la séance d’ouverture des offres avant qu’il n'ouvre la
séance
2° et qu’il soit confirmé par lettre recommandée déposée à la poste au plus tard le jour avant
la séance d’ouverture.
Remarque: pour des raisons techniques et organisationnelles, le pouvoir adjudicateur
préfère que les offres soient introduites électroniquement. Le choix appartient bien entendu
au soumissionnaire et en aucune façon ce choix n’aura d’influence sur l’analyse et
l’évaluation de l’offre.
1.2. Ouverture des offres
La séance d’ouverture des offres aura lieu le 02/06/2016 à 14h30, dans une des salles
de réunion du North Galaxy, accessible via l’entrée « visiteurs », boulevard du Roi
Albert II, 33 à 1030 BRUXELLES.
12
2. Offres
2.1. Données à mentionner dans l’offre
Il est fortement recommandé au soumissionnaire d’utiliser le formulaire d’offre joint en
annexe. Dans cette optique, l’attention du soumissionnaire est attirée sur l’article 80 de
l’arrêté royal du 15 juillet 2011, qui stipule: " Lorsqu’aux documents du marché est joint un
formulaire destiné à établir l’offre, le soumissionnaire en fait usage. A défaut d’utiliser ce
formulaire, il supporte l’entière responsabilité de la parfaite concordance entre les documents
qu’il a utilisés et le formulaire".
L’offre et les annexes jointes au formulaire d’offre sont rédigées en français ou en
néerlandais. Le soumissionnaire doit indiquer la langue à utiliser pour l’interprétation du
contrat, c’est-à-dire le français ou le néerlandais.
Les documents d’ordre technique qui sont joints à l’offre peuvent être rédigés en anglais
dans le cas où il n’existerait pas de traduction dans la langue de l’offre ; les autres langues
ne sont pas autorisées.
Par le dépôt de son offre, le soumissionnaire renonce automatiquement à ses conditions
générales ou particulières de vente, même si celles-ci sont mentionnées dans l’une ou
l’autre annexe à son offre.
Le soumissionnaire indique clairement dans son offre quelle information est confidentielle
et/ou se rapporte à des secrets techniques ou commerciaux et ne peut donc pas être
divulguée par le pouvoir adjudicateur.
Le formulaire d’offre est joint au cahier des charges.
Les biffures, ratures, additions et corrections, dans l’offre comme dans ses annexes, doivent
être signées (et non parafées) par le soumissionnaire ou son fondé de pouvoir. À défaut,
l’offre est considérée comme irrégulière.
Les soumissionnaires sont tenus de respecter explicitement toutes les dispositions
administratives et contractuelles du présent cahier des charges. Toute réserve ou absence
d’engagement par rapport à une de ces dispositions peut entraîner l’irrégularité de l’offre.
Les renseignements suivants seront mentionnés dans l’offre:
A . Le formulaire d’offre :
- la signature de la personne ou les personnes, selon le cas, ayant mandat pour signer
l’offre ;
- la qualité de la personne ou des personnes, selon le cas, qui signe(nt) l’offre ;
- la date à laquelle la personne ou les personnes précitée(s), selon le cas, a/ont signé
l’offre ;
- le numéro d’immatriculation complet du soumissionnaire auprès de la Banque Carrefour
des Entreprises (pour les soumissionnaires belges) ;
- le numéro d’inscription à l’ONSS ;
- le numéro et le libellé du compte du soumissionnaire ouvert auprès de la Banque de la
Poste ou d’un autre établissement financier ;
- les noms, prénoms, la qualité ou profession, la nationalité et le domicile du
soumissionnaire ou lorsque celui-ci est une société, sa raison sociale ou dénomination,
sa forme juridique, sa nationalité et son siège social ;
- tous les éléments et documents nécessaires pour l’évaluation des offres ;
13
B. L’inventaire des prix
Doit être intégralement et entièrement complété sous peine de nullité de l’offre.
C. Proposition technique :
La proposition suit la structure de la partie E « Prescriptions techniques »
IMPORTANT
1.
Le formulaire d’offre doit être complété, daté et signé ;
2.
Pour toute offre introduite par un mandataire, l’acte authentique ou sous seing privé
(ou une copie de cet acte) joint par le mandataire prouvant qu’il est habilité à engager l’entité
pour laquelle il soumissionne. Le mandataire peut également mentionner le numéro de
l'annexe au Moniteur belge à laquelle est publié le mandat.
Signature de l’offre
Le soumissionnaire signe l’offre et les autres annexes jointes à l’offre (art. 82 §1 de
l’Arrêté royal du 15/07/2011 relatif à la passation des marchés publics dans les secteurs
classiques).
Concernant les mandataires:
Toute offre introduite par des mandataires doit indiquer l'entité au nom de laquelle
agissent les mandataires.
Celui qui a signé l’offre doit, à la date de la signature, être habilité à engager le mandant
au montant total de l’offre.
Les mandataires joignent à l'offre une copie électronique de l’acte authentique ou sous
seing privé les habilitant, ou une copie de cet acte. Ils doivent également mentionner le
numéro de l'annexe au Moniteur belge à laquelle sont publiés les mandats (article 82
l’Arrêté royal du 15/07/2011 relatif à la passation des marchés publics dans les secteurs
classiques)
Concernant les sous-traitants
Tout recours à des sous-traitants sera clairement indiqué dans l'offre du
soumissionnaire. Celui-ci décrira le type de relation contractuelle qui le lie avec chacun
de ses sous-traitants. Le nom et l'adresse des sous-traitants seront joints à l'offre, avec
mention de la ou des parties du marché à réaliser par chaque sous-traitant.
Concernant les documents d’ordre technique
L’offre technique ne peut contenir aucune précision administrative ni indication de prix. Il
ne sera tenu aucun compte des indications administratives dans une autre partie
que la partie A. ou C, ou de prix figurant dans une autre partie que la partie B.
Le soumissionnaire mentionne clairement dans son offre les différences par
rapport au cahier des charges et aux besoins fonctionnels. Sans cette précision
explicite, le cahier des charges prévaudra en cas de litige.
14
2.2. Durée de validité de l’offre
Les soumissionnaires restent liés par leur offre pendant un délai de 180 jours calendrier, à
compter du jour qui suit celui de l’ouverture des offres.
3. Prix
Il s’agit d’un marché à prix mixte.
Tous les prix cités sur le formulaire d’offre sont obligatoirement exprimés en euros.
Le soumissionnaire est censé avoir inclus dans ces prix tous les frais possibles visés, à
l’exception de la TVA.
L’utilisation du modèle d’inventaire en annexe 2 est obligatoire. Il ne sera pas tenu compte
de prix mentionnés ailleurs.
4. Droit d’accès – Sélection qualitative – Régularité des offres –
Critères d’attribution
4.1.
Droit d’accès et sélection qualitative
Les soumissionnaires sont évalués sur base du droit d’accès et de la sélection qualitative
repris ci-après.
Seules les offres des soumissionnaires qui satisfont au droit d’accès et à la sélection
qualitative sont prises en considération pour participer à la comparaison des offres sur la
base des critères d’attribution repris au point 4.3. du volet C. Attribution du présent cahier
spécial des charges, dans la mesure où ces offres sont régulières sur le plan formel et
matériel.
4.1.1. Droit d’accès
Par le dépôt de son offre, le soumissionnaire atteste qu’il ne se trouve pas dans un des cas
d’exclusion figurant ci-dessous. Le pouvoir adjudicateur vérifiera l’exactitude de cette
déclaration sur l’honneur implicite dans le chef du soumissionnaire dont l’offre est la mieux
classée. A cette fin, il demandera au soumissionnaire concerné par les moyens les plus
rapides, et dans le délai qu’il détermine, de fournir les renseignements ou documents
permettant de vérifier sa situation personnelle. Le pouvoir adjudicateur demandera lui-même
les renseignements ou documents qu’il peut obtenir gratuitement par des moyens
électroniques auprès des services qui en sont gestionnaires.
Premier critère d’exclusion
§ 1er Le soumissionnaire belge qui emploie du personnel assujetti à la loi du 27 juin 1969
révisant l’arrêté-loi du 28 décembre 1944 concernant la sécurité sociale des
travailleurs, doit être en ordre en ce qui concerne ses obligations vis-à-vis de l’Office
National de Sécurité Sociale. Il est considéré comme étant en ordre en ce qui
concerne les obligations précitées, s’il apparaît, qu’au plus tard la veille de la date
limite de réception des offres, il:
1° a transmis à l’Office National de Sécurité Sociale toutes les déclarations requises
jusque et y compris celles relatives à l’avant-dernier trimestre civil écoulé par
rapport à la date limite de réception des offres et
15
2° n’a pas pour ces déclarations une dette en cotisations supérieure à 3.000 EUROS,
à moins qu’il n’ait obtenu pour cette dette des délais de paiement qu’il respecte
strictement.
Toutefois, même si la dette en cotisations est supérieure à 3.000 EUROS, le
soumissionnaire sera considéré comme étant en règle s’il établit, avant la décision
d’attribuer le marché, qu’il possède, à la fin du trimestre civil visé à l’alinéa 2, à
l’égard d’un pouvoir adjudicateur au sens de l’article 2, 1°, de la loi du 15 juin 2006
ou d’une entreprise publique au sens de l’article 2, 2°, de la loi du 15 juin 2006, une
ou des créances certaines, exigibles et libres de tout engagement à l’égard de tiers
pour un montant au moins égal, à 3.000 EUROS près, à celui pour lequel il est en
retard de paiement de cotisations.
IMPORTANT
Il est rappelé au soumissionnaire ou au candidat qui possède une dette fiscale
professionnelle supérieure à 3.000 euros et qui peut se prévaloir d’une créance à l’égard
d’un pouvoir adjudicateur ou d’une entreprise publique qu’il convient au soumissionnaire ou
au candidat d’établir qu’il possède une telle créance et que celle-ci soit certaine, exigible et
libre de tout engagement à l’égard de tiers.
A cette fin, le soumissionnaire est invité à communiquer dans son offre l’existence d’une ou
de créances pouvant être prises en considération par le pouvoir adjudicateur ainsi que le
caractère certain, exigible et libre de tous engagements à l’égard de tiers.
§ 2. Le soumissionnaire étranger doit, au plus tard la veille de la date limite de réception
des offres:
1° être en règle avec ses obligations relatives au paiement des cotisations de sécurité
sociale selon les dispositions légales du pays où il est établi
2° être en ordre avec les dispositions du § 1er, s’il emploie du personnel assujetti à la
loi du 27 juin 1969 révisant l’arrêté-loi du 28 décembre 1944 concernant la sécurité
sociale des travailleurs.
§ 3. A quelque stade de la procédure que ce soit, le pouvoir adjudicateur peut s’informer,
par tous moyens qu’il juge utiles, de la situation en matière de paiement des cotisations
de sécurité sociale de tout soumissionnaire.
Deuxième critère d’exclusion
Conformément à l’article 20 de la loi du 15 juin 2006, est exclu de l’accès au marché, à
quelque stade que ce soit de la procédure, le soumissionnaire qui a fait l’objet d’une
condamnation prononcée par une décision judiciaire ayant force de chose jugée dont le
pouvoir adjudicateur a connaissance pour:
1°
participation à une organisation criminelle telle que définie à l’article 324bis du Code
pénal
2°
corruption, telle que définie aux articles 246 et 250 du Code pénal
3°
fraude au sens de l’article 1er de la convention relative à la protection des intérêts
financiers des communautés européennes, approuvée par la loi du 17 février 2002
16
4°
blanchiment de capitaux tel que défini à l’article 5 de la loi du 11 janvier 1993 relative à
la prévention de l’utilisation du système financier aux fins du blanchiment de capitaux
et du financement du terrorisme.
En vue de l’application du présent paragraphe, le pouvoir adjudicateur a le droit de
demander aux soumissionnaires de fournir les renseignements ou documents nécessaires.
Lorsqu’il a des doutes sur la situation personnelle de ces candidats ou soumissionnaires, il
peut s’adresser aux autorités compétentes belges ou étrangères pour obtenir les
informations qu’il estime nécessaires à ce propos.
Troisième critère d’exclusion
Sera exclu de l’accès au marché, à quelque stade que ce soit de la procédure, le
soumissionnaire:
1° qui est en état de faillite, de liquidation, de cessation d’activités, de réorganisation
judiciaire ou dans toute situation analogue résultant d’une procédure de même nature
existant dans d’autres réglementations nationales
2° qui a fait l’aveu de sa faillite ou fait l’objet d’une procédure de liquidation, de
réorganisation judiciaire ou de toute autre procédure de même nature existant dans
d’autres réglementations nationales.
Quatrième critère d’exclusion
Sera exclu de la participation au marché public, le soumissionnaire qui a fait l’objet d’une
condamnation prononcée par une décision judiciaire ayant force de chose jugée pour tout
délit affectant sa moralité professionnelle.
Cinquième critère d’exclusion
Le soumissionnaire ne peut pas, en matière professionnelle, avoir commis une faute grave,
constatée par tout moyen dont le pouvoir adjudicateur pourra justifier.
En outre, le soumissionnaire, par la signature de son offre, s’engage à respecter les normes
définies dans les conventions de base de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) et, en
particulier:
1° l’interdiction du travail forcé (conventions n° 29 concernant le travail forcé ou obligatoire,
1930, et n° 105 sur l’abolition du travail forcé, 1957)
2° le droit à la liberté syndicale (convention n° 87 sur la liberté syndicale et la protection du
droit syndical, 1948)
3° le droit d’organisation et de négociation collective (convention n° 98 sur le droit
d’organisation et de négociation collective, 1949)
4° l’interdiction de toute discrimination en matière de travail et de rémunération (conventions
n° 100 sur l’égalité de rémunération, 1951 et n° 111 concernant la discrimination (emploi
et profession), 1958)
5° l’âge minimum fixé pour le travail des enfants (convention n° 138 sur l’âge minimum,
1973), ainsi que l’interdiction des pires formes du travail des enfants (convention n° 182
sur les pires formes du travail des enfants, 1999).
Le non-respect des conventions susmentionnées sera donc considéré comme faute grave
en matière professionnelle au sens de l’article 61, § 2, 4° de l’arrêté royal du 15 juillet 2011.
17
Les dispositions qui précèdent s’appliquent sans préjudice des autres dispositions reprises à
l’article 61 de l’arrêté précité.
Sixième critère d’exclusion
Le soumissionnaire doit être en règle avec ses obligations relatives au paiement de ses
impôts et taxes selon la législation belge ou celle du pays dans lequel il est établi,
conformément aux dispositions de l’article 63 de l’AR du 15 juillet 2011.
Est en règle par rapport aux obligations susmentionnées applicables en Belgique, le
candidat ou le soumissionnaire qui n'a pas pour l'ensemble de ses obligations fiscales
professionnelles une dette supérieure à 3.000 euros, à moins qu'il n'ait obtenu pour cette
dette des délais de paiement qu'il respecte strictement.
Toutefois, même si la dette fiscale professionnelle est supérieure à 3.000 euros, le candidat
ou le soumissionnaire est considéré comme étant en règle s'il établit, avant la décision de
sélection ou d'attribution du marché, selon le cas, qu'il possède à l’égard d’un pouvoir
adjudicateur au sens de l’article 2,1°, de la loi ou d’une entreprise publique au sens de
l’article 2,2°, de la loi, à la fin de la période fiscale visée précédemment, une ou des
créances certaines, exigibles et libres de tout engagement à l'égard de tiers pour un montant
au moins égal, à 3.000 euros près, à celui pour lequel il est en retard de paiement de ses
dettes fiscales professionnelles.
Pour le soumissionnaire ou le candidat belge, le pouvoir adjudicateur avant accès
gratuitement à l’attestation du SPF Finances, procèdera à la vérification de la situation de
tous les soumissionnaires dans les quarante-huit heures suivant la séance d’ouverture des
offres
IMPORTANT
Il est rappelé au soumissionnaire ou au candidat qui possède une dette fiscale
professionnelle supérieure à 3.000 euros et qui peut se prévaloir d’une créance à l’égard
d’un pouvoir adjudicateur ou d’une entreprise publique qu’il convient au soumissionnaire ou
au candidat d’établir qu’il possède une telle créance et que celle-ci soit certaine, exigible et
libre de tout engagement à l’égard de tiers.
A cette fin, le soumissionnaire est invité à communiquer dans son offre l’existence d’une ou
de créances pouvant être prises en considération par le pouvoir adjudicateur ainsi que le
caractère certain, exigible et libre de tous engagements à l’égard de tiers.
Pour que le soumissionnaire étranger ou le candidat étranger soit considéré comme étant en
règle celui-ci joint à sa demande de participation ou à son offre, selon le cas, une attestation
dont il résulte qu'il est en règle par rapport à ses obligations fiscales professionnelles selon
les dispositions légales du pays où il est établi. Cette attestation doit porter sur la dernière
période fiscale écoulée avant la date limite de réception des demandes de participation ou
des offres, selon le cas.
Septième critère d’exclusion
Sera exclu de la participation au marché public, le soumissionnaire qui s’est rendu
gravement coupable de fausses déclarations en fournissant des renseignements exigibles
en application du présent chapitre ou qui n’a pas fourni ces renseignements.
18
4.1.2. Sélection qualitative
4.1.2.1 Critère de sélection relatif aux moyens économiques et financiers du
soumissionnaire
Pour pouvoir introduire une soumission pour le marché, le soumissionnaire doit :
avoir réalisé, pour chacun des trois derniers exercices comptables clôturés, un chiffre
d'affaires annuel relatif à des services similaires d’au moins 1.500.000 Euro (art. 67, 3° A.R.
du 15 juillet 2011).
Cette capacité financière sera jugée sur base des comptes annuels approuvés des trois
dernières années déposés auprès de la Banque Nationale de Belgique. Les
soumissionnaires qui ont déposé les comptes annuels approuvés auprès de la Banque
Nationale de Belgique, ne sont pas tenus de les joindre à leur offre, étant donné que le
pouvoir adjudicateur est à même de les consulter via le guichet électronique de l’autorité
fédérale
Les soumissionnaires qui n’ont pas déposé les comptes annuels approuvés des trois
dernières années comptables auprès de la Banque Nationale de Belgique, sont tenus de les
joindre à leur offre. Cette obligation vaut également pour les comptes annuels approuvés
récemment et qui n’ont pas encore été déposés auprès de la Banque Nationale de Belgique,
parce que le délai légal accordé pour le dépôt de ceux-ci n’est pas encore échu. Pour les
entreprises individuelles, il convient de faire rédiger un document reprenant tous les actifs et
tous les passifs par un comptable IEC ou un réviseur d’entreprise. Ce document doit être
certifié conforme par un comptable IEC agréé ou par le réviseur d’entreprise, selon le cas. Le
document doit refléter une situation financière récente (datant de 6 mois au maximum, à
compter de la date d’ouverture des offres). Au cas où l’entreprise n’a pas encore publié de
compte annuel, un bilan intermédiaire certifié conforme par le comptable IEC ou par le
réviseur d’entreprise suffit.
Les entreprises étrangères doivent joindre également à leur offre les comptes annuels
approuvés des trois dernières années ou un document reprenant tous les actifs et tous les
passifs de l’entreprise. Au cas où l’entreprise n’a pas encore publié de compte annuel, un
bilan intermédiaire certifié conforme par le comptable ou par le réviseur d’entreprise ou par la
personne ou l’organisme qui exerce ce type de fonction dans le pays concerné suffit.
4.2.
Régularité des offres
Les offres des candidats sélectionnés seront examinées sur le plan de leur régularité
conformément aux articles 95 de l'arrêté royal du 15 juillet 2011 et aux dispositions du
présent cahier spécial des charges. Les offres irrégulières seront exclues.
Chaque proposition sera examinée afin de s’assurer qu’elle soit conforme aux besoins
exprimés. S'il est déterminé qu'un besoin exprimé n'a pas été satisfait, l'offre peut être
considérée comme étant irrégulière.
Chaque proposition financière ou offre de prix incomplète ou contenant des contradictions ou
des erreurs importantes, ou qui ne respecte pas les exigences en matière de présentation du
prix, telles que formulées dans le cahier spécial des charges, peut être considérée comme
irrégulière.
Seules les offres reconnues régulières seront prises en considération pour être confrontées
aux critères d’attribution.
19
4.3. Critères d’attribution
Pour le choix de l’offre la plus intéressante d’un point de vue économique, les offres
régulières des soumissionnaires sélectionnés seront confrontées à une série de critères
d’attribution.
Ces critères seront pondérés afin d’obtenir un classement final.
4.3.1. Liste des critères d’attribution
Le marché est attribué au soumissionnaire qui a introduit l’offre la plus intéressante compte
tenu des critères suivants :
Critères d’attribution
1. Prix
2. Possibilité de réduction de la capacité de puissance
3. Plan de migration
• La description de la solution technique (/50)
• Les plans d’exécution : la continuité de services (/50)
Total
Points
50
15
35
100
4.3.2. Méthode de détermination de la meilleure offre
Une commission d’évaluation composée de fonctionnaires et/ou d’agents du S.P.F.
FINANCES évaluera les offres sur la base des critères d’attribution précités.
Le pouvoir adjudicateur se réserve le droit de faire appel à des experts externes ou internes
pour assister les membres de la commission d’évaluation dans le cadre de l’évaluation des
offres.
a) Prix (/50)
Le critère ‘Prix’ est pondéré de la façon suivante:
P = [ P+bas / Poffre ] x Pmax
P
= le nombre de points obtenus par l’offre examinée
P +bas
= le montant de l’offre régulière la plus basse
P offre
= le montant de l’offre examinée
Pmax
= le nombre de points attribué pour le critère prix.
Le nombre de points obtenus est arrondi à la deuxième décimale.
b) La possibilité de downgrade de la puissance processeur (/15).
La possibilité de réduction de la capacité de puissance et son influence sur le prix de la
maintenance et sur le prix des licences, du support des licences et de la redevance logicielle
sera évaluée selon le scénario suivant.
Suite aux différentes migrations des applications Business, Le SPF Finances envisage
réduire la puissance processeur à partir de la du 37ième mois.
En résumé, voici le scénario théorique auquel le SPF Finances veut aboutir :
années
1-3
4
5
6-7
20
Pourcentages
de puissance
disponible
100%
75%
50%
25%
2795 TPS
2097 TPS
1398 TPS
699 TPS
Les soumissionnaires devront fournir le prix des TPS en tenant compte du fait que durant les
36 premiers mois, la puissance restera stable à 2795 TPS.
A partir du 37ième mois, le SPF Finances veut aboutir à une diminution du prix par TPS utilisé.
Les points seront attribués en fonction des diminutions de prix par TPS en fonction des
années.
Si le prix/TPS reste constant, le soumissionnaire reçoit 1/8 de points ;
Si le prix/TPS augmente entre 1% - 25% le soumissionnaire reçoit 1/25 de points ;
Si le prix/TPS augmente entre 26% - 50% le soumissionnaire reçoit 1/50 de points ;
Si le prix/TPS augmente entre 51% - 75% le soumissionnaire reçoit 1/75 de points ;
Si le prix/TPS augmente entre 76% - 100% le soumissionnaire reçoit 1/100 de points ;
Si le prix/TPS diminue entre 1% - 25% le soumissionnaire reçoit 1/4 de points ;
Si le prix/TPS diminue entre 26% - 50% le soumissionnaire reçoit 1/2 de points ;
Si le prix/TPS diminue entre 51% - 75% le soumissionnaire reçoit 3/4 de points ;
Si le prix/TPS diminue entre 76% - 100% le soumissionnaire reçoit 1/1 de points.
c) Plan de la migration (/35)
L’offre qui obtient moins de 60% dans le critère « plan de migration » sera exclue du
marché.
Le plan de la migration sera pondéré comme suit : chaque sous-critère (à savoir la
description de la solution technique et les plans d’exécution : la continuité de services) sera
soumis à une cotation de 1 à 5 (des cotations partielles peuvent également être octroyées)
1
2
3
4
5
Très mauvais
Mauvais
Satisfaisant
Bon
Très bon
Les cotations converties en pour cent pour chaque critère seront ensuite pondérées avec le
coefficient de pondération indiqué ci-dessus.
4.3.2. Cote finale
La cote finale est attribuée à chaque offre en additionnant les points obtenus pour les trois
critères susmentionnés.
IMPORTANT
Le pouvoir adjudicateur se réserve le droit de faire appel, pour l’analyse des offres, à un ou
plusieurs expert(s) externe(s) au SPF Finances.
L’offre la plus intéressante est l’offre qui obtient la cote finale la plus élevée.
21
D. EXECUTION
1. Fonctionnaire dirigeant.
Le fonctionnaire dirigeant (qui sera un fonctionnaire du Pouvoir Adjudicateur) sera
désigné dans la notification de la conclusion du marché. Les limites de ses compétences
y seront indiquées.
Le fonctionnaire dirigeant peut déléguer partie de ses compétences.
2. Cautionnement
En application de l’article 9, paragraphe 4 de l’Arrêté royal du 14 janvier 2013 établissant les
règles générales d'exécution des marchés publics et des concessions de travaux publics,
l’attention des soumissionnaires est attirée sur le fait que, dans le présent cahier spécial des
charges, il a été dérogé à l’article 25 de l’arrêté royal du 14 janvier 2013 relatif au
cautionnement et plus particulièrement pour ce qui concerne l’adaptation du montant du
cautionnement sur base d’un montant forfaitaire en raison du caractère pluriannuel du
marché, de la possibilité de mettre fin à celui-ci à partir de la cinquième année et du surcoût
anormal que devrait supporter l’adjudicataire, si le montant à prendre en considération était
le montant global du marché calculé pour la durée de 7 ans.
Le cautionnement du marché est fixé à 100.000 euros.
2.1. Constitution du cautionnement
Le cautionnement peut être constitué conformément aux dispositions légales et
réglementaires, soit en numéraire, ou en fonds publics, soit sous forme de cautionnement
collectif.
Le cautionnement peut également être constitué par une garantie accordée par un
établissement de crédit satisfaisant au prescrit de la législation relative au statut et au
contrôle des établissements de crédit ou par une entreprise d'assurances satisfaisant au
prescrit de la législation relative au contrôle des entreprises d'assurances et agréée pour la
branche 15 (caution).
L’adjudicataire doit, dans les trente jours calendrier suivant le jour de la conclusion du
marché, justifier la constitution du cautionnement par lui-même ou par un tiers, de l’une des
façons suivantes:
1° lorsqu’il s’agit de numéraire, par le virement du montant au numéro de compte bpost
banque de la Caisse des Dépôts et Consignations [compte bpost banque n° BE58 6792
0040 9979 (IBAN), PCHQBEBB (BIC)] ou d’un organisme public remplissant une fonction
similaire à celle de ladite Caisse, ci-après dénommé organisme public remplissant une
fonction similaire
2° lorsqu’il s’agit de fonds publics, par le dépôt de ceux-ci entre les mains de sa gestionnaire
des titres ou dans l’une de ses agences en province, pour compte de la Caisse des
Dépôts et Consignations, ou d’un organisme public remplissant une fonction similaire
22
3° lorsqu’il s’agit d’un cautionnement collectif, par le dépôt par une société exerçant
légalement cette activité, d’un acte de caution solidaire auprès de la Caisse des Dépôts et
Consignations ou d’un organisme public remplissant une fonction similaire
4° lorsqu’il s’agit d’une garantie, par l’acte d’engagement de l’établissement de crédit ou de
l’entreprise d’assurances.
Cette justification se donne, selon le cas, par la production au pouvoir adjudicateur:
1°
soit du récépissé de dépôt de la Caisse des Dépôts et Consignations ou d’un
organisme public remplissant une fonction similaire
2°
soit d’un avis de débit remis par l’établissement de crédit ou l’entreprise d’assurances
3°
soit de la reconnaissance de dépôt délivrée par le caissier de l’Etat ou par un
organisme public remplissant une fonction similaire
4°
soit de l’original de l’acte de caution solidaire visé par la Caisse des Dépôts et
Consignations ou par un organisme public remplissant une fonction similaire
5°
soit de l’original de l’acte d’engagement établi par l’établissement de crédit ou
l’entreprise d’assurances accordant une garantie.
Ces documents, signés par le déposant, indiquent au profit de qui le cautionnement est
constitué, son affectation précise par l’indication sommaire de l’objet du marché et de la
référence des documents du marché, ainsi que le nom, le prénom et l’adresse complète de
l’adjudicataire et éventuellement, du tiers qui a effectué le dépôt pour compte, avec la
mention "bailleur de fonds" ou "mandataire", suivant le cas.
Le délai de trente jours calendrier visé ci-avant est suspendu pendant la période de
fermeture de l’entreprise de l’adjudicataire pour les jours de vacances annuelles payés et les
jours de repos compensatoires prévus par voie réglementaire ou dans une convention
collective de travail rendue obligatoire.
La preuve de la constitution du cautionnement doit être envoyée à l’adresse suivante :
Service Public Fédéral FINANCES
Division Engagements
à l’attention de Madame MALJEAN Françoise NOGA B22
Boulevard Roi Albert II, 33 boîte 781 – Bloc B22
1030 BRUXELLES
2.2. Libération du cautionnement
Le cautionnement sera libéré selon le prescrit de l’article 33 de l’arrêté Royal du 14 janvier
2013 établissant les règles générales d’exécution des marchés publics et des concessions
de travaux publics.
3. Révision de prix.
La révision des prix est possible selon sont les suivantes :
Les prix peuvent être revus annuellement.
Chaque année, le prestataire demande la révision du prix par lettre recommandée
adressée au Pouvoir Adjudicateur, Service d'encadrement B&CG, Division
Engagements, bd Roi Albert II 33 bte 785, 1030 Bruxelles.
23
La révision des prix entre en vigueur :
o
o
le jour anniversaire de l'avis d'attribution du marché si le prestataire a
introduit sa demande de révision avant cette date. La révision des prix ne
concerne que les prestations effectivement prestées après l'anniversaire de
l'attribution du marché.
le 1er jour du mois qui suit l'envoi de la lettre recommandée si le
prestataire a laissé passer un ou plusieurs anniversaires. La révision des prix
ne concerne que les prestations effectivement prestées après la date visée cidessus (attention : l’adjudicataire doit introduire une nouvelle demande pour la
révision des prix des prestations à prester après l'anniversaire suivant).
La révision des prix se calcule suivant la formule :


S
P = P0 *  0,8 * + 0.2 
S0


où :
P = prix revu
P0 = prix initial
S0 = indice salarial AGORIA (seulement pour les prestataires belges ; les prestataires
étrangers doivent proposer un indice analogue) - moyenne nationale, charges
sociales comprises, valable le mois qui précède l'ouverture des offres.
S = comme S0 ci-dessus, mais valable le mois qui précède le jour anniversaire de la
notification de l'attribution du marché.
Pour les indices, voir : http://www.agoria.be
Le pouvoir adjudicateur se réserve le droit de revoir les prix en cas de baisse de
l'indice. Dans ce cas, la révision suit les règles ci-dessus, sauf que la lettre
recommandée émane du pouvoir adjudicateur.
4. Responsabilité de l’adjudicataire
L’adjudicataire assume la pleine responsabilité des fautes et manquements présentés dans
les prestations fournies, en particulier dans les études, les comptes, les plans ou dans toutes
les autres pièces déposées par lui en exécution du marché.
Par ailleurs, l’adjudicataire garantit le pouvoir adjudicateur des dommages et intérêts dont
celui-ci est redevable à des tiers du fait du retard dans l’exécution des prestations ou de la
défaillance de l’adjudicataire.
Les prestations qui ne satisfont pas aux clauses et conditions du marché ou qui ne sont pas
exécutés conformément aux règles de l'art sont recommencés par le prestataire. A défaut, ils
le sont d'office, à ses frais, risques et périls, sur l'ordre du pouvoir adjudicateur, suivant l'un
ou l'autre des moyens d'action prévus à l'article 155 de l’AR du 14 janvier 2013. En outre,
l’adjudicataire est passible des amendes et pénalités pour inexécution des clauses et
conditions du marché.
L’adjudicataire garantit que tous les services qui devront être exécutés dans le cadre du
contrat seront exécutés par un personnel suffisamment formé et compétent, en respectant
les délais et budget prévus. L’adjudicataire a donc une obligation de résultat.
24
5. Garantie
Après la réception technique, la période de garantie débute et ce pour une durée de 2
années.
Pendant les périodes de garantie, les sanctions relatives au SLA s’appliquent.
La garantie couvre notamment :
• la réparation ou la correction des défauts de fonctionnement ou les non-conformités
d’un logiciel ;
• la réparation ou la correction des défauts de fonctionnement ou les non-conformités
du matériel dans son ensemble.
Le soumissionnaire doit veiller à mettre à jour les éléments pendant la période de garantie.
Ces mises à jour se rapportent tant à d’éventuelles ‘corrections’ qu’aux évolutions des
éléments installés.
6. Réception des prestations.
6.1. Réception technique
Quelle que soit la variante, il est prévu que le pouvoir adjudicateur effectue une réception
technique au moment où débute la mise en production.
6.2. Réception définitive
Quelle que soit la variante, la réception définitive est déclarée à la demande du fournisseur à
l’issue de la durée du marché.
La réception définitive sera consignée dans un procès-verbal signé par l’adjudicataire et le
SPF Finances. Le SPF Finances dispose d’un délai de 30 jours à compter de la demande de
l’adjudicataire pour rédiger le procès-verbal d’acceptation qui autorise la réception.
7. Modalités d’exécution.
7.1. Clause d’exécution
Le soumissionnaire s’engage, jusqu’à la complète exécution du marché, à respecter les 8
conventions de base de l’OIT, en particulier:
1. l’interdiction du travail forcé (conventions n° 29 concernant le travail forcé ou obligatoire,
1930, et n° 105 sur l’abolition du travail forcé, 1957)
2. le droit à la liberté syndicale (convention n° 87 sur la liberté syndicale et la protection du
droit syndical, 1948)
3. le droit d’organisation et de négociation collective (convention n° 98 sur le droit
d’organisation et de négociation collective, 1949)
4. l’interdiction de toute discrimination en matière de travail et de rémunération (conventions
n° 100 sur l’égalité de rémunération, 1951 et n° 111 concernant la discrimination (emploi
et profession), 1958)
5. l’âge minimum fixé pour le travail des enfants (convention n° 138 sur l’âge minimum,
1973), ainsi que l’interdiction des pires formes du travail des enfants (convention n° 182
sur les pires formes du travail des enfants, 1999).
25
En vertu de l’article 44, § 1er, 1° de l’arrêté royal du 14 janvier 2013, le non-respect de cet
engagement sera considéré comme une non-exécution du marché suivant les prescriptions
fixées dans les documents du marché, ce qui donnera lieu à la mise en demeure de
l’adjudicataire, et pourra, en vertu de l’article 47, § 2 de l’arrêté royal du 14 janvier 2013,
donner lieu à l’application des mesures d’office, en particulier à la résiliation unilatérale du
marché.
7.2. Clause d’évolution technologique
Si, avant l'expiration du délai de livraison, une évolution technologique donne naissance à
des logiciels/matériels plus avancés en termes de performances ou de fonctionnalités que
ceux proposés dans l’offre et ce, sans augmentation de prix, l’adjudicataire est tenu d'en
avertir le pouvoir adjudicateur et d’en proposer le remplacement. Le pouvoir adjudicateur est
libre d'accepter ou de refuser la proposition.
7.3. Délai d’exécution
L’installation du mainframe de type GCOS8 doit avoir lieu dans un délai de 3 mois à dater de
l’envoi du bon de commande à l’attributaire.
7.4. Lieu d’exécution du marché et particularités
Les prestations seront exécutées à l’adresse remise par l’adjudicataire dans son offre, ou le
cas échéant si le pouvoir adjudicateur décide d’opter pour la variante de location, à l’adresse
suivante :
•
SPF Finances, North Galaxy
Boulevard du Roi Albert II, 33
1040 Bruxelles
Au cas où la variante de base « hébergement externe » est utilisé, faisant intégralement
partie des prestations à prester, la main-d’œuvre prestée et les frais de déplacements en lien
avec les opérations de maintenance ne donneront lieu à aucune facturation dans le chef du
soumissionnaire.
Les prestations seront suivies de près pendant leur exécution par un délégué du pouvoir
adjudicateur. L’identité de ce délégué sera communiquée au prestataire de services au
moment où débutera l’exécution des prestations.
7.5. Sous-traitants
Le fait que l'adjudicataire confie tout ou partie de ses engagements à des sous-traitants ne
dégage pas sa responsabilité envers le pouvoir adjudicateur. Le pouvoir adjudicateur n'a
aucun lien contractuel avec ces tiers.
Toutefois, le pouvoir adjudicateur exige que les sous-traitants de l'adjudicataire satisfassent
en proportion de leur participation au marché aux exigences minimales de capacité
financière et économique et de capacité technique et professionnelle imposées par les
documents du marché.
L'adjudicataire reste, dans tous les cas, seul responsable vis-à-vis du pouvoir adjudicateur.
Dans les cas suivants, l'adjudicataire a l'obligation de faire appel à certains sous-traitants, le
recours à d'autres sous-traitants étant soumis à l'autorisation du pouvoir adjudicateur :
1° lorsque l'adjudicataire a, pour sa sélection qualitative, utilisé la capacité de certains soustraitants conformément à l'article 74 de l'arrêté royal secteurs classiques;
26
2° lorsque l'adjudicataire a proposé certains sous-traitants dans son offre conformément à
l'article 12 de l'arrêté royal secteurs classique.
En cas de changement de sous-traitant par rapport à l’offre, l'adjudicataire informera le SPF
Finances qui devra marquer son accord avant que l’adjudicataire puisse procéder au
changement.
Il est interdit à l'adjudicataire de confier tout ou partie de ses engagements à un
entrepreneur, à un fournisseur ou à un adjudicataire qui se trouve dans un des cas visés à
l'article 61 de l'arrêté royal du 15 juillet 2011 relatif à la passation des marchés publics dans
les secteurs classiques.
7.6. Moyens mis à disposition par le SPF Finances
Au cas où la variante location serait utilisée :
L’adjudicataire mettra à disposition de son personnel tout le matériel nécessaire à l’exécution
de sa mission (ordinateur portable, etc.).
Le SPF Finances effectuera des adaptations réseaux aux postes de travail des membres du
personnel de l'adjudicataire afin de les faire mieux fonctionner au sein de l'infrastructure du
SPF Finances. L'adjudicataire ne peut en aucun cas modifier, perturber ou surcharger
l'infrastructure du SPF Finances par l'ajout de postes de travail pour son personnel dans
cette infrastructure.
L'adjudicataire est intégralement responsable de la protection des postes de travail
concernés contre les virus et de la gestion de ces postes. Au cas où d'autres logiciels
devraient être utilisés dans le cadre du projet, leur utilisation se déroulera, après acceptation
par le fonctionnaire dirigeant, sous la responsabilité de l'adjudicataire et le coût de cette
utilisation sera compris dans le prix des prestations.
Le personnel de l’adjudicataire devra suivre les procédures internes et les règlements relatifs
à l’utilisation des moyens mis à sa disposition et à leur accès, et ne peut exiger aucun ajout
ou modification à l’environnement de travail du pouvoir adjudicateur.
7.7. Confidentialité et engagements particuliers concernant les informations reçues
Tous les résultats et rapports produits par l’adjudicataire pendant l'exécution de ce marché,
constituent la propriété du pouvoir adjudicateur et ne peuvent être publiés ou communiqués
à des tiers, sauf accord écrit préalable de la part du pouvoir adjudicateur.
L'exécutant des prestations et ses collaborateurs sont tenus au secret professionnel quant
aux informations qu'il aurait pu obtenir lors de l'exécution de ce marché. Ces informations ne
pourront en aucun cas être communiquées à des tiers sans accord écrit de la part du pouvoir
adjudicateur. Tous les renseignements dont le personnel de l’adjudicataire sera amené à
prendre connaissance dans le cadre de sa mission, tous les documents qui lui sont confiés
et toutes les réunions auxquelles il participe sont considérés comme strictement
confidentiels.
Les informations dont il s’agit:
• peuvent être enregistrées sur n'importe quel type de support d'information, comme le
papier, un film, une bande magnétique, un disque, une disquette, un montage
intégré, etc. ;
• peuvent être communiquées à l’adjudicataire oralement, par une démonstration et/ou
par la transmission d'un support d'information qui contient l'information considérée ou
27
•
peuvent venir à la connaissance de l’adjudicataire à l'occasion de l'exécution du
présent marché ou d'une mission confiée par le SPF Finances dans le cadre du
présent marché ;
peuvent, dans leur totalité ou en partie, consister en, par exemple, études, modes
d'emploi, plans de conception, plans de fabrication, descriptions techniques, plans de
détail, spécifications fonctionnelles, procédures, programmes d'ordinateur, codes
exécutables, calculs, etc.
L’adjudicataire s’engage à garder secrètes, tant pendant qu’après l’exécution du marché,
toutes ces informations confidentielles, de quelque ordre que ce soit, qui lui seront
communiquées ou dont il aura eu connaissance au cours de sa mission.
L’adjudicataire se porte garant du respect de la confidentialité de ces informations par son
personnel et ses sous-traitants. Il s’engage à ne pas les divulguer à des tiers, en ce compris
les filiales et autres entreprises liées à l’adjudicataire. Il ne communiquera à son personnel et
à celui de ses sous-traitants directement impliqués au marché, uniquement les données
nécessaires à l'exécution de leur tâche, dans le cadre du présent marché.
Les obligations énoncées ci-dessus ne sont pas applicables aux informations du SPF
Finances :
• dont l’adjudicataire peut démontrer par un moyen acceptable par le SPF Finances
qu'elles étaient déjà en sa possession au moment où elles lui ont été communiquées
pour la première fois par le SPF Finances ;
• qui, au moment où elles ont été connues par le SPF Finances, étaient déjà publiques;
• qui, après qu'elles aient été connues par le SPF Finances, ont été rendues publiques
autrement que par le fait de l’adjudicataire ; ou
• que l’adjudicataire a obtenues d'un tiers qui disposait de bonne foi des informations
du SPF Finances et qui était autorisé à les communiquer à l’adjudicataire.
L’adjudicataire s'engage :
•
•
à ne pas copier tout ou partie de l'information du SPF Finances, si celle-ci se trouve
sur un support mis à disposition par le SPF Finances ;
à, d'autre part, ne pas saisir tout ou partie de l'information du SPF Finances sur un
support quelconque, sauf pour l'exécution des missions qui lui sont confiées par le
SPF Finances, et ce uniquement si cela s’avère nécessaire.
Toute l'information mise à la disposition de l’adjudicataire par le SPF Finances et tout
support d'information, contenant de l'information du SPF Finances, mis à la disposition de
l’adjudicataire par le SPF Finances reste l'entière propriété du SPF Finances. Même si
l’adjudicataire a copié ou consigné ces informations ou une partie de celles-ci, elles
demeurent la propriété intégrale du SPF Finances.
Le SPF Finances a le droit, à tout moment, de demander à l’adjudicataire de lui remettre tout
ou partie des supports d’information sur lesquels l’adjudicataire aura stocké de l’information
du SPF Finances. L’adjudicataire s’engage à remettre immédiatement les supports réclamés
sans les copier.
L’adjudicataire s’engage à remettre au SPF Finances, à l’issue de l’exécution du marché et
sans délai, tous les supports d’information qui contiennent de l’information du SPF Finances
et qui ont été mis à la disposition de l’adjudicataire pour l’exécution du marché, pour autant
que ces supports d’information n’aient pas déjà été remis au SPF Finances.
Toute information du SPF Finances restera la propriété du SPF Finances.
28
Par la mise à disposition d’informations du SPF Finances, celui-ci ne concède à
l’adjudicataire, ni explicitement ni implicitement, aucun droit à licence sur les droits de brevet,
droits d’auteur ou autres droits intellectuels.
L’adjudicataire s'engage à ne pas appliquer industriellement l'information du SPF Finances
et à ne pas l'utiliser pour d'autres fins que l'exécution du présent marché ou d'une mission à
lui confiée par le SPF Finances dans le cadre du présent marché.
L’adjudicataire est responsable de tout dommage dont le SPF Finances serait victime du fait
du non-respect par lui-même ou par les membres de son personnel d’obligations qui lui
incombent en vertu du présent article.
8. Facturation et paiement des prestations.
Pour garantir un paiement rapide, il est demandé à l’adjudicataire de joindre les PV de
réceptions aux premières factures produites.
Pour la variante de base dénommée « hébergement externe » :
• Le paiement se fera sur base de factures mensuelles régulièrement et justement
établies. L’adjudicataire veillera à bien différencier les différents « postes » sur sa
facture (maintenance, location des mainframes, support, logiciels …) ;
Pour la variante « location » :
• Le paiement se fera sur base de factures mensuelles régulièrement et justement
établies. L’adjudicataire veillera à bien différencier les différents « postes » sur sa
facture (maintenance, location des mainframes, support, …) ;
Pour la variante « location », le paiement des factures se rapportant au logiciel se fera
mensuellement sur base de factures régulièrement et justement établies. L’adjudicataire
veillera à bien différencier les différents « postes » sur sa facture (licences, support,
redevance, …).
Le paiement des prestations d’assistance complémentaire éventuels se fera après exécution
des prestations, sur production de factures régulièrement et justement établies.
L’ensemble des factures dont il est question ci-dessus sont à soumettre à la TVA et établies
au nom de :
Service Public Fédéral FINANCES
Service central de facturation
Boulevard Roi Albert II, 33 bte 788 – Bloc B22
1030 BRUXELLES
Les factures y seront scannées et envoyées aux liquidateurs.
La facture peut être envoyée aussi, sous forme d’un fichier pdf, à l’adresse e-mail suivante :
[email protected]
Les factures seront revêtues de la mention : « Le montant dû doit être versé sur le compte.
nº… au nom de…à… ». Le numéro du bon de commande (4500XXXXXX) et le cas échéant
le numéro du contrat (5XXXXXX) seront systématiquement indiqués sur chacune des
factures.
29
IMPORTANT
L’adjudicataire renseigne clairement sur la facture les prestations réalisées.
La procédure de liquidation s’effectuera conformément au Règlement sur la Comptabilité de
l’Etat.
IMPORTANT
Le SPF FINANCES ne dépose pas de déclarations TVA périodiques.
Par conséquent, conformément à la décision TVA n° E.T. 122.360 dd. 20.03.2012 de
l’Administration générale de la Fiscalité, n’est pas d’application pour les travaux, fournitures
ou services exécutés dans le cadre du présent marché, le régime cocontractant organisé à
l’article 20 de l’Arrêté royal n° 1 du 29 décembre 1992 relatif aux mesures tendant à assurer
le paiement de la taxe sur la valeur ajoutée.
Seules les prestations exécutées de manière correcte pourront être facturés.
Le pouvoir adjudicateur dispose d'un délai de vérification de trente jours à compter de la date
de la fin des prestations, constatée conformément aux modalités fixées dans les documents
du marché.
Le paiement du montant dû à l’adjudicataire doit intervenir dans le délai de paiement de
trente jours à compter de l'échéance du délai de vérification.
Lorsque les documents du marché ne prévoient pas une déclaration de créance séparée, la
facture vaut déclaration de créance.
La facture doit être libellée en EUROS.
9. Litiges
Tous les litiges relatifs à l’exécution de ce marché sont exclusivement tranchés par les
tribunaux compétents de l’arrondissement judiciaire de Bruxelles. La langue véhiculaire est
le français ou le néerlandais.
Le pouvoir adjudicateur n’est en aucun cas responsable des dommages causés à des
personnes ou à des biens qui sont la conséquence directe ou indirecte des activités
nécessaires à l’exécution de ce marché. L’adjudicataire garantit le pouvoir adjudicateur
contre toute action en dommages et intérêts par des tiers à cet égard.
30
E. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES
1. Caractéristiques générales
Les propriétés techniques spécifiées ci-dessous doivent être considérées comme des
propriétés minimales; les offres peuvent donc proposer des équipements offrant des
fonctionnalités supérieures.
Les équipements proposés doivent être d'une marque internationalement reconnue et
commercialisés au moins à l'échelle européenne.
Dans la variante facultative, le soumissionnaire fournira tous les éléments (câbles,
éléments de connectivité, connecteurs, logiciels spécifiques, ....) afin de proposer un
ensemble opérationnel en état de fonctionnement et conforme aux fonctionnalités
demandées, même si celles-ci ne sont pas explicitement stipulées.
2. Infrastructure existante
Ce chapitre a pour objectif principal de décrire l’infrastructure mainframe utilisée
actuellement au SPF Finances. Cette partie est donc informative et ne constitue en rien ce
qui est demandé aux soumissionnaires.
2.1.
Contexte général
Actuellement, Le SPF Finances utilise pour la production et le développement/tests et sur
deux sites distants, 2 mainframes Bull/Atos de quatrième génération de type Helios 4 avec
une version SR7.0, le GCOS8 se présentant comme un tout cohérent intégrant le système et
ses périphériques dédicacés (disques, sauvegardes). Ainsi, nous disposons de :
-
Un site principal où tourne la production;
un site distant (DR), où tourne le développement/test
Le site principal reprend totalement la production et le développement / tests en cas de
désastre sur le site DR (Disaster Recovery) et réciproquement.
Les principales applications installées sur ces systèmes sont critiques pour le SPF Finances.
Il s’agit notamment des applications informatiques centrales dans les domaines:
-
-
de l’Automatisation du Personnel (ancien Secrétariat Général),
des Douanes et Accises (SADBEL et comptabilité des marchandises),
des Contributions Directes/AFER (traitement de l'impôt des personnes physiques,
de l'impôt des sociétés, du précompte mobilier, des versements anticipés, des
entrepreneurs enregistrés, etc.)
du Recouvrement (ICPC, traitement des dépenses, dotations aux communes,
précompte professionnel, Fiscalité).
Le langage de programmation utilisé pour ces applications est du COBOL. La base de
données est de type hiérarchique, l’IDS2. Cet ensemble est indissociable des plateformes
mainframes de Bull/Atos.
Une description succincte de l’infrastructure actuelle est donnée ci-dessous. Une description
plus détaillée de l’infrastructure se trouve en annexe de ce dossier.
31
2.2.
Le Hardware
Le SPF Finances utilise, pour sa production un système novascale GCOS8 de quatrième
génération (Helios 4).
a) Le système novascale 9210 avec une partition physique 9026/474T quadriprocesseurs, d’une puissance relative de 2 797 TPS.
Cette partition physique comprend:
- 12 Go de mémoire pour GCOS8,
- 3 processeurs IOSP pour les entrées/sorties,
- 3 processeurs GNSP pour le réseau
- 10 ports fibre chanel à 8 Gb/s pour adresser la périphérie disques et cartouches.
- 4 ports Ethernet à 1Gb/s (1 NIC dual port + 2 ports sur la carte mère).
- 2 ports Infiniband à 40 Gb/s sur la carte mère (pas utilisés)
En fonctionnement normal, chaque système est actif avec une seule partition logique
Le système de production supporte la production avec 4 CPU
Le système de DR supporte les développements/tests avec 4 CPU
En mode Disaster Recovery, le système restant actif supporte la production avec 3 CPU et
les développements/tests avec 1 CPU.
Le lien avec les bases de données DB2 sur système Solaris est assuré par une passerelle
DBSP à base de processeurs Intel Xeon. Ce serveur est un novascale R460 F2 comprenant
2 sockets quad core à 2,53 Ghz et disposant d'une mémoire de 92 Go. La liaison entre le
serveur gcos8 et la passerelle DBSP est assurée par 2 liens Infiniband. La liaison entre la
passerelle DBSP et le serveur Solaris est réalisée via le réseau IP Ethernet du SPF
Finances.
b) Pour le stockage, les systèmes utilisent des ressources OPTIMA3000. Chaque
noeud a une capacité de 11,1 To; soit une capacité utile de 8,4 To en protection
RAID-5 (4+P).
-
Espace pour la production 3,6 To en protection Raid-5 (4+P) 348 LUN de 9 Go
Espace pour les développements/tests 3,6 To en protection Raid-5 (4+P) 348 LUN de
9 Go
Espace pour les « Clone » 1,2 To en protection Raid-5 (4+P) 116 LUN de 9 Go
Tous les composants de l'OPTIMA3000 sont redondants. Les chemins d’accès vers les
serveurs et entre les mémoires cache sont en fibre channel à 8 Go/s.
Tous les espaces sont dupliqués; La copie distante des données de baie à baie est faite par
le logiciel de réplication Remote Data Replication afin d’assurer la reprise d’activité après
désastre.
c) Pour les sous-systèmes de sauvegarde, les systèmes utilisent la solution de
sauvegarde indépendante StoreWay Virtuo modèle modèle P820 en mode hotstandby.
Le StoreWay Virtuo comprend:
− Un serveur Escala E2-700 R
2 cores, processeur Power7 3.0 GHz,
8 Go de mémoire 2 disques SAS interne de 146Go15k
32
4 ports à 8 Gb/s en entrée 4 ports FC à 8 Gb/s en sortie pour le cache et les lecteurs LTO4
une carte de compression (taux de 1 à 7)
1 console intégrée au rack
Version AIX 6.1
− Un cache disque de 7,2 To
1 sous-système OPTIMA1500
disque Sata 1 To en protection Raid-5 (3+1)
− Une librairie Overland NEO4000E 2 modules de 60 slots 4 lecteurs LTO4
− 2 switches BR300 de 16 ports à 8 Gb/s
Ci-dessous, le résumé des différentes caractéristiques:
Avec la licence de base et la licence pour le mainframe GCOS8, deux options sont
disponibles :
• L'option seconde librairie permettant d'effectuer automatiquement les sauvegardes en
double copie physique, une sur la librairie locale et une sur la librairie distante.
• L'option Hot standby permettant la synchronisation des 2 Virtuos.
A tout moment, chaque site dispose de l’intégralité des données sauvegardées. Cela
permet de réaliser des restaurations vers le serveur du site d’origine ou vers le serveur du
site distant suivant la politique de plan de reprise d’activité (PRA) mise en œuvre. Les bases
d'index de Virtuo sont également répliquées sur disques.
Le réseau est en TCP/IP, les terminaux sont connectés via des passerelles de
télécommunication « TORI » et « TNVIP ».
Ci-dessous, un schéma de la configuration actuelle du système de sauvegarde:
33
d) Schémas de configuration
2.3.
Les logiciels.
Les versions actuelles des logiciels sont présentées ci-dessous :
- New BASE_OS
- TP8 – Drop TP84.3
- CPMS8, OSCAR8, PARS8, GTEA.
- Logiciels Third Party: latest SS C, NS C, UW_Tools
- CBL85, INTEREL
- Drop FLOWBUS SFRs
- Columbus (gestion des impressions)
- Open Master (pilotage du GCOS8)
- TORI (emulation GCOS8): 250 licences
- TNVIP : 400 licences
34
Les émulateurs sont Glink (250 licences) utilisé avec TNVIP et VTDWIN.
2.3.1. TORI
Le SPF Finances utilise actuellement 6 Gateways:
• 2 pour l’automatisation du Personnel (anciennement Secrétariat Général)
• 4 TORI pour les Douanes
Le produit est installé sur des serveurs virtualisés sous Windows 2012 R2. L’offre devra
également porter sur la fourniture de 250 licences.
2.3.2. TNVIP
Le SPF Finances dispose actuellement de 2 licences serveurs V3 pour ses 2 sites et 400
licences pour la connexion client via Glink. TNVIP est installé sur des serveurs virtualisés
Windows 2003. Une migration vers la version V5 compatible avec Windows 2012R2 doit être
prévue. La compatibilité avec la SR8.0 doit être démontrée.
2.3.3. UniQprint (Colombus)
Les serveurs Columbus tournent sur des serveurs virtualisés Windows 2008 R2.
2.4.
Support et Services
Actuellement le SPF Finances utilise le support suivant:
- Le support 24 sur 24 et 7 jours sur 7 par une équipe d’Ingénieurs enregistrés
dans les listes des personnes ayant des accès aux différents Datacentres du SPS
Finances.
- L’intervention dans les 4 heures en cas de problèmes majeurs: remplacement de
hardware, bugs applicatifs (bloquants ou non bloquant)
- La résolution des problèmes techniques sur le matériel / logiciel
- Pour un support pro-actif, la présence d’un Ingénieur prestant 1,5 équivalent
temps plein par mois
3. Description des besoins – aspects fonctionnels et techniques
Avant-propos:
Toutes les offres au niveau Hardware doivent fournir un roadmap du support par le
constructeur des différents composants (processeurs, lecteurs de disques, composants
réseaux…).
3.1.
Description des différentes variantes
3.1.1. La variante de base : Externalisation
Pour la reprise des traitements applicatifs existants, le SPF Finances souhaite faire héberger
ses applications tournant sous des plateformes mainframe GCOS8 dans des Datacentres à
l’extérieur du SPF Finances. En clair, les soumissionnaires soumettront des offres qui
comprendront les services ci-dessous et qui constituent un minimum :
35
-
-
-
-
Mise à disposition de deux plateformes* sur deux sites différents (un site de
production et un site de reprise d’activité en cas de désastre), de puissance CPU de
2795 TPS chacune. Cette puissance est amenée à diminuer avec le temps par le
mécanisme de downgrade CPU dont les différentes modalités sont à fournir par le
soumissionnaire.
Mise à disposition d’un espace de stockage de 10,5 To effective ; une duplication
permanente (synchronisation) des données entre les deux sites est à prévoir mais
aussi un mécanisme de redondance des données.
Mise à disposition d’un espace de sauvegarde de 63 To par site.
Gestion du stockage, de la sauvegarde des données et de tous les sous-systèmes.
Assurer la restauration des données en cas de besoin.
Fournir des services de maintenance et de support pour les logiciels.
Assurer et maintenir le trafic réseaux WAN entre les Datacentres du soumissionnaire
et les Datacentres du SPF Finances.
Assurer une bande passante suffisante et constante pour les opérateurs du SPF
Finances à travers les consoles de travail afin d’éviter des temps de latence
Garantir la redondance du réseau entre les Datacentres du soumissionnaire et ceux
du SPF Finances.
Le soumissionnaire proposera un système de Monitoring afin de détecter une
éventuelle rupture du lien de synchronisation des données entre les deux
infrastructures mainframe GCOS8 des deux Datacentres.
Mise à la disposition des opérateurs du SPF Finances, des consoles de travail.
Assurer des temps de réponse corrects des plateformes et du réseau.
Cette liste n’est toutefois pas exhaustive, le soumissionnaire pourra y ajouter tous les
services qu’il jugerait utile pour la bonne réussite du projet.
Les spécifications techniques se définissent selon les grands ensembles ci-dessous.
3.1.2. Jobs Batches.
Les plateformes doivent permettre le déroulement des jobs batches par le
moteur VTOM (ne fait pas partie du marché), dans le respect des plages
horaires pré-établies. A ce propos, le SPF Finances utilise les plages
horaires suivantes pour ses jobs batches:
19h à 07h : fenêtre de réalisation de tous les jobs
07h à 19h : fenêtre réservée à la production
L’infrastructure devra permettre de faire fonctionner les jobs batches
également en journée sans compromettre les TPs de production.
3.1.3. Puissance.
La puissance (exprimée en TPS) de l’unité centrale de chaque site doit
être supérieure ou égale à 2795 TPS. Cette valeur est la puissance
nécessaire minimale afin de reprendre les traitements actuels de nos
systèmes.
Le SPF Finances prévoit de réduire cette puissance dans le temps à partir
du mois 36 de l’attribution du marché. Cette réduction de puissance ou
downgrade (voir plus bas) n’est toutefois pas contractuelle.
3.1.4. Sauvegarde.
Le dispositif de sauvegarde doit garantir un backup complet journalier
entre 19h et 07h du matin.
*
Ou toute autre combinaison permettant d’atteindre la puissance exigée.
36
Le SPF Finance réalise des Full Backups tous les soirs. Les
soumissionnaires pourront proposer d’autres mécanismes pour ces
sauvegardes sans toutefois compromettre les données de ces
sauvegardes.
Le système doit être performant et permettre le recouvrement complet des
données en cas de restauration dans des délais tenant compte du SLA.
3.1.5. Logiciels.
L’offre inclura tous les logiciels systèmes nécessaires avec toutes les
licences nécessaires.
Le soumissionnaire proposera un roadmap des différents logiciels qui
seront proposés.
Le soumissionnaire pourra soumettre tout autre logiciel qu’il jugera
indispensables pour la qualité et le bon fonctionnement des applications
du SPF Finances.
Les mises à jour et les changements de versions des logiciels devront se
faire selon les modalités reprises dans le SLA en annexe.
3.1.6. Downgrade.
Les offres devront préciser les possibilités de downgrade offertes par les
CPU proposés.
Ces différentes possibilités doivent être démontrer à travers un scénario
montrant les avantages pour le SPF Finances en terme de réduction du
nombre de licences, de leur coûts de maintenance et de support que le
SPF Finances pourrait en tirer.
Ce scénario de downgrade sera repris comme un des critères d’attribution
de ce Cahier Spécial des Charges
3.1.7. Le Disaster Recovery:
Le soumissionnaire devra inclure dans son offre, une architecture
décrivant comment il compte assurer la possibilité de reprise d’activité à
partir d’un autre de son site distant localisé en Europe, en cas de désastre
sur le site de production tout en respectant le SLA. En outre,
l’adjudicataire devra réaliser en collaboration avec le SPF Finances, un
test de DR annuel entre ses 2 sites.
3.2.
La première variante : Location
Le SPF Finances demande aux soumissionnaires de proposer des offres pour :
- La location de toutes les plateformes mainframe GCOS8 et tous les sous-systèmes
associés ;
- L’installation, la configuration et la mise à disposition des deux plateformes
mainframe GCOS8, de tous les sous-systèmes dans les Datacentres du SPF
Finances ;
- La fourniture des différents logiciels associés licences comprises;
- La maintenance matériel et logiciels pour une période de 84 mois ;
- Les services de support pour une période de 84 mois à raison de 1,5 Equivalent
Temps Plein (ETP)
- Des services complémentaires en cas de demande du SPF Finances
L’architecture globale de la solution proposée doit être comparable à celle actuellement en
service au SPF Finances. Pour cela, les soumissionnaires devront se référer au
chapitre « infrastructure existante » ci-dessus. Les soumissionnaires peuvent également
obtenir plus d’informations en consultant l’ABB (Architecture Building Blocks) dont le site est
37
repris ici
(http://finances.belgium.be/fr/sur_le_spf/historique_modernisation/ict/ict_fundamenten).
3.2.1. Au niveau Serveurs:
Chaque système par site devra comporter 1 partition physique avec au minimum les
fonctionnalités actuelles. En dehors de la partition physique, chaque système devra
comporter 2 partitions logiques:
-
Une partition pour la production.
Une partition pour les développements/tests.
Chaque composant matériel et logiciel devra être sous maintenance chez le fabricant (ou
l’éditeur du logiciel). Si le produit n’est plus supporté, il devra faire l’objet d’un remplacement
qui soit compatible avec notre infrastructure pour la durée du projet, sans coûts
supplémentaires.
3.2.2. Système de stockage
Le système de stockage à proposer doit contenir une capacité de 13,2 To, soit 10,5 To
effective au minimum avec un système de redondance des données.
Les données doivent être synchronisées en permanence et sans latence entre les deux
Datacentres du SPF Finances.
L’infrastructure de stockage proposée doit permettre une réplication simultanée des données
entre les deux sites (production et DR).
Un mécanisme de redondance des disques doit être proposé
3.2.3. Système de sauvegarde
Le dispositif de sauvegarde doit garantir un backup complet journalier entre 19h et 07h du
matin.
Le SPF Finance réalise des Backups complets tous les soirs. Les soumissionnaires pourront
proposer d’autres mécanismes pour ces sauvegardes sans toutefois compromettre les
données de ces sauvegardes.
Le système doit être performant et permettre le recouvrement complet des données en cas
de restauration dans des délais tenant compte du SLA.
D’autres mécanismes de sauvegarde que ceux utilisés actuellement peuvent être proposés,
pour autant qu’ils aient une valeur ajoutée pour le SPF Finances.
3.2.4. Logiciels
Les logiciels demandés seront proposés sous forme de redevance mensuelle pour une
période de 84 mois.
Le SPF Finances utilise la release GCOS8 SR 7.0 et demande la migration vers la version
SR8.0.
Les versions des logiciels proposées doivent être au minimum celles actuellement installées.
Il est demandé aux soumissionnaires de proposer de nouvelles versions de logiciels quand
cela est nécessaire et disponible. A défaut, des migrations doivent être prévues.
Les soumissionnaires fourniront également toutes les licences nécessaires à ces logiciels.
3.2.5. VTOM
38
Le SPF Finances dispose déjà de licences VTOM qui ne font donc pas partie de ce marché
public.
Les clients VTOM doivent être compatibles avec la release SR 8.0
4. La migration
Avant-propos :
Ce chapitre est applicable à toutes les variantes. Chaque soumissionnaire devra par
conséquent ne s’intéresser qu’aux parties applicables à sa ou ses variantes.
Pour le bon déroulement de la migration, le SPF Finances compte s’appuyer sur l'expérience
et l'expertise de l’adjudicataire. Un phasage des différentes étapes qui seront suivies sera
fourni par l’adjudicataire, en précisant le rôle et les différentes responsabilités. Le
soumissionnaire fournira dans son offre un plan détaillé et motivé d'actions.
4.1.
Définition
L’adjudicataire travaille en étroite collaboration avec les ingénieurs du SPF Finances ou de
ses fournisseurs de services afin de rassembler les informations sur les applications et les
données en vue de leur transfert vers les équipes les Datacentres de production de de
l’adjudicataire (variante de Base) ou vers les nouvelles plateformes installées dans les
Datacentres du SPF Finances.
4.2.
Mise en œuvre
Les étapes listées ci-dessous sont données à titre indicatif et ne constituent nullement la liste
des étapes à suivre et, sont listées pour toutes les variantes.
Il est demandé aux soumissionnaires de fournir un plan détaillé de migration de l’existant
tout en garantissant la continuité de services de nos applications Business.
Le plan de migration fait partie des critères d’attribution.
Ces différentes étapes ne sont que les grandes lignes de la réalisation de cette migration et
ne constituent en rien une liste exhaustive de tout le travail à réaliser ni l’ordre dans lequel il
doit être exécuté.
Les tests des applications Business et leurs validations sont sous la responsabilité du SPF
Finances.
Pour cette migration, les principales étapes peuvent être résumées comme suit:
Le transfert vers les sites de production, l’installation, la configuration des
applications et de leurs données,
- Les différentes configurations réseaux
- la configuration et les tests de validité, la mise en production des applications et
leurs données
- L’installation physique du hardware sur les deux sites (pour la variante alternative)
- La configuration de ces nouveaux systèmes
a) La mise en œuvre d’une approche de migration pour assurer la continuité de
services.
b) La mise en place de la nouvelle solution de backup
c) La migration des données sur les nouveaux systèmes de stockage
-
39
d)
e)
f)
g)
h)
4.3.
La validation des différentes applications systèmes et Business
La validation de la procédure de DR + Tests
La modification éventuelle des procédures d’exploitation
Le basculement vers les nouveaux systèmes
La formation du personnel du SPF au travers d’un service d’accompagnement
L’installation
L’adjudicataire doit proposer un plan d'installation de haut niveau. Le soumissionnaire
fournira un Work Breakdown Structure détaillé avec toutes les charges de travail de toutes
les étapes du projet et les tâches à réaliser.
La création et la tenue du plan incombent à l’adjudicataire. Le plan d'installation doit prévoir
entre autre:
- Les délais d'installation des applications
- Le niveau de participation du personnel du soumissionnaire et du personnel du
SPF Finances à chaque stade du projet
- Les résultats finaux (livrables)
- Les autres informations éventuelles que le soumissionnaire juge nécessaires.
Durant la phase de migration qu'il sera appelé à réaliser, l'adjudicataire collaborera
directement avec le personnel du SPF Finances. Le personnel du SPF Finances identifiera
les principaux stades du processus et organisera une concertation pour analyser et
réorienter l'installation. L'adjudicataire doit produire une présentation adéquate pour chacune
de ces réunions.
L'adjudicataire rédigera un rapport d'activité mensuel complet au comité de pilotage et
collaborera avec le personnel du SPF Finances pour définir la teneur du rapport.
Afin de pouvoir effectuer ce déploiement sans difficulté, l’adjudicataire fournira un document
d’installation détaillé et conforme aux standards du SPF Finances. Il apportera aussi son
aide aux équipes opérationnelles pour les configurations spécifiques des applications.
Paramétrages spécifiques
Pour tous les paramétrages spécifiques, l’adjudicataire précisera s'ils doivent être réalisés
par lui seul ou si le SPF Finances peut s'en charger de façon autonome, moyennant une
formation adéquate.
4.4.
Les risques
L’adjudicataire devra identifier et décrire les risques inhérents au projet et leur impact sur le
bon déroulement du projet et y apporter des propositions de résolution. On peut citer:
- La logistique
- Les risques techniques
- Les risques organisationnels
4.4.1. Les grandes phases de l’approche
Les grandes phases du projet doivent être décrites avec précision, en établissant les
corrélations éventuelles avec les autres phases du projet et identifier les différents les
risques.
L’approche projet doit être proposée selon une méthodologie permettant de:
- Réaliser des tests techniques et fonctionnels
- Gagner du temps
40
-
Prévoir une solution de Roll-back en cas de problème majeur
Basculer la production
5. Le support
N.B.: Sauf indication contraire, la liste des services délivrés concerne les deux
variantes
Le SPF Finances souhaite bénéficier des services ci-dessous.
Les soumissionnaires proposeront dans leurs offres, une description complète et pertinente
à travers des simulations et des scénarios expliquant comment ils vont assurer les différents
services demandés.
Les soumissionnaires pourront, s’ils le souhaitent, proposer d’autres services qui apporteront
une valeur ajoutée au SPF Finances.
5.1.
Gestion du mainframe (variante facultative)
5.1.1. Support de la plateforme
•
•
•
•
•
Permettre la mise à jour et le maintien de l’ensemble des applications du SPF
Finances selon les lignes directrices actuelles et futures des éditeurs des logiciels
L'application en temps opportun des correctifs des logiciels quand ils sont disponibles
afin d’assurer le support de l’éditeur
La fourniture des modes opératoires classiques qui sont nécessaires pour les
développeurs des applications du SPF Finances.
Fournir un soutien aux développeurs et aux opérateurs du SPF Finances en cas de
demande;
Soutenir les développeurs lors du test de mises à niveau ou maintenance sur les
applications du SPF Finances.
5.1.2. Opérations du serveur
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Démarrage, arrêt et redémarrage du matériel sur demande du SPF Finances;
Engagement des procédures de recouvrement pour l'équipement périphérique;
Suivi du système d'exploitation et les périphériques connectés.
Engager des procédures de récupération de logiciels et de périphériques;
redémarrage des processus en cas de nécessité ;
Opérations sur le système de Mainframe (Operations Console) : gestion des
problèmes et la gestion du changement et de la gestion de la disponibilité des
ressources
Gestion de la disponibilité des ressources du système d’exploitation ;
Aider les opérateurs du SPF Finances dans l'analyse des problèmes et des erreurs ;
Effectuer le démarrage et l'arrêt automatique du système d'exploitation en cas de
besoin
La responsabilité de la mise en œuvre effective et le suivi des procédures prévues,
•
•
•
•
•
Prendre les mesures appropriées en ce qui concerne les divers événements
opérationnels;
Démarrage et redémarrage des sous-systèmes en cas de besoin ;
Surveiller le bon fonctionnement des sous-systèmes et des bases de données ;
Collaborer avec le service d'exploitation du SPF Finances pour planifier les
procédures automatisées.
Responsabilité du problème jusqu'à sa résolution;
41
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Validation de la classification du problème
Déterminer la cause racine (analyse des causes) du problème;
Mise en place d’une équipe Task-force avec des spécialistes de soutien technique en
cas de besoin;
Etablir un plan d’escalation des problèmes si nécessaire;
Contrôle des opérations pour la détermination du problème
Contrôle des plans de relance
Communiquer la localisation du gestionnaire de crise pendant les pannes
exceptionnelles
Veiller à ce que les responsables du SPF Finances soient avertis en cas de rupture et
de rétablissement de services de nos applications
Faciliter et / ou prendre des dispositions pour les décisions de récupération /
recommandations;
Assurer la documentation du problème en indiquant les activités et le calendrier;
Participation à la discussion de l'incident et le processus de récupération;
Veiller à ce que les procédures de communication et d'escalade internes soient
réalisées
Les opérations automatisées contribuent à maximiser la disponibilité du système à la
surveillance et la réparation. Ceci est fait en automatisant les actes de l'opérateur par
l'intermédiaire des outils adéquats.
5.2.
Planning du support des serveurs mainframes
5.2.1. Gestion de la configuration
Le soumissionnaire est responsable de la gestion des systèmes. Toutes les interventions sur
le mainframe ou tout changement de matériel seront toujours communiqués au SPF
Finances. Si nécessaire, le soumissionnaire devra donner des explications supplémentaires
au SPF Finances en cas de demande.
• Le soumissionnaire est responsable de la conception, la définition, l'installation et la
configuration logique du matériel sur le système;
• Le soumissionnaire doit veiller à ce que tout changement dans les configurations des
logiciels et des matériels fasse partie de la Gestion du Changement.
• Le soumissionnaire doit maintenir la documentation des sauvegardes effectuées, des
procédures de reprise après sinistre, tant matériels que logiciels.
5.2.2. Gestion de la performance
La gestion de la performance fournit les services nécessaires à la surveillance, la mesure,
l'analyse et le reporting des performances pour correspondre aux niveaux de services
convenus.
• Le soumissionnaire doit fournir une proposition visant à évaluer les performances
du système. Ces mesures comprennent le CPU, l’utilisation de la mémoire et le
stockage et détailler par instance d'application
• Gestion des incidents, des changements, des problèmes, et d'autres applications
relatives à la performance;
• Gestion des seuils de notification concernant l'utilisation des ressources
mainframe;
• L'analyse des dépassements au niveau des services, les alarmes, l'analyse des
tendances afin de rétablir le niveau de service;
42
•
•
•
•
•
•
•
•
surveiller de manière proactive et ajuster la performance et les rapports
d'exception;
L'application de la maintenance corrective pour résoudre les problèmes de
performance et de faire des recommandations pour éviter de futurs incidents
Recommander des changements pour maintenir les niveaux de performance;
L'application des modifications pour la performance après être passé par un
processus formel de gestion du changement;
Les données de performances seront collectées, stockées et consolidées;
Définir des seuils de performance des alarmes lorsque les SLAs sont dépassés;
Fournit les rapports ad-hoc sur le rendement en rapport avec les incidents afin de
rétablir le niveau de service
Régler si nécessaire les outils standards de performance afin de maximiser les
avantages de productivité.
5.2.3. Gestion de la capacité
Le soumissionnaire veillera à ce que la capacité disponible sur l'environnement mainframe
soit suffisante pour répondre aux besoins changeants des applications du SPF Finances ;
que ce soit pour l’augmentation ou la diminution de la capacité. Ce service est applicable au
matériel et logiciel.
• Fournir des statistiques liées à la capacité et à la collecte, la consolidation et le
stockage de ces données;
• Fournir une capacité de système sur présentation des rapports;
• Définition de seuils alarme des capacités afin de respecter les SLAs;
• Suivi de la capacité et informer le SPF Finances lorsque les ressources disponibles
risquent de dépasser les seuils définis;
• Le suivi des incidents, des problèmes, des changements, et d'autres questions liées à
la capacité;
• Fournir des rapports ad hoc en relation avec les incidents afin de rétablir le niveau de
service;
• Analyse de capacité et prévision des mesures des fournitures matériels;
• Suivre et documenter l'utilisation des ressources informatiques et d'information pour
déterminer les besoins futurs en capacité;
• Recommander des mesures correctives pour remédier aux problèmes de capacité et
de prévenir à l'avenir;
• Recommander des configurations ou des modifications afin de permettre l'utilisation
des ressources correspondant aux SLA.
5.3.
La Sécurité (Variante de base)
5.3.1. Gestion de la sécurité physique et des accès
Le soumissionnaire garantit que, à tout moment seul le personnel autorisé a accès à ses
salles informatiques (Validité: variante de base).
Le soumissionnaire s’engage à ceux les données transférées par le SPF Finances, relatives
aux applications et aux bases de données, ne seront accessibles qu’au SPF Finances.
5.3.2. La sécurité du réseau
Le soumissionnaire doit prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger le réseau
jusqu’aux Datacentres du SPF Finances.
5.4.
Support du logiciel de bases de données
5.4.1. Support logiciel
43
Le SPF Finances utilise une base de données pour ses mainframes, l’IDS2.
Il y a un certain nombre d'add-ons critiques tels que : Transaction Manager, Replicator…
• Installation, maintenance et mise à niveau du logiciel du système de base de
données selon les directives du fabricant de la base de données;
• Installation, maintenance et mise à niveau des add-ons systèmes du logiciel de la
base de données selon les directives du fabricant de la base de données;
• Si nécessaire, participer aux tests sur le comportement de la base de données;
• Coordonner le diagnostic et la résolution des problèmes avec le logiciel de système
de base de données. Cela inclut l'enquête, l'identification, la mise en œuvre et l'essai
des correctifs logiciels de base de données;
• A l'occasion de la mise à niveau du logiciel du système, le soumissionnaire fournira
des informations sur les nouvelles fonctionnalités du logiciel de base de données;
• Le soumissionnaire est responsable de la mise en œuvre de la garantie de la base de
données;
• Le soumissionnaire sera responsable de la disponibilité, la surveillance du système;
• Le soumissionnaire doit fournir des exemples de procédures aux développeurs si
nécessaire pour interagir avec la base de données;
• Gestion des paramètres de base de données, pour une utilisation efficace des
ressources (CPU, stockage, mémoire);
• Participer à la résolution des problèmes et des processus de changement
5.4.2. Operations sur les Bases de données
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Gérer les systèmes périphériques de base de données;
Gestion de la récupération d'une base de données;
Gestion de la disponibilité de la base de données;
Suivi de la base de données;
Effectuer des travaux de maintenance sur la base de données (augmentations,
restructuration, ...)
Mise en œuvre des procédures de récupération des bases de données;
effectuer annuellement un des tests de reprise après sinistre à l'aide d'une
restauration régénérer à partir d'une base de données en production dans
l'environnement de développement;
Gestion des procédures automatiques de démarrage et d'arrêt des bases de
données.
Gérer les sauvegardes physiques des bases de données.
Sauvegarde complète quotidienne. La période de conservation pour la sauvegarde
complète est 5 versions.
Restaurations afin de récupérer de problèmes d'application ou de données avec les
sauvegardes disponibles sur demande.
5.5.
Opérations batches
Le SPF Finances utilise un ordonnanceur de jobs, le VTOM afin d’exécuter des opérations
sur les mainframes. Le soumissionnaire devra assurer la compatibilité des clients VTOM
avec la version SR8.0 du mainframe.
Le soumissionnaire apportera son aide et des pistes d’amélioration en cas de problèmes
avec les agents VTOM.
5.6.
Gestion du stockage
La gestion du stockage est de fournir des données afin de garder Le mainframe
opérationnel. Ceci implique le cycle de vie des données; la planification, le dispositif et la
44
création de composants, de tester la solution, l'emplacement des données, gestion des
sauvegardes, la récupération de données, et la suppression des données.
La gestion du stockage met l'accent sur le respect des obligations, la protection, la
capacité, la performance et le reporting. Cela comprend également la gestion et
l'entretien de l’infrastructure et les logiciels liés aux infrastructures, des solutions de
stockage en ligne et hors ligne.
5.6.1. Gestion du stockage et des fichiers
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
5.7.
Création d'unités logiques;
Définition des unités de contrôle logique (LCU)
Localisation des problèmes sur les disques et leur amélioration
L'exécution de la surveillance des disques et des contrôles proactifs
Gérer les services SAN y compris de fibres et des HBA
Configuration des réseaux de stockage sur disque. Pour les baies de disques, ce
qui inclut également la création de groupes RAID et des pièces de rechange.
Définir des volumes logiques;
Gérer et exécuter des mises à jour firmwares sur les systèmes de stockage;
Identifier et résoudre les problèmes
Créer des définitions de volumes partagés;
Vérification de la disponibilité d'un point de montage;
Réparation des systèmes de fichiers défectueux ;
La livraison périodique des rapports relatifs à l'emplacement et utilisation des
différentes applications;
L'expiration de la validité des données dans la zone de stockage, pour un sousgroupe particulier de volumes ou avec un certain volume et un groupe de
stockage;
Assurer la synchronisation des données en temps réel entre les deux datacentres
Sauvegarde / Restauration
La Sauvegarde et la restauration contiennent des services de gestion de la planification, de
mise en place et de test de la procédure qui sont nécessaires pour restaurer les services
mainframe en cas de panne. L'objectif est d'anticiper et de minimiser l'impact de la
défaillance et de pré-définir et documenter les procédures de restauration.
• Gestion des catalogues pour la sauvegarde et la restauration
• Effectuer des procédures de sauvegarde et restauration de l'image du système
d'exploitation
• Effectuer des procédures de sauvegarde et la restauration pour les fichiers du
système d'exploitation
• Effectuer une restauration de fichier ou de disque sur demande du SPF Finances
• Fournir une procédure de restauration pour le service opérationnelle du SPF
Finances
• Communiquer les recommandations concernant la sauvegarde / restauration pour
améliorer les services liés à efficacité, coûts, sécurité
• Assurer la synchronisation des données en temps réel entre les deux Datacentres
5.8.
•
•
•
•
Gestion des médias de stockage
Garder les bandes pour une période demandée aux fins de vérification
La mise à disposition des spécifications pour l'utilisation des bandes au profit des
applications
Le suivi et la gestion des ressources de bandes à veiller à ce que suffisamment
d'espace soit disponible sur la bande.
Effectuer des rapports sur l'utilisation de bande
45
•
•
•
•
•
•
La gestion du niveau de performance afin de se conformer au SLA.
S’assurer que le support est protégé contre tout accès non autorisé ou d'abus
Montage / démontage des bandes suite à des messages de la console ou sur
demande auprès des opérateurs par les développeurs
Surveiller et gérer le pool de bande et assurer qu'il y ait suffisamment de médias pour
couvrir les charges de pointe et de la croissance prévue
le chargement et déchargement des bandes dans la bibliothèque
Le maintien d'une bibliothèque de bandes
5.9.
Gestion des processus
Le soumissionnaire apportera un soin particulier dans son offre aux services suivants:
• Gestion du changement
• Gestion des releases
Pour planifier et mettre en œuvre les changements nécessaires des processus seront
développés. Les changements peuvent être effectués par le soumissionnaire (par exemple,
les mises à jour de l’OS) ou par le SPF Finances (par exemple, apportant de nouvelles
applications en version de production).
5.10.
Helpdesk
Le Help Desk est le point de contact unique pour fournir une assistance informatique au SPF
Finances sur des questions connexes. Il n’est pas prévu que le Helpdesk soit en contact
direct avec les utilisateurs ou les clients du SPF Finances. Le SPF Finances a un nombre
limité de personnes ou services désignés à avoir des contacts avec le service d'assistance
du soumissionnaire.
Le service d'assistance est responsable de la solution et de la gestion des appels, des
problèmes et des demandes de service. Le soumissionnaire:
• Fournira un point de contact unique pour les services Mainframe fournis
• Fournira un soutien Helpdesk pendant les heures contractuelles
• Est responsable de régler les problèmes (niveau 1) concernant le matériel, des logiciels et
des services fournis
• Ouvrir / mise à jour de demande dans l'outil standard de gestion des appels
• définit les priorités comme spécifié dans le contrat
• Résout les problèmes et est responsable de l'exécution des demandes
• Gestion des appels du vendeur.
• Mise en place d'alertes générales sur les pannes de système.
l'escalation des problèmes
• Fermeture des problèmes / demandes après accord avec le SPF Finances
6. Le SLA
6.1.
Niveau de disponibilité -- Définitions
Le SPF Finances souhaite obtenir un degré général élevé de disponibilité pour ses systèmes
informatiques. Cet objectif s'applique à l'architecture demandée dans ce cahier des charges qui fait
l'objet du présent cahier spécial des charges ainsi qu'aux plateformes utilisant les infrastructures
existantes.
La non-disponibilité des équipements est qualifiée comme suit :
La non-disponibilité sans impact visible: la non-disponibilité des équipements concernés ne mène
pas directement à un dysfonctionnement ou à des pertes de prestation visibles. Cette situation
entraîne éventuellement une plus grande vulnérabilité. Exemple : manquement d'une alimentation
redondante, panne d'un disque dans un ensemble RAID.
46
La non-disponibilité sans impact fonctionnel mais avec un impact sur les prestations : la nondisponibilité des équipements concernés ne mène pas à l'arrêt d'un service fonctionnel, mais a un
impact réel sur le niveau de prestation atteint.
La non-disponibilité avec impact fonctionnel : la non-disponibilité des équipements concernés mène à
un affaiblissement des possibilités disponibles et à l'arrêt d'un service.
La non-disponibilité des équipements est également qualifiée en fonction de l'avis préalable en
question :
La non-disponibilité planifiée, ce qui signifie qu'elle a été prévue en concertation entre le SPF
Finances et l’adjudicataire.
La non-disponibilité non planifiée, ce qui signifie qu'elle n'a pas été prévue et qu'elle est la
conséquence d'événements fortuits. La non-disponibilité non planifiée peut être divisée en plusieurs
catégories :
-
Non-disponibilité due à des causes n'impliquant pas les systèmes informatiques ou leur
utilisation.
Non-disponibilité due à un défaut des systèmes informatiques (matériel informatique et/ou
logiciels) ou à leur utilisation.
Pour un équipement donné, les critères suivants peuvent être définis :
Non-disponibilité planifiée : période de non-disponibilité en concertation avec le SPF Finances
(mesurée en heures).
Non-disponibilité d'importance secondaire : période de non-disponibilité non planifiée qui n'a un
impact que sur les prestations et qui est imputée aux équipements.
Non-disponibilité d'importance primaire : période de non-disponibilité non planifiée qui a un impact
fonctionnel et qui est imputée aux équipements.
Si on considère que (dans des unités cohérentes) :
NDP = non-disponibilité planifiée relative aux équipements.
NonDispMineure = non-disponibilité non planifiée d'importance secondaire
due aux équipements
NonDispMajeure = non-disponibilité non planifiée d'importance primaire due
aux équipements
NBAutres = non-disponibilité non planifiée due à des causes n'impliquant pas
les équipements AN = durée d'un an
Nous pouvons alors obtenir les rapports suivants : Non-disponibilité d'importance secondaire :
NDNPMin
NonDispMineure =
AN – NDP - NDAutres
Non-disponibilité proportionnelle = 1-NonDispMineure
Non-disponibilité d’importance
primaire :
NDNPMaj
Non-disponibilité : NonDispMajeure =
AN – NDP - NDAutres
Disponibilité proportionnelle : DispMajeure = 1 - NonDispMajeure
47
Dans le cadre de la gestion du service ICT, le pouvoir adjudicateur peut demander l'assistance d'un
tiers indépendant pour la réalisation d'un audit des systèmes proposés. Au cas où l’adjudicataire a
fait lui-même appel à une telle assistance, il doit le signaler dans son offre afin d'éviter les conflits
d'intérêt.
Dans son offre, le soumissionnaire doit expliquer dans les détails quelles mesures sont prises pour
obtenir les niveaux de disponibilité auxquels il s'engage.
Le soumissionnaire doit également décrire les procédures de test qui seront organisées
périodiquement pour mesurer l'efficacité des mesures prises pour obtenir les niveaux de disponibilité
annoncés.
En se limitant aux équipements ou aux services fournis par ses soins, le soumissionnaire s'engage à
prendre à sa charge toutes les mesures nécessaires en vue d'éliminer les défauts ou les lacunes qui
seraient identifiées pendant les procédures de test.
Le prix de l'exécution de ces procédures de test doit être inclus dans la garantie et les frais de
maintenance dans la variante facultative.
6.2.
Disponibilité et engagement au niveau du service
6.2.1. Définition de « période de service »
Le service opérationnel fournit ses services sans interruption pendant toute la période : 365
jours par an, 24h/24. La période de service commence au début de chaque mois calendrier.
période de service pour la disponibilité = période de service nominale — entretien programmé.
période de service pour la prestation = période de service pour la disponibilité — entretien en ligne
du service — non-disponibilité.
période de service de treize
semaines (trimestre)
Par rapport à une année
6.3.
Période de service – disponibilité et prestations
En heures
En minutes
2.184
131.040
8.742
524.520
Gestion de la disponibilité
Le fournisseur doit donner une description de son processus de gestion de la disponibilité.
Les facteurs de disponibilité et de prestation sont mesurés aux points de contrôle à la frontière du
domaine dont le fournisseur est responsable (les interfaces des systèmes source et cible).
Le tableau suivant indique les scénarios de disponibilité demandés pendant les 'périodes de service —
disponibilité'.
La période de service nominale a été fixée à trois mois, treize semaines, 2.184 heures ou 131.040
minutes au total. Selon le niveau de disponibilité demandé, le fournisseur doit fournir une
architecture et un support permettant d'atteindre les niveaux de service.
Période de 3 mois
Disponibilité
Non-disponibilité
maximale:
Nominale (100%)
99,80%
262 min.
131.040
48
Le point de départ de la non-disponibilité d'un service est le moment auquel la fonctionnalité exigée
d'un service pendant la période de service n'est plus disponible en conséquence d'une erreur. Le
service est considéré comme non disponible dès lors qu'un des éléments dont il est composé, n'est
plus fourni.
Chaque soumissionnaire s'engage à assurer pour chacun des systèmes ou services qu'il fournit le
niveau de disponibilité spécifié dans le présent cahier spécial des charges. Cet engagement ne
s'étend pas à la non-disponibilité de systèmes ou de services due à une cause ne relevant pas de
la responsabilité du soumissionnaire en question.
Le tableau suivant indique les niveaux de disponibilité demandés :
Serveurs
Non-disponibilité planifiée :
Max. 2 jours par an
Non-disponibilité
d'importance secondaire :
<0,2%
(disponibilité > 99,8%)
Non-disponibilité
d'importance primaire
:
<0,2%
(disponibilité > 99,8%)
Maintenance corrective
Type 1
Période
24h/24 tous les jours
Délai de réponse à l’appel
Délai d’intervention après appel
Délai de reparation maximal après appel
Max 15 min
Max 2h SBD
Max 6h SBD
Le délai de réponse est le temps qu’il faut pour que le spécialiste appelle le SPF Finances.
Le délai d’intervention est le temps qu’il faut pour que le technicien se rende sur place et commence
l’intervention.
Le délai de réparation total est le temps dans lequel la réparation a été réalisée.
SBD (Same Business Day): le jour même
NBD (Next Business Day): le lendemain
Maintenance et support de type 1:
• Assistance 24h/24, 7 jours/7
• Temps de réponse (Response Time) de maximum 15 min.
• Temps d’intervention sur site maximum 2 heures (sous contrôle des équipes techniques du
SPF Finances) après l’enregistrement de l’incident.
• Temps de réparation total de maximum 6 heures après l’enregistrement de l’incident
49
Les chiffres susmentionnés s'appliquent aux équipements individuels. Ils ne s'appliquent pas dans le cas de
catastrophes.
Le SPF Finances souhaite que les systèmes proposés répondent aux objectifs postulés. Toutefois, le
SPF Finances déterminera de quelle manière certaines mesures peuvent être prises pour améliorer la
disponibilité à mesure que l'architecture centrale de la plateforme du serveur se développe. Il est donc
possible que certaines mesures entrent en vigueur après la période couverte par le présent cahier
spécial des charges. 'D'un point de vue technologique, les systèmes proposés doivent néanmoins
satisfaire dès le départ aux besoins à long terme.
Un roadmap des équipements proposés (variante facultative) doit être proposé.
Remarques concernant la non-disponibilité planifiée:
Toute interruption du système ou des services sera prévue en concertation entre le SPF Finances
et le soumissionnaire, et ce, moyennant un délai de notification d'1 mois. Ce délai peut ne pas être
respecté en cas d'interventions urgentes dans l'objectif de résoudre un problème et de réduire le
risque de non-disponibilité non planifiée.
Les interventions auront lieu en dehors des heures de travail normales du SPF Finances et, de
préférence, pendant les nuits des week-ends.
6.4.
Procédures d'utilisation et de gestion des incidents
Chaque soumissionnaire doit joindre à son offre une première version des procédures à
suivre en cas d'incident.
Utilisation Systèmes
Utilisation Systèmes de Back-ups
Incident/panne Matériel Serveur
Incident Utilisation
7. La maintenance
Application : Variante facultative (location)
7.1.
Introduction
Ce chapitre a pour objectif d'assurer la maintenance des produits du présent marché. Il constitue un
complément à la garantie associée à l'ensemble du matériel informatique et des logiciels. Il s'agit
donc d'une extension des services proposés par les fabricants et/ou fournisseurs. Il doit en résulter
une formule de maintenance pour le SPF Finances adaptée à ses besoins spécifiques et garantissant
la disponibilité du fonctionnement dans son intégralité.
7.2.
Description de la maintenance
7.2.1. Maintenance du matériel informatique
La maintenance qui s'applique au matériel informatique, est supposée fonctionner sans interruption
(24h/24), et comprend les prestations suivantes :
- maintenance préventive ;
- maintenance corrective.
Maintenance préventive
50
Elle couvre:
- L'ajustement et les réglages périodiques des matériels, le remplacement des parties usées,
endommagées ou défectueuses de l'appareil, le remplacement en temps opportun des
pièces douteuses et l'application des changements nécessaires.
- Le remplacement préventif sous le couvert du contrat de maintenance, de toute pièce signalée
comme défectueuse, dont l'inventaire sera transmis à l’adjudicataire. La maintenance préventive
se fera suivant les modalités horaires convenues par le SLA et ce, dans le but de prévenir autant
que possible les dérangements et assurer le fonctionnement optimal des équipements ;
- La mise à niveau, pour le matériel couvert, des logiciels systèmes utilisés et/ou des drivers,
lorsque cette mise à niveau est requise par le constructeur ou par l’adjudicataire et approuvée
par le SPF Finances.
L’adjudicataire sera tenu, sans aucune rétribution supplémentaire, d'assurer les dépannages, tous
frais de déplacement inclus. Ceci comprend toutes les activités de diagnostic et de réparation des
défaillances ou erreurs des matériels, logiciels systèmes et connexions entre matériels.
Les modalités et les procédures de l'intervention en maintenance préventive seront définies dans
le contrat de maintenance.
La maintenance préventive (durée maximale de l'intervention et périodicité à mentionner dans
l'offre) aura lieu pendant les heures normales de travail du SPF Finances (7h00 - 19h00) tous les
jours, sauf les week-ends et jours fériés suivant un planning à convenir avec le SPF Finances qui
perturbe le moins possible l'exploitation normale des systèmes.
L’adjudicataire est tenu de préciser les conditions de maintenance préventive en dehors des heures
normales de travail du SPF Finances (y compris le week-end) pour chacune des variantes.
Maintenance corrective
Elle couvre :
- Le remplacement curatif, sous le couvert du contrat, de toute pièce défectueuse qui compose le
matériel, dont l'inventaire sera tenu à jour à l'intention de l'adjudicataire ;
- La mise à niveau des logiciels systèmes et des logiciels de configuration et d'exploitation utilisés
et/ou des drivers dans le cas où le remplacement de la pièce défectueuse le nécessiterait;
- La restauration des données et/ou des applications contenues/installées sur les serveurs en
cas de perte consécutive à une panne matérielle. Le soumissionnaire restaure la (les) dernière(s)
bande(s) que le SPF Finances lui fournit et dont il est responsable. L'adjudicataire proposera une
procédure de back-up qu'il mettra au point avec la collaboration du SPF Finances suivant la
politique de back-up précisée dans ce marché. Cette procédure sera testée conjointement avec le
SPF Finances avant d'être diffusée ;
- La remise en service des logiciels dans le même état de fonctionnement que celui précédant la
panne (configuration et démarrage) selon une procédure prédéfinie fournie par le SPF Finances.
Le soumissionnaire sera tenu, sans aucune rétribution supplémentaire, d'assurer les dépannages,
tous frais de déplacement inclus. Ceci comprend toutes les activités de diagnostic et de réparation de
défaillances ou erreurs des matériels, logiciels et connexions entre matériels.
La maintenance corrective s'effectue sous les conditions précisées dans le SLA
Toute intervention entamée doit être poursuivie sans interruption jusqu'à la remise en ordre du
système.
51
La définition de l'HA (heure d'appel), qui tient lieu d'heure de début du délai d'intervention, sera
convenue par le biais d'une procédure devant être déterminée par le SPF Finances et l’adjudicataire.
Si un matériel donné est indisponible ou ne peut plus effectuer les tâches et fonctions prévues, le
SPF Finances en avertira le service de réparation de l’adjudicataire par téléphone.
Les données suivantes seront fournies lors de l'appel :
1.
Numéro de référence Finances de l'appel ;
2.
Référence du matériel dans l'inventaire;
3.
Nom de la personne de contact et numéros de téléphone et E-mail.
4.
Nom de la personne de contact de remplacement ;
5.
Description succincte de l'incident ;
6.
Description succincte du diagnostic préalable et des mesures prises par le SPF Finances.
Ces données sont enregistrées par les deux parties selon une procédure qui sera mise au point dès
l'implémentation du système et ce, avant la mise en production.
Si le soumissionnaire estime qu'il est nécessaire de transmettre d'autres informations lors de l'appel
téléphonique, il les précisera clairement dans son offre.
Pour chaque intervention, le service de réparation rédigera, signera et enverra un rapport
d'intervention au SPF Finances. Ce rapport comprendra toutes les données concernant le
déroulement de l'intervention (n° de référence, date et heure de l'avertissement par le SPF
Finances, date et heure d'arrivée sur place, date et heure de fin de l'intervention approuvée par
le SPF Finances, raison du dérangement, actions entreprises dans les détails...). Le
soumissionnaire joindra à son offre un exemple de rapport d'intervention.
Le rapport d'intervention sera envoyé aux Ingénieurs système mainframe GCOS8 du SPF Finances
et ce, afin d'accepter la fin de l'intervention et de permettre la clôture de l'incident
7.2.2. Maintenance logicielle
Le soumissionnaire présentera une explication détaillée de la manière dont les mises à jour seront
effectuées lorsque le produit aura été intégré et personnalisé afin de satisfaire aux besoins définis.
Le soumissionnaire devra présenter une proposition de mise à jour lors de chaque évolution du
système, mais l'administration se réserve le droit d'accepter ou de refuser cette mise à jour.
Les mises à jour comprennent les modifications mineures, comme p. ex. le passage d'une version
release 3.1 à 3.2, et les modifications majeures, comme la transition d'une version release 5 à une
version 7.
La maintenance comprend également des modifications sous le nom commercial ("marketing") du
produit et l'ajout de fonctionnalités non demandées et/ou utilisées par le SPF Finances.
La mise à niveau vers de nouvelles versions doit être incluse dans la redevance de maintenance
mensuelle et tenir compte de l'évolution des normes.
Le soumissionnaire présentera une description de l'implémentation des mises à jour des logiciels pour
le système proposé, compte tenu des limitations de l'application ou du planning.
Dans le cadre de la maintenance corrective logicielle, le soumissionnaire fournira une liste des codes
d'erreur qui identifieront correctement l'origine de l'erreur. La maintenance qui s'applique aux logiciels
supposés fonctionner sans interruption (24 heures sur 24), comprend les prestations suivantes :
•
la maintenance corrective ;
•
la mise à jour des logiciels couverts par le contrat ;
52
•
le support technique ;
•
autres dispositions.
Maintenance corrective
Celle-ci comprend la mise à la disposition du SPF Finances des "patches" correctifs, ainsi que
l'assistance nécessaire pour leur application.
Le soumissionnaire expliquera dans son offre comment il compte apporter une solution au SPF
Finances en cas de problème logiciel bloquant, notamment en ce qui concerne le diagnostic du
problème et les délais d'intervention et de réparation (mise en place de solutions alternatives,
fonctionnement en mode sous-optimal...).
Mise à jour des logiciels relevant de ce marché
Ceci couvre la mise à disposition du SPF Finances :
•
des outils mis à la disposition du SPF Finances
•
des mises à jour de tous les logiciels de configuration et d'exploitation
L'installation de ces éléments est effectuée par le soumissionnaire.
7.3.
Assistance technique
Celle-ci comprend :
-
Un accès 24x7 au support téléphonique pour les agents du SPF Finances portés sur une liste
qui sera établie lors de la réception technique ;
Une assistance continue jusqu'à résolution du problème ;
Une réunion technique d'un jour 2x/mois, dont l'ordre du jour sera au moins le suivant :
Performance analysis ;
Disk management review ;
Security review ;
Backup & Recovery procedure review ;
Upgrade review ;
Calls review;
Intervention Quality Level review ;
7.4.
Autres dispositions
Dans le cadre de la maintenance, le soumissionnaire mentionnera s'il s’engage à mettre à la
disposition du SPF Finances une équipe de spécialistes responsables de la maintenance spécifique,
possédant des connaissances approfondies de l'architecture système et de l'ensemble des logiciels
utilisés.
7.5.
Présentation de la maintenance
Le soumissionnaire fournira une description détaillée de l'organisation qui assure l'entretien et
l'assistance au sein de son entreprise ainsi que des procédures en vigueur en vue de garantir
les délais définis par le SPF Finances. Il devra obligatoirement indiquer le nombre de
collaborateurs disponibles pour assurer ces services.
53
7.6.
Application et durée de la maintenance
Tout matériel et logiciel est sous garantie dès la réception technique. Pendant cette période, la
maintenance matérielle et logicielle est assurée gratuitement par l'adjudicataire.
La maintenance se termine avec la fin du marché et porte sur tout matériel et logiciel visé par
ce marché.
Le soumissionnaire garantit la fourniture de pièces de rechange pendant toute la durée du
marché.
Ce point s’applique également au poste « Maintenance des matériels par mois » de la variante
externalisation.
7.7.
Dommages et intérêts dans le cadre du non-respect des délais
d'intervention
Le SPF Finances aura droit à une réduction des coûts de maintenance selon les pénalités prévues
dans le SLA conclu entre l'adjudicataire et le département, si celui-ci ne respecte pas ses obligations
ou si les délais contractuels d'intervention ou de réparation sont dépassés.
Une indemnité peut être exigée en tout temps si un système, qui fait l'objet d'un appel justifié, ne
fonctionne toujours pas normalement après le délai de réparation maximal pour une raison qui doit
être imputée au système même ou à un acte posé par le fournisseur ou ses délégués.
L'indemnité concerne l'ensemble des matériels ou logiciels qui sont rendus inutilisables ou qui
ne fonctionnent plus correctement, en tout ou en partie, en raison de la défaillance, même si la
faute n'est localisée que dans un seul module.
Les pénalités et procédures à appliquer dans le cadre du SLA seront décrites d'un commun
accord entre le SPF Finances et l'adjudicataire, qui se baseront sur les propositions de SLA
fournies par leur soins en ce qui concerne les exigences minimales du SPF Finances telles que
mentionées au point 6. SLA, volet E. Prescriptions techniques du présent Cahier des Charges.
8. La composition des tableaux de prix
Les prix comprennent toutes les dépenses résultant de l’exécution des travaux, services,
fournitures ou prestations y compris les frais ainsi que tous droits, impôts, taxes.
Les tableaux constitutifs des prix sont établis en fonction des différentes variantes du cahier
spécial de charges.
Le soumissionnaire peut ne pas spécifier un prix s’il ne fournit pas le service auquel le prix
se rapporte.
Tous les prix mentionnés dans le formulaire « inventaire » doivent être obligatoirement
libellés en euros.
Dans son offre, le soumissionnaire indiquera les prix de toutes les parties de l'offre dans
laquelle il soumissionne. En cas de soumission à plusieurs offres, chaque offre devra
comprendre son propre tableau des prix Il complétera à cet effet l'inventaire prévu en annexe
du présent cahier spécial des charges (annexe « inventaire »).
Les prix sont mentionnés tous frais compris, mais hors TVA. L'offre doit mentionner le prix de
TVA inclusif séparé de celle-ci pour chaque partie de l'offre.
8.1.
Pour la variante de base : Externalisation
Les soumissionnaires accompagneront leurs offres par une liste de prix reprenant d’une
façon détaillée les différents postes ci-dessous:
- La continuité de services à assurer dès l’attribution du marché ;
54
-
8.2.
La redevance mensuelle pour l’utilisation des plateformes pour l’hébergement des
applications pour une période de 84 mois
La maintenance des matériels pour 60 mois;
La maintenance des logiciels pour 60 mois ;
Pour les logiciels: redevance, support pour 84 mois ;
Le coût lié aux migrations
Les services pour une période de 84 mois (en Equivalent Temps Plein);
Le Downgrade logiciel du CPU à partir du 37ième mois. Le tableau de prix devra
indiquer au début les valeurs initiales des différents éléments ci-dessous et leur
diminution dans le temps:
o Indice logiciel
o Nombre de TPS
o Le montant mensuel de la maintenance
o Le montant mensuel du logiciel
Pour la variante location
Le tableau de prix de la variante devra reprendre les différents services ci-dessous.
Le soumissionnaire est tenu de fournir un tableau de prix complet et détaillé des différents
services et leurs prix respectifs.
Les prix doivent être libellés en montant mensuel y compris le total le tout pour une période
de 84 mois.
8.2.1. Pour le matériel
Le tableau des prix doit reprendre :
- La continuité de services de l’infrastructure actuelle dès l’attribution du marché ;
- L’option financement mensuel pour 84 mois (si applicable)
- La maintenance mensuelle pour une période de 60 mois
- Le support mensuel pour une période de 84 mois
8.2.2. Pour les logiciels
-
La maintenance mensuelle pour une période de 60 mois ;
Le prix mensuel des licences pour une période de 84 mois ;
Le support mensuel des licences pour une période de 84 mois ;
La redevance mensuelle pour une période de 84 mois
8.2.3. Les possibilités de downgrades
Le tableau des prix reprendra les possibilités de downgrade à l’issue de la période initiale de
36 mois.
Le tableau de prix devra indiquer dans un premier temps les valeurs initiales des différents
éléments ci-dessous et leur diminution dans le temps:
- Indice logiciel
- Nombre de TPS
- Le montant mensuel de la maintenance
- Le montant mensuel du logiciel
8.2.4. Les services
Les prestations seront effectuées sous forme de jour-hommes pour une période de 84 mois
à raison de 1,5 équivalent temps plein/mois.
55
Le soumissionnaire fournira la liste des personnes susceptibles d’intervenir auprès du SPF
Finances, leur champ de compétences et le prix journalier HTVA
8.2.5. Installations opérationnelles
Les différentes taches à réaliser doivent être reprises dans l’offre technique.
Le nombre de jours nécessaires doivent être précisés et seront repris dans le contrat de
services.
Le SPF Finances souhaiterait également recevoir une offre de prix sur des profils spécifiques
(Ingénieur système mainframe GCOS8, opérateur mainframe GCOS8) que l’adjudicataire
pourrait mettre à disposition du SPF Finances en cas de demande pour des tâches
spécifiques.
IMPORTANT
Cet appel d’offres ne peut en aucun cas être considéré comme un engagement de la part du
SPF FINANCES qui se réserve le droit de ne pas attribuer le marché.
1030 BRUXELLES,
Johan VAN OVERTVELDT
Le Ministre des Finances
56
F. ANNEXES
1. Formulaire d’offre;
2. Inventaire des prix ;
3. Détail Hardware actuel
57
ANNEXE 1: FORMULAIRE D’OFFRE
SERVICE PUBLIC FEDERAL Finances
Service d’Encadrement Logistique
Division Achats
North Galaxy – Tour B4 – bte 961
Boulevard du Roi Albert II, 33
1030 BRUXELLES
CAHIER SPECIAL DES CHARGES N° : S&L/DA/2016/003
Appel d'offres ouvert ayant pour objet la location ou l’hébergement et la
maintenance d’un mainframe de type GCOS8.
La firme
(dénomination complète)
dont l’adresse est :
(rue)
(code postal et commune)
(pays)
immatriculée à la Banque Carrefour des
Entreprises sous le numéro :
et pour laquelle Monsieur/Madame (*)
(nom)
(fonction)
domicilié(e) à l’adresse :
(rue)
(code postal et commune)
(pays)
agissant comme soumissionnaire ou fondé de pouvoirs, signe ci-dessous et s’engage à
exécuter conformément aux clauses et conditions du cahier spécial des charges
n°S&L/DA/2016/003 le présent marché aux prix mentionnés dans l’inventaire joint en
annexe au présent document.
En outre, j’autorise le pouvoir adjudicateur à prendre auprès d’autres instances, toutes les
informations utiles (par exemple, de nature financière) sur mon entreprise.
En cas d’approbation de la présente offre, le cautionnement sera constitué dans les conditions et
délais prescrits dans le cahier spécial des charges.
L’information confidentielle et/ou l’information qui se rapporte à des secrets techniques ou
commerciaux est clairement indiquée dans l’offre.
58
L’organisme de paiement du pouvoir adjudicateur payera les sommes dues par virement ou
versement
sur le compte n° :
IBAN
BIC
Pour l’interprétation du contrat, la française/néerlandaise (*)
langue
est choisie.
Toute correspondance concernant l’exécution du marché doit être envoyée à l’adresse suivante :
(rue)
(code postal et commune)
(n° de
et de fax)
(adresse e-mail)
Fait :
A
Le
2015.
Le soumissionnaire ou le fondé de pouvoirs :
(nom)
(fonction)
(signature)
APPROUVÉ,
POUR MEMOIRE: DOCUMENTS A JOINDRE OBLIGATOIREMENT A L’OFFRE:
-
L’inventaire des prix complété ;
Les documents de sélection
La proposition technique ;
Le SLA ;
N’oubliez pas de prévoir une numérotation continue de toutes les pages de votre offre, de votre
inventaire et des annexes.
59
ANNEXE 2 : INVENTAIRE DES PRIX
Appel d'offres ouvert ayant pour objet la location ou l’hébergement et la maintenance d’un
mainframe de type GCOS8.
Variante de base « hébergement externe »
Prix forfaitaire HTVA, en
euros
Prix forfaitaire TVAC, en
euros
Prix forfaitaire HTVA, en
euros
Prix forfaitaire TVAC, en
euros
Prix forfaitaire HTVA, en
euros
Prix forfaitaire TVAC, en
euros
Prix forfaitaire HTVA, en
euros
Prix forfaitaire TVAC, en
euros
Prix forfaitaire HTVA, en
euros
Prix forfaitaire TVAC, en
euros
Prix forfaitaire HTVA, en
euros
Prix forfaitaire TVAC, en
euros
Prix forfaitaire HTVA, en
euros
Prix forfaitaire TVAC, en
euros
Location des plateformes
pour l’hébergement des
application PAR MOIS
Maintenance des matériels
PAR MOIS
Maintenance des logiciels
PAR MOIS
Logiciels (redevance,
support) PAR MOIS
Les services pour 1,5 ETP
PAR MOIS
La continuité des services à
assurer dès l’attribution PAR
MOIS
Le coût lié aux migrations
(1,5 équivalent temps plein
PAR MOIS)
Le Downgrade logiciel du CPU à partir du 37ième mois. Le tableau de prix devra indiquer au
début les valeurs initiales des différents éléments ci-dessous et leur diminution dans le
temps:
60
1-36
Indice logiciel
Nombre de TPS
Montant
mensuel de la
maintenance
(TVAC)
Le montant
mensuel du
logiciel (TVAC)
37-48
49-60
61-84
2795 TPS
Variante « Location de la plateforme mainframe GCOS8 et de tous les sous-systèmes
associés et installation au SPF Finances
Prix forfaitaire HTVA, en
euros
Prix forfaitaire TVAC, en
euros
Prix forfaitaire HTVA, en
euros
Prix forfaitaire TVAC, en
euros
Prix forfaitaire HTVA, en
euros
Prix forfaitaire TVAC, en
euros
Prix forfaitaire HTVA, en
euros
Prix forfaitaire TVAC, en
euros
Prix forfaitaire HTVA, en
euros
Prix forfaitaire TVAC, en
euros
Prix forfaitaire HTVA, en
euros
Prix forfaitaire TVAC, en
euros
Prix forfaitaire HTVA, en
euros
Prix forfaitaire TVAC, en
euros
La continuité des services
à assurer dès l’attribution
PAR MOIS
Le coût lié aux migrations
(1,5 équivalent temps plein
PAR MOIS)
Location des plateformes
pour l’hébergement des
application PAR MOIS
La maintenance PAR MOIS
Le support PAR MOIS
Pour les logiciels :
La maintenance PAR MOIS
Le prix des licences PAR
MOIS
61
Prix forfaitaire HTVA, en
euros
Prix forfaitaire TVAC, en
euros
Prix forfaitaire HTVA, en
euros
Prix forfaitaire TVAC, en
euros
Le support des licences
PAR MOIS
La redevance PAR MOIS
Le tableau des prix reprendra les possibilités de downgrade à l’issue de la période initiale de
36 mois. Le tableau de prix devra indiquer dans un premier temps les valeurs initiales des
différents éléments ci-dessous et leur diminution dans le temps:
1-36
Indice logiciel
Nombre de TPS
Montant
mensuel de la
maintenance
(TVAC)
Le montant
mensuel du
logiciel (TVAC)
37-48
49-60
61-84
2795 TPS
Pour les services :
Prix forfaitaire HTVA, en
euros
Prix forfaitaire TVAC, en
euros
1,5 équivalent temps plein
PAR MOIS
Assistance complémentaire pour un jour/homme
Prix forfaitaires
Hors TVA, en euros
En lettres
En chiffres
_
_
_
_
_
_
_
_
______,_
Ingénieur système
_
_
_
_
_
_
mainframe GCOS8
________
______,_
Opérateur
mainframe GCOS8 _ _ _ _ _ _
Prix forfaitaires
TVAC, en euros
En lettres
_____________
__
_____________
__
En chiffres
______,__
______,__
62
ANNEXE 3: DETAIL HARDWARE ACTUEL
Référence
Qté
1
1
1
2
5
2
1
1
1
2
1
1
6
6
BELGIAN/ENGLISH LOCALISATION TAG
POWER SUPPLY TYPE (VOLTAGE, PLUG) - EUROPE
PCI-E ETH. 10/100/1000MB/S COPPER ADAP DUAL PORT
ADDITIONAL GNSP
8GB/S FIBRE CHANNEL ADAPTER PCI-E DUAL PORT
ADDITIONAL IOSP
OPE RATOR WORKSTATION SOFTWARE
V9000 SERVICE PROCESSOR (22")
V9000 HOT STANDBY SERVICE PROCESSOR
OPERATOR WORKSTATION (22")
NOVASCALE 9410
GCOS 8 PARTITION 9026/474T
GCOS 8 MEM 2GB
OPTICAL FIBRE 0M3 MULTI-MODE (SVV) LC-LC CABLE 3M
LOCU200-00YB
PSKU004-0002
NSFC601-NO2E
NSPC601-N000
MXFC604-NO2E
MXUC601-N000
CSUC503-N000
CSUC701-N000
CSUC701-NHSO
CSUC702-N000
CPSC742-NOOT
CPXC774-NOOT
CMMC701-NO2T
FOCF007-M003
Référence
Qté
1
1
1
2
5
2
1
1
1
2
1
1
6
6
4
LOCU200-00YB
PSKU004-0002
NSFC601-NO2E
NSPC601-N000
MXFC604-NO2E
MXUC601-N000
CSUC503-N000
CSUC701-N000
CSUC701-NHSO
CSUC702-N000
CPSC742-NOOT
CPXC774-NOOT
CMMC701-NO2T
FOCF007-M003
FOCF007-M015
1
4
1
PMEC747-001D
CBLC050-1900
PMC0020-1101
DBSP Switch Infiniband
SMDC701-N000
1
Description
Description
BELGIAN/ENGLISH LOCALISATION TAG
POWER SUPPLY TYPE (VOLTAGE, PLUG) - EUROPE
PCI-E ETH. 10/100/1000MB/S COPPER ADAP DUAL PORT
ADDITIONAL GNSP
8GB/S FIBRE CHANNEL ADAPTER PCI-E DUAL PORT
ADDITIONAL IOSP
OPERATOR WORKSTATION SOFTWARE
V9000 SERVICE PROCESSOR (22")
V9000 HOT STANDBY SERVICE PROCESSOR
OPERATOR WORKSTATION (22")
NOVASCALE 9410
GCOS 8 PARTITION 9026/474T
GCOS 8 MEM 2GB
OPTICAL FIBRE 0M3 MULTI-MODE (SR LC-LC CABLE 3M
OPTICAL FIBRE 0M3 MULTI-MODE (SVV) LC-LC GABLE
15M
NOVASCALE 9410 ACTIVATION
COPPER ETHERNET CABLE RJ45/RJ45 - 10 METERS
NOEMIE-COM VALIDATION
INFINIBAND SERVER SW 36 PORTS QDR W REDUNDANT
PS
1
2
MXFC701-NO2E
CBLC052-0100
INFINIBAND HCA DUAL PORT QDR / QSFP
HCA QDR INFINIBAND COPPER GABLE PASSIVE HYBRID
1M
2
1
3
CBLC053-0100
PKHC701-NOOT
CBLU429-E603
HCA QDR INFINIBAND COPPER GABLE PASSIVE QSFP 1M
ADDITIONAL KVM
ETHERNET CABLE RJ45M/RJ45M CAT 6 3M
63
1
DBSP Passerelle Xeon R460 F2
R4602-G7187W0
R460 F2 W/UP TO 8:2.5—HDD&INTEL 56XX PROCS, TPM,
R4602-NOOS
R4602-SHIPGRP
R4602-95GR20P
NO OPERATING SYSTEM
NOVASCALE R460 F2 SHIPPING
96GB MEM(12X8GB), 1333MHZ DR RDIMMS->
PROCS, OPT
1
R4602-06NIC
DUAL 2PORT EMBEDDED BROADCOM,NETXTREMEll 5709
GIGA
1
R4602-E5630
XEONE5630 2.53GHZ,12MCACHE,TURBO,HT,1066MHZ
MAXMEM
1
R4602-2E5630
XE0NE5630 2.53GHZ,12MCACHE,TURBO,HT,1066MHZ
MAXMEM
3
1
1
R4602-146A156
R4602-P6IX8
R4602-HPBIOS
1
1
1
1
1
R4602-IDRCEX
R4602-DVD
R4602-BZLR710
R4602-PCIEX8
R4602-NODOCS
146GB 15K RPM SAS 6GBPS 2.5""— HOTPLUG HDD
PERC 6/1 SAS RAID CNTRL,2X4CNCTS,INT,PCIE,256MB,X8
PERFORMANCE BIOS SETTING
IDRAC6 EXPRESS
DVD ROM, SATA, INTERNAL
BRAND / BEZEL OPTION, R460 F2
RISER WITH 2 PCIE X8 + 2 PCIE X4 SLOT
NO SYSTEMS DOCUMENTATION, NO OPENMANAGE DVD
KIT
1
1
1
2
1
1
1
2
R4602-MSR5
R4602-RRCMA
R4602-RDPSUHO
R4602-12A6FT
R4602-NOLAY
R4602-NOLANG
R4602-B57091
CKTH226-E801
RAID 5 FOR PERC 6/1 CONTROLLER
SLID1NG READY RAILS WITH CABLE MANAGEMENT ARM
HIGH OUTPUT POWER SUPPLY, REDUNDANT, 870W
C13 TO C14, PDU STYLE, 12 AMP, 2M, POWER CORD
NO LAYOUT SELECTED
NO LANGUAGE SELECTED
BROADCOM5709 DP 1GBE NIC W/TOE ISCSI, PCIE-.4
EMULEX LPE 12000 1XCH 8GB, OPTIONAL, HBA, PCIE
1
LRSH025-A5T1
1
1
LRSH030-M5X5
EXSH610-SMSL
RED HAT ENT LINUX AP 5.X UNLIM SOCKETS, 3 YEAR
SUP
RED HAT ENTERPRISE LINUX 5.5 FOR X86, M&D
BULL SYSTEM MANAGER - NOVASCALE SMALL SERVER
LIC.
1
UGW-S3YPPM-R460
2
EXTENDED WARRANTY OTF 3 Y SILVER OPEN HOUR
R460F2
HW PERIPHERIE STORAGE ET SAUVEGARDE
Baie Optima3000 10,5 To installée dans le rack NovaScale de production
8,4 To utiles en protection RAID 5 (4+P) Pool
basic 35 HDD de 300 Go/15k tpm + 2 HDD de
spare 8 ports host à 8 Gb/s, cache 2 x 16 Go
Espace production 3,6 To
Espace Tests 3,6 To
Espace Clone 1,2 To
Référence
Qté
Description
1
OPTF310-0002
OPTIMA3000 NODE 7U 8X8 GB PORT 8 GB CACHE 12
SLOT
1
1
1
6
3
OPTF018-0800
OPTF361-1632
OPTF433-6001
0PTF433-6006
OPTF309-0000
OPTIMA3000 CACHE AND BBU MODULE PAIR 2'4GB
CACHE UPGRADE FOR OPTIMA3000 2"8G6 TO 216GB
300GB SAS 6G DISK 15 K FOR OPTIMA3000
6 X 300GB SAS 6G DISK 15 K FOR OPTIMA3000
DISK ENCLOSURE FOR OPTIMA3000 2U 12 HDD SLOTS
64
Baie Optima3000 10,5 To installée dans le rack NovaScale de DRP
8,4 To utiles en protection RAID 5 (4+P) Pool basic
35 HDD de 300 Go/15k tpm + 2 HDD de
spare 8 ports host à 8 Gb/s, cache 2 x 16 Go
Espace production 3,6
To Espace Tests 3,6 To
Espace Clone 1,2 To
Référence
Qté
Description
1
OPTF310-0002
OPTIMA3000 NODE 7U 8X8 GB PORT 8 GB CACHE 12
SLOT
1
1
1
6
3
OPTF018-0800
OPTF361-1632
OPTF433-6001
OPTF433-6006
OPTF309-0000
OPTIMA3000 CACHE AND BBU MODULE PAIR 2*4GB
CACHE UPGRADE FOR OPTIMA3000 2*8GB TO 2*16GB
300GB SAS 6G DISK 15 K FOR OPTIMA3000
6 X 300GB SAS 6G DISK 15 K FOR OPTIMA3000
DISK ENCLOSURE FOR OPTIMA3000 2U 12 HDD SLOTS
VIRTUO 3700C avec Librairie NE04000E dans un rack de 42U
2 x Virtuo avec option Standby si site de back up à proximité
Serveur PL460R, 4 CPU, 4 Go de mémoire
4 x ports FC 8 Gb/s en entrée
4 x ports FC 8 Gb/s en sortie
Cache de 7,2 To
Référence
Qté
48
2
22
4
2
2
2
2
2
2
4
2
2
2
2
2
1
Description
CBLH018-1025
DCUG002-B1FE
OPTF450-0000
PDUH008-M120
PSKU004-0002
RCKH410-1242
VMSC071-S007
VMSCOPT+BASE
Cl 3/C14 POWER GABLE - 2.5M
MODEM V34 RTC BEL
DUMMY DISK CANISTER FOR OPTIMA1500 & 2000 & 3000
12-OUTLET POWER DISTRIBUTION UNIT (12X C13)
POWER SUPPLY TYPE (VOLTAGE, PLUG) - EUROPE
[email protected] N ROLL 1200 42U RACK W/ DOORS, NO PDU
VIRTUO 4.8 TO 7.2 TB DISK CACHE EXT (OPT, DK1000)
VIRTUO SATA DK
BASE+4.8TB(OPT1500,DK1000,W/SPARE)
VMSCRAID5-INFO
VMSDR1615-0001
VMSSHBA01-P7LP
CKTG374-0000
VMSSNV-P820
VMSSGTFG-P700
VMSSCSL-RK00
VMSSPLA-MODM
VIRTUO RAID TYPES 5
VIRTUO 1 HARDWARE COMPRESSION W/ DR1615
VIRTUO 1 ADDITUONAL 8G FC PCIe DUAL PORT HBA (LP)
PC E RISER CARD (GEN1)
STOREWAY VIRTUO NV SERIES P820 ENGINE
VIRTUO ENGINE PCI-E GRAPHICS ACCELERATOR
VIRTUO CONSOLE, RACKMOUNT FORM
VIRTUO PLATE FOR MODEM
NOEMIE-COM VALIDATION
PMC0020-1042
Librairie NE04000 120 slots 4 lecteurs LT04 site de production
Qté
2
4
1
2 Switches
BR300 16
OV-LXN101608
Référence
Description
NE0 4000E CAPAC1TY EXTENSION 0-DRIVE, 60 SLOTS,
RM
CTKH029-0L4F
OV-LXN901051
ADDIT1ONAL LT04 NATIVE FIBRE FOR NEO SER1ES
NE0 4-HIGH XPRESS CHANNEL PR1MARY (20U)
65
ports 8
Gb/s par
Virtuo
2
2
14
6
SMDF021-6000
DCCF026-0000
FOCF007-M003
FOCF007-M015
BR300 8PORTS FF 1PS 8GB SFP & VVT AZ EGM
6R300 8-PORT UPGRADE 8GB SFP
OPTICAL FIBRE 0M3 MULTI-MODE (SVV) LC-LC GABLE 3M
OPTICAL FIBRE 0M3 MULTI-MODE (SVV) LC-LC CABLE
Librairie NE04000 120 slots 4 lecteurs LT04 site de DRP
Qté
2
4
1
2 Switches
BR300 16
ports 8
Gb/s par
Virtuo
2
2
14
6
Référence
Description
OV-LXN101608
NE0 4000E CAPAC1TY EXTENSION 0-DRIVE, 60 SLOTS,
RM
CTKH029-0L4F
OV-LXN901051
ADDITIONAL LT04 NATIVE FIBRE FOR NE0 SERIES
NE0 4-H1GH XPRESS CHANNEL PRIMARY (20U)
SMDF021-6000
DCCF026-0000
FOCF007-M003
FOCF007-M015
BR300 8PORTS FF 1PS 8GB SFP & VVT AZ EGM
BR300 8-PORT UPG RADE 8GB SFP
OPTICAL FIBRE 0M3 MULTI-MODE (SVV) LC-LC CABLE 3M
OPTICAL FIBRE 0M3 MULTI-MODE (SW) LC-LC GABLE
Serveur Solaris de production : mémoire de 128 GB
Référence
Qté
Description
M5000 2.4GHz 8P64GB 4x146GB 2x1/0 tray Fujitsu-Siemens
Computer SPARC Enterprise M5000 server. Includes M5000
system, 8 2.4GHz cpus (4 2x2.4GHz CPU Modules), 64GB
system memory (4 ea. 16GB memory boards), 4 146GB HDD,
4 PSU, 21/0 tray
1
SEFPFDD1S
1
2
9
1
1
S26361-K826-V212
S26361-F2262-E132
S26361-F2735-E131
S26361-F1647-E100
RACK-SER2
rack
PR1MECENTER Rack 24HU, 1100mm deep
Socket strip 1x3 16A + 1x2 10A IEC320
Dummy panel, plastics, 2U + assembly
Rack demounting server ex factory
Service fee Factory System integration 2
1
1
1
SELY9DT1U
U24529-0590A
U24529-0592A
MR DAT72TapeDrive
Solaris 10 CD/DVD Premium Pack
Solaris 10 Acc. Kit SPARC Ent.Srv. LE/FF
1
1
SEFX9FL1U
SG-PCIE2FC-EM4
4447A-Z
SG-PCIE2FC-EM4
4447A-Z
MR2airfilterkit
Fibre Channe1,4Gbit,2port.Emu. —PC1-e
Ethemet,1Gbit,4port-)orxxxx-PCI-e
Fibre Channe1,4Gbit,2port.Emu. —PCI-e
Ethemet,1Gbit,4port-xxxxxx-PCI-e
MR memory board 16GB (2 sets4x2G8 D1MMs)
1
1
1
4
SELY2B1U
Serveur Solaris de back up : mémoire de 64 GB
66
Description
Référence
Qté
1
SEFPFDD1S
1
2
9
1
1
S26361-K826-V212
S26361-F2262-E132
S26361-F2735-E131
S26361-F1647-E100
RACK-SER2
rack
PRIMECENTER Rack 24HU, 1100mm deep
Socket strip 1x3 16A + 1x2 10A IEC320
Dummy panel, plastics, 2U + assembly
Rack demounting server ex factory
Service tee Factory System integration 2
1
1
1
1
1
1
1
1
SELY9DT1U
U24529-0590A
U24529-0592A
SEFX9FL1U
SG-PCIE2FC-EM4
4447A-Z
SG-PCIE2FC-EM4
4447A-Z
MR DAT72TapeDrive
Solaris 10 CD/DVD Premium Pack
Solaris 10 Acc. Kit SPARC Ent.Srv. LE/FF
MR2airfilterkit
Fibre Channe1,4Gbit,2port.Emu. —PC1-e
Ethemet,1Gbit,4port-)oaxxx-PCI-e
Fibre Channe1,4Gbit,2port.Emu. —PC1-e
Ethemet,1Gbit,4port->Docax-PCI-e
M5000 2.4GHz 8P64GB 4x146GB 2x1/0 tray Fujitsu-Siemens
Computer SPARC Enterprise M5000 server. Includes M5000
system, 8 2.4GHz cpus (4 2x2.4GHz CPU Modules), 64GB
system memory (4 ea. 16GB memory boards), 4 146GB HDD,
4 PSU, 2 I/O tray
Softwares ajoutés
Qté
1
Référence
EXSC301-N400
Description
GCOS8 SR7 PRODUCT SET FOR
NOVASCALE 9000/4.X
1
EXSC301-0000
GCOS8 SR7 BASE SYSTEM
28
EXSC301-VS90
1
EXSC302-0000
GCOS8 SR7 BASE SYSTEM
GCOS8 SR7 EXECUTIVE FOR NOVASCALE
9000
28
EXSC302-VS90
GCOS8 SR7 EXECUTIVE FOR NOVASCALE
9000
1
EXSC303-0000
28
EXSC303-V590
GCOS8 SR7 SYSTEM ADMINISTRATION
TOOLS
GCOS8 SR7 SYSTEM ADMINISTRATION
TOOLS
1
EXSC304-0000
28
EXSC304-VS90
GCOS8 SR7 TSS COMPREHENSIVE
PACKAGE
GCOS8 SR7 TSS COMPREHENSIVE
PACKAGE
GCOS8 SR7 V9000/4.X SOFTWARE
1
EXSC311-N400
28
1
EXSC311-VS90
CNSC301-0000
GCOS8 SR7 V9000/4.X SOFTWARE
GCOS8 SR7 BASIC COMMUNICATION
FACILITY
28
CNSC301-VS90
GCOS8 SR7 BASIC COMMUNICATION
FACILITY
1
TPDC304-0000
HOOX GCOS8 LINE MODE CONNECTOR FOR
JAVA EE
28
TPDC304-VS90
HOOX GCOS8 LINE MODE CONNECTOR FOR
JAVA EE
1
VVE BC301-0000
WEBFORM8 PROGRAMMING TOOLS
28
VVEBC301-VS90
WEBFORM8 PROGRAMMING TOOLS
1
WEBC304-000A
GTEA FOR 01 TO 03 PLATFORMS
1
WEBC304-000B
GTEA FOR 04 TO 10 PLATFORMS
1
COBC301-0000
COBOL 74/85 COMPILER & RUNTIME
28
COBC301-VS90
1
CLGC301-0000
COBOL 74/85 COMPILER & RUNTIME
C COMPILER & RUNTIME
67
28
CLGC301-VS90
1
ADDC302-0000
28
ADDC302-VS90
DEBUG SUPPORT SYSTEM
1
DBDC301-0000
28
1
DBDC301-VS90
IDS-II COMPREHENSIVE FACILITY
IDS-II COMPREHENSIVE FACILITY
28
UTSC301-VS90
COMPREHENSIVE SYSTEM UTILITIES
1
UTSC309-0000
28
UTSC309-VS90
GCOS8 VIRTUAL FAST I/O
GCOS8 VIRTUAL FAST I/O
UTSC301-0000
C COMPILER & RUNTIME
DEBUG SUPPORT SYSTEM
COMPREHENSIVE SYSTEM UTILITIES
1
UTSC312-0000
28
UTSC312-VS90
TMS8
TMS8
TMS8 MULTI SYSTEM
1
UTSC313-0000
28
UTSC313-VS90
TMS8 MULTI SYSTEM
1
TPDC301-0000
TP8 COMPREHENSIVE FACILITY
28
TPDC301-VS90
1
DISC302-0000
TP8 COMPREHENSIVE FACILITY
DPF8-DS
28
DISC302-VS90
DPF8-DS
1
UTSC370-0000
PARK SOFTWARE SET FOR SR7.0
1
DVSCO28-V590
1
UTSC314-0000
28
UTSC314-VS90
CPMS8 + SYSTEM ALERT
1
TPDC308-0000
HOOX GCOS8 VVEB SERVICES
28
TPDC308-VS90
HOOX GCOS8 WEB SERVICES
1
DBDC304-0000
DBSP-PL INF
MONO SYS. LIC. VS9000-R028
CPMS8 + SYSTEM ALERT
28
DBDC304-VS90
DBSP-PL INF
2
TNVW001-00DE
TNVIP SERVER/EXTENDED 100 LIC. PACK
1
PMCW0042W32
TNVVV001SOCZ
UTSC202-0000
1
1
TNVIP SE 32 BITS WINDOWS ENVIRONMENT
TNVIP SERVER/EXTENDED MEDIA
FILE GENERATION FACILITY
SW PERIPHERIE STORAGE ET SAUVEGARDE
Software Optima3000 pour la baie de production
Local Data Replication Remote Data Replication
Qté
Référence
Description
1 OPTF500-MD00
1 OPTF500-0001
OPTIMA3000 SOFTWARE SET DOC & MEDIA
1 OPTF504-0030
OPTIMA3000 LOCAL DATA REPLICATION LIC
1 OPTF506-0030
OPTIMA3000 REMOTE DATA REPLICATION
LIC
OPTIMA3000 MANAGER SW BASE LIC
FOR ONE NODE
Software Optima3000 pour la baie de DRP
Local Data Replication Remote Data Replication
Qté
Référence
Description
1 OPTF500-MD00
1 OPTF500-0001
OPTIMA3000 SOFTWARE SET DOC & MEDIA
1 OPTF504-0030
OPTIMA3000 LOCAL DATA REPLICATION LIC
1 OPTF506-0030
OPTIMA3000 REMOTE DATA REPLICATION
LIC
OPTIMA3000 MANAGER SW BASE LIC
FOR ONE NODE
Software pour 2 Virtuo avec option Standby si le site de back up à proximité
Qté
Référence
Description
68
2
VMSK000-10KT
VIRTUO NV SERIES & PNP MEDIA &
DOCUMENTATION
2
16
VMSK1ST-61BA
VMSKDIC-61DA
2
VMSKH02-NVBA
VIRTUO STATISTIC MODULE
VIRTUO LICENSE OPTIMA CACHE - TIER 1
VIRTUO, LICENCE FOR 2 ADDITIONNAL
HOST CNT
2
VMSKL01-NVBA
VIRTUO LICENCE FOR 1 ADDITIONNAL
LIBRARY
2
VMSKNVP820-G8BA
VIRTUO P820 GCOS8
2
VMSKSTBG8Z-0000
VIRTUO STANDBY OPTION
VTOM Pilot8
Qté
Référence
Description
1
2
VTOM-ES
VTOM ENTERPRISE SERVER
VTOM-MF-G8
VTOM MAINFRAME GCOS8 CLIENT
2
1
VTOM-CL-G8
VTOM-XV
VTOM GCOS8 CLIENT
VTOM-XVISION
1
VTOM-BU
VTOM BACKUP SERVER
2
OABAS00-800A
SLM BASE CLASS 1(1-2 CPU)
2
0A10P07-8000
ROLE BASED MANAGEMENT
2
OAPIL00-8000
PILOT MASTER
2
2
OAPIL01-800C
OAPIL09-8000
PILOT 10 LINES FOR GCOS
PILOT GTEA / TCP/ IP FOR GCOS8
2
0A10P06-8000
HA PRIMARY BACKUP (2 SLM SERVERS)
2
2
PMCJ001-1800
OM 8.0 RELEASE IDENTIFIER
PMCJ100-0P00
AIX OS IDENTIFIER
2
PMCJ001-180P
STANDARD SUPPORT & SUBS. IDENTIFIER
2
EVUPG6E-0800
UPGRADE FROM 6.0e TO 8.0
1
0A10P05-0000
SAFEKIT FOR SLM SERVER /2 SRV
UniQprint Winfilter Jetform
1 UNIQP-0001 1 UNIQP-0002 1 VV1NF-0001
UniQPrint server (unlimited num ber of printers)
1
JETFORM PRO
UniQPrint second node cluster licence
1
JETFORM AFP
W1NFILTER
1
JETFORM CENT
JETFORM CENTRAL PRO
1 PMCW003-0003
JETFORM DRIVER AFP
1 GHLW038-SOCZ
2 GSPOOLSW01-0000
HOST LINKS ON VVINDOWS NT/2000
JETFORM CENTRAL
GSPOOLS PER SYSTEM
HOST LINKS MEDIA
TORI
69
2 VTD8-GCAAAC08
VTD/8 TORI CLUSTER INCL 8 SS
250 VTD8-UGAAC01-250 1 session upgrade/min 250

Documents pareils