Lisez notre dernier rapport annuel

Commentaires

Transcription

Lisez notre dernier rapport annuel
- Rapport annuel 2009
Rapport annuel 2009
www.prayon.com
Société anonyme
Rapport 2009
présenté à l’Assemblée
Générale Ordinaire
du 11 mai 2010
Siège social :
B-4480 ENGIS, Rue Joseph Wauters, 144
www.prayon.com
00
Table des matières
01 Message du Président et de l’Administrateur délégué
07
02 Faits marquants 2009
09
03 Mission - Vision - Valeurs
11
04 Structure du Groupe Prayon
13
05 Organigramme du Groupe Prayon
15
06 Présence mondiale et sites de production
17
07 Chiffres clés du Groupe Prayon
19
08 Stratégie
23
09 Innovation
29
10 Rapport de gestion du Conseil d’Administration
35
Comptes annuels des Exercices 2008 et 2009
11 Comptes consolidés du groupe Prayon
43
12 Annexes aux comptes consolidés
51
13 Rapport de contrôle du Collège des Commissaires
109
14 Comptes abrégés de Prayon S.A.
113
15 English version of the Report of the Board of Directors and summary of the consolidated accounts
121
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
5
01
Message du Président
et de l’Administrateur délégué
Madame, Monsieur,
Après une année 2008 exceptionnelle, nous savions que l’exercice 2009 serait difficile de par le retournement
conjoncturel dans les secteurs agricole et horticole. Cette situation a provoqué un effondrement brutal du prix de nos
principales matières premières, avec pour conséquence une importante réduction de valeur sur nos stocks.
Le Groupe PRAYON n’a pas pu éviter les conséquences de la crise économique et le ralentissement généralisé de
consommation de ses produits au cours du premier semestre, entraînant un arrêt complet des productions durant
six semaines au cours de l’été.
Une reprise progressive des activités a été observée à partir du mois de septembre.
Un programme d’investissement ambitieux a cependant été poursuivi tout au long de l’année, dont en particulier
l’unité de production d’acide sulfurique et son installation de cogénération assurant la compétitivité à long terme de
la chaîne P2O5 (acide phosphorique) de PRAYON.
La stratégie de développement dans les métiers de base de la société a été renforcée, à côté d’efforts soutenus en
recherche et innovation.
Le courage face aux difficultés et le professionnalisme de l’ensemble du personnel doivent une fois de plus être
soulignés.
Les perspectives pour l’année 2010 sont encourageantes dans un environnement économique qui reste cependant
incertain.
Yves CAPRARA Administrateur délégué Yves CAPRARA
Administrateur délégué
6
Mohamed EL HAJJOUJI
Président du Conseil d’Administration
Mohamed EL HAJJOUJI
Président du Conseil d’Administration
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
7
02
Faits marquants 2009
Janvier
Juillet
Production
Premier arrêt conjoncturel, d’une dizaine de jours, sur
tous les sites (Engis, Puurs, les Roches de Condrieu).
Février
LiFeBPO4
Signature avec le Commissariat à l’Energie Atomique
(France) d’un accord de collaboration en vue du développement d’un procédé de production à grande échelle
de phosphate de fer lithié dopé au bore pour utilisation
dans les batteries des véhicules électriques.
Solustep
Création, avec la société Dupuy SAS (France), d’une filiale
commune, la SAS Solustep, produisant une gamme complète de nutriments destinés au traitement des eaux usées.
Mars
Additifs alimentaires
Participation à la Foire FIC (Food Ingredients China) à
Shanghai, rendez-vous des plus importants producteurs
d’ingrédients alimentaires de Chine et d’Asie.
Avril
Additifs alimentaires
Participation à la Foire SEA FOOD à Bruxelles, réunissant
les professionnels du marché mondial des fruits de mer.
PRODUCTION
Deuxième arrêt conjoncturel des installations, de 6 semaines, sur tous les sites (Engis, Puurs, les Roches de
Condrieu).
Zéoline
Intégration dans Prayon des activités de production de
zéolithe de la société Zéoline sur son site d’Engis.
Septembre
Engineering
Obtention du contrat de licence pour une nouvelle usine
d’acide phosphorique (150 T P2O5/jour) à construire pour
NCIC en Egypte.
T.H.T.
Prise de participation majoritaire dans la société wallonne
T.H.T., spécialisée dans le développement et la production de ferments lactiques destinés aux probiotiques
humains, utilisés notamment comme compléments
alimentaires.
Novembre
Additifs alimentaires
Participation à la Foire FIE (Food Ingredients Europe)
à Francfort, rendez-vous incontournable de l’industrie
alimentaire.
Novembre-décembre
Mai
PROFILE
Démarrage du projet Fosfertil, concrétisant la première
fourniture d’équipements Profile au Brésil, à savoir
agitateurs d’attaque/digestion et un filtre de 240 m2 de
surface utile.
Juin
SILOX
Prise de décision du revamping des installations de la
filiale Silox sur le site d’Engis.
Horticulture
Premiers essais encourageants de production de phosphate hémipotassique (Acidic PK), fertilisant dont le
pouvoir acidifiant permet une meilleure absorption des
nutriments par les plantes.
8
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
Sulfine
Démarrage de l’atelier de production d’acide sulfurique
sur le site d’Engis avec montée en capacité progressive
et production d’électricité dès décembre.
Décembre
Chimie Verte
Constitution d’un groupe «Chimie Verte» au sein d’Essenscia, la Fédération belge des industries chimiques et
des sciences de la vie.
LiFeBPO4
Démarrage de l’unité pilote Pray-Lion pour la mise au
point de matériaux de cathode pour les batteries des véhicules électriques ou des applications stationnaires.
9
03
Notre Mission
Etre une entreprise rentable, d’envergure internationale et tournée vers l’innovation, spécialisée en chimie et basée
sur les technologies, proposant des produits et des services associés haut de gamme.
Notre Vision
evenir un acteur majeur dans les additifs alimentaires, l’horticulture et divers marchés de niche industriels.
D
Rester le leader mondial dans la technologie de l’acide phosphorique.
Accroître sans cesse notre portefeuille de produits en réponse directe aux opportunités du marché.
Assurer la pérennité par la performance et la rentabilité.
Nos Valeurs
Orientation client :
nous nous engageons à atteindre l’excellence pour nos clients en fournissant des solutions, des produits et des
services haut de gamme.
esponsabilité en matière de sécurité, de santé et d’environnement :
R
nous nous engageons à rechercher en permanence des améliorations en termes de sécurité, de santé et de protection
environnementale.
Dialogue ouvert :
nous poursuivons un dialogue ouvert avec l’ensemble des parties prenantes de l’entreprise.
Mérite et diversité :
nous recrutons des personnes souhaitant évoluer au sein de l’entreprise et nous mettons tout en œuvre pour que
le personnel améliore sans cesse ses performances et qualités personnelles, indépendamment de son âge, de son
sexe, de sa nationalité ou de sa culture.
Créativité :
nous offrons un environnement de travail qui stimule la créativité pour générer de nouvelles solutions.
esponsabilité :
R
nous encourageons l’ensemble du personnel à assumer davantage de responsabilités.
Equilibre vie professionnelle/vie privée :
nous soutenons un juste équilibre entre vie professionnelle et vie privée.
espect de la personne :
R
nous respectons chaque individu en tant que membre de l’entreprise.
10
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
11
04
Structure du Groupe Prayon
Division “Matières premières et fertilisants”
• Acide sulfurique
• Acide phosphorique
• Sulfate de calcium
• Acide fluosilicique
• Polyphosphate d’ammoniaque liquide
• Superphosphates simples et triples
• Fertilisants granulés NP et P
Division “Acide phosphorique purifié, Phosphates spéciaux et dérivés fluorés”
• Acides phosphoriques purifiés à usages
techniques et alimentaires
• Fluosilicates de soude et de potasse
• Fluorure de soude à usages techniques,
alimentaires et pharmaceutiques
• Zéolithes
• Sels phosphatés à usages techniques et alimentaires :
- Tripolyphosphates de soude
- Phosphates sodiques, potassiques,
calciques et aluminiques
Division “Horticulture”
• Phosphates mono- et biammoniques
• Phosphate monopotassique
• Nitrate de potasse
SILOX
• Anhydride sulfureux liquide
• Hydrosulfites de soude solide et liquide
• Sulfoxylates de soude et de zinc
• Phosphates de zinc
• Chromates et tetraoxychromate de zinc
• Chromates de baryum et de strontium
• Poussières de zinc
• Oxydes de zinc
• Carbonate de zinc
• Sels et solutions de métaux
Equipements et procédés
DIVISION PROCESS FILTRATION
AND LIQUID EQUIPMENT
• Filtration
• Agitation
• Lavage de gaz
12
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
DIVISION PRAYON TECHNOLOGIES
Fabrication d’acide phosphorique
•
• Fabrication d’acide superphosphorique
et de polyphosphate d’ammoniaque
• Concentration et épuration d’acide phosphorique
• Récupération du fluor de l’acide phosphorique
• Lavage de gaz
• Valorisation du sulfate de calcium (voies hydraulique
et thermique)
• Extraction d’uranium de l’acide phosphorique
13
05
Organigramme du Groupe Prayon
au 31 décembre 2009
Conseil d’Administration
Mohamed El Hajjouji Yves Caprara
Amar Drissi
Mhamed Ibnabdeljalil
Bernard Marchand
Société Anonyme Samanda Société Anonyme Sparaxis
Président
Administrateur délégué
Administrateur
Administrateur
Administrateur
Administrateur, représentée par Monsieur Michel Pirlet
Administrateur, représentée par Monsieur Philippe Dinon
PRAYON
Commissaires
S.C.sfd S.C.R.L. Deloitte & Touche, Reviseurs d’Entreprises, représentée par Daniel Kroes
S.C.P.R.L. Jean-Louis Prignon, Reviseur d’Entreprises, représentée par Jean-Louis Prignon
100%
Direction Générale
Yves Caprara Joël Winkin
Administrateur délégué
Secrétaire Général
Directeur de Production du Groupe
Directeur du Site des Roches de Condrieu
Directeur du Site d’Engis
Directeur du Site de Puurs
50%
49,97%
Vice-President Commercial Network
Vice-President Procurement
Vice-President Innovation
Vice-President Purified Acid, Phosphates Salts
and Fluorined Derivatives
Vice-President Horticulture
Directions de Support
100%
100%
50%
Directeur de la Supply Chain
Directeur des Procédés et Technologies
Directeur Technique
Directeur des Ressources Humaines
Directeur Financier
Ventes de Technologies
Marc Collin
Erik Desmet
Situation au 1er mai 2010
PRAYON
TECHNOLOGIES
100%
PRAYON
BENELUX
100%
PRAYON
IBERICA
PRAYON Inc.
EMAPHOS
85%
50%
SECO
PRAYON
TECHNOLOGIES
PRAYON Inc.
EMAPHOS
SOLUSTEP
100%
11,49%
20%
FOSBRASIL
CASPER
PRAYON UK
Consolidation par intégration globale
Consolidation par intégration proportionnelle
50%
PRAYON ITALIA
Sociétés mises en équivalence
Sociétés non consolidées
50%
100%
PRAYON
SILOX
DEUTSCHLAND
PRAYON
BENELUX
100%
100%
100%
100%
100%
11,49%
100%
PRAYON
IBERICA
20%
83,28%
PRAYON UK
68%
PRAYON ITALIA
100%
EUROCHEM
JEAN GOLDSCHMIDT
REASSURANCE
INTERNATIONAL
SOCIETE
NOUVELLE DES
FOSBRASIL
COULEURS ZINCIQUES
100%
77%
35%
HYDROMETAL
METALS AND
RESIDUES
100%
CLAUSHUIS
RECUPAC
CASPER
TRANSPEK - SILOX
Consolidation par intégration globale
HYDRO TECHNOLOGIES
CANADA
Consolidation par intégration proportionnelle
50%
SILOX UK
Sociétés mises en équivalence
Sociétés non consolidées
T.H.T.
SILOX
EUROCHEM
REASSURANCE
T.H.T.
100%
83,28%
68%
JEAN GOLDSCHMIDT
INTERNATIONAL
SOCIETE NOUVELLE DES
COULEURS ZINCIQUES
100%
77%
35%
HYDROMETAL
METALS AND
RESIDUES
100%
CLAUSHUIS
RECUPAC
TRANSPEK - SILOX
HYDRO TECHNOLOGIES
CANADA
100%
14
100%
PRAYON
100%
Managing Director de Prayon Technologies S.A.
Directeur de la Division «Profile»
SOLUSTEP
85%
33,33%
Guy Clerdent Françoise d’Arripe
Yves Moreels Gérard Riga Pierre Schils
PRAYON
DEUTSCHLAND
33,33%
Divisions Commerciales
Michel Henrotin
Francis Mirisola
Fabrice Renard
Valérie Renard
Philippe Simal
100%
100%
Direction de Production
Stefan Goethaert
Carol Arcache
Marc Damoisaux
Eric Op ‘t Eynde
SECO
49,97%
PRAYON s.a.
SILOX UK
Rapport annuel 2009
15
06
Présence mondiale
4 sites de
production :
3 en Europe
et 1 aux Etats-Unis
7 filiales
commerciales en
Europe et aux
4 production sites:
Commercial
3 in Europe
+
subsidiaries in
Etats-Unis
1 in the United
States
7 key European
and US markets
4 production sites:
3 in Europe +
1 in the United
States
Commercial
subsidiaries in
7 key European
and US markets
Une représentation
commerciale dans
une centaine de pays
Local representative
offices
more than
à travers
leinmonde
100 countries across
the world
Local representative
offices in more than
100 countries across
the world
5 bureaux de coordination
commerciale : Amérique du Sud,
Asie, Europe Centrale et de l’Est,
5 coordination offices:
South
America,
Central Continentale
&
Inde
et Chine
Eastern Europe, Asia, India,
Mainland China
4 bureaux de coordination
commerciale: Amérique du
Sud, Asie, Europe Centrale
et de l'Est, Inde
Sites de production
Engis - Belgique
16
PRAYON s.a.
Puurs - Belgique
Rapport annuel 2009
Les Roches - france
Augusta - usa
17
07
Chiffres clés du Groupe Prayon
(selon les normes IFRS)
(en millions d’euros)
2009
2008
43,0
43,0
Capitaux propres
159,2
188,1
Capitaux permanents
258,5
312,6
52,2
41,6
Chiffre d’affaires
544,8
878,6
Valeur ajoutée (2)
41,6
243,5
7,6
27,7
87,7
89,0
210,8
36,6
17,3
17,5
Marge brute d’autofinancement (3)
- 24,7
101,0
Résultat d’exploitation
- 19,9
93,0
Résultat net
- 28,6
81,6
-
-
1.473
1.455
Capital
Investissements de l’exercice (1) (corporels et incorporels)
• en % du chiffre d’affaires
Rémunérations et charges sociales
• en % de la valeur ajoutée
Amortissements de l’exercice (sur immobilisations corporelles et incorporelles)
Dividendes bruts
Personnel (en équivalents temps plein)
(1) Compte non tenu des quotas CO2 reçus des autorités publiques en 2008 et 2009 (détail repris en annexe 12).
(2) Ventes et prestations diminuées des consommations de matières premières et marchandises, ainsi que des autres charges externes.
(3) Détail du calcul : voir tableau de financement consolidé.
18
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
19
07
Marchés 2009
Chiffre d’affaires 2009
7 %
4 %
Investissements 2009
9%
19 %
16 %
Total : 545 millions d’euros
24 %
Europe : 70 %
15 %
Amérique : 19 %
Asie : 7 %
Autres : 4 %
69 %
67 %
70 %
Total : 545 millions d’euros
Evolution du chiffre d’affaires
Total : 52 millions d’euros
Industriel : 67%
Investissements d’optimalisation : 69%
Alimentaire : 24%
Investissements défensifs : 15%
Fertilisants : 9%
Investissements stratégiques : 16%
1000
Evolution du personnel
800
600
1600
1400
500
1200
400
1000
300
800
600
200
400
100
200
0
0
1993
20
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2000
PRAYON s.a.
2001
2002
2003
Rapport annuel 2009
2004
2005
2006
2007
2008
2009
21
08
Stratégie
Applications alimentaires
Tendances en 2009
Le marché alimentaire a conservé un niveau d’activité stable en 2009, à l’inverse des applications industrielles. De
nombreux succès sont à apprécier, notamment dans les domaines du traitement de la viande et des poissons et fruits
de mer. Ces succès sont liés à d’importants développements techniques et technologiques au sein du laboratoire
d’applications alimentaires et des unités de production, ainsi qu’aux avancées en termes de marché.
La foire Food Ingredients Europe à Francfort a confirmé la notoriété de Prayon auprès de ses clients, qui se sont
succédé sur le stand. L’organisation d’une soirée ‘Seafood’ en parallèle au Brussels Seafood Expo a également
rencontré un franc succès auprès de nos clients existants et potentiels.
Les qualités de SAPP 28 développées sur nos différents sites de production ont été particulièrement appréciées sur
les marchés.
Enfin, dans le cadre du développement de la branche Nutrition, Prayon a réalisé l’acquisition de la société THT – spinoff des universités de Liège et de Gembloux active dans le secteur des probiotiques et des cultures. Un premier pas
pour Prayon dans ce vaste domaine prometteur.
Perspectives pour 2010
Les applications alimentaires restent le fer de lance de Prayon au niveau des sels phosphatés. La consolidation des
développements produits est nécessaire, tout comme le déploiement de nouvelles gammes de mélanges agglomérés
principalement destinés aux applications fromages fondus.
Le domaine de la nutrition reste un projet de développement. Le marché des probiotiques et des cultures devra
grandir, et d’autres produits pourront s’ajouter au portefeuille.
22
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
23
08
Stratégie
Applications industrielles
Tendances en 2009
L’année 2009, marquée par la crise économique mondiale, a résulté en une baisse de l’activité. Nos parts de marché
ont toutefois été préservées par une présence permanente auprès de nos clients.
Les producteurs de détergents lave-linge, motivés par les problèmes de disponibilités et de niveaux de prix connus
en 2008, ont anticipé la reformulation de leurs produits finis pour mettre fin à l’utilisation de phosphates. Cela
a engendré une surcapacité de production dans le monde des phosphates, entraînant des restructurations chez
certains de nos concurrents.
Prayon a gardé le cap et poursuivi ses développements, principalement dans le domaine du traitement de l’eau avec
une première année de succès pour Solustep. La gamme Praybrite a également été complétée afin d’améliorer notre
offre. Enfin, un contrat de distribution paneuropéen de notre acide purifié a été signé en fin d’année, offrant à Prayon
une opportunité supplémentaire de rester proche des clients.
Perspectives pour 2010
2010 verra une reprise des activités industrielles. Les positions traditionnelles, que Prayon a conservées en 2009,
resteront une base solide pour la poursuite des activités. Au-delà de ces fortifications, les développements, à la fois
de marché et de gamme produits, sont encore à l’ordre du jour.
Ainsi, certains contrats de distribution conclus fin 2009 vont permettre une envolée des ventes - notamment d’acide
purifié, de la gamme Praybrite et de la gamme Fosbind destinée aux produits réfractaires.
Des projets de croissance sont envisagés dans le domaine du traitement de l’eau afin de couvrir une zone plus large
en Europe, mais également de s’étendre à l’Amérique du Nord.
Enfin, la gamme Praytab est toujours en phase de développement, avec des perspectives intéressantes pour fin 2010début 2011.
24
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
25
08
Stratégie
Horticulture
Tendances en 2009
Après trois premiers trimestres 2008 exceptionnels, le marché de l’horticulture s’est complètement « arrêté » en
septembre 2008 pour ne redémarrer timidement qu’à partir d’avril/mai 2009, à une période où nous aurions dû
connaître les pics traditionnels de haute saison.
Une politique de prix agressive, liée à la recherche de nouveaux marchés à la grande exportation, nous a permis de
relancer les volumes au 4e trimestre sans pour autant éviter de terminer l’année 2009 en net retrait.
Il aura donc fallu une année 2009 complète à toute la chaîne producteurs-distributeurs/mélangeurs-horticulteurs
pour « digérer » une année 2008 marquée par des hausses de prix sans précédent et un surstockage important
d’engrais en fin de saison.
Malgré cet environnement économique difficile en 2009, Prayon a continué de progresser en termes de part de
marché et est devenu un acteur important sur le marché des engrais solubles pour l’horticulture.
Perspectives pour 2010
Au terme de deux premières années d’existence aux résultats très contrastés, le bilan global de la Division Horticulture est tout à fait remarquable.
De plus, les bases sont à nouveau saines pour aborder 2010 de manière optimiste. 2010 devrait être l’année de la
confirmation et de la consolidation.
A côté du nitrate de potasse jordanien (dont Prayon est distributeur exclusif en Europe et dans les pays du Maghreb),
nous complétons de manière continue notre gamme Hortipray d’engrais solubles en intégrant d’autres « straights »
importants pour ce marché, comme le nitrate de calcium ou le sulfate de magnésium.
Afin de répondre aux besoins spécifiques de certains segments du marché de l’horticulture, Prayon offre maintenant
une palette de mélanges adaptés (tel le Praybag) et met au point dans ses laboratoires de nouveaux phosphates au
concept innovant. Pour certains d’entre eux (comme l’Acidic-PK), des tests industriels ont déjà été réalisés et leur
lancement sur le marché est imminent.
26
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
27
09
Innovation
L’innovation est au cœur des activités de Prayon. Elle est essentielle pour satisfaire nos clients en améliorant la qualité
de nos produits ou en répondant à de nouvelles attentes. Elle joue également un rôle crucial dans l’optimalisation de
nos procédés de fabrication, qu’il s’agisse de mieux valoriser nos sous-produits, de diminuer les coûts ou de réduire
les nuisances environnementales.
Sulfine
Après deux années de construction, de tests et de mises au point, 2009 a été marquée par le démarrage de Sulfine,
la toute nouvelle unité de production d’acide sulfurique de Prayon.
Cette installation représente un investissement de quelque 50 millions d’euros, dont la période de retour sur
investissement (payback) est estimée à quatre ans. Ce projet a aussi généré la création de 15 emplois directs.
A base de soufre récupéré de l’industrie pétrochimique, Sulfine produit un acide sulfurique particulièrement pur
destiné à la fabrication d’additifs alimentaires de très haute qualité. Avec une capacité de 1000 tonnes d’acide
sulfurique par jour, cette nouvelle unité permet à Prayon d’être moins dépendant des fournisseurs et des conditions
de marché, tout en bénéficiant d’un approvisionnement garanti.
A la pointe de la technologie, Sulfine est basée sur un système de cogénération. Son procédé de fabrication d’acide
sulfurique permet de générer des quantités importantes d’électricité (61% de nos besoins) et de vapeur (45 % de
nos besoins), qui est elle-même récupérée comme source énergétique. Prayon peut ainsi diminuer de manière
substantielle ses achats de gaz naturel et de fuel, et donc considérablement réduire ses émissions de CO2 (de quelque
47%). En tant qu’entreprise soucieuse de son impact sur l’environnement, elle peut ainsi contribuer favorablement au
Protocole de Kyoto sur la réduction des gaz à effets de serre.
28
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
29
09
Batteries pour voitures électriques
Probiotiques
En novembre 2008, Prayon signait avec le Commissariat à l’Energie Atomique (CEA) un accord de transfert de
technologie portant sur la fabrication de phosphate de fer lithié dopé au bore (LiFeBPO4).
Le 10 septembre 2009, Prayon est devenu l’actionnaire majoritaire de THT. Créée en 1991, cette société wallonne
bénéficie d’un savoir-faire unique dans le développement et la production de ferments lactiques destinés aux
probiotiques ainsi qu’aux secteurs de la boucherie-charcuterie et de la boulangerie.
Depuis lors, Prayon œuvre pour développer à l’échelle industrielle ce matériau destiné à équiper les batteries des
voitures électriques et hybrides. Baptisé Pray-Lion, notre produit se révèle être une solution très prometteuse pour
les applications automobiles, mais également stationnaires (stockage de l’énergie solaire et éolienne). Pray-Lion
permet la fabrication de batteries plus légères, sans métaux lourds et plus respectueuses de l’environnement. Par
rapport aux produits concurrents, il permet aussi une sécurité accrue (sans risque d’explosion), une plus grande
durée de vie et offre de meilleures performances.
Les probiotiques sont des micro-organismes vivants que l’on ajoute comme compléments à certains produits alimentaires tels que les yoghourts ou les céréales et qui exercent un effet bénéfique sur la santé du consommateur
(équilibre de la flore intestinale, amélioration du transit, traitement de certaines diarrhées...). L’acquisition de THT
s’inscrit parfaitement dans la stratégie de développement de Prayon dans des marchés de haute valeur technologique, dont la nutrition.
Bénéficiant de plus d’un siècle de tradition industrielle et de larges capacités de production, Prayon travaille
actuellement à la mise au point d’un procédé de fabrication continu à haute vitesse et au coût intéressant. Notre
objectif est de tester la production auprès de clients potentiels en 2010.
Depuis sa création, THT a connu une croissance constante, notamment grâce au succès des compléments
alimentaires. Prayon mise aujourd’hui sur la poursuite de cette dynamique de croissance, en associant son vaste
réseau commercial étendu un peu partout dans le monde aux compétences technologiques et scientifiques de THT.
Leader mondial dans le domaine des aliments fonctionnels, Prayon voit notamment dans le secteur de la charcuterie
un important potentiel de développement des ferments lactiques.
30
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
31
09
Traitement de l’eau
Technologies nouvelles
Née en 2009 d’un partenariat avec la société française Dupuy, Solustep s’inscrit dans la stratégie de développement
de Prayon dans le domaine du traitement de l’eau. En fournissant des matières premières de haute qualité, Prayon
permet à Dupuy de faire des formulations parfaitement adaptées aux besoins des clients.
Acide polyphosphorique
Plus particulièrement active dans le traitement des eaux en stations d’épuration, Solustep offre une gamme complète
de services et de produits. Des experts mènent d’abord des audits complets des stations d’épuration afin de déterminer
les besoins. Ensuite, ils préconisent un produit ou une formulation permettant d’optimiser le fonctionnement de
la station. La société Solustep détermine et produit elle-même ces formulations selon les besoins spécifiques de
ses clients, de manière à apporter le meilleur équilibre (en azote, phosphore, carbone et oligo-éléments) pour le
développement harmonieux de la biomasse. Nos experts effectuent également toutes les actions de suivi.
Solustep ne s’adresse pas qu’aux communautés urbaines. Elle compte aussi parmi ses clients des entreprises des
industries papetières, agro-alimentaires et pétrochimiques. Au cours des derniers mois, Solustep a considérablement
élargi sa gamme de produits, en proposant une toute nouvelle série de polymères, et d’autres développements en vue
de solutions biodégradables sont en cours.
L’acide polyphosphorique bénéficie d’une multitude de débouchés et d’une demande en croissance constante. Sa
production présente pourtant des difficultés sur le plan technologique. Particulièrement corrosif, cet acide provoque
la dégradation rapide des équipements engendrant souvent une contamination du produit. Avec pour conséquence
d’importants coûts de maintenance, qui s’ajoutent à une facture énergétique déjà très élevée.
Pour contrer ces inconvénients, Prayon a chargé son centre de recherche de mettre sur pied une technologie de
production d’acide polyphosphorique innovante, en rupture avec l’ensemble des procédés de fabrication traditionnels
et s’inscrivant dans une perspective de développement durable (grande efficience énergétique, limitation de l’empreinte environnementale, résistance des équipements aux conditions opératoires extrêmes...). Des tests sont en
cours depuis juin 2009, et les perspectives sont encourageantes.
Prayon entrevoit un débouché intéressant dans le secteur des bitumes. Employé depuis plus de dix ans en Amérique
du Nord, l’asphalte routier utilisant un bitume dopé par l’acide polyphosphorique enregistre d’excellents résultats
contre la dégradation des routes due aux conditions climatiques et à l’augmentation croissante de la charge de trafic.
L’amélioration durable du réseau routier européen est un marché potentiel énorme pour l’acide polyphosphorique
mis au point par Prayon, de meilleure qualité et au coût plus intéressant que les produits concurrents.
Les secteurs débouchés sont très nombreux puisque l’acide polyphosphorique est nécessaire à la fabrication de produits dans des domaines aussi variés que la pharmacie, la parfumerie, la cosmétologie, les pigments, l’imprimerie,
la pétrochimie, l’ignifugation, le traitement des eaux et des métaux, le textile, le cuir, la lubrification, l’émulsification,
la fertilisation, etc.
Acide électronique
C’est aussi pour répondre à une demande du marché que Prayon a
travaillé en 2009 à la mise au point d’une technologie de fabrication
d’un acide phosphorique ultra pur, dit de qualité électronique. Les
fabricants d’équipements électroniques exigent en effet des matières premières de plus en plus pures afin de contrôler parfaitement
l’ensemble des procédés de fabrication. Même en quantité infime,
des traces d’impuretés déposées à la surface d’un conducteur peuvent l’endommager et amoindrir ses performances.
Pour éliminer les impuretés de son produit, Prayon a mis au point
sa propre technologie de fabrication: un procédé par cristallisation.
Les résultats sont prometteurs. La prochaine étape va consister à
transposer le procédé économiquement à l’échelle industrielle. Le
marché des écrans plats constitue notamment un débouché intéressant.
32
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
33
10
Rapport de gestion
du Conseil d’Administration
Après une année 2008 florissante, les six premiers mois de l’exercice 2009 ont été marqués par une chute de la
demande des produits de PRAYON d’une ampleur sans précédent.
La prédominance de PRAYON dans ses métiers de base (acide phosphorique purifié, sels techniques et alimentaires,
fertilisants pour l’horticulture) au moment de la reprise progressive constatée au second semestre, grâce à une
confiance renouvelée de sa clientèle, a toutefois permis une remontée progressive du niveau d’utilisation de ses
capacités de production.
evolution du prix de l’acide de base (54% P205)
3000
2535
2500
2115
USD / T P205
2080
2000
1425
1500
1130
1000
500
443
698
564
550
556,5
660
730
800
0
Prix
2006
34
PRAYON s.a.
Prix T1
2008
Rapport annuel 2009
Prix T3
2008
Prix T1
2009
Prix T3
2009
Prix
01/2010
Prix
03/2010
35
10
evolution du prix du soufre liquide
L’exercice 2009 s’est clôturé sur un résultat net de – 28,6 millions d’euros et une marge brute d’autofinancement
de – 24,7 millions d’euros.
400
361
L’endettement net n’a pu être réduit que de 11,6 millions, en raison principalement de l’importance du programme
d’investissement (52,2 millions) et de l’impact négatif du ralentissement de l’activité, et malgré une réduction très
conséquente du besoin en fonds de roulement (84 millions) générée principalement par une forte diminution du
niveau des stocks (tant en quantité qu’en valorisation).
350
USD / T
300
250
200
Rapporté au REBITDA moyen de 2008 et 2009, le niveau d’endettement reste acceptable.
150
100
66
78
50
75
Les évolutions importantes relatives aux états financiers consolidés de 2009, et en particulier aux diverses rubriques
du bilan et du compte de résultat, sont commentées dans les annexes du rapport annuel.
50
0
Prix 2006
Prix 2007
Prix 2008
Prix 2009
Prix 1er Trim. 2010
Le niveau très élevé des stocks de produits finis à fin 2008 (à la suite d’un effondrement de l’activité dès le quatrième
trimestre 2008) a conduit à un premier arrêt conjoncturel des usines : 10 jours en janvier 2009.
L’important développement des activités de PRAYON Inc. dans le domaine des sels spéciaux en fait désormais un
acteur majeur en Amérique du Nord.
Les divisions technologiques PRT et PROFILE ont connu une activité soutenue.
L’activité de ZEOLINE a été totalement intégrée dans PRAYON S.A..
La crise économique impliquant une faible consommation, mais aussi les anticipations de baisses de prix et un
manque de trésorerie des clients, ont entraîné un important déstockage chez ceux-ci.
Le groupe SILOX a également souffert, durant l’année 2009, du fort ralentissement de l’activité économique, plus
particulièrement de la crise rencontrée par le secteur automobile.
Au niveau de la division Matières premières et surtout de la filiale SECO, dont le marché couvre les fertilisants NPK
de plein champ en France, le premier trimestre a été marqué par un arrêt complet de la consommation.
Bien qu’en léger retrait par rapport à 2008, le résultat enregistré en 2009 par SILOX reste très positif, soutenu par les
excellentes performances des filiales JGI, TRANSPEK-SILOX et SNCZ.
A partir de mai 2009, une reformulation a été annoncée par un grand lessivier, supprimant ainsi un débouché
important en STPP pour détergence lave-linge.
Aucun événement majeur n’est à signaler après la clôture de l’exercice, sinon la remontée du prix des matières
premières minérales (acide phosphorique et soufre).
Le taux d’activité moyen pour l’ensemble des lignes de produit a ainsi atteint 66 % au premier semestre, imposant
une seconde période de chômage économique (arrêt de 6 semaines de l’ensemble des usines en juillet/août).
Les perspectives pour 2010 sont bonnes, même s’il existe un manque de visibilité à long terme.
La division Horti a été fortement affectée par la dépression du marché (56 % en moyenne sur 2009). La clientèle avait
en effet surstocké en 2008 en spéculant à la hausse sur l’évolution des matières premières.
La cotation du MGA budgétée à 1.150 $ a été progressivement ramenée à 550 $ à partir de juillet 2009, avec pour
conséquence une importante réduction de valeur des stocks, et finalement une perte de 17 millions d’euros lors de
leur réalisation.
Le second semestre 2009 a été marqué par une reprise des activités en acide purifié et en sels phosphatés. En
Europe, celle-ci s’est toutefois profilée en W, en raison notamment de l’inflexibilité des producteurs de KCl sur le prix
de cette matière, du moins jusqu’en janvier 2010.
En particulier, le démarrage de l’atelier de production d’acide sulfurique et la cogénération qui y est liée ont permis
une réduction importante de l’émission de CO2 et de fortes économies d’énergie depuis décembre 2009.
Un accent particulier sera mis sur le contrôle des coûts.
Le plan d’investissement 2010 sera plus modeste afin de maîtriser le niveau d’endettement.
Certains risques, notamment ceux qui revêtent un caractère accidentel, sont couverts par des assurances adéquates.
Dans la majorité des cas, des actions préventives et des scénarios alternatifs ont été préparés afin de minimiser
l’ampleur des dommages éventuels.
Le retard du chantier de construction de l’usine SULFINE (de mai à novembre) a conduit à un important manque à
gagner.
Il est, par ailleurs, régulièrement fait usage d’instruments financiers afin de limiter, lorsque cela est possible, les
risques associés au cours normal des affaires et relatifs à l’évolution du cours des devises, des taux d’intérêt ou du
prix de certaines matières, dans le domaine de l’énergie notamment.
36
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
37
10
Les risques auxquels est soumis un groupe chimique comme PRAYON sont nombreux et connus :
Risques de marché :
• délocalisation de clients;
• phénomènes de substitution ou de reformulation dans le cadre de certaines applications;
• déséquilibre de l’offre et de la demande, notamment par l’apparition de nouveaux producteurs;
Risques d’approvisionnement :
• explosion de la demande ou raréfaction de certaines matières premières, de l’énergie ou des moyens logistiques;
• tensions ou crises géopolitiques;
Risques industriels :
• accidents dans les ateliers de production ou lors du transport de produits dangereux;
• atteintes à l’environnement;
Risques réglementaires :
• permis et conditions d’exploitation;
• restrictions sur l’utilisation de certains produits;
• contraintes administratives et fiscales;
• règlement REACH.
La recherche et le développement dans les domaines de compétence du Groupe sont privilégiés et font l’objet d’une
plus grande affectation de ressources, tant humaines que financières (budget annuel 2009 de l’ordre de 10 millions
d’euros). PRAYON se positionne désormais comme un fervent promoteur de la CHIMIE VERTE.
Les perspectives à moyen et à long terme sont encourageantes et confortées par la stratégie du Groupe, à savoir :
• l’internationalisation du Groupe;
• la spécialisation dans les additifs alimentaires, l’horticulture et les marchés de niche industriels.
Des développements importants sont déjà engagés dans 4 domaines de pointe :
• le LiFePO4 (licence C.E.A.) pour les batteries des véhicules verts,
• l’extraction d’uranium,
• les probiotiques (nutrition),
• le traitement des eaux (J.V. SOLUSTEP).
38
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
39
11
Comptes Annuels
des Exercices
2008 et 2009
40
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
41
11
Comptes Consolidés
du Groupe Prayon
Compte de résultats consolidé
Bilan consolidé
Tableau de financement consolidé
Tableau d’évolution des capitaux propres totaux
Annexes aux comptes consolidés :
01
02
03
04
05
06
07
08
09
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
Ratios
Règles d’évaluation IFRS
Liste des sociétés consolidées
Modifications du périmètre de consolidation
Conversion des états financiers libellés en devises étrangères
Regroupements d’entreprises
Résultat d’exploitation
Charges de personnel
Résultat financier
Résultat des sociétés mises en équivalence
Impôts
Immobilisations incorporelles
Goodwill (Ecarts de consolidation)
Immobilisations corporelles
Participations mises en équivalence
Autres participations
Créances financières et autres actifs non courants
Stocks
Créances commerciales et autres actifs courants
Provisions
Avantages du personnel
Autres passifs non courants
Dettes commerciales, fiscales et autres dettes courantes non financières
Endettement net
Instruments financiers et gestion des risques
Droits et engagements
Parties liées
Informations sur les co-entreprises
Evénements après clôture
Emoluments du Collège des Commissaires
Rapport de contrôle du Collège des Commissaires
42
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
43
11
Compte de résultats consolidé
Bilan consolidé
(en milliers d’euros)
(en milliers d’euros)
Annexes
2009
2008
Ecarts
Chiffre d'affaires
7
544.808
878.551
- 333.743
Actifs non courants
Production stockée (augmentation +, réduction -)
7
- 76.398
102.189
- 178.587
Immobilisations incorporelles
12
Production immobilisée
7
5.420
3.264
2.156
Ecarts de consolidation (goodwill positif)
Autres produits d'exploitation
7
7.325
5.976
1.349
481.155
989.980
- 508.825
Ventes et prestations
Consommation de matières premières et marchandises (1)
7
316.411
597.197
- 280.786
Autres charges externes
7
122.933
149.276
- 26.343
Charges de personnel
8
87.662
89.046
- 1.384
Amortissements et dépréciations sur immobilisés corporels et incorporels (2)
Réductions de valeur sur stocks et créances commerciales (2)
Provisions pour risques et charges (autres que sur personnel) (2)
Autres charges d’exploitation
4.694
13
338
312
26
Immobilisations corporelles
14
194.899
164.022
30.877
Participations mises en équivalence
15
214
224
- 10
Autres participations
16
4.406
3.828
578
Actifs d'impôts différés
11
11.609
9.978
1.631
Actifs non courants détenus en vue de la vente
17
128
128
-
Créances financières et autres actifs non courants
17
2.416
6.413
- 3.997
- 181
Actifs courants
271.012
383.403
- 112.391
7-20
- 16.452
2.078
- 18.530
Stocks
18
120.098
195.263
- 75.165
7
4.142
6.190
- 2.048
Créances commerciales
19
100.520
128.469
- 27.949
501.080
896.948
- 395.868
Autres créances courantes
19
24.098
23.642
456
Trésorerie et équivalents de trésorerie
24
26.296
36.029
- 9.733
491.111
569.705
- 78.594
31.12.2009
31.12.2008
Ecarts
159.227
188.138
- 28.912
43.000
43.000
-
116.227
145.138
- 28.912
9
11
10
Annexes
Résultat avant impôts
9
Earnings Before Interests and Taxes (EBIT)
7-9
Recurrent Earnings Before Interests and Taxes (REBIT)
- 19.926
93.032
- 112.958
3.443
5.332
- 1.889
- 23.369
87.700
- 111.069
5.223
6.060
- 837
- 28.592
81.640
- 110.232
- 12
- 38
26
-
-
-
- 28.604
81.602
- 110.206
Earnings Before Interests and Taxes (EBIT)
7-12-13-14
Total des actifs
CAPITAUX PROPRES ET PASSIF
2009
2008
Ecarts
- 23.369
87.700
- 111.069
4.140
6.391
- 2.251
- 19.229
94.091
- 113.320
- 16.235
- 4.935
- 11.300
89.156
- 124.620
2009
2008
Ecarts
- 19.229
94.091
- 113.320
17.279
17.460
- 181
- 1.950
111.551
- 113.501
Eléments non récurrents
- 15.766
- 4.884
- 10.882
Recurrent Earnings Before Interest and Taxes
and Before Depreciation and Amortization (REBITDA)
- 17.716
106.667
- 124.383
Annexes
Capitaux propres totaux
Capital
Autres capitaux propres
Passifs non courants
98.824
124.504
- 25.679
20-21
27.016
43.248
- 16.232
Passifs d'impôts différés
11
14.762
9.409
5.353
Dettes financières à long terme
24
48.954
65.042
- 16.088
Autres passifs non courants
22
8.093
6.805
1.288
233.060
257.063
- 24.003
20-21
1.801
1.897
- 96
Dettes financières à court terme
24
112.066
117.332
- 5.266
Dettes commerciales
23
85.102
98.767
- 13.665
Dettes fiscales
23
3.248
5.991
- 2.743
Autres dettes courantes
23
30.843
33.076
- 2.233
491.111
569.705
- 78.594
Provisions à long terme
- 35.464
Annexes
44
33.797
1.396
- 66.596
(1) Matières premières, produits d’addition, emballages, marchandises, fournitures et combustibles stockés
(2) «+» = dotation, «-» = reprise / utilisation
Earning Before Interest and Taxes and Before Depreciation
and Amortization (EBITDA)
186.302
6.090
17.460
Résultat net
Amortissements et dépréciations sur immobilisés (in)corporels
220.099
35.701
Intérêts des tiers
Eléments non récurrents
Ecarts
17.279
Résultats après impôts
Charge d'intérêts nette
31.12.2008
- 30.895
Résultats avant impôts
Résultat de mise en équivalence
31.12.2009
7-18-19
Résultat d’exploitation
Impôts sur les résultats
Annexes
7-12-13-14
Coût des ventes et prestations
Charges financières nettes
ACTIF
Passifs courants
Provisions à court terme
Total des capitaux propres et passifs
Les rubriques suivantes ne sont pas mentionnées car sans valeur tant en 2008 qu’en 2009 :
A l’actif : • Immeubles de placement;
• Actifs biologiques;
Au passif : • Intérêts des tiers.
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
45
11
Tableau de financement consolidé
(en milliers d’euros)
OPERATIONS D’EXPLOITATION
Résultat de l'exercice
Amortissements et réductions de valeur sur immobilisations corporelles
Amortissements et réductions de valeur sur immobilisations incorporelles
Dotation (+) / reprise (-) de provisions (1)
2009
2008
OPERATIONS DE FINANCEMENT
- 28.605
81.602
Variation des dettes financières
16.620
16.886
Dividendes payés
-
-
659
574
Variations des actions propres
-
- 124
Variations des subsides
446
3.303
Subsides passés en résultat (annulés en flux d'exploitation)
178
119
3.790
- 195
- 16.316
777
Dotation (+) / reprise (-) de réductions de valeur sur immobilisations financières (1)
- 683
1.337
Charges/produits d'impôts différés
3.785
- 92
Variations des impôts différés (actifs et passifs)
Impôts différés (annulés en flux d'exploitation)
Subsides en capital portés en résultat
Marge brute d'autofinancement
Résultat des sociétés mises en équivalence
Plus-value ou moins-value sur réalisation d'actifs immobilisés
Gains et pertes de change latents
- 178
- 119
- 24.717
100.965
12
38
-7
- 6.372
2.213
247
- 22.499
94.878
Augmentation/diminution des stocks
74.518
- 100.727
Augmentation/diminution des créances commerciales et autres créances
27.171
- 33.498
- 17.925
11.036
488
- 222
- 234
-
Flux de trésorerie des opérations d'exploitation avant variation du besoin en fonds de roulement
Augmentation/diminution des dettes commerciales et autres dettes non financières (2)
Ecarts de conversion
Variations de périmètre
Annulation des écarts de conversion et des autres éléments non monétaires
- 2.467
- 25
Variation du besoin en fonds de roulement
81.551
- 123.436
683
- 1.337
59.735
- 29.895
- 46.793
- 40.820
Autres éléments hors exploitation
FLUX DE TRESORERIE NETS DES OPERATIONS D'EXPLOITATION
Variations des autres dettes à plus d'un an
- 21.354
64.340
- 3.785
92
605
- 157
Ecarts de conversion et autres éléments non monétaires
- 151
195
Annulation des écarts de conversion et des autres éléments non monétaires
1.147
- 195
- 19.124
67.378
- 9.410
6.272
- 323
- 490
VARIATION DE LA TRESORERIE (après écarts de conversion)
- 9.733
5.782
Trésorerie et équivalents de trésorerie en fin de période
26.296
36.029
Trésorerie et équivalents de trésorerie en début de période
36.029
- 30.247
- 9.733
5.782
FLUX DE TRESORERIE NETS DES OPERATIONS DE FINANCEMENT
VARIATION DE LA TRESORERIE (avant écarts de conversion)
Ecarts de conversion sur éléments de trésorerie
OPERATIONS D’INVESTISSEMENT
Acquisitions d'immobilisations corporelles
Acquisitions d'immobilisations incorporelles
- 5.416
- 817
70
1.047
Cessions et désaffectations sur immobilisations corporelles
479
679
Ecarts de conversion sur immobilisations corporelles et incorporelles
195
302
Cessions et désaffectations sur immobilisations incorporelles (2)
Variations de périmètre sur immobilisations corporelles et incorporelles
Plus-values sur immobilisés corporels et incorporels
Résultats sur cession d'immobilisés (annulés en flux d'exploitation)
Variations des participations et créances financières
Ecarts de conversion sur participations et créances financières
Variations de périmètre sur participations et créances financières
Annulation des écarts de conversion et des autres éléments non monétaires
FLUX DE TRESORERIE NETS DES OPERATIONS D'INVESTISSEMENT
SOLDE NET A FINANCER
- 1.023
-
- 374
-
7
6.372
2.766
2.328
-
- 126
646
-
- 571
- 176
- 50.021
- 31.211
9.714
- 61.106
(1)Les dotations et reprises de réduction de valeur sur stocks et créances commerciales sont considérées comme des dépenses et ne sont donc pas prises
en considération.
(2)Comprenant des mouvements relatifs à des quotas CO2 (38 à fin 2008, 0 à fin 2009) reçus sans contrepartie financière, enregistrés en immobilisations
incorporelles à l’actif et en autres dettes courantes au passif : soit une diminution (non monétaire) de 1.123 en 2008 et de 38 en 2009.
46
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
47
11
Tableau d’évolution
des capitaux propres totaux
(en milliers d’euros)
Valeur comptable au 01/01/2008
Capital
Ecarts de
conversion
Réserves de
couverture
Autres
réserves
Actions
propres
Fonds
propres
totaux
43.000
- 3.974
- 469
79.308
- 8.177
109.688
Résultat de l'exercice
81.602
81.602
Dividendes distribués hors Groupe
en 2008 (relatifs à 2007)
-
Variation de périmètre
-
Ecarts de conversion
- 1.144
- 1.144
Acquisition/Vente d'actions propres
- 124
Variations de juste valeur
- 1.883
- 1.883
Augmentation/Réduction de capital
-
Autres variations
-1
Variation totale pour 2008
Valeur comptable au 31/12/2008
- 124
43.000
-1
- 1.144
- 1.883
81.601
- 124
78.450
- 5.118
- 2.352
160.909
- 8.301
188.138
Résultat de l'exercice
- 28.605
- 28.605
Dividendes distribués hors Groupe
en 2009 (relatifs à 2008)
-
Variation de périmètre
-
Ecarts de conversion
- 150
- 150
Acquisition/Vente d'actions propres
Dividendes
Le 22 avril 2010, le Conseil d’Administration a proposé
de ne pas attribuer de dividendes pour l’année écoulée.
Ecarts de conversion
Les écarts de conversion comprennent tous les écarts
provenant de la conversion, d’une part, des états financiers de sociétés étrangères et, d’autre part, des éléments de couverture des en cours du Groupe dans les
filiales étrangères (à fin 2008 et 2009, pour PRAYON Inc.
exclusivement).
Les réserves de couverture comprennent la juste valeur
des couvertures de flux de trésorerie pour la partie non
encore réalisée (pour plus de détail, voir le tableau en
annexe 25).
2009
Représentation du capital
Nombre
Nombre
43.000
203.246
43.000
203.246
4.036
19.076
4.036
19.076
Nombre
Pourcentage
Nombre
Pourcentage
Office Chérifien des Phosphates (OCP)
92.085
45,30 %
92.085
45,30 %
Société Régionale d’Investissement de Wallonie (SRIW)
92.085
45,30 %
92.085
45,30 %
184.170
90,60 %
184.170
90,60 %
19.076
9,40 %
19.076
9,40 %
203.246
100,00 %
203.246
100,00 %
Catégories d’actions
Actions ordinaires nominatives sans désignation de valeur
dont actions propres détenues par des filiales et sous-filiales
Montant
(milliers
d’euros)
2008
Montant
(milliers
d’euros)
- 156
- 156
Augmentation/Réduction de capital
-
Actionnariat
Autres variations
-
Actionnaires
Variation totale pour 2009
43.000
- 150
- 156
- 28.605
-
- 28.911
- 5.268
- 2.508
132.304
- 8.301
159.227
2009
Actions propres détenues par Prayon Technologies
Total
48
Réserves de couverture
-
Variations de juste valeur
Valeur comptable au 31/12/2009
A ce propos, il convient de rappeler que la couverture de
la participation sur PRAYON Inc. a été abandonnée au
1er janvier 2006. Le cours historique de celle-ci a par
conséquent été figé au cours couvert au 31 décembre
2005, soit 1,1797 euro pour 1 dollar. L’impact de cette décision sur les variations des écarts de conversion cumulées depuis cette date est de – 2.197 milliers d’euros.
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
2008
49
12
Annexes aux comptes consolidés
01 R a t i o s
2009
2008
1,16
1,49
Chiffre d'affaires (12 mois) / stocks
4,5
4,5
Nombre de jours
80
81
Chiffre d'affaires (12 mois) / créances commerciales
5,4
6,8
Nombre de jours
67
53
Achats et autres charges externes / dettes commerciales
5,7
8,6
Nombre de jours
65
43
Capitaux propres et assimilés (1) / total bilan
0,36
0,36
Dettes à plus d'un an / capitaux propres et assimilés (1)
0,17
0,32
Liquidité
Actifs courants / capitaux courants
Rotation des stocks
Rotation des créances
Rotation des dettes
Solvabilité
Endettement net (2) / rebitda
- 6,59
1,20
0,66
0,62
1,17
1,68
Mba / chiffre d'affaires
- 4,5 %
11,5 %
Bénéfice de l'exercice / chiffre d'affaires
- 5,3 %
9,3 %
Bénéfice de l'exercice / capitaux propres et assimiles (1)
- 16,1 %
39,6 %
Mba / capitaux propres et assimilés (1)
- 13,9 %
49,0 %
Roce (ebit / capitaux engagés)
- 11,0 %
24,8 %
7,7 %
27,7 %
209,7 %
36,6 %
Endettement net (2) / capitaux propres et assimilés (1)
Financement
Capitaux propres et passifs non courants / actifs non courants
Rentabilité (%)
Valeur ajoutée (%)
Valeur ajoutée / chiffre d'affaires
Rémunérations / valeur ajoutée
(1) Y compris le montant de l’emprunt subordonné contracté auprès de la S.R.I.W. fin avril 2007 (18 millions d’euros).
(2) A l’exclusion de l’emprunt subordonné précité.
50
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
51
Annexes aux comptes consolidés
02 R è g l e s d ’ é v a l u a t i o n ifrs
12
Les principales règles d’évaluation adoptées dans la préparation des comptes consolidés sont les suivantes : .
États financiers des établissements étrangers
a) Référentiel comptable
Les actifs et passifs résultant des établissements étrangers, y compris l’écart d’acquisition positif et les ajustements
de la juste valeur provenant de la consolidation, sont convertis au taux de change en vigueur à la date de clôture du
bilan consolidé. Les produits et les charges des établissements étrangers sont convertis en euros au taux de change
moyen de l’exercice. Les écarts de conversion éventuels sont directement inscrits dans les capitaux propres.
Prayon S.A. (“la Société”) est une société de droit belge. Les états financiers consolidés de la Société englobent les
comptes de la Société ainsi que ceux de ses filiales, co-entreprises et entreprises associées (cet ensemble étant ciaprès collectivement désigné par le terme “Groupe”).
Les comptes consolidés sont préparés conformément aux International Financial Reporting Standards (IFRS) émis par
l’International Accounting Standards Board (IASB), ainsi qu’aux Standing Interpretations émises par l’International
Financial Reporting Interpretations Committee (IFRIC) de l’IASB, telles qu’elles sont d’application à la date de clôture.
Par ailleurs, le Groupe a choisi de ne pas anticiper l’application de nouvelles normes et interprétations émises avant
la date d’autorisation de publication des comptes consolidés mais qui ne sont pas encore entrées en vigueur à la date
de clôture.
Les états financiers reprennent également toutes les informations requises par les 4e et 7e directives européennes.
b) Adoption des IFRS
Les IFRS ont été adoptés pour la première fois à l’occasion des comptes consolidés clôturés le 31 décembre 2005.
c) Consolidation
Filiales
Les filiales sont des entreprises contrôlées par le Groupe, c’est-à-dire dans lesquelles le Groupe dispose, directement
ou indirectement, d’un intérêt de plus de la moitié des droits de vote ou est en mesure d’exercer le contrôle sur les
opérations. Par contrôle, on entend le pouvoir de diriger, directement ou indirectement, les politiques financière et
opérationnelle d’une entreprise afin de tirer avantage de ses activités. Les états financiers des filiales sont inclus dans
les états financiers consolidés à compter de la date de prise de contrôle effective jusqu’au terme de ce dernier.
Ces entreprises sont consolidées selon la méthode de l’intégration globale.
Entreprises associées et co-entreprises
Les entreprises sur lesquelles le Groupe exerce, avec un nombre limité de partenaires, un contrôle conjoint (coentreprises) sont consolidées selon la méthode de l’intégration proportionnelle.
Les participations dans les sociétés dans lesquelles le Groupe exerce une influence notable, sans toutefois les
contrôler (entreprises associées), sont mises en équivalence.
d) Monnaies étrangères
Transactions impliquant des devises étrangères
Les transactions en monnaies étrangères dans les sociétés du Groupe sont initialement comptabilisées aux taux de
change prévalant à la date des transactions. A la date de clôture, les actifs et passifs monétaires libellés en devises
étrangères sont convertis aux taux de change de fin de période. Les profits et les pertes de change sont enregistrés
dans le compte de résultats de la période.
52
e) Goodwill (Ecarts de consolidation)
Le goodwill représente la différence entre le coût d’acquisition et la juste valeur, à la date d’acquisition, de la part
d’intérêt du Groupe dans les actifs et passifs éventuels identifiables d’une filiale, d’une société associée ou d’une
co-entreprise. Si le goodwill est positif, il est reconnu comme actif et n’est pas amorti, mais est testé au minimum
annuellement pour réduction de valeur éventuelle. Si le goodwill est négatif, il est reconnu immédiatement en profit
dans le compte de résultat.
f) Immobilisations corporelles et incorporelles
Les immobilisations corporelles et incorporelles figurent au bilan à leur coût historique, sous déduction des
amortissements. Ceux-ci figurent au compte de résultats, dans le coût des ventes et des prestations. Ils sont calculés
de manière linéaire, en fonction de la durée d’utilité des actifs concernés.
Les durées de vie retenues sont les suivantes :
• Immeubles
:
machines et équipements :
• Conduites et pompes :
• Mobilier et matériel de bureau :
• Matériel de transport :
• Matériel informatique :
• Logiciels informatiques et frais connexes :
• Concessions, brevets, licences et marques :
• Clientèle :
• Installations,
33 ans
10 ans
8 ans
10 ans
5 ans
3 ans
5 ans
sur la durée d’utilité (maximum 20 ans)
sur la durée d’utilité (maximum 20 ans)
Les contrats de location pour lesquels le Groupe assume la quasi-totalité des risques et détient la quasi-totalité des
avantages inhérents à la propriété des actifs loués sont classés dans les contrats de location-financement.
Les immobilisations corporelles acquises sur la base de tels contrats sont comptabilisées au montant le plus faible
de leur juste valeur ou de la valeur actuelle des échéances minimales des loyers à l’entrée en vigueur du contrat de
location-financement, diminué de l’amortissement cumulé et des pertes de valeur. Elles figurent à l’actif du bilan et
sont amorties en accord avec les principes du Groupe en matière d’évaluation des immobilisations corporelles. Les
obligations correspondantes sont reprises en dettes financières.
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
53
12
Tous les paiements effectués dans le cadre de contrats de location-financement sont répartis entre les remboursements de la dette et une charge financière de manière à obtenir un taux d’intérêt périodique constant sur le solde
restant dû au passif. La part des paiements correspondant aux intérêts est prise en charge dans le compte de résultats sur la durée du contrat de location-financement.
Les coûts d’emprunt qui sont directement attribuables à l’acquisition, la construction ou la production d’un actif qui
nécessite une longue période de préparation avant de pouvoir être utilisé sont comptabilisés dans le coût de l’actif
éligible.
Les subsides sont portés en produits opérationnels au rythme de l’amortissement du bien subsidié.
g) Dépenses de recherche et développement
Les dépenses de recherche sont prises en charge lors de la période durant laquelle elles sont encourues.
Les dépenses de développement sont activées si et seulement si toutes les conditions définies ci-après sont remplies :
• le produit ou processus est clairement défini et les coûts liés à celui-ci sont à la fois mesurés de façon fiable et
identifiés séparément;
• la faisabilité technique du produit est démontrée;
• le produit ou processus sera commercialisé ou utilisé en interne;
• les actifs seront générateurs d’avantages économiques futurs (il existe un marché potentiel pour le produit, ou
son utilité interne est démontrée);
• les ressources techniques et financières adéquates et les autres ressources nécessaires à l’achèvement du
projet sont disponibles.
Les coûts de développement activés sont amortis selon la méthode linéaire et ce, sur leur durée d’utilité.
h) Dépréciation d’actifs
A chaque date de clôture, le Groupe revoit la valeur comptable du goodwill, des participations ainsi que des immobilisations corporelles et incorporelles, afin d’apprécier s’il existe un indice montrant qu’un actif a pu perdre de la
valeur. Dans l’affirmative, la valeur recouvrable de l’actif est estimée, afin de déterminer l’étendue de la dépréciation.
La valeur recouvrable est la valeur la plus élevée du prix de vente net de l’actif ou de sa valeur d’utilité. La valeur
d’utilité est la valeur actualisée des flux de trésorerie futurs estimés, attendus de l’utilisation d’un actif. La valeur
recouvrable est calculée au niveau de l’unité génératrice de trésorerie auquel l’actif appartient. S’il est estimé que la
valeur recouvrable est inférieure à la valeur comptable, celle-ci est ramenée à la valeur recouvrable. Cette perte de
valeur est immédiatement comptabilisée en charges parmi les éléments non-récurrents.
Lorsque cette perte de valeur comptabilisée au cours de périodes antérieures cesse d’exister, la valeur comptable
sera partiellement ou totalement rétablie. La reprise d’une perte de valeur est comptabilisée immédiatement en
produits parmi les éléments non-récurrents. Une moins-value concernant le goodwill ne peut pas être annulée, à
moins qu’elle n’ait été causée par un événement extérieur particulier à caractère exceptionnel et non susceptible de
se reproduire, et que l’augmentation du montant recouvrable serve clairement à annuler l’effet de cet événement
particulier.
54
i) Stocks
Les stocks sont valorisés au plus faible du coût (matières premières et marchandises) ou du prix de revient (produits
en cours de fabrication et produits finis) et de la valeur nette de réalisation. La valeur nette de réalisation représente
le prix de vente estimé, sous déduction des coûts jugés nécessaires pour rendre le produit à l’état de produit vendable,
y compris les frais de marketing, de vente et de distribution. La valeur des stocks est déterminée par application de
la méthode du prix moyen pondéré. Les en cours de production ainsi que les produits finis sont évalués à leur prix de
revient, lequel englobe le coût direct des matières, de la main-d’œuvre, des frais directs de fabrication, des quotesparts adéquates de matériel et frais généraux de fabrication ainsi qu’une quote-part adéquate d’amortissement et de
réduction de valeur des actifs utilisés pour la production. Le coût des stocks comprend également les autres coûts
encourus pour amener les stocks à l’endroit et dans l’état où ils se trouvent.
j) Avantages du personnel
Le Groupe met en oeuvre un certain nombre de plans de retraite à cotisations définies ou à prestations définies. Les versements à des plans de retraites à cotisations définies sont inscrits en charges, au moment où ils sont
engagés.
Les engagements du Groupe résultant des plans à prestations définies sont enregistrés au bilan à la valeur actualisée
des obligations futures, calculées selon la méthode des “unités de crédit projetées”.
Ce calcul
• intègre des hypothèses actuarielles concernant des aspects financiers et démographiques;
• retient un paramètre d’actualisation par référence à un taux de rendement du marché;
• tient compte de la juste valeur des actifs détenus.
Les paramètres actuariels sont revus à chaque clôture et génèrent des gains ou pertes actuariels. Ces derniers, si
leur montant cumulé vient à dépasser 10% de la valeur projetée de l’obligation ou de la valeur des actifs du régime
(le montant le plus élevé des deux est pris en compte), sont amortis sur la durée de vie active résiduelle moyenne
des bénéficiaires.
k) Impôts
Les impôts sur les bénéfices de la période regroupent les impôts courants et les impôts différés. Ils sont inscrits au
compte de résultats, sauf s’ils portent sur des éléments enregistrés directement en capitaux propres, auquel cas ils
sont, eux aussi, comptabilisés dans les capitaux propres.
Les impôts courants désignent les impôts à payer sur le bénéfice imposable de la période, calculés selon les taux
d’imposition en vigueur à la date de clôture du bilan, ainsi que les ajustements relatifs aux périodes antérieures.
Les actifs et passifs d’impôt différé sont évalués aux taux d’impôt dont l’application est attendue sur l’exercice au
cours duquel l’actif sera réalisé ou le passif réglé, sur la base des taux d’impôt (et des réglementations fiscales) qui
ont été adoptés ou quasi adoptés à la date de clôture.
La partie des impôts différés actifs dont le recouvrement projeté dépasse les trois années qui suivent l’exercice
clôturé, fait par ailleurs l’objet d’une réduction de valeur.
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
55
12
l) Instruments financiers
m) Provisions (autres que pour avantages du personnel)
Autres participations
Créances financières
Une provision est constituée lorsque le Groupe a une obligation juridique ou implicite, à la date du bilan, qui résulte
d’un événement passé, dont il est probable qu’elle engendrera des charges et dont le montant peut être estimé de
manière fiable.
Le montant identifié comme provision correspond à l’estimation la plus précise, à la date de clôture du bilan, de la
dépense requise pour régler l’obligation.
Les provisions pour restructuration ne sont comptabilisées que si le Groupe a approuvé un plan de réorganisation
détaillé et formel et si la restructuration a commencé ou a été annoncée aux personnes concernées.
Les prêts et créances à caractère financier sont comptabilisés à leur coût amorti, diminué des montants estimés non
recouvrables.
n) Information sectorielle
Les autres participations comprennent les titres de participation dans des sociétés non reprises dans la consolidation.
Elles sont initialement comptabilisées à leur coût d’acquisition et font par la suite l’objet d’une évaluation à la juste
valeur, sauf si elles ne sont pas côtées sur un marché actif et que leur juste valeur ne peut être évaluée de façon
fiable, auquel cas elles sont évaluées à leur coût historique et soumises à un test de dépréciation.
Trésorerie et équivalents de trésorerie
La trésorerie et les équivalents de trésorerie comprennent les espèces et les avoirs ou dépôts en banque, ainsi que
les placements très liquides; ces derniers font l’objet d’une évaluation à la juste valeur en date de clôture.
Ni la Société ni aucune de ses filiales n’ayant de titres (existants ou en cours d’émission) de capitaux propres ou
d’emprunts négociés sur un marché organisé, il a été décidé de faire usage de l’option laissée par la norme IAS 14 de
ne pas fournir d’information financière sectorielle.
Créances commerciales
o) Enregistrement des produits
Les créances commerciales sont évaluées à leur valeur nominale, diminuée des éventuelles réductions de valeur sur
les montants estimés non recouvrables.
Un produit est comptabilisé lorsqu’il est probable qu’il sera acquis et que son montant peut être évalué de façon
fiable.
Le chiffre d’affaires est constitué par les ventes à des tiers, déduction faite des remises commerciales. Il est
enregistré dans le compte de résultats lorsque les risques et avantages significatifs inhérents à la propriété des
biens sont transférés à l’acheteur.
Les dividendes sont enregistrés en compte de résultats lorsque leur distribution a été décrétée par l’Assemblée
Générale de la société qui les distribue.
Les produits d’intérêts sont inscrits au compte de résultats prorata temporis, compte tenu du taux d’intérêt effectif
du placement.
Emprunts bancaires
Les emprunts et les découverts bancaires sont comptabilisés au montant net obtenu. Les charges financières, incluant
les primes payables sur règlement ou remboursement, sont prises en charge sur la durée de mise à disposition.
Dettes commerciales
Les dettes commerciales sont comptabilisées à leur valeur nominale.
Instruments financiers dérivés
Les instruments financiers dérivés sont enregistrés au bilan à leur coût d’acquisition et sont réévalués à leur juste
valeur à chaque date de clôture.
Les variations de juste valeur liées à une opération du type « couverture de flux futurs » et identifiée comme efficace
sont comptabilisées immédiatement dans les capitaux propres.
Les variations de juste valeur liées à une opération du type « couverture d’un investissement net dans une entité
étrangère » sont comptabilisés en capitaux propres pour la partie reconnue comme efficace, et en compte de résultat
pour le solde.
Les variations de juste valeur des instruments financiers dérivés n’appartenant pas à une des deux catégories
précitées sont comptabilisées dans le compte de résultats.
56
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
57
Annexes aux comptes consolidés
03 L i s t e d e s s o c i é t é s c o n s o l i d é e s e t
des participations non consolidées
I. FILIALES CONSOLIDEES PAR INTEGRATION GLOBALE
III. ENTREPRISES ASSOCIEES MISES EN EQUIVALENCE
Droits sociaux
détenus en 2009
Dénomination
12
N° T.V.A.
Droits sociaux
détenus en 2008
directement
%
par les
filiales
%
Total
Droits sociaux
détenus en 2009
directement
%
par les
filiales
%
Total
Dénomination
N° T.V.A.
Prayon Technologies S.A., 4480 Engis
BE 0419.644.566
99,99
0,01
100,00
99,99
0,01
100,00
Recupac s.a.s., Domène, France
Prayon Benelux S.A., 2870 Ruisbroek
BE 0405.742.090
100,00
-
100,00
100,00
-
100,00
T.H.T. Research Sprl, 5081 La Bruyère
GB 284.0688.34
100,00
-
100,00
100,00
-
100,00
DE 12464938.3
100,00
-
100,00
100,00
-
100,00
FR 01.335174249
99,99
0,01
100,00
99,99
0,01
100,00
Prayon (UK) plc, Harpenden, Grande-Bretagne
Prayon Deutschland GmbH, Dortmund, Allemagne
Prayon France S.A., Saint Clair du Rhône, France
Eurochem Reassurance S.A., Luxembourg
-
99,99
0,01
100,00
99,99
0,01
100,00
ES A28341386
100,00
-
100,00
100,00
-
100,00
Praytech S.A., 4480 Engis
BE 0436.321.935
95,00
5,00
100,00
95,00
5,00
100,00
Prayon Services et Finance S.A., 4480 Engis
BE 0440.744.838
99,99
0,01
100,00
99,99
0,01
100,00
-
75,00
25,00
100,00
75,00
25,00
100,00
Prayon Iberica S.A., Madrid, Espagne
Prayon Inc., Augusta, GA, U.S.A.
Dénomination
N° T.V.A.
directement
%
par les
filiales
%
Total
directement
%
par les
filiales
%
par les
filiales
%
Total
FR 90403683956
-
17,50
17,50
-
17,50
17,50
BE 0865409254
-
16,99
16,99
-
-
-
Droits sociaux
détenus en 2009
Dénomination
Droits sociaux
détenus en 2008
N° T.V.A.
directement
%
par les
filiales
%
Total
directement
%
par les
filiales
%
Total
FR 85.423181213
20,00
-
20,00
20,00
-
20,00
11,49
-
11,49
11,49
-
11,49
a) Non mise en équivalence
Casper G.I.E.
Total
FR 55.925620445
49,97
-
49,97
49,97
-
49,97
BE 0425.177.823
25,00
25,00
50,00
25,00
25,00
50,00
S.N.C.Z. S.A., Bouchain, France
FR 61.330575887
0,05
49,95
50,00
0,05
49,95
50,00
Zéoline S.A., 4480 Engis
BE 0441.266.658
-
-
-
50,00
-
50,00
50,00
DE 16256604.3
-
-
-
50,00
-
IT 11604630159
50,00
-
50,00
50,00
-
50,00
Emaphos S.A., Casablanca, Maroc
-
33,33
-
33,33
33,33
-
33,33
Siloxcan Holdings Inc., Montréal, Québec, Canada
-
-
50,00
50,00
-
50,00
50,00
Hydro Technologies Canada Inc., Sainte-Foy,
Québec, Canada
-
-
34,00
34,00
-
34,00
34,00
Transpek-Silox Industry Limited, Vadodara, Inde
directement
%
IV. AUTRES SOCIETES NON CONSOLIDEES
Fosbrasil S/A, São Paulo, Brésil
Seco Fertilisants S.A., Ribécourt, France
Prayon Italia srl, Milan, Italie
Total
Droits sociaux
détenus en 2008
Silox S.A., 4480 Engis
PK Düngerhandelsgesellschaft mbH,
Hannover, Allemagne
par les
filiales
%
b) Détenue à moins de 15 %
II. ENTREPRISES ASSOCIEES CONSOLIDEES PAR INTEGRATION PROPORTIONNELLE (CO-ENTREPRISES)
Droits sociaux
détenus en 2009
directement
%
Droits sociaux
détenus en 2008
-
-
41,64
41,64
-
41,64
41,64
Jean Goldschmidt International S.A., 1000 Bruxelles
BE 0401.872.483
-
50,00
50,00
-
50,00
50,00
Hydrométal S.A., 4480 Engis
BE 0427.416.939
-
50,00
50,00
-
50,00
50,00
Metals & Residues B.V., Bussum, Pays-Bas
NL 008448954 B01
-
38,50
38,50
-
38,50
38,50
Silox UK Ltd, Harpenden, Grande-Bretagne
GB 830.3934.41
-
50,00
50,00
-
50,00
50,00
Solustep S.A.S., Quatre Champs, France
FR 96511467060
50,00
-
50,00
-
-
-
Techno-High-Technology S.A., 5081 La Bruyère
BE 0441.794.418
84,96
-
84,96
-
-
-
Claushuis Holding B.V., Pays-Bas
NL H390477910000
-
38,5
38,5
-
-
-
Claushuis Metaalmaatschappij B.V., Pays-Bas
NL H390525090000
-
38,5
38,5
-
-
-
(1) Les rubriques sans objet ne sont pas reprises.
58
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
59
Annexes aux comptes consolidés
04 M o d i f i c a t i o n s d u p é r i m è t r e
de consolidation
Durant l’année 2008
Entrée, en octobre 2008, de la société RECUPAC s.a.s. dans le périmètre de consolidation (pourcentage d’intérêt du
Groupe : 17,50 %);
Durant l’année 2009
Acquisition, au 01.01.2009, au travers de la sous-filiale METALS & RESIDUES B.V., de 100 % de la société CLAUSHUIS
HOLDING B.V., cette dernière détenant 100 % de la société CLAUSHUIS METAALMAATSCHAPPIJ B.V..
Constitution, au 27.02.2009, de la société SOLUSTEP S.A.S., détenue à 50 % par PRAYON S.A. et à 50 % par DUPUY S.A.S.
Acquisition, au 01.07.2009, de 84,96 % de la société TECHNO-HIGH-TECHNOLOGY S.A., cette dernière détenant par
ailleurs 20 % de la société T.H.T. RESEARCH SPRL.
12
Annexes aux comptes consolidés
05 C o n v e r s i o n d e s é t a t s f i n a n c i e r s
libellés en devises étrangères
Les principaux taux de change utilisés pour la conversion en euros des comptes des sociétés du Groupe en devises
étrangères sont détaillés ci-dessous. Toutes les filiales, entreprises associées et co-entreprises ont pour devise
fonctionnelle la devise locale du pays où elles sont situées.
1 EUR =
Taux de clôture
Taux moyens
2009
2008
2009
2008
Dollar américain
USD
1,4406
1,3917
1,3932
1,4706
Livre sterling
GBP
0,8881
0,9525
0,8911
0,7965
Dollar canadien
CAD
1,5128
1,6998
1,5852
1,5593
Dihram marocain
MAD
11,3233
11,2252
11,2338
11,3196
INR
67,04
67,547
67,1410
64,1925
Roupie indienne
Liquidation, en décembre 2009, de la société PK DÜNGERHANDELSGESELLSCHAFT mbH (sans activité depuis plusieurs années déjà).
Liquidation, en décembre 2009, de la société ZEOLINE S.A., dont l’activité ainsi que les actifs et passifs y relatifs
avaient été transférés vers PRAYON S.A..
60
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
61
12
Annexes aux comptes consolidés
06 R e g r o u p e m e n t s d ’ e n t r e p r i s e s
Annexes aux comptes consolidés
07 R é s u l t a t d ’ e x p l o i t a t i o n
Tous les chiffres mentionnés dans le tableau ci-dessous correspondent au pourcentage d’acquisition durant l’année
concernée, ainsi qu’aux montants repris en plus ou en moins dans le bilan consolidé.
2009
(en milliers d’euros)
Total Récurrent
Chiffre d'affaires
Non
récurrent
2008
Total Récurrent
544.808
544.808
878.551
878.551
535.483
535.483
869.187
869.187
9.325
9.325
9.364
9.364
- 76.398
- 76.398
102.189
102.189
Non
récurrent
Acquisition de filiales (en milliers d’euros)
2009
2008
Actifs non courants
1.910
-
Actifs courants
1.016
-
Passifs non courants
664
-
Production immobilisée
5.420
5.420
3.264
3.264
Passifs courants
342
-
Autres produits d'exploitation
7.325
7.267
58
5.976
5.909
67
Fonds propres (actif net)
1.920
-
Ecart de Consolidation positif (goodwill)
3.381
-
481.155
481.097
58
989.980
989.913
67
Ecart de Consolidation négatif (badwill)
-
-
5.275
-
5.275
-
Prix total payé
• Acquitté en cash • Acquitté en paiement différé
Sortie nette de cash sur acquisition
• Paiement en cash
• Trésorerie et équivalents dans l’entité acquise
Affectation des goodwills en immobilisations incorporelles pour 3.355.
62
-
-
5.275
-
5.275
-
-
-
• Ventes de biens
• Prestations de services
Production stockée (augmentation +, réduction -)
Ventes et prestations
Le chiffre d’affaires diminue de 38 % du fait de l’effet conjugué de volumes de vente en baisse sensible d’une part, et
de fortes diminutions de prix enregistrées pour l’acide phosphorique et tous les produits phosphatés d’autre part.
L’évolution des stocks est commentée en annexe 18 (tant pour les produits finis que pour les matières premières et
marchandises, dont les variations sont reprises ci-après).
L’essentiel des autres produits d’exploitation est constitué par le retraitement de la dotation annuelle à la provision
pour sinistralité de la société EUROCHEM S.A. (2,7 millions en 2009), par la vente de «certificats verts» à la société
SPE dans le cadre d’une cogénération d’énergie démarrée en mars 2007 sur le site de Puurs (0,8 million), par des
indemnités de tiers relatives à divers sinistres ou litiges (1,7 million), par un boni réalisé sur la vente de quotas CO2
excédentaires de 2009 (0,8 million), par des subsides d’exploitation et en capital (0,2 million), par des loyers (0,3 million)
et par divers autres produits (0,8 million).
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
63
12
Annexes aux comptes consolidés
08 C h a r g e s d e p e r s o n n e l
2009
2008
Non
Total Récurrent récurrent
Non
Total Récurrent récurrent
(en milliers d’euros)
Consommation de matières premières et marchandises (1)
316.411
316.411
287.628
287.628
-
630.905
630.905
-
28.783
28.783
-
- 33.708
- 33.708
-
122.933
122.933
-
149.276
149.276
-
Charges de personnel (cfr détail en annexe 8)
87.662
87.662
-
89.046
89.046
-
Amortissements et dépréciations
sur immobilisés (in)corporels (2)
17.279
17.748
- 469
17.460
17.511
- 51
659
659
-
574
574
-
16.620
17.089
- 469
16.886
16.937
- 51
- 30.895
- 30.895
-
35.702
35.702
-
- 30.122
- 30.122
-
34.470
34.470
-
- 773
- 773
-
1.232
1.232
-
• Achats
• Variations de stocks (augmentation +, réduction -)
Autres charges externes
• sur immobilisés incorporels
• sur immobilisés corporels
Réductions de valeur sur stocks
et créances commerciales (2)
• sur stocks
• sur créances commerciales
Provisions pour risques et charges
(autres que sur personnel) (2)
-
597.197
597.197
2008
Ecarts
84.695
86.346
- 1.651
306
290
16
3
-6
9
• montants payés sur la période
993
2.111
- 1.118
• mouvements de provisions (+ = augmentation, - = utilisation et reprises)
750
- 177
927
Rémunérations et autres avantages à court terme
(y compris les assurances sociales)
-
- 16.452
- 1.321
- 15.131
2.078
2.093
- 15
4.142
4.035
107
6.190
5.984
206
Coût des ventes et prestations
501.080
516.573
- 15.493
896.948
896.808
140
Résultat d’exploitation
- 19.926
- 35.476
15.550
93.032
93.106
- 74
Autres charges d’exploitation
2009
(en milliers d’euros)
Le poste relatif aux achats de matières et marchandises est en retrait de 54,4 % par rapport à 2008, en raison
surtout d’une très nette diminution des quantités achetées, mais aussi des baisses de prix importantes observées
principalement sur l’acide phosphorique en provenance du Maroc.
Les autres charges externes regroupent les dépenses relatives à l’énergie, à l’entretien des bâtiments et installations
et à l’utilisation de personnel intérimaire, ainsi que les frais commerciaux et de transport, les primes d’assurance,
les loyers, les honoraires, les coûts relatifs à des fournitures ou services divers reçus par les sociétés du Groupe.
Les réductions de valeur sur stocks et créances ainsi que les dotations aux provisions de l’exercice sont commentées
dans les annexes 18, 19 et 20.
Les autres charges d’exploitation comprennent principalement les diverses taxes (3,9 millions en 2009).
Les frais de recherche et de développement consentis s’élèvent en 2009 à 9,7 millions (contre 8,8 millions en 2008),
soit 1,8 % du chiffre d’affaires. De cette somme, 2,0 millions environ ont fait l’objet d’une activation car relatifs à des
prestations internes effectuées dans le cadre du projet «Sulfine» ou liés à certains projets de développement dont
question en annexe 12.
Contribution de l’employeur au régime de pension complémentaire
à cotisations définies
• montants payés sur la période
• mouvements de provisions (+ = augmentation, - = utilisation et reprises)
Contribution de l’employeur au régime de pension complémentaire
à prestations définies
Contribution de l'employeur dans le cadre de prépensions
• montants payés sur la période
1.532
1.600
- 68
• mouvements de provisions (+ = augmentation, - = utilisation et reprises)
- 617
- 1.117
500
Total
87.662
89.046
- 1.384
(en %)
2009
2008
Charges de personnel / valeur ajoutée
209,7
36,6
2009
2008
1.473
1.455
Effectif moyen du personnel : nombre d’équivalents temps-plein
Plans d’options sur actions
Au 31.12.2009, les plans d’options sur actions (Sicav reprenant des actions de sociétés cotées sur l’EUROSTOXX 50)
offerts aux cadres en octobre 2007, octobre 2008 et mai 2009 se présentaient comme suit :
Période de blocage
(pas d'exercice ni de cession des options)
Date limite d'exercice
Nombre initial d'options
Prix d'exercice d'une option
Prix d'une option
Valeur totale de l'avantage octroyé
Nombre d'options encore en circulation
Octroyé en octobre 2007
Octroyé en octobre 2008
Octroyé en mai 2009
un an
un an
un an
24 octobre 2017
22 octobre 2018
17 mai 2019
56,72
217,22
339,31
6.414,09 euros
3.735,22 euros
3.785,81 euros
3.239,12 euros (50,50 %)
2.125,34 euros (56,90 %)
1.895,56 euros (50,08 %)
184 milliers d'euros
462 milliers d'euros
643 milliers d'euros
7,42
65,25
339,31
(1) Matières premières, produits d’addition, emballages, marchandises, fournitures et combustibles stockés
(2) «+» = dotation, «-» = reprise
64
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
65
12
Annexes aux comptes consolidés
09 R é s u l t a t s F i n a n c i e r s
(en milliers d’euros)
2009
2008
Annexes aux comptes consolidés
10 R é s u l t a t d e s s o c i é t é s
mises en équivalence
Ecarts
Dividendes reçus ou à recevoir des participations non consolidées
287
-
287
Réductions de valeur sur immobilisations financières
578
- 1.337
1.915
Plus et moins-values sur cessions d'immobilisations financières
106
6.346
- 6.240
Produits d'intérêts sur immobilisations financières
Produits des investissements financiers
Charges sur emprunts
Intérêts sur prêts et produits sur trésorerie disponible
Charges d'intérêts nette
Différences de change effectives
Différences de change latentes (écarts de conversion)
Résultats de change
Variations de juste valeur d'actifs financiers
Variations de juste valeur d'instruments dérivés
Réductions de valeur et moins-value sur actifs financiers courants
Charges et produits financiers divers
-
48
- 48
971
5.057
- 4.086
- 4.847
- 6.980
2.133
707
589
118
- 4.140
- 6.391
2.251
2.348
- 3.320
5.668
- 2.213
- 247
- 1.966
135
- 3.567
3.702
- 490
453
- 943
-
-
-
-8
-
-8
89
- 884
973
Autres résultats financiers
- 409
- 432
22
Charges financières nettes
- 3.443
- 5.332
1.889
Le résultat de mise en équivalence concerne l’activité des sociétés RECUPAC S.A.S. (- 4.455 euros) et T.H.T.
RESEARCH SPRL (- 7.533 euros).
Dans le courant de l’année 2009, il a été procédé au transfert vers PRAYON S.A. de l’activité de ZEOLINE S.A., puis à
la liquidation de cette dernière. Ces opérations n’ont pas eu d’impact sur le compte de résultat consolidé du Groupe.
Une reprise de réduction de valeur pour un montant de 0,6 million d’euros a par ailleurs été enregistrée sur la
participation détenue sur la société FOSBRASIL S.A.. Il s’agit là d’un élément à caractère non récurrent.
La diminution des charges d’intérêt nettes, malgré un endettement resté élevé, est due à une baisse du taux moyen
d’intérêt d’emprunt, ainsi qu’à l’activation en 2009 de 2.057 milliers d’euros au titre d’intérêts intercalaires, dans le
cadre du projet Sulfine (ainsi qu’expliqué en annexe 14).
Les différences de change effectives et latentes dégagées en 2009 découlent essentiellement de l’évolution des cours
de change de l’euro vis-à-vis du dollar américain et de la livre sterling, et comprennent l’impact des couvertures de
risque de change mises en œuvre (décrites dans l’annexe 25).
66
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
67
12
Annexes aux comptes consolidés
11 I m p ô t s s u r l e r é s u l t a t
Réconciliation de la charge d’impôts (courants et différés)
Charge d’impôts sur le résultat
2009
2008
Composante de la charge d’impôts
(en milliers d’euros)
La charge d’impôts sur le revenu comprend l’impôt courant et l’impôt différé :
• l’impôt courant représente l’impôt payé ou à payer sur le revenu imposable de l’exercice écoulé, ainsi que tout
ajustement portant sur l’impôt payé relatif aux années antérieures;
• l’impôt différé représente l’impôt qui sera seulement dû (ou récupéré) au cours d’exercices futurs mais qui a
déjà été comptabilisé au titre de l’exercice écoulé et qui correspond à la variation des impôts différés bilantaires
(cf. infra). La charge fiscale différée qui se rapporte à des éléments comptabilisés dans les fonds propres est
également enregistrée dans ces derniers.
Résultat comptable avant impôts
- 23.369
87.700
Taux d'imposition théorique
33,99 %
33,99 %
- 7.943
29.809
Charge totale d'impôts des entités du Groupe calculée sur base du taux belge (33,99 %)
Réconciliation du taux d'imposition effectif
• Dépenses non déductibles
• Revenus non imposables
• Intérêts notionnels et tax shelter
La décomposition de la charge d’impôts se présente comme suit :
(en milliers d’euros)
Impôts courants
• relatifs à l'année en cours
• relatifs aux années antérieures
Impôts différés
• actés
• réductions de valeur (dotation + , reprise -)
• Impact fiscal des changements de taux nominaux
Total
2009
2008
1.438
6.152
1.471
6.108
- 33
44
3.785
- 92
- 14.724
25.150
18.749
- 25.242
- 240
-
5.223
6.060
1.372
1.808
- 5.005
- 14.009
- 151
- 602
• Impôts calculés sur d'autres bases
- 1.300
25.941
• Latences fiscales pour lesquelles aucun impôt différé n'est reconnu
18.749
- 25.242
• Utilisation de pertes fiscales et autres crédits d'impôts
1.945
- 10.553
• Effet des taux d'imposition étrangers
- 957
- 709
• Effet des changements de taux d'imposition
- 240
-
• Effet de dispositions fiscales de type "carry back"
• Exonération d'impôt sur C.A. à l'exportation (Maroc)
- 1.703
-
- 218
- 833
• Impact fiscal des ajustements d'impôts relatifs aux exercices antérieurs
- 33
44
• Précomptes mobiliers étrangers retenus à la source non imputables
709
408
• Neutralisations et régularisations diverses
Charge d'impôts
-2
-1
5.223
6.060
2009
2008
- 22,35
6,91
2009
2008
81
969
Taux d’imposition effectif
(en %)
Impôts sur éléments portés directement en fonds propres
(en milliers d’euros)
Variations de juste valeur (couvertures de flux de trésorerie)
68
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
69
12
Annexes aux comptes consolidés
12 I m m o b i l i s a t i o n s i n c o r p o r e l l e s
Impôts différés au bilan
Des impôts différés actifs ou passifs sont enregistrés au bilan sur les différences temporaires qui découlent du
fait que les autorités fiscales évaluent les actifs et passifs avec des règles différentes de celles qui sont utilisées
pour l’établissement des comptes consolidés. Les variations des impôts différés bilantaires survenues au cours de
l’exercice écoulé sont enregistrées dans le compte de résultats, sauf s’ils se rapportent à des éléments comptabilisés
directement dans les fonds propres (cf. supra).
Les impôts différés sont calculés sur base des taux d’imposition en vigueur ou, en cas de changement, des taux déjà
votés et qui sont attendus au moment de l’enregistrement des impôts à payer (ou à récupérer) dans la comptabilité
statutaire. Les impôts différés actifs font l’objet d’une réduction de valeur dans la mesure où il s’avère improbable
qu’ils génèrent dans le futur une diminution de base imposable ou des crédits d’impôts compte tenu des perspectives
budgétaires ou actées dans les plans stratégiques; seuls les éventuels bénéfices imposables anticipés pour les trois
années qui suivent l’exercice clôturé sont par ailleurs pris en considération, les prédictions au-delà de cet horizon
semblant trop aléatoires.
(en milliers d’euros)
Au terme de l'exercice précédent
2009
2008
Immobilisations corporelles
Ecarts de consolidation et immobilisations incorporelles
51
4
5.211
4.933
Stocks
Provisions pour avantages au personnel
Autres provisions
871
Impôts différés passifs
2009
2008
- 8.945
- 8.667
- 32
-
-
- 13.083
- 7.995
1.399
1.698
- 1.596
- 2.260
Pertes fiscales et autres crédits d'impôts non utilisés
52.998
32.326
Sous-total
59.659
39.832
- 23.754
- 18.954
Autres ajustements
Réductions de valeur sur actifs d'impôts différés
- 39.058
- 20.309
Compensation (au sein de mêmes entités fiscales)
- 8.992
- 9.545
8.992
9.545
Total
11.609
9.978
- 14.762
- 9.409
Montant des différences temporelles déductibles, des pertes
fiscales et des crédits d’impôts non utilisés, pour lesquels
aucun actif d’impôts différés n’a été comptabilisé au bilan
83.182
59.683
19.620
12.690
5.271
38
-
-
-
-
-
• Acquisitions
985
3.645
786
1.496
6.912
• Cessions et désaffectations
- 40
- 1.362
- 210
- 1.534
- 3.146
-
-
-
-
-
- 18
- 77
17
-
- 78
• Autres variations
-
1.000
-
-
1.000
Au terme de l'exercice
2.548
15.896
5.864
-
24.308
- 1.538
- 11.474
- 5.212
-
- 18.224
-
-
-
-
-
- 26
- 480
- 142
-
- 648
40
1.362
178
-
1.580
-
-
-
-
-
15
77
- 18
-
74
• Autres variations
-
- 1.000
-
-
- 1.000
Au terme de l'exercice
- 1.510
- 11.515
- 5.194
-
- 18.218
1.039
4.380
670
-
6.090
84
1.216
59
38
1.396
• Transferts d'une rubrique à une autre
• Ecarts de conversion
c) Amortissements
• Actés nets
• Annulés à la suite de cessions et désaffectations
• Transférés d’une rubrique à une autre
• Ecarts de conversion
- 130
TOTAL
GENERAL
1.621
• Variation de périmètre
• Variation de périmètre
Impôts différés actifs
Quotas CO2
a) Valeur d’acquisition
Au terme de l'exercice précédent
(en milliers d’euros)
Autres
Frais de Concessions
Brevets - immobilisadéveloppeLicences - tions incorpoment
Logiciels …
relles
d) Valeur comptable nette au terme de l’exercice
(Valeur comptable nette au 31.12.08)
Les frais de développement activés en 2009 sont relatifs à deux projets aux perspectives particulièrement intéressantes, l’un dans le domaine du phosphate de fer lithié (batteries électriques), l’autre dans celui du phosphate de
mélamine (ignifugation).
L’augmentation de 3.164 milliers d’euros de la rubrique «Concessions, brevets, licences, logiciels, savoir-faire
et technologie» provient essentiellement de l’affectation du goodwill enregistré lors de l’acquisition de la société
TECHNO-HIGH-TECHNOLOGY S.A. (2.694 milliers d’euros à amortir sur 10 ans; dotation de 135 milliers d’euros sur
2009) d’une part, et du paiement de la seconde tranche de 500.000 euros au COMMISSARIAT A L’ENERGIE ATOMIQUE
(France) pour l’obtention d’une licence relative au phosphate de fer lithié d’autre part.
En ce qui concerne les autres immobilisations incorporelles, les acquisitions de 2009 sont relatives à l’affectation
du goodwill dégagé lors de la prise de participation dans CLAUSHUIS (clientèle principalement; 661 milliers d’euros,
amortis sur 5 ans; dotation de 132 milliers d’euros en 2009), et à l’apport de la société DUPUY S.A.S. dans la société
SOLUSTEP S.A.S. (codétenue à 50 % par PRAYON S.A.).
70
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
71
12
Annexes aux comptes consolidés
13 G o o d w i l l ( é c a r t s d e c o n s o l i d a t i o n )
La catégorie «quotas CO2» a connu en 2009 les mouvements suivants :
• Au 30 avril 2009, les quotas correspondant aux 142.431 tonnes effectivement dégagées en 2008 (soit 2.290 milliers
d’euros) ont été restitués aux autorités régionales compétentes.
• Au début du mois d’avril de cette même année, PRAYON S.A. a officiellement reçu les quotas qui lui avaient été
attribués pour ses sites d’Engis et de Puurs relativement à l’année 2009 (186.997 tonnes, pour une valeur historique totale de 1.496 milliers d’euros).
• Dans les jours qui ont suivi leur attribution, ces 186.997 tonnes ont été vendues au comptant (pour une valeur
globale de 2.376 milliers d’euros).
• 120.000 tonnes (pour un coût total de 1.640 milliers d’euros) ont par ailleurs été achetées à terme (mars 2010) en
vue des quantités à restituer fin avril 2010 sur base des émissions réelles attendues pour 2009.
(en milliers d’euros)
GOODWILL
POSITIF
GOODWILL
NEGATIF
a) Valeur d’acquisition
Au terme de l'exercice précédent
• Issus d’acquisition; entrées de périmètre
• Eliminés sur cession; sorties de périmètre
• Ecarts de conversion
Au terme de l'exercice
312
-
-
-
-
-
26
-
338
-
b) Ajustements de valeur
Au terme de l'exercice précédent
-
-
• Issus d’acquisition; entrées de périmètre
-
-
• Eliminés sur cession; sorties de périmètre
-
-
• Dépréciations
-
-
Au terme de l'exercice
-
-
c) Goodwill négatif reconnu en résultat (cumul)
-
-
Au terme de l’exercice précédent
-
-
• Reconnu en résultat sur la période
-
731
-
-
338
-
312
-
Au terme de l’exercice
d) Valeur comptable nette au terme de l’exercice
(Valeur comptable nette au 31.12.08)
En ce qui concerne les écarts de consolidation positifs (sociétés HYDRO TECHNOLOGIES et METALS & RESIDUES),
un test de dépréciation a été appliqué fin 2008 puis fin 2009, mais les conclusions de celui-ci n’ont pas entraîné de
révision à la baisse des valeurs précitées.
La prise en résultat d’un écart de consolidation négatif (badwill) en 2009 est relative à la fusion-acquisition de la
société BATTAILLE S.A. par SECO S.A..
72
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
73
12
Annexes aux comptes consolidés
14 I m m o b i l i s a t i o n s c o r p o r e l l e s
(en milliers d’euros)
Terrains
et
constructions
Installations
Mobilier
et Locationmatériel financeroulant
ment
Autres
Immoimmobili bilisations
sations en cours
corpoet
TOTAL
relles acomptes GENERAL
a) Valeur d’acquisition
Au terme de l’exercice précédent
90.179
308.422
5.751
15.135
1.730
39.006
•V
ariation de périmètre
1.074
750
186
-
-
-
2.011
•A
cquisitions
(inclus la production immobilisée)
1.269
19.510
627
13.328
19
9.983
44.736
122
1.348
-
1.580
-
- 993
2.057
-
-
-
-
-
-
-
- 3.400
- 14.298
- 299
- 82
-1
- 188
- 18.268
130
• I ntérêts intercalaires
•R
achats (leasings - Sales & Lease back)
•C
essions et désaffectations
•T
ransferts d'une rubrique à une autre
460.223
3.728
28.437
173
6.144
253
- 38.604
•T
ransferts en disponible à la vente
-
-
-
-
-
-
-
•E
carts de conversion
-
- 358
7
-
3
- 38
- 386
•A
utres mouvements
-
-
-
-
-
-
-
92.972
343.811
6.445
36.105
2.004
9.166
490.503
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
259
115
-
-
-
-
374
•A
nnulées à la suite de cessions
et désaffectations
-
-
-
-
-
-
-
•T
ransférées d'une rubrique à une autre
-
-
-
-
-
-
-
•E
carts de conversion
-
-
-
-
-
-
-
•A
utres variations
-
-
-
-
-
-
-
259
115
-
-
-
-
374
- 41.059
- 244.714
- 4.883
- 4.646
- 899
-
- 296.201
- 369
- 467
- 152
-
-
-
- 988
- 2.007
- 12.109
- 379
- 1.981
- 141
-
- 16.617
3.397
14.116
237
39
-
-
17.789
-168
221
- 106
106
- 183
-
- 130
-9
183
-5
-
-
-
169
-
-
-
-
-
-
-
- 40.215
- 242.770
- 5.288
- 6.482
- 1.223
-
- 295.978
53.016
101.156
1.157
29.623
781
9.166
194.899
49.120
63.708
867
10.489
832
39.006
164.022
Au terme de l'exercice
Les investissements de 2009 (soit 46,8 millions) peuvent être ventilés de la façon suivante :
• investissements relatifs à la nouvelle usine de fabrication d’acide sulfurique («Sulfine») : 23,4 millions (dont
2 millions d’intérêts intercalaires).
Cette unité est devenue opérationnelle au 1er décembre 2009.
L’ensemble des investissements réalisés en 2007, 2008 et 2009 ont donc été transférés de la rubrique «Immobilisations en cours» vers leurs rubriques définitives. Il a par ailleurs été comptabilisé un mois d’amortissement
sur l’exercice 2009 (soit 481 milliers d’euros);
• autres investissements (principalement consentis dans le cadre de renouvellements ou d’augmentations de
capacités de production existantes, ainsi que pour améliorer les aspects liés à la qualité, la sécurité et l’environnement) : 23,4 millions.
Les actifs immobilisés repris dans la colonne «Location-Financement» sont constitués, à hauteur d’environ deux
tiers de la valeur comptable nette, d’installations de l’unité «Sulfine». Le solde correspond à des installations de
PRAYON S.A. qui ont fait l’objet d’opérations de «sales and lease back» en 2005 et 2008, de matériel roulant et, dans
une moindre mesure, de matériel informatique.
b) Ajustements de valeur
Au terme de l’exercice précédent
•V
ariation de périmètre
•A
ctées nettes
Au terme de l'exercice
c) Amortissements
Au terme de l’exercice précédent
•V
ariation de périmètre
•A
ctés nets
•A
nnulés à la suite de cessions
et désaffectations
•T
ransférés d'une rubrique à une autre
•E
carts de conversion
•A
utres mouvements
Au terme de l'exercice
d) V
aleur comptable nette au terme
de l’exercice
(Valeur comptable nette au 31.12.08)
74
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
75
Annexes aux comptes consolidés
15 P a r t i c i p a t i o n s d a n s l e s e n t r e p r i s e s
associées mises en équivalence
(en milliers d’euros)
2009
2008
Ecarts
a) Valeur comptable brute
Au terme de l’exercice précédent
• Acquisitions
• Cessions
• Parts dans les résultats
• Dividende distribué ou reçu
224
-
224
-
262
- 262
-
-
-
- 12
- 12
-
-
-
-
• Transfert sous une autre rubrique bilantaire
-
-
-
• Autres (dont écarts de conversion)
1
- 26
27
213
224
- 11
Au terme de l’exercice précédent
-
-
-
• Mouvements de l’exercice
-
-
-
-
-
-
213
224
- 11
Au terme de l’exercice
12
Acquisition par JEAN GOLDSCHMIDT INTERNATIONAL S.A., en octobre 2008, de 35 % de la société RECUPAC S.A.S.
(soit un pourcentage d’intérêt du Groupe de 17,50 %).
Obtention, en juillet 2009, d’une participation de 16,99 % dans la société T.H.T. RESEARCH S.P.R.L., au travers de
l’acquisition de 84,96 % de la société TECHNO-HIGH-TECHNOLOGY S.A..
Au 31 décembre 2008
Part PRAYON
RECUPAC S.A.S.
Actifs totaux
Passifs
courants
et non courants
Produits
(ventes et
prestations)
Résultat net
Proportion
de parts
détenues
123
1
-
- 12
17,50 %
Actifs totaux
Passifs
courants
et non courants
Produits
(ventes et
prestations)
Résultat net
Proportion
de parts
détenues
240
123
-
-4
17,50 %
55
33
24
-7
16,99 %
b) Ajustements de valeur
Au terme de l’exercice
c) Valeur comptable nette au terme de l’exercice (juste valeur)
Au 31 décembre 2009
Part PRAYON
RECUPAC S.A.S.
T.H.T. RESEARCH S.P.R.L.
76
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
77
12
Annexes aux comptes consolidés
16 A u t r e s p a r t i c i p a t i o n s
(non consolidées)
Annexes aux comptes consolidés
17 C r é a n c e s f i n a n c i è r e s e t a u t r e s
actifs non courants, dont ceux
détenus en vue de la vente
2009
2008
5.140
5.140
• Acquisitions
-
-
• Cessions
-
-
5.140
5.140
- 1.313
-
578
- 1.313
- 735
4.405 (*)
(en milliers d’euros)
a) Valeur comptable brute
Au terme de l'exercice précédent
Au terme de l'exercice
2009
2008
Ecarts
-
-
-
2.017
1.358
652
-
-
-
399
5.055
- 4.656
- 1.313
2.416
6.413
- 4.004
3.827 (*)
2.416
6.413
- 4.004
Au terme de l'exercice précédent
• Mouvements de l’exercice
Au terme de l'exercice
c) Valeur comptable nette au terme de l’exercice (juste valeur)
(*) Montant se ventilant comme suit :
(en milliers d’euros)
Créances financières à plus d’un an
Dépôts et cautionnements
b) Ajustements de valeur
• FOSBRASIL S.A. :
• CASPER G.I.E. :
Créances financières et autres actifs non courants
2.907
1.498
(2.329 à fin 2008)
(1.498 à fin 2008)
4.405
CASPER G.I.E. est un Groupement d’Intérêt Economique prestant des services à caractère logistique exclusivement
en faveur des entreprises présentes sur le site industriel des Roches de Condrieu (France), qui se partagent son
actionnariat.
Les règles comptables applicables à ce type de société impliquent entre autres que leur juste valeur reste égale à
leur coût d’acquisition historique.
Créances sur instruments dérivés
Autres actifs non courants
Les dépôts et cautionnements proviennent essentiellement des comptes de PRAYON S.A. (1.621 milliers d’euros en
2009, dont 1.581 milliers d’euros de caution déposée dans le cadre d’une disposition belge en matière de T.V.A. à
l’importation) et de JEAN GOLDSCHMIDT INTERNATIONAL S.A. (329 milliers d’euros).
Les autres actifs non courants comprenaient en 2008 principalement des subsides à recevoir par PRAYON S.A.
(2.814 milliers d’euros) et un montant laissé en garantie pour deux ans à l’acheteur de la participation que PRAYON
S.A. avait détenue dans COMMON MARKET FERTILIZERS S.A. (1.836 milliers d’euros). Ces montants sont à recevoir
dans le courant de l’année 2010 et ont donc été transférés fin 2009 en créances à un an au plus. Il ne subsiste plus
dans cette rubrique qu’une créance de PRAYON DEUTSCHLAND sur une compagnie d’assurance-vie.
Actifs non courants détenus en vue de la vente
(en milliers d’euros)
Terrains disponibles à la vente
En ce qui concerne FOSBRASIL S.A., qui est une société non cotée, et malgré les difficultés à trouver une méthode
d’estimation raisonnable de sa juste valeur qui lui soit appropriée, il avait été décidé d’enregistrer un ajustement
de valeur négatif sur cette participation à fin 2008, du fait d’un environnement économique difficile, ainsi que de la
dépréciation du réal brésilien. L’évolution favorable de ces deux facteurs a permis de reprendre en 2009 une partie
de cette réduction de valeur.
78
2009
2008
Ecarts
128
128
-
128
128
-
Le terrain dont question ci-dessus est situé sur notre site de Puurs et s’étend sur environ 10 hectares.
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
79
12
Annexes aux comptes consolidés
18 S t o c k s e t c o m m a n d e s
en cours d’exécution
(en milliers d’euros)
2009
2008
Ecarts
Valeurs brutes
Stocks
120.322
230.774
- 110.452
• Matières premières et fournitures
36.371
59.007
- 22.636
• Produits finis et en cours de fabrication
75.851
155.758
- 79.907
7.889
15.877
- 7.988
211
132
79
9.927
5.113
4.814
130.249
235.887
- 105.638
30.473
• Marchandises
• Acomptes versés
Commandes en cours d’exécution
Total (valeur brute)
Réductions de valeur
Stocks
- 10.151
- 40.624
• Matières premières et fournitures
- 6.217
- 15.498
9.281
• Produits finis et en cours de fabrication
- 3.498
- 23.275
19.777
- 436
- 1.851
1.415
-
-
-
-
-
-
- 10.151
- 40.624
30.473
• Marchandises
• Acomptes versés
Commandes en cours d’exécution
Total (réductions de valeur)
La poursuite de la diminution du prix de l’acide phosphorique de base (et par conséquent de ceux des produits
phosphatés fabriqués en aval), les actions prises dans le courant de l’année 2009 (arrêt des installations pendant
plusieurs semaines), ainsi que le retour progressif à des niveaux de vente plus conformes à la normale pour l’acide
purifié et la plupart des sels phosphatés (hors horticulture et fertilisants), ont permis de réduire très fortement les
stocks (surtout ceux de produits finis), alors que ceux-ci avaient atteint fin 2008 et durant le premier semestre 2009
des niveaux beaucoup trop élevés.
Les réductions de valeur enregistrées en clôture des comptes 2008 sur les matières premières (principalement
l’acide phosphorique), les produits finis et en cours de fabrication (essentiellement ceux qui avaient été produits à
partir de l’acide phosphorique dont question ci-avant) ont été reprises en quasi-totalité dans le courant de l’année.
A la clôture de l’année 2009, il n’a par ailleurs pas été nécessaire d’acter de nouvelles réductions de valeur pour des
montants significatifs, les prix de l’acide phosphorique et des produits qui en dérivent étant repartis à la hausse dès
le mois de janvier 2010.
Enfin, les commandes en cours d’exécution sont relatives aux activités de la division PROFILE de PRAYON S.A.
(conception, fabrication par sous-traitance et commercialisation de filtres et agitateurs industriels; 3,0 millions
d’euros à fin 2009) et de la société JEAN GOLDSCHMIDT INTERNATIONAL S.A. (trading de divers métaux, après
transformation éventuelle; 6,8 millions).
Valeurs nettes
Stocks
110.171
190.150
- 79.979
• Matières premières et fournitures
30.154
43.509
- 13.355
• Produits finis et en cours de fabrication
72.353
132.483
- 60.130
7.453
14.026
- 6.573
211
132
79
9.927
5.113
4.814
120.098
195.263
- 75.165
• Marchandises
• Acomptes versés
Commandes en cours d’exécution
Total (valeur brute)
80
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
81
12
Annexes aux comptes consolidés
19 C r é a n c e s c o m m e r c i a l e s
et autres actifs courants
(en milliers d’euros)
2009
2008
Ecarts
La diminution du poste de créances commerciales est directement liée à la forte décroissance du chiffre d’affaires
de l’année écoulée.
Les autres créances sont principalement d’ordre fiscal (T.V.A., impôts contestés…). Elles comprennent également, à
fin 2009, des subsides à recevoir par PRAYON S.A. (3,4 millions d’euros) et un montant laissé en garantie pour deux
ans à l’acheteur de la participation que PRAYON S.A. détenait dans COMMON MARKET FERTILISERS S.A. (1,8 million
d’euros).
Valeurs brutes
Créances à plus d’un an
-
-
-
• Créances commerciales
-
-
-
• Autres créances
-
-
-
125.567
153.824
- 28.257
101.469
130.182
- 28.713
21.883
21.440
443
2.215
2.202
12
125.567
153.824
- 28.257
Créances à un an au plus
• Créances commerciales
• Autres créances
• Comptes de régularisation (actif)
Total (valeur brute)
La comptabilisation s’effectue en principe par une réduction de valeur en résultat, dont la contrepartie est enregistrée
dans un compte bilantaire spécifique.
Réductions de valeur
Créances à plus d’un an
-
-
-
• Créances commerciales
-
-
-
• Autres créances
-
-
-
- 949
- 1.712
763
Créances à un an au plus
• Créances commerciales
- 949
- 1.712
763
- Dotations
-
-
- 618
- Reprises
-
-
1.391
- Ecarts de conversion
-
-
- 10
• Autres créances
-
-
-
• Comptes de régularisation (actif)
-
-
-
- 949
- 1.712
763
Total (réductions de valeur)
Valeurs nettes
Créances à plus d’un an
-
-
-
• Créances commerciales
-
-
-
• Autres créances
-
-
-
124.618
152.112
- 27.494
100.520
128.470
- 27.949
21.883
21.440
443
2.215
2.202
12
124.618
152.112
- 27.494
Créances à un an au plus
• Créances commerciales
• Autres créances
• Comptes de régularisation (actif)
Total (valeur nette)
82
La politique du Groupe en matière de comptabilisation de créances douteuses est de prendre en charge la totalité
du montant dès lors que la récupération de celle-ci apparaît compromise, soit du fait de la situation financière du
débiteur, soit du fait d’un délai de retard de paiement anormalement long (supérieur à 120 jours) et non justifié.
En cas de recouvrement ultérieur, les montants récupérés font l’objet d’une reprise de réduction de valeur.
Dès lors que les créances (ou soldes de créances) sont jugées irrémédiablement perdues, la moins-value ainsi
constatée est enregistrée en «autres charges d’exploitation».
Les éventuelles récupérations ultérieures sont quant à elles comptabilisées en «autres produits d’exploitation».
Le mouvement net des réductions de valeur sur créances commerciales pour l’année 2009 est un produit de
763 milliers d’euros.
Des créances ou soldes de créances considérées comme définitivement irrécouvrables ont par ailleurs été actés en
moins-values sur réalisation d’actifs circulants (rubrique «autres charges d’exploitation») pour un total de 43 milliers
d’euros.
Ainsi qu’expliqué dans l’annexe 24 (Endettement net), pour faire face à l’augmentation du besoin en fonds de roulement,
et dans le but également de diversifier les modes de financement du Groupe, quatre programmes de factoring ont été
mis en place au niveau de PRAYON S.A. durant le dernier trimestre 2008. L’analyse et la couverture du risque crédit
ainsi que la gestion des paiements et du recouvrement restent du ressort de PRAYON S.A., ne donnant dès lors pas
lieu à une déconsolidation des créances concernées.
Au 31 décembre 2009, le total des factures cédées s’élève à 39 millions d’euros.
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
83
12
Annexes aux comptes consolidés
20 P r o v i s i o n s
(en milliers d’euros)
Au 1 janvier 2009
er
Dotations
Utilisations
Reprises
Santé,
Avantages
sécurité
du environnepersonnel
ment
Annexes aux comptes consolidés
21 A v a n t a g e s d u p e r s o n n e l
(en milliers d’euros)
Litiges
Autres
provisions
TOTAL
22.829
17.417
3.542
1.357
45.145
2.011
4
-
268
2.283
- 1.702
-4
- 165
- 592
- 2.463
- 173
- 15.100
- 738
- 126
- 16.136
Ecarts de conversion
-
-
-
-
-
Acquisitions (Var. Périmètre)
-
Cessions (Var. Périmètre)
-
-
-
-
-
Autres
-
-
-
- 11
- 11
22.965
2.317
2.639
896
28.817
Au 31 décembre 2009
-
-
-
-
Dont provisions à court terme
1.801
-
-
-
1.801
Dont provisions à long terme
21.164
2.317
2.639
896
27.016
Plans à prestations définies
Des provisions constituées pour faire face à l’ensemble des principaux risques résultant de la pollution historique
avaient été enregistrées dans le bilan d’ouverture IFRS à hauteur de 17,4 millions d’euros, en raison de l’incertitude
qui prévalait alors dans ce domaine.
La probabilité de devoir réaliser des travaux de grande ampleur est toutefois devenue très faible, du fait de l’évolution
des législations tant en Wallonie qu’en Flandre (décret «Sol» du 5 décembre 2008 entré en vigueur le 18 mai 2009;
réglementation «VLAREBO»).
Les analyses et mesures effectuées depuis de nombreuses années sur nos sites d’Engis et de Puurs tendent en effet
à démontrer qu’il n’y a pas de pollution présentant de risque grave pour la santé ou l’environnement.
Il a donc été décidé de reprendre ces provisions, à hauteur de 15,1 millions d’euros. Deux provisions, pour un total
de 2,3 millions d’euros, ont été maintenues dans le cadre de travaux d’assainissement ou de réaménagement sur les
sites d’Engis et de Puurs, les travaux étant planifiés pour la période 2010-2011.
L’impact net de cette reprise de provision sur le compte de résultats 2009 est de 10,6 millions d’euros (déduction faite
d’un impôt différé de 4,5 millions).
Les sites des Roches de Condrieu et d’Augusta ne font pas l’objet de provisions en raison du contrat liant PRAYON au
propriétaire précédent qui est resté responsable d’une pollution historique éventuelle.
Les litiges pour lesquels des provisions ont été constituées sont pour la moitié environ de nature fiscale, et pour
l’autre moitié de natures diverses.
2008
Engagement net de fin de période
Obligations liées à des plans financés
Juste valeur des actifs du régime
Déficit des plans financés
Obligations liées à des plans non financés
Profits actuariels non reconnus
Coût sur services du passé non comptabilisés
Obligations reconnues en fin de période
23.194
21.489
- 12.038
- 10.971
11.156
10.518
-
-
1.442
1.329
-
-
12.598
11.847
Charges de la période
Charge courante de la période
1.528
1.144
920
1.038
Rendement attendu des actifs
- 491
- 526
Pertes actuarielles reconnues
- 51
- 88
-
- 59
1.906
1.509
11.847
12.029
Charge d'intérêt
Les provisions relatives aux avantages du personnel correspondent aux obligations découlant des plans décrits dans
l’annexe 21 ci-après.
2009
Coût des services passés reconnus
Charge totale de la période
Mouvements de l'engagement net
Obligation nette en début de période
Charge de la période
1.906
1.509
Contribution réelle de l'employeur
- 1.155
- 1.685
Obligation théorique nette en fin de période
12.598
11.853
-
- 176
Taux d'actualisation
4,30 %
5,50 %
Rendement attendu des actifs
4,30 %
4,50 %
Taux d'augmentation future des rémunérations
4,90 %
4,90 %
Taux d'inflation
2,00 %
2,00 %
Rendement attendu des actifs
491
526
Rendement réel des actifs
810
900
Variation des obligations nettes
Hypothèses actuarielles
La rubrique «autres provisions» reprend principalement une provision liée à l’activité de réassurance (pour le compte
des autres sociétés du Groupe) de la société EUROCHEM S.A. (0,35 million) et une provision pour risque de pertes sur
contrats enregistrée pour la société JEAN GOLDSCHMIDT INTERNATIONAL S.A. (0,35 milllions).
84
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
85
12
Annexes aux comptes consolidés
22 A u t r e s p a s s i f s n o n c o u r a n t s
(en milliers d’euros)
Plans à cotisations définies et prépensions
Obligations en début de période
2009
2008
10.982
12.113
Charge d'intérêt
247
318
Charge de la période (hors charge d'intérêt)
887
276
Avantages honorés durant la période
- 1.750
- 1.725
Obligations en fin de période
10.367
10.982
Taux d'actualisation
4,30 %
5,50 %
Taux d'inflation
2,00 %
2,00 %
Total des plans en fin de période
22.965
22.829
Hypothèses actuarielles
(en milliers d’euros)
2009
2008
Ecarts
Subsides en capital
4.558
4.111
447
Autres
3.535
2.694
841
Total
8.093
6.805
1.288
Les subsides proviennent essentiellement des comptes de PRAYON S.A. (3,9 millions, dont 3,4 dans le cadre du projet
«Sulfine») et de SILOX S.A. (0,5 million; subsides accordés en 2009 dans le cadre du «revamping» des installations
d’Engis).
Dans la rubrique «Autres» est principalement reprise la contrepartie d’une perte latente enregistrée du fait de la
réévaluation à la juste valeur de certains instruments dérivés.
Les montants enregistrés dans le cadre de prépensions (qui constituent la quasi-intégralité de ce second volet
des avantages du personnel) reprennent les obligations vis-à-vis des personnes avec lesquelles une convention de
départ en prépension a effectivement déjà été signée, ainsi que celles qui seraient dans les conditions légales pour
demander, le cas échéant, à bénéficier de ce régime, et cela dans les trois années suivant la date de clôture (horizon
correspondant à celui du plan stratégique de PRAYON).
86
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
87
12
Annexes aux comptes consolidés
23 D e t t e s c o m m e r c i a l e s
et autres dettes courantes
(ne portant pas intérêt)
Annexes aux comptes consolidés
24 E n d e t t e m e n t n e t
(en milliers d’euros)
Dettes financières
Trésorerie disponible (-)
Situation financière nette
(en milliers d’euros)
Dettes à plus d'un an
2009
2008
Ecarts
-
-
-
Dettes commerciales
-
-
-
Autres dettes
-
-
-
Dettes à un an au plus
119.193
137.834
- 18.641
Dettes commerciales
72.596
90.965
- 18.369
Acomptes reçus sur commandes
12.506
7.802
4.704
Dettes fiscales (impôts et taxes)
3.248
5.991
- 2.743
17.639
19.232
- 1.593
277
870
- 593
Dettes courantes diverses
9.263
11.265
- 2.002
Comptes de régularisation (passif)
3.664
1.709
1.955
Rémunérations et charges sociales
Dettes sur instruments dérivés
La rubrique «Acomptes reçus sur commandes» concerne principalement les activités de JEAN GOLDSCHMIDT
INTERNATIONAL S.A. (8,0 millions) et de la division PROFILE de PRAYON S.A. (4,3 millions).
Les dettes courantes diverses comprennent entre autres le montant des quotas CO2 à restituer en avril 2010, ainsi
que des dettes relatives à des charges d’intérêt sur emprunts, des taxes ou diverses charges d’exploitation,…
2009
2008
Ecarts
161.020
182.374
- 21.354
26.296
36.029
9.733
134.724
146.345
- 11.621
Du fait du contexte économique extrêmement difficile et des pertes qui en ont découlé d’une part, et d’un programme
d’investissement particulièrement élevé d’autre part, il n’a pas été possible de réduire l’endettement net autant que
souhaité au début de l’exercice, et ce malgré une diminution très sensible du besoin en fonds de roulement.
2009
2008
Ecarts
Dettes subordonnées (montants dus au-delà de 12 mois)
14.400
18.000
- 3.600
Dettes de location-financement (montants dus au-delà de 12 mois)
15.356
18.257
- 2.901
Dettes envers des institutions financières (montants dus au-delà de 12 mois)
18.109
28.170
- 10.062
1.089
615
474
48.954
65.042
- 16.088
3.600
(en milliers d’euros)
Dettes non courantes
Autres dettes à long terme (montants dus au-delà de 12 mois)
Total (dettes non courantes)
Dettes courantes
1) Dettes non courantes - montants dus endéans les 12 mois
Dette subordonnée
3.600
-
Dettes de location-financement
5.842
6.040
- 198
10.762
12.816
- 2.054
Dettes envers des institutions financières
Autres dettes à long terme
-
-
-
20.204
18.856
1.348
91.860
97.551
- 5.691
2
925
- 923
91.862
98.476
- 6.614
Total (dettes courantes)
112.066
117.332
- 5.266
Dette financière totale (à court et à long terme)
161.020
182.374
- 21.354
2) Autres dettes financières courantes
Emprunts auprès d’établissements de crédit (y compris les découverts)
Autres emprunts à court terme
Un prêt subordonné à 7 ans pour 18 millions (remboursement en 5 annuités égales, après deux années de grâce) a été
consenti à PRAYON S.A. par son actionnaire S.R.I.W. en avril 2007, dans le cadre d’un important projet d’investissement
sur le site d’Engis («Sulfine» : construction d’une usine de fabrication d’acide sulfurique; opérationnelle depuis
décembre 2009).
La rubrique «location-financement» est essentiellement constituée de deux contrats portant sur des installations
de l’unité «Sulfine» (valeur initiale totale de 19 millions), ainsi que de diverses autres opérations de moindre
importance. Le cumul des prélèvements sous forme de location-financement en 2009 s’élève à 3,7 millions (pour un
total remboursé de 6,6 millions).
88
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
89
12
Des remboursements sur les autres emprunts existants ont par ailleurs été effectués (12,8 millions au total), de
nouveaux emprunts à long terme n’étant par contre enregistrés que pour 1 million d’euros.
Trésorerie
Le solde de la diminution de l’endettement net provient d’une baisse des avances à court terme (- 6,6 millions) d’une
part, et de la trésorerie disponible d’autre part (- 9,7 millions).
Placements de trésorerie et dépôts bancaires à terme (*)
Quatre programme de factoring ont été mis en place en 2008 pour faire face à l’augmentation du besoin en fonds
de roulement, et dans le but également de diversifier les modes de financement du Groupe. En année complète, ces
programmes concernent environ 60 % du chiffre d’affaires de PRAYON S.A.. L’analyse et la couverture du risque
crédit ainsi que la gestion des paiements et du recouvrement restent du ressort de PRAYON S.A., ne donnant dès lors
pas lieu à une déconsolidation des créances concernées.
Au 31 décembre 2009, le total des factures cédées s’élève à 39 millions d’euros, et le total des avances à court terme
utilisées dans le contexte de ces contrats à 31 millions d’euros.
(en milliers d’euros)
2009
Juste valeur
au 31/12
Comptes courants, valeurs disponibles et autres quasi-liquidités
dans les années 2 à 5
2009
Paiements minimaux relatifs à la location, capital
Paiements minimaux relatifs à la location, intérêts
Valeur des obligations de location-financement
2008
Ecarts
112.066
117.332
- 5.266
Paiements minimaux relatifs à la location, capital
Paiements minimaux relatifs à la location, intérêts
48.954
52.842
- 3.888
-
12.200
- 12.200
161.020
182.374
- 21.354
après 5 ans
Variation de
juste valeur
(2008)
18.591
- 490
23.523
7.705
-
12.506
453
-
26.296
- 490
36.029
453
Contrats de location-financement, valeur actuelle des paiements minimum relatifs à la location
2008
à la demande endéans un an
2008
Juste valeur
au 31/12
(*) comptabilisés à la juste valeur par le biais du compte de résultats.
2009
La dette financière totale est remboursable comme suit :
Variation de
juste valeur
(2009)
Valeur des obligations de location-financement
1 an au plus
1 à 5 ans
plus de 5 ans
Total
5.841
15.356
-
21.197
267
697
-
964
6.108
16.053
-
22.161
1 an au plus
1 à 5 ans
plus de 5 ans
Total
5.965
18.552
8
24.525
384
413
1
798
6.349
18.965
9
25.323
Paiements minimaux futurs relatifs à la location en vertu de contrats de location simples non résiliables
Analyse de la dette financière totale par devise
EUR
USD (*)
Autres
Total
2008
152.528
28.857
989
182.374
2009
139.957
20.223
840
161.020
1 an au plus
1 à 5 ans
plus de 5 ans
Total
2009
1.231
1.702
51
2.984
2008
1.176
2.126
54
3.356
Emprunts en USD ou en EUR couverts par des Cross Currencies Swaps (cfr annexe 25 - Instruments financiers et
gestion des risques).
Taux d’intérêts
Taux d'intérêts effectifs des emprunts bancaires à long
terme (partie courante et non courante)
Taux d'intérêts effectifs des concours bancaires à court
terme
2009
2008
€
$
Autres
€
$
Autres
4,6 %
6,3 %
-
4,6 %
6,1 %
-
3,2 %
2,0 %
-
5,0 %
3,8 %
-
Compte tenu des Interest Rates Swaps éventuels (cfr annexe 25 - Instruments financiers et gestion des risques)
90
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
91
12
Annexes aux comptes consolidés
25 I n s t r u m e n t s f i n a n c i e r s
et gestion des risques
La philosophie générale du groupe PRAYON est d’éviter les risques non nécessaires (aucune position spéculative) et
de limiter, lorsque cela est possible et souhaitable, les risques associés au cours normal des affaires. A cet effet, des
instruments financiers sont utilisés pour couvrir les risques.
1) Risques sur devises
Plusieurs sociétés du Groupe sont exposées, de par les opérations commerciales et/ou financières (prises de
participation dans d’autres sociétés, prêts et/ou emprunts … en devises) qu’elles effectuent, à des risques liés aux
fluctuations des cours des devises externes utilisées pour certaines de ces opérations par rapport à leur devise
comptable de référence.
L’essentiel de ces risques (et des instruments de couverture éventuels) est toutefois concentré sur la maison-mère
PRAYON S.A..
D’autre part, la consolidation comptable du groupe PRAYON s’effectuant en euros, des écarts de conversion (positifs
ou négatifs) peuvent également apparaître à ce niveau lors des différentes clôtures.
1.1 Opérations commerciales
Il s’agit essentiellement d’achats de matières premières, d’énergie, d’équipements, de services ou de marchandises
destinées à la revente, et de ventes de produits finis.
Les principales devises concernées sont le dollar américain (USD, position courte) et, dans une moindre mesure, la
livre britannique et le dollar canadien (GBP et CAD – position longue).
La règle générale est :
• de déterminer régulièrement, et en tout cas une fois par trimestre, les montants nets (après compensation des
flux entrants et sortants) attendus pour les 12 mois suivants;
• de couvrir, pour les devises pour lesquelles ces montants nets sont jugés significativement importants, tout ou
partie de ces soldes (de 50 à 100 % pour les trois mois à venir, de 0 à 50 % pour les 9 mois suivants);
• pour les devises où il y a, de façon habituelle, à la fois des créances et des dettes pour des montants élevés de
part et d’autre, de prendre en compte les délais de réalisation moyens (paiement) des unes et des autres, car ils
peuvent être significativement différents et donc induire, à montant égal, un risque d’écart de conversion ou de
différence de change qui ne se compense pas;
• de procéder à des couvertures sous forme :
- soit de rééquilibrage bilantaire (emprunts ou dépôts soit dans la devise concernée, soit dans la devise de
référence comptable avec mise en place d’un produit dérivé – CCIRS par exemple).
Au 31/12/2009, des emprunts bancaires pour un total de 29,1 millions USD avaient été souscrits dans cet
objectif (emprunts de 21,5 millions USD par PRAYON S.A. et de 7,6 millions USD par PRAYON Inc.);
- soit de couverture de flux via des produits dérivés : ventes ou achats à terme, options sur devises, swaps de
devises … Dans ce cas de figure, et pour des raisons de simplification de gestion, la couverture portera en
général sur un seul montant mensuel, correspondant à tout ou partie (couverture progressive par tranches)
du flux net attendu pour le mois considéré.
92
Au 31.12.2009, des achats à terme (pour un total de 12,3 millions USD) et des contrats d’options (pour un total
de 3,6 millions USD) avaient été souscrits dans le courant du second semestre 2009, dont 6 millions USD sur le
premier trimestre de 2010, couvrant ainsi environ 80 % des besoins anticipés pour cette période.
A la même date, des ventes à terme et des contrats d’options pour un montant total de 5,4 millions GBP avaient
par ailleurs été conclus, dont 1,7 million sur le premier trimestre de 2010, couvrant environ 50 % des besoins
anticipés pour cette période.
Les variations de juste valeur des instruments financiers dérivés liés à une opération du type « couverture de flux
de trésorerie » sont comptabilisées immédiatement dans les capitaux propres, sauf si cette couverture ne peut
être identifiée comme efficace, auquel cas elles sont portées en compte de résultat financier.
1.2. Opérations financières
Il s’agit essentiellement de prises de participation dans des sociétés étrangères, de prêts ou emprunts à d’autres
sociétés du groupe (neutralisation totale ou partielle en consolidation), ou encore de dépôts ou emprunts auprès
d’établissements de crédits (en principe limités aux montants et devises nécessaires pour l’exercice des activités
commerciales, dans le cadre de couvertures telles que décrites en 1.1.).
• Les prises de participation ne font en principe pas l’objet de couvertures. La devise n’est en effet qu’un des aspects
de l’évolution de leur valeur; de plus, la mise en place de couvertures sur de larges périodes (les participations
détenues au sein du Groupe PRAYON étant en règle générale appelées à rester en place jusqu’à une échéance
indéterminée mais sûrement très lointaine) est parfois techniquement difficile et/ou très coûteuse (différentiel
d’intérêt) sur certaines devises.
Une seule exception à ce principe était à signaler pour le groupe PRAYON : la participation en USD détenue par
PRAYON S.A. et EUROCHEM S.A. dans PRAYON Inc. (respectivement 75 % et 25 %), pour laquelle le risque sur
l’évolution de la parité USD/EUR a, jusqu’au 01.01.2006, été couvert, au niveau consolidé, par des emprunts (LT et
CT) souscrits par le Centre de Coordination PRAYON SERVICES ET FINANCE S.A. (PSF) auprès d’établissements
de crédit et maintenus à un cours proche du cours historique moyen des apports en capital.
Eu égard à l’évolution des cash flows de la filiale, cette exception a pu être levée. Le résultat de la réévaluation
de la partie efficace de cette couverture (figé à 3,2 millions d’euros depuis qu’il y a été mis fin, début 2006) a été
enregistré directement dans les fonds propres consolidés au niveau du poste «écarts de conversion».
• Les dépôts, avoirs, avances ou découverts en devises sont évités ou maintenus à un niveau minimum
correspondant à une gestion normale des flux opérationnels des diverses sociétés du groupe.
• Les prêts et emprunts en devises sont évités, sauf s’ils font eux-mêmes partie d’une stratégie de couverture des
opérations commerciales des diverses sociétés du groupe.
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
93
12
1.3. Sensibilité du résultat aux fluctuations des principales devises utilisées par le Groupe
Sur base de la volatilité du dollar américain contre l’euro en 2009, nous estimons les variations de cours raisonnablement envisageables comme suit :
Cours de clôture
31.12.2009
Cours moyen 2009
Volatilité
envisageable
(en % du cours)
Cours de clôture
envisageable
au 31.12.2009
Cours moyen
envisageable
pour 2009
EURO/USD
1,441
1,393
12 % / 10 %
1,23 – 1,56
1,26 – 1,53
EURO/GBP
0,888
0,891
7 % / 12 %
0,83 – 0,95
0,79 – 1,00
Si l’euro s’était affaibli/renforcé durant 2009 à hauteur des pourcentages de volatilité estimés ci-dessus, compte
non tenu de l’impact des couvertures mises en place et en supposant que tous les autres paramètres soient restés
constants, le résultat net de 2009 aurait été d’environ 2,0 millions plus/moins élevé (contre 6,5 millions en 2008).
2) Risques sur taux d’intérêt
Plusieurs sociétés du groupe sont exposées, du fait des emprunts qu’elles ont contractés pour financer leurs activités
(investissements en actifs immobilisés et/ou besoin en fonds de roulement) ou, pour certaines d’entre elles, du fait
des dépôts bancaires ou autres placements de trésorerie qu’elles ont effectués grâce aux bénéfices dégagés par
leurs activités, à un risque lié aux fluctuations des taux d’intérêt.
2.1. Dépôts bancaires et placements de trésorerie
Les dépôts bancaires et autres placements de trésorerie sont, en règle générale, effectués à courtes échéances
(inférieures à 6 mois), aux taux d’intérêt court terme correspondants (pas de produits dérivés du type « Interest Rate
Swap »). Le groupe PRAYON, à caractères industriel et commercial, n’a en effet pas pour vocation d’accumuler de la
trésorerie sur de longues périodes.
Exception au principe précité, la société EUROCHEM (captive de réassurance pour le groupe PRAYON) peut être
amenée, dans le cadre très spécifique de ses activités, à conserver d’importantes réserves financières; une partie de
ces dernières est susceptible d’être convertie en placements de trésorerie à plus longue échéance (à risque débiteur
faible - Obligations d’Etat par exemple).
2.2. Emprunts bancaires
Le groupe PRAYON dispose de fonds propres importants qui, augmentés des provisions constituées, couvrent ses
actifs immobilisés ainsi qu’une partie de son besoin structurel en fonds de roulement.
Les emprunts contractés en complément auprès d’établissements de crédit sont de deux ordres :
• emprunts destinés à financer les investissements en actifs immobilisés : ceux-ci sont normalement contractés
à long terme (durée de 5 à 7 ans; duration de 2,5 à 3,5 ans), à un taux fixe ou taux variable « fixé » via un produit
dérivé du type « Interest Rate Swap »;
• emprunts destinés à financer les variations des besoins en fonds de roulement : ceux-ci sont en principe contractés
à court terme, au taux d’intérêt correspondant.
94
Dans le cas de placements de trésorerie du type obligations, ou parts de SICAV, … une réévaluation à leur juste valeur
est effectuée à chaque date de clôture comptable, et la différence passée en charge ou produit financier.
Les produits dérivés (du type « Interest Rate Swap ») éventuellement mis en place font également l’objet d’une
réévaluation à leur juste valeur, et la différence est passée en charge ou produit financier, sauf s’il s’agit d’une
couverture de flux de trésorerie dont l’efficacité peut être démontrée, auquel cas la différence est comptabilisée
directement en fonds propres (il en est ainsi des IRS liés aux emprunts à long terme souscrits par PRAYON S.A.).
2.3. Sensibilité du résultat aux fluctuations des principaux taux d’intérêt
Au 31 décembre 2009, environ 42 % de l’endettement brut total et pratiquement 100 % de la trésorerie disponible, tels
que détaillés en annexe 24 (Endettement Net), sont soumis à un taux variable, et ne font pas l’objet de couvertures
de taux.
La partie des charges nettes d’intérêt qui se rapporte à un taux variable (non transformé en taux fixe via des produits
dérivés du type «Interest Rate Swap», dans le cadre de couvertures de flux de trésorerie) est d’environ 0,8 million
d’euros et provient essentiellement d’emprunts ou de placements exprimés en euros.
L’impact d’une hausse/baisse de 1 % de ce taux variable d’endettement net sur 2009 aurait été une diminution/
augmentation du résultat d’environ 0,4 million d’euros (contre 0,5 million en 2008).
3) Risques sur matières premières et/ou énergétiques
Plusieurs sociétés du groupe sont exposées, du fait de leur activité de production et/ou de trading, à un risque lié aux
fluctuations des prix de certaines matières.
3.1. Achats liés à des opérations de production
Lorsque cela est possible (existence de contreparties potentielles) et jugé opportun par les gestionnaires des sociétés
concernées (moyennant aval de la Direction Générale et/ou du Conseil d’Administration), la couverture de tout ou
partie de certains flux pourra se faire soit via des achats à terme des matières en question (avec livraison physique
– électricité ou gaz pour PRAYON S.A., poussière de zinc pour SILOX ou H.T.C.I. par exemple), ou soit via le recours à
des produits dérivés (sans livraison physique – contrats « swaps » sur zinc (L.M.E.) pour H.T.C.I. par exemple).
3.2. Achats liés à des opérations de trading
A chaque fois que cela est possible (existence de contreparties potentielles), il y aura couverture du risque (via achat
à terme, ou via recours à des produits dérivés).
S’il s’agit d’achats à terme avec livraison physique, il n’y a pas d’enregistrements au bilan. Lorsque la matière ou
marchandise concernée est cotée sur un marché international, il est fait mention de ce contrat en comptes de droits
et d’engagements (cfr annexe 25).
S’il s’agit de produits dérivés (pas de livraison physique), ceux-ci sont enregistrés au bilan à leur juste valeur, et la
différence passée en charge ou produit, sauf s’il s’agit d’une couverture de flux de trésorerie dont l’efficacité peut
être démontrée, auquel cas la différence est comptabilisée directement en fonds propres.
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
95
12
3.3. Sensibilité du résultat aux fluctuations des principales matières premières et énergétiques
Après les sommets historiques atteints durant l’été 2008, le prix de l’acide phosphorique de base (qualité engrais),
matière première principale du Groupe, a continué durant le premier semestre 2009 la baisse qu’il avait entamée
depuis lors, pour se stabiliser à un prix de 550 USD/tonne de P2O5, soit un niveau proche de celui de 2007. D’autres
matières premières (le soufre par exemple) ou énergétiques (pétrole, gaz, électricité) ont, elles aussi, connu de très
fortes fluctuations.
Certains de ces phénomènes sont illustrés par les graphiques repris en introduction du Rapport de Gestion du Conseil.
Face à de tels mouvements, et dans les cas (principalement celui de l’acide phosphorique) où il n’était pas possible
de se couvrir sur plus de quelques semaines, la politique de Groupe a été de répercuter, avec effet immédiat ou quasi
immédiat, les hausses des prix des matières sur ceux des produits finis vendus aux clients.
Certains achats à terme avaient par ailleurs été effectués pour couvrir une partie des besoins en gaz et en électricité
du site d’Engis.
Si l’on fait abstraction des répercussions des couvertures précitées, et en prenant l’hypothèse (théorique) que les
variations des prix des principales matières n’auraient pu être répercutées sur les prix de vente, l’impact sur le
résultat aurait été le suivant :
Matière
Volatilité
(1) (%)
Volatilité
(2) (%)
Impact
(1) (M EUR)
Impact
(2) (M EUR)
- 32
Acide phosphorique de base
255
71
48
Roche phosphate Kola
306
176
51
33
Soufre liquide
121
16
0
- 14
Gaz
194
94
5
-1
(1)Fluctuation maximale observée en 2009 (rapport du prix le plus élevé observé en 2009 par rapport au prix le plus bas observé en 2009), exprimé en
pourcentage.
(2)Fluctuation maximale observée par rapport à 2008 (rapport du prix le plus élevé observé en 2009 par rapport au prix moyen observé en 2008), exprimé
en pourcentage.
Le risque-crédit sur la clientèle est, dans la plupart des sociétés du Groupe, couvert par une assurance-crédit. Les
ventes intra-OCDE des sociétés belges du Groupe, dont la maison-mère, PRAYON S.A., sont couvertes dans le cadre
d’une police « excess of loss » dont la franchise annuelle a été fixée à 500.000 euros et le plafond d’indemnisation
annuel à 3,5 millions d’euros. Les ventes hors OCDE sont quant à elles couvertes dans le cadre d’une police
d’assurance-crédit classique.
Les autres sociétés du Groupe font en général également appel à une assurance-crédit, de type « excess of loss » ou
classique. Si ce n’est pas le cas, en cas de doute sur la solidité financière de la contrepartie, la vente est sécurisée
par un paiement avant livraison, une lettre de crédit, une garantie bancaire émise en notre faveur ou une autre forme
de garantie.
Tout nouveau client potentiel doit, avant de pouvoir être livré, avoir fait l’objet d’une analyse de risque et s’être vu
attribuer des modalités de paiement et une ligne de crédit suffisante, soit par l’assureur-crédit externe, soit par les
analystes-crédit du Groupe, s’il s’agit d’une assurance de type «excess of loss». Dans ce dernier cas, les dossiers
sont revus au moins une fois par an.
Les deux principaux clients du Groupe représentent chacun entre 3 et 4 % du chiffre d’affaires 2009. Aucun autre
client ne dépasse les 3 %.
La sinistralité sur les créances commerciales est très faible (inférieure à 0,4 ‰ du chiffre d’affaires en moyenne sur
les 10 dernières années, avant indemnisation éventuelle par un assureur-crédit).
Pour la période allant du 1er janvier au 31 décembre 2009, le délai (moyenne pondérée) de paiement effectif des
clients est d’environ 70 jours, à comparer à un délai facturé de 65 jours, soit un retard moyen légèrement supérieur
à 5 jours. Les délais de paiement les plus élevés sont de 120 jours, sauf quelques rares exceptions.
La politique du Groupe en matière de gestion comptable des créances douteuses est par ailleurs explicitée en annexe
19 (Créances Commerciales et autres actifs courants).
Le Groupe considère son exposition maximale au risque crédit comme suit :
(en milliers d’euros)
Dépôts ou avoirs bancaires
4) Risques de crédit
Fonds de placement (obligations d'Etat)
Créances commerciales
La crise qui a secoué le monde des établissements financiers en 2008 et 2009 n’a pas eu de conséquences
dommageables sur les activités opérationnelles des partenaires bancaires de PRAYON et n’a pas eu d’impact
particulier sur les relations entretenues par les sociétés du Groupe avec eux.
La décision prise par le passé de maintenir une politique de répartition des flux financiers et des besoins de financement
entre un nombre relativement élevé d’établissements bancaires (soit une demi-douzaine), dans le cadre de relations
équilibrées et durables, est très certainement un gage de sécurité dans la période difficile que l’économie continue
de traverser actuellement, de par notamment la diversification du risque qui en découle.
La mise en place, fin 2008, de programmes de factoring (détaillés en annexe 24) avec quatre d’entre eux a également
contribué à renforcer les possibilités de financement du Groupe.
Les éventuels excédents de trésorerie sont placés auprès des mêmes banques sous forme de dépôts à court terme
en devise locale (en général l’euro), occasionnellement dans une autre devise si ces fonds sont susceptibles d’être
utilisés dans le cadre d’une transaction commerciale dans les jours ou semaines qui suivent.
EUROCHEM, dans le cadre de son activité spécifique de société captive de réassurance, est amenée à conserver
d’importantes réserves de trésorerie. Celles-ci sont placées auprès d’autres sociétés du Groupe, dans le cadre
d’accords de cash pooling, ou font l’objet de dépôts bancaires à court terme.
Autres créances non courantes
96
PRAYON s.a.
Autres créances courantes
Total
Rapport annuel 2009
2009
2008
26.296
31.011
-
5.018
100.520
128.469
2.416
6.413
21.883
21.440
151.115
192.351
97
12
5) Risque de liquidité
6) Politique du Groupe en matière d’assurance
Le tableau suivant détaille les échéances contractuelles des actifs et passifs financiers au 31 décembre 2009 (à
l’exclusion des créances et dettes commerciales, dont les délais les plus élevés excèdent par ailleurs rarement
120 jours).
La politique d’assurance s’inscrit dans le cadre du Risk Management où l’accent est mis sur la prévention. Celui-ci
fait partie intégrante du Système de Management Intégré de PRAYON.
(en milliers d’euros)
Echu à plus
Echu à 1 d’1
mois mais
mois
à 3 mois
au plus
au plus
Echu à plus Echu à plus
de 3 mois
d’un an
mais à 1 an mais à 5 ans
au plus
au plus
La politique du groupe PRAYON est de recourir à l’assurance pour tous les risques catastrophiques, les couvertures
obligatoires et lorsque la technique d’assurance représente la solution optimale du point de vue économique pour
transférer un risque.
Echu à plus
de 5 ans
Total
Actifs courants
• Trésorerie et équivalents de trésorerie
• Instruments financiers dérivés
Total des actifs courants
26.296
-
-
-
-
26.296
-
-
-
-
-
-
26.296
-
-
-
-
26.296
681
412
19.111
48.954
-
69.158
-
-
-
3.535
-
3.535
681
412
19.111
52.489
-
72.693
Dans le courant de l’année 2009, de nouvelles améliorations ont pu à nouveau être apportées tant aux niveaux
contractuel et budgétaire qu’à celui de la prévention, et ce pour les couvertures mondiales contre l’incendie et les
pertes d’exploitation connexes ainsi que la RC Entreprise.
En partenariat étroit avec les intermédiaires d’assurances et assureurs du Groupe, le service «Risk Management» a
renforcé sa présence sur le terrain, tant au niveau commercial qu’industriel.
Passifs non courants
• Dettes financières
• Instruments financiers dérivés
Total des passifs non courants
Passifs courants
• Dettes financières
• Instruments financiers dérivés
Total des passifs courants
Liquidité nette
91.862
-
-
-
-
91.862
30
60
269
-
-
359
91.892
60
269
-
-
92.221
- 66.277
- 472
- 19.380
- 52.489
-
- 138.618
L’excellente image de marque façonnée auprès des marchés d’assurance et de réassurance au cours des dix
dernières années permet au Groupe de bénéficier de contrats de durée avec l’application de taux et de couvertures
particulièrement compétitives en cette période de crise économique.
PRAYON reste bien évidemment attentif à saisir de nouvelles opportunités de couvertures d’assurances novatrices
afin de limiter au maximum les conséquences financières d’incidents pouvant affecter de manière importante ses
actifs, son bénéfice ou sa responsabilité vis-à-vis de tiers.
La gestion du risque de liquidité est intrinsèquement liée à la gestion des relations avec les établissements de crédit,
d’une part, et des créances commerciales, d’autre part (cfr. point 4 ci-avant).
98
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
99
12
2009
2008
INSTRUMENTS FINANCIERS DE COUVERTURE DE JUSTE VALEUR,
DE FLUX DE TRESORERIE ET D’INVESTISSEMENTS DANS UNE ENTITE ETRANGERE
Montant
notionnel
au 31.12.09
Type de
couverture
Horizon de
couverture
Juste valeur
au 31.12.09
(Keur)
Variation de
juste valeur
(2009)
(Keur)
Enregistrée
en
Montant
notionnel
au 31.12.08
Type de
couverture
Horizon de
couverture
Juste valeur
au 31.12.08
(Keur)
Variation de
juste valeur
(2008)
(Keur)
Enregistrée
en
1) Instruments
financiers dérivés
1) Instruments financiers dérivés
Risque sur devises :
Achats à terme de devises
12,3 Mio USD
Flux de trésorerie
1 à 12 mois
89
959
Fonds propres
Ventes à terme de devises
1,8 Mio GBP
Flux de trésorerie
1 à 6 mois
-63
-63
Fonds propres
Options sur devises
(call USD / Put EUR)
Options sur devises
(call EUR / Put GBP)
(en milliers d’euros)
3,6 Mio USD
Flux de trésorerie
1 à 12 mois
53
53
Fonds propres
3,6 Mio GBP
Flux de trésorerie
1 à 12 mois
10
10
Fonds propres
Risque sur devises :
Achats à terme de devises
15 Mio USD
Flux de trésorerie
1 à 12 mois
-870
-905
Fonds propres
-
Flux de trésorerie
1 à 12 mois
-
708
Fonds propres
-
-
-
-
-
-
• en EUR
71,6 Mio EUR
Flux de trésorerie
1 à 64 mois
- 2.207
- 2.724
Fonds propres
• en USD
12,6 Mio USD
Flux de trésorerie
1 à 33 mois
- 486
88
Fonds propres
-
-
-
-
-
-
Options sur devises
(call USD / Put EUR)
Cross Currency Interest
Rate Swaps en EUR/USD
Risque sur taux d’intérêt
(à l’emprunt) :
Risque sur taux d’intérêt
(à l’emprunt) :
Interest Rate Swaps
Interest Rate Swaps
• en EUR
73,1 Mio EUR
Flux de trésorerie
1 à 52 mois
- 3.230
- 1.023
Fonds propres
• en USD
7,6 Mio USD
Flux de trésorerie
1 à 21 mois
- 293
193
Fonds propres
Risque sur matières (à l’achat) :
Cross Currency Interest
Rate Swaps en EUR/USD
Zinc Swaps (vente)
0,5 Mio EUR
Flux de trésorerie
1 à 9 mois
- 207
- 207
Fonds propres
Risque sur matières :
Quotas CO2 (achat)
1,6 Mio EUR
Flux de trésorerie
3 mois
- 160
- 160
Fonds propres
Zinc Swaps (achat)
-
Flux de trésorerie
-
-
-19
Fonds propres
Zinc Swaps (vente)
-
-
-
-
-
-
Options sur gaz (tunnel)
-
-
-
-
-
-
12,6 Mio USD
Juste valeur
1 à 33 mois
9.054
- 3.921
Résultat
27,6 Mio USD
Juste valeur
Inférieur à 3 mois
3.397
16.435
Résultat
2) Instruments financiers
non dérivés
Risque sur devises :
Emprunts long terme en devises
7,6 Mio USD
Emprunts court terme en devises
21,5 Mio USD
1 à 21 mois
5.276
- 3.778
Résultat
2) Instruments financiers
non dérivés
Juste valeur Inférieur à 3 mois
14.924
- 4.908
Résultat
Risque sur devises :
Juste valeur
Emprunts long terme
en devises
Emprunts court terme
en devises
100
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
101
12
Annexes aux comptes consolidés
26 D r o i t s e t e n g a g e m e n t s h o r s b i l a n
(en milliers d’euros)
Garanties constituées par le Groupe pour le compte de tiers
Garanties constituées par des tiers pour le compte du Groupe
Garanties reçues
2009
Annexes aux comptes consolidés
27 I n f o r m a t i o n s s u r l e s p a r t i e s l i é e s
2008
4.717
9.397
13.360
12.503
-
-
-
-
Droits résultant d'opérations relatives :
• au taux de change
Engagements résultant d'opérations relatives :
• au taux d'intérêt
78.416
80.683
• au taux de change
18.710
11.573
• au prix des matières premières ou marchandises
15.797
14.249
Biens et valeurs de tiers détenus par le Groupe
1.234
3.868
Droits et engagements divers
1.038
1.174
Les garanties constituées par le Groupe pour le compte de tiers comprennent une hypothèque sur certains actifs
immobilisés de TRANSPEK-SILOX INDUSTRY LTD (3,8 millions) et un gage sur fonds de commerce émis par HYDRO
TECHNOLOGIES CANADA INC. (0,9 million), et cela en faveur de leurs banquiers respectifs.
Les garanties constituées par des tiers pour le compte du Groupe consistent essentiellement en garanties bancaires
ouvertes à la demande de PRAYON S.A. en faveur de clients (dans le cadre des opérations de la division PROFILE), ou
administrations (T.V.A., environnement), ainsi que d’un important fournisseur jordanien (6 millions).
Les engagements résultant d’opérations relatives au taux d’intérêt, au taux de change ou au prix des matières
premières ou marchandises se rapportent aux instruments financiers de couverture décrits dans l’annexe 25.
Les biens et valeurs de tiers détenus par le Groupe correspondent principalement à de l’acide phosphorique stocké à
Puurs pour le compte d’EMAPHOS (part des tiers), et aux valeurs résiduelles de contrats de location-financement.
Les transactions entre la société et ses filiales, qui constituent des parties liées, ont été éliminées de la consolidation
et ne sont donc pas incluses dans la présente annexe.
Pour les co-entreprises, seule la partie non éliminée en consolidation a été reprise.
Au 31 décembre 2009
Autres
Participaentretions non
prises consolidées
associées
Autres
Action- parties
Total
naires
liées
Maisonmère
Filiales
Coentreprises
6.805
50
2.796
-
850
18.103
7.063
35.667
-
-
-
-
-
14.400
-
14.400
6.793
50
2.796
-
850
14
7.063
17.566
12
-
-
-
-
3.689
-
3.701
Passifs avec les parties liées
27.632
26
6.037
-
714
-
1.258
35.667
Dettes non courantes
14.400
-
-
-
-
-
-
14.400
Dettes courantes - commerciales
9.546
26
6.037
-
714
-
1.258
17.581
Dettes courantes - autres
3.686
-
-
-
-
-
-
3.686
Transactions entre parties liées
81.712
690
44.845
-
-
-
Ventes de biens
16.117
367
13.633
-
-
173
55.581
4.550
46
1
-
3.885
-
-
8.481
55.803
277
26.559
-
-
-
2.841
85.480
4.170
-
4.653
-
48
-
-
8.871
-
-
-
-
-
786
-
786
Charges financières
786
-
-
-
-
-
-
786
Dividendes reçus
287
-
-
-
-
-
-
287
Dividendes payés
-
-
-
-
287
-
-
287
(en milliers d’euros)
Actifs avec les parties liées
Créances non courantes
Créances courantes - commerciales
Créances courantes - autres
Ventes de services
Achats de biens
Achats de services
Produits financiers (hors dividendes)
- 127.248
85.870
Dans les droits et engagements divers est reprise la valeur d’options octroyées au personnel d’encadrement de
PRAYON S.A. et SILOX S.A. en 2007, 2008 et 2009.
102
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
103
12
Annexes aux comptes consolidés
28 I nformations sur les co-entreprise s
Les montants suivants sont incorporés dans les comptes annuels suite à la consolidation proportionnelle appliquée
aux co-entreprises (dont la liste est reprise en annexe 3).
Au 31 décembre 2008
(en milliers d’euros)
Autres
entreprises
associées
Participations non
consolidées
Autres
Action- parties
naires
liées
Maisonmère
Filiales
Coentreprises
6.532
34
7.110
-
1.005
18.222
12.552
45.456
-
-
-
-
-
18.000
-
18.000
5.770
34
4.297
-
1.005
14
12.552
23.673
762
-
2.813
-
-
208
-
3.783
Passifs avec les parties liées
32.205
-
10.063
-
772
-
2.415
45.456
Dettes non courantes
18.000
-
-
-
-
-
-
18.000
Dettes courantes - commerciales
12.122
-
10.063
-
10
-
1.477
23.673
2.083
-
-
-
762
-
938
3.783
258.308
715
125.808
-
5.175
5.458 229.905 625.369
36.694
179
37.848
-
-
4.228 219.525 298.475
Actifs avec les parties liées
Créances non courantes
Créances courantes commerciales
Créances courantes - autres
Dettes courantes - autres
Transactions entre parties liées
Ventes de biens
Ventes de services
Achats de biens
7.518
58
47
-
5.116
-
207.246
478
80.710
-
-
-
-
Total
12.739
10.270 298.704
Achats de services
5.488
-
6.962
-
59
-
-
12.509
Produits financiers
(hors dividendes)
48
-
144
-
-
1.230
49
1.471
Charges financières
1.313
-
97
-
-
-
61
1.471
Dividendes reçus
-
-
-
-
-
-
-
-
Dividendes payés
-
-
-
-
-
-
-
-
Rémunération des dirigeants
2009
2008
Salaires et autres compensations à court terme
6.883
7.666
604
523
7.487
8.189
Plan de pension extra-légal
Total
2009
2008
Actifs non courants
27.151
22.955
4.196
Actifs courants
86.102
99.033
- 12.931
(Part Prayon - en milliers d’euros)
Passifs non courants
Ecarts
8.875
7.980
895
53.569
56.397
- 2.828
Produits (Ventes et prestations)
139.236
291.580
- 152.344
Charges (d'exploitation, financières et impôts)
136.192
276.763
- 140.571
Passifs courants
Annexes aux comptes consolidés
29 E v é n e m e n t s i m p o r t a n t s s u r v e n u s
après clôture
Néant.
La liste des filiales et co-entreprises est reprise dans l’annexe 3.
Les «autres entreprises associées» sont les sociétés RECUPAC S.A.S. et T.H.T. RESEARCH SPRL.
Les «participations non consolidées» sont CASPER G.I.E. et FOSBRASIL S.A..
Dans la colonne «autres parties liées» sont repris à la fois les autres actionnaires des co-entreprises, ainsi que les
filiales des actionnaires de PRAYON avec lesquelles des transactions significatives sont réalisées.
104
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
105
12
Annexes aux comptes consolidés
30 E m o l u m e n t s d u C o l l è g e
des Commissaires
Dans le cadre de la certification des comptes, pour PRAYON S.A.
(en milliers d’euros)
Honoraires du Collège des Commissaires au sens de l’article 134, § 1 du Code des Sociétés
(applicable aux sociétés cotées et aux sociétés tenues d’établir et de publier des comptes consolidés)
65
Dans le cadre d’autres missions
(en milliers d’euros)
Par le Collège
des
Commissaires
Par le réseau
du Collège des
Commissaires
Maison-mère (PRAYON S.A.)
• Autres missions d'attestation
42
• Missions de conseils fiscaux
14
• Autres missions
13
69
Filiales (*)
• Certification des comptes
45
37
• Autres missions d'attestation
30
2
• Missions de conseils fiscaux
-
-
• Autres missions
-
6
75
45
144
45
Total
(*) chiffres repris à 100 %
106
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
107
13
Rapport de contrôle du Collège
des Commissaires
Conformément aux dispositions légales et statutaires, nous vous faisons rapport dans le cadre du mandat de
commissaire qui nous a été confié. Ce rapport inclut notre opinion sur les états financiers consolidés ainsi que la
mention complémentaire requise.
Attestation sans réserve des états financiers consolidés
Nous avons procédé au contrôle des états financiers consolidés de PRAYON SA (la « société ») et de ses filiales
(conjointement le « groupe), établis en conformité avec le référentiel IFRS tel qu’adopté dans l’Union Européenne et
avec les dispositions légales et réglementaires applicables en Belgique. Ces états financiers consolidés comprennent
le bilan consolidé clôturé le 31 décembre 2009, le compte de résultat consolidé, l’état consolidé des variations des
capitaux propres et le tableau consolidé des flux de trésorerie pour l’exercice clôturé à cette date, ainsi que le résumé
des principales méthodes comptables et les autres notes explicatives. Le bilan consolidé s’élève à 491.111 milliers
d’euros et la perte consolidée de l’exercice clôturé à cette date s’élève à 28.604 milliers d’euros.
Les états financiers annuels de certaines sociétés importantes comprises dans le périmètre de consolidation pour
un montant total d’actifs de 54.664 milliers d’euros et une perte totale de l’exercice de 5.405 milliers d’euros ont été
contrôlés par d’autres réviseurs. Notre attestation sur les états financiers consolidés ci-joints, dans la mesure où
elle porte sur les montants relatifs à ces sociétés, est basée sur les rapports de ces autres réviseurs.
L’établissement des états financiers consolidés relève de la responsabilité du conseil d’administration. Cette
responsabilité comprend entre autres : la conception, la mise en place et le suivi d’un contrôle interne relatif à
l’établissement et la présentation sincère des états financiers consolidés ne comportant pas d’anomalies significatives,
que celles-ci résultent de fraudes ou d’erreurs, le choix et l’application de méthodes comptables appropriées ainsi
que la détermination d’estimations comptables raisonnables au regard des circonstances.
Notre responsabilité est d’exprimer une opinion sur ces états financiers consolidés sur base de notre contrôle. Nous
avons effectué notre contrôle conformément aux dispositions légales et selon les normes de révision applicables en
Belgique, telles qu’édictées par l’Institut des Reviseurs d’Entreprises. Ces normes de révision requièrent que notre
contrôle soit organisé et exécuté de manière à obtenir une assurance raisonnable que les états financiers consolidés
ne comportent pas d’anomalies significatives.
Conformément aux normes de révision précitées, nous avons mis en œuvre des procédures de contrôle en vue
de recueillir des éléments probants concernant les montants et les informations fournis dans les états financiers
consolidés. Le choix de ces procédures relève de notre jugement, y compris l’évaluation du risque que les états
financiers consolidés contiennent des anomalies significatives, que celles-ci résultent de fraudes ou d’erreurs. Dans
le cadre de cette évaluation de risque, nous avons tenu compte du contrôle interne en vigueur dans le groupe pour
l’établissement et la présentation sincère des états financiers consolidés afin de définir des procédures de contrôle
appropriées en la circonstance, et non dans le but d’exprimer une opinion sur l’efficacité du contrôle interne du groupe.
Nous avons également évalué le bien-fondé des méthodes comptables, le caractère raisonnable des estimations
comptables faites par la société, ainsi que la présentation des états financiers consolidés dans leur ensemble. Enfin,
nous avons obtenu du conseil d’administration et des préposés de la société les explications et informations requises
pour notre contrôle. Nous estimons que les éléments probants recueillis, ainsi que les rapports des autres réviseurs
sur lesquels nous nous sommes basés, fournissent une base raisonnable à l’expression de notre opinion.
108
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
109
13
A notre avis, et sur base des rapports des autres réviseurs, les états financiers consolidés donnent une image fidèle
de la situation financière du groupe au 31 décembre 2009, et de ses résultats et flux de trésorerie pour l’année
clôturée à cette date, conformément au référentiel IFRS tel qu’adopté dans l’Union Européenne et aux dispositions
légales et réglementaires applicables en Belgique.
Mention complémentaire
L’établissement et le contenu du rapport de gestion sur les états financiers consolidés relèvent de la responsabilité
du conseil d’administration.
Notre responsabilité est d’inclure dans notre rapport la mention complémentaire suivante qui n’est pas de nature à
modifier la portée de l’attestation des états financiers consolidés :
• Le rapport de gestion sur les états financiers consolidés traite des informations requises par la loi et concorde
avec les états financiers consolidés. Toutefois, nous ne sommes pas en mesure de nous prononcer sur la
description des principaux risques et incertitudes auxquels le groupe est confronté, ainsi que de sa situation, de
son évolution prévisible ou de l’influence notable de certains faits sur son développement futur. Nous pouvons
néanmoins confirmer que les renseignements fournis ne présentent pas d’incohérences manifestes avec les
informations dont nous avons connaissance dans le cadre de notre mandat.
Le 23 avril 2010
Le collège des commissaires
DELOITTE Reviseurs d’Entreprises
SC s.f.d. SCRL
Représentée par Daniel Kroes
110
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
JEAN-LOUIS PRIGNON Reviseur d’Entreprises
SCPRL
Représentée par Jean-Louis Prignon
111
14
Comptes abrégés de Prayon S.A.
Les comptes annuels de la maison-mère du Groupe PRAYON sont présentés ci-après dans un schéma abrégé.
Conformément au code des sociétés, les comptes annuels de PRAYON S.A. et le rapport de gestion ainsi que le
rapport du commissaire sont déposés à la BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE.
Ces documents sont également disponibles sur demande à :
PRAYON S.A.
rue Joseph Wauters 144
4480 ENGIS.
Le Collège des Commissaires a exprimé une opinion sans réserve sur les comptes annuels de PRAYON S.A., auxquels
les comptes abrégés repris ci-après correspondent.
112
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
113
14
Comptes abrégés de Prayon S.A.
BILAN
(1)
(en milliers d’euros)
(en milliers d’euros)
ACTIF
31.12.2009
31.12.2008
2.602
885
Immobilisations corporelles
139.443
111.662
Immobilisations financières
54.197
51.635
Immobilisations incorporelles
Créances à plus d'un an
Actifs immobilisés
Stocks
Créances à un an au plus
Comptes de régularisation
Actifs réalisables
II Immobilisations incorporelles
31.12.2008
196.242
168.832
2.602
885
4.650
III Immobilisations corporelles
139.443
111.662
168.832
A. Terrains et constructions
20.799
18.686
B. Installations, machines et outillage
81.398
45.109
84.910
141.678
106.379
139.040
1.659
1.570
192.948
282.288
2.807
612
1.897
1.623
197.652
284.523
393.894
453.355
C. Mobilier et matériel roulant
D. Location financement et droits similaires
E. Autres immobilisations corporelles
F. Immobilisations en cours et acomptes versés
IV Immobilisations financières
579
396
29.303
10.056
461
572
6.902
36.843
54.197
51.635
48.783
47.470
3.785
3.207
A. Entreprises liées
1. Participations
B. Autres entreprises avec lesquelles il existe un lien de participation
1. Participations
C. Autres immobilisations financières
PASSIF
Capital
43.000
43.000
1. Actions et parts
Réserves
14.229
14.229
2. Créances et cautionnements en numéraire
Bénéfice reporté
47.214
89.497
3.457
3.518
107.900
150.244
Provisions et impôts différés
12.194
13.550
Dettes à plus d’un an
44.526
57.928
Fonds de tiers à long terme
56.720
71.478
Capitaux permanents
164.620
221.722
225.997
230.333
Subsides en capital
Fonds propres
Dettes à un an au plus
Comptes de régularisation
Capitaux circulants
Passif total
31.12.2009
-
Valeurs disponibles
Actif total
Actifs immobilisés
196.242
Placements de trésorerie
Actifs circulants
ACTIF
3.277
1.300
229.274
231.633
393.894
453.355
7
7
1.621
951
V Créances à plus d’un an
-
4.650
B. Autres créances
-
4.650
197.652
284.523
84.910
141.678
Actifs circulants
VI Stocks et commandes en cours d’exécution
A. Stocks
1. Approvisionnements
20.770
31.761
9.531
17.349
3. Produits finis
49.477
89.495
4. Marchandises
2.099
2.912
10
67
3.023
94
2. En cours de fabrication
6. Acomptes versés
B. Commandes en cours d’exécution
VII Créances à un an au plus
106.379
139.040
A. Créances commerciales
74.843
105.019
B. Autres créances
31.536
34.021
VIII Placements de trésorerie
2.807
612
IX Valeurs disponibles
1.897
1.623
X Comptes de régularisation
1.659
1.570
393.894
453.355
Total de l’Actif
(1) Les rubriques sans objet ne sont pas reprises
114
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
115
14
Comptes abrégés de Prayon S.A.
COMPTE DE RESULTATS
(1)
(en milliers d’euros)
Passif
Capitaux propres
I Capital
A. Capital souscrit
IV Réserves
A. Réserve légale
(en milliers d’euros)
31.12.2009
31.12.2008
107.900
150.244
43.000
43.000
43.000
43.000
14.229
14.229
4.300
4.300
25
25
D. Réserves disponibles
9.904
9.904
V Bénéfice reporté
VI Subsides en capital
Provisions et impôts différés
31.12.2008
332.281
723.409
A. Chiffre d’affaires
379.417
635.858
B. Variation des en-cours de fabrication, des produits finis et des commandes
en cours d’exécution (augmentation +, réduction -)
- 56.667
82.099
C. Production immobilisée
5.420
3.265
D. Autres produits d’exploitation
4.111
2.187
379.992
659.109
II Coût des ventes et des prestations
B. Réserves indisponibles
2. Autres
31.12.2009
I Ventes et prestations
47.214
89.497
3.457
3.518
A. Approvisionnement et marchandises
1. Achats
198.286
449.590
18.289
- 23.220
B. Services et biens divers
98.636
120.389
C. Rémunérations, charges sociales et pensions
67.982
71.370
13.160
12.198
- 18.569
22.131
- 1.356
2.786
3.564
3.865
2. Variation des stocks (augmentation -, réduction +)
D. Amortissements et réductions de valeur sur frais d’établissement,
sur immobilisations incorporelles et corporelles
E. Réductions de valeur sur stocks, sur commandes en cours d’exécution
et sur créances commerciales (dotations +, reprises -)
12.194
13.550
12.194
13.550
1. Pensions et obligations similaires
6.930
7.599
F. Provisions pour risques et charges (dotations +, utilisations et reprises -)
2. Charges fiscales
1.393
1.393
G. Autres charges d’exploitation
4. Autres risques et charges
3.871
4.558
VII A. Provisions pour risques et charges
III Bénéfice d’exploitation
Perte d’exploitation
Dettes
VIII Dettes à plus d’un an
273.800
289.561
44.526
57.928
A. Dettes financières
1. Emprunts subordonnés
14.400
18.000
2. Dettes de location-financement et assimilées
15.126
17.941
4. Etablissements de crédit
15.000
21.987
IX Dettes à un an au plus
A. Dettes à plus d’un an échéant dans l’année
225.997
230.333
16.345
14.738
IV Produits financiers
A. Produits des immobilisations financières
B. Produits des actifs circulants
C. Autres produits financiers
V Charges financières
A. Charges des dettes
C. Autres charges financières
VI Bénéfice courant avant impôts
B. Dettes financières
1. Etablissements de crédit
87.924
96.670
2. Autres emprunts
37.025
25.486
59.663
66.057
4.536
2.157
Perte courante avant impôts
-
64.300
- 47.711
-
19.653
19.870
9.004
4.986
417
517
10.232
14.367
14.927
26.416
4.659
6.699
10.268
19.717
-
57.754
- 42.985
-
C. Dettes commerciales
1. Fournisseurs
D. Acomptes reçus sur commandes
E. Dettes fiscales, salariales et sociales
1. Impôts
2. Rémunérations et charges sociales
F. Autres dettes
X Comptes de régularisation
Total du Passif
116
2.146
2.856
14.070
15.608
4.288
6.761
3.277
1.300
393.894
453.355
(1) Les rubriques sans objet ne sont pas reprises
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
117
14
(en milliers d’euros)
VII Produits exceptionnels
A. Reprises d’amortissements et de réductions
de valeur sur immobilisations incorporelles et corporelles
B. Reprises de réductions de valeur sur immobilisations financières
C. Plus-values sur réalisation d’actifs immobilisés
VIII Charges exceptionnelles
31.12.2009
31.12.2008
12.054
36.949
87
87
11.967
27.104
-
9.758
11.351
28.987
A. Amortissements et réductions de valeur exceptionnels sur frais d’établissement,
sur immobilisations incorporelles et corporelles
361
35
B. Réductions de valeur sur immobilisations financières
329
1.855
10.558
27.094
103
3
D. Moins-values sur réalisation d’actifs immobilisés
E. Autres charges exceptionnelles
IX Bénéfice de l’exercice avant impôts
Perte de l’exercice avant impôts
XI Bénéfice de l’exercice
Perte de l’exercice
-
65.716
- 42.282
-
-
65.716
- 42.282
-
Affectations et prélèvements
A. Résultat à affecter
1. Résultat de l’exercice à affecter
2. Résultat reporté de l’exercice précédent
C. Affectation aux capitaux propres
2.1. A la réserve légale
D. Résultat à reporter
47.214
89.497
- 42.282
65.716
89.497
23.781
-
-
-
-
- 47.214
- 89.497
1. Bénéfice à reporter
- 47.214
- 89.497
F. Bénéfice à distribuer
-
-
-
-
1. Rémunération du capital
(1) Les rubriques sans objet ne sont pas reprises
118
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
119
15
Report of the Board of Directors
After a booming 2008, the first six months of 2009 saw a drop in demand for PRAYON products of an unprecedented
magnitude.
Because PRAYON is solidly established in its core business (purified phosphoric acid, technical and food salts, fertilisers for horticulture) at a time of gradual recovery in the second half of the year thanks to its customers’ renewed
confidence, its production capacity utilisation rate nevertheless gradually increased.
Graph
Change in the Price of Basic Acid (54% P205)
3000
2535
USD / T P205
2500
2115
2080
2000
1425
1500
1130
1000
500
443
698
564
556,5
550
660
730
800
0
Price
2006
Price Q1
2008
Price Q3
2008
Price Q1
2009
Price Q3
2009
Price
01/2010
Price
03/2010
Change in the Price of Liquid Sulphur
400
361
350
USD / T
300
250
200
150
100
66
78
50
75
50
0
Price 2006
120
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
Price 2007
Price 2008
Price 2009
Price Q1 2010
121
15
The very high level of stocks of finished products at the end of 2008 (due to a sharp fall in business as of the fourth quarter
of 2008) prompted us to shut down our plants for 10 days in January 2009.
The economic crisis - involving low consumption, anticipated price drops and a lack of cash flow among customers prompted customers to run stocks down significantly.
The Raw Materials division – and especially our subsidiary SECO, whose market covers NPK open field fertilisers in France
- saw a consumption grind to complete halt in the first quarter.
In May 2009, a reformulation was announced by a major washing powder manufacturer, thus eliminating a major STPP
market for laundry detergents.
The average activity rate for all product lines was 66% in the first half, requiring a second shutdown (six weeks for all plants
in July/August).
The Horticulture division was heavily impacted by the slumping market (56% on average in 2009). Customers had
overstocked in 2008 by speculating on higher prices for raw materials.
The MGA price originally budgeted at $1,150 was gradually reduced to $550 starting in July 2009, resulting in a major
writedown on stocks and, ultimately, a loss of €17 million upon realisation.
The second half of 2009 saw an upturn in purified acid and phosphate salts. In Europe, the upturn took the form of a W
curve, due mainly to the price inflexibility of manufacturers of KCl until at least January 2010.
The delay in the construction of the SULFINE plant (May to November) resulted in a significant loss of revenue.
FY 2009 closed with a net loss of €28.6 million and a gross cash flow of €-24.7 million.
Net debt was down just €11.6 million, due mainly to the magnitude of the investment programme (€52.2 million) and the
negative impact of the slowdown in business, and despite a very significant reduction in the working capital requirement
(€84 million) generated mainly by a sharp reduction in stock levels (in terms of quantity and value).
Compared to the average REBITDA for 2008 and 2009, the debt level remains acceptable.
Major changes in the consolidated financial statements for 2009, in particular compared to the various items in the balance
sheet and income statement, are commented upon in the notes to the annual report.
The major growth in PRAYON Inc.’s special salts business means that it is now a major player in North America.
Business was brisk for the PRT and PROFILE technological divisions.
The ZEOLINE business was fully integrated into PRAYON S.A..
The SILOX group also suffered in 2009 from the sharp economic downturn, specifically the crisis in the automotive
industry.
Although down slightly compared to 2008, SILOX’s 2009 result remains very positive, buoyed up by excellent performance
by subsidiaries JGI, TRANSPEK-SILOX and SNCZ.
There were no major events after the closing of the financial year, apart from the price rise in mineral raw materials
(phosphoric acid and sulphur).
The outlook for 2010 is good, although there is a lack of long-term visibility.
More specifically, the start-up of the sulphuric acid production plant (and the accompanying cogeneration facility) have led
to a major reduction in CO2 emissions and significant energy savings since December 2009.
The emphasis will be on controlling costs.
The 2010 investment plan will be more modest in order to control debt levels.
Some risks, specifically accidents, are covered by appropriate insurance policies. In most cases, preventive actions and
alternative scenarios have been prepared in order to minimise the magnitude of any damage.
Use is regularly made of financial instruments in order to limit, where possible, associated risks during the normal course
of business. Such risks involve currency fluctuations, interest rates and the price of raw materials, mainly in energy.
A chemicals group like PRAYON faces many risks:
122
PRAYON s.a.
Market risk:
• relocation of customers;
• substitution or reformulation in connection with certain applications;
• imbalance between supply and demand, especially due to the emergence of new manufacturers;
Supply risks:
• exploding demand or increased scarcity of certain raw materials, energy or logistical resources;
• geopolitical tension or crisis;
Industrial risks:
• accidents in production plans or during the transport of hazardous products;
• damage to the environment;
Regulatory risks:
• operating permit and conditions;
• restrictions on the use of certain products;
• administrative and tax constraints;
• REACH regulation.
Research and development in the Group’s areas of competence are given priority and allocated more resources, both
human and financial (2009 annual budget of around €10 million). PRAYON is positioning itself as a staunch promoter
of GREEN CHEMICALS.
The medium- and long-term outlook is encouraging. This is bolstered by the Group’s strategy, which focuses on:
• internationalising the Group;
• specialising in food additives, horticulture and industrial niche markets.
Important developments are already under way in four key areas:
• LiFePO4 (CEA licence) for batteries used in green vehicles;
• uranium extraction;
• probiotics (nutrition);
• water treatment (SOLUSTEP joint venture).
Rapport annuel 2009
123
15
Consolidated Income Statements
Consolidated Balance Sheet
(in thousands of Euros)
(in thousands of Euros)
Notes
2009
2008
Variation
Turnover
7
544,808
878,551
- 333,743
Non-current assets
Movement in Inventory and Work in progress (increase +, decrease -)
7
- 76,398
102,189
- 178,587
Intangible assets
12
Fixed assets produced by the company
7
5,420
3,264
2,156
Consolidated goodwill (surplus)
Other operating income
7
7,325
5,976
1,349
481,155
989,980
- 508,825
Sales and works performed
ASSETS
Notes
31.12.2009
31.12.2008
Variation
220,099
186,302
33,797
6,090
1,396
4,694
13
338
312
26
Tangible assets
14
194,899
164,022
30,877
Investments in associates
15
214
224
- 10
Other investments
16
4,406
3,828
578
Deferred tax assets
11
11,609
9,978
1,631
Non-current assets held for sale
17
128
128
-
Other non-current assets
17
2,416
6,413
- 3,997
Raw materials and goods for resale
7
316,411
597,197
- 280,786
Services and miscellaneous goods
7
122,933
149,276
- 26,343
Compensation, social security and pensions
8
87,662
89,046
- 1,384
7-12-13-14
17,279
17,460
- 181
271,012
383,403
- 112,391
7-18-19
- 30,895
35,701
- 66,596
Stocks
18
120,098
195,263
- 75,165
7-20
- 16,452
2,078
- 18,530
Commercial receivables
19
100,520
128,469
- 27,949
7
4,142
6,190
- 2,048
Other current receivables
19
24,098
23,642
456
501,080
896,948
- 395,868
Cash and cash equivalents
24
26,296
36,029
- 9,733
- 19,926
93,032
- 112,958
Total of assets
491,111
569,705
- 78,594
3,443
5,332
- 1,889
- 23,369
87,700
- 111,069
31.12.2009
31.12.2008
Variation
5,223
6,060
- 837
Equity
159,227
188,138
- 28,912
- 28,592
81,640
- 110,232
Capital
43,000
43,000
-
- 12
- 38
26
116,227
145,138
- 28,912
- 28,604
81,602
- 110,206
Depreciation, amounts written off expenditures for the setting up of the
company, and off tangible and intangible assets (1)
Amounts written off Inventory, work in progress
and commercial receivables (1)
Provisions for liabilities and charges (other than pensions) (1)
Other operating costs
Current assets
Cost of sales
Operating profit
Net financial charges
9
Profit for the year (before taxes)
Taxes on company profit
11
Profit for the year (after taxes)
Income from associates
10
Consolidated profit
EQUITY AND LIABILITIES
Reserves
Non-current liabilities
98,824
124,504
- 25,679
20-21
27,016
43,248
- 16,232
Deferred tax liabilities
11
14,762
9,409
5,353
Financial debts
24
48,954
65,042
- 16,088
Other non-current liabilities
22
8,093
6,805
1,288
- 24,003
Provisions
(1)“+” = addition, “-” = write-back
Notes
Profit for the year (before taxes)
Net financial charges
9
Earnings Before Interests and Taxes (EBIT)
Non-recurrent items
7-9
Recurrent Earnings Before Interests and Taxes (REBIT)
Annexes
Earnings Before Interests and Taxes (EBIT)
Depreciations and amortizations of (un)tangible assets
Earning Before Interests and Taxes
and Before Depreciations and Amortizations (EBITDA)
7-12-13-14
2009
2008
Variation
- 23,369
87,700
- 111,069
4,140
6,391
- 2,251
- 19,229
94,091
- 113,320
- 16,235
- 4,935
- 11,300
- 35,464
89,156
- 124,620
2009
2008
Ecarts
- 19,229
94,091
- 113,320
17,279
17,460
- 181
- 1,950
111,551
- 113,501
Non-recurrent items
- 15,766
- 4,884
- 10,882
Recurrent Earnings Before Interests and Taxes
and Before Depreciations and Amortizations (REBITDA)
- 17,716
106,667
- 124,383
124
Notes
Current liabilities
233,060
257,063
20-21
1,801
1,897
- 96
Financial debts
24
112,066
117,332
- 5,266
Commercial payables
23
85,102
98,767
- 13,665
Tax payables
23
3,248
5,991
- 2,743
Other current liabilities
23
30,843
33,076
- 2,233
491,111
569,705
- 78,594
Provisions
Total of liabilities
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
125
NOTES
126
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
127
NOTES
128
PRAYON s.a.
Rapport annuel 2009
129