POLLOCK Jackson, "No 14 : Gray", 1948 : action painting

Commentaires

Transcription

POLLOCK Jackson, "No 14 : Gray", 1948 : action painting
Jeanne Alberty 405
Elisa Freddi 402
Florence Strub 401
12 Avril 2015
Action Painting
No 14 : Gray
Jackson Pollock
Situation et Analyse de l’œuvre :
1. Fiche signalétique
Notre œuvre fait partie du mouvement « action painting », qui est
caractérisé par l’importance de la gestualité durant la réalisation de
l’œuvre. Ce mouvement met l'accent sur l'acte physique de
peindre, c'est un moyen d'expression éliminant toute figuration
pour mettre en évidence sur la toile les réalités principales de la
couleur et des mouvements complexes.
L’action painting provient de l'expressionnisme abstrait, un
mouvement artistique qui s'est développé peu apres la Seconde
Guerre mondiale et qui consiste a retranscrire ses pensées et ses
sentiments avec des formes abstraites et des couleurs tres
variées. Il apparait en 1948 et se développe dans les années
1950-1960, prenant alors des formes contradictoires. La plus
agressive, l’action painting de Pollock.
Jackson Pollock, né en 1912 aux Etats-Unis, fut mondialement
connu de son vivant. Il a réalisé plus de 700 œuvres, dont notre
œuvre « No 14 Gray », mais également des peintures achevées,
essais peints ou sculptés, ainsi que des dessins et gravures.
Pollock a eu une influence déterminante sur le cours de l’art
contemporain.
On lui doit entre autres l'invention de la technique du «dripping»,
que l'on appelle aussi «action painting» qui consiste a faire
dégouliner la peinture sur la toile au sol. Certains diront aussi qu'il
fut un précurseur de l'art performance a cause que ses œuvres
parlent de ses déplacements autour de la toile.
Pour Jackson Pollock, l'art est une décharge d'émotions lui
permettant d'exprimer son univers intérieur. On le place d'ailleurs
dans le courant de l'expressionnisme abstrait. Cependant, Jackson
Pollock contrôle completement tout ce qu'il fait : « je ne... enfin...
avec l'expérience... il me semble possible de contrôler la coulée de
peinture, dans une large mesure, et je ne l'utilise pas... je n'utilise
pas l'accident... parce que je nie l'accident. »
Mort en 1956 d'un accident de voiture, Jackson Pollock reste un
des artistes les plus marquants du siecle passé. Il a influencé
plusieurs générations d'artistes et continue de le faire.
Contexte historique et politique:
« No 14 Gray » a été réalisée en 1948, cette période historique se
déroule juste apres le désastre du second conflit mondial,
lorsqu’un nouvel ordre géopolitique se met en place fondé sur
l’espoir d’une paix durable avec l’ONU et la Déclaration universelle
des droits de l’Homme. En 1947, les 2 « Grands » vainqueurs
rompent définitivement la « grande Alliance ». Etats-Unis et le Bloc
de l’Ouest s’oppose a l’URSS et le Bloc de l’Est : c’est la « Guerre
froide » jusqu’en 1989-90 ou le camp communiste disparait.
Cet affrontement indirect provoque de multiples crises et des
guerres localisées surtout en Asie.
Des pays nouvellement décolonisés de facon plus ou moins
violente dans les années 60 tendent de ne pas s’aligner et forment
le Tiers- Monde, sans parvenir a s’affranchir des impérialismes
américain et soviétique.
Le Bloc de l’Ouest dans lequel se construit l’union de l’Europe
connait une tres forte croissance économique : « les Trente
Glorieuses » jusqu’aux crises de puis 1973. Les pays entrent ou
aspirent a entrer dans une société de consommation de masse,
porté par le libéralisme dont les Etats-Unis se veulent le modele
planétaire, surtout depuis la fin de l’URSS en 1991.
Avec la fin du monde bipolaire, se pose désormais la question d’un
développement durable pout toute l’humanité.
But :
A partir de 1947 ( l'année de notre oeuvre) Pollock s'intéresse aux
problemes formels de l'art pour se désintéresser entierement de
l'art figuratif. Son ambition est de créer une série d'œuvres grâce a
la technique du dripping qui s'écoule de son subconscient. Il crée
une peinture entierement gestuelle, son se concentre d'avantage
sur l'acte de peindre plutôt que sur l'objet peint ou même sur
l'artiste. Dans notre oeuvre Pollock cherche a s'affranchir de toute
symbolique qui a longtemps dominé son travail pour une
expression simple et spontanée. Il souhaite former une sorte de
danse en projetant du noir, du gris et du blanc. C'est comme si ces
lignes représentaient une écriture automatique projetée sur une
toile. Pollock espere également en donnant le titre No 14 Gray que
son public regarde passivement et essaie de recevoir ce que le
tableau a a leur offrir sans idées préconcues que peuvent parfois
nous donner des titres trop précis sur l'oeuvre.
Définitions des caractéristiques artistiques
Pollock se caractérise dans notre oeuvre dans son désir de
délaisser la représentation et la tridimensionnalité. C'est pourquoi il
développe le dripping qui consiste littéralement a « égoutter ou a
faire couler de la peinture de maniere aléatoire sur une toile posée
a même le sol » (= to drip) par un geste continu a l'aide d'un bâton
ou tout simplement en perforant le fond du pot de peinture. Cela lui
permet de libérer la ligne de sa fonction représentative. La ligne et
la couleur peuvent fonctionner comme des éléments picturaux
completement autonomes. Par la suppression de la figure, Pollock
accentue la planéité de la surface de la toile. Les différents
réseaux de drip se superposent les uns aux autres et s'entremêlent
dans un tout homogene. On peut voir qu'il n'y a plus de rapport
entre une figure plaquée sur un fond ou toute notion de perceptive
illusionniste et le résultat pictural. Mettre une vidéo.
Influences recues et données :
A l'age de 18 ans, Pollock déménagea a New York pour étudier a la
Art Students League. La bas il travailla avec plusieurs artistes
connus, tels que Thomas Hart Benton et des artistes Mexicains :
José Clemente Orozco, Diego Rivera et David Alfaro Siqueiros,
c'est pourquoi ses premieres oeuvres sont inspirées par la culture
mexicaine. Picasso, Miro et les surréalistes l'ont également
influencé.
« Composition with vertical stripe », 1934-1938
Par la suite, Pollock fut influencé par le chamanisme et l'art
amérindien. « Pour lui, il s'agissait de transformer les faiblesses
des hommes en quelque chose de bon. Il était obsédé par la mort
et la nécessité de créer un nouveau sens. » Stephen Polcari.
Sur une quarantaine de toiles de Jackson Pollock, toujours tres
colorées, souvent tourmentées, l'on devine en effet l'influence du
primitivisme.
« Birth » – 1941
Pollock a expérimenté plusieurs mouvements artistiques. Apres
avoir collaboré avec Benton, il s'est redirigé vers l'art figuratif, puis
est devenu un semi-abstractionniste, un surréaliste. Il faisait
référence a l'inconscience que l'on transposait sur oeuvre.
Ce n'est qu'en 1947 que Pollock commence avec sa technique du
dripping. C'est Siquerios l'a principalement influencé avec cette
technique et c'est pour cela qu'il deviendra connu par la suite.
Lee Krasner, sa femme, ainsi que les graphistes l'influencerent
quant aux dimensions de ses toiles particulierement grandes.
Pollock a été l'un des plus influents artiste du XXeme siecle, qui a
révolutionné l'art moderne.
2. Analyse Technique :
L’œuvre « Number 14 : Gray » fait partie d’une série ou plutôt du
style classique de Jackson Pollock dans les années 1947 à 1950.
Les méthodes utilisées par l’artiste étaient bien différentes de
toutes celles vues jusqu’à présent. Il étendait sa toile au sol et se
déplaçait autour afn de mieux pouvoir manier la peinture. Elle était
appliquée de façon plus ou moins aléatoire en se servant de la
gravité terrestre pour obtenir l’effet souhaité. Pollock combinait
plusieurs techniques, dont le dripping, pouring et splashing
(goutter, verser, et éclabousser), pour rendre ces peintures pleines
et énergiques.
Ses œuvres typiques de l’artiste incluent plusieurs travaux en
émail fait sur des toiles recouvertes de plâtre. No 14 en est un
parfait exemple.
La peinture émaillée noire était égouttée sur le plâtre encore
humide. Celle-ci se mélangeait alors à la pâte, d’où les bordures
grises-argentées entre les deux matières mouillées donnant une
impression de volume aux faques et traits de peinture noire.
La méthode du « pouring » était une découverte pour Pollock qui
tentait d’échapper à la peinture traditionnelle afn de créer un effet
uniquement visuel. Il voulait également donner de l’importance à la
fabrication et plus seulement à l’œuvre en elle-même. L’œuvre
« No 14 : Gray », grâce aux méthodes de travail et l’application de
la peinture, résume la quête de l’artiste. Pollock essaye de libérer
le trait de toute symbolique et de le rendre uniquement un résultat
du mouvement effectué. Les faques et les traits dans l’œuvre n’ont
plus de signifcations, ils sont juste l’aboutissement du travail,
abstraits et « vide de sens ».
Cette composition relativement simple peut être comparée à
« Convergence », une autre œuvre de Jackson Pollock, qui montre
non seulement le dripping mais également le pouring et le
splashing. Cela donne un différent aspect du travail de l'artiste,
moins sobre et plus extravagant.
On peut également voir quelque chose de plus brutal et dur, car les
éclaboussures enlèvent le côté rond et doux le la peinture coulée.
« Landscape with steer », une œuvre de Pollock précédant les
deux ci-dessus, montre le chemin qu'il suivit pour parvenir à se
débarrasser ou plutôt se défaire de la peinture traditionnelle et
donner à ses peintures uniquement un côté visuel. On n'y voit pas
encore les techniques qu'il utilisera plus tard dans sa carrière, mais
le type de traits peints sont de plus en plus abstrait.
« Convergence »Jackson Pollock, 1952
« Landscape with Steer » Jackson Pollock,1937
2. Conclusion :
Malgré le fait que Pollock ait peint cette oeuvre en 1940, nous
trouvons que son style reste intemporel et toujours d'actualité. Son
style coïncide avec celui d'aujourd'hui et l'on reconnait beaucoup
d'artistes qui s'inspirent du dripping. Son art reste intemporel car
les l'art moderne suit les mêmes cheminements que Pollock en se
libérant de toutes valeurs politiques, morales et sociales.
Bibliographie :
Art Sales Index, Composition with Vertical Strip,
http://artsalesindex.artinfo.com/asi/lots/4452562, consulté le
15.04.15
Pébéo, LE DRIPPING SELON JACKSON POLLOCK - UNE
VIDÉO DE PEINTURE ACRYLIQUE À NE PAS RATER !,
http://www.pebeo.com/Beaux-Arts/Les-methodes-des-grandsmaitres/Le-dripping-selon-Jackson-Pollock-Une-video-de-peintureacrylique-a-ne-pas-rater, consulté le 15.04.2015
Le Parisien, Jackson Pollock, peintre sous influence,
http://www.leparisien.fr/loisirs-et-spectacles/jackson-pollock-peintre-sousinfluence-15-10-2008-276567.php#xtref=https%3A%2F%2Fwww.google.ch
%2F, modifier le 5.10.08, consulté le 15.04.15
Regards curieux, L’exposition « Jackson Pollock et le chamanisme »
à la Pinacothèque, Paris, http://regardscurieux.blog.lemonde.fr/2009/02/02/lexposition-jackson-pollock-et-lechamanisme-a-la-pinacotheque-paris/, modifié le 02.02.09, consulté le
15.04.15
Jackson Pollock and his paintings, http://www.jackson-pollock.org,
consulté le 15.04.15
ARTBIOS, Jackson Pollock, http://artbios.net/33-fr.html, modifié le
19.07.12, consulté le 13.04.15
Larousse, action painting,
http://www.larousse.fr/encyclopedie/peinture/action_painting/150774#sZhRdS
Cqsl0FxFTj.99, consulté le 06.04.15
Webetab, FICHE TECHNIQUE : L’EXPRESSIONISME ABSTRAIT,
http://webetab.ac-bordeaux.fr/college-paulfroment/fileadmin/0470102F/fichiers_publics/pedagogie/FICHE_TECHNIQUE_
HISTOIRE_DES_ARTS_sur_L_EXPRESSIONNISME_ABSTRAIT.pdf ,
consulté le 06.04.15
Punctum, Jackson Pollock, expressionnisme abstrait et action
painting,
http://www.punctum-qc.com/video_jackson_pollock.html , consulté le
06.04.15
http://artgallery.yale.edu/collections/objects/33977
http://www.wikiart.org/en/jackson-pollock/convergence-1952
http://pollockprints.org