Rapport d`activité 2013

Commentaires

Transcription

Rapport d`activité 2013
 Rapport d’activité 2013
Tabledesmatières
Table des matières ..................................................................................................................................... 1 Editorial ..................................................................................................................................................... 3 1. Flash back sur 2013 ................................................................................................................................ 5 A. Dans le monde .......................................................................................................................................................... 5 B. En Europe ................................................................................................................................................................. 6 C. En Belgique ............................................................................................................................................................... 7 D. En bref ...................................................................................................................................................................... 8 2. Environnement en mouvement ............................................................................................................ 11 A. Emploi et relations de travail, concertation et actualités sociales ........................................................................ 11 B. La Commission technique générale ....................................................................................................................... 17 C. Le Contexte social, politique, juridique et administratif ........................................................................................ 18 D. Ethique et Pastorale ............................................................................................................................................... 29 E. Le volontariat .......................................................................................................................................................... 32 3. Les Hôpitaux ........................................................................................................................................ 35 A. Agréments .............................................................................................................................................................. 35 B. Financement ........................................................................................................................................................... 39 C. L’emploi et les relations de travail (dans les hôpitaux généraux et psychiatriques) ............................................. 44 D. Département des soins aux patients ..................................................................................................................... 46 E. Gestion des ressources humaines .......................................................................................................................... 49 4. La Santé mentale ................................................................................................................................. 51 A. Les projets de circuits de soins et réseaux en santé mentale ................................................................................ 51 B. Le financement du secteur ..................................................................................................................................... 52 C. Débats dans les instances consultatives ................................................................................................................ 53 D. Perspectives ........................................................................................................................................................... 54 E. Thématiques abordées au sein des lieux de concertation de la F.I.H. ................................................................... 54 5. Le Secteur des personnes âgées ........................................................................................................... 55 A. Matières régionales ................................................................................................................................................ 55 B. Matières liées au financement ............................................................................................................................... 63 C. Matières de Santé publique ................................................................................................................................... 67 F.I.H. – Rapport d’activité 2013 1 D. Matières sociales .................................................................................................................................................... 68 E. La qualité en MR‐MRS ............................................................................................................................................ 71 F. Formations en MR‐MRS .......................................................................................................................................... 72 G. Ethique en MR‐MRS ............................................................................................................................................... 73 H. Le secteur des soins en MR‐MRS ........................................................................................................................... 74 I. Voyage d’étude dans le Nord de l’Italie .................................................................................................................. 74 6. La F.I.H. ............................................................................................................................................... 77 A. Une philosophie de travail : les cellules ................................................................................................................. 77 B. Des tâches quotidiennes ........................................................................................................................................ 85 Annexes .................................................................................................................................................. 89 Annexe 1 : Organigramme de la F.I.H. ........................................................................................................................ 91 Annexe 2 : Mandats de la F.I.H. (Situation au 29/04/2014) ....................................................................................... 97 Annexe 3 : Index 2013 des notes d’information ...................................................................................................... 101 Annexe 4 : Index 2013 des Infos rapides .................................................................................................................. 108 2 F.I.H. – Rapport d’activité 2013 Editorial
2013, le secteur fédéral de la santé est mis à la diète au niveau budgétaire. La technique de la « râpe à fromage », largement utilisée par le Gouvernement fédéral, montre toutefois ses limites. Les économies budgétaires linéaires, qui touchent le secteur de la santé depuis plusieurs années, ne semblent plus guider des choix politiques. Les mesures d’économies touchant les institutions des soins font mal, en particulier au niveau hospitalier : honoraires médicaux, BMF, médicaments, biologique clinique, dialyse... Les hôpitaux font face à un ralentissement de leurs recettes, alors que leurs coûts, notamment en matière de personnel, continuent à augmenter. La situation se dégrade. En cours d’année, le Gouvernement charge la Ministre de la Santé d’élaborer une « feuille de route » pour la réforme du financement hospitalier. La Ministre dévoile sa note fin octobre ; elle y fait part d’une méthode de travail, et de son souci de concertation, tout en laissant le soin au prochain Gouvernement de mener les réformes à bon terme. Les mesures d’austérité prises par le Gouvernement fédéral et les négociations sur le rapprochement des statuts « ouvriers/employés » mènent à des manifestations interprofessionnelles. Au niveau sectoriel, les tensions restent vives suite au rejet de la proposition d’accord social 2013 par les fédérations patronales (fin 2012) : le secteur hospitalier conteste largement le budget réservé à l’octroi du barème 1.35 à tous les aides‐soignants, jugé totalement insuffisant. En Commission paritaire 330, des blocages se font également jour sur la conclusion de plusieurs CCT. In fine, les tensions entre partenaires sociaux mènent à des mouvements sociaux dans le secteur. En cette période d’économie, où l’on demande aux secteurs d’augmenter l’efficience de leurs actions, la question de la qualité revient sur le devant de la scène. Le 29 août, le Gouvernement wallon adopte le plan wallon pour la qualité des soins hospitaliers. La Région veut associer à la mise en œuvre du plan les acteurs « traditionnels » du secteur institutionnel de la santé, notamment les fédérations hospitalières et les organismes assureurs. Parallèlement, la réforme de l’Etat se met en œuvre progressivement. Au niveau de l’espace francophone, une « Commission Wallonie‐Bruxelles » se met en place. Les fédérations patronales, dont la F.I.H., sont consultées sur la base d’un questionnaire envoyé de façon large aux représentants sectoriels. La Fédération profite de l’occasion pour rappeler ses priorités : notamment assurer la continuité des services à la population et mettre en place un modèle de co‐gestion des compétences de santé. Message que la F.I.H. réitère, de façon plus ciblée, lors de rencontres avec les différents partis politiques francophones. F.I.H. – Rapport d’activité 2013 3 Le 19 septembre, les quatre Présidents des principaux partis politiques francophones dévoilent un accord intra‐francophone sur l’organisation des compétences en matière sociale et de santé, sous le nom de « Projet commun d’organisation des nouvelles compétences en matière de santé, d’aide aux personnes et d’allocations familiales ». Cet accord‐cadre constitue la base pour la mise en œuvre d’organismes d’intérêt public (OIP), en Wallonie et à Bruxelles, chargés de la gestion des matières sociales et de santé. Le 19 décembre, c’est le Parlement fédéral qui adopte les lois spéciales portant sur les transferts de compétences et sur le financement des Communautés et Régions. La presse annonce que la sixième réforme de l’Etat est définitivement adoptée. Pour les secteurs de la santé transférés, cela se traduit principalement par deux lois spéciales : - la loi spéciale portant réforme du financement des Communautés et Régions, élargissement de l’autonomie fiscale des Régions et financement des nouvelles compétences, qui porte sur le nouveau cadre budgétaire des Communautés et Régions ; - la loi spéciale relative à la sixième réforme de l’Etat, qui organise le champ des compétences transférées. Création d’un OIP pour la gestion des compétences de santé et plan wallon pour la qualité des soins hospitaliers constituent des signes d’ouverture et de collaboration, reçus positivement par les fédérations patronales du secteur. Gageons qu’il s’agisse de signes favorables d’une collaboration qui ira grandissante entre les partenaires institutionnels actifs depuis de longues années dans la gestion des matières de santé au niveau fédéral et les administrations et gouvernements des entités fédérées. Pour relever les défis à venir, que ce soit en matière de financement, de qualité des soins et plus largement de l’organisation future des soins de santé, il conviendra de co‐construire de nouveaux lieux/cadres de concertation/négociation, tant au niveau des entités fédérées qu’au niveau de l’Etat fédéral. Il en va du maintien d’un système de soins de santé économiquement viable, qui poursuit un objectif de recherche permanent de la qualité des soins. Pierre SMIETS Directeur 4 F.I.H. – Rapport d’activité 2013 1.Flashbacksur2013
A.Danslemonde
Conflitsetrévolutions
Le 11 janvier, la France envoie ses troupes militaires au Mali : c’est le lancement de l’ « Opération Serval ». L’objectif de cette mission est de soutenir l’armée malienne et repousser l’offensive des groupes armés islamistes qui ont pris le contrôle du nord du pays (région d’Azawad). En Egypte, au Caire, la Place Tahrir s’embrase le 28 janvier. En effet, il s’agit du second anniversaire de la chute de l’ancien Président Hosni Mubarak. Les Egyptiens en profitent pour dénoncer la Constitution qui, selon eux, présente de nombreux manque‐
ments en matière de libertés indivi‐
duelles, de la presse, d’opinion, et d’indépendance de la justice. Mohamed Morsi, le Président élu démocrati‐
quement en juin 2012 – suite à la révolution populaire – est renversé par l’armée et arrêté le 3 juillet 2013, créant une vague d’émeutes au Caire (causant la mort de nombreuses personnes). Un mouvement de protes‐
tation débute en Turquie le 28 mai. Les manifestants revendiquent la démission du Gouvernement du Premier Ministre Erdogan. Ils regrettent le manque de consultation et l’usage excessif de la force par la police. Alors que le conflit armé a déjà fait plus de 120.000 victimes, la guerre civile en Syrie prend encore une tournure plus dramatique quand, le 21 août 2013, l’opposition accuse le Président Bachar Al‐Assad d’avoir eu F.I.H. – Rapport d’activité 2013 recours à des armes chimiques pour bombarder la ville de Damas (ayant provoqué la mort d’au moins 1.300 personnes ‐ dont de nombreux enfants). En Thaïlande, depuis la fin du mois de novembre, le peuple réclame le départ de Yingluck Shinawatra, chef du Gouvernement et sœur de l’ex‐premier Ministre Thaksin. Ce dernier avait été renversé par un coup d’Etat en 2006 et est toujours accusé de contrôler la politique de son pays depuis son lieu d’exil. Le 1er décembre, c’est le début du chaos en Ukraine. Après l’échec de l’intégration européenne de leur pays et la répression des manifestations y relatives, les opposants réclament la chute du pouvoir en place. En République Démocratique du Congo, c’est le 13 décembre que le Gouvernement et le M23 (groupe des rebelles) signent respectivement des déclarations visant à mettre fin aux actions armées. DucôtédesEtats‐Unis
Le 20 janvier, Barack Obama prête serment pour son deuxième mandat à la Maison Blanche. Le 15 avril, deux bombes explosent près de la ligne d’arrivée du marathon de Boston, faisant 3 victimes et plus de 260 blessés. Après une véritable chasse à l’homme dans toute la ville, c’est 3 jours plus tard que l’un des auteurs de cet attentat, Tamerlan Tsarnaïev, est tué par la police. Son frère, co‐auteur du drame, est arrêté le lendemain. Début juin, le journal The Guardian publie les premières révélations d’Edward Snowden, infor‐
maticien et ancien employé de la CIA (Central Intelligence Agency) et de la NSA (National Security Agency), sur les affaires d’espionnage de cette dernière. Suite à la diffusion d’informations top‐
secrètes, les dirigeants mondiaux apprennent qu’ils sont placés sur écoute. Snowden doit s’exiler à Hong Kong puis en Russie (où il obtient l’asile temporaire). Les Etats‐Unis l’accusent d’espionnage, de vol et d’utilisation illégale de biens gouvernementaux. Entre le 1er et le 16 octobre, le Gouvernement américain plonge le pays tout entier dans un shutdown suite aux désaccords sur le budget. Ce terme de « shutdown » désigne l'arrêt du fonctionnement de nombreuses ad‐
ministrations et services fédéraux aux Etats‐Unis. En effet, faute d’un accord sur le budget, l’Etat fédéral américain, qui emploie plus de deux millions de fonctionnaires, réduit ses dépenses en suspendant ses activités. Cette possi‐
bilité est prévue par la loi américaine dans le cas où le budget n'est pas voté par le Congrès. Ici, c’est la date d'entrée en vigueur de la loi sur la santé, l'«Obamacare», réforme emblématique du Président démocrate, mais dés‐
avouée totalement par les Républicains, qui a posé problème. 5 Catastrophesnaturelles
Le 20 avril, c’est un séisme de magnitude 6.6 qui frappe le Sichuan, région du sud‐ouest de la Chine, faisant plus de 200 victimes. Le 20 mai, à Moore en Oklahoma, une tornade, la plus meurtrière des Etats‐Unis depuis 2011, dévaste le village et cause la mort de 24 personnes. Entre fin mai et début juin, l’Allemagne, la République tchèque et l’Autriche subissent de fortes inon‐
dations qui provoquent la mort d’une vingtaine de personnes. A la suite d’un exercice militaire, un gigantesque incendie se déclare le 16 août dans le sud‐est de l’Australie. Le feu durera presque 10 jours et entraînera des dégâts considérables. Le 8 novembre, le typhon Haiyan s’abat sur les Philippines faisant des milliers de morts, de disparus et de blessés. Il touche aussi Taïwan, le Viêtnam et la Chine. Il est considéré comme le plus violent de ces trente dernières années et les dégâts qu’il a causés (aux infrastructures et aux récoltes) sont estimés à plus de 570 millions de dollars. Mi‐novembre, pas moins de 67 tornades dévastent le Midwest des Etats‐Unis. L’Illinois est l’Etat le plus touché : 5 personnes sont tuées et 37 autres blessées. L'état de catastrophe naturelle est déclaré dans sept Comtés. Le 5 décembre, la tempête Xaver s’abat sur plusieurs pays, dont la Belgique, où elle fait moins de dégâts que prévu. Elle a par contre été très dévastatrice à Rhyl, au nord du Pays de Galles. B.EnEurope
Unioneuropéenne
Scandalealimentaire
Le 1er janvier 2013, l’Irlande prend la présidence tournante de l’Union européenne (succédant ainsi à Chypre). A la mi‐janvier, le scandale de la viande de cheval éclate et touche toute la chaine de commerce européen (dont Findus, Spanghero, Aldi et Picard). Les fournisseurs sont accusés de remplacer la viande de bœuf par de la viande de cheval (moins chère) en modifiant l’étiquetage. Survenant plus de 10 ans après la crise de la vache folle, cette fraude montre qu’il y a encore beaucoup de progrès à faire en matière de contrôle sur la traçabilité de la viande. Le 1er juillet, la Croatie fait officiel‐
lement son entrée dans l’Union (après avoir introduit sa demande en 2003 !). Criseéconomique
Chypre, Grèce, Espagne : un à un, les pays économiquement les plus faibles s’enfoncent dans cette impla‐
cable crise économique amorcée à l’automne 2008. Les mesures d’austérité et les diffé‐
rentes aides aux Gouvernements semblent ne rien y changer. Il est toujours bien question d’éco‐
nomies déprimées, de niveaux de vie dégradés, de chômage en hausse et d’entreprises au bord de la faillite. DeBenoîtXVIàFrançois
Le 11 février, évoquant des raisons de santé, le Cardinal Ratzinger, Pape depuis 2005 sous le nom de Benoît XVI, annonce qu’il se retirera de la vie pontificale le 28. C’est une première dans l’histoire de l’Eglise moderne. Le 13 mars, l’Archevêque de Buenos Aires, Jorge Mario Bergoglio, lui succède à la tête de l’Eglise catholique. Il choisit le nom de François en mémoire de l’engagement de Saint François d’Assise dans le combat pour les pauvres et la paix. Abdication de la Reine Béatrix des
Pays‐Bas
Après l’avoir annoncé le 28 janvier, c’est en date du 30 avril que Béatrix des Pays‐Bas – devenue reine par l’abdication de sa propre mère le 30 avril 1980 – abdique en faveur de son fils aîné, le Prince Willem‐Alexander, Prince d’Orange. . 6 F.I.H. – Rapport d’activité 2013 LadéchéancedeBerlusconi
Le 27 novembre, après avoir passé près de 20 ans au Parlement italien, Silvio Berlusconi – surnommé Il Cavaliere ‐ est déchu de son poste de sénateur. Cette expulsion historique fait suite à sa condamnation définitive à un an de prison pour fraude fiscale. DucôtédelaFrance
Après des semaines de conflits politique et populaire sur la question du mariage homosexuel (manifestations de milliers de partisans et d’opposants dans les rues des grandes villes françaises), la loi autorisant le mariage pour tous est finalement adoptée le 18 mai. Devant des dizaines de caméras, le premier mariage gay a lieu le 29 mai à Montpellier. Le 12 juillet, un train déraille en gare de Brétigny‐sur‐Orge (Essonne) près de Paris, provoquant la mort de 7 personnes. Au mois de novembre, le Président François Hollande bat un triste record, celui de l’impopularité. En effet, sa cote baisse de jour en jour jusqu’à atteindre 20%, soit le score le plus bas enregistré par un Président français depuis la création de la 5ème République en 1958. Le 30 octobre, Pierre Legrand, Daniel Larribe, Thierry Dol et Marc Feret, 4 otages français détenus par des membres d’Al Qaïda dans le désert du Sahara depuis 3 ans, sont libérés et rentrent en France. Le 2 novembre, les journalistes Ghislaine Dupont et Claude Verlon, de Rfi, sont tués au Mali. C.EnBelgique
Le 5 mars, Steven Vanackere, Ministre des Finances et du Développement durable, se voit contraint de démissionner suite au scandale financier de Belfius. Le 4 mai, un train de marchandises transportant des pro‐
duits chimiques déraille à Schellebelle (Flandre) ; plusieurs wagons explosent et prennent feu, provoquant la mort d’1 personne et en blessant 49 autres. Le 17 juin, Delphine Boël, la fille cachée présumée d’Albert II, saisit la justice pour imposer à ce dernier un test ADN afin de prouver qu’il est bien son père biologique. C’est le 3 juillet, au cours d’une allocution radiotélévisée, qu’Albert II (6ème roi des Belges) annonce qu’il abdiquera le 21 juillet. Et en effet, après 20 ans de règne, il laisse la place à son fils aîné Philippe, Duc de Brabant, qui prête serment lors de la Fête nationale. F.I.H. – Rapport d’activité 2013 S’en suit une véritable vague d’émotion dans tout le pays! Après 12 ans d’attente, en battant la Croatie 2‐0, les Diables Rouges se qualifient pour le Mondial 2014 qui se déroulera au Brésil au mois de juin. Le 19 octobre est un jour bien plus sombre. Après avoir décollé de l’aérodrome de Temploux (province de Namur), un avion de type Pilatus transportant 11 parachutistes chevron‐
Le 10 septembre, le Premier Ministre Elio Di Rupo est accusé de favoritisme par la N‐VA après que la Chine ait choisi le parc animalier Pairi Daiza – plutôt que le zoo d’Anvers ‐ pour accueillir deux pandas. Le 8 octobre, François Englert, physicien à l’ULB, reçoit ‐ avec le britannique Peter Higgs – le Prix Nobel de physique. Il obtient la plus haute distinction pour ses travaux relatifs au Boson de Brout‐Englert‐Higgs, chaînon manquant de l’univers. nés, se crashe au‐dessus de Gelbressée. Il n’y a aucun survivant. Le 31 octobre, Bernard Wesphael ‐ alors Président du Mouvement de Gauche ‐ signale à la réception d’un hôtel d’Ostende, que son épouse Véronique Pirotton s’est suicidée dans leur chambre. Sa version ne convainc pas et, quelques heures plus tard, il est inculpé d’assassinat et placé en détention. Il continue de nier les faits et invoque une dispute qui aurait dégénéré après une soirée bien arrosée. 7 Le 15 novembre, après un kern de plusieurs heures, le sort de Didier Bellens ‐ CEO de Belgacom ‐ est scellé : il est révoqué et ce, sans parachute doré ! Le Premier Ministre Elio Di Rupo et le Ministre des Entreprises publiques évoquent des « manquements graves » et des « propos injurieux et dégradants » tenus à l’égard du principal actionnaire de Belgacom, à savoir l’Etat. Didier Bellens avait notamment déclaré que ce dernier était « le plus mauvais actionnaire qu’il ait jamais connu ». D.Enbref
Le 24 avril au Bangladesh, le Rana Plaza, immeuble de 9 étages abritant des ateliers de confection textile et des magasins de marques internationales, s’effondre faisant plus d’un millier de morts. La veille du drame, des ouvriers avaient signalé des fissures sur le bâtiment… Célèbre pour avoir remporté consécutivement 7 titres de vainqueur du Tour de France, le cycliste Lance Armstrong reconnait, lors d’une interview avec la journaliste américaine Oprah Winfrey le 14 janvier, avoir consommé des produits dopants durant sa carrière. Toutes ses médailles lui sont définitivement reprises. Le 15 février, Oscar Pistorius, athlète sud‐américain amputé des 2 tibias et véritable héros dans son pays (il est le premier athlète amputé à concourir dans un championnat du monde pour les valides), est inculpé pour le meurtre de sa petite amie, le mannequin Reeva Steenkamp, la nuit de la Saint‐Valentin. C’est le 22 juillet que naît George Alexander Louis, fils du Prince William d’Angleterre et de son épouse Kate Middleton. Cette naissance, espérée et attendue par tout le peuple britannique, a monopolisé l'attention des médias nationaux et internationaux pendant de nombreuses semaines. 8 Le 21 septembre, le centre commercial du Westgate à Nairobi devient, durant 4 jours, le théâtre d’une prise d’otage meurtrière. Le commando des insurgés islamistes somaliens shebab (un mouvement lié à Al Qaïda) tue 67 personnes et menace de frapper à nouveau le Kenya s’il ne retire pas son armée de Somalie. Le 28 juillet, c’est un car transportant une cinquantaine de pèlerins qui s’écrase en‐dessous d’un pont routier près d’Avellino, dans la région de Naples, faisant 39 victimes. Le 14 juin, avec 51% des voix dès le premier tour, Hassan Rohani – religieux « modéré » ‐ devient Président L’épave du Costa Concordia de la République Islamique d’Iran. Il (navire de croisière long de 293 mètres) succède ainsi à Mahmoud Ahmadinejad. est finalement redressée le 16 Au Canada, le 6 juillet, un train septembre près du port de Giglio en composé de 72 wagons‐citernes Italie. L’opération aura nécessité près de remplis de pétrole déraille et explose 19 heures de travail. (dans la ville de Lac‐Mégantic), faisant 47 morts. Il s’agit là du pire accident que le pays ait connu depuis 1998. Le 12 février, la Corée du Nord effectue son troisième essai nucléaire ; essai largement condamné par la Communauté internationale. Il a tiré 4 coups de feu à travers la porte de la salle de bain prétextant avoir entendu des bruits et avoir cru qu’il s’agissait d’un cambrioleur. Il plaide non coupable et jure qu’il s’agissait d’un accident. Le 24 juillet, peu avant son entrée en gare de Saint‐Jacques‐de‐
Compostelle, un train roulant à 179km/h (80km/h requis) déraille, faisant 78 morts et 140 blessés. F.I.H. – Rapport d’activité 2013 Le 3 octobre, la Méditerranée se transforme une nouvelle fois en cimetière après le naufrage d’un bateau de migrants au large de l’île de Lampedusa (Italie). Sur les 500 réfugiés africains présents à bord (pour la plupart originaires d’Erythrée), 360 périssent (dont beaucoup de femmes et d’enfants). C’est la pire tragédie de l’immigration depuis plus de 10 ans et elle relance les appels pour une modification des politiques européen‐
nes en la matière. l'égalité raciale, il bénéficia, durant sa captivité, d’un large soutien inter‐
national. Après 27 années de détention, dans des conditions souvent très dures, et après avoir refusé d'être libéré pour rester en cohérence avec ses convictions, Mandela est relaxé le 11 février 1990. Nelson Mandela meurt le 5 décembre à Johannesburg. Leader historique de la lutte contre le système politique institutionnel de ségrégation raciale (apartheid), il avait été arrêté le 5 août 1962 et condamné à la prison et aux travaux forcés à perpétuité. Devenu un véritable symbole de la lutte pour Il devient ensuite Président de la République d'Afrique du Sud de 1994 à 1999 (à la suite des premières élections nationales non raciales de l'histoire du pays). Ils nous ont quittés en 2013 Stéphane Hessel, diplomate, ambassadeur, résistant, écrivain et militant politique français, décède dans la nuit du 26 au 27 février, à 95 ans. Hugo Chavez, militaire et homme d'État vénézuélien, décède des suites d’un cancer le 5 mars. Il avait 58 ans. Juan José Bigas Luna, célèbre réalisateur espagnol, décède le 6 avril des suites d'un cancer à l'âge de 67 ans. Margaret Thatcher, surnommée « La Dame de fer », Premier Ministre du Royaume Uni entre 1979 et 1990, décède le 8 avril à l’âge de 87 ans. Le Docteur Rober Edwards, père de la fécondation in‐vitro, décède le 10 avril à l’âge de 87 ans. Il avait donné naissance au premier "bébé éprouvette". Georges Moustaki, chanteur et auteur‐
compositeur, décède le 23 mai à 79 ans. Valérie Lang, comédienne de théâtre et fille de l’ancien Ministre de la Culture Jack Lang, décède le 22 juillet à l’âge de 47 ans d’une tumeur au cerveau. F.I.H. – Rapport d’activité 2013 milliers de Sud‐Africains, de Chefs d’Etat et de Gouvernements. Ce jour‐là, le Président américain Barack Obama pose un geste historique en serrant la main du Président cubain Raul Castro. En 1993, il reçoit le prix Nobel de la paix pour son action en faveur de la fin du régime de l'apartheid et pour avoir jeté les bases d'une nouvelle Afrique du Sud démocratique. L’hommage qui lui est rendu le 10 décembre, dans l’enceinte du Stade de Soweto, rassemble plusieurs dizaines de Bernadette Lafont, actrice française, décède le 25 juillet 2013 à la suite d’un malaise cardiaque. Elle avait 74 ans. Le Prince Johan Friso d'Orange‐Nassau, frère cadet du Roi des Pays‐Bas, Willem‐
Alexander, décède à l'âge de 44 ans après avoir été plongé dans le coma suite à un accident survenu dans les Alpes autrichiennes (il avait été pris dans une avalanche en février 2012). Maître Jacques Vergès, l’un des avocats français les plus controversés et redoutés du barreau de Paris, décède le 14 août à l’âge de 88 ans. Wilfried Martens, ancien Premier Ministre belge et Président du Parti populaire européen, décède dans la nuit du 9 au 10 octobre à l’âge de 77 ans. Lou Reed, guitariste du groupe mythique The Velvet Underground, décède à 71 ans des suites d’une lourde intervention chirurgicale le 27 octobre. Georges Lautner, cinéaste français, décède le 22 novembre à l’âge de 87 ans des suites d’une longue maladie. Nelson Mandela, ex‐Président Sud‐
Africain, décède le 5 décembre à 95 ans. Valérie Benguigui, comédienne française, décède des suites d’un cancer du sein le 2 septembre. Elle avait 47 ans. Edouard Molinaro, réalisateur et scénariste français, décède le 7 décembre d’une insuffisance pulmonaire. Il avait 85 ans. Albert Jacquard, chercheur et essayiste français, spécialiste de la génétique des populations, décède le 11 septembre à 87 ans des suites d’une leucémie. Peter O’Toole, comédien et producteur irlandais, inoubliable interprète de Lawrence d’Arabie, décède à Londres le 14 décembre à l’âge de 81 ans. Patrice Chéreau, metteur en scène français de théâtre et de cinéma, décède le 8 octobre, à 68 ans, des suites d’un cancer du poumon. Mais aussi Conrad Bain, Jérôme Savary, Robert Gallimard, Georges Descrières, Paul Walker, Jean‐Louis Foulquier, Esther Williams, etc. 9 10 F.I.H. – Rapport d’activité 2013 2.Environnementenmouvement
A. Emploi et relations de travail, concertation et actualités
sociales
Absence d’accord social, absence
d’accord interprofessionnel, mesu‐
res d’austérité, statut unique
ouvriers et employés… et actions
syndicales
Le secteur des hôpitaux n’est pas demandeur, vu le peu de ressources et la revendication patronale (non ren‐
contrée) d’attribuer la totalité des moyens au secteur des MR‐MRS. Le refus d’adhérer à la proposition d’accord social 2013 de la Ministre de la Santé, opposé par une majorité d’organisations patronales (dont la F.I.H.), suscite des mouvements sociaux sectoriels. Commissionparitaire330
A ceux‐ci s’ajoutent des manifestations interprofessionnelles motivées par les mesures d’austérité prises par le Gouvernement fédéral, l’opposition à la politique européenne et la difficile négociation vers l’harmonisation des statuts des ouvriers et des employés. C’est dans le cadre d’un préavis de grève prolongé de six mois en six mois, selon la procédure spécifique aux secteurs relevant de la Commission paritaire 330, que les organisations syndicales représentatives mènent des actions durant toute la première partie de l’année jusqu’à l’été 2013. Malgré l’absence d’accord social, la Ministre Onkelinx fait part aux secteurs de sa décision de répartir les 800 ETP réservés, dans le cadre de ce projet d’accord, dont 545,84 ETP sont attribués au secteur privé. La répartition se présente comme suit : 467,84 ETP pour le secteur des MR‐MRS, 40 ETP pour les services infirmiers à domicile, 28 ETP pour les services de revalidation et 10 ETP pour les maisons médicales. F.I.H. – Rapport d’activité 2013 Dès le début de l’année 2013, les organisations syndicales dénoncent « l’immobilisme des fédérations patronales » au motif de l’absence de convention collective de travail (CCT) sectorielle prolongeant le système de prépension à 58 ans, en raison du refus d’une seule fédération patronale (Santhéa). Pourtant, plusieurs thèmes font l’objet de négociations, et plus particu‐
lièrement en matière de formation : la prolongation des efforts en faveur des « groupes à risque », du projet de formation en art infirmier (géré par le Fonds intersectoriel pour les services de santé, en abrégé FINSS) et la reconduc‐
tion d’une CCT relative à la formation pour remplir l’objectif de 1,9% de la masse salariale consacré à la formation imposée depuis 2005 à tous les employeurs. Le secteur des MR‐MRS envisage la conclusion d’une nouvelle CCT sur l’instauration et le fonctionnement de l’équipe mobile dans les MR‐MRS. En matière de gestion du person‐
nel, divers projets sont sur la table des négociations : prolongation des sys‐
tèmes sectoriels de RCC (prépension) à 58 ans et à 56 ans, développement d’un système sectoriel de crédit‐temps dans le cadre de la nouvelle réglementation en vigueur depuis le 1er septembre 2012, octroi du barème 1.35 aux aides‐
soignants. La diversité des matières visées, la complexité technique de plusieurs aspects et l’insuffisance de financement de certaines mesures, auxquelles s’ajoute une divergence des partenaires sociaux sur les priorités, ralentissent l’aboutissement de ces différents dossiers. C’est en date du 13 mai 2013 qu’une première série de CCT sont signées au sein de la Commission paritaire, à savoir : ‐
trois CCT relatives au montant et au mode de perception des cotisations destinées aux initiatives de formation et d’emploi pour les groupes à risque du Fonds social o des hôpitaux privés ; o pour les homes pour personnes âgées et les maisons de repos et de soins privées ; o des établissements et des ser‐
vices de santé ; ‐
‐
la CCT relative au projet de formation en art infirmier (géré par le FINSS) ; la CCT relative à l’instauration et au fonctionnement de l’équipe mobile (dans les maisons de repos pour personnes âgées et maisons de repos et de soins). 11 A la rentrée de septembre, demeurent cinq CCT à négocier dans un équilibre dont les partenaires sociaux discutent lors de nombreuses réunions et, pour les employeurs, sous la pression de nouveaux mouvements de grève. Les débats sont compliqués par le maintien du refus d’une fédération patronale de prolonger les systèmes sectoriels de RCC (prépension). C’est à l’issue de longues heures de négociation, en date du 2 octobre 2013, qu’intervient la signature, lors d’une réunion extraordinaire de la Commission paritaire des établisse‐
ments et des services de santé (CP 330), de quatre CCT et d’un protocole d’accord, moyennant l’annulation de la grève prévue le 8 octobre. Ont ainsi été conclues, le 2 octobre, à l’unanimité des membres de la Commission paritaire, les quatre CCT en négociation depuis plusieurs mois, à savoir : ‐
‐
‐
‐
la CCT relative à l’octroi d’une indemnité complémentaire en faveur de certains travailleurs âgés en cas de licenciement (58 ans) ; la CCT relative au régime de chômage avec complément d’entre‐
prise à partir de 56 ans dans le cadre de la CCT n° 106 du Conseil National du Travail ; la CCT en exécution de la CCT n° 103, conclue le 27 juin 2012 au sein du Conseil National du Travail, instaurant un système de crédit‐
temps, de diminution de carrière et d’emplois de fin de carrière ; la CCT relative à la formation. Le protocole d’accord relatif à l’octroi du barème 1.35 aux aides‐soignants est conclu, à la même date, moyennant des garanties de financement de la mesure, en particulier dans le secteur hospitalier où l’insuffisance budgétaire avait déjà été dénoncée par la F.I.H. (sur la base d’une enquête réalisée auprès de ses affiliés lors des négociations non abouties en 2012). 12 Après quelques rebondissements, dus au blocage d’une fédération patronale, intervient enfin la signature de la CCT du 7 novembre 2013 concernant l’harmoni‐
sation des barèmes des aides‐soignants. La nouvelle CCT prévoit l’attribution du barème 1.35 aux aides‐soignants disposant d’un enregistrement définitif (ou provisoire) en référence aux arrêtés royaux du 12 janvier 2006 et qui exercent effectivement la fonction telle que définie dans ces deux arrêtés. Deux dates d’entrée en vigueur sont stipulées selon les secteurs, en cohérence avec le financement octroyé : le 1er janvier 2013 pour la majorité des secteurs visés, notamment les maisons de repos et maisons de repos et de soins et les centres de soins de jour pour personnes âgées, les centres de revalidation, les initiatives d’habitations protégées ; le 1er janvier 2014 pour les hôpitaux (généraux et psychiatriques) et les MSP. services de santé (FINSS) et Fonds Maribel social (FMS330) ; ‐
le suivi du système de pension sectoriel par la signature de la CCT du 8 juillet 2013 relative à l’engagement de pension sectoriel pour l’année 2012 ; ‐
le contrôle incombant aux commis‐
sions paritaires des classifications de fonctions sectorielles quant à leur caractère neutre sur le plan du genre, en application de la loi du 22 avril 2012 visant à lutter contre l’écart salarial entre hommes et femmes ; ‐
le suivi des travaux autour des deux CCT sectorielles relatives à la délégation syndicale ; ‐
la relance d’un groupe de travail relatif à la formation ensuite de la signature de la CCT du 2 octobre 2013 relative à la formation ; ‐
l’adaptation de la CCT du 20 avril 2009 relative aux « groupes à risque » par la CCT du 9 décembre 2013 qui, en application d’un arrêté royal du 19 février 2013, inclut les catégories de personnes désormais obligatoirement bénéficiaires des efforts sectoriels (travailleurs de 50 ans ou plus, de 40 ans menacés de licenciement, personnes inoccupées, avec aptitude réduite, jeunes de moins de 26 ans peu qualifiés) ; -
l’introduction d’un dossier de demande de subsides dans le cadre de l’appel à projets lancé par le SPF Emploi, Travail et Concertation sociale en vue du développement d’initiatives supplémentaires en faveur de certains groupes à risque (jeunes peu qualifiés) ; l’examen d’un projet de CCT relative au projet de formation « Tremplin vers l’aide‐soignant » dans les MR‐
MRS.
Durant l’année 2013, les travaux de la Commission paritaire des établis‐
sements et des services de santé ont également porté sur : ‐
la reconnaissance de formations dans le cadre du congé‐éducation payé ; ‐
l’examen de dossiers introduits par des entreprises en vue d’octroyer des avantages non‐récurrents liés aux résultats, en application de la CCT n° 90 du 20 décembre 2007, conclue au sein du Conseil National du Travail ; ‐
l’approbation des rapports d’activité et comptables annuels émanant des différents Fonds sociaux créés au sein de la Commission paritaire : Fonds d’épargne sectoriel des secteurs fédéraux, Fonds sociaux « groupes à risque » pour les hôpitaux privés, pour les homes pour personnes âgées et les maisons de repos et de soins, Fonds social des établissements et services de santé, Fonds intersectoriel des ‐
F.I.H. – Rapport d’activité 2013 Fondssociaux
Les Fonds sociaux des secteurs fédéraux sont des Fonds de sécurité d’existence constitués par CCT au sein de la Commission paritaire 330 et gérés paritairement. Ils remplissent des missions en matière de formation (Fonds Groupes à risque et Fonds intersectoriel des services de santé – FINSS) et d’emploi (Maribel social) auxquelles s’ajoute la mission spécifique assurée par le Fonds de pension sectoriel. Ils sont regroupés dans les ASBL AFOSOC (Association des Fonds sociaux du secteur non‐marchand www.afosoc‐vesofo.org) et FE.BI (Asso‐
ciation des Fonds sociaux fédéraux et bicommunautaires www.fe‐bi.org) qui assurent d’une part un encadrement logistique et administratif et, d’autre part, le développement de projets inter‐
sectoriels, ainsi qu’un partage d’expé‐
riences grâce à l’activité du personnel permanent engagé au sein de ces instances. Les rapports d’activité établis annuellement par ces Fonds de sécurité d’existence sont soumis à l’approbation de la Commission paritaire compétente. L’emploi Maribel social et le FMS
330
Le financement du Maribel social (MS) et fiscal (MF) couvre un nombre d’emplois important dans le secteur non‐marchand. En 2013, la dotation au Fonds Maribel social pour le secteur des soins de santé (fédéraux) – en abrégé FMS 330 ‐ s’élève à 289.895.030,53 euros auxquels s’ajoutent 56.243.975,96 euros du Maribel fiscal (MF). En terme d’emplois à durée indéterminée, cela représente plus de 9.500 ETP répartis en plus de 15.500 postes de travail. Les moyens sont répartis dans sept sous‐secteurs gérés par les Chambres Maribel correspondantes et notam‐
ment : F.I.H. – Rapport d’activité 2013 ‐
les hôpitaux privés : 165.281.459,84 euros pour le MS et 30.870.694,87 euros pour le MF ; ‐
les MR‐MRS : 77.807.284 euros de MS et 12.346.539,92 euros de MF ; ‐
les habitations protégées franco‐
phones : 326.670 euros de MS et 50.167,91 euros de MF. Dans le secteur des hôpitaux et des MR‐
MRS, les Chambres assument encore d’autres missions découlant de l’accord social 2005‐2010, à savoir la gestion des emplois financés par l’INAMI dans le cadre des congés supplémentaires en faveur du personnel de plus de 50 ans et de la mesure de parrainage dans les hôpitaux. La formation en art infirmier
soutenueparleFINSS La formation en art infirmier demeure un objectif des partenaires sociaux du secteur des soins de santé. Reconduit par la CCT du 13 mai 2013 relative au projet de formation en art infirmier, le « projet 600 » du Fonds intersectoriel des services de santé (FINSS) offre la possibilité de reprendre des études d’infirmier(e) à quelques centaines de travailleurs qui sont dispensés de prestations de travail ; le FINSS finance le coût salarial du travailleur engagé pour le rempla‐
cement du travailleur en formation (TEF). Les moyens sont prélevés sur les budgets non utilisés du Maribel au sein du Fonds MS 330. Force est de constater depuis quelques années que ces réserves non utilisées s’amenuisent, réduisant par conséquent les dispo‐
nibilités pour le « projet 600 ». En 2013, les partenaires sociaux sont à nouveau confrontés à l’absence de moyens restants du MS, désormais totalement consacrés à leur destination initiale de création d’emplois spéci‐
fiques à chaque secteur d’activité du non‐marchand. En l’absence de budgets nouveaux dégagés par les autorités de tutelle, un choix difficile s’impose entre la pérennisation d’emplois MS octroyés par les secteurs – notamment dans les hôpitaux – et le maintien d’un objectif de 200 ETP fixé par le FINSS pour le remplacement des travailleurs en formation. La répartition des moyens MS est bloquée quelques mois au niveau du FMS 330 jusqu’à un accord des partenaires sociaux qui permet la continuité du « projet 600 » en 2013, moyennant toutefois la recherche de solutions alternatives tant en ce qui concerne le financement qu’en ce qui concerne les systèmes de formation à mettre en œuvre. LesFonds«groupesàrisque»
La formation en art infirmier est encouragée depuis plusieurs années dans le cadre du projet « Tremplin vers l’art infirmier » développé par les Fonds « groupes à risque » des secteurs des hôpitaux privés et des MR‐MRS. Ce système augmente, en les finançant, le nombre d’heures de congé‐éducation payé en faveur des travailleurs de ces institutions qui entreprennent des études d’infirmier(e). Subsidiés par des cotisations ONSS patronales de 0,10% sur la base des CCT sectorielles reconduites tous les deux ans (et plus particulièrement les CCT du 13 mai 2013), ces Fonds, en plus de leurs spécificités sectorielles, dévelop‐
pent de façon transversale d’autres actions de formation dans le domaine des soins. Il s’agit notamment de la formation des aides‐soignants dans le cadre du recyclage de 120 heures, ou sous forme de contrats d’apprentissage ouverts aux jeunes de moins de 25 ans, ainsi que, pour le secteur des MR‐MRS, d’un projet « Tremplin vers l’aide‐
soignant » similaire à celui développé dans les études en art infirmier. 13 En plus de l’aide‐soignant, d’autres métiers tels qu’aide‐cuisine, aide‐ logistique, aide‐administrative et jardi‐
nier sont aussi accessibles via la filière du contrat d’apprentissage (avec des incitants offerts par les Fonds « groupes à risque » sous forme de primes à l’emploi). Ce sont les Fonds qui assurent la gestion des dossiers soumis au Comité paritaire d’apprentissage cons‐
titué au sein de la Commission paritaire en vue de ces formations. En 2013 sont encore proposés ‐ en collaboration intersectorielle sous l’égide de l’ASBL FE.BI ‐ une offre de formation en bureautique et un accompagnement individuel de l’évo‐
lution professionnelle intitulé « bilan de compétences ». L’ensemble des offres de formation fait l’objet d’une brochure déclinée par chacun des secteurs au sein de l’ASBL FE.BI et éditée deux fois par an. Pour compléter cette information à destination des institutions concernées, sont mis à disposition une newsletter ainsi que le site web des Fonds sociaux du secteur non‐marchand (www.fe‐
be.org). Un arrêté royal du 19 février 2013 détermine des « groupes à risque » spécifiques pour lesquels les employeurs, liés par une CCT, doivent désormais réserver un effort d’au moins 0,05% (sur les 0,10% actuellement dus) de la masse salariale, soit la moitié des moyens « groupes à risque » (GAR). C’est le cas des secteurs relevant de la Commission paritaire des établis‐
sements et des services de santé et il appartient aux Fonds GAR sectoriels d’orienter leurs actions sur les nouveaux groupes‐cibles, à savoir : ‐
les travailleurs du secteur âgés d’au moins 50 ans ; ‐
les travailleurs du secteur âgés d’au moins 40 ans et menacés de licenciement ; 14 ‐
les personnes inoccupées ou travaillant depuis moins d’un an, demandeurs d’emploi ; ‐
les personnes avec aptitude au travail réduite ; ‐
les jeunes de moins de 26 ans en formation en alternance ou profes‐
sionnelle en entreprise ou en stage de transition ; la moitié des 0,05% ainsi réservés (soit 0,025%) doivent bénéficier à des jeunes de moins de 26 ans en formation, ou répondant aux critères définis ci‐dessus de personnes inoccupées ou avec aptitude réduite. La CCT sectorielle du 20 avril 2009, relative à la définition des « groupes à risque », est adaptée par une CCT signée le 9 décembre 2013 en Commission paritaire des établissements et des services de santé afin d’y intégrer ces nouvelles catégories. Le Fonds de pension du secteur
non‐marchandfédéral
En exécution de l’accord social 2005‐
2010, les partenaires sociaux ont constitué un Fonds d’épargne sectoriel pour les secteurs fédéraux, afin de gérer les moyens financiers et de mettre en œuvre un 2ème pilier de pension en faveur des travailleurs du secteur. Le suivi du système de pension sectoriel est assuré, en 2013, par la signature de la CCT du 8 juillet 2013 relative à l’engagement de pension sectoriel pour l’année 2012. Chaque travailleur est affilié au plan de pension complémentaire du secteur. Pour les employeurs, ce système de pension complémentaire ne demande aucune démarche administrative ou décisionnelle. Toutes les opérations se passent entre le Fonds de pension et les travailleurs concernés, sur la base des données déclarées par les employeurs à l’O.N.S.S. et récoltées au niveau du Fonds via la Banque‐carrefour de la Sécurité sociale. La constitution d’un 2ème pilier de pension est amorcée avec cependant des moyens très limités dont les organisations patronales n’ont pas obtenu l’augmentation dans le cadre des propositions ministérielles d’accord social pour 2013, ce qui constitue un des motifs de leur refus d’adhésion. L’Institut de classification
fonctions(IF‐IC)
de
L’IF‐IC travaille désormais sur trois projets distincts : au projet fédéral initial, qui concerne les secteurs hospitaliers et des MR‐MRS, se sont ajoutés les projets des secteurs résiduaires de la Commission paritaire 330 et des secteurs flamands. La structure de l’ASBL est adaptée en conséquence par la création, à côté de l’Assemblée générale et du Conseil d’Administration, de trois groupes de pilotage autonomes correspondant à chacun des trois projets de classification de fonctions développés par l’IF‐IC. Les nouveaux statuts sont approuvés le 13 juin 2013. L’ASBL IF‐IC est gérée paritairement par les partenaires sociaux du secteur fédéral privé non‐marchand. Toutes les organisations patronales et syndicales qui sont représentées dans les différentes commissions paritaires des trois projets siègent au sein de l’AG de l’IF‐IC. Celle‐ci est responsable de la gestion du système de classification analytique développé par l’IF‐IC. Pour la classification des secteurs relevant de la Commission paritaire 330, l’IF‐IC reçoit de l’INAMI un subside couvrant le coût salarial de 5 ETP plafonné à 275.000 euros par an. Le projet de classification des secteurs résiduaires est financé par le Fonds social pour les établissements et les services de santé, tandis que celui des secteurs « VIA » (flamands) est subsidié par le Gouvernement flamand. F.I.H. – Rapport d’activité 2013 Si le projet fédéral relatif à la classi‐
fication pour les soins de santé est mis en suspens depuis 2012 (faute de moyens) pour en implémenter le mo‐
dèle salarial mis au point par l’IF‐IC, cette instance est régulièrement inter‐
pellée au sujet du matériel déjà disponible comme outil RH. Sur cette base, les institutions peuvent rédiger des offres d’emploi, élaborer des profils de fonctions ou répertorier les besoins en formation. En 2013, le nouveau groupe de pilotage pour les secteurs fédéraux s’est limité à maintenir à jour la classification de fonctions existante. Le développement par l’IF‐IC de la classification analytique pour les établissements et services de santé de la Commission paritaire 330 va de pair avec l’élaboration d’un nouveau modèle salarial. Il s’agit d’un système barémique innovant, développé dans le but de répondre de manière plus adéquate aux besoins et aux réalités du secteur. Certaines organisations patronales suggèrent le développement d’un modèle salarial alternatif, moins ambitieux peut‐être, mais plus réaliste en termes de financement. Parallèlement, afin de garantir l’actu‐
alité des chiffres utilisés pour les simulations barémiques et dans l’ob‐
jectif d’ouvrir à tous les intéressés les avantages offerts par de nouveaux outils créés, l’IF‐IC envisage d’entreprendre, en 2014, de nouvelles études salariales dans les hôpitaux généraux et psychiatriques, avec mise à jour et réalisation de nouveaux benchmarks. Lecrédit‐temps
Le système du crédit‐temps subit d’importantes modifications à partir de septembre 2012. Depuis sa création en 2002, cette possibilité d’interrompre ou de réduire les prestations de travail est utilisée dans nos secteurs, répondant à l’objectif d’une meilleure combinaison de la vie professionnelle et de la vie privée des travailleurs. Les nouvelles dispositions limitent les allocations d’interruption durant la carrière et introduisent des conditions plus strictes pour l’octroi d’allocations dans le cadre du crédit‐temps en fin de carrière. Le droit du travailleur au crédit temps est également limité par la nouvelle CCT n° 103 conclue au sein du Conseil National du Travail, ce qui entraîne des conséquences importantes dans la gestion des demandes de crédit‐temps dans les institutions. Pour rencontrer les nombreuses pré‐
occupations générées par la mise en œuvre de la nouvelle réglementation, une séance d’information est organisée le 28 mars 2013, à l’intention de tous les affiliés de la F.I.H., sur initiative de la Commission Personnel. Une comparaison avec le système antérieur bien connu des participants, ainsi que l’attention aux spécificités sectorielles et aux difficultés régu‐
lièrement rencontrées, permettent d’intégrer les aspects intéressant plus particulièrement les affiliés de la F.I.H. dans une présentation générale très pédagogique des nouvelles mesures. C’est dans ce cadre réglementaire qu’est conclue la CCT sectorielle du 2 octobre 2013 instaurant un système de crédit‐temps, de diminution de carrière et d’emplois de fin de carrière qui étend en faveur des travailleurs relevant de la Commission paritaire 330 le droit au crédit‐temps sur 2 aspects : 1. droit au crédit‐temps avec motif de 36 mois maximum, à temps plein ou à mi‐temps pour les quatre motifs visés par la réglementation, à savoir soin d’un enfant jusqu’à 8 ans, soins palliatifs, assistance à un membre du ménage gravement malade, forma‐
tion reconnue ; 2. droit en fin de carrière à une réduction d’1/5 temps dès 50 ans (au lieu de 55) pour les travailleurs ayant une carrière professionnelle de 28 ans d’ancienneté. Monsieur Daniel Boulot, Chargé de communication, spécialiste Interruption de carrière / crédit‐temps à l’ONEM y présente le « nouveau » crédit‐temps et la réduction du temps de travail, avec ou sans motif(s), ainsi que le crédit‐
temps en fin de carrière. F.I.H. – Rapport d’activité 2013 15 Statut unique entre ouvriers et
employés
L’harmonisation des statuts des ouvriers et des employés n’est pas une idée nouvelle. Déjà en 1993, la Cour d’arbitrage (actuellement Cour constitu‐
tionnelle) conclut que les différences légales et réglementaires entre les ouvriers et les employés ne sont plus justifiées. Lors des négociations de l’accord interprofessionnel (en abrégé AIP) 2011‐
2012, les partenaires sociaux du « groupe des 10 » (dont le secteur non‐
marchand ne fait pas partie) s’accordent pour une évolution vers un rappro‐
chement des délais de préavis des ouvriers et des employés. Malgré l’absence d’AIP, de nouveaux délais de préavis sont introduits dans la loi relative aux contrats de travail, avec entrée en vigueur au 1er janvier 2012, par la loi du 12 avril 2011 modifiant la loi du 1er février 2011 portant prolon‐
gation des mesures de crise et l’exécution de l’accord interprofes‐
sionnel, et exécutant la proposition de compromis du Gouvernement relatif au projet d’AIP. 16 Simultanément, la Cour constitution‐
nelle, dans son arrêt du 7 juillet 2011, confirme sa position de 1993 et décide que les articles relatifs au jour de carence et aux délais de préavis des ouvriers sont discriminatoires. De plus, la Cour impose au législateur un délai de 2 ans pour adopter de nouvelles dispositions, soit jusqu’au 8 juillet 2013. Après plusieurs mois de négociations entre les partenaires sociaux du « groupe des 10 », un compromis portant sur les délais de préavis et sur le jour de carence est finalement proposé par la Ministre de l’Emploi, Madame Monica De Coninck, le 5 juillet 2013. La date‐butoir du 8 juillet 2013 approchant, c’est la Ministre de l’Emploi, et ensuite le Gouvernement, qui prennent la décision des lignes directrices sur la base desquelles est élaborée la loi du 26 décembre 2013 concernant l’introduction d’un statut unique entre ouvriers et employés en ce qui concerne les délais de préavis et le jour de carence, ainsi que de mesures d’accompagnement. Le projet de loi est rédigé par les services de la Ministre de l’Emploi et approuvé par le Conseil des Ministres en date du 27 septembre 2013. La loi est adoptée à la Chambre le 12 décembre 2013 et au Sénat le 19 décembre 2013. Publiée au Moniteur belge du 31 décembre 2013, son entrée en vigueur est fixée au 1er janvier 2014. La nouvelle loi modifie notamment la loi du 3 juillet 1978 relative aux contrats de travail et traite des délais de préavis, du jour de carence, des obligations des travailleurs en cas d’incapacité de travail, du reclassement professionnel, des mesures visant à augmenter l’employabilité des travailleurs, des compensations, des mesures transi‐
toires et de la suppression de la clause d’essai. D’autres textes réglementaires et conventionnels sont encore attendus au cours des mois ou années à venir, pour atteindre l’harmonisation complète des deux statuts. Plus particulièrement, la motivation du licenciement n’a pu être traitée en 2013. F.I.H. – Rapport d’activité 2013 B.LaCommissiontechniquegénérale
La Commission technique générale regroupe les membres de la Com‐
mission technique des Hôpitaux et ceux de la Commission technique des MR‐
MRS. Deux thèmes principaux y ont été abordés : les moyens de prévention face aux AES (Accidents d’Exposition au Sang). -
Plusieurs sujets multi‐secteurs sont retenus pour permettre aux membres de suivre l’actualité et de se tenir au courant des nouvelles données techno‐
logiques. Les occasions de se trouver face à un accident d’exposition au sang ne manquent pas dans nos institutions (manipulation de seringues usagées, contact avec des fluides biologiques humains, etc.). La Commission technique permet d’échanger entre pairs, d’établir un maillage entre les responsables tech‐
niques des différentes institutions et de profiter, au sein de ce réseau, de l’expérience des autres. Les témoignages de réalisations, les exposés d’experts, les foires aux questions, le brassage des idées et les échanges caractérisent l’activité des membres. La Commission technique correspond à une réelle demande des affiliés. Compte tenu de la vacance du poste de Conseiller technique, une seule réunion de la Commission a eu lieu en 2013. -
Pour limiter au maximum les risques de contagion, un groupe de travail s’est penché sur les moyens de prévention qui pouvaient limiter ces accidents. Monsieur Philippe Bertrand, Conseil‐
ler en prévention ‐ Coordinateur de zone à l’ACIS, a présenté les résultats de l’étude réalisée, en compagnie de Monsieur Dominique Jacques, Ingé‐
nieur prévention chez AXA et de Monsieur Xavier Robert, Conseiller en prévention chez Ethias. les subsides UREBA (Utilisation Rationnelle de l’Energie dans les BAtiments). En ces temps difficiles financière‐
ment, toute mesure permettant de faire baisser la facture énergétique est bonne à prendre. Monsieur Eddy Dubois, membre de la Cellule technique UREBA (Utili‐
sation Rationnelle de l’Energie dans les BAtiments), a fait le point sur les subsides du programme UREBA et sur les économies en matière d’énergie réalisables dans nos éta‐
blissements. F.I.H. – Rapport d’activité 2013 17 C.LeContextesocial,politique,juridiqueetadministratif
Réformedel’Etat
Les discussions sur la mise en œuvre de la 6ème réforme de l’Etat s’étalent tout au long de l’année 2013 à différents niveaux, et souvent dans une certaine discrétion. La base légale du transfert de compé‐
tences vers les entités fédérées se traduit progressivement par une série de projets de lois spéciales, négociées sous la responsabilité des deux Secrétaires d’Etat aux réformes institutionnelles (Messieurs Servais Verherstraeten et Melchior Wathelet), en accord avec le Premier Ministre et les huit partis signataires de la 6ème réforme de l’Etat. Dans les entités fédérées, les débats ont trait à l’organisation future des compé‐
tences. Au niveau de l’espace franco‐
phone, une Commission Wallonie‐
Bruxelles se met en place. Les fédérations patronales sectorielles seront consultées sur la base d’un questionnaire envoyé de façon large aux représentants sectoriels, dont la F.I.H. Ce sera l’occasion, pour la Fédération, de rappeler l’importance de ses inquiétudes sur la continuité de l’activité des services et sur l’importance qu’elle accorde au futur modèle de gestion des compétences. Vous trouverez la réponse de la F.I.H. à ce questionnaire ci‐après. Finalement, au niveau francophone, un accord se fait jour sur l’organisation des compétences de santé sur une base principalement régionale (Wallonie et Bruxelles). Le 19 septembre, les quatre Présidents des principaux partis politiques franco‐
phones dévoilent un accord intra‐
francophone sur l’organisation des 18 compétences en matière sociale et de santé, sous le nom de « Projet commun d’organisation des nouvelles compé‐
tences en matière de santé, d’aide aux personnes et d’allocations familiales ». La feuille de route a le mérite d’exister. Il faudra toutefois être attentif à la mise en œuvre concrète et à l’organisation future des organismes d’intérêt public qui seront chargés de ces matières. Cet accord, repris dans la presse francophone sous le nom des accords dits « de la Sainte‐Emilie », prévoit principalement : En novembre, après de longs mois de négociation, les textes relatifs aux transferts de compétences sont votés en Commission de Révision de la Constitution et de la Réforme des Institutions (au Parlement fédéral). -
-
-
-
le transfert des principales compé‐
tences de santé transférées par l’Etat fédéral à la Communauté française vers la Région wallonne et la Cocof (pour les compétences qui ne relèvent pas exclusivement de la Cocom), y compris les compétences relevant déjà de la Communauté française, à l’exception notable des hôpitaux universitaires, de la santé préventive des enfants et adoles‐
cents (ONE) et du contrôle médico‐
sportif ; la mise en place d’organismes d’inté‐
rêt public en Wallonie et à Bruxelles pour la gestion future des compé‐
tences de santé ; une recherche de convergence des politiques entre la Wallonie et Bruxelles (Cocof, voire Cocom si possible), via la mise en œuvre d’un socle de principes communs organisé de façon décrétale ; la mise en place d’une structure dite « trait d’union » entre la Wallonie et Bruxelles, qui doit se traduire par un Comité ministériel commun, un organe de concertation composé de représentants de partenaires associés à la gestion des compé‐
tences concernées, et une coordination des fonctionnaires diri‐
geants (des organes administratifs concernés par la gestion des compétences). Les débats se poursuivent par la suite en séances plénières de la Chambre des Représentants et du Sénat. Pour ce qui concerne les secteurs des soins de santé, cela se traduit par : -
-
le projet de loi spéciale portant réforme du financement des Communautés et Régions, élargis‐
sement de l’autonomie fiscale des Régions et financement des nouvelles compétences, qui porte sur le nouveau cadre budgétaire des Communautés et Régions ; le projet de loi spéciale relative à la 6ème réforme de l’Etat, qui organise le champ des compétences trans‐
férées. F.I.H. – Rapport d’activité 2013 Réponse de la F.I.H. (ASBL) au questionnaire de la Commission Wallonie‐Bruxelles La F.I.H. fédère en Wallonie des institutions de soins qui emploient plus de 25.000 travailleurs et qui offrent près de 20.000 lits et places d’accueil. Les institutions membres se répartissent en 3 secteurs : le secteur personnes âgées (9.524 lits/places d’accueil), le secteur hôpitaux (7.435 lits en hôpital général) et le secteur santé mentale (1.914 lits en hôpital psychiatrique, 411 lits de maisons de soins psychiatriques, 340 places en initiatives d’habitations protégées). Les affiliés de la F.I.H. ont également développé de nombreuses activités ambulatoires (entre autres 9 services de santé mentale, des polycliniques, des centres conventionnés INAMI, des centres de jour, etc.). Les réponses de la F.I.H. se concentrent sur ces 3 secteurs principaux d’activité : hôpitaux généraux, santé mentale et personnes âgées. 1° Quelles difficultés principales identifiez‐vous, propres au domaine que vous traitez, pour la mise en œuvre du transfert de compétences? Les difficultés principales que nous avons identifiées pour la mise en œuvre du transfert portent sur 3 domaines principaux : a)
La continuité dans la gestion des compétences au moment du transfert b)
Le maintien des services (notamment au niveau des moyens alloués) c)
Le choix du modèle de gestion a)
La continuité dans la gestion des compétences au moment du transfert Au moment du transfert (après le vote par le Parlement fédéral des lois spéciales), les entités fédérées devront être fin prêtes à gérer les compétences. Afin d’assurer la continuité du système, les autorités devront s’assurer que, au jour J+1 des transferts de compétence, tout sera mis en place pour fonctionner de façon efficace. Pour ce qui concerne la partie francophone du pays, cela signifie qu’il faudra être au clair sur l’entité qui reçoit les compétences (Régions/Communauté), l’organisme qui les administre au jour le jour (administration, autre opérateur de gestion ?), et comment la gestion des matières s’organise. Les entités fédérées doivent dès à présent travailler à un transfert de l’expertise de l’Etat fédéral (SPF Santé publique, INAMI, etc.) et des outils (par exemple informatiques) vers les opérateurs chargés demain de l’administration des compétences transférées. b)
Le maintien des services (notamment au niveau des moyens alloués) Il s’avère essentiel de garantir à chaque opérateur du secteur de la santé concerné par la réforme de l’Etat qu’il recevra après le transfert des compétences au minimum un financement correspondant à ses dépenses, notamment en vue du respect de ses obligations légales (normes, barèmes, etc.). A cet égard, les points suivants devraient faire l’objet d’une attention particulière et d’une clarification, afin de rassurer les secteurs : 1.
2.
3.
le recalcul des montants relatifs aux dotations (notamment pour les matières liées aux soins de santé) au moment du transfert ; l’évolution au cours du temps des enveloppes budgétaires nationales transférées de l’Etat fédéral vers les entités fédérées ; la répartition des moyens par sous‐secteur et l’utilisation au niveau de chaque entité fédérée (pour le côté francophone du pays, la Wallonie et/ou la Fédération Wallonie‐Bruxelles). 19 F.I.H. – Rapport d’activité 2013
Il conviendrait de communiquer clairement sur ces éléments. Nous vous référons à cet égard à la note rédigée par la F.I.H. en janvier 2012 concernant les transferts de compétences1. c)
Le choix du modèle de gestion Le choix du modèle de gestion est un élément essentiel. L’importance et la nature des montants transférés pour les secteurs de la santé nous indiquent que l’Etat fédéral se trouve à un moment charnière, qui impose aux entités fédérées de s’organiser pour l’avenir. Les revendications communautaires, lancinantes ces dernières années, pourraient ressurgir rapidement et amener à leur suite d’autres transferts. Il est donc primordial de s’y préparer. L’organisation et le financement de la sécurité sociale en Belgique relèvent d’un « régime » mixte, fonctionnant principalement dans le cadre d’un système assuranciel (les assurés payent des cotisations qui leur ouvre le droit au remboursement des prestations financées) lié au droit du travail et étendu progressivement à une large partie de la population, couplé un système d’assistance sociale (dans lequel l’Etat gère les prestations sociales financées par l’impôt). Les soins de santé organisés au niveau fédéral relèvent, dans leur mode d’organisation et pour la majorité des ressources financières y afférentes, du système d’assurance. Les soins de santé sont principalement gérés par l’INAMI, institution de sécurité sociale qui bénéficie d’une large autonomie, et où prévaut le principe de cogestion. Ce système a largement fait ses preuves au cours du temps, bien qu’il soit perfectible. Nous sommes partisans d’une gestion du système par les partenaires du secteur. A cet effet, nous vous renvoyons à notre réponse à la 3ème question. 2° Quels sont les défis dans les différents domaines que vous identifiez pour l’avenir? Outre les défis identifiés au point 1 (au moment du transfert), pour l’avenir (après transfert), nous avons relevé 3 défis principaux : a)
b)
c)
a)
Assurer les engagements donnés Répondre aux besoins de la population en adaptant l’offre de services et en assurant la croissance des secteurs Eviter les incohérences du système (articulation entre entités) Assurer les engagements donnés Afin de ne pas créer d’insécurité juridique et d’éviter la rupture dans les projets en cours, il importe d’assurer les engagements du passé donnés par les autorités avant transfert. A titre d’exemple, pour ce qui concerne les hôpitaux, cela implique la poursuite et la réalisation de tous les engagements pris dans le cadre du calendrier de construction 2006‐2015. Le même principe doit prévaloir pour tous les secteurs, notamment pour les accords passés avec le Comité de l’assurance soins de santé relatifs aux centres conventionnés INAMI. b)
Répondre aux besoins de la population en adaptant l’offre de services et en assurant la croissance des secteurs Dans les prochaines décennies, le vieillissement de la population et les changements sociétaux, notamment l’évolution de la structure familiale et la diminution de la solidarité intergénérationnelle, amèneront une modification substantielle de la demande et de l’offre de soins. Cela se traduira principalement par une augmentation des soins chroniques (notamment les soins de revalidation et les soins de santé mentale) et aux personnes âgées. 1
20 Note relative aux transferts de compétences liées aux matières concernant les affiliés de la F.I.H. (ASBL) – janvier 2012 F.I.H. – Rapport d’activité 2013 Parallèlement, les soins aigus devront faire face à une évolution rapide des techniques de pointes, qui génèreront des dépenses importantes. Il faudra notamment tenir compte de l’adaptation inévitable de l’infrastructure. Il convient par conséquent de suivre de près l’évolution des besoins de la population, d’adapter l’offre en conséquence, et de dégager les moyens financiers nécessaires à la réponse à y apporter dans les différents secteurs. La note sur la 6ème réforme institutionnelle précise, en ce qui concerne les matières transférées aux Communautés (du point de vue de l’Etat fédéral), que la répartition des moyens (dotations) se fera selon des clés démographiques (0 à 18 ans pour les allocations familiales – plus de 80 ans pour les personnes âgées – population globale pour les autres matières de santé). L’évolution des enveloppes sera ensuite calculée principalement sur la base de l’inflation, de 82,5 % de la croissance réelle du PIB par habitant (et soit de la croissance de la population de 0 à 18 ans pour les allocations familiales, soit de l’évolution des personnes de plus de 80 ans pour les matières liées aux personnes âgées). L’accord prévoit cependant un mécanisme de transition, qui « garantira que, l’année de départ, aucune entité ne soit gagnante ni perdante. Le montant d’égalisation restera constant en valeur nominale pendant 10 ans avant de diminuer de manière linéaire pendant les 10 années suivantes jusqu’à disparaître2 ». Si on se contente des moyens attribués via les dotations aux entités fédérées (tels qu’inscrits dans la note sur la 6ème réforme de l’Etat), les secteurs de la santé transférés risquent de devoir faire face à une raréfaction des moyens alors que la demande va inexorablement augmenter. Cette raréfaction imposera aux décideurs et aux opérateurs de poser des choix. Nous vous renvoyons à cet égard à la note rédigée par la F.I.H. (ASBL) en 2012. Pour faire face à cette situation, un certain nombre de pistes de solutions devraient être examinées, par exemple : -
la période de transition (de 10 ans) peut être mise à profit pour constituer progressivement, via un système de solidarisation par cotisations, les réserves nécessaires à la mise en place d’une assurance dépendance (visant à amortir le choc du vieillissement de la population) ; -
une réflexion doit avoir lieu concernant le développement et le financement de formules alternatives telles que court‐séjour, centre de soins de jour, résidence‐services « améliorée », etc. et la diversification de l’offre de soins ; -
l’intégration des soins de santé (par exemple via la mise en œuvre des circuits de soins) peut être encouragée; -
la consolidation des opérateurs (taille suffisante) ; -
l’amélioration de la politique de prévention de la santé à tous niveaux ; -
l’encouragement aux aidants proches. c)
Eviter les incohérences du système (articulation entre entités) Le transfert d’une série de compétences risque d’entrainer des distorsions, des incohérences entre les secteurs, et de rendre plus complexe l’approche transversale dans un continuum de soins. Pratiquement, la note sur la 6ème réforme de l’Etat prévoit une série de mécanismes de coopération entre les entités fédérées et l’Etat fédéral (Institut du futur pour réfléchir aux défis des soins de santé, accords de bilatéraux asymétriques en matière de programmation, vérification que les normes des Communautés n’auront pas d’impact sur le budget – fédéral – des hôpitaux, etc.). Compte tenu de la libre circulation des patients, notamment dans l’espace intra‐francophone, il sera nécessaire de développer des synergies importantes entre Wallons et Bruxellois francophones. 2
Page 68 de la note de réforme institutionnelle. 21 F.I.H. – Rapport d’activité 2013
3° Quelle est la meilleure manière d’y répondre selon vous? Quels sont les grands principes qui doivent guider l’organisation future des compétences transférées ? Comment envisagez‐vous notamment l’implication des différents partenaires potentiels (interlocuteurs sociaux, acteurs du secteur, usagers...) dans ce modèle et leur interaction avec les responsables politiques? Le système de soins de santé belge est reconnu et apprécié par la population en raison de sa « performance ». Pour un coût relativement maîtrisé, comparé à de nombreux pays développés, il garantit une bonne qualité des soins, la liberté de choix du patient, la liberté thérapeutique du prestataire, l’accessibilité financière et géographique aux dispositifs, et des délais généralement très courts de prise en charge (pas ou peu de listes d’attente). Le modèle fédéral actuel, basé principalement sur un système d’assurance, intègre dans la gestion de la sécurité sociale les partenaires sociaux ; ces derniers sont les garants d’un système de solidarité mis en place grâce aux cotisations sociales. Pour les matières relatives à la santé, l’Etat fédéral a mis en place des organes de concertation efficaces et implique dans la gestion les partenaires des secteurs concernés. Dans la structure fédérale actuelle, l’initiative pour définir les besoins à prendre en compte et les moyens à mettre en œuvre sont déterminés par les interlocuteurs/partenaires du secteur. Il convient de réfléchir à un modèle efficace au niveau de la Région et/ou Fédération Wallonie‐Bruxelles/Deutschsprachige Gemeinschaft Belgiens. La F.I.H. est favorable à un modèle de concertation et de gestion des compétences intégré dans la réglementation, avec passage obligé pour toute modification des arrêtés. La F.I.H. propose d’instaurer un système d’organisation des soins de santé qui associe les interlocuteurs du secteur dans le schéma suivant : -
la Région/Communauté fixe les orientations de politique générale ; le Ministre en charge des matières fixe le budget et en est le garant ; un organe gère, au jour le jour, les matières et contrôle l’exécution du budget ; les partenaires du secteur (gestionnaires, mutualités, fédération de patients…) participent, au sein de cet organe, à la détermination des priorités, des besoins nouveaux et des moyens à mettre en œuvre ; ils jouent un rôle important à plusieurs niveaux via des organes de concertation (par secteur), qui sont chargés : o de rendre des avis obligatoires sur toute modification de la réglementation en matière de santé (normes d’agrément, règles de reconversion, de financement…) ; o de rendre d’initiative les avis qu’ils jugent nécessaire sur tout problème en matière de santé relevant de la Région/Communauté ; o de rendre chaque année une estimation des nouveaux besoins nécessaires au bon fonctionnement du secteur ; o de rendre des avis sur les dossiers d’agrément actuellement soumis au groupe de travail « établissements de soins » de la Commission wallonne de la Santé ; o de rendre des avis sur les techniques et la liquidation du financement ; o à cet égard, il serait peut‐être utile de scinder les matières financières (budget, modes de liquidation, etc.) des matières organisationnelles (agrément, obligations légales en matière de qualité, etc.). Cet organe doit être suffisamment indépendant et « neutre » afin de mener une politique axée sur les besoins des patients et de garantir une stabilité certaine dans la gestion des matières transférées (par exemple en cas de crise politique). Une façon de garantir l’indépendance de cet organe serait : - de lui accorder une large autonomie de gestion, telle qu’elle existe pour le moment dans certaines institutions publiques de sécurité sociale au niveau fédéral (nous pensons notamment à l’INAMI) ; - d’y intégrer une représentation de tous les partis politiques démocratiques représentés au Parlement de l’entité fédérée qui a dans ses compétences la matière concernée. 22 F.I.H. – Rapport d’activité 2013 4° Comment assurer au mieux l’égalité d’accès et la libre circulation des patients, des travailleurs et des familles, entre la Wallonie et Bruxelles mais aussi avec la Flandre et la Communauté germanophone? Comment assurer une fluidité optimale pour les usagers et garantir la solidarité et le meilleur accès aux prestations ? Sur le territoire bruxellois plus particulièrement, comment assurer une cohérence optimale, vu la multiplicité des autorités compétentes (COCOM, Communauté flamande/VGC, Communauté française/COCOF)? La note sur la 6ème réforme de l’Etat prévoit une série de mécanismes de coopération entre les entités fédérées et l’Etat fédéral (Institut du futur pour réfléchir aux défis des soins de santé, accords de bilatéraux asymétriques en matière de programmation, vérification que les normes des Communautés n’auront pas d’impact sur le budget – fédéral – des hôpitaux, etc.). Compte tenu de la libre circulation des patients et de la liberté de choix du patient et du prestataire, auxquels les citoyens sont attachés, il sera nécessaire de développer des synergies importantes entre les entités fédérées. Nous privilégions, dans ce cadre : -
une base réglementaire la plus proche possible entre les entités fédérées, surtout entre la Wallonie, la Communauté française/Cocof/Cocom et la Région wallonne une symétrie en matière d’organisation dans la gestion des compétences si possible, un maximum d’accords de coopération. 5° Afin de pouvoir consacrer un maximum de moyens aux politiques mises en oeuvre, comment favoriser les économies d’échelle et limiter les frais de fonctionnement Plusieurs éléments nous semblent importants afin de favoriser les économies d’échelle et de limiter les frais de fonctionnement : -
concentrer les frais de gestion du système en regroupant les compétences transférées en matière de santé au sein d’un même organe de gestion ; optimiser l’utilisation des ressources (dotations et ressources nouvelles éventuelles) sur la base d’une solidarité la plus large possible, et faciliter la gestion globale des flux ; éviter un éparpillement des ressources sur de multiples structures de très petite taille ; favoriser la coopération et la complémentarité entre le monde associatif et le secteur public via la mise en application de la charte associative. 6° Comment favoriser une gestion cohérente et optimale des compétences qui vont être transférées avec les matières déjà actuellement transférées ou dont l’exercice a été transféré? Comment améliorer la lisibilité pour les usagers et pour les acteurs du secteur? Afin de favoriser une gestion cohérente de l’ensemble des compétences transférées en matière de santé, il importe de regrouper ces compétences au sein d’un même organe de gestion. Les différents acteurs représentatifs du secteur doivent être partie intégrante de l’organe de gestion, dont les modalités de constitution et de fonctionnement sont décrites aux points 3 et 5 ci‐avant. Dans ces cadres, les organisations représentatives des usagers du secteur des soins de santé (organisations de patients) peuvent y trouver une place à part entière. 23 F.I.H. – Rapport d’activité 2013
Accréditation/Qualité
Dans le courant de l’année 2013, la mise en place progressive de la plate‐forme pour l’accréditation, qui réunit dans un premier temps fédérations hospita‐
lières, organismes assureurs et écoles de santé publique, permet de soutenir le débat sur l’accréditation, en latence depuis plusieurs années. Le 14 mai, Monsieur Sébastien Audette, Directeur d’Accréditation Canada, expose le système d’accréditation canadien. Cette séance d’information se clôture avec une brève présentation de Madame Elisabeth Darras, Professeur et Doyen de la Faculté de Santé publique de l’Université catholique de Louvain, sur l’offre de formation potentielle que pourrait proposer l’Ecole de Santé publique.
Le 29 août, le Gouvernement wallon adopte un Plan wallon pour la qualité des soins hospitaliers, qui se décline en six axes : -
-
réfléchir sur l’évolution des normes et préparer la mise en œuvre de nouvelles normes ; produire des indicateurs ; -
-
-
préparer et accompagner le déploiement du processus d’accré‐
ditation ; mettre en cohérence organisation de l’inspection, normes, indicateurs et accréditation ; initier un benchmarking entre établissements de soins ; mener une réflexion sur la diffusion publique de données relatives à l’inspection, la performance et les résultats. L’implémentation du Plan doit se faire par étape, et associer les fédérations hospitalières, les organismes assureurs et les écoles de santé publique. La F.I.H. s’investit, parallèlement aux activités de la plate‐forme qui se met en place, pour soutenir ses membres dans la réflexion. Le 13 septembre, la CBI, la FHPB et la F.I.H. organisent deux rencontres des hôpitaux membres intéressés avec les représentants d’Accreditation Canada International, Monsieur Sébastien Audette, Directeur général, et le Docteur Simon Racine, Directeur général de l’Institut universitaire en santé mentale de la ville de Québec, et visiteur pour l’accréditation Canada. -
La première réunion concerne les hôpitaux aigus (hors psychiatrie) ; -
La deuxième réunion concerne les hôpitaux psychiatriques et les services psychiatriques d'hôpitaux aigus. Ces rencontres se déroulent aux Cliniques de l’Europe, à Bruxelles.
24 F.I.H. – Rapport d’activité 2013 Du 15 au 21 octobre, la F.I.H. organise un voyage au Québec, sur le thème de l’accréditation. Ce voyage d’étude permet à plus de 30 participants (de la F.I.H., mais également d’autres fédérations partenaires et du SPF Santé publique) de découvrir la mise en œuvre sur le terrain des processus d’accréditation au Québec. -
Hôpital Maisonneuve‐Rosemont à Montréal : le système des soins de santé au Canada ‐ Historique et rôle de l’accréditation ‐ visite de l’hôpital ‐ présentation du dernier rapport d’accréditation. -
Institut universitaire en santé mentale de Montréal : présentation et visite de l’institution ‐ appropriation et mise en œuvre de l’accréditation en santé mentale. -
Hôpital général juif : présentation et visite de l’institution ‐ appropriation et mise en œuvre de l’accréditation (pré‐requis, coûts, investissements en temps et en personnel). -
Centre de santé et de services sociaux de Trois‐Rivières : présentation et visite de l’établissement ‐ la gestion des pratiques organisationnelles requises (POR). -
Centre hospitalier universitaire du Québec : présentation et visite de l’établissement ‐ planification stratégique de l’accréditation ‐ impacts sur l’organisation. -
Institut de santé mentale du Québec : particularités et adaptation du système d’accréditation en psychiatrie ‐ évolution des soins de santé mentale au Canada. -
Centre hospitalier universitaire de Laval : présentation et visite de l’établissement ‐ témoignages du processus d’accréditation en pédiatrie et obstétrique. En ce qui concerne la qualité, une séance de sensibilisation est organisée à l’intention des directeurs des MR‐MRS, le 5 novembre 2013, à l’initiative du groupe de travail « Qualité en MR‐MRS ». Elle vise à atteindre les quatre objectifs suivants : démontrer l’apport concret de la démarche qualité, démythifier le temps et le coût engendrés par celle‐ci, sensibiliser les acteurs à une démarche diffusée dans l’ensemble de l’établissement et, enfin, offrir une démarche simple à mettre en place. 25 F.I.H. – Rapport d’activité 2013
Lesmarchéspublics Depuis le 1 juillet 2013, la plupart des institutions de soins privées sont officiellement soumises aux règles des marchés publics. Le recours aux règles des marchés publics suppose une mise en concur‐
rence, ainsi qu’un processus d’achat plus transparent. Un marché public se définit, pour bref rappel, comme « un contrat à titre onéreux portant sur des travaux, des fournitures ou des services, conclu entre un pouvoir adjudicateur (l’institution qui souhaite acheter, commander quelque chose) et un opérateur économique (une entreprise de construction, une firme de nettoyage, un vendeur, etc.) ». Ces nouvelles normes bouleversent les habitudes dans les institutions. Les acheteurs doivent développer des connaissances et être très pointilleux dans la rédaction des différents docu‐
ments du marché (cahier des charges, lettre d’attribution, etc.), afin d’éviter d’éventuels recours. Ils doivent suivre des procédures strictes et pouvoir motiver toutes les prises de décisions et ce, à tous les stades du processus d’achat. Les responsables des achats deviennent ainsi des spécialistes en matière de marchés publics. er
Une institution est considérée comme un pouvoir adjudicateur et est soumise aux règles des marchés publics quand elle a été créée pour satisfaire spécifiquement des besoins d'intérêt général ayant un caractère autre qu'industriel ou commercial, quand elle est dotée d'une personnalité juridique, et quand son activité est financée majoritairement (directement ou in‐
directement) par les pouvoirs publics. La conséquence est que la majorité des institutions de soins de santé (sauf celles qui travaillent pour une grosse partie en fond propre) est soumise à la nouvelle réglementation sur les mar‐
chés publics. En effet, pour s’adapter, il faut réussir à changer les mentalités et les façons de faire des différents acteurs dans le domaine des soins de santé. Les responsables achats doivent développer des compétences d’écoute, comprendre les besoins et les enjeux, et favoriser une bonne collaboration entre les divers départements. Dorénavant, il faut réfléchir ensemble, souvent à plus long terme (car la mise en place d’un marché prend du temps), pour mieux appréhender les besoins de l’institution. Parfois, on décide de collaborer avec d’autres institutions afin d’échanger de bonnes pratiques, voire d’acheter collectivement (centrales d’achats, de marchés). Les procédures prévues par la réglemen‐
tation doivent être respectées. C’est donc un véritable « chambou‐
lement » du processus d’achat qui s’opère dans les institutions de soins. La mise en place de la réglementation sur les marchés publics implique encore de nombreuses questions pratiques qui se résolvent petit à petit et au fur et à mesure que la matière évolue. Car, contrairement à ce que l’on pourrait penser, il s’agit d’une matière en cons‐
tante évolution. Les règles et bonnes pratiques sont précisées par la jurisprudence, mais aussi régulièrement modifiées par les directives européennes et subséquem‐
ment par le législateur belge. Cette matière évoluera donc très certai‐
nement encore dans les années à venir. 26 F.I.H. – Rapport d’activité 2013 Deux séances d’information ont lieu sur le sujet à la F.I.H. en 2013. La première, le 29 janvier, concerne les MR‐MRS visées par la nouvelle législation. La matière, ardue, y est abordée sous l’angle d’une sensibilisation en présentant les grands principes y relatifs. La seconde, le 14 novembre, est intitulée « Love me tenders ». En réponse à un besoin largement exprimé par leurs membres, la CBI, la FHPB et la F.I.H. se rassemblent pour organiser une journée de partage d’expériences sur les marchés publics. Cette journée est un franc succès. Des orateurs de qualité de divers horizons commentent la nouvelle loi, donnent des conseils et partagent leurs expériences sur les marchés publics. Il y a également des témoignages venus de Flandre, de Wallonie, d’institutions publiques et privées, de centrales de marchés, d’avocats spécialisés, etc. Beaucoup de questions sont ainsi éclaircies à cette occasion. 27 F.I.H. – Rapport d’activité 2013
Augmentationdescoûtsde
l’électricité
er
Au 1 janvier 2013, les institutions subissent à nouveau une augmentation des coûts de l’électricité. Ce sont principalement les coûts du transport d’électricité qui augmentent, pour atteindre, le 13 du mois, 8.159 euros/MWh consommé au 1er janvier. Ces augmentations successives sont la conséquence des obligations de services publics imposées à Elia (le gestionnaire du réseau), qui se voit obligé de financer les mesures de soutien aux énergies renouvelables. Cela se traduit par une obligation de rachat, à charge d’Elia, d’un certain nombre de certificats verts à un prix garanti. Ces certificats verts sont liés à la production d’électricité par les panneaux photovoltaïques en Wallonie, qui a explosé ces dernières années. La dette totale cumulée liée aux certificats verts est estimée à 2,5 mil‐
liards d’euros. Une enquête réalisée par la F.I.H. montre que ce sont les hôpitaux qui sont principalement impactés, en tant que consommateurs importants. L’aug‐
mentation est estimée, par hôpital, de 20.000 à 150.000 euros de surcoûts annuels, non comblés par ailleurs. Tout au long de l’année 2013, le débat prend de l’ampleur. La Région wallonne cherche une solution au problème, qui passe notamment par une réforme de la politique de soutien au développement du photovoltaïque. Parallèlement, la dette engendrée par la politique des « certificats verts » avec achat garanti, gonfle au fil des mois. La F.I.H. intervient auprès du Cabinet Nollet, en charge de l’énergie en Wallonie, et via l’Unipso, qui diffusera un communiqué de presse. Mémorandum
Fin de l’année, la F.I.H. débute au sein de son Conseil d’Administration, un débat sur son mémorandum à l’atten‐
tion des futurs Gouvernements fédéral, régionaux, communautaires dans la perspective des élections du 25 mai 2014. Les défis sont nombreux : craintes liées à l’application de la réforme de l’Etat, mesures d’économies cumulées en soins de santé depuis plusieurs années, poursuite des investissements dans les infrastructures, adaptation de l’offre de soins aux besoins de la population (dont le vieillissement), collaborations entre hôpitaux, diversification des soins de santé, externalisation des prises en charge, etc. La sortie du mémorandum est program‐
mée dans le 1er trimestre 2014. 28 F.I.H. – Rapport d’activité 2013 D.EthiqueetPastorale
Ethica Clinica est une revue d’éthique destinée à tous les professionnels de la santé, qu’ils travaillent en hôpital général, en hôpital psychiatrique, en maison de repos ou encore à domicile. Son ambition est moins d’apporter des réponses toutes faites que de permettre une prise de distance par rapport à des situations de terrain parfois difficiles, voire taboues, espérant ainsi aider les soignants, mais aussi les institutions, à mettre en mots leurs propres interrogations sur leur pratique, et à prendre les décisions qu’il leur faudra assumer. Le Comité de rédaction, organisé en réseau interdisciplinaire et pluraliste, veille à la concrétisation de ces objectifs avec le soutien d’un Comité scientifique international. Chaque numéro (4 par an) développe un thème précis, en regroupant des articles accessibles, rédigés pour la plupart par des professionnels du soin. Toutes les informations relatives aux numéros déjà parus peuvent être obtenues en consultant le site de la F.I.H. La loi belge sur l’euthanasie a plus de dix ans. Les avantages de cette loi sont incontestables. Mais à lire les auteurs qui ont accepté de partager leur expérience et leurs interrogations, les difficultés sont également nombreuses. Il y a celles, tout d’abord, qui sont liées à la lourdeur des procédures à respecter. Ainsi, à titre d’exemple, dans les situations où la mort n’est pas imminente, comment faire respecter le délai d’au moins un mois imposé par la loi entre la demande écrite et le geste final, lorsque la famille ou le patient manifeste une certaine impatience ? Que répondre à ces patients qui trouvent les procédures légales trop intrusives et qui réduisent l’euthanasie à un droit qui doit être satisfait à leurs conditions ? Et que répondre à ces médecins qui leur donnent raison et restent persuadés que l’euthanasie, comme toute fin de vie d’ailleurs, relève du colloque singulier, loin de toute procédure impersonnelle ? Dans le prolongement du premier point, on peut également se demander quel sort est réservé aux infractions à la nouvelle loi, celles qui, bien évidemment, n’apparaîtront jamais dans les « documents d’enregistrement » transmis à la Commission fédérale de contrôle. Les familles peuvent, elles aussi, devenir un réel problème : leur accompagnement n’est pas toujours aisé. N° 69 : Histoires d’euthanasies
Editorial, J.‐M. Longneaux ; Ethique et respect de la loi concernant l’euthanasie, C. Vaysse‐van Oost ; Aider à mourir en douceur sans recours à l’euthanasie : un travail qui n’est pas de tout repos, C. Dopchie ; Malgré tout, grande est la solitude du soignant devant l’acte d’euthanasie, R. Gueibe ; Accompagnement pastoral d’une demande d’euthanasie, témoignage, Abbé Ph. Masson ; Liberté de conscience, clause de conscience, Dr A Lossignol ; Anticiper la fin de vie : réflexion et repères pratiques à partir d’une situation vécue, T. Demaret, I. Dagneaux ; Relecture de pratiques. A propos de l’euthanasie dans une unité de soins palliatifs, D. Jacquemin, M. Desmedt ; L’euthanasie : proposition d’un parcours personnel et collectif, D. Mallet, N. Begat, Fr. Chaumier, V. Duchêne, G. Hirsch, S. Olivereau ; La demande d’euthanasie en institution dix ans après la loi, J. Massion ; Euthanasie des enfants et des déments : que disent réellement les propositions de loi ?, Cl. Rommelaer. 29 F.I.H. – Rapport d’activité 2013
Maisons de repos, hôpitaux généraux ou psychiatriques : aucune institution n’y échappe, pas plus, d’ailleurs, que les prestataires qui travaillent comme indépendants. Le monde de la santé est de plus en plus envahi par une pléthore de normes en tout genre. On peut sérieusement se demander si leur multiplication, et le coût qu’elles génèrent, ne finira pas par figer le système de soins, par décourager ou dégoûter les professionnels. Certains prétendent qu’il suffirait que partout on pratique la grève du zèle – c’est‐à‐dire l’application stricte, par les professionnels du soin, des normes imposées – pour tout paralyser. Les arrangements, les combines, les transgressions ou du moins les largesses qu’on s’autorise dans l’intérêt du patient (on ne parle évidemment pas ici des fraudes organisées ou des malversations) contribueraient, tout autant que les normes elles‐mêmes, à faire tourner la machine. Comme le rappellent certains auteurs qui contribuent à ce numéro, nous avons besoin de structurer le travail du soin. Sans norme, sans repère, c’est la confusion aussi bien pour les patients que pour les professionnels. Bref, le débat ne consiste pas à savoir s’il faut, oui ou non, des normes : il en faut, c’est évident ! Par contre, notre rapport à ces normes doit être interrogé. A partir de quand deviennent‐elles contre productives ? N° 70 : Plus de normes pour mieux soigner? Editorial, J.‐M. Longneaux ; Au fond : Peut‐on faire l’économie de la norme lorsque l’on travaille avec l’être humain ?, C. Boland ; De l’insoutenable légèreté de la médecine ; réflexions sur les limites du métier par un médecin de famille, M. Jamoulle ; Des normes au service des patients, des normes avec les patients, S. Lanoy ; L’éthique à l’épreuve de l’inflation des normes dans la pratique clinique, C. Kermisch ; A propos d’un dessin, M. Jamoulle. Normes économiques : Normes économiques de performance à l’hôpital : quelle performance ?, M.‐C. Colson ; Quel est le prix de la qualité dans les soins de santé ?, W. Heuschen. Normes juridiques : Le poids des normes juridiques sur la pratique médicale, Ch. Defraene, J. Machiels. Normes scientifiques : La norme volontaire : libération ou masochisme imposé ?, J.‐M. Debry ;Le but d’une procédure n’est‐il pas de la transgresser ?, A. Fox ; DSM 5 ou la tyrannie de la norme, P. Schepens, N. Zdanowicz N° 71 : Face à l’erreur médicale Quelle attitude adopter face à une erreur médicale – qu’elle soit le fait d’un médecin, d’une infirmière ou de n’importe quel autre intervenant ? Par erreur médicale, on entend non point l’acte commis par une personne manifestement incompétente, ni l’acte délibérément malveillant – en ces cas, on parlera plutôt de faute ou de délit – mais l’acte – un soin, un examen, l’établissement d’un diagnostic – qui produit non intentionnellement un effet dommageable pour le patient. Peu importe qu’il s’agisse de négligence, de mauvaises habitudes, de contraintes d’organisation, de fatigue, de problème de communication, de précipitation ou d’imprévus : personne ne veut nuire et pourtant, un dommage se produit. Ce numéro explore les pistes possibles à mettre en place face à ces situations. Mais on se pose également la question suivante : est‐il légitime qu’on réduise spontanément la problématique de l’erreur médicale aux gestes techniques (diagnostic, distribution de médicaments, opération chirurgicale, etc.) ? Car après tout, fait partie de l’intervention médicale la relation elle‐même. Or, combien de relations de soins sont à ce point négligées qu’elles finissent par laisser des séquelles sur les patients et leur entourage ? Dans la mesure où le plus souvent ces négligences sont involontaires, ne doit‐on pas parler, ici aussi, de dommage médical sans responsabilité ? Editorial, Jean‐Michel Longneaux ; Une vie violée. Témoignage, J. Ashmore ; L’erreur en médecine, B. Hanson ; Les événements indésirables comme source d’amélioration continue de la sécurité des patients, A‐S. Cornet et B. Krug ; L’éthique de la divulgation des événements indésirables survenant lors de la prestation de soin : modèle québécois et cadre canadien, Jasmine Foulem ; Règlement en cas d’erreur médicale, A. Dewaele ; De l’erreur de jugement à la découverte fortuite : le cadeau de la sérendipité, J.‐M. Debry ; Quelques remarques sur un délire métaphysique, B. Hanson ; Le manque d’humanité ordinaire, une erreur médicale ? Témoignages, J. Ashmore et M. Monballin. 30 F.I.H. – Rapport d’activité 2013 Quels critères retenir pour s’assurer de la mort définitive d’une personne ? Il va de soi que si l’on veut prélever des organes vitaux, il faut s’assurer que le patient soit mort. Or, deux cas de figure sont devenus envisageables : soit on prélève des organes sur un patient dont le cœur a cessé de battre : en ce cas, on ne doit pas tarder, le temps presse. Il devient alors intéressant de réduire la mort à l’arrêt de certaines fonctions, et de fixer un éventuel temps d’attente non plus en lien avec le processus indéfini du mourir, mais en lien avec la conservation des organes visés par le prélèvement. C’est bien l’objectif de prélever des organes qui redéfinit les critères de décès. Soit, deuxième cas de figure, on se tourne vers les patients maintenus artificiellement en vie, mais dont le cerveau ne manifeste plus aucun signe d’activité. En un tel cas, on peut pronostiquer avec une certitude quasi infaillible qu’il n’y aura pas de retour à la vie. Mais peut‐on en déduire avec certitude que l’absence d’un retour possible à la vie signifie identiquement que le processus du mourir est arrivé à son terme, et donc que la personne est définitivement morte? Ce n’est que si l’on a le projet de manipuler son corps en vue d’un prélèvement qu’on a intérêt à répondre par l’affirmative. Et voilà qu’on définit la mort avec des critères étrangers au processus du mourir. On devine aisément les enjeux éthiques de telles redéfinitions. Ce numéro d’Ethica Clinica n’aborde pas la question de la redéfinition de la mort dans le seul projet du prélèvement d’organes. Depuis l’agonie jusqu’à l’autopsie, en passant par les états végétatifs et les situations d’urgence, se pose le problème de la légitimité des critères qui décident de la vie et de la mort, et du traitement qui sera réservé au corps. N° 72 : Quelles définitions de la mort, pour quels usages?
Editorial, J.‐M. Longneaux. De vie à trépas : Constructions et déconstructions au moment de l’agonie, L. Ruel ; L’urgentiste a‐t‐il un rapport particulier à la mort ?, A. Fox ; Etat végétatif chronique : que « construit » la médecine ?, A.‐L. Boch ; L’anesthésiste‐réanimateur et le don d’organes, F. Lois, M. De Kock ; Rendre à la mort un visage humain. Réflexion sur l’examen post‐mortem de nouveau‐nés et de fœtus, Cl. Filipp, J.‐M. Debry. Définir les critères de la mort ? La mort : démultiplication d’un constat, éthique d’une définition, M.‐Fr. Bacqué ; La mort n’est plus ce qu’elle était ! Critères de la mort et greffes d’organes vitaux, L. Ravez. Hors thème : Le rire de Démocrite, R. Van Wijnendaele. LaPastoraledelaSanté
Mi‐2013, un nouvel Evêque référendaire Elle développe, entre autres, une pour la Pastorale de la Santé a été pastorale spécifique au secteur des nommé : personnes âgées en institutions, relève Monseigneur Jean‐Luc Hudsyn (Brabant‐ le défi de la formation des agents Wallon) succède à Monseigneur Jousten pastoraux, en lien avec l’UCL, explore des pistes juridiques et politiques, en (Liège). lien avec Caritas. Elle noue des contacts La F.I.H. participe aux travaux de la CIPS et collecte des informations auprès de (Commission Inter‐diocésaine des l’association professionnelle des agents Pastorales de la Santé). pastoraux du nord du pays. Tous les deux ans, elle organise un Le service Pastoral de la F.I.H. répond colloque en étroite collaboration avec la aux demandes particulières de ses F.I.H. membres en matière d’assistance Lors des ces rencontres, elle pointe et morale, religieuse ou philosophique aux construit des réponses aux défis posés patients hospitalisés ou en maison de dans les structures de soins. repos. Au‐delà du prescrit légal établi par la circulaire De Saeger pour les hôpitaux et par la circulaire Busquin pour les MR‐
MRS, il y a des défis soignants, organisa‐
tionnels et humains à gérer par ce biais. 31 F.I.H. – Rapport d’activité 2013
E.Levolontariat
Auniveaunational
Auniveaufrancophone
Depuis sa création en 2003, la F.I.H. est membre effectif du Conseil Supérieur des Volontaires, organe fédéral de consultation en matière de volontariat. Cette présence permet des contacts avec nos homologues néerlandophones, et une attention particulière au volontariat dans les institutions situées en région germanophone. Gérées au sein du SPF Sécurité sociale, les matières traitées sont en lien avec la loi de 2005 sur les droits des volontaires. Il s’agit de rendre avis aux Ministres concernés, à leur demande ou d’initiative, sur toute proposition législative en la matière. C’est la Plate‐forme Francophone du Volontariat (PFV) qui est la référence au niveau francophone. La F.I.H. est l’une de ses structures coupoles et, par ailleurs, l’un de ses administrateurs. Faisant suite aux demandes formulées par le terrain lors de ces réunions, diverses tables‐rondes ont lieu sur des thèmes variés : Voici, pour 2013, quelques « morceaux choisis » : La F.I.H. préside, pour trois ans, la Commission Action Sociale et Santé mise en place au sein de la PFV, grâce au soutien, en 2012, de la Ministre Tillieux, du Ministre Cerehxe et de la Coopérative Cera. -
-
-
-
Choix et ajout d’items concernant le volontariat à l’enquête belge sur les ménages ; les données sont collec‐
tées par le SPF et traitées par des chercheurs dont l’étude est financée par la Fondation Roi Baudouin. Ces chiffres et informations sur la réalité du volontariat en Belgique sont ardemment attendus. -
A travers ses actions, la PFV défend un volontariat pour tous. Volontariat des allocataires sociaux et concept d’activation en question ; -
Multiculturalité et étrangers : quels engagements citoyens possibles ? ; -
Volontariat et inclusion font‐ils bon ménage ? par le Centre pour l’Egalité des Chances. Auniveaudesinstitutions
Les responsables des volontaires des institutions s’y retrouvent avec les associations actives dans le monde de la santé. -
Avis sur la demande du secteur sportif de doubler le plafond des montants annuels de l’indemnité pouvant être perçue par le volontaire actif dans son secteur. Ils y partagent leurs expériences, leur vécu (secret professionnel, outils de sélection, de formation, d’évaluation du volontaire, encad‐
rement, nouvelles missions, etc.). -
Ils suggèrent des thèmes de recherche et développent des réflexions pointues grâce à l’apport d’experts invités. -
Volontariat des étrangers et permis de travail, revenus sur la table en fin d’année et de législature. Réussir l’inclusion d’un volontaire porteur d’un handicap ; Genre et volontariat ; Avis sur la suspension de l’indemnité de la mère durant son congé de maternité si elle fait du volontariat. Suivi des subsides des Provinces. -
Ils y reçoivent de l’information sur les avancées législatives et les initiatives concernant le secteur. -
« Taxis sociaux » ou Centrales des moins mobiles ; Le paysage francophone gagne en cohérence fin 2013 grâce à la fusion de l’Association pour le Volontariat et de la PFV, dont la nouvelle asbl garde le nom de Plate‐forme Francophone du Volontariat. -
Information sur les marchés publics et les associations. -
La Commission Action Sociale et Santé, c’est aussi deux rendez‐vous plus festifs dans l’année, dont une journée consacrée lors de la Semaine du Volontariat et un séminaire organisé le 5 décembre, Journée internationale du Volontariat. « Volontariat ou pas ? ce que dit la loi » est le titre de la Semaine du Volontariat, fin mai 2013. Avec une présentation de la loi relative aux droits des volontaires : toute une histoire, des explications et une évaluation de la loi de 2005. Un exposé sur le rôle du Conseil Supérieur des Volontaires. Un référentiel, véritable outil pratique de gestion du volontariat en institution de soins. Le 5 décembre, la Commission Action Sociale et Santé présente sa Campagne « le volontariat, un bon bond pour votre institution », répondant à un double constat de ses membres. 32 F.I.H. – Rapport d’activité 2013 Premièrement, les patients, les résidents et les professionnels oeuvrant dans les institutions ont peu conscience d’être entourés de volontaires qui contribuent pourtant au bien‐être de chacun. Ensuite, les directions et coordinateurs de volontaires qui souhaitent s’im‐
pliquer dans un projet de volontariat manquent d’un outil pratique pour répondre à leurs questions, d’un guide qui les accompagne dans leurs dé‐
marches. C’est maintenant chose faite ! Un référentiel a été créé. Cet outil didactique est composé de deux parties. La première propose une réflexion sur l’utilité du volontariat dans le secteur de l’action sociale et de la santé. La seconde est un véritable guide pratique qui présente, étape par étape, la mise en place et la gestion d’un volontariat de qualité dans une institution. La première idée, quant à elle, s’est concrétisée par des présentoirs de bonbons et d’affiches qui rappellent que, dans l’institution, les travailleurs et bénévoles travaillent main dans la main, et que c’est doublement bon, comme un bonbon… qui fait faire un bon bond ! Cette campagne et tous ses supports ont été envoyés dans toutes les institutions affiliées à la F.I.H. 33 F.I.H. – Rapport d’activité 2013
34 F.I.H. – Rapport d’activité 2013 3.LesHôpitaux
A.Agréments
ActualitésduCNEH
La section Agrément et Programmation du CNEH a remis une dizaine d’avis tout au long de l’année 2013. Le présent chapitre reprend les principaux avis relatifs aux hôpitaux généraux, ainsi que les modifications réglementaires concernant l’agrément de ces structures. Organisation des soins pour les
patientsatteintsdemaladiesrares
Le 16 mai, le CNEH remet un avis sur les soins pour maladies rares. Depuis des années déjà, la Belgique prend des initiatives dans le domaine des maladies rares3. De nombreux acteurs collaborent au dépistage et au traitement spécifique (8 centres de génétique humaine, dépistage néonatal, conventions INAMI avec 21 centres de référence pluridisciplinaires4, etc.). Le but est d’offrir un diagnostic précoce et un traitement approprié en temps opportun. L’évolution vers une offre spécialisée, ainsi que le principe de renvoi/ré‐adressage du patient, sont prometteurs. Il s’agit de déterminer les grandes lignes d’un concept organisa‐
tionnel, notamment en majorant les différents types de réseaux entre : le centre d’expertise et l’offre locale de soins de santé à proximité du patient, les différents centres d’expertise du 3
Législation sur les médicaments orphelins, résolution de la Chambre des représentants du 19 février 2009, afin de mettre en place un réseau d’échange entre les centres de référence nationaux et internationaux spécialisés dans les pathologies rares, recommandations du Fonds pour les maladies rares et les médicaments orphelins (2011), volet « maladies rares » du Program‐
me Maladies chroniques, etc. 4
Troubles locomoteurs et maladies neuro‐
musculaires, mucoviscidose, troubles méta‐
boliques. F.I.H. – Rapport d’activité 2013 pays, visant la spécialisation et la complémentarité, les centres d’exper‐
tise et les partenaires européens et internationaux. Les affections rares sont hétérogènes ; dès lors, il faut envisager des critères d’activité. Une offre pour plusieurs maladies rares dans un seul hôpital peut créer des synergies et améliorer la continuité de l’encadrement pluri‐
disciplinaire. Par ailleurs, d’autres aspects comme l’activité scientifique, la participation active du patient, les technologies de l’information et de la communication, la politique de qualité sont aussi mis en exergue. Le principe est de maintenir les initiatives qui fonctionnent à ce jour, de les intégrer dans une organisation échelonnée et de formaliser les formes de collaboration spontanées, en plus des conventions de collaboration avec des centres ultra‐spécialisés dans un autre pays de l’Union Européenne. Les options « programmation de centres de référence par pathologie » ou « fonction pour les maladies rares » ne sont pas tranchées. L’enquête annoncée par l’Institut de Santé publique dans le but de mettre en lumière les activités propres aux maladies rares en Belgique, le registre des maladies rares, ainsi que les comparaisons issues de contacts internationaux, seront instructifs. Dans un second temps, une évaluation qualitative et la validation de l’expertise belge en fonction des recommandations européennes viendront compléter le bilan de l’existant. Révisiondesnormesdescentresde
traitementdel’insuffisance
chronique
La révision de l’arrêté royal du 27 novembre 1996 fait suite au rapport du Centre fédéral d’expertise en soins de santé, relatif à l’organisation et au financement de la dialyse chronique en Belgique5. Il apparaît rapidement que le sujet est sensible et ne recueille pas de consensus. La demande porte sur certains aspects normatifs. D’aucuns remettent clairement en cause les recommandations du Centre fédéral d’expertise en soins de santé, d’autres plaident pour un « statu quo ». Somme toute, l’avis est assez minimaliste quant à la révision des normes d’agrément et met en lumière une tension négative entre le système de financement actuel et l’organisation optimale de l’offre de soins, notamment quant aux différentes modalités de dialyse. En ce sens, le mode de financement constitue un obstacle à la collaboration entre établis‐
sements. L’adaptation des normes va donc de pair avec une révision ultérieure du système. 5
KCE report 124 A, 2010. 35 Programmedesoinsgériatriques
A la demande de la Ministre, le CNEH remet, le 16 mai, un avis sur le programme de soins gériatriques. Une des réponses apportées aux défis démographiques a été l’instauration du Programme de soins pour le patient gériatrique en 2007 qui, hormis pour l’hospitalisation classique (service G) et la consultation, se trouve toujours dans sa phase expérimentale. Fort des résultats de cette expérience, le CNEH plaide pour un financement structurel de chaque fonction, tenant compte du budget disponible, et moyennant une répartition de celui‐ci en fonction du niveau d’activité plutôt que de façon forfaitaire. De plus, certaines bonnes pratiques sont épinglées, notamment pour la liaison interne et l’hospitalisation de jour. Enfin, le rôle majeur de l’infirmier‐chef du programme de soins est rappelé, de même que l’importance de l’échange électronique de données durant le trajet de soins du patient. Cet avis devra encore être soumis à la Section Financement dans le cadre de la pérennisation des projets‐pilotes B4, afin de déterminer plus en avant les critères de financement retenus. ProgrammationdeslitsSp
Le 24 novembre 2006, le Ministre fédéral des Affaires sociales et de la Santé publique demandait au CNEH un avis sur une révision de la program‐
mation de 0,52 lits Sp/1000 habitants (A.R. du 12/10/1993 relatif à la pro‐
grammation des lits Sp). Trois avis partiels6 furent rendus entre 2009 et 2012. 6
09/04/2009 : premier avis partiel du CNEH en matière de programmation des lits Sp (CNEH/D/298‐3) ; 11/06/2009 : deuxième avis partiel en matière de programmation des lits Sp psycho‐gériatriques (CNEH/D/305‐
2) ; 10/05/2012 : projet d’avis concernant les 36 Le 16 mai 2013, le CNEH remet un nouvel avis relatif à la programmation des lits Sp. Il apparait qu’une réponse uniquement centrée sur la programmation n’est pas réaliste. Une approche plus globale est nécessaire, en commençant par l’objec‐
tivation des besoins en soins non couverts, tant sur le plan quantitatif que qualitatif. Un modèle prospectif basé sur des lits de réadaptation « R » et le continuum de soins est proposé, se basant sur quatre axes : a) prévoir suffisamment de lits « R » pour les patients nécessitant une surveillance médicale et une rééducation intensive et multidisciplinaire en hôpital ; b) prévoir suffisamment de lits MRS dans les structures de soins concernées ; c) travailler en réseau et soutenir les collaborations avec ré‐adressage mutuel entre services de réadaptation ; d) prévoir des formes supplémentaires de prises en charge alternatives pour trois groupes‐cibles de patients. Enfin, l’attention est attirée sur l’utilité de corriger le budget des moyens financiers, afin de couvrir au minimum les charges imposées par les normes d’agrément, sans discrimination entre les lits Sp, en fonction de leur origine. Infectiologie et maladies liées au
voyage
Le CNEH remet un avis sur les maladies liées au voyage, le 11 juillet. A ce jour, il existe une multitude d’organes et d’initiatives qui s’occupent d’infectiologie et de maladies liées au voyage (Travel clinic), mais avec peu de concertation et de coordination entre eux. normes d’encadrement infirmier des ser‐
vices Sp psycho‐gériatriques. Ce morcellement en matière d’infec‐
tiologie clinique, de microbiologie médicale, d’hygiène hospitalière, d’épi‐
démiologie hospitalière et de politique antibiotique se traduit également dans le nombre de formations, de certificats et d’associations qui s’occupent de certains aspects des pathologies infec‐
tieuses. Un premier constat : les fonctions hospitalières doivent être distinctes car le lien entre les maladies liées au voyage et l’infectiologie n’est pas systématique. Le protocole actuel concernant la vaccination contre la fièvre jaune peut se poursuivre. Les hôpitaux doivent pouvoir disposer librement d’une Travel clinic. En outre, chaque hôpital doit avoir la possibilité de demander dans les temps, un diagnostic de laboratoire complé‐
mentaire et/ou de transférer le patient vers un service spécialisé d’un autre hôpital. Les besoins en infectiologie des hôpitaux doivent être mesurés pour élaborer une approche graduelle des trois composantes complémentaires. Enfin, la création d’une fonction hospitalière « infectiologie » est abso‐
lument liée à l’agrément de la quali‐
fication professionnelle d’infectio‐logue et de microbiologiste médical et à leur collaboration mutuelle. Transplantationd’organes
Un avis détaillé sur le prélèvement et la transplantation d’organes fut rendu en avril 2011, suite à la publication de la Directive 2010/45/UE relative aux normes de qualité et de sécurité des organes humains destinés à la trans‐
plantation. Depuis, plusieurs initiatives législatives ont été prises dans notre pays. La Directive prévoit, en son article 29, l’exécution de dispositions qui doivent garantir un flux d’informations sûres et qualitatives lors de l’échange d’organes entre les Etats membres. F.I.H. – Rapport d’activité 2013 Il s’agit de la transmission d’infor‐
mations relatives à la caractérisation de l’organe et du donneur, à la traçabilité des organes et à la notification des incidents et réactions indésirables graves. La législation belge contient déjà de nombreuses dispositions qu’il convient dès lors d’adapter au contexte euro‐
péen. Le CNEH remet un avis en ce sens le 16 mai. Statistiqueshospitalières
Le 13 mai, le CNEH approuve un projet d’avis « mixte » des deux sections, relatif aux statistiques hospitalières annuelles. L’objectif est de simplifier l’enquête statistique annuelle, tout en créant les conditions motivant les hôpitaux à répondre correctement : non‐
redondance, feed‐back exploitable et utile, etc. Le résultat est un question‐
naire fort allégé pour l’année 2013, se résumant à un cadastre de l’offre. Les résultats seront analysés chaque année avant le feed‐back aux hôpitaux. Des questionnaires ciblés ponctuels viendront soutenir certaines théma‐
tiques, comme les facteurs d’influence organisationnels sur le burn‐out des médecins et infirmiers. Centralisationdessoins
oncologiques
Le 16 mai 2013, la Ministre des Affaires sociales et de la Santé publique demande au CNEH un avis sur la centralisation des soins d'oncologie dans les hôpitaux belges, en référence à une étude du Centre fédéral d'expertise des soins de santé (KCE) sur le cancer gastro‐œsophagien et sur le lien entre le volume de patients traités et les résultats7. soins d'oncologie (aspects organi‐
sationnels) pour les pathologies onco‐
logiques nécessitant un traitement complexe ou hautement spécialisé. Il est fait référence aux programmes de soins d'oncologie, au Plan Cancer, à la mise en place de réseaux et de centres de référence, à l'élaboration d'un système de qualité en oncologie8, à un enregistrement généralisé pour tous les patients cancéreux, à la rédaction de recommandations de directives concer‐
nant le diagnostic, le traitement et le suivi du patient. de 3.600 examens par machine par an, le CNEH recommande de porter la programmation à 24 centres PET‐scans. Chaque centre pourrait disposer d’un appareil, sauf pour les hôpitaux « académiques », qui disposeraient d’une deuxième machine à destination de la recherche, et de Bruxelles, à qui on permettrait d’agréer un centre qui regrouperait trois machines (pris en compte une fois dans la programmation et pour le financement, ce qui permettrait de reconnaître les machines déjà exploitées). Offredesoins
Le CNEH propose de répartir ces 24 centres à raison de 12 pour la Flandre (3 hôpitaux académiques et 9 hôpitaux généraux), 7 pour la Wallonie (1 hôpital académique et 6 hôpitaux généraux), et 5 pour Bruxelles (3 hôpitaux acadé‐
miques et 2 hôpitaux généraux). Le Conseil des Ministres a décidé d’ouvrir un chantier important : en l’absence d’alternatives d’accueil qui puissent garantir un continuum de soins, un certain nombre de patients qui, d’un point de vue strict, n’ont plus besoin d’encadrement diagnostique ou thérapeutique du niveau proposé dans une infrastructure hospitalière, séjour‐
nent tout de même dans des lits aigus. Il convient d’examiner si, pour ces patients, et en attendant leur transfert vers des soins de première ligne ou des soins résidentiels à long terme, une formule spécifique moins onéreuse, qui viserait plutôt des soins curatifs de base pourrait être élaborée. Les réflexions s’inscrivent dans la continuité de l’avis du CNEH rendu le 16 mai 2013, relatif à la programmation des lits Sp. PET‐scan
La Ministre demande un avis sur l'opportunité d'une centralisation des Rapport 113B du KCE. F.I.H. – Rapport d’activité 2013 8
Les 7 PET‐scans complémentaires (seconde machine) pour les hôpitaux universitaires seraient financés pour moitié sur la base de la recherche scientifique. Parallèlement, le CNEH recommande également une révision des modalités de financement. Appareillagemédicallourd
Le 14 mars 2013, le CNEH remet un avis sur l’extension du nombre de PET‐scans en Belgique. Résultat d’une longue discussion qui déborde du cadre du CNEH, cet avis estime à 86.000 par an le nombre d’examens PET nécessaires en Belgique pour répondre à la demande de soins dans les prochaines années. Sur la base de ces 86.000 examens, à raison 7
Le nombre de machines s’élèverait à 33 : 1 PET‐scan par centre (soit 24), 7 machines en plus pour les centres liés à des hôpitaux universitaires avec cursus complet en médecine (seconde machine pour ces centres), et 3 machines pour le centre en association à Bruxelles (sur un agrément). Rapport 152B du KCE. Le 16 mai 2013, le CNEH rend, à la demande de la Ministre, un avis particulièrement étayé sur l’imagerie médicale. Cet avis porte sur une révision de la programmation des RMN (augmentation du nombre d’appareils), l’instauration d’un moratoire sur les appareils CT, la création d’un registre sur l’imagerie médicale et l’organisation de l’imagerie médicale en Belgique. 37 L’objectif est de diminuer l’exposition globale de la population belge aux rayonnements ionisants par imagerie médicale, notamment en substituant les examens CT par des examens RMN. Dans son avis, le CNEH recommande de suivre l’avis des radiologues, qui estiment que le nombre d’examens complémentaires en RMN devrait atteindre les 230.000. A raison de 7.000 examens par appareil, cette perspective nécessite la mise en fonctionnement de 33 appareils RMN complémentaires, à moyen terme. Le CNEH recommande également la mise en œuvre d’un registre de l’imagerie médicale en Belgique, comprenant tous les appareils qui diffusent des rayonnements ionisants, ainsi que les RMN, PET‐scans et SPECT‐
scans, ainsi que tous les appareils hybrides. Au niveau réglementaire, retiendrons pour 2013 : -
-
Enfin, le CNEH propose également une série de mesures relatives à l’orga‐
nisation des services, le rôle du radiologue, du prescripteur et du patient, le matériel et le contrôle de la qualité. En parallèle, le CNEH soutient la mise en place d’un moratoire sur les appareils CT ; la substitution des examens CT par des RMN devant permettre de financer pour partie les RMN supplémentaires. Le CNEH propose d’augmenter le nombre de RMN progressivement sur une période de quatre ans. -
-
38 Modificationsréglementaires
nous l’adaptation des normes du programme de soins en oncologie au sujet de l’accompagnement psycho‐
social et le data manager ; la prolongation de la période transitoire jusqu’en 2016, durant laquelle certains médecins spé‐
cialistes peuvent assurer la permanence médicale au sein des « soins urgents fonctions spécialisés » et « service mobile d’urgence » ; l’assouplissement des normes de qualification infirmière et l’harmonisation des dénominations pour les services Sp psycho‐ gériatriques ; les nouvelles dispositions de la Commission d’agrément pour les praticiens de l’art infirmier et les aides‐soignants. F.I.H. – Rapport d’activité 2013 B.Financement
SectionFinancement
Les travaux de la Section Financement sont rythmés comme chaque année par les demandes d’avis de la Ministre. De nombreux avis sont rendus en mars 2013. La méthode de calcul du finan‐
cement des services communs de l’hôpital via la sous‐partie B1 est discutée. Il est notamment signalé que les calculs permettant de déterminer la correction activité justifiée reposent sur des notions historiques qui n’existent plus et devraient dès lors être adaptées. Le financement des services cliniques est également au cœur des débats. La Section Financement, ayant identifié une série de défauts dans les modalités de calcul de la correction moyenne salariale, propose une série d’adap‐
tations. Pour rappel, le groupe de travail B2 s’était attaqué à la problématique, faisant suite à la dénonciation, par la F.I.H., de certains effets pervers de cette correction pour les hôpitaux du secteur privé. Par ailleurs, dans le cadre du financement de l’activité du quartier opératoire, il est proposé de valoriser de nouveaux codes de prestations chirurgicales, en se focalisant chaque année sur certaines spécialités. En 2013, l’accent est mis sur la gastroplastie, la résection du sein et la chirurgie ORL, pour un ajout total d’une trentaine de codes dans la nomen‐
clature INAMI. Un constat de sous‐
financement du quartier opératoire est dressé dans l’avis rendu sur le programme de soins « pathologie cardiaque ». A la même période, la Section Financement conclut également à un déséquilibre dans les modalités de financement des lits de néonatologie intensive (NIC). F.I.H. – Rapport d’activité 2013 Une première mesure correctrice sera instaurée avec le calcul d’une activité justifiée pour les lits NIC dès juillet 2013, en attente d’une réforme plus substan‐
tielle dans les années à venir. Dans la seconde partie de l’année 2013, des avis sont rendus sur la struc‐
turalisation de certains projets‐pilotes, sur le programme de soins gériatrique et sur les modalités de financement de la stérilisation centrale. Sur ce dernier point, il est à noter que la Section Financement a rendu un avis faisant part du souhait de transférer le financement de la stérilisation centrale de la sous‐partie B2 vers la sous‐partie B5. Dès lors, cette réflexion était à intégrer aux missions du groupe de travail B5 qui s’est réuni durant l’année 2013, afin d’entreprendre une profonde réforme des modalités de répartition de la masse budgétaire constituant cette sous‐
partie. Ces différents travaux ne devaient déboucher sur des avis qu’à l’horizon 2014. Budgetdesmoyensfinanciers Comme le prévoit la loi sur les hôpitaux, la Ministre qui a la Santé publique dans ses attributions fixe un budget des moyens financiers (BMF) pour chaque hôpital. Le budget est établi pour le 1er juillet de l’année mais peut également être modifié au 1er janvier. La Section doit se prononcer comme à son habitude sur les demandes relatives à la fixation du BMF au 1er janvier et au 1er juillet 2013, ainsi qu’aux priorités budgétaires 2014. A cette occasion, il est regretté qu’aucun budget sup‐
plémentaire ne soit prévu dans le BMF en 2013 pour couvrir le coût de l’évolution de l’ancienneté barémique et de la qualification du personnel qui touche l’ensemble des hôpitaux. De manière plus générale, le secteur, conscient des réalités économique et financière actuelles, ne désire pas réi‐
térer la longue liste des besoins et/ou sous‐financements déjà évoqués par le passé. Cela étant, les différents membres de la Section s’accordent pour demander explicitement qu’aucune nouvelle économie ne soit imposée lors de l’élaboration des budgets de l’année à venir. Cela, afin de ne pas mettre en péril la santé financière des hôpitaux et donc l’accessibilité et la qualité des soins. La porte est ainsi ouverte à une réflexion plus globale sur de nouvelles modalités du système de financement, à laquelle le CNEH, dans son ensemble, est évidemment disposé à collaborer. Pour 2013, les différentes modifications du BMF entrant en vigueur au 1er janvier et au 1er juillet sont communiquées en juin via une même circulaire, accom‐
pagnée d’une note explicative. Contrairement aux années précédentes, il n’y a pas de projet d’arrêté royal joint à ces documents. Fin 2013, le texte officiel n’est toujours pas publié. Cette publication tardive a l’avantage d’offrir un délai supplémentaire aux hôpitaux pour étudier leur dossier et transmettre leurs éventuelles remarques à l’Adminis‐
tration. Comme à son habitude, la F.I.H. organise, durant l’été, une Commission Gestion, au cours de laquelle un BMF est analysé en détails. Ce rappel annuel est bien nécessaire, car le BMF est une matière complexe et en évolution constante. Par ailleurs, une fois l’arrêté royal « BMF » publié, une note d’information spécifique sera communiquée par la F.I.H. à ses affiliés, afin d’expliciter l’officialisation des nouvelles mesures. 39 Le budget des moyens financiers des hôpitaux connaît donc, en 2013, une série de modifications. Deux nouveautés interviennent dans les modalités de calcul de la sous‐partie B2. Différentes modifications sont appor‐
tées au calcul de la sous‐partie B1 au 1er juillet. Premièrement, une nouvelle métho‐
dologie de valorisation des enregis‐
trements DI‐RHM dans le financement est introduite, via la notion de « Nursing Related Groups » (NRG), avec une application prévue à l’horizon 2014. Il s’agit d’une répartition des patients hospitalisés par épisodes de soins en des groupes homogènes, basée sur une cohérence clinique des soins infirmiers et de laquelle doit dépendre le déploiement des ressources qui y sont liées. Si l’utilisation de cette nouvelle classification est officiellement prévue, les modalités de calcul et d’application concrètes doivent encore être définies. Le budget disponible, à répartir entre les hôpitaux au sein de chacun des groupes constitués sur base du nombre de lits, est calculé avant application de la correction tenant compte de l’activité justifiée. Cela a pour effet d’empêcher des transferts récurrents de moyens entre les différents groupes d’hôpitaux. Par ailleurs, le concept des quotas et des journées indemnisées n’est plus utilisé dans la correction activité justifiée. Deuxièmement, la correction moyenne salariale obéit à un nouveau principe au 1er juillet, dans la mesure où le calcul est dorénavant réalisé sur la base du personnel financé via la sous‐partie B2 et non plus sur l’ensemble du personnel renseigné. De plus, le statut réel du personnel (contractuel/statutaire) est pris en compte, en lieu et place de celui de l’hôpital (privé/public), en parallèle à une redéfinition des catégories de fonctions. Pour rappel, la pertinence de l’utilisation de cette donnée avait notamment été remise en question dans le rapport d’activité 2012 de la Fédération. Seules les journées justifiées et réalisées interviennent, le rapport entre ces deux données déterminant la correction à appliquer. Ces deux évolutions majeures avaient été évoquées dans la rédaction du précédent rapport d’activité. Les spécificités organisationnelles des institutions en termes de personnel sont si marquées que le résultat de ce nouveau calcul peut changer le financement de façon significative et se doit donc d’être surveillé. ème
Tout d’abord, pour la 3 année consécutive, les hôpitaux reçoivent au 1er janvier un forfait pour leurs travaux de reconditionnement, sur la base du nombre de lits agréés. Dans le contexte de la régionalisation de certaines compétences, notamment la sous‐
partie A1 du BMF, les montants destinés à couvrir les charges d’amortis‐
sement des travaux de recondition‐
nement des hôpitaux pour les années à venir restent à fixer. La masse budgétaire à répartir entre les hôpitaux est cependant restreinte, car une économie structurelle de 5 millions d’euros, faisant suite au contrôle budgétaire de 2013, est imposée aux hôpitaux généraux et psychiatriques au 1er janvier. Cette mesure vient ainsi impacter le BMF des institutions déjà marqué en de nombreux endroits par un sous‐financement conséquent. 40 Dans la sous‐partie B4, des moyens complémentaires sont attribués au 1er janvier pour financer l’augmentation des cotisations ONSS APL, la mise en place de structures d’hospitalisation prolongée pour les patients atteints de tuberculose multirésistante et l’aug‐
mentation du budget réservé aux différentes études‐pilotes. Dans le cadre du Plan Cancer, un budget est accordé au 1er juillet aux hôpitaux agréés pour une fonction « liaison pédiatrique ». La Fédération continue de déplorer que des moyens du BMF soient réservés en priorité à certaines niches tout à fait spécifiques, alors que le secteur privé réclame régulièrement des moyens supplémentaires, afin de rester concur‐
rentiel, notamment sur la problé‐
matique des pensions. Sur le plan des accords sociaux, un premier budget de 1.295.000 euros est attribué au 1er janvier pour intervenir dans le financement nécessaire à l’octroi, en 2013, du barème 1.35 aux aides‐soignants exerçant cette fonction dans les hôpitaux. Une enquête réalisée par le Service Etudes de la F.I.H. a permis de soulever non seulement des situations relati‐
vement différentes selon les insti‐
tutions, mais surtout une inadéquation du financement proposé par rapport aux charges salariales engendrées. Sous l’impulsion notamment de la Fédération, un second budget, bien plus conséquent, de 14.245.000 euros a pu être dégagé en vue de l’année 2014. Ducôtédel’INAMI
L’évaluation du système de forfaitari‐
sation des spécialités pharmaceutiques montre des tendances similaires à celle des années précédentes. Ainsi, le budget global dédié au forfait pour les patients hospitalisés entre le 1er juillet 2012 et le 30 juin 2013 a encore diminué (‐4,4%). En réalité, l’impact semble être encore plus lourd si l’on intègre la forfaitari‐
sation de certains médicaments (EPO et albumines) dont le budget spécifique est également en constante diminution. F.I.H. – Rapport d’activité 2013 Depuis l’instauration du système, le budget global est passé de 258,8 millions d’euros (2006‐2007) à 180,8 millions d’euros (2012‐2013), soit une diminution de plus de 30%. Si cela peut en partie s’expliquer par la baisse de la base de remboursement et de la consommation des médicaments, il n’en reste pas moins évident que des économies conséquentes continuent d’être réalisées, année après année. La promesse initiale des autorités de réinjecter dans le secteur hospitalier les économies réalisées grâce à la forfaitarisation des médicaments semble n’avoir été respectée qu’à la marge. Il en résulte une réduction inquiétante de la marge bénéficiaire des officines hospitalières. Le constat est d’autant plus préoccupant que le gain « théorique », réalisé par les hôpitaux lorsque l’on compare les dépenses liées à l’activité de l’année avec celles qui auraient découlé du système en vigueur avant la forfaitarisation, risque de se transformer sous peu en une perte. Les résultats communiqués par l’INAMI en 2013 à propos du système des montants de référence portent sur les données 2010. Il s’agit donc de la seconde année d’application de la méthodologie « 2009 », introduisant une série de nouvelles modalités de calcul. Ainsi, il est désormais calculé des montants de référence préalables qui constitueront les dépenses de référence maximales et seront donc connues avant la réalisation des prestations concernées. précédant l’admission concernée. Ce mécanisme a fait l’objet d’un recours en annulation, introduit en début d’année 2013 par la F.I.H. et plusieurs hôpitaux, auprès du Conseil d’Etat. Budgetdessoinsdesanté2013
Les principaux griefs formulés à l’encontre de ce système sont l’influence limitée des hôpitaux sur les actes pris en compte dans cette période de 30 jours, ainsi que la difficulté de mettre en relation ces actes avec ceux qui justifient l’admission principale. Le Conseil général de l’INAMI n’ayant pu approuver l’objectif budgétaire 2013 pour le 3ème lundi d’octobre, la fixation de l’objectif budgétaire global 2013 et des objectifs budgétaires partiels est décidée fin novembre par le Conseil des Ministres. En ce qui concerne le résultat du calcul 2013 (données 2010) pour nos hôpitaux affiliés, celui‐ci est globalement positif par rapport à l’année précédente. La procédure d’élaboration budgétaire est similaire aux années précédentes, c’est‐à‐dire qu’une norme de croissance légale et une estimation de l’inflation sont appliquées à l’objectif de l’année précédente (ici 2012). Cette évolution favorable peut certainement s’expliquer par une sensibilisation accrue du personnel médical au sein de nos institutions, par la mise à disposition d’outils et d’analyses des dernières données communiquées. Par ailleurs, le pré‐calcul des montants de référence constitue un premier indicateur de référence valide et connu avant la réalisation des prestations. En octobre 2012, une proposition de budget émanant des organismes assureurs est votée par le Comité de l’assurance. Il est à noter une diminution signi‐
ficative de la norme de croissance légale, qui est de 2% pour 2013 contre 4,5% les années précédentes. Par ailleurs, 40 millions d’euros supplémentaires sont réservés en vue de la conclusion d’un accord social. L’objectif budgétaire global normé 2013 atteint 26.676.586.000 d’euros, contre 26.672.010.000 d’euros, d’après les estimations techniques de l’INAMI, ce qui constitue une marge d’environ 4,5 millions d’euros. Une autre orientation conséquente a été introduite via cette nouvelle méthode, avec l’instauration de la possibilité de considérer une période dite « de carence ». L’idée consiste à considérer, dans les dépenses de l’hôpital, l’ensemble des prestations visées par le système des montants de référence qui auraient été réalisées durant une période de 30 jours F.I.H. – Rapport d’activité 2013 41 De nombreuses mesures d’économies sont réalisées sur le budget des soins de santé 2013. Fertilisation in vitro Honoraires médicaux ‐ 1.000 Rattrapage dépassement 2012 BC ‐ 26.074 Rattrapage dépassement 2012 IM ‐ 17.387 Prime télématique médecine générale ‐ 3.000 Diminution prix spécialités pharmaceutiques remboursées (‐1,95%) Sang ‐ 6.250 Adaptation règles délivrance obligatoire du moins cher ‐ 1.000 Plafond de remboursement pour molécules d’une classe ‐ 11.250 Dépenses inutiles liées aux conditionnements ‐ 13.333 Réforme des produits plasmatiques stables ‐ 19.439 ‐ 5.000 Prélèvement sur la masse d’indexation des forfaits et honoraires de dialyse (optique réforme du financement) ‐ 10.000 Réduction sous‐partie A2 ‐ 10.000 Montants réservés 106 millions d’euros d’économies sont réalisés sur les honoraires médicaux, dont environ 82 millions d’euros dus à des dépassements dans les dépenses réalisées en 2012. Dans la mesure où ces dépassements sont intégrés dans le calcul des estimations techniques lorsque le budget global 2013 est établi, il est nécessaire d’effectuer une compensation pour éviter de les structuraliser. Il n’est proposé d’ac‐
corder l’indexation totale de 2013 pour les secteurs concernés par ces dépassements qu’à condition que des économies équivalentes soient réalisées sur la même période. En vue de limiter l’irradiation médicale, une économie de 20 millions d’euros est également prévue sur les dépenses d’imagerie médicale. ment limité des produits de contraste. La nouvelle réglementation sur les marchés publics, qui impose aux hôpitaux dès 2013 davantage de transparence et de rigueur dans les procédures d’achat, devrait augmenter la concurrence sur les prix. 10 millions d’euros sont également dégagés à titre conservatoire sur la masse d’indexation des forfaits et honoraires de dialyse. Dans les économies spécifiquement imposées aux hôpitaux, 5 millions d’euros sont prévus via un rembourse‐ Finalement, un montant de l’ordre de 10 millions d’euros est retenu sur la sous‐partie A2 pour compenser un taux de référence trop élevé dans le calcul de la provision par rapport aux taux moyens réellement pratiqués. Du côté des initiatives, des montants très limités sont réservés, avec respectivement 196.000 euros et 500.000 euros pour le Plan Sida et des conventions avec les centres d’accom‐
pagnement de femmes victimes de mutilations génitales. ‐ 25.000 ‐ 31.697 TOTAL ‐ 84.805 ‐ 4.742 Réglementation marchés publics : produits de contraste 42 ‐ 52.972 Réduction volume prescriptions Non attribution de la masse d’indexation Implants et dispositifs médicaux Blocage des prix des dispositifs médicaux Hôpitaux ‐ 106.272 ‐ 38.811 ‐ 20.000 Rattrapage dépassement 2012 prestations spéciales, chirurgie, gynécologie, montants forfaitaires, divers Mesures structurelles IM Spécialités pharmaceutiques (milliers EUR) ‐ 271.955 Le budget n’est pas accueilli favora‐
blement par la F.I.H., ni par la majorité des prestataires de soins, dans la mesure où l’on vient prélever de façon conséquente dans certaines des dernières niches des soins de santé permettant encore quelques marges. Les nombreux sous‐financements dénoncés par ailleurs, et pour lesquels aucune mesure de soutien n’est envisagée, seront d’autant plus problé‐
matiques qu’ils ne pourront dès lors pratiquement plus être compensés par des activités davantage bénéficiaires. Le risque majeur à cet égard est que l’emploi devienne une des seules variables permettant de stabiliser la situation financière des hôpitaux qui rencontrent de plus en plus de difficultés à équilibrer leur budget. F.I.H. – Rapport d’activité 2013 Loiaccessibilitéauxsoinsdesanté
Le dernier jour de 2012 paraît, au Moniteur belge, la loi du 27 décembre portant des dispositions diverses en matière d’accessibilité aux soins de santé. La facturation de suppléments d’hono‐
raires dans les chambres individuelles (à 1 lit) reste possible, moyennant le respect des exceptions prévues par la loi sur les hôpitaux (entre autres si l’état du patient requiert un séjour en chambre individuelle, en cas de prise en charge par les soins intensifs ou les urgences, indépendamment de la volonté du patient, etc.). L’interdiction de facturer des supplé‐
ments d’honoraires (en chambre individuelle) sur les prestations de biologie clinique porte sur la partie forfaitaire et non sur la partie à l’acte, pour laquelle les suppléments sont autorisés. Cette loi consacre, notamment, la création du statut « affection chro‐
nique », et l’interdiction de facturer des suppléments d’honoraires dans les chambres communes et à 2 lits (en hospitalisation complète). Cette interdiction, qui vaut tant pour les médecins conventionnés que non‐
conventionnés, entre en application le 1er janvier 2013. La loi sur l’accessibilité en soins de santé clarifie également le flou juridique qui entoure la facturation de suppléments d’honoraires en chambre individuelle sur la partie à l’acte des prestations de biologie clinique. F.I.H. – Rapport d’activité 2013 43 C.L’emploietlesrelationsdetravail
(dansleshôpitauxgénérauxetpsychiatriques)
LesemploisMaribelSocial
3.943.695,34 euros et des projets de parrainage à raison de 130 ETP pour un montant de 4.929.218 euros. de référence en la matière, en collaboration avec le CPPT et le médecin du travail ; 3 institutions wallonnes y ont recourt sur les 20 participantes ; En 2013, la Chambre Maribel Social (MS) pour les hôpitaux maintient l’emploi à durée indéterminée et pérennise une partie des emplois à durée déterminée initialement octroyés jusqu’au 31 décembre 2012. Ces emplois sont répartis, via le FMS 330, après de difficiles arbitrages entre le maintien de l’emploi MS ‐ fût‐il temporaire ‐ et les emplois à réserver pour le « projet 600 ». Les chiffres totaux de l’emploi Maribel dans les hôpitaux privés réalisés en 2013 atteignent presque 6.000 ETP, dont presque 1.500 en Wallonie. Soit 8.800 postes de travail, dont 2.354 en Wallonie créés dans le système Maribel pour une durée indéterminée. Après des octrois importants de moyens à durée déterminée en 2011, et surtout en 2012 suite aux apports d’arriérés du Maribel fiscal, l’objectif des partenaires sociaux est la stabilisation de l’emploi, en augmentation par rapport à 2011, malgré l’absence d’augmentation struc‐
turelle des moyens MS. Les emplois ainsi stabilisés doivent également être suffisamment financés. Les employeurs sont rejoints par les représentants des travailleurs dans leur souci de limiter l’écart qui se creuse entre le coût réel des emplois MS et leur couverture financière. La prochaine augmentation structurelle devra per‐
mettre cette revalorisation tant des emplois d’assistants en logistique que des autres emplois. En outre, comme chaque année, la Chambre Maribel des hôpitaux privés distribue les moyens provenant de l’INAMI pour le financement des congés supplémentaires (« petite dispense ») du personnel de 50 ans et plus, à raison de 102 ETP pour un montant de 44 LesprojetsdeformationduFSHP
Le Fonds « groupes à risque » poursuit sa politique de formation en soutenant financièrement les projets individuels présentés par des hôpitaux privés. Bien que ceux‐ci soient libres de leurs initiatives de formation, à condition qu’elles visent les groupes à risque (GAR), les thématiques les plus rencontrées sont : la communication, l’informatique, ainsi que le domaine de l’hygiène et des techniques de net‐
toyage. Le Fonds continue à développer plusieurs initiatives de formation en faveur des travailleurs des hôpitaux privés : ‐
en art infirmier, dans le cadre du projet « Tremplin vers l’art infirmier », presque 200 travailleurs poursuivent les études en art infirmier dans l’enseignement de la Communauté française (sur les 900 inscrits au FSHP) ; ‐
la formation de 120 heures pour les aides‐soignants, prolongée jusqu’en 2015 ; ‐
en gestion du stress et de l’agressivité ; l’évaluation de ce projet, en vue de sa reconduction éventuelle, montre une participation de 38% des hôpitaux, dont 18 institutions en Région wallonne sur 69 institutions participantes ; ‐
en prévention des lombalgies ; ce projet est relancé à partir du 1er septembre 2013 jusqu’au 30 juin 2015 ; il soutient des formations en faveur du personnel exposé aux maux de dos, ainsi que du personnel ‐
la formation en langues : cette offre de formation court du 1er septembre 2013 jusqu’au 30 juin 2015 ; parmi les 7 institutions participantes, 4 sont bruxelloises et aucune ne s’est montrée intéressée en Région wallonne ; ‐
en agent de sécurité (sur demande) ; ‐
en accompagnement collectif profes‐
sionnel : le projet‐pilote de 2012 est confirmé à partir du 1er septembre 2013 jusqu’au 30 juin 2015, soit sous forme de supervision, soit sous forme d’intervision. En collaboration avec l’ASBL FE.BI et les autres Fonds sociaux y associés, un catalogue reprenant toutes les formations offertes par le FSHP est édité deux fois l’an. Ces formations d’accès gratuit concernent la bureautique, la gestion du stress, la gestion de l’agressivité et des conflits, la diversité culturelle, la communication, les HACCP (Hazard Analysis and Critical Control Points) et l’accueil des nouveaux travailleurs. Avec d’autres Fonds francophones associés au sein de l’APEF (Association Paritaire pour l’Emploi et la Formation) et d’autres Fonds membres de FE.BI, le FSHP poursuit, en 2013, le projet « Bilan de compétences » destiné à offrir à un certain nombre de travailleurs un accompagnement individuel visant à faciliter leur évolution professionnelle. En 2013, 29 travailleurs francophones ont entamé cette démarche. F.I.H. – Rapport d’activité 2013 Le FSHP bénéficie de la convention‐
cadre entre le secteur non‐marchand privé (APEF‐FE.BI) et public, la Région wallonne et la Fédération Wallonie‐
Bruxelles. L’accent est mis sur les conséquences en termes de pertes d’emplois, et la crainte existe que ces décisions aient déjà des impacts sur la politique des ressources humaines. Cette convention‐cadre se décline, sous des conventions spécifiques, pour des collaborations diverses assorties de co‐
financements, dont la convention avec l’enseignement de promotion sociale, financée pour la mise en place d’unités de formation avec des institutions scolaires, la convention « FOREm » avec les opérateurs d’emploi (FOREm) et de formation professionnelle (IFAPME). L’octroi du barème 1.35 aux aides‐
soignants
Afin de remplir ses missions en faveur des demandeurs d’emploi, le FSHP lance chaque année un nouvel appel à projets auprès des opérateurs de formation ouverts aux demandeurs d’emploi, dans des métiers du secteur tels que aide ou assistant(e) en logistique, aide‐
soignant(e), aide‐administratif(ve), tech‐
nicien(ne) de surface ou autres formations complétant l’offre du FOREm et susceptibles d’intéresser les hôpitaux. Cet accord global doit clôturer une longue période de négociations difficiles avec les organisations syndicales et la grève du 8 octobre est annulée. Mais le 14 octobre, le refus d’une Fédération patronale (Santhéa) ne permet pas d’atteindre l’unanimité requise pour la signature de la CCT à laquelle s’étaient engagés les partenaires sociaux. Enfin, le Fonds poursuit son offre de primes (1.300 euros) aux employeurs engageant sous contrat d’appren‐
tissage des jeunes, dans le cadre de la formation en alternance organisée au sein du Comité paritaire d’appren‐
tissage. Vu le peu d’intérêt pour cette offre, le comité de gestion du FSHP a entamé, en 2013, une réflexion pour soutenir davantage ce dispositif qui rencontre les nouvelles obligations en faveur d’un des groupes‐cibles que constituent les jeunes peu qualifiés. LeBudgetdessoinsdesanté
Face aux restrictions budgétaires an‐
noncées dans les hôpitaux et suite à la demande du Comité de coordination des Directeurs généraux des hôpitaux, les DRH réunis au sein de la Commission Personnel s’intéressent aux différentes mesures d’économie en vue. Le protocole d’accord relatif à l’octroi du barème 1.35 aux aides‐soignants, signé en Commission paritaire 330 le 2 octobre 2013 simultanément à la signature des 4 CCT relatives à la formation, au RCC et au crédit‐temps, fait suite à des garanties de financement de la mesure. La situation dans certaines institutions est compliquée par la circonstance que le SPF Santé annonce que le financement octroyé pour payer le barème 1.35 aux aides‐soignants ne sera maintenu dans le BMF de l’hôpital au 1er janvier 2014 que si une attestation en confirmant l’octroi, à compter du 1er janvier 2013, est transmise à l’Administration pour le 31 octobre au plus tard. Est finalement signée, le 7 novembre 2013, la CCT concernant l’harmonisation des barèmes des aides‐soignants, qui prévoit l’attribution du barème 1.35 aux aides‐soignants disposant d’un enregis‐
trement définitif (ou provisoire), en référence aux arrêtés royaux du 12 janvier 2006, et qui exercent effectivement la fonction telle que définie dans ces deux arrêtés. En cohérence avec le financement obtenu, et malgré l’exigence de la circulaire ministérielle, l’entrée en vigueur est fixée au 1er janvier 2014 pour les hôpitaux (généraux et psychiatriques) et les MSP. C’est au Moniteur belge du 17 janvier 2014 que paraît l’arrêté royal du 26 décembre 2013 modifiant l’arrêté royal du 25 avril 2002 relatif à la fixation et à la liquidation du budget des moyens financiers (BMF). Ce texte fixe finalement la date limite d’envoi de l’attestation d’octroi du barème 1.35 au 28 février 2014, le Conseil d’Etat n’ayant pas avalisé la rétroactivité de cette mesure. La pression syndicale est grande dans les institutions qui, pour des raisons de financement, ne peuvent consentir à cet effort en 2013. La F.I.H., à l’instar d’autres fédérations patronales, plaide pour l’octroi d’un seul barème à tous les aides‐soignants des institutions de soins fédérales (hôpitaux, MR‐MRS), en raison de l’augmentation notable du budget des soins de santé pour 2014, octroyant plus de 14 millions d’euros supplémentaires aux hôpitaux. F.I.H. – Rapport d’activité 2013 45 D.Départementdessoinsauxpatients
DI‐RHM(oudonnéesinfirmièresdu
Résuméhospitalierminimum)
Le 5 mars 2013, la F.I.H. organise une séance d’information à destination des directions générales, infirmières et financières des hôpitaux généraux, relative à l’utilisation des données du DI‐RHM. En effet, ce sont toujours les données infirmières (RIM) de l’année 2006 qui servent de base au calcul du budget des moyens financiers des hôpitaux généraux (BMF). Depuis lors, un nouveau système d’enregistrement de l’activité infirmière a vu le jour en 2008. Les données du DI‐RHM n’ont pas encore été intégrées dans le BMF, afin de moduler le financement des soins infirmiers au sein des hôpitaux. Le développement d’une méthodologie, afin d’utiliser les données DI‐RHM dans le financement, via la définition de profils de soins, a fait l’objet d’une recherche scientifique commanditée par le SPF Santé publique : l’étude « Profil DI‐VG ». A l’issue de cette recherche, plusieurs scénarii d’utilisation sont proposés, ainsi que différents modèles d’intégration. L’introduction potentielle dans le financement hospitalier des Nursing Related Groups (NRG’s) extraits du DI‐RHM, pose questions. Pour certaines d’entre elles, des réponses sont apportées par l’Administration, d’autres devront être soumises à l’épreuve du temps et de leur utilisation. Aucune alternative temporaire ne donne satisfaction. 46 La Section Financement du Conseil national des établissements hospitaliers est chargée d’émettre un avis en la matière. Afin d’alimenter les réflexions, la F.I.H a tenu à organiser une rencontre entre les principaux acteurs hospitaliers concernés, afin de recueillir leurs avis et réagir promptement à la demande de la Ministre. Plusieurs points sont soulevés : l’importance des audits (et des sanctions adaptées) sur les enre‐
gistrements de données utilisées pour le financement, une évolution progressive de l’impact des données du DI‐RHM dans le financement des unités de soins, la priorité au financement des activités infirmières au travers d’indicateurs liés à ces activités, la nécessité d’une première étape visant à répartir l’enveloppe RIM en fonction des profils de soins. Celle‐ci doit permettre au secteur de s’approprier cet instrument et d’assurer le contrôle de son enregistrement. Pour la suite, il conviendrait d’étudier les possibilités d’impact du DI‐RHM sur le financement des autres indices de lits où il est enregistré (G‐M‐NIC). Ensuite des réactions diverses des membres de la Section Financement du CNEH, celle‐ci n’a pu arriver à émettre un avis circonstancié dans les temps. Il convient donc de rester attentif aux futurs développements du BMF. CommissionSoinsPatients
La Commission poursuit ses objectifs sur la base d’un réseau d’échanges de pratiques, comme « la gestion des horaires de travail, temps de pause et temps de vestiaires ». Certains projets institutionnels sont présentés dont « l’élaboration d’un outil d’évaluation du profil des soins pour l’affectation de l’équipe mobile » et le « feed‐back d’une enquête sur l’environnement de travail des infirmiers et soignants ». Les actualités dans plusieurs domaines sont systématiquement parcourues, comme la santé mentale et la psychiatrie, la clinique et les soins, les professionnels de santé, la qualité et la sécurité des soins, la formation et l’enseignement. A ce sujet, les contacts se multiplient, afin de promouvoir un meilleur partenariat et une interaction permanente entre trois pôles essentiels : l’éducation / l’enseigne‐
ment, le milieu professionnel et le secteur de la recherche. Notons les collaborations (avec FE.BI, le Segec, l’UCL et le Conseil supérieur paramédical) à l’élaboration d’un guide pour devenir infirmier, la conception du programme d’un futur Master en sciences cliniques infirmières, la mise à jour du référentiel de compétences du Master en soins infirmiers, etc. La F.I.H. représente le département des soins à travers l’accompagnement de projets de recherche, comme l’étude d’intervention ALARM (Afferent Limb And Response Method), le burn‐out du personnel médical et infirmier des hôpitaux, « 10 ans de recherche infirmière : bilan et perspectives », la création d’un site web dédié à l’éducation du patient, à l’initiative du SPF Santé publique. F.I.H. – Rapport d’activité 2013 Certains outils pratiques sont proposés aux membres, tels que : la mise à jour trimestrielle du récapitulatif des formations permanentes du personnel hospitalier et le panorama des instances et des Conseils en Fédération Wallonie‐
Bruxelles pour les professions de santé. Enfin, un groupe de travail ponctuel, constitué de membres des hôpitaux généraux et psychiatriques, ainsi que des infirmiers inspecteurs de la Direction des établissements hospi‐
taliers du Service public de Wallonie, aboutit à la création d’un Guide pour l’élaboration du rapport d’activité annuel du département infirmier, proposé aux directions du département infirmier, pour une mise en œuvre dès 2014. L’optique retenue est celle d’un moyen d’évaluation continue des activités du département des soins et de la communication interne et externe à l’intention de différents publics‐cibles. Formationinfirmière
Cette année est marquée par le projet d’agrément, dès la rentrée académique 2015, d’un Master professionnalisant en sciences infirmières, option spécialiste clinique (soins généraux), organisé en co‐diplomation entre les Hautes‐Ecoles et les universités, dans le cadre du nouveau Décret Paysage qui réforme considérablement l’enseignement supé‐
rieur en Fédération Wallonie‐Bruxelles, notamment en créant des synergies sur base géographique. Ce Master de 120 crédits ECTS (European Credits Transfer System) serait proposé au terme du Baccalauréat en soins infirmiers, actuellement organisé sur trois années (180 crédits ECTS). Cependant, le contexte européen incite à une réforme considérable de la formation infirmière. En effet, la Directive européenne de libre‐échange 2005/36/CE est amendée (et publiée au Journal Officiel des CE le 28 décembre 2013). La Directive 2013/55/UE fixe un nouveau socle de base, commun aux 28 Etats membres, nécessaire à l’accès au titre d’infirmier en soins généraux, et ce pour le 28 janvier 2016 : minimum 3 ans d’études ET 4.600 heures de 60 minutes, dont 2/3 de pratique clinique (stages). A l’heure actuelle, la formation infirmière en Belgique est loin de satisfaire à ces critères, et devra forcément évoluer quant au contenu et à la durée (240 crédits ECTS, soit 4 années), ceci nonobstant l’opportunité de reconsidérer les différentes filières et d’évoluer progressivement vers un titre unique. Le défi est de taille, au regard des nombreux impacts potentiels d’une telle réforme et du coût que cela représente. L’idéal serait une approche structurelle par phases successives, en lien avec l’ensemble des professions de santé (études de santé, coopération inter‐
métiers, etc.). Nous sommes attentifs et participons aux réflexions, afin de répondre aux futurs défis organisationnels (dispo‐
nibilité des professionnels de santé, fidélisation, choc démographique), en fonction des besoins actuels des populations‐cibles, des acteurs de la santé et des spécificités sectorielles. l’agressivité (HP) et d’autre part, le premier feed‐back globalisé des résultats issus de l’analyse du premier rapport d’activité pour l’année 2011. A cet égard, nous animons des ateliers lors des deuxièmes Rencontres infirmières au sein du SPF Santé publique. C’est l’occasion de dresser quelques constats de mesures pour les thématiques des escarres (HG), ainsi que de mesures de privation de liberté (HP), afin de dégager trois actions prioritaires pour soutenir les pratiques dans ces domaines. Plan wallon qualité des soins hospitaliers Nous clôturions l’an dernier par l’organisation d’un congrès sur le thème de la qualité, regroupant toutes les institutions affiliées mais aussi ouvert à tous les acteurs du terrain et décisionnels. La question centrale était « Ensemble, quelle qualité dans les institutions de soins demain et comment ? ». Qualitéetsécuritédessoins
CFQAI Le Conseil fédéral pour la qualité de l’activité infirmière poursuit sa mission d’évaluation externe de l’activité infirmière, en s’articulant avec le Quality Indicators Project en Flandre, et s’appuie sur les axes du contrat Patient Safety 2013‐2017 soutenu par le SPF Santé publique. En guise de réponse et de suivi à cette manifestation, citons deux points marquant la structuration de la qualité en Région wallonne : ‐
le Plan wallon qualité des soins hospitaliers ; ‐
la PAQS ou Plate‐forme pour l’amélioration continue de la qualité des soins et de la sécurité des patients. Cette année est marquée d’une part, par le développement et la commu‐
nication des fiches indicateurs de ressources et de processus pour la dénutrition (HG) et la gestion de F.I.H. – Rapport d’activité 2013 47 Evolutionsréglementaires
Au niveau légal, les critères d’agrément des praticiens de l’art dentaire spécialistes en orthodontie se renforcent vers une pratique exclusive et l’obligation de formation continue selon un système d’accréditation. D’autre part, nous prenons part aux travaux du groupe de travail permanent psychiatrie du CNEH sur cette problématique. Seuls les médecins peuvent poser des actes d’esthétique médicale, à l’ex‐
ception des dentistes et des esthéticiens pour des actes précis et moyennant une formation appropriée. L’arrêté ministériel du 8 juillet 2013 fixe les critères d’agrément autorisant les infirmiers à se prévaloir de la qualification professionnelle en soins palliatifs (QPP) dès le 1er janvier 2014. En parallèle, le sujet est à l’ordre du jour de la Commission des conventions au sein de l’INAMI, afin de financer cette QPP en MR/MRS également, non cumulable avec l’octroi de la prime pour le TTP en gériatrie et pour un maximum d’un ETP. Cette mesure est positive pour l’attractivité de ce secteur. Les arrêtés ministériels du 24 avril 2013 fixent les critères d’agrément relatifs au titre (TTP) et à la qualification particuliers en santé mentale et psychiatrie pour les infirmiers. Cette reconnaissance suscite des questions en matière de financement et conditions d’octroi de la prime pour TPP et QPP (lieu d’exercice assimilé en fonction des normes de qualification exigées), d’application des mesures transitoires en terme de continuité des soins au sein des institutions, et plus globalement de conséquences sur la mobilité du personnel infirmier entre les différents milieux de soins du secteur de la santé mentale (attractivité infirmière au sein des MSP et les IHP par exemple). Une enquête est réalisée au sein de nos institutions, afin d’évaluer le nombre de personnes spécialisées et susceptibles de le devenir dans les 5 ans, dans le but de quantifier le budget nécessaire au financement de la prime. Depuis le 10 mai 2013, l’accès à la profession d’aide‐soignant est étendu à toute personne pouvant attester 5 ans d’exercice professionnel équivalent temps‐plein, comme personnel d’aide et d’accompagnement dans un ou plusieurs service(s) d’aide à domicile agréé(s), moyennant une formation théorique et pratique complémentaire. Ce trajet raccourci pour l’accès à cette profession ne fait pas l’unanimité et accroît les disparités en termes de profils de compétences, à l’heure où les institutions souhaitent une harmoni‐
sation et un renforcement de la formation de base initiale. La loi du 23 mai 2013 clarifie les actes qui relèvent de la compétence des différents types de prestataires de soins spécialisés. La liste des titres professionnels particuliers réservés aux praticiens de l’art médical est complétée par le titre de « médecin spécialiste en médecine esthétique non chirurgicale ». En ce qui concerne les professions paramédicales, cette année a vu l’entrée en vigueur de l’agrément des logopèdes, orthoptistes, technologues en imagerie médicale et de laboratoire médical. L’agrément des technologues suscite des questions et des inquiétudes. Une enquête F.I.H./FNAMS vise à identifier les situations potentiellement problé‐
matiques. Le SPF Santé publique est interpellé afin d’éclaircir la notion des droits acquis. Enfin, un courrier est adressé à la Ministre, ainsi qu’au Président du Conseil fédéral des professions paramédicales. Une loi réglemente désormais la pratique de la médecine et de la chirurgie esthétique, pour contrecarrer les dérives constatées dans ce domaine et assurer la sécurité et la protection des patients. 48 F.I.H. – Rapport d’activité 2013 E.Gestiondesressourceshumaines
GroupedetravailFormation
permanente
Ce groupe de travail est composé de directeurs de Département de soins, de cadres intermédiaires en charge de la formation permanente, de directeurs des ressources humaines et de collaborateurs RH. Il se réunit plusieurs fois par an et fait le point sur les nouvelles obligations en matière de formation continue. Cette année, un premier thème de fond concerne le nouveau dispositif de FE.BI au sujet du « Bilan de compétences ». Celui‐ci fait l’objet d’une présentation approfondie (origine du projet, public‐
cible, différentes étapes et procédures pour profiter du projet). Il se veut être un outil d’évolution professionnelle pour les travailleurs du non‐marchand. Un second thème de fond apporte la nuance entre les stages d’intégration et les stages de transition. En effet, il existe désormais une obligation collective des employeurs d’offrir 1% de stage d’intégration annuel. Une évaluation de cette obligation sera effectuée en 2014. Un troisième thème de fond consiste à faire le point sur les professions soignantes, leur trajet de formation et leur parcours professionnel. Une réflexion a lieu sur le développement d’un Master en sciences infirmières en Fédération Wallonie‐Bruxelles. A cela s’ajoute une réflexion plus large concernant une meilleure harmonisa‐
tion entre l’enseignement, la recherche et le terrain, afin d’entraîner une nouvelle dynamique dans le secteur. GroupedetravailAttractivitéet
rétentiondupersonnel(Employer
Branding)
L’objectif de ce groupe de travail est de relever les bonnes pratiques en matière d’attractivité et de rétention du personnel. Pour cela, les membres partagent différents éléments qui peuvent contribuer à une bonne image de marque de l’institution mais aussi du secteur. En effet, une image forte et attractive de l'institution en tant qu'employeur facilite le recrutement de candidats de qualité. Suite à différentes études et recherches, il s’avère que quatre points sont cruciaux pour améliorer l’attractivité et la rétention du personnel : -
la culture d’entreprise, la réputation de l’institution, les avantages octroyés (HR Branding), l’image de l’institution. Pour cela, il est opportun de développer les compétences du Service commu‐
nication de l’institution (communication des avantages octroyés, présence sur les réseaux sociaux, développement de l’événementiel, etc.) et sa collaboration avec le Service RH. Les conclusions de ce groupe de travail sont présentées en Commission Person‐
nel. F.I.H. – Rapport d’activité 2013 49 Formationcontinuepourl’octroidu
«complémentfonctionnel»
intitulée:«Pouruneamélioration
continuedenosinstitutions»
Cette année encore, la F.I.H. organise la formation continue de 8 heures requise pour l’obtention du « complément fonctionnel ». Ces journées ont lieu les 24/10 et 07/11/2013. Deux des trois domaines prévus par la circulaire du SPF Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement, ont été choisis, à savoir la gestion d’équipe et le bien‐être au travail. Dans ces deux domaines, plusieurs thématiques sont dévelop‐
pées. La matinée de la formation est consa‐
crée à la gestion d’équipe, articulée autour de la gestion de projet. Le premier module, intitulé « Intro‐
duction à la méthodologie de gestion de projet », permet de décortiquer la gestion de projet, telle qu’elle existe dans nos institutions de soins. En effet, il y a un aller‐retour entre la théorie et la pratique concernant les spécificités des acteurs de projets et leur rôle dans le management de projet. Le second module de la matinée est la présentation du « Lean Management » (sa mise en place, ses applications, ses outils, etc.), tel que vécu depuis plusieurs années dans une institution hospitalière affiliée. 50 L’après‐midi de la formation, dont le thème général est le « Bien‐être au travail », commence par une ré‐
appropriation des bases légales et des rôles et missions des différents acteurs dans la gestion des risques et de la prévention. Le plan pour l’emploi des
travailleurs âgés (CCT n° 104 du
CNT)
Ensuite, un service externe de la prévention et de la protection au travail (SEPPT) explique son rôle dans la prévention et la protection au travail et décline les grands principes de surveillance de santé. Deux CCT ont été conclues au sein du CNT, afin de réglementer ce « Plan pour l’emploi des travailleurs âgés » : En deuxième partie d’après‐midi, il est fait présentation du Fonds des maladies professionnelles, en particulier sur les différentes maladies professionnelles dans notre secteur et sur ses différentes missions. Enfin, une psychologue du SPF Emploi, Travail et Concertation sociale, spécialisée dans la charge psychosociale au travail, présente les toutes dernières études sur le sujet, notamment sur le burn‐out des médecins et infirmiers hospitaliers. Cette journée de formation, riche en partage et dédoublée pour satisfaire à un maximum de demandes de la part des affiliés de la Fédération, implique plusieurs collaborateurs de la Fédération, ainsi que différentes « personnes ressources ». Le « Plan pour l’emploi des travailleurs âgés » est une obligation légale visant le maintien et l’accroissement de l’emploi des travailleurs âgés de 45 ans et plus. -
-
la CCT n° 104, qui a pour objet de régler les conditions et modalités pour réaliser le Plan pour l’emploi ; la CCT n° 9 quater, qui a pour objet d’intégrer le Plan pour l’emploi, dans le cadre de l’information annuelle à fournir au C.E. en matière d’emploi. Un tour de table et un partage de bonnes pratiques en faveur des travailleurs âgés de 45 ans et plus permet aux membres de mettre sur pied leur premier plan en la matière. En outre, la note d’information sur cette thématique propose un tableau récapitulatif reprenant les différents domaines pouvant être pris en compte dans l’élaboration de ce « Plan pour l’emploi des travailleurs âgés ». La Commission Personnel de la F.I.H. consacre une séance spéciale pour présenter ce nouveau Plan le 24/01/2013. F.I.H. – Rapport d’activité 2013 4.LaSantémentale
La thématique de l’accréditation est à l’ordre du jour de nombreuses rencontres. Cependant, une certaine incertitude plane sur le secteur durant cette année 2013. La raréfaction des moyens budgétaires et les débats relatifs aux transferts de compétences font place à certaines inquiétudes quant à la concertation, au financement futur du secteur et à l’accessibilité des soins pour les patients. Les projets relatifs à l’article 107 de la loi sur les hôpitaux poursuivent leur développement sur la base des particularités locales. Les principes de l’Evidence‐based Medecine s’invitent d’avantage dans les réflexions relatives aux soins de santé mentale. A.Lesprojetsdecircuitsdesoinsetréseauxensantémentale
Suite à la Conférence interministérielle du 18 juin 2012, les 9 initiatives restées en suspens en 2012 bénéficient du budget de 725.000 euros par projet et démarrent leurs activités en cette année 2013. En parallèle, la première vague de projets qui a démarré ses activités à partir de 2011 continue d’explorer cette nouvelle philosophie de soins, propre à chaque région. Malgré tout, certaines zones ne bénéficient toujours pas de cette nouvelle offre de soins. La F.I.H. poursuit son travail de concertation avec les autorités compétentes, dans le cadre de la déclaration d’engagement signée entre le SPF Santé publique et les fédérations actives dans les soins de santé mentale. Des rencontres et des échanges répondant aux demandes plus spécifiques s’organisent au sein de la Fédération, compte tenu de l’organisation locale des projets et de leur état d’avancement. F.I.H. – Rapport d’activité 2013 De nouvelles conventions de réédu‐
cation fonctionnelle, financées par l’INAMI, sont en cours de construction au sein de certains réseaux. Elles visent à soutenir l’accompagnement des bénéficiaires dans le cadre de la réhabilitation psycho‐sociale, notam‐
ment au travers de la fonction de coach au travail. Le 24 janvier 2013, le Moniteur belge publie la déclaration conjointe du 10 décembre 2012 pour la réalisation de réseaux et circuits de soins en santé mentale pour enfants et adolescents. A l’instar du groupe‐cible des adultes, la déclaration prévoit le développement des pratiques de réseaux s’inscrivant dans le développement de différentes fonctions de soins. Des inquiétudes s’installent au sein du secteur quant au modèle qui s’esquisse. Durant l’année 2013, la question du financement des futurs réseaux et circuits de soins pour enfants et adolescents reste pourtant en suspens.
Dans le cadre de la mise en application de l’article 107 de la loi sur les hôpitaux pour le groupe‐cible des enfants et adolescents, un groupe de travail technique du CNEH, auquel participe la F.I.H., travaille à la rédaction d’un cadre conceptuel permettant une opération‐
nalisation des circuits et réseaux de soins. 51 B.Lefinancementdusecteur
Titreprofessionnelparticulieret
qualificationprofessionnelle
particulièreensantémentaleet
psychiatrie
Le Conseil National de l’Art Infirmier (C.N.A.I.) rédige un avis fixant les critères d’agrément autorisant les praticiens de l’art infirmier à se prévaloir de la qualification professionnelle particulière d’infirmier ou du titre particulier d’infirmier en santé mentale et psychiatrie. Cette question est soulevée au sein du groupe de travail permanent en psychiatrie du CNEH, dans le but d’intégrer ces titres et qualifications dans les normes d’agrément. Au Moniteur belge du 15 mai 2013, deux arrêtés ministériels fixent les critères d’agrément autorisant les praticiens de l’art infirmier à se prévaloir du titre ou de la qualification. Ces mesures concernent uniquement les services A, T et Sp psychogériatriques et non les praticiens de l’art infirmier des services K, IB, équipe mobile des projets‐pilotes 107, IHP et MSP. La F.I.H. interpelle les autorités fédérales et fédérées, afin que cette discrimination ne mette en péril le respect des normes d’agrément et le fonctionnement des réseaux et circuits de soins de par le retour du personnel infirmier vers les structures hospi‐
talières. Les moyens insuffisants qui ont été alloués engendrent des coûts supplé‐
mentaires importants à charge des institutions. Le montant de base initialement prévu pour les hôpitaux sera, après négociations, majoré de 14 millions d’euros. La répartition de ce budget se fait sur la base du nombre de lits agréés. Accueildecriseenpédopsychiatrie
Depuis le 1er janvier 2013, un budget de 1,5 millions d’euros en base annuelle est disponible pour améliorer l’accueil de crise en pédopsychiatrie. Cette amélioration passe par la revalorisation des honoraires des pédopsychiatres aux urgences en dehors des heures contractuelles et le financement de concertation entre pédopsychiatres, professionnels, parents et service non psychiatrique où l’enfant est hospitalisé. AccessibilitéfinancièreenMSP
Depuis 2009, un budget de 9.600.000 euros en base annuelle est disponible afin d’améliorer l’accessibilité financière des résidents en MSP. L’utilisation de ce budget, dégagé dans le cadre du plan maladies chroniques, s’est déroulé en deux phases (suite à une décision de la Commission des conventions en 2009). Suite au texte relatif à l’accord social 2013 prévoyant l’attribution de l’échelle barémique 1.35 à tous les aides‐ soignants, une étude de la F.I.H. au sein des ses affiliés montre différents impacts selon les secteurs. La première phase est d’application depuis le 1er juillet 2009 et permet une réduction de la facture de 4 euros par journée et par patient et une majoration de la partie B1 du prix d’hébergement de 2 euros par journée et par patient. Cette première phase linéaire est rendue structurelle au mois de décembre 2009 et entraîne la liquidation de la première moitié du budget disponible. Aides‐soignants:barème1.35
52 Pour l’application de la deuxième phase, la Commission des conventions s’accorde pour utiliser la seconde moitié du budget de manière plus sélective. Le 13 juin 2013, la Commission des conventions conclut un avenant afin d’allouer la seconde moitié du budget disponible. L’application de la mesure se décline au travers de la création de huit nouvelles catégories de bénéficiaires dans le cadre de l’accessibilité financière en MSP. Fonction de coordinateur en
assuétudes au sein des plates‐
formes de concertation en santé
mentale
Au sein des plates‐formes de concertation en santé mentale, le projet‐pilote « fonction de coordination assuétude » se termine en date du 31 décembre 2012, après 10 ans d’étude dans l’ensemble des plates‐formes. Cette fonction devient structurelle, suite à la publication, au Moniteur belge, de l’Arrêté royal du 2 juillet 2013 modifiant l’Arrêté royal du 10 juillet 1990 fixant les normes d’agrément applicables aux associations d’institutions et de services psychiatriques. Néanmoins, il est regrettable qu’aucun financement ne soit prévu pour soutenir cette mission. INAMI:demandesbudgétaires
Pour la troisième année consécutive, et dans un contexte de raréfaction des moyens, les demandes budgétaires relatives au secteur des MSP et IHP restent inchangées. F.I.H. – Rapport d’activité 2013 De commun accord, le secteur demande, au sein de la Commission des conventions IHP‐organismes assureurs, le financement de la fonction de coordination (2.827.252 euros), une revalorisation de la fonction médicale (874.664 euros) et le financement de personnel technique pour l’entretien des bâtiments (1.603.052 euros). Au sein de la Commission des conven‐
tions MSP‐organismes assureurs, le secteur demande le financement d’une provision pour les montants de rattra‐
page (3.312.000 euros). En effet, depuis 1990, le forfait provisionnel de 2,48 euros pour les charges d’amortissements n’a jamais été revu et entraîne un préfinancement croissant à charge des institutions.
C.Débatsdanslesinstancesconsultatives
Concertation autour du patient
psychiatrique
Mise en place depuis mai 2012, dans le prolongement des projets théra‐
peutiques, cette mesure structurelle financée par l’INAMI semble rencontrer des difficultés sur le terrain. En effet, la mise en place d’un plan de soin annuel pour le patient réunissant les acteurs potentiels du réseau rencontre des difficultés de plusieurs ordres : lourdeurs administratives, obligations de présence d’intervenants, rému‐
nération insuffisante, etc. Suite à des débats au sein de la Commission des conventions, des mesures sont prises afin d’assouplir les lourdeurs administratives, de diminuer les critères d’inclusion à la concertation et de revaloriser financièrement les prestations. Post‐cure
Au mois de juin 2013, la Commission des conventions dégage un accord relatif à la mise en place d’un nouveau modèle de post‐cure. Celui‐ci se décline sous la forme d’un modèle unique, facturable à l’heure, pour lequel la prise en charge peut également être réalisée en dehors de l’hôpital psychiatrique. Révision du Résumé Psychiatrique
Minimum(RPM)
En 2012, la Ministre demande au CNEH un avis quant à une adaptation du RPM qui soit davantage en adéquation avec les soins de santé mentale actuels. F.I.H. – Rapport d’activité 2013 Le groupe de travail RPM du CNEH, auquel participe la F.I.H., propose un enregistrement commun adapté à toutes les structures résidentielles en santé mentale et aux dispositifs de soins de santé mentale ambulatoire, agréés par une autorité compétente. Fin 2013, le modèle théorique est élaboré par le groupe de travail ad hoc du CNEH mais nécessite des rencontres avec les représentants des autorités fédérées, afin de garantir, au niveau régional / communautaire, une cohé‐
rence avec le plan de simplification administrative adopté par le Gouver‐
nement wallon. Loisurl’internement
Dans le cadre de la concrétisation de la mise en œuvre du deuxième plan pluriannuel pour les patients psy‐
chiatriques médico‐légaux, et dans l’optique que le trajet de soins pour patients psychiatriques médico‐légaux devrait faire partie intégrante du programme de soins de santé mentale pour adultes, le Gouvernement a décidé de prévoir le financement, en 2012, d’un Coordinateur de réseau au niveau de la Santé publique. Dans l’optique d’une plus grande coopération avec la Justice, ce dernier collaborera avec le Coordinateur de réseau mis en place par la Justice dans sa zone d’action (Cour d’appel), mais également avec les coordinateurs des projets réseaux et circuits de soins, dits projets 107. Dans ce cadre, un groupe de travail ad hoc au sein du CNEH, auquel participe la F.I.H., étudie la possibilité d’une modification de la loi sur l’internement. Utilisation du Registre «Treatment
DemandIndicator»(TDI)
Dans le cadre du plan d’action drogues de l’Union Européenne, la Belgique s’engage à enregistrer les demandes de traitement relatives à un problème d’abus ou de dépendance à une drogue illégale ou à l’alcool. Cet enregistrement passe par l’utilisation du Treatment Demand Indicator (TDI). La centra‐
lisation des données anonymisées s’effectue par l’European Monitoring Center for Drugs and Drug Addiction (EMCCDA). A plus long terme, le but de ce plan sera le soutien dans la formulation d’une politique européenne cohérente en matière de drogue. D’un point de vue pratique, l’INAMI et le SPF Santé publique développent une plate‐forme technique pour l’enre‐
gistrement du TDI via la plate‐forme E‐
Health. En 2013, en Belgique, le projet‐pilote regroupe 42 hôpitaux généraux et psychiatriques. Néanmoins, l’enregistrement du TDI constituera une obligation au plus tard le 1er janvier 2015, afin que les données du TDI soient fournies à l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (EMCDDA) pour 2016. 53 D.Perspectives
L’année 2013 marque la fin d’une ère dans la gestion des compétences en santé mentale. Dans ce cadre, de nombreuses inter‐
rogations restent en suspens mais ne doivent pas hypothéquer l’accessibilité aux soins et un financement adéquat du secteur. La représentativité des acteurs de terrain au sein des futurs organes de gestion de l’Organisme d’intérêt public (OIP) régional s’avère également pri‐
mordiale. La coordination avec les secteurs transversaux devra se poursuivre dans un cadre constructif et cohérent, dans le respect des contraintes budgétaires inhérentes à chaque acteur. E.Thématiquesabordéesauseindeslieuxdeconcertationde
laF.I.H.
Comité de coordination ‐ Secteur
santémentale
Diverses thématiques sont abordées au regard de l’actualité sociale et politique, et des instances officielles tant fédérales que régionales. A titre d’exemple, les sujets suivants ont été abordés durant l’année 2013 : le contrat qualité‐sécurité 2013‐2017, divers avis ou projets d’avis du groupe de travail permanent psychiatrie du CNEH (prise en charge du double diagnostic handicap mental / santé mentale, projet‐pilote référent hospitalier, unité de crise pour personnes en situation de crise liée aux substances psychoactives, projet d’avis en matière d’indemnisation de l’activité médicale dans la fonction 2 de l’article 107, projet d’avis concernant un système de financement prospectif et orienté vers les programmes de soins, etc.), le suivi et l’évolution des projets relatifs à l’article 107 de la loi sur les hôpitaux, etc. CommissionIHP Divers thèmes sont abordés au regard de l’actualité du secteur et/ou de besoins spécifiques des initiatives. A titre d’exemple, nous avons travaillé cette année sur les thèmes suivants : la finalisation du projet de décret fixant les 54 normes d'agrément des IHP pour des patients psychiatriques, les rencontres entre les fédérations d’IHP et le Service public wallon, la tenue du dossier des résidents en IHP, les visites d’agrément et réflexions à des solutions adaptées, la problématique de l’accompagnement à la gestion des médicaments, etc. CommissionMSP Durant cette année 2013, outre l’actualité du secteur, la Commission travaille essentiellement à l’élaboration d’une enquête relative à la sous‐partie B1 en MSP et ce, afin de mettre en lumière un éventuel sous‐financement. Commissionpédopsychiatrique
Cette année, outre l’actualité du secteur, la Commission travaille à l’élaboration d’un profil de fonction infirmier en pédopsychiatrie / fonction éducateur / diverses réflexions concer‐
nant les normes d’agrément des services K. Les visites d’agrément sont également abordées, avec des réflexions quant à des solutions adaptées. Le travail sur le cadastre de l’offre de soins en santé mentale pour enfants et adolescents est également poursuivi, en corrélation avec les travaux du groupe de travail permanent psychiatrie du CNEH, relatifs à la réforme des soins de santé mentale pour enfants et ado‐
lescents. Groupe
de
travail
soins
psychiatriques pour personnes
séjournantàdomicile Les thématiques abordées durant cette année sont : le projet‐pilote Spad dans les réseaux « article 107 », des réflexions et présentations relatives aux spécificités pratiques de chaque projet, les données socio‐épidémiologiques issues des rapports d’activité, etc. Groupedetravail107
Constitution en terme de personnel, groupe (public) cible, besoins en formation, modes d’articulation des équipes mobiles avec les fonctions 3 et 4, etc. Groupe de travail Accréditation en
santémentale Pour cette année, un état des lieux est réalisé sur l’accréditation en Belgique, et une présentation des différents modèles internationaux est effectuée. La question de la méthodologie dans la mise en application de l’accréditation est également travaillée sur la base des retours d’expérience à l’étranger, et en corrélation avec le cadre législatif belge. F.I.H. – Rapport d’activité 2013 5.Lesecteurdespersonnesâgées
Que d’énergie dépensée, que de réunions interminables pour bon nombre de discussions stériles : la concertation sociale s’est enlisée pendant plusieurs mois, impliquant des retards dans l’attribution des emplois budgétés dès le 1er janvier. Que de lenteur aussi dans la concrétisation de la sixième réforme institutionnelle ! A la veille du transfert de compétences, le secteur a peu d’informations sur l’OIP qui sera créé en Wallonie. En fin d’année, la Ministre Tillieux accorde enfin les accords pour une requalification de lits MR en lits MRS, la dernière émanant d’un budget fédéral. Echéance des mandats oblige, la F.I.H. renouvelle ses instances et installe, en décembre, un nouveau Conseil sectoriel pour le secteur des personnes âgées. A.Matièresrégionales
Commissionwallonnedesaînés
Instaurée par le décret‐cadre du 6 novembre 2008 portant rationalisation de la fonction consultative, la CWA se réunit huit fois, afin d’assurer ses missions d’avis. La gestion de la résidence‐services sociale sera confiée à un pouvoir public ou associatif selon les termes d’une convention garantissant certains élé‐
ments, tels que le prix à réclamer, les critères de sélection, etc. Elle assume sa mission d’expertise en remettant 61 avis concernant des dossiers individuels. Le but est aussi de libérer des logements sociaux actuellement sous‐occupés. A la demande de son Président, la CWA se penche sur la note rédigée par la F.I.H. relative aux unités pour personnes désorientées. Mettant en lumière les diverses approches, cette note reçoit un accueil plus que favorable, tant du SPW que des membres de la CWA. Pour la première fois en 2012, les établissements pour aînés ont dû rédiger un rapport concernant la sécurité, la qualité des services et des soins, les mesures d’hygiène, l’accueil des nouveaux résidents, etc. Lesrésidences‐servicessociales
Le décret du 21 février 2013 a pour objectif principal d’intégrer la notion de résidence‐services sociale dans le Code wallon de l’action sociale et de la santé. Il s’agit d’une collaboration entre le logement social qui assume la plus grosse partie des coûts de la construction, et l’action sociale qui attribue les moyens pour les aspects spécifiques de la résidence‐services. F.I.H. – Rapport d’activité 2013 RapportbisannueldesMR‐MRS
Ce rapport prend la forme d’un ques‐
tionnaire électronique, dont les résultats sont publiés à la mi‐2013 et toujours disponibles sur le site de la DGO5. C’est une première en RW que de pouvoir disposer d’informations intéres‐
santes sur le secteur. Circulaire relative aux pannes
électriques et délestages de
réseauxélectriques
En cette fin d’année, la Ministre Tillieux adresse ladite circulaire aux étab‐
lissements, les contraignant à mettre en place dans les deux mois un plan de continuation d’activités. La F.I.H. et deux autres fédérations adressent un courrier à la Ministre déplorant l’absence de concertation et les délais trop courts imposés par la circulaire. L’affaire fait un peu de bruit car la presse fait état de nos doléances et de la réponse de la Ministre qui se dit prête à revoir les délais imposés. RequalificationMRS
L’opération de requalification de 1.641 lits MR en lits MRS implique l’examen de 160 dossiers, pour un total de 2.379 lits. L’Administration procède au classement des arrondissements (du plus déficitaire au plus excédentaire) sur la base du nombre de lits disponibles et de la population de plus de 75 ans. 55 Dans une seconde étape, elle examine la qualité des dossiers sur la base des critères du décret. L’attribution se déroule en deux phases. La première permet d’attribuer des lits dans les arrondissements déficitaires, de manière à mettre à niveau les différents arrondissements. Les établissements sont informés des décisions de la Ministre en novembre ; plus de 250 lits sont attribués aux institutions affiliées à la F.I.H. Le solde des lits est attribué aux arrondissements dits excédentaires. Transfertdecompétences
Contacts tous azimuts au cours du premier semestre pour la F.I.H., au niveau du CESW, de parlementaires de tous les partis, afin de présenter et défendre sa vision d’un futur OIP. Ce n’est qu’au second semestre qu’un accord est pris entre les partis francophones pour la répartition des compétences Communauté française, Cocom et Région wallonne. Le 16 juillet 2013, en collaboration avec la Fédération des CPAS et Femarbel, la F.I.H. explicite et défend son point de vue dans un communiqué de presse (voir ci‐après). L’accord porte sur la création d’un OIP tant en Wallonie qu’à Bruxelles, mais avec une volonté de rapprocher les politiques entre les deux entités. En cette fin d’année, aucune information n’est apportée sur les modalités pratiques de la gestion future par la Région wallonne; il est toutefois confirmé que la matière du prix (réclamé au résident) sera gérée en même temps que le financement des établissements et non par le SPW Economie. Bien que la date‐enjeu soit le 1er juillet 2014, les moyens financiers ne seront transférés qu’au 1er janvier 2015. 56 F.I.H. – Rapport d’activité 2013 Communiquédepresse
Réformedel’Etat
LesMaisonsdeReposactentlespremierschoixdespartisfrancophones
Ellesréaffirmentleurspriorités.
Nos Fédérations représentent le secteur des maisons de repos en Wallonie. Depuis des décennies, nous sommes les partenaires constructifs et responsables des Mutuelles dans la négociation au sein de l'Inami. Nous avons une expertise technique et pragmatique avérée. L'accord pour la 6ème réforme de l'Etat dispose que la compétence complète en matière de maisons de repos sera transférée aux Communautés. Les Partis francophones ont sollicité la Commission Wallonie‐Bruxelles pour des auditions afin d'accueillir au mieux les nouvelles compétences. Au niveau fédéral, les maisons de repos sont le 4ème secteur de l'assurance maladie obligatoire. C'est près de 60 % des dépenses de soins de santé transférées par la 6ème réforme. En Wallonie, plus de 46 000 aînés vivent en maisons de repos. Près de 30 000 travailleurs en assurent l'accompagnement. Pour deux résidants, il y a en moyenne 1 emploi temps plein, emploi non délocalisable. En 2009, l'Inami intervenait à concurrence de 576,9 millions euros dans ces services. Le secteur des maisons de repos ne voulait pas cette communautarisation. La complexité de l'opération n'a pas été comprise. Un haut responsable politique francophone aurait qualifié le glissement de compétence en soins de santé de fort fâcheux9. L'avenir s'annonce difficile. Le transfert dans de bonnes conditions de cette compétence est primordial tant pour les gestionnaires que leurs résidants. Nous avons demandé à être entendus par la Commission Wallonie‐Bruxelles dans un courrier du 9 novembre 2012. Comme d'autres organisations, nous avons reçu un court questionnaire mais pas eu l'occasion de présenter notre point de vue. Parler soins de santé sans les représentants des prestataires? Peu raisonnable… Nous apprenons maintenant par la Presse qu'il y aurait entre Partis francophones un accord de principe sur le modèle de sécurité sociale Bruxelles‐Wallonie. Ce serait un schéma hybride qui ressemble au modèle miroir évoqué en Commission Wallonie‐Bruxelles. Brièvement : -
deux caisses régionales, chaque caisse calquée sur le modèle fédéral (Inami), coordination formalisée notamment par un Décret (« les ponts »), objectif d'une harmonisation maximale entre Bruxelles et la Wallonie. Ce 9 juillet, une fumée blanche s'est échappée du Comori10. Habemus reforma! 9
Rudy Demotte, évoquant ce pan de la réforme de l’Etat ‐ les transferts en Sécu ‐ dont le sud du pays ne voulait pas, se serait exclamé : « Quelle connerie ! »…" Le Soir 26.2.2013. 10
Comité de mise en oeuvre des réformes institutionnelles. F.I.H. – Rapport d’activité 2013 57 Toutefois, sur le concret, un brouillard persiste sur ce qui touche nos aînés et nos maisons de repos. Si l'on recoupe les sources, il y aurait : -
un vote cette année encore ou début 2014, un transfert de compétence annoncé mi‐2014 mais effectif en 2015, une période transitoire d'au moins deux ans. Cette réforme intervient dans un contexte de crise économique et financière où les ressources sont rares, le montant des économies à réaliser est vertigineux et certaines mesures font mal (ex.: réforme du chômage). Elle intervient aussi dans un contexte de globalisation où la population au Sud du Pays représente 0,05 % de la population mondiale. Les marges de manoeuvre sont donc limitées et des choix seront indispensables. Dans ce cadre, nous tenons à réaffirmer ensemble nos préoccupations communes: -
de continuité de service (1); de poursuite de logique de solidarité et de cogestion (2); du maintien d'un personnel qualifié et d'un outil informatique actualisé (3); de garantie des ressources et marges de croissance (4); d'adaptation de la programmation (5); de l'instauration d'une assurance autonomie au départ de l'APA (6); de consolidation de la réglementation (7). Ces 7 demandes sont explicitées ci‐après. 1. De la continuité de service Le vote officiel des textes de la réforme est planifié pour 2014. Nous doutons que l'on dispose d'un nouvel opérateur de gestion à cette échéance. En termes de continuité de services aux citoyens, on ne peut se permettre un vacuum après 2014 durant l'inévitable période de transition. Les soins doivent être donnés et la trésorerie des maisons ne peut souffrir d'une réforme qu'elles n'ont pas demandée. Nous préconisons pendant la période de transition: - un accord de coopération entre les entités compétentes11, - une formule type contrat de gestion avec l'Inami12. 2. De la poursuite de logique de solidarité et de cogestion Nous actons la volonté des Présidents de Parti de créer: - deux caisses régionales s'inspirant du modèle fédéral; - une coordination entre Bruxelles et la Wallonie visant l'harmonisation la plus large possible. En pratique, s'inspirer du modèle fédéral, qu'est‐ce que cela implique? Entre une simple coordination et une harmonisation, il peut exister un large éventail de possibles. Où va‐t‐on mettre le curseur? Historiquement, l'organisation de la Sécurité sociale en Europe a été influencée par deux modèles. 11
Rappelons que l’article 92 bis de la loi 8 août 1980 spéciale de réformes institutionnelles dispose notamment que "L'Etat, les Communautés et les Régions peuvent conclure des accords de coopération qui portent notamment sur la création et la gestion conjointes de services et institutions communs, sur l'exercice conjoint de compétences propres, ou sur le développement d'initiatives en commun". 12
La possibilité de la gestion par l'Inami n'est pas mentionnée dans l'accord. Par contre, la possibilité d'une forme de délégation des entités fédérées à des administrations fédérales contre rémunération est prévue dans certains points de l'accord. Relevons également qu'en dehors de la réforme de l'Etat, l'Onss‐Apl joue un rôle de pivot dans le deuxième pilier mis en place pour les contractuels de la fonction publique locale flamande Protocolovereenkomst tussen de Rijksdienst voor sociale Zekerheid van de Provinciale en Plaatselijke Overheids‐diensten en Dib‐Ethias lokale contractanten ‐ 2011. 58 F.I.H. – Rapport d’activité 2013 Le système « Bismarck » se rapproche d’un système d’assurances. Il est fondé sur le remboursement de prestations financées par des cotisations préalables et fournies par des prestataires librement choisis. L’ouverture de droits aux prestations dépend de la qualité de cotisant de l’intéressé. L'assurance est obligatoire et sa gestion dépend des partenaires sociaux. Le système « Beveridge » est, quant à lui, financé par l’impôt et géré par l’État. Le patient n’a pas le choix du dispensateur de soins. Bien qu'elle combine des éléments des deux modèles, l'assurance soins de santé de notre pays relève plus du modèle « bismarckien ». Notre sécurité sociale s'est construite sur les principes de solidarité, d'égalité et d'universalité. L’Inami est une institution de sécurité sociale où prévaut la cogestion. Tout en restant perfectible, il a fait ses preuves. Notre système de soins de santé offre un rapport qualité/prix appréciable par rapport aux autres pays de l'OCDE. Cet outil ne doit pas être cassé en raison d'une scission imposée au secteur. La Commission des conventions des maisons de repos est composée de façon paritaire de représentants du secteur et des mutuelles. Elle est notamment compétente pour négocier et proposer des modifications de la réglementation et établit chaque année une estimation des besoins. Nous sommes partisans d'une sécurité sociale fondée sur la solidarité interpersonnelle. Toutefois, les transferts de compétence en cours ne seront pas les derniers. La Flandre a dorénavant un Décret sur la protection sociale. Comme l'a récemment rappelé le Pr. Kestens13, la réforme ne va pas dans le sens de l'homogénéité des compétences en soins de santé. Les expertises et les moyens étant rares, il ne faut pas les disperser. Afin de ne pas subir l'avenir, il est prudent de poser dès aujourd'hui les fondations d'un organisme de protection sociale sur une base la plus large possible. Nous demandons la continuité et la poursuite de la logique de cogestion dans les institutions qui seront amenées à gérer le financement de l'assurance soins de santé pour nos maisons. Cela implique : -
la création des structures (OIP) qui s'inspirent de l'Inami. Elles doivent rester le centre de gravité; une Commission de conventions paritaire rassemblant mutuelles et représentants du secteur; l'estimation chaque année par cette Commission des besoins pour l'année suivante; la compétence d'avis et d'initiative de cet organe pour la réglementation en matière de financement. Nous soutenons la volonté des Présidents de Partis d'une harmonisation la plus large possible entre Bruxelles et la Wallonie. Nous pensons qu'une synergie Wallonie‐Bruxelles peut aider à : ‐ préserver le plus largement possible les principes de solidarité, d'universalité et d'égalité, principes fondateur de la Sécurité sociale; ‐ limiter l'inflation des frais de structures de sorte que le maximum de moyens soient consacrés aux soins. C'est impératif dans un contexte d'austérité et de rareté des moyens. Pratiquement, cela peut passer par des mutualisations de ressources humaines, informatiques,…; ‐ de ne pas disperser les rares expertises; ‐ limiter au maximum les contentieux administratifs et financiers entre Bruxelles et la Wallonie. A titre illustratif, si 1.000 Bruxellois viennent vieillir en Wallonie, le nouveau système implique une charge nette de l'ordre de 10 millions pour la Wallonie, hors frais administratifs. 13
Le Soir, 1er mars 2013 F.I.H. – Rapport d’activité 2013 59 3. Du maintien d'un personnel qualifié et d'un outil informatique actualisé Dans le secteur des maisons de repos, l'Inami a aujourd'hui atteint un niveau élevé d'informatisation. Avec un tel outil et un personnel compétent, constructif et pragmatique, le service des maisons de repos de l'Inami a un emploi du temps très chargé. A titre indicatif, il œuvre aujourd'hui avec 114 ETP wallon, 1,5 Bruxellois et 1 Germanophone. Il est à prévoir qu'une partie significative de ce personnel souhaite rester à l'Inami. Cela entraînera inévitablement des besoins rapides en personnel très qualifié. A l'échelon wallon, le service responsable pour l'agrément a fait l'objet d'une analyse par un consultant. Son mode de fonctionnement va être revu. Aujourd'hui, seule la moitié du cadre est pourvue. La procédure d'agrément n'est pas informatisée. Il ne nous paraît pas réaliste qu'une même équipe assure à la fois le traitement des dossiers d'agrément et de financement. En outre, le type d'expertise et d'outils pour l'agrément et le financement sont fort différents. Nous demandons que l'organe qui assurera le financement après communautarisation: ‐
‐
‐
‐
maintienne l'outil informatique actuel et assure sa mise à jour au fur et à mesure des changements législatifs; mène une gestion des ressources humaines performante et recrute sur base du critère de compétence le personnel qualifié nécessaire; offre des conditions attractives et un environnement positif pour le garder; emploie un personnel distinct de celui qui intervient pour l'agrément. 4. De la garantie des ressources et des marges de croissance Aujourd'hui, dans nombre de maisons, environ 50 % des moyens financiers viennent de l'Inami. La deuxième principale recette résulte du prix et des suppléments payés par résidant. Ils couvrent souvent plus de 40 % des coûts. La masse salariale est le poste plus important de ceux‐ci. Si le financement Inami n'est pas garanti et ne progresse pas de manière régulière pour répondre au défi du vieillissement, la réalité économique obligera les maisons à ajuster leur prix ou leurs coûts. La clé des « 80 ans et plus » est utilisée pour la division le budget fédéral par Région. Il n'y a aucun chiffre officiel. Plusieurs sources font état d'une perte estimée à 18 millions. Selon les Expert du Dulbea et de la FUNDP, les moyens transférés pour les soins de santé ne suffiront pas. En 10 ans, hors inflation, les dépenses pour le forfait Inami des maisons ont augmenté de près de 3,8 % par an. Quelle augmentation peut‐on escompter demain? Nous avons fait une simulation. Sous l'hypothèse d'un taux de croissance de 1,7 %15 du PIB par habitant, la marge serait de 1,4 %. Par rapport à la décennie écoulée, elle serait donc réduite de 2/316. Or, il subsiste un problème en termes de charge de travail dans le secteur, en particulier pour les personnes atteintes d'une affection type Alzheimer. La norme proposée est procyclique. S'il y a une croissance négative, il y a une perte de moyens. 14
Il y en avait 2 en 2011 mais il y a eu un départ sans remplacement. 15
De 1997 à 2007, le PIB par habitant a progressé en Belgique de 1,7 % par an. 16
63,1 %. (1 – 1,7*0,825/3,8). 60 F.I.H. – Rapport d’activité 2013 Nous demandons que: ‐ des chiffres officiels sur les moyens transférés et leur croissance attendue soient publiés. C'est une question de transparence et de démocratie; ‐ les moyens actuellement investis par l'Inami dans le secteur restent dans le secteur. En particulier, le Fédéral doit prévoir un mécanisme de cliquet dans la loi de financement, de sorte qu'il ne soit pas pénalisé en cas de croissance négative du PIB; ‐ la marge de croissance prévue en fonction du PIB doit être consacrée exclusivement à la rencontre de besoins nouveaux. Une fois la communautarisation réalisée, si des accords sociaux ou des requalifications de lits de maisons de repos en lits de maisons de repos et de soins sont négociés, ils doivent être financés intégralement avec des moyens additionnels. 5. De l’adaptation de la programmation Pour répondre au vieillissement, il faudra de nouveaux lits. En Wallonie, la programmation est définie par arrondissement en fonction de la population des 75 ans et plus. La communautarisation implique une liaison entre le financement et la population de plus de 80 ans. Si la population des plus de 75 ans augmente plus vite que celle des 80 ans, on aura une baisse des ressources pour les services existants: en effet l'offre de lits augmentera plus vite que le budget défédéralisé. Jusqu'en 2021, la population des « 80 ans et plus » augmente plus vite que celle des « plus de 75 ans ». A partir de 2022, c'est celle de « 75 ans et plus » qui augmente plus vite. La clé programmation dépasse celle de financement. A législation inchangée, il y aurait un « définancement » des structures existantes qui, sauf ajustement des prix ou des coûts, ne pourraient plus offrir le même service. Nous demandons de redéfinir le moratoire ou la programmation sur base des « plus de 80 ans ». 6. De l'instauration d'une assurance autonomie au départ de l'APA L'APA (aide pour la personne âgée) va être communautarisée. C’est un forfait mensuel qui dépend du degré d’autonomie et qui est lié à des conditions médicales et de ressources. Aujourd'hui, elle est moins activée à Bruxelles et en Wallonie. Selon Espace‐Senior, certains aînés ne se sentiraient pas concernés par l’APA dans la mesure où le dispositif cible d'abord la personne handicapée. F.I.H. – Rapport d’activité 2013 61 Par ailleurs, la validité et la fidélité de l'échelle actuellement utilisée pour l'APA ont fait l'objet de critiques assez sévères17. Aujourd'hui, avec suppléments, il faut déjà compter 1 300 euros par mois en moyenne dans une maison de repos du Sud du pays. Si un résidant ne sait pas assumer le coût de son hébergement et de ses soins, il se tourne vers le CPAS. Une assurance autonomie existe en France, en Allemagne et au Luxembourg. Une telle assurance est un levier important pour l’accessibilité aux services de maintien à domicile, d'accueil, d'hébergement, ou d'alternatives de soins. Nous préconisions: ‐ d'instaurer une « assurance autonomie » au départ de l’APA; ‐ par voie de conséquence, de rattacher ce dispositif à la Sécurité sociale, et donc aux deux futures caisses régionales pour les soins de santé; ‐ d'envisager une alternative à l'échelle actuelle pour les entrants dans le système. 7. De la consolidation de la réglementation Aujourd'hui, la réglementation relative aux maisons de repos est éparse. Quand la Communautarisation sera assise sur le plan administratif, elle devra toutefois faire l'objet d'une consolidation. Nous pensons en particulier aux normes d'agrément MR et MRS. Conclusion Les hommes construisent trop de murs et pas assez de des ponts écrivait Newton. Des ponts, il en existe déjà. Entre aînés et jeunes. Entre acteurs du domicile et du résidentiel. Entre acteurs publics et privés. Entre Wallonie et Bruxelles. Ces ponts, il faut les maintenir, les entretenir. Il faut aussi les élargir. Et en construire. Il y va de l'avenir des valeurs de solidarité, d'égalité et d'universalité. Il y va de l'avenir de notre Sécurité sociale, en Wallonie et à Bruxelles. Il y va de l'avenir de nos aînés et de nos maisons de repos. 17
Freddy Falez, Contribution à la validation d’instruments de mesure de la dépendance des personnes âgées, p.123, ULB, 2006. 62 F.I.H. – Rapport d’activité 2013 B.Matièresliéesaufinancement
Budgetetbesoinsdusecteur
Ce projet supprime par ailleurs, de manière définitive, l’accroissement de 3% sur les journées facturées, ce qui s’apparente fortement à une mesure d’économie. Enfin, étant donné l’offre insuffisante de formations, l’arrêté ministériel du 5 décembre 2013 prévoit de reporter au 1er juillet 2014 la date à partir de laquelle le référent pour la démence doit pouvoir attester avoir suivi une formation de 60 heures. Comme la loi le prévoit, la Commission des conventions établit les priorités qu’elle estime nécessaires pour les besoins du secteur, dans le cadre du budget 2014. Cet exercice paraît cependant surréaliste dans le contexte budgétaire ambiant. Le banc des maisons de repos est plutôt divisé quant aux priorités. Pour la partie francophone, il est nécessaire d’éviter le dépassement du plafond fixé pour le financement du 3ème volet. Le souhait est de trouver une solution à long terme. La partie flamande préfère privilégier l’extension de lits, la requalification MRS et l’intégration de la kinésithérapie en MRPA. De leur côté, les organismes assureurs souhaitent poursuivre l’effort concer‐
nant le matériel d’incontinence et concrétiser le projet lié à la réforme des missions du médecin coordinateur. Le 14 octobre, le Conseil général de l’INAMI se prononce, dans un contexte de rigueur budgétaire, pour un objectif de 27,8 milliards d’euros. Protocole4
Dans la crainte d’un dépassement du budget 2014, la Conférence inter‐
ministérielle approuve, le 30 septembre 2013, un Protocole 4 décidant de contrôler l’octroi des agréments de lits de maisons de repos (augmentations et requalifications de lits) dans les différentes Communautés et Régions. La procédure en cas de dépassement budgétaire est prévue dans un projet d’arrêté royal modifiant l’arrêté relatif au quota. L’impact de cette mesure est mesuré par la F.I.H. : 34% des institutions risquent de connaître un dépassement du quota de journées facturées, représentant un manque à gagner de 18.000 euros. Prixdejournée
L’arrêté ministériel du 6 novembre 2003, fixant les conditions d’octroi de l’allocation forfaitaire journalière, fait l’objet de plusieurs modifications successives. La première modification est apportée par l’arrêté ministériel du 16 avril 2013 qui impose que tous les membres du personnel soignant engagés à partir du 1er juillet 2013 doivent être enregistrés par le SPF Santé publique. Afin de défendre au mieux les intérêts des institutions dans les différentes instances, la F.I.H. propose aux institutions affiliées de transmettre les données relatives à l’allocation forfaitaire journalière. Celles‐ci permet‐
tent en outre de réaliser un bench‐
marking sur la base des données constitutives des prix de journée 2005 à 2013. Les résultats sont présentés au Comité de coordination conjoint qui se tient à la « Résidence Notre‐Dame » à Huy, le 12 juin 2013. Jusqu’au 1er juillet 2015, une marge de 5% maximum de personnel soignant non enregistré est acceptée par l’INAMI pour le financement du personnel normé. A partir de cette date, les normes doivent être satisfaites à 100% par du personnel soignant. L’arrêté ministériel du 16 mai 2013 actualise le montant forfaitaire octroyé en cas de requalification de lits à partir du 1er juillet 2012. Ce montant représente la différence de coût moyen entre un lit MRPA et un lit MRS, et devait être adapté, étant donné les augmentations de normes successives.
F.I.H. – Rapport d’activité 2013 63 Résultats Profildesrésidents
Profil des résidents en MRPA
100%
90%
80%
10% 11% 12% 13% 14% 10%
19% 17% 17% 19%
21%
16%
8%
9%
10%
14% 13% 12%
70%
60%
50%
33% 36% 38% 38%
30% 30% 29% 30%
29%
16% 15% 17%
22% 22% 21% 22% 22% 21% 19% 19% 20% 20% 19% 20% 20% 20% 18% 17% 17% 18% 17%
12% 13%
15% 14% 14% 14% 13%
17% 17% 16% 17% 17% 16% 16% 17% 15%
18% 18% 18% 18% 19% 18%
24% 25% 24% 25%
38% 38%
26% 26% 28% 30% 32% 33% 34% 35% 35% 36%
31% 32% 33% 27%
28% 30%
40%
30%
20%
41% 43% 41% 38% 37% 41% 42% 40% 40%
35% 36% 37% 35% 31% 32% 32% 31% 31% 37% 38% 38% 37% 34% 34% 35% 34% 33% 34% 35% 35% 33%
10%
0%
05
06
07
08
09
10
11
12
13
05
06
07
FIH
08
09
10
11
12
13
05
06
07
Wallonie
MR 0
MR A
08
09
10
11
12
13
10
Belgique
MR B
11
12
13
Flandre
MR C+Cd
En 2013, le profil moyen de dépendance en catégories O et A dans les maisons de repos pour personnes âgées affiliées à la F.I.H. (78%) est supérieur à la moyenne nationale (68%) et wallonne (64%). Le constat est le même, bien que moins marqué, par rapport à la Flandre (71%). Le nombre moyen de résidents classés dans les catégories C et Cd est, lui, supérieur pour la Wallonie (20%), la Flandre (17%) et la Belgique (18%) par rapport à la F.I.H. (10%). Entre 2005 et 2010, la tendance est à la hausse pour les cas B, C et Cd dans les institutions affiliées à la F.I.H. Cette tendance s’inverse à partir de 2010, étant donné les requalifications de lits MR en lits MRS. Proportion de résidents en MR/MRS
100%
90%
80%
70%
49% 47% 46% 46% 43% 51% 54%
55% 55%
30% 30% 29% 31% 33%
38% 41% 43%
38% 38% 38% 40%
44% 47%
44%
50% 52% 53% 55%
58% 61% 61%
51% 53% 54% 54% 57% 49% 46%
45% 45%
70% 70% 71% 69% 67%
62% 59% 57%
62% 62% 62% 60%
56% 53%
56%
50% 48% 47% 45%
42% 39% 39%
05
05
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
06
07
08
09
FIH
10
11
12
13
06
07
08
09
10
11
12
13
Wallonie
total MRPA
05
06
07
08
09
10
Belgique
11
12
13
10
11
12
13
Flandre
total MRS
En 2013, les institutions affiliées à la F.I.H. enregistrent une proportion de bénéficiaires en maison de repos et de soins (55%) supérieure au niveau national (53%) et wallon (44%). La Flandre se situe à 61%. 64 F.I.H. – Rapport d’activité 2013 Profil des résidents en MRS
100%
90%
80%
70%
64% 66% 65% 64% 63%
66%
69% 68% 66% 65%
72% 70% 69% 76% 75% 74% 73% 72% 69% 67% 67%
76% 74% 72% 70%
79% 77% 76% 76% 80% 74%
60%
50%
40%
30%
20%
36% 34% 35% 36% 37%
34%
31% 32% 34% 35%
28% 30% 31% 24% 25% 26% 27% 28% 31% 33% 33%
24% 26% 28% 30%
21% 23% 24% 24% 20% 26%
10%
0%
05
06
07
08
09
10
11
12
13
05
06
07
FIH
08
09
10
11
12
13
05
06
07
08
Wallonie
09
10
11
12
13
Belgique
MRS B
10
11
12
13
Flandre
MRS C+Cd
En 2013, les institutions affiliées à la F.I.H. comptent, en moyenne, plus de profils C et Cd en maison de repos et de soins (69%) que la Wallonie (66%), la Flandre (63%) et la Belgique (64%). De manière dynamique, on constate toutefois que cette proportion de profils C et Cd en MRS tend à baisser pour la F.I.H., la Wallonie et la Belgique, au profit des profils B. Donnéesrelativesaupersonnel
Ancienneté Ancienneté infirmière (A1 et A2) <4
4<6
6<8
 8 < 12
% d’institutions dans les différentes classes 0%
0%
2%
31%
 12 < 14  14 < 16
21%
Ancienneté moyenne F.I.H. 13,91 ans
Ancienneté soignant 22%
 16
24%
<4
4<6
 6 < 10
 10 < 12
 12
% d’institutions dans les différentes classes 1%
4%
42%
34%
19%
Ancienneté moyenne F.I.H. 10,34 ans
Ancienneté réactivation <4
4<6
 6 < 10
 10 < 12
 12
% d’institutions dans les différentes classes 7%
7%
38%
21%
27%
Ancienneté moyenne F.I.H. 10,21 ans
F.I.H. – Rapport d’activité 2013 65 Financementdupersonnel
En 2013, en moyenne, 93% du personnel de soins des institutions affiliées sont financés via les parties A1 et A2 du prix de journée. Parmi les 7% restants, 3% sont financés via le 3ème volet. 4% du personnel de soins restent donc à charge de l’institution après financement total de l’INAMI. Pour 76% des institutions étudiées, l’intervention pour le personnel hors normes de soins (partie A2) atteint le maximum (9,74% du coût du personnel financé dans la partie A1). Le financement du personnel non soignant atteint en moyenne 28% (financement par le biais du 3ème volet). Financementsupplémentaire
Personnelinfirmier
En 2013, 70% des institutions reçoivent le financement maximum supplémentaire pour les infirmiers A1 (30% de la norme théorique). Personnelderéactivation
80% des institutions reçoivent, en 2013, un financement supplémentaire pour le personnel de réactivation pour les profils O et A. Par ailleurs, 82% des institutions sont financées de manière supplémentaire pour la présence de patients déments peu dépendants sur le plan physique. 3èmevolet
Commissiondesconventions
Le mécanisme de correction des interventions, prévu par l’arrêté royal du 17 août 2007, est appliqué en ce début d’année. En effet, il apparaît que le plafond maximum d’équivalents temps plein finançables via le 3ème volet est dépassé de 307 ETP (1,22%) pour la période 2011‐2012. Néanmoins, un budget émanant de mesures reportées permet d’apurer ce dépassement. Une partie de ce budget est en outre utilisée pour relever anticipativement le plafond des périodes 2012‐2013 et 2013‐2014. L’arrêté royal du 17 août 2007 fait l’objet d’une modification en ce sens. Un certain nombre de thèmes d’actualités sociales ont des répercussions sur les discussions en Commission des conventions. En outre, les chiffres transmis par les organismes assureurs témoignent d’une augmentation du nombre de D ren‐
seignés au cours du premier trimestre. Conjointement, ce texte prévoit également l’intervention pour les emplois « accord social 2013 » (équipes mobiles) : financement à partir du 1er janvier 2013 à un forfait de 50.000 euros par ETP. Cependant, l’année 2013 se termine sans que ce projet d’arrêté ne soit publié. Dans ce contexte, et face au manque de trésorerie, un certain nombre d’institu‐
tions se gardent de concrétiser l’emploi. 66 Parmi ces thèmes, la problématique du financement de l’échelle 1.35 aux aides‐
soignants est largement abordée. Pour l’année 2013, après divers scénarios proposés, le financement de cette mesure est autorisé via un avenant à la convention nationale. Une enquête réalisée par la F.I.H. révèle cependant que, parmi les institutions affiliées, 93% des aides‐soignants reçoivent déjà l’échelle 1.35. Quant au financement de la catégorie de dépendance D, limité dans un premier temps en MRPA, son application en MRS à la date du 1er juillet 2013 prévue initialement semble peu probable. En effet, les premiers chiffres en possession de l’INAMI montrent que 1.894 D ont été renseignés par les institutions au 1er janvier 2013, alors que le budget a été calculé sur 1.883. Mesures d’économie obligent, la préparation de médication individuelle (PMI) et la facturation à l’unité aux résidents des maisons de repos sont au cœur des discussions : les représentants des MR‐MRS ont été conviés aux travaux de la Commission des pharmaciens à ce sujet. Il est prévu d’utiliser la PMI dans le cadre de traitements chroniques, mais le pharmacien pourrait décider d’y recourir aussi pour les traitements aigus. De leur côté, les pharmaciens dénoncent l’insuffisance des moyens budgétaires affectés à l’octroi des honoraires. Parallèlement, un arrêté royal autorisant une expérience‐pilote dans 30 MR‐MRS est publié. L’objectif du projet est d’optimiser le processus de délivrance et d’administration des médicaments. F.I.H. – Rapport d’activité 2013 Ainsi, seront pris en considération le choix adéquat et l’utilisation rationnelle des médicaments, ainsi que la concertation multidisciplinaire autour du patient. Fin de l’année, l’INAMI reçoit les candidatures de 71 établissements (dont 11 affiliés à la F.I.H.). La sélection parmi ces dossiers est prévue pour le début de l’année 2014. Protocole3:Alternativesdesoins
Un arrêté royal concrétisant le second appel à projets relatifs au financement de formes alternatives de soins aux personnes âgées fragiles est publié dans le courant du mois d’août. Compte tenu des moyens plus limités, seuls les modèles 2 (activités de soins intégrés fournis par des MR‐MRS‐CSJ) et 3 (soins intégrés fournis par plusieurs prestataires de soins) sont conservés. Convention nationale entre les
MRPA‐MRS‐CSJetlesOA
Le 6 décembre 2013, un avenant à la convention est conclu octroyant une prime annuelle (1.500 euros) destinée aux infirmiers disposant d’une qualification professionnelle d’infirmier avec une expertise particulière en soins palliatifs. L’utilisation du BelRai y est désormais obligatoire et non plus seulement facultative.
C.MatièresdeSantépublique
GroupedetravailpermanentMRS
C’est en 2011 déjà que le groupe de travail permanent MRS a rendu un avis relatif à la fonction du médecin coordinateur proposant diverses adaptations de l’arrêté royal de 2004 relatif aux normes MRS. Dans cet avis, il est également question de l’importance de l’infirmier en chef et de la nécessité d’une formation adaptée. Bien que l’arrêté royal ne soit toujours pas publié, le CNEH réclame un complément d’avis qui préconise un temps de travail minimum pour l’infirmier en chef, une continuité de la fonction, une formation de base de 24h et continue de 6h. En cette fin d’année, la Ministre Onkelinx annonce son intention de concrétiser ce projet avant le transfert de compétences. F.I.H. – Rapport d’activité 2013 67 D.Matièressociales
Commissionparitaire330
En dépit de mouvements syndicaux divers et d’un certain immobilisme – force est de constater l’attitude rigide de certains – l’année 2013 permet la conclusion d’une série de CCT. Toute cette matière est amplement commentée dans le chapitre général consacré aux actualités sociales, lesquelles concernent le secteur hospitalier, de la santé mentale et des personnes âgées. Ci‐après, nous ne commentons que les éléments spécifiques à ce dernier secteur. Le 13 mai 2013, trois CCT font l’objet d’un accord : -
la CCT relative au montant et au mode de perception des cotisations destinées aux initiatives de forma‐
-
tion et d’emploi pour les groupes à risque du Fonds social MR‐MRS ; la CCT relative au projet de formation en art infirmier (FINSS) ; la CCT relative à l’instauration et au fonctionnement de l’équipe mobile. Il s’agit d’une version nettoyée de l’ancienne CCT et dont le champ de compétence a été élargi afin d’intégrer les emplois 2013. Le 2 octobre, après certaines séances chahutées et des heures de négociation, les partenaires sociaux concluent quatre nouvelles CCT : -
la CCT relative à l’octroi d’une indemnité complémentaire en faveur de certains travailleurs âgés en cas de licenciement (prépension 58 ans) ; -
la CCT relative au régime de chômage avec complément d’entre‐
prise à partir de 56 ans ; -
la CCT relative au crédit‐temps ; -
la CCT relative à la formation. C’est enfin, le 7 novembre, que la dernière CCT relative à l’octroi de l’échelle 1.35 aux aides‐soignants est signée, mettant ainsi fin au conflit. La réticence à s’engager a été purement financière ; si l’estimation du coût de la mesure pour les MR‐MRS, soit 3.810.000 euros (ce montant est basé sur le différentiel entre le barème 1.35 et le financement actuel du personnel soignant) s’avère correcte, la situation semble plus délicate dans le secteur hospitalier et surtout dans celui de la santé mentale. Dès le départ, la F.I.H. estime l’impact dans les établissements affiliés : dans les MR‐MRS, globalement 93% du personnel soignant bénéficient déjà de l’échelle 1.35. Nb de lits
Nb inst.
ETP aides‐soignants
1.35
1.26
1.22
Autres
0‐50
50‐100
100‐150
+ de 150
3
17
14
5
31,5
279,57
428,55
320,15
94%
95%
93%
93%
0%
5%
6%
7%
6%
0%
1%
0%
0%
0%
0%
0%
Le montant d’environ 136 euros/an/travailleur constitue un léger gain pour les établissements qui allouent cette échelle à leur personnel soignant depuis de nombreuses années. La CCT est conclue avec effet rétroactif au 1er janvier 2013 et, avant la fin de l’année, l’INAMI verse les montants dus à chaque établissement. 68 F.I.H. – Rapport d’activité 2013 Groupe de travail «Délégation
syndicale»
Créé en 2012 suite à plusieurs contentieux portés devant un bureau de conciliation, ce groupe de travail se réunit pour la première fois en mai. Les partenaires sociaux examinent une proposition du front commun syndical, mais force est de constater que la CNE est au gouvernail. D’une discussion au sein du Conseil sectoriel, la F.I.H. constate combien les MR‐MRS sont déjà bien engagées dans une politique de formation et décide la mise sur pied d’un groupe de travail, afin de lister ces bonnes pratiques, mais aussi toutes les obligations qu’elles impliquent, les questions restées sans réponse, les modalités à préciser, etc. Flandre 56,38% 527 MT Wallonie 33,53% 314 MT L’analyse sera concrétisée début 2014. Bruxelles 10,09% 94 MT Fondssociaux
Emploi La structure d’équipe mobile est figée dans un schéma de : Vu l’absence d’accord social (le texte qualifié comme tel par les organisations syndicales n’a recueilli que deux signatures sur le banc patronal), la Ministre Onkelinx sollicite la Chambre Maribel afin qu’elle procède à la répartition des emplois affectés au secteur, soit 467,84 ETP. La problématique est à nouveau examinée en interne à la F.I.H. ; le point d’achoppement reste le même : la notion d’unité d’exploitation adoptée par des asbl gérant plusieurs établis‐
sements. La Ministre se dit préoccupée par la situation des institutions dans lesquelles des résidents C et Cd sont pris en charge dans des lits MRPA ; elle souhaite que cet aspect soit pris en compte dans les critères de répartition des emplois. Les diverses manifestations liées aux actualités de la CP 330 ont pour conséquence que le groupe de travail Délégation syndicale ne se réunit plus, ce qui n’implique nullement un renoncement de la part des organisations syndicales. Ce critère ne peut satisfaire les établissements F.I.H. dont le profil témoigne que 70% des institutions ont moins de 10% de cas C et Cd en MRPA, alors que 70% des établissements commerciaux ont plus de 10% de cas C et Cd. Groupedetravail«Formation»
La F.I.H. doit trouver une solution respectueuse du souhait de la Ministre mais ne sacrifiant pas ses établis‐
sements qui se caractérisent par un fort pourcentage de lits MRS. La CNE y exprime son souhait de réfléchir à la mise en place d’un outil de gestion permettant une planification des formations au sein des établis‐
sements ; l’enregistrement au niveau local pourrait aussi être utilisé pour un benchmark sectoriel. Le texte soumis regroupe les deux CCT actuelles relatives à l’installation d’une délégation syndicale, laquelle est définie comme l’instance par excellence qui doit permettre un dialogue de proximité. Les notions d’établissement, d’entre‐
prise, de site d’exploitation sont répertoriées mais avec l’objectif de prévoir une DS par site géographique. Ce groupe de travail de la CP 330 est réactivé sur la base de l’accord conclu en octobre 2013 suite à la signature de la CCT relative à la formation. L’enjeu est d’octroyer 935 emplois mi‐
temps; la Chambre décide d’une répartition régionale basée sur le nombre d’ETP présents dans chaque région, soit : La conjugaison des critères cas C/Cd et volume du personnel de soins permet de donner satisfaction. -
-
2 mi‐temps (MT) pour les établissements disposant de 15 à 20 ETP de soins ; 3 MT pour les établissements disposant de 31 à 50 ETP de soins ; 4 MT pour les établissements disposant de plus de 50 ETP de soins. Dans une première étape, la répartition consiste à compléter les équipes existantes, elle se poursuit en faveur d’institutions n’ayant pas encore d’équipe mobile. Dans ce contexte, les établissements de la F.I.H. bénéficient de plus d’un tiers des emplois disponibles en Wallonie. De nombreux rappels et la prolongation des délais s’avèrent nécessaires pour que la Chambre puisse solder tous les emplois en Wallonie : les établissements commerciaux ne sont pas toujours intéressés par la création d’une équipe mobile, d’autres craignent le retard du financement (l’expérience de l’accord 2011 a laissé des traces). Si, en fin d’année, tous les emplois ont été répartis, seuls 70% sont concrétisés par un contrat de travail et, pour cause, l’arrêté de financement de ces emplois n’est toujours pas publié. F.I.H. – Rapport d’activité 2013 69 Parallèlement à ces moyens dits de l’accord social, la Chambre détermine la possibilité de créer des emplois dans le cadre du Maribel fiscal, soit par affectation régionale : En Flandre 92 MT En Wallonie 54 MT A Bruxelles 16 MT Le succès de l’équipe mobile ne se dément pas en Flandre, mais il faut trouver d’autres critères pour Bruxelles et la Wallonie. La F.I.H. lance l’idée, suggérée par ses membres, d’une équipe mobile logistique, mais les conflits en Commission paritaire empêchent la poursuite des réunions. La « bouderie » dure 6 mois et il faudra attendre janvier 2014 pour une reprise des débats. Le Fonds finance 180 heures par année scolaire en plus du congé‐éducation payé et couvre les frais d’inscription. Formation Pour justifier cet investissement, les syndicats mettent en avant l’existence de plus de 2.000 travailleurs concernés, dont au moins la moitié dans le secteur privé. Force est de constater en fin d’année, que seules 174 inscriptions ont été envoyées au Fonds social, parmi lesquelles 18 émanent de travailleurs francophones. Le Fonds « groupes à risque » poursuit sa politique de formation, via un catalogue qu’il propose aux établis‐
sements. Il consacre une importante partie de ses recettes au projet « Tremplin vers l’Art infirmier » qui aide les travailleurs du secteur souhaitant acquérir la quali‐
fication d’infirmier. Le Fonds lance cette année un projet du même type « Tremplin vers l’aide‐
soignant » qui offre aux soignants ne disposant pas d’un enregistrement comme aides‐soignants, une aide à la formation pour acquérir cette quali‐
fication. Bien qu’il reste peu de place aux projets individuels, la F.I.H. obtient le finan‐
cement d’une formation de trois jours destinée à soutenir le personnel face aux questions éthiques. Ce projet, élaboré par le Groupe éthique MR‐MRS au sein de la F.I.H., sera concrétisé en 2014. 70 F.I.H. – Rapport d’activité 2013 E.LaqualitéenMR‐MRS
Groupe de travail « Qualité en MR‐
MRS » Le groupe de travail « Qualité en MR‐
MRS » débute l’année 2013 en donnant suite à l’enquête de satisfaction pour les résidents réalisée en 2012 par 32 MR‐
MRS affiliées. Les objectifs de cette enquête sont notamment d’identifier et de corriger les facteurs d’insatisfaction ainsi que de renforcer les bonnes pratiques et favoriser leurs échanges. Afin d’atteindre ces objectifs, plusieurs établissements élaborent en leur sein des plans d’amélioration continue conçus sur la base des résultats de l’enquête ; ils sont mis en place afin de diminuer l’insatisfaction ou d’augmen‐
ter la satisfaction des résidents. La présentation de ces plans à l’ensemble du groupe démontre le dynamisme et la volonté des institutions de développer une démarche continue d’amélioration de la qualité et permet également un échange de bonnes pratiques. Afin d’aider les établissements ayant participé à l’enquête et non‐membres du groupe de travail à concrétiser le processus d’amélioration continue, différents outils, dont la synthèse des plans d’action susmentionnés, leur sont proposés. ou apparentés dont les capacités cognitives ne permettent plus de répondre à un questionnaire de satisfaction. Le Professeur Stéphane Adam, res‐
ponsable de l'Unité de Psychologie de la Sénescence, Département Psycho‐logies et cliniques des systèmes humains de l’Université de Liège (ULg) et Monsieur Pierre Missotten, assistant, sont invités à présenter un outil validé et utilisé dans le cadre de l’étude « Qualidem » pour évaluer la qualité de vie de ces résidents. Durant le second semestre, une réflexion est menée sur l’évaluation de la qualité de vie des résidents déments Séance de sensibilisation à la démarche qualité en MR‐MRS
Offrez de la Tequila à vos résidents et collaborateurs La séance de sensibilisation, organisée à l’intention des directeurs des MR‐MRS le 5 novembre 2013 et à l’initiative du groupe de travail « Qualité en MR‐MRS », vise à atteindre les quatre objectifs suivants : démontrer l’apport concret de la démarche qualité, démythifier le temps et le coût engendrés par celle‐ci, sensibiliser les acteurs à une démarche diffusée dans l’ensemble de l’établissement et, enfin, offrir une démarche simple à mettre en place. Pour atteindre ces objectifs, la méthode proposée par Monsieur Sébastien NAHON, Expert invité à l'UCL‐Mons, Maître de conférences à l'U‐Mons, Professeur à l'IAD, repose sur le principe de la conférence interactive. F.I.H. – Rapport d’activité 2013 71 F.FormationsenMR‐MRS
29/01/2013 : Les marchés publics ‐ Formation permanente pour les directeurs de MR‐MRS Le 29 janvier 2013, la F.I.H. invitait ses directeurs de MR‐MRS affiliés à venir suivre une présentation générale de la législation sur les marchés publics. A cette occasion, Madame Rinchard de la CBI a introduit les bases de la réglementation sur les marchés publics, ainsi que les obligations qui étaient à venir pour le secteur des soins de santé en matière de marchés publics. Beaucoup de questions se posaient encore… « Sommes‐nous soumis à la nouvelle réglementation ? », « Quand allons‐nous devoir passer un marché public ? », etc. Depuis lors, la nouvelle législation relative aux marchés publics est entrée en vigueur le 1er juillet 2013. 04/06/2013 : La prévention des infections liées aux soins en MR et en MRS Cette après‐midi de formation se déroule à la F.I.H. le 4 juin 2013. Les différents exposés de cette manifestation sont assurés par Monsieur Pascal Spinazze, Cadre infirmier en prévention des infections liées aux soins, membre du Comité exécutif de l’ABIHH, Expert au Conseil Supérieur de la Santé et Formateur/propriétaire de BEMILS. Les thèmes abordés par Monsieur Spinazze sont les suivants : -
Le sujet âgé face aux infections : une approche différente et en pleine évolution ! Les types d’infection en MR‐MRS et leur répartition. Les agents biologiques infectieux et les modes de transmission. Les facteurs de risque. La résistance des bactéries. Les modes de transmission. Les types d’isolement. Les agents biologiques. Le plan de prévention. L’analyse de risque. Les nouvelles menaces ? BLSE et CPE, ces bactéries représentent‐elles une menace pour le secteur des MRS ? Cette journée est reconnue par Madame Eliane Tillieux, Ministre de la Santé, de l’Action sociale et de l’Egalité des chances au titre de formation permanente pour les directeurs de maisons de repos. 72 F.I.H. – Rapport d’activité 2013 G.EthiqueenMR‐MRS
C’est début 2013 que le Service Ethique de la F.I.H. a construit puis remis un projet de formation au Fonds social du secteur intitulé « Gérer les conflits éthiques au chevet du résident ». Celui‐ci a été retenu en juin 2013. Le projet résulte d’une construction participative avec le groupe de travail Ethique en MR–MRS de la F.I.H. afin de répondre au plus près aux besoins du terrain. Pour les professionnels participants, les objectifs visés sont de mieux maîtriser leur environnement, de disposer d’un soutien technique en situation de conflit éthique, d’acquérir des compétences et d’être valorisés par l’analyse et la résolution de difficultés inhérentes à leur mission. Pour les établissements, s’inscrire dans la démarche permet de disposer de référents éthiques (projet de cellule d’aide à la réflexion éthique, CADE), via les moyens humains (profes‐
sionnels formés à l’éthique) et la boîte à outils institutionnelle ramenée par les participants. Les contenus visent la connaissance de thèmes théoriques généraux (c’est quoi l’éthique, à quoi ça sert, que peut‐on en attendre ?) et de thèmes F.I.H. – Rapport d’activité 2013 spécifiques abordés par le programme de la formation (fin de vie, démence, etc.). Les compétences visées concernent la compréhension des enjeux éthiques au sein des situations difficiles vécues par les professionnels, ainsi que l’appli‐
cation des méthodes découvertes et expérimentées lors de la formation. Au terme des trois jours de formation se constitue une boîte à outils destinée au professionnel, à son équipe et à son établissement. Fin 2013, 60 inscriptions ont confirmé l’intérêt pour les 3 jours de formation étalés sur un trimestre. Une partie des réunions du groupe de travail Ethique en MR‐MRS ont permis d’explorer les thèmes souhaités pour la formation, de tester les outils qui y sont proposés et de construire les récits de situations problématiques destinés aux exercices pratiques de la formation. Cette dernière est à mettre en lien avec le projet CADE (Cellule d’Aide à la décision Ethique) qui se veut être un soutien interne aux MR‐MRS à la résolution de conflits, à l’analyse et à la décision éthique. Il s’agit de mettre en place une « cellule » (quelques professionnels qui auront été formés et outillés). La cellule est mise en place par la direction ; elle est composée de membres du personnel et se réunit à la demande d’un ou des membres du personnel (pas des familles ni des résidents). La cellule travaille en toute confidentialité (pas de rapport direct à la direction) et évalue et « rapporte » chaque année/tous les 2 ans les sujets (pas les faits) traités. Les autres thèmes abordés en 2013 par le groupe de travail Ethique en MR‐MRS sont : ‐
« Soins aux personnes âgées. Intégrer la spiritualité ? ». Trois modèles sont présentés et évalués. ‐
« Démence et fin de vie, quels enjeux éthiques ? ». ‐
« Qu’est‐ce que l’éthique narrative ? quelles règles pour construire un récit ? ». En outre, le Service intervient à la demande dans les institutions. Des animations sur « Les soins et le temps en MR‐MRS », « le refus de soins », « un testament de vie ? », « Que dire, que taire ? Le secret professionnel en question » ont également lieu dans les établissements. 73 H.LesecteurdessoinsenMR‐MRS
Le groupe de travail Soins infirmiers en MR‐MRS regroupe des responsables, coordinateurs et infirmiers chefs du secteur. Il se réunit à cinq reprises afin de présenter les actualités sectorielles et spécifiques au département des soins. Les thématiques de fond suivantes sont abordées sous forme de conférence‐débat : ‐
La prévention des infections liées aux soins. ‐
L’état des lieux et les perspectives de la formation infirmière en Fédération Wallonie‐Bruxelles. ‐
Le secret professionnel. ‐
La politique de soins médico‐pharmaceutique, le processus médicamenteux et la prescription médicale informatisée. ‐
La transmission d’outils et ressources « evidence base » pour la dispensation des soins infirmiers. ‐
Une réflexion éthico‐clinique sur la notion du temps dans les soins : représentation et valeur du temps en général et appliqué au secteur, agrémenté d’exemples de terrain. I.Voyaged’étudedanslenorddel’Italie(du27au31/05/2013)
Au mois de mai 2013, un voyage d’étude de cinq jours permet aux directions et membres du personnel des maisons de repos et maisons de repos et de soins affiliées de visiter des établissements d’accueil et d’hébergement pour personnes âgées dans les régions d’Udine, Trieste et Mestre. L’Italie connaît de manière aigüe la crise et les problèmes engendrés par le vieillissement de la population ; ce pays doit adapter les structures et son système de financement de la prise en charge et de l’hébergement des personnes âgées. Les visites des différents établissements permettent aux participants de découvrir la manière dont les institutions s’adaptent, de manière assez qualitative, à cette évolution. Les établissements sont généralement de taille plus importante qu’en Belgique (de 140 à 450 lits) et sont gérés, pour une grande partie, par le secteur public. Plusieurs établissements visités offrent des formes intéressantes d’accompagnement des résidents déments dont la musicothérapie, la thérapie de la poupée etc. La gestion partiellement informatisée des soins, des médicaments, la revalidation (psychiatrie, physiothérapie, logopédie, etc.), l’importance accordée aux relations avec les familles ont également retenu l’attention des participants. 74 F.I.H. – Rapport d’activité 2013 F.I.H. – Rapport d’activité 2013 75 76 F.I.H. – Rapport d’activité 2013 6.LaF.I.H.
A.Unephilosophiedetravail:lescellules
Une équipe multidisciplinaire Les conseillers sont à l’écoute de l’ensemble des affiliés pour répondre aux questions qu’ils posent quotidiennement. Chaque membre s’est, au fil du temps, spécialisé dans l’une ou l’autre matière de manière trans‐sectorielle (réglementation du travail, éthique, etc.) ou sectorielle (secteur Personnes âgées, secteur Santé mentale, etc.). Les réunions de Staff hebdomadaires permettent à chacun d’entre eux d’être informé des matières traitées et des questions adressées à la Fédération. Travailler en cellules Depuis quelques années, plusieurs membres du Staff se regroupent pour travailler en « cellule » : la cellule Banque de données F.I.H./F.N.A.M.S., la cellule Etudes, la cellule Communication et la cellule Site Internet. La
cellule Banque de données
F.I.H./F.N.A.M.S.
Le début d’année 2013 a permis de terminer le travail technique nécessaire à l’exploitation des données de FINHOSTA et de la cellule technique du SPF. De plus, la cellule Banque de données a continué la mise à jour des rapports existants. Les objectifs, en début d’année 2013, sont multiples : ‐
‐
continuer d’assurer un suivi et une mise à jour des différents rapports offerts les années précédentes ; terminer l’étude et l’analyse nécessaire pour le traitement des données FINHOSTA. Suivietmiseàjourdesdifférents
rapportsexistants
Les rapports sont mis à jour annuellement et mis à disposition des affiliés via le site de la Fédération (en accès limité). F.I.H. – Rapport d’activité 2013 77 Rapport Montants de référence : L’outil statique est basé sur une présentation reprenant en détail la méthodologie des montants de références, des graphiques de comparaison des données 2010, ainsi qu’un mot d’explication sur l’outil dynamique. Ce dernier permet la visualisation, sous forme de tableaux, des résultats par AprDrg/sévérité de l’institution. Il permet également de voir, au moyen des graphiques dynamiques, des prestations médicales réalisées par AprDrg/sévérité, ainsi qu’une courbe de distribution des patients en fonction de leur dépense moyenne. La nouveauté dans ce rapport dynamique est l’ajout d’une vision historique des données. 78 F.I.H. – Rapport d’activité 2013 Rapport Forfaits médicaments : L’outil statique prend la forme d’un rapport individualisé. Ce document détaille la méthode appliquée par l’INAMI pour déterminer le forfait et permet de motiver l’évolution de ce montant d’une année à l’autre, d’analyser la performance financière globale, tout en mettant en évidence les éventuels AprDrgs sur consommateurs. L’outil dynamique, quant à lui, compare l’évolution du forfait par institution, étudie les composantes à l’origine de cette évolution et permet de suivre les variations du case‐mix qui a servi lors du calcul des forfaits médicaments. F.I.H. – Rapport d’activité 2013 79 Rapports BMF (Nomenclature) : L’outil statique prend la forme d’un tableau. Tous les éléments qui sont à l’origine du calcul des sous‐parties B1 et B2 y sont repris. Cela permet de comprendre comment ces sous‐parties ont été fixées et de comparer les résultats à ceux de l’année précédente, ainsi qu’à la moyenne des hôpitaux de la F.I.H./F.N.A.M.S. L’outil dynamique visualise la plupart des éléments de nomenclature (par exemple l’activité du quartier opératoire, les prestations de réanimation, etc.) qui servent à déterminer la sous‐partie B2. 80 F.I.H. – Rapport d’activité 2013 Débutdel’étudeetanalysenécessairepourletraitementdesdonnéesFINHOSTA
L’analyse technique des données Finhosta a permis le développement d’outils pour introduire ces informations dans la banque de données. Voici le schéma de base de données concernant Finhosta. Pour faciliter l’exploitation de ces données en « tableau », une série de vues a été réalisée. Ces vues permettront de facilement visualiser les données d’un tableau donné. Créationde«Cubes»,permettantdemettreenvaleurlesdonnéesduSPF
De nouveaux cubes ont été créés afin de pouvoir offrir une navigation aisée dans les données venant de la cellule technique du SPF. Ainsi trois nouveaux cubes de données ont vu le jour : Cube 1 Cube 2
Cube 3 Cube CT Financier Cube CT Pharma
Cube CT AB Ce cube permet la navigation dans les données financières fournies par le SPF sur les hôpitaux. On peut y trouver des données telles que :  Nombre de séjours  Montants facturés Ce cube permet la navigation dans les données pharmaceutiques des hôpitaux. On peut y trouver des données telles que :  Nombre de séjours  Montants facturés Ce cube permet la navigation dans les données « Antibiotiques ». On peut y trouver des données telles que :  Nombre de séjours  Montants facturés  Nbr DDA  … Par rapport aux données : o Année o Catégorie de dépense o Pathologie o DRG/Sévérité F.I.H. – Rapport d’activité 2013 Par rapport aux données : o Année o DRG/Sévérité/Atc1/Atc4 Par rapport aux données : o Année o Catégorie d’antibiotique o DRG/Sévérité 81 LacelluleEtudes
Les bases de données statiques gérées par la cellule sont essentielles pour accompagner la réflexion de la Fédération dans les projets de dispositions réglementaires, mais également pour évaluer leur impact. Les données de chaque affilié, mises en commun, offrent un panorama repré‐
sentatif qui permet à la F.I.H. de s’affirmer vis‐à‐vis de ses interlocuteurs. Ponctuellement, en fonction de l’actu‐
alité, ou systématiquement si le sujet de l’étude est répétitif, la cellule interpelle les institutions membres, afin d’ali‐
menter ses fichiers. Après traitement, les conseillers communiquent tous les résultats de façon anonyme à travers les instances de la F.I.H. Les matières suivies en 2013 sont : Sujet Public Objectifs Instances Sous‐partie B2 en MSP Maisons de soins psychiatriques Evaluation du financement de la sous‐partie B2 en MSP Commission MSP Titre et qualification en santé mentale et psychiatrie Hôpitaux psychiatriques MSP IHP Evaluation du coût relatif au payement de la prime pour le personnel susceptible de se prévaloir du titre ou de la qualification Comité de coordination du secteur santé mentale Post‐cure Hôpitaux psychiatriques Evaluation du nombre de Comité de coordination du bénéficiaires de la post‐cure dans le secteur santé mentale cadre de la modification du système Projets 107 : fonction 4 Hôpitaux psychiatriques Evaluation du personnel et de la qualification dans le cadre du développement de la fonction 4 au sein des projets 107 Comité de coordination du secteur santé mentale Financement INAMI 2013 Maisons de repos – Benchmarking Analyse des données de référence (profils de dépendance, personnel, ancienneté, etc.) + évolution 2005‐
2013 Comité de coordination conjoint Conseil sectoriel Barème 1.35 aux aides‐
soignants Maisons de repos Mesure de l’impact financier de l’octroi du barème 1.35 aux aides‐
soignants (coût vs financement) Comité de coordination conjoint Conseil sectoriel Monitoring des dépenses en MR‐MRS Maisons de repos Impact de l’éventuelle suppression Comité de coordination conjoint des 3% d’augmentation du quota de Conseil sectoriel journées Feedback forfait médicament au 1/7/13 Hôpitaux Benchmark entre les institutions affiliées et analyse individuelle Comité de coordination / Commission Gestion / Rapport HealthCube Feedback BMF 1/7/13 Hôpitaux Benchmark entre les institutions affiliées et analyse individuelle Commission Gestion / Rapport HealthCube Application du système des montants de référence Hôpitaux Benchmark entre les institutions affiliées et analyse individuelle Commission Médecins Chefs / Rapport HealthCube Quartier opératoire Hôpitaux Benchmark entre les institutions affiliées (adéquation financement, activité et staffing) GT Benchmark 82 F.I.H. – Rapport d’activité 2013 LacelluleCommunication
Cette troisième cellule a pour but de gérer les flux d’information en interne et en externe. En interne, la communication se fait essentiellement par mail, permettant ainsi à la F.I.H. de joindre près de 1.005 correspondants pour leur envoyer notes d’informations, législation, convoca‐
tions, procès‐verbaux, annexes aux réunions, infos rapides, etc. L’évolution de la communication s’est faite comme suit : -
en 2011, paraît la Newsletter hebdomadaire « Actualités » ; en 2012, elle est suivie par une newsletter quotidienne « Revue du Moniteur du jour » : au jour le jour, le Moniteur belge est dépouillé et analysé afin de transmettre rapide‐
ment les publications les plus récentes aux directions affiliées. La référence législative est accompagnée d’une synthèse et un lien permet l’accès aux documents extraits du Moniteur belge. Toutes ces informations ont un pendant sur le site internet de la Fédération qui, désormais, possède une nouvelle adresse : www.fihasbl.be. Chaque personne inscrite à la liste de diffusion reçoit un mail : La même information est également disponible dans la « Partie réservée aux affiliés » du site de la F.I.H. L’utilisateur accède à une table reprenant les années depuis 2010 et les mois traités : F.I.H. – Rapport d’activité 2013 83 La page du Moniteur du jour reprend, jour après jour : -
la « table des matières » et le « lien vers le Moniteur » qui permettent de se connecter au site du SPF Justice et d’ouvrir directement les documents mentionnés ; « voir le texte » qui permet d’ouvrir le texte extrait du Moniteur. LacelluleSiteinternet
Cette nouvelle cellule se penche sur la refonte du site internet de la Fédération. Cette année, le site fête son 12ème anniversaire. Autant dire qu’il est vieux et que les critiques à son égard s’accumulent : graphisme désuet, technologie ancienne, peu usuel, organisation et recherche complexes, etc. En quelque sorte : il faut changer, voire recréer un nouveau système. Partant de ces multiples constats, et ayant le désir d’améliorer la visibilité de la Fédération en tant qu’organisation patronale et fédératrice, la cellule mobilise le personnel de la Fédération à la réflexion. 2014, nous l’espérons, donnera un nouveau visage au site de la F.I.H. L’objectif est d’en faire un moyen de communication actualisé tant pour la Fédération que pour ses affiliés, un outil d’échange d’informations, ainsi qu’une source de moyens utiles pour le travail quotidien de chacun. 84 F.I.H. – Rapport d’activité 2013 B.Destâchesquotidiennes
Quant aux tâches proprement dites effectuées par les différents membres du Staff ‐ qui seront décrites ci‐dessous selon 4 axes ‐, elles tendent à répondre à un double objectif : d’une part, assurer un échange d’informations aussi efficace que possible entre les affiliés et les autres intervenants du secteur (cherchant à récolter chez les uns les réponses aux questions des autres) et, d’autre part, entretenir et promouvoir un « esprit commun » entre les affiliés, face aux potentialités de développement de nos secteurs. C’est d’ailleurs là, sans doute, le sens premier d’une « fédération ». Echanges,rencontres,formations…
Lesréunions
La Fédération offre à ses affiliés de nombreux lieux d’échanges, de rencontres, de réflexion, de formation. Conseils sectoriels, commissions diverses, groupes de travail thématiques sont autant d’occasion, pour les affiliés, de se rencontrer, de s’informer, d’échanger et de réfléchir ensemble autour de questions qui les concernent. Ces différents lieux s’adressent aux directions, mais également aux respon‐
sables de personnel, aux responsables financiers, aux responsables techniques, aux responsables des soins infirmiers, etc. Archivage
Retiré du site
Evolution des ressources liées aux réunions : Année Réunions Annexes Annexes consultables en ligne 2001 144 240 117 2002 165 347 221 2003 163 268 175 2004 168 363 277 2005 148 284 225 2006 139 436 370 2007 134 305 266 2008 108 280 241 2009 119 328 313 2010 127 300 294 2011 118 325 323 2012 124 433 433 2013 139 374 372 Les Actes des Journées, Informations, Rencontres, etc. sont toujours consultables en ligne : F.I.H. – Rapport d’activité 2013 85 Informationetdocumentation
Année Comme deuxième axe d’activité du Staff de la Fédération, il faut citer l’effort considérable de mise à disposition des affiliés de la documentation, sur simple demande ou sur le site de la Fédération. LesNotesd’information
Les Notes d’information sont destinées, principalement, à mettre au courant les institutions affiliées de changements législatifs et réglementaires intervenus ou susceptibles d’intervenir dans les matières touchant aux différents aspects de leur gestion. Les Notes d’information sont com‐
plétées par les Infos rapides qui traitent de l’urgence et apparaissent dans l’ « Espace Affiliés » du site, dans la page d’accueil, et sont archivées dans la rubrique « News F.I.H. ». Le site reprend enfin les articles de presse relatifs aux affiliés. Notes d’information Annexes Année Infos rapides 2009 14 2010 15 2011 38 2012 23 2013 20 <2000 14 23 2000 120 265 2001 92 166 2002 99 214 2003 131 290 2004 116 246 Année 2005 120 245 2012 122 2006 109 261 2013 87 2007 159 355 2008 103 216 2009 114 234 2010 92 164 2011 90 186 2012 116 249 2013 115 292 Total 1.590 3.406 Presse / Affiliés Année News 2012 171 2013 130 86 F.I.H. – Rapport d’activité 2013 LeCentrededocumentation
Le Service documentation traite toute information relative au secteur des soins de santé. de produire de plus en plus de docu‐
ments. La production est grande quant au champ d’application, mais aussi en volume, puisque l’informatique permet Organisation, encodage, mise à disposition, transmission selon la demande (en interne ou en externe via les « Informations hebdomadaires ») et archivage, constituent l’essentiel du travail de ce service. Parallèlement, il assure la gestion de la bibliothèque, la constitution de dossiers documentaires et le suivi des coordi‐
nations réglementaires. Le travail est systématique ou fait à la demande, mais réclame une présence quotidienne, sinon régulière, vu les flux de plus en plus importants. F.I.H. – Rapport d’activité 2013 87 Représentation
Consultance
Troisième axe de l’activité du Staff : la représentation des membres de la Fédération. Le terme de « représen‐
tation » ne signifie cependant pas, dans ce cadre, une tâche de « figuration ». Il n’est pas rare qu’il lui soit demandé de venir prendre position dans le cadre d’un colloque ou d’une journée d’étude, mais ce sont parfois aussi des groupes parlementaires qui se tournent vers elle pour s’exprimer au nom des secteurs d’activité de ses affiliés. Enfin, comme quatrième axe d’activité des conseillers de la Fédération, soulignons encore son rôle de « consultant » auprès de chacun des affiliés. La Fédération est reconnue comme organisation représentative de ses membres dans toute une série d’organes de concertation et de négociation : au niveau du SPF Emploi, Travail et Concertation sociale, elle est reconnue comme représentative des organisations d’employeurs ; au niveau des SPF Affaires sociales et Santé publique, comme au niveau de l’INAMI ou des instances de la Région wallonne, voire des organisations internationales de la santé, elle est reconnue comme représentative des branches d’activité dans lesquelles œuvrent ses affiliés. Aussi, forts des multiples contacts et échanges avec les affiliés, les membres du Staff de la Fédération se font l’écho de leurs préoccupations dans de nombreuses sphères externes suscep‐
tibles de donner partiellement réponses à leurs questions. De même, ils relayent les projets en discussion dans ces diverses sphères auprès des affiliés. Le rôle de représentation de la Fédération est donc un rôle de trait d’union où les questions et informations transitent dans les deux sens. Cette reconnaissance l’amène, en outre, à être sollicitée à d’autres niveaux en tant que partenaire, qu’il s’agisse de lieux formellement organisés ou de lieux d’échanges plus informels. Quelles que soient la valeur et la densité des informations générales destinées à l’ensemble des membres, chacun d’entre eux, en fonction de sa propre évolution, rencontre des questions ou difficultés spécifiques. Qu’il s’agisse d’un problème vis‐à‐vis d’une administration, d’un mémoire de défense face à un service d’inspection, du licenciement ou de l’engagement d’un travailleur, de la constitution d’un dossier de demande d’agrément, de l’examen des possibilités de dévelop‐
pement d’un nouveau service, de la compréhension d’un dossier de financement, de l’introduction auprès de l’autorité d’une demande de dérogation pour motifs spécifiques, etc. Pour toutes ces questions individuelles, les affiliés peuvent trouver au sein de l’équipe une personne pour les conseiller, pour défendre leurs intérêts, pour orienter leurs démarches, pour examiner avec eux l’ensemble de leur dossier. 88 F.I.H. – Rapport d’activité 2013 Annexes
F.I.H. – Rapport d’activité 2013 89 90 F.I.H. – Rapport d’activité 2013 Annexe 1 : Organigramme de la F.I.H. A.OrganisationinternedelaF.I.H.(situationenjanvier2014)
Assembléegénérale
Conseild’administration
Président : S. Mercier Vice‐présidents : Ph. Brach, J.‐Cl. Frogneux Membres : B. Dachy, D. Delval, F. Devenijn, P. Graux, A. Javaux, G. Lefebvre, X. Meert, F. Pitz, G. Saelens, F. Virone Membre invité : O. de Stexhe Secteur hospitalier 
Conseil Sectoriel des hôpitaux généraux – Président : P. Graux 
Conseil Sectoriel des hôpitaux psychiatriques – Président : J.‐Cl. Frogneux 
Comité de Coordination des hôpitaux – Président : P. Graux 
Commissions internes o
o
o
o
o
o
Commission Soins au patient Commission Gestion Commission Médecins‐chefs Commission Pastorale Commission Personnel Commission Technique générale  Groupes de travail o Formation permanente o Attractivité et rétention du personnel o Bénévolat Secteur santé mentale 
Comité de Coordination du secteur de la santé mentale ‐ Président : F. Pitz 
Commissions internes o
o
o

Commission IHP Commission MSP Commission Pédopsychiatrie Groupes de travail o
o
o
RPM Soins psychiatriques à domicile 107 Secteur personnes âgées 
Conseil Sectoriel des maisons de repos et des maisons de repos et de soins ‐ Président : Ph. Brach 
Comités de Coordination du secteur MR‐MRS : Centre (Président : N.) – Hainaut (Président : F. Toussaint) – Liège (Président : N.) 
Groupes de travail o Soins Infirmiers en MR‐MRS o Ethique en MR‐MRS o Qualité des soins et sécurité du patient (DI‐RHM – Psychiatrie – Formation infirmière – Rapport annuel du département infirmier) F.I.H. – Rapport d’activité 2013 91 B.L’équipedelaF.I.H.(situationau01/02/2014)
Direction : Pierre Smiets (081/32.76.61 ; Fax : 081/32.76.66 ; [email protected]) Assistant de Direction : Denis Henrard (081/32.76.70 ; [email protected]) Services : Service Hôpitaux généraux Antoine Monhonval (081/32.76.64 ; [email protected]) Service Personnes âgées Chantal Castermans (081/32.76.72 ; [email protected]) Annick Hupé (081/32.76.73 ; [email protected]) Service Santé mentale Marc Demesmaecker (081/32.76.65 ; [email protected]) François Dupont (081/32.76.67 ; [email protected]) Service Documentation : Nadine Cheppe (081/32.76.68 ; [email protected]) Thierry Lebrun (081/32.76.69 ; [email protected]) Service Economique/Etudes : Antoine Monhonval (081/32.76.64 ; [email protected]) Antoine Thiry (081/32.76.85 ; [email protected]) Service Ethique et Pastorale : Brigitte Jacquemin (081/32.76.74 ; [email protected]) Jean‐Michel Longneaux (081/32.76.82 ; jean‐[email protected]) Service Data Warehouse : Fabian Ceressia (081/32.76.71 ; [email protected]) Service Juridique : Myriam Hubin‐Dauby (081/32.76.78 ; [email protected]) Anne Dewaele (081/32.76.79 ; [email protected]) Thomas Rabolli (081/32.76.81 ; [email protected]) Service Soins infirmiers : Aline Hotterbeex (081/32.76.75 ; [email protected]) Service Technique : Christophe Michel (081/32.76.88 ; [email protected]) Services de soutien : Secrétariat de Direction : Valérie Coria (081/32.76.83 ; [email protected]) Secrétariat général : Françoise Zicot (081/32.76.60 ; [email protected]) Hélène Croufer (081/32.76.77 ; [email protected]) Sébastien Druet (081/32.76.62 ; [email protected]) Soutien logistique Emmanuel Dutron Laurence Masset Téléphone général : 081/32.76.60 Fax général : 081/32.76.76 Ethica Clinica : [email protected] 92 F.I.H. – Rapport d’activité 2013 C.Commissionsetgroupesdetravail
Secteurhospitalier

Les Conseils Sectoriels des Hôpitaux généraux et psychiatriques rassemblent les directions générales des hôpitaux affiliés et délibèrent sur toutes problématiques du secteur afin de définir les prises de position de la Fédération face aux questions soulevées dans les diverses instances d'avis qui les concernent. C’est notamment le cas lors de l’examen de textes en projet destinés à devenir nouvelle réglementation ou lorsque la Fédération estime devoir initier la prise en considération d’un problème particulier qui affecte les hôpitaux. Ces Conseils se réunissent généralement conjointement. Personnes de contact : Pierre SMIETS, Denis HENRARD 
Le Comité de coordination des Hôpitaux est un lieu d’échanges et d’information pour les directions hospitalières ou leurs mandataires. La Fédération y fait écho de tous les débats en cours dans les instances où elle siège et y rassemble les questions et observations des membres. Les réunions ont lieu théoriquement une fois par mois. Ce Comité est habilité à remettre avis aux Conseils sectoriels pour toutes les matières sur lesquelles ces derniers se prononcent. Personnes de contact : Pierre SMIETS, Denis HENRARD, Aline HOTTERBEEX, Myriam HUBIN‐DAUBY, Antoine MONHONVAL 
Commissions Internes o
La Commission Soins au patient rassemble les directions des soins infirmiers et paramédicaux des hôpitaux généraux et psychiatriques. Elle poursuit essentiellement deux objectifs : diffuser l'information spécifique relative aux questions de la politique du département des soins dans une série de domaines tels que la clinique, l’enseignement, la recherche, la qualité et sécurité, les professionnels de santé et à la législation propre à ce département ; et impliquer les membres du groupe dans une démarche proactive concernant leur secteur d'activité, notamment via le développement des liens entre les institutions, d’un réseau d’échanges de pratiques, des projets d'évaluation et d'amélioration de la qualité des soins, l’organisation de journées d'étude, la formulation d'avis sur les matières ad hoc. La Commission se réunit cinq à six fois par an. Personnes de contact : Aline HOTTERBEEX, Marc DEMESMAECKER 
o
Le Groupe de travail DI‐RHM rassemble les coordinateurs DI‐RHM des hôpitaux et met en commun les réflexions autour des DI‐RHM, que ce soit sur l'encodage, le traitement des données, les feed‐back et les conséquences de celui‐ci. La Commission Gestion regroupe des directeurs, des responsables financiers et comptables d'hôpitaux aigus et psychiatriques afin de développer l'actualité financière hospitalière, de donner une information sur les travaux entrepris et les décisions prises par la Section Financement du CNEH, et surtout d’approfondir la compréhension du mécanisme du budget des moyens financiers. Personne de contact : Antoine MONHONVAL o
La Commission des Médecins‐Chefs rassemble les médecins‐chefs des hôpitaux généraux et psychiatriques. Elle est un lieu d’échanges où diverses informations obtenues par la Fédération et ayant trait à la coordination médicale sont communiquées aux participants. A la demande, elle peut être sollicitée pour un éclairage médical de certaines problématiques auxquelles sont confrontées les directions générales ; elle peut aussi formuler des recommandations en matière d’organisation médicale et dans le cadre de l’évaluation qualitative de l’activité médicale. Personnes de contact : Antoine MONHONVAL, Denis HENRARD, Aline HOTTERBEEX, Pierre SMIETS F.I.H. – Rapport d’activité 2013 93 o
La Commission Pastorale réunit les membres des équipes d'aumônerie hospitalière afin de réfléchir aux pratiques hospitalières en matière de pastorale et de promouvoir la collaboration avec les équipes soignantes. La Commission se réunit une fois par trimestre et organise, chaque année, une Journée de réflexion et de partage. Personne de contact : Brigitte JACQUEMIN o
La Commission Personnel s'adresse à tous ceux qui, au sein des établissements hospitaliers affiliés, s'intéressent à la gestion des ressources humaines. Aussi se compose‐t‐elle, pour l'essentiel, de responsables du personnel et des ressources humaines. A l'ordre du jour de ses travaux, la Commission s'efforce de faire figurer tant des thèmes dits de fond que l'actualité sociale, qu'il s'agisse de l'actualité législative ou celle résultant des relations collectives du travail. Les membres de cette Commission se réunissent plus ou moins une fois tous les deux mois. Personnes de contact : Myriam HUBIN‐DAUBY, Anne DEWAELE, Thomas RABOLLI o
La Commission technique générale est le résultat de la fusion de la Commission technique des hôpitaux avec celle des MR‐MRS. Elle s'adresse aux directeurs et/ou aux responsables techniques ainsi qu’aux conseillers en prévention. Ils sont informés des nouveautés, tant au niveau législatif qu'au niveau de l’application pratique des réglementations. La Commission aborde des sujets d'actualité qui préoccupent les différents responsables techniques. Elle étudie des cas concrets. La Commission se réunit tous les trois mois. Personne de contact : Christophe MICHEL 
Groupes de travail o
Le Groupe de travail Formation permanente est composé de directeurs de département de soins, de cadres intermédiaires en charge de la formation permanente, de directeurs des ressources humaines et de collaborateurs RH. Il se réunit pluri‐annuellement et fait le point sur les nouvelles obligations en matière de formation continue. Personne de contact : Thomas RABOLLI o
Le Groupe de travail Attractivité et rétention du personnel a pour objectif de relever les bonnes pratiques en matière d’attractivité et de rétention du personnel. Pour cela, les membres partagent différents éléments qui peuvent contribuer à une bonne image de marque de l’institution mais aussi du secteur. En effet, une image forte et attractive de l'institution en tant qu'employeur facilite le recrutement de candidats de qualité. Personne de contact : Thomas RABOLLI o
Le Groupe de travail Bénévolat réunit les personnes intéressées par les questions du bénévolat au sein de toutes les institutions affiliées à la Fédération. Il a été mis sur pied principalement à la suite d'une enquête réalisée par la F.I.H. en 2003 et suite à l'actualité législative : Conseil Supérieur des Volontaires créé en 2002, projet de loi sur les volontaires. Personne de contact : Brigitte JACQUEMIN SecteurSantémentale

Le Comité de Coordination du Secteur de la santé mentale rassemble quant à lui les représentants, directions ou mandataires, issus des institutions affiliées et appartenant au secteur de la santé mentale. Il dépasse ainsi les frontières de l’hôpital pour examiner les questions qui se posent aux maisons de soins psychiatriques, habitations protégées, plate‐formes de concertation en santé mentale, … Comme les autres comités de coordination, il est informé et se penche sur toutes questions relatives à son secteur. A ce titre, il peut émettre des avis à l’attention du Conseil sectoriel pour tous sujets sur lesquels ces derniers se prononcent. Il se réunit quatre à cinq fois par an. Personnes de contact : Denis HENRARD, Marc DEMESMAECKER 94 F.I.H. – Rapport d’activité 2013 
La Commission des Initiatives d'Habitations Protégées concerne les directions et les coordinateurs d'I.H.P. Dans son rôle d'interface entre ces institutions et les divers organes de décision internes et externes à la Fédération, cette Commission fait partie intégrante du secteur de la santé mentale de la F.I.H., mais cherche aussi à maintenir une cohérence avec les autres secteurs de soins que sont les centres de revalidation, les hôpitaux généraux et les maisons de repos. Lieu de concertation entre les membres partageant une expérience de terrain similaire, les discussions portent sur la mise en pratique de la réalité des I.H.P., sur l'adéquation à la législation ou sur tout élément en rapport avec l'actualité vécue par les uns ou les autres. La Commission I.H.P. peut solliciter les conseillers thématiques de la Fédération. Elle peut donc disposer d'une information pointue et actualisée sur des thèmes éthiques, juridiques, techniques et financiers. La Commission organise une réunion tous les deux mois. Personnes de contact : Marc DEMESMAECKER, François DUPONT 
La Commission Maisons de Soins Psychiatriques permet aux affiliés de la Fédération de partager leur vision du travail et de relayer les demandes particulières de ce secteur. L’objectif de la F.I.H. est de fournir une information adéquate aux membres et de servir de relais vers la Fédération. Son fonctionnement est identique à celui de la Commission I.H.P. Personnes de contact : Marc DEMESMAECKER, François DUPONT 
La Commission Pédopsychiatrie rassemble spécifiquement des hôpitaux ayant, au sein de leurs services, une ou des unités hospitalières pour enfants et adolescents, dites « service K » (complet ou partiel). Son fonctionnement permet aux affiliés de la Fédération de partager leur vision du travail et de relayer les demandes particulières de ce secteur. L’objectif de la F.I.H. est de fournir une information adéquate aux membres. Son fonctionnement est identique à celui des commissions I.H.P. et MSP. Personnes de contact : Marc DEMESMAECKER, François DUPONT 
Groupes de travail o
Le Groupe de travail permanent R.P.M. rassemble les responsables R.P.M. (Résumé Psychiatrique Minimum) des hôpitaux psychiatriques, des services psychiatriques d'hôpitaux généraux, des initiatives d'habitation protégée, et des maisons de soins psychiatriques. Consciente des imperfections de l’outil créé en 1996, la Fédération estime indispensable de réaliser, avec les responsables RPM des établissements, un suivi de l'usage des données déjà enregistrées. Les membres du Groupe de travail se réunissent en fonction de l'actualité. Personnes de contact : Marc DEMESMAECKER, François DUPONT o
Le Groupe de travail Soins psychiatriques pour patients vivant à domicile rassemble des travailleurs qui collaborent avec des structures de soins à domicile existantes. Certaines d'entre elles sont partenaires d'un projet‐pilote subsidié par le SPF Santé Publique en matière de soins psychiatriques pour les patients vivant à domicile, et d'autres tentent de développer des activités dans le même sens ou souhaitent faire partie du projet. Objectifs : ces réunions sont l'occasion d'une discussion portant sur les objectifs opérationnels du projet‐pilote, sur l'adéquation au processus d'évaluation auxquels les I.H.P. doivent s'intégrer, et sur certains points particuliers du projet qui posent une question pratique aux professionnels chargés de son application. Ce groupe de travail se réunit 4 fois l’an, en fonction de la demande des participants ou selon les difficultés rencontrées. Personne de contact : François DUPONT o
Le Groupe de travail 107 L’objectif principal de ce groupe est de permettre aux affiliés d’avoir des échanges pratico‐pratiques concernant l’ensemble du projet‐pilote 107. L’échange de pratiques, via les expériences de terrain acquises, propose aux affiliés d’enrichir leurs connaissances mais également de s’informer sur les pratiques mises en place dans les autres projets‐pilotes. Ce groupe se rassemble de manière occasionnelle et regroupe tant des membres des directions générales que médicales, coordinateurs de réseau ainsi que travailleurs de terrain. Personne de contact : Marc DEMESMAECKER F.I.H. – Rapport d’activité 2013 95 SecteurPersonnesâgées

Le Conseil Sectoriel des MR ‐ MRS comprend 17 membres désignés par les trois comités de coordination proportionnellement au nombre d'institutions affiliées. Le Conseil Sectoriel délibère dans toutes les matières liées à la politique à mener dans son secteur. C'est ainsi qu'il examine des questions liées à l'agrément, aux normes d'encadrement ou normes architecturales, au mode de financement des établissements, à la gestion du personnel, etc. Il se réunit au moins 10 fois l'an. Personnes de contact : Chantal CASTERMANS, Annick HUPE, Antoine THIRY, Pierre SMIETS o
Les Comités de Coordination des MR ‐ MRS pour les zones du Centre, de Liège et du Hainaut rassemblent tous les services ou institutions ayant la qualité de Maison de repos pour personnes âgées, Maison de repos et de soins, Résidence‐service, Centre d'accueil de jour ou Centre de soins de jour. Organe consultatif de base, chaque Comité de coordination est habilité à prendre connaissance de toute question concernant les services ou institutions membres, plus particulièrement dans leur dimension régionale, et à recevoir à cette fin toutes informations utiles. En principe, les Comités se réunissent tous les deux mois. Personnes de contact : Chantal CASTERMANS, Annick HUPE o Groupes de travail 
Le Groupe de travail Soins infirmiers en MR ‐ MRS rassemble les responsables des soins infirmiers et paramédicaux des MR‐MRS. Il poursuit essentiellement deux objectifs : 
diffuser l'information spécifique relative au secteur et à la législation propre à ce département ; 
impliquer les membres du groupe dans une démarche proactive concernant leur secteur d'activité : réalisation d’outils de travail d’aide au management du département des soins, projet d'évaluation et d'amélioration de la qualité des soins, organisation de journées d'étude, formulation d'avis sur les matières ad hoc. Le groupe de travail se réunit cinq fois l'an. Personne de contact : Aline HOTTERBEEX 
Le Groupe de travail Ethique en MR ‐ MRS s'adresse à tout le personnel et aux directions des MR‐
MRS. Il entend répondre aux demandes éthiques venant des institutions, réfléchir aux pratiques de terrain et contribuer au développement d'une culture éthique dans les institutions. Le groupe s'appuie sur des cas concrets vécus dans les institutions. Il se réunit une fois tous les deux mois. Personne de contact : Brigitte JACQUEMIN 
Le Groupe de travail Qualité en MR ‐ MRS accompagne les MR‐MRS dans leur recherche de la qualité et de la performance, et ce, au sein d’un réseau. Ses objectifs sont : 
identifier, décider les thèmes à traiter au sein du groupe Qualité en MR‐MRS ; 
organiser les modalités de traitement des thèmes choisis (groupes de travail, conférence d’un expert, etc.) ; 
veiller à l’état d’avancement des travaux en vue d’atteindre les objectifs ; 
superviser, valider les travaux (notamment des groupes de travail) ; 
favoriser les échanges de bonnes pratiques ; 
veiller à la mise à disposition et diffusion des outils, travaux produits auprès des institutions affiliées. Personnes de contact : Annick HUPE, Aline HOTTERBEEX 96 F.I.H. – Rapport d’activité 2013 Annexe 2 : Mandats de la F.I.H.(Situationau29/04/2014)
A.ServicepublicfédéraldelaSantépublique,
delaSécuritédelaChaînealimentaireetdel’Environnement
Centrefédérald’expertisedessoinsdesanté:P. Smiets (suppléant)
Commissionnationaleparitairemédecins‐hôpitaux(CNPMH):M. Hubin (effectif), P. Smiets (suppléant) ConseilfédéraldelaQualitédel’activitéinfirmière:A. Hotterbeex (suppléant)
Conseilnationaldesétablissementshospitaliers(CNEH)

Section Programmation et Agrément : D. Henrard et Ch. Denée (effectifs), A. Hotterbeex (suppléant) 
Section Financement : E. Azoury et P. Smiets (effectifs), A. Monhonval (suppléant)  Groupes de travail permanents : o M.R.S. – Ch. Castermans o Psychiatrie – D. Henrard, J.‐Cl. Frogneux Structure multipartite en matière hospitalière : P. Smiets (effectif) et A. Monhonval (suppléant) B.InstitutNationald’AssuranceMaladie‐Invalidité(INAMI)
Servicedessoinsdesanté
 Conseil général de l’Assurance pour les soins de santé : P. Smiets (suppléant) o

Observatoire de la Mobilité des Patients : P. Smiets (effectif), D. Henrard (suppléant) Comité de l’Assurance Soins de santé : P. Smiets (effectif)  Commission des conventions et d’accords o Hôpitaux généraux – D. Henrard, A. Monhonval o Hôpitaux psychiatriques – D. Henrard, M. Demesmaecker o Initiatives d’habitations protégées – D. Henrard, Fr. Dupont o Maisons de soins psychiatriques – D. Henrard, M. Demesmaecker o MR – MRS – CSJ – Ch. Castermans, A. Thiry 
Commission Informatique : F. Ceressia et A. Thiry (effectifs), A. Monhonval (suppléant) 
Conseil technique de l’hospitalisation : D. Henrard (effectif) 
Commission de profils pour les prestations effectuées au sein des établissements hospitaliers et les journées d’entretien : D. Henrard (effectif) 
Commission de remboursement des implants et dispositifs médicaux invasifs : A. Monhonval (suppléant) Serviced’évaluationetdecontrôlemédicaux

Comité : P. Smiets (suppléant)  Chambre de recours : o
Etablissements hospitaliers : P. Smiets (effectif), A. Hotterbeex, A. Thiry, M. Demesmaecker (suppléants) o
MRS, MSP, CSJ (art. 34, 11°) : Ch. Castermans (effectif), J.‐Cl. Frogneux, D. Henrard, F. Virone (suppléants) o
MR, CS (art. 34, 12°) : P. Smiets (effectif), P. Laschet, A. Hotterbeex, A. Thiry (suppléants)  Chambre de 1ère instance : o
Etablissements hospitaliers : A. Monhonval (effectif), D. Henrard, P. Graux (suppléants) o
MRS, MSP, CSJ : A. Hupé (effectif), A. Thiry (suppléant) o
MR, CS : Ch. Castermans (effectif), A. Hupé, J. Rondaert, F. Virone (suppléants) F.I.H. – Rapport d’activité 2013 97 C.Servicepublicfédéraldel’Emploi,duTravailetdelaConcertationsociale
ServicedesRelationscollectives–Commissionparitairedesétablissementsetdesservicesdesanté–CP330
M. Hubin‐Dauby (effectif) Ch. Castermans (effectif) P. Smiets (suppléant) D. Henrard (suppléant) ConseilsupérieurpourlaPréventionetlaProtectionautravail
A. Dewaele (suppléant) (mandat UNISOC). D.FondssociauxduSecteurnon‐marchand
AssociationdesFondssociauxduSecteurnon‐marchand(AFOSOC)
- Bureau politique : M. Hubin‐Dauby (effectif) - Assemblée générale : Ch. Castermans (effectif) - Conseil d’Administration : Ch. Castermans AssociationdesFondssociauxFédérauxetBicommunautaires(FE.BI)
Assemblée générale et Conseil d’Administration : Ch. Castermans et M. Hubin‐Dauby (effectif) 
Fonds de sécurité d’existence – Groupes à risque o Hôpitaux privés (FSHP) – M. Hubin‐Dauby (Présidente) o Secteur MR‐MRS (FSMR‐MRS) – Ch. Castermans (Vice‐Présidente) o Secteur ESS (résiduaire 330) – Ch. Castermans (membre)  Fonds de sécurité d’existence – Maribel social (330) : M. Hubin‐Dauby – Ch. Castermans (membres) o Chambre 1 Hôpitaux – M. Hubin‐Dauby (Présidente) o Chambre 2 MR‐MRS – Ch. Castermans o Chambre 4 Centres de revalidation – Ch. Castermans o Chambre résiduaire 5 Etablissements et services de santé – Ch. Castermans o Chambre 7 Habitations protégées, maisons médicales et services du sang de la Croix‐rouge – Ch. Castermans 
Fonds intersectoriels des services de santé – FINSS M. Hubin‐Dauby (Administrateur) Fonds d’Epargne sectoriel des secteurs fédéraux P. Smiets (Administrateur) Fonds de Pension du secteur non‐marchand P. Smiets (Administrateur) IF.IC. asbl M. Hubin‐Dauby (Administrateur) 98 F.I.H. – Rapport d’activité 2013 E.MinistèresdelaRégionwallonneetdelaFédérationWallonie‐Bruxelles
Conseilwallondel’ActionsocialeetdelaSanté(CWASS)
Effectifs : P. Smiets ; Ch. Castermans CommissionwallonnedelaSanté(CWS)
P. Smiets (Vice‐Président) Effectifs/Suppléants : P. Smiets/J‐Cl. Frogneux ; D. Martin/A. Javaux ; Ch. Denée/R. Keivers ; F. Pitz (suppléant) Commissionwallonnedesaînés(CWA)
Ch. Castermans (Vice‐Présidente) Effectifs/Suppléants : Ch. Castermans/F. Virone ConseilCommunautairedesétablissementsdesoins(CCES)
Effectif/suppléant : P. Smiets/A. Hotterbeex F.Autresmandats
Agencewallonnedeluttecontrelamaltraitancedespersonnesâgées
Ch. Castermans (Vice‐Présidente) CaritasCatholicaBelgica
P. Smiets (Administrateur) CaritasCatholicaenCommunautéfrançaiseetgermanophone
P. Smiets (Vice‐Président) et S. Mercier (Administrateur) CentrederéférenceenSantémentale(CRéSAM)
D. Henrard (Administrateur ‐ Trésorier) Comitéd'EntentedesEmployeursdesservicesdesanté
M. Hubin‐Dauby et Ch. Castermans (effectifs) CommissionduRéseauSantéLouvain(RSL)
P. Smiets (effectif) CommissionInterdiocésainedesPastoralesdelaSanté(CIPS)
B. Jacquemin Confédérationnationaledesétablissementsdesoins(CNES)
P. Smiets, D. Henrard, A. Monhonval ConseilsupérieurdesVolontaires
B. Jacquemin
F.I.H. – Rapport d’activité 2013 99 FondsdesAccidentsmédicaux
A. Dewaele FondsdesAffectionsRespiratoiresasbl
P. Smiets FondsPrixTrèsRévérendeSœurDrJulesMarieHeymans
A. Hotterbeex (Administrateur) InforHomesWallonie
A. Hupé (Administrateur) Plate‐formefrancophoneduVolontariat
B. Jacquemin (Administrateur) UniondesentreprisesàprofitsocialenRégionwallonne(UNIPSO)
P. Smiets et D. Henrard (Administrateurs) Uniondesentreprisesàprofitsocialaufédéral(UNISOC)
P. Smiets G.Mandatsinternationaux
Fédérationinternationaledeshôpitaux(F.I.H.)
FédérationmondialepourlaSantémentale
SantémentaleEurope
ComitéhospitalierdelaCommunautéEuropéenne
Ethicaclinica‐Comitéscientifique
100 F.I.H. – Rapport d’activité 2013 Annexe 3 : Index 2013 des notes d’information A. Secteur hospitalier – Normes d’agrément Numéro Titre 2013/028 Normes d’agrément des laboratoires de biologie clinique 2013/057 Service Sp psychogériatrique : assouplissement des normes et harmonisation des dénominations 2013/055 Assouplissement des règles de reconversion en lits A dans les hôpitaux généraux 2013/086 Programme de soins d’oncologie : accompagnement psychosocial et datamanager B. Secteur Hospitalier – Financement Numéro Titre 2013/009 Suppléments d’honoraires à l’hôpital et autres dispositions diverses en matière d’accessibilité en soins de santé 2013/011 Modification de l’arrêté budget des moyens financiers suite aux arrêts du Conseil d’Etat de 2009 et 2010 2013/032 Budget global du Royaume pour les frais de fonctionnement des hôpitaux pour l’exercice 2013 2013/037 Modalités d’indexation des forfaits de dialyse 2013/038 RHM : transmissions des données de facturation pour les patients étrangers 2013/039 Budget des moyens financiers – Taux d’intérêt (A2) 2013/084 Transmission des données RHM à partir de 2012 2013/112 Prix de la journée d’entretien en cas d’hospitalisation à l’étranger en 2014 C. Secteur Hospitalier – Urgences – Soins intensifs Numéro Titre 2013/024 Fonctions SUS et SMUR ‐ prolongation des mesures transitoires 2013/083 La force probante des documents électroniques 2013/093 Transport médico‐sanitaire – Code wallon de l’Action Sociale et de la Santé 2013/111 Aide médicale octroyée par les CPAS dans le cadre du projet Médiprima 2013/116 Subvention des services ambulanciers pour l'organisation d'une permanence (AMU) F.I.H. – Rapport d’activité 2013 101 D. Secteur Personnes âgées Numéro Titre 2013/002 AR du 4 décembre 2012 ‐ Financement des soins alternatifs et de soutien aux soins à des personnes âgées fragiles 2013/007 Avenant n° 8 au Protocole 3 relatif à la politique de santé à mener à l’égard des personnes âgées 2013/012 Nouvelle appellation pour les catégories prises en charge en centre de soins de jour 2013/020 Contrôle Kappa ‐ Catégorie de dépendance D 2013/026 Décret du 21 février 2013 – Résidence‐services sociale 2013/041 Prise en compte des membres du personnel soignant dans les normes des MRPA – MRS et CSJ 2013/049 Avenant à la convention nationale du 2 décembre 2011 entre MRPA ‐ MRS ‐ CSJ ‐ OA 2013/065 Requalifications – adaptation du montant d’intervention forfaitaire 2013/073 Politique de soins médico‐pharmaceutique dans les MRPA et les MRS – Appel à projet 2013/077 AR du 17 août 2013 – Financement de soins alternatifs et de soutien aux soins à des personnes âgées fragiles 2013/087 Code réglementaire wallon de l’Action sociale et de la Santé : les Aînés 2013/099 Financement de soins alternatifs et projets de catégorie 2 2013/100 Avenant n° 9 au Protocole 3 relatif à la politique de santé à mener à l’égard des personnes âgées 2013/101 Monitoring sur l’évolution des agréments en MRPA, MRS et CS 2013/102 Convention MRPA‐MRS‐CSJ/OA et financement des aides‐soignants 2013/114 Financement des patients D en 2014 – Formation du référent pour la démence E. Secteur Santé mentale 102 Numéro Titre 2013/001 Report de l’entrée en vigueur de la loi du 21 avril 2007 relative à l’internement des personnes atteintes d’un trouble mental 2013/013 Déclaration conjointe pour la réalisation de réseaux et de circuits de soins en santé mentale pour enfants et adolescents 2013/021 Nomenclature des prestations de santé en matière d’assurance obligatoire soins de santé, relative à la psychiatrie infanto‐juvénile 2013/058 Convention MSP/OA : amélioration de l’accessibilité financière en MSP 2013/059 Convention établissements psychiatriques/OA : postcure 2013/071 Troubles liés aux substances et problèmes d’assuétude 2013/105 Utilisation du registre TDI dans le cadre du Plan drogues F.I.H. – Rapport d’activité 2013 F. Multisectoriel – Médicaments – Officines Numéro Titre 2013/060 Médicaments ‐ exécution du système de gestion des risques et de pharmacovigilance 2013/048 Expérimentations sur la personne humaine – Modification de la définition et des missions du Comité d’éthique – Adaptation des redevances G. Multisectoriel – Personnel – Soignants Numéro Titre 2013/034 Agrément des logopèdes et orthoptistes 2013/042 Enregistrement comme aide‐soignant – accès à la profession 2013/047 Titre et qualification particuliers en santé mentale et psychiatrie : critères d’agrément 2013/053 Commission d’agrément pour les praticiens de l’art infirmier – nouvelles dispositions 2013/056 Procédure de reconnaissance des qualifications professionnelles relatives aux soins de santé acquises au sein de l’Union européenne (UE) 2013/062 Pratique de la médecine et chirurgie esthétique ‐ Réglementation 2013/075 Qualification professionnelle particulière en soins palliatifs – critères d’agrément 2013/081 Mise à jour des FAQ « Plan d’attractivité de la profession infirmière » 2013/082 Primes pour titres et qualifications professionnels particuliers ‐ Indexation 2013/083 La force probante des documents électroniques 2013/085 Agrément des praticiens de l’art dentaire et maîtres de stage 2013/115 Agrément des technologues en imagerie médicale et laboratoire médical H. Multisectoriel – Matières sociales – Emploi Numéro Titre 2013/005 Pensions ‐ mesure transitoire complémentaire ‐ arrêté royal du 20 décembre 2012 2013/006 Loi du 27 décembre 2012 – Obligation d’enregistrement électronique des présences sur chantier temporaire ou mobile de plus de 1000 m² 2013/010 Cotisations de sécurité sociale au 1er janvier 2013 2013/014 Plan pour l’emploi des travailleurs âgés dans l’entreprise 2013/015 O.N.S.S. ‐ Réduction des cotisations personnelles de sécurité sociale en faveur des travailleurs ayant un bas salaire ‐ Bonus à l’emploi ‐ Modifications au 1er janvier 2013 2013/016 Frais de déplacement : indemnité vélo pour l’exercice d’imposition 2014 ‐ Revenus 2013 2013/025 O.N.S.S. ‐ Réductions de cotisations patronales de sécurité sociale ‐ modifications au 1er janvier 2013 2013/027 Périodes assimilées pour le calcul de la pension – exécution de la loi du 28 décembre 2011 F.I.H. – Rapport d’activité 2013 103 2013/029 Cotisations de sécurité sociale au 1er avril 2013 2013/030 Mesures à l’encontre des employeurs de ressortissants de pays tiers en séjour illégal 2013/040 CCT n° 105 : Régime de chômage avec complément d’entreprise (prépension) pour certains travailleurs âgés moins valides à partir du 1er janvier 2013 2013/043 O.N.S.S. ‐ Réduction des cotisations personnelles de sécurité sociale en faveur des travailleurs ayant un bas salaire ‐ Bonus à l’emploi ‐ Modifications au 1er avril 2013 2013/044 Régime de chômage avec complément d'entreprise (Prépension) : fixation des droits par « cliquet » 2013/046 CCT n° 106 : Régime de chômage avec complément d'entreprise (Prépension) : 56 ans, 33 ans de carrière et 20 ans de travail de nuit 2013/050 Marge maximale pour l’évolution du coût salarial fixée à 0% pour les années 2013 et 2014 2013/061 Cotisations de sécurité sociale au 1er juillet 2013 2013/064 Usage professionnel d’un véhicule privé 2013/070 Statut unique ouvrier ‐ employé 2013/074 Travail autorisé pour les pensionnés – Cumul des rémunérations 2013/078 Lutte contre l’écart salarial entre hommes et femmes : rapport d’analyse et médiation 2013/079 Mesures transitoires en matière de pension anticipée 2013/080 Nouvelles mesures concernant les Aides à la Promotion de l’Emploi (APE) 2013/081 Mise à jour des FAQ « Plan d’attractivité de la profession infirmière » 2013/082 Primes pour titres et qualifications professionnels particuliers ‐ Indexation 2013/088 Vacances annuelles : divers assouplissements 2013/089 Titre‐repas – durée de validité 12 mois 2013/095 O.N.S.S. ‐ Réduction groupe‐cible « demandeur d’emploi de longue durée » (extension du plan Activa) 2013/097 Contrats de travail : indexation au 1er janvier 2014 des montants de rémunération 2013/103 Les indemnités soumises aux cotisations ONSS 2013/104 Le congé‐éducation payé au 1er septembre 2013 2013/106 Vacances annuelles : modification du « décompte de décembre » à partir de 2014 I. Multisectoriel – Bien‐être au travail 104 Numéro Titre 2013/006 Loi du 27 décembre 2012 – Obligation d’enregistrement électronique des présences sur chantier temporaire ou mobile de plus de 1000 m² 2013/018 Formation des conseillers en prévention 2013/019 Maladies professionnelles ‐ tuberculose 2013/052 Projet‐pilote d’intervention ergonomique (de niveau II) visant à prévenir l’aggravation des maladies dorsales F.I.H. – Rapport d’activité 2013 2013/063 La prévention des blessures par objets tranchants (accidents de piqûres) 2013/108 Le Plan national « Multidrug Resistant Organisms » (MDRO) J.
Multisectoriel – Matières techniques Numéro Titre 2013/022 Prescriptions minimales de sécurité des installations électriques sur les lieux de travail K. Multisectoriel – Commission paritaire 330 Numéro Titre 2013/051 CCT du 13 mai 2013 relative à l’instauration et au fonctionnement de l’équipe mobile 2013/054 Signature de conventions collectives de travail au sein de la Commission paritaire des établissements et des services de santé en date du 13 mai 2013 2013/054 Signature de conventions collectives de travail au sein de la Commission paritaire des établissements et des services de santé en date du 13 mai 2013 2013/054 Signature de conventions collectives de travail au sein de la Commission paritaire des établissements et des services de santé en date du 13 mai 2013 2013/070 Statut unique ouvrier ‐ employé 2013/091 Crédit‐temps ‐ Convention collective de travail du 2 octobre 2013 2013/092 RCC : prolongation des systèmes sectoriels existants ‐ obligation de remplacement 2013/094 RCC ‐ Enregistrement des CCT du 2 octobre 2013 2013/096 Primes d’attractivité et de fin d’année 2013/107 Les « groupes à risque » (GAR) en 2013 L. Multisectoriel – Assurance maladie‐invalidité – INAMI Numéro Titre 2013/008 Systèmes des montants de référence ‐ Introduction de l’hôpital de jour et de la période de carence 2013/017 Accord médico‐mutualiste 2013‐2014 – Impact sur le budget des soins de santé 2013 2013/031 Fonds des accidents médicaux (FAM) : nouveau service de l’INAMI 2013/033 Conditions auxquelles les laboratoires de biologie clinique doivent répondre en vue de l’intervention de l’assurance obligatoire soins de santé pour les prestations de biologie clinique 2013/035 Modification du système des montants de référence 2013/072 INAMI – Intervention pour l’hadronthérapie en Belgique et à l’étranger ; convention article 56/modèle expérimental F.I.H. – Rapport d’activité 2013 105 2013/098 Les prestations de santé dispensées à l’étranger 2013/113 Prix de la journée d’entretien en cas d’hospitalisation à l’étranger en 2014 M. Multisectoriel – ASBL – Marchés publics Numéro Titre 2013/023 Publication de l’A.R. établissant les règles générales d’exécution de la nouvelle réglementation sur les marchés publics 2013/036 L’e‐greffe et les modifications apportées aux obligations comptables et à la publicité des comptes annuels des asbl 2013/066 Marchés publics – Groupements et associations – Centrales de marchés 2013/067 Marchés publics – Présentation de la nouvelle réglementation relative aux marchés publics 2013/068 Marchés publics – Entrée en vigueur de la nouvelle réglementation : conséquences concrètes et quelques rappels/conseils 2013/069 Marchés publics – Adaptation des montants des seuils européens au 11/07/2013 N. Multisectoriel – Médecine – Ethique – eHealth Numéro Titre 2013/003 ACCIDENTS MEDICAUX – Loi du 31 mars 2010 relative à l’indemnisation des dommages résultant des soins de santé – en vigueur depuis le 1er septembre 2012 2013/031 Fonds des accidents médicaux (FAM) : nouveau service de l’INAMI 2013/045 Fourniture d’avis médicaux consécutive à une demande individuelle pour une fin de vie choisie par le patient lui‐même 2013/062 Pratique de la médecine et chirurgie esthétique ‐ Réglementation 2013/083 La force probante des documents électroniques 2013/109 Le Plan national « VIH » O. Multisectoriel – Loi programme – Loi santé – loi portant des dispositions diverses Numéro 106 Titre 2013/009 Suppléments d’honoraires à l’hôpital et autres dispositions diverses en matière d’accessibilité en soins de santé 2013/025 O.N.S.S. ‐ Réductions de cotisations patronales de sécurité sociale ‐ modifications au 1er janvier 2013 2013/031 Fonds des accidents médicaux (FAM) : nouveau service de l’INAMI 2013/035 Modification du système des montants de référence F.I.H. – Rapport d’activité 2013 2013/048 Expérimentations sur la personne humaine – Modification de la définition et des missions du Comité d’éthique – Adaptation des redevances 2013/070 Statut unique ouvrier ‐ employé 2013/079 Mesures transitoires en matière de pension anticipée 2013/107 Les « groupes à risque » (GAR) en 2013 2013/110 Note d’orientation sur les maladies chroniques F.I.H. – Rapport d’activité 2013 107 Annexe 4 : Index 2013 des Infos rapides Date Thème
16/01/2013
Modification du tableau 13 Finhosta – Révision 2007/2008 (Directions des Hôpitaux généraux et psychiatriques, Membres de la Commission Personnel et de la Commission Gestion) 24/01/2013
Action intersectorielle nationale le 5 février 2013 (tous secteurs) 28/01/2013 Accord médico‐mutualiste 2013‐2014 – Impact sur le budget des soins de santé 2013 (Secteur hospitalier) 11/02/2013 Manifestation interprofessionnelle du front commun syndical le 21 février 2013 12/02/2013 Manifestation interprofessionnelle du front commun syndical le 21 février 2013 13/02/2013 Manifestation interprofessionnelle du front commun syndical le 21 février 2013 1/03/2013 Actions syndicales les 13 et 14 mars 2013 : courriers de la CNE 11/03/2013 Manifestation interprofessionnelle le 14 mars 2013 13/03/2013
Action syndicale le 26 mars 2013 5/04/2013 INAMI ‐ Projet de recherche « Revalidation oncologique » ‐ Troisième phase 8/04/2013 Plan d’actions de la FGTB ‐ préavis de grève 16/04/2013 Journée d’actions et de grèves le jeudi 25 avril 2013 25/04/2013 A l’attention de la Direction des hôpitaux généraux et psychiatriques : Mesures d’économie suite au conclave budgétaire de mars 2013 28/05/2013 Manifestation interprofessionnelle le 6 juin 2013 28/05/2013 Manifestation et autres actions syndicales annoncées par la FGTB 11/07/2013 Préavis de grève du front commun syndical à la Commission paritaire 330 24/07/2013 Manifestation de la CNE et du SETCA le 27 juin 2013 3/10/2013 Accord en Commission paritaire 330 et levée du préavis de grève 7/11/2013 CCT du 7 novembre 2013 concernant l'harmonisation des barèmes des aides‐
soignants 15/11/2013 Titre et qualification particulière en santé mentale et psychiatrie 108 F.I.H. – Rapport d’activité 2013 

Documents pareils