étymologie thématique

Commentaires

Transcription

étymologie thématique
étymologie
thématique
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
2
Étymologie thématique
histoire des mots et des choses
Nous allons découvrir les racines du français à travers l’histoire des mots et de ce qu’ils expriment.
Chaque chapitre est organisé autour d’un thème qui donnera l’occasion d’explorer les étymologies,
les familles de mots et leur évolution dans l’histoire.
Sommaire
page
1.
Le pain et le vin
4
2.
Les épices
12
3.
Les noms de personnes
18
4.
L’art
27
5.
La politique
39
6.
L’amour
46
7.
La guerre et la paix
52
8.
Les couleurs
61
9.
Dieu
70
10. Le corps
78
11. Café, thé et chocolat
84
12. La littérature
89
13. Villes, régions, pays
97
14. Le temps
107
15. Masculin et féminin
114
16. Japonais et français
121
17. Les animaux
125
18. Les sciences et les inventions
136
19. La musique
142
20. Les fêtes
145
21. Le parfum
151
22. La néologie
158
23. Le cinéma
169
24. L'histoire
176
25. La cuisine
184
26. La santé
191
27. Le vêtement
195
28. L'Église
201
29. La philosophie
209
30. Caractères et sentiments
217
31. Herbes et aromates
223
32. Le théâtre
229
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
3
page
33. La folie
237
34. L’école
245
35. La Révolution
250
36. La magie
259
37. Le droit
267
38. La vie et la mort
274
39. La danse
279
40. Le bien et le mal
285
41. La pâtisserie
290
42. L'architecture
297
43. L’artisanat et l’industrie
302
44. Le livre
313
45. La géographie mondiale
321
46. La famille
329
47. Les contes
338
48. La poésie
344
49. L’économie et le commerce
354
50. La chanson
363
Références
372
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
4
1. le pain & le vin
Le pain et le vin sont, dans la civilisation et l’histoire françaises, les deux éléments essentiels de la
nourriture, le manger et le boire par excellence.
Leurs racines plongent au plus profond des origines de notre culture. Ils sont déterminants tout
autant au point de vue de la civilisation concrète (nourriture, mode de vie) que de la culture, des
représentations mentales et de la religion.
1. Le pain
Activité 1 : remue-méninges
Recherchez tous les mots ou locutions que le mot « pain » évoque pour vous. Notez à gauche les
mots de la famille de pain, au milieu les mots qui ont un rapport de sens, à droite les locutions.
exemple
Mots apparentés
Mots en rapport
avec le pain
Locutions
Grille-pain
boulanger
pain de mie
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
5
Fiche étymologique
le pain
Définitions
sens propre
sens figuré
Mélange d’eau, de farine, de sel, de levain ou de levure (la pâte) mis en forme et
cuit.
Nourriture
Origine
Autres langues
latin
japonais
grec
anglais
allemand
panis
パン、食パン
artos 
bread
Brot
italien
espagnol
portugais
pane
pan
pão
Mots apparentés
panier, panifier, panification, copain, compagnon, compagne, compagnie, panade, paner, pastille,
pastel
Notes étymologiques
パン
lord, lady
bread
panier
copain
compagnon,
compagne
compagnie
panade
paner, panure
pastille
pastel
Le mot japonais パン est hérité du portugais pão, prononcé /pan/ comme dans
São Paolo (/san paolo/).
Les mots lord et lady en anglais viennent de l’ancien anglais hláf, « le pain ».
Ce mot a donné le mot loaf en anglais moderne (« miche »).
Lord en ancien anglais se dit hláford, hláfweard, « gardien (weard) du pain ».
weard est un mot germanique de la famille de garde, gardien et aussi jardin.
La forme ancienne de lady est hlaéfdize, « qui pétrit le pain ».
Le mot anglais bread (apparenté à l’allemand Brot) vient de l’ancien anglais
breowan. brew, de la même famille, exprime la fermentation. Il a une origine
indo-européenne commune avec le latin fervere, « bouillir », qui a donné en
français ferveur et fermenter.
Du latin panarium, « corbeille à pain », dérivé de panis, « pain ».
Jusqu’au XXe siècle on disait compain. Ancien français cumpainz (1080), du latin
companio.
Le mot est un calque d’un mot gotique apporté par les soldats germaniques
incorporés aux armées romaines à l’époque du Bas-Empire. Ce mot, gahlaiba,
est composé de ga- (« avec ») et hlaifs (« pain »), apparenté à l’ancien anglais
hláf.
Au Moyen Age, on utilisait des tranches de pain à la place d’assiette, chaque
tranche servant à deux personnes. Le copain est donc le voisin de table : le
partage de la nourriture est étroitement associé à l’amitié, l’intimité.
Compagnon est issu de companionem, accusatif de companio. L’ancien français
avait gardé deux cas (contre 7 en latin) : le cas sujet cumpainz (d’où copain) et
le cas régime (complément) cumpagnum qui est devenu compagnon.
C’est un exemple de mot d’ancien français dont la forme sujet et la forme
régime ont donné chacun un mot différent en français moderne (comme sire et
seigneur)
D’abord dans le sens d’être avec quelqu’un (être en bonne compagnie), le sens
a évolué vers un groupe organisé dans un but particulier, notamment
commercial (compagnie d’assurance, compagnie théâtrale).
Du provençal panado, dérivé de pan, « pain ». On remarque que le suffixe Ŕade
est typique du provençal (aubade, cantonade).
Enrober les aliments de mie de pain pour les faire frire : escalope panée
Du latin pastellum, « petit pain ».
De l’italien pastello, « petit gâteau », puis « bâtonnet de couleur ».
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
6
Famille sémantique
pâte pétrir pétrin
blé céréale froment seigle orge sarrasin
farine meule moulin meunier moudre
levain levure lever fermenter
boulanger mitron
tartine, tranche, mie, croûte, miette
miche, baguette, croissant, viennoiserie
Le pétrissage est l’action de mélanger, travailler la
pâte à pain. Le pétrin est le récipient pour pétrir la
pâte. Pétrin vient du latin pistor, le boulanger.
Toutes les céréales ne sont pas panifiables : on ne
peut pas faire de pain avec du riz ou du maïs.
Le froment est une variété de blé. Autrefois on
cultivait aussi l’épeautre, plus résistant mais de
qualité inférieure. Il a presque entièrement disparu.
On fait aussi du pain de seigle(ライ麦), et autrefois de
sarrasin (ソバ) et d’orge (大麦).
farine vient du latin far, « blé ». La meule est l’outil
qui permet de moudre le blé, et le moulin l’endroit
où on le fait. Les moulins ont d’abord été activés par
les rivières puis, après les croisades, par le vent. Le
meunier est celui qui fait la farine.
Le levain est une partie de la pâte fermentée
précédente qu’on garde pour ensemencer la suivante.
Le mot boulanger est un mot d’origine picarde (la
Picardie est la région située au nord de la région
parisienne. Il vient d’un mot germanique signifiant
« boule ».
tartine vient du mot tarte et signifie une tranche de
pain sur laquelle on étale un produit (beurre,
confiture, etc.). La mie est la partie intérieure du
pain, la croûte l’extérieur. mie a donné miette, petits
morceaux résultant de la découpe du pain.
Le vocabulaire des différentes formes et spécialités
de pain est très riche. Comme mie, miche vient du
latin mica qui signifie « miette ». baguette est un mot
d’origine italienne. croissant signifie la forme de la
lune quand elle croît, c'est-à-dire dans sa première
phase. Le croissant est une spécialité d’origine
autrichienne (d’où le nom de viennoiserie).
Locutions
gagner son pain
gagner sa vie (argent)
enlever le pain de la bouche de retirer à quelqu’un ce qui lui est dû
quelqu’un
se vendre comme des petits pains
se vendre bien
avoir du pain sur la planche
avoir beaucoup de travail à faire
ne pas manger de ce pain-là
s’utilise pour refuser une proposition malhonnête
ou déshonorante
faire perdre le goût du pain à quelqu’un tuer quelqu’un
ça ne mange pas de pain
Ca ne prête pas à conséquence (familier)
pour une bouchée de pain
très bon marché
mettre un pain à quelqu’un
Frapper quelqu’un (familier ou vulgaire)
Proverbes, citations
L’homme ne vit pas que pain, mais de
toute parole qui sort de la bouche de
Dieu.
Le peuple ne désire ardemment que
deux choses : du pain et des jeux (en
latin : panem et circenses).
Histoire
Cette phrase tirée de l’Ancien Testament
(Deutéronome) a été reprise dans les Evangiles.
Phrase de Juvénal au premier siècle. Il décrit et
critique la réalité sociale de la Rome impériale ou
le peuple de la ville recevait gratuitement
nourriture et distractions (les jeux du cirque).
Aujourd’hui l’expression renvoie à une politique
populiste.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
7
Origines
L’histoire du pain se confond avec celle du blé, dont la domestication remonte à plus de 12 000
ans. Avant le pain, il y a eu des bouillies, puis des galettes. Il est impossible de dater l’apparition
du pain mais il existait à l’époque de l’Egypte antique. Le mot pyramide vient du mot grec
puramidis qui signifie une sorte de gâteau, de puros, le blé. On pense que les pyramides avaient la
forme de plusieurs moules à gâteaux mis en tas.
Boulangerie grecque et gauloise
Les Grecs étaient d’excellents boulangers et ont introduit leur technique en Italie et en Gaule à
travers les établissements grecs de Massilia (Marseille), Nikae (Nice) et Agathè (Agde). Les Gaulois
sont devenus à leur tour des maîtres de cet art (et le sont restés jusqu’à aujourd’hui). A l’époque
de l’empereur Auguste (Ier siècle), les boulangeries de Rome étaient toutes tenues par des Grecs ou
des Gaulois.
L’histoire du croissant
En 1683, l’armée turque du grand vizir ottoman Kara Mustafa a attaqué l’Autriche, son principal
ennemi en Europe, et a assiégé la ville de Vienne avec une armée de 180 000 hommes de juillet à
septembre. Le 12 septembre, à la bataille de Kahlenberg, le roi polonais Jean III venu au secours
des Autrichiens bat les turcs et libère Vienne. Pour célébrer cette victoire, un boulanger invente un
gâteau en forme de croissant de Lune, symbole de l’Islam : c’est la victoire du christianisme sur
l’Islam en Europe.
Valeur symbolique et culturelle
Le pain est la base de l’alimentation, la nourriture par excellence. Le pain est digne du plus grand
respect et est une nourriture sacrée.
Autrefois, avant de manger le pain, on traçait une croix dessus.
Le pain est donné traditionnellement comme offrande à Dieu.
Dans la tradition chrétienne, le pain joue un rôle très important. Le rituel de la messe est organisé
autour de son acte principal, l’eucharistie ou communion. Lors de ce rituel, les croyants avalent un
morceau de pain appelé l’hostie en souvenir de Jésus. La veille de sa mort, lors de son dernier avec
ses disciples (la Cène) Jésus avait demandé de faire ce geste en sa mémoire.
Le mot hostie signifie victime et rappelle le sacrifice de Jésus. L’hostie ne contient ni levure ni
levain, car la fermentation est considérée comme impure, donc indigne de Dieu.
De même, lors de leurs fêtes religieuses, les Juifs utilisent du pain azyme, c’est-à-dire non
fermenté (du grec a-, « sans » et zumè, « levain » (d’où vient également le mot enzyme).
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
8
2. Le vin
Activité 2 : discussion et réflexion : la symbolique du vin
Que représente le vin (ou l’alcool) au Japon ? Quelles sont les valeurs traditionnelles qui y sont
attachées ? A quels rites religieux est-il lié ?
En Occident, à quels rites le vin est-il associé ? Le vin a-t-il une symbolique positive ou négative ?
Quelles idées, valeurs, ou personnages y sont associés ?
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
9
Fiche étymologique
le vin
Définitions
sens propre
boisson alcoolisée obtenue par la fermentation du raisin
sens étendu
toute boisson alcoolisée obtenue par fermentation naturelle
Origine
Autres langues
latin
japonais
grec
anglais
allemand
vinum
ワイン、ぶどう酒、酒
oinos (οίνος)
wine
Wein
italien
espagnol
portugais
vino
vino
vinho
Mots apparentés
vigne vignoble vigneron vignette vinification aviné vinaigre vinyle vendange vintage vendémiaire
œnologie œnologue
Notes étymologiques
vinum, oinos
vigne
vignette
vinification
vinaigre
vendange
vintage
vendémiaire
vinyle
Tous les mots précédents sont issus soit du latin vinum, sauf œnologie et
œnologue, tiré du grec oinos. Les deux mots ont une racine commune qui n’est
sans doute pas indo-européenne car elle se retrouve dans l’hébreu yayin.
Le mot latin vinum signifie à la fois le vin et le raisin. vinum se prononce en
latin /winum/, ce qui explique la prononciation anglaise /wajn/, et donc
japonaise. En allemand (/vajn/) et dans les langues romanes, la prononciation
/w/ a évolué en /v/.
Du latin vinea, dérivé de vinum. Le vigneron fait pousser la vigne, le vignoble
est un territoire où est cultivée la vigne.
Une vignette est aujourd’hui un petit morceau de papier portant une
inscription. A l’origine, il s’agit d’une décoration en forme de feuille de vigne,
puis d’une illustration dans un livre. Le mot été longtemps utilisé pour désigner
un autocollant mis sur le pare-brise d’une voiture comme preuve de paiement
de la taxe automobile (abolie en 2001).
la vinification est le processus de fabrication du vin
Composé français de vin et aigre, « acide ». vinaigre a remplacé l’ancien
français aisil, issu du latin acetum. Le vinaigre est le résultat de la fermentation
acétique qui a lieu au contact de l’air.
La vendange est la récolte du raisin. Le mot vient du latin vindemia, de vinum
(« raisin ») et demere (« enlever »).
Le mot a donné vintage en anglais avec le sens de « millésime » (vendange
d’une année précise). Le mot vintage est revenu en français pour parler
d’articles produits en série limitée.
En 1793, Fabre d’Eglantine a repris le mot latin vindemia pour créer le mot
vendémiaire, nouveau nom du mois de septembre dans le calendrier
révolutionnaire.
Le vinyle est un élément chimique organique tiré de l’alcool utilisé dans les
matières plastiques.
Famille sémantique
viticole, viticulture
millésime, cru, terroir
La viticulture est la culture de la vigne, du latin
vitis, autre nom de la vigne en latin.
De manière étonnante, vitis et vigne n’ont pas de
rapport étymologique. En revanche, vitis est
apparenté au mot vis, et évoque la forme en tirebouchon des pousses de vigne.
millésime vient du latin millésime et signifie à
l’origine le numéro de l’année (qui, après l’an 1000
commençaient toujours par mille), et donc l’année
Sébastien Jaffrédo
raisin treille cépage
sommelier
tonneau, fût, barrique
Etymologie thématique
10
de production d’un vin. Les vins français sont
généralement millésimés (tous les jus sont de la
même année), sauf le champagne qui est le produit
d’un assemblage de jus d’années différentes. il
existe aussi cependant du champagne millésimé.
Le mot cru vient du verbe croître et désigne, à
l’origine, la végétation qui pousse dans un endroit.
En matière de vin, un cru est un vignoble défini
produisant un vin aux qualités distinctives.
Le terroir est l’environnement où pousse la vigne :
sol, sous-sol, conditions d'irrigation, orientation et
moyenne d'ensoleillement.
Le raisin (du latin racimus, grappe) est le fruit de la
vigne. La vigne est une liane, une plante parasite
des arbres, qui donc besoin d’un support pour
pousser : la treille. Le cépage est la variété de la
vigne :
pinot,
cabernet,
merlot
(rouges),
chardonnay (blanc).
Le sommelier est à l’origine un conducteur de chars
à bœufs (on les appelle des bêtes de somme) qui
faisait les livraisons de vin.
Le tonneau est typique de la civilisation gauloise et
son nom est une survivance celtique. Il est aussi
appelé fût, ou barrique (qui a donné le mot
barricade).
Locutions
mettre de l’eau dans son vin
avoir le vin mauvais
cuver son vin
abaisser ses exigences
devenir agressif sous l’effet de l’alcool
dormir pour faire passer l’ivresse
Proverbes, citations
Quand le vin est tiré, il faut le boire
se dit d'une affaire où l'on se trouve trop engagé
pour reculer
Histoire
L’histoire du vin est très ancienne. Elle épouse celle de la civilisation méditerranéenne. On trouve
des mentions sur le vin dans les premiers textes connus, en Mésopotamie au IIIe siècle avant JC. La
culture du vin passe en Egypte puis, par les peuples de la mer, en Crète. On connaît le rôle que la
Crète a joué aux premiers temps de la civilisation grecque (sa domination est explicite dans la
légende du Minotaure) et c’est aussi par elle que les Grecs ont connu la vigne et le vin.
A leur tour, par leur expansion dans toute la Méditerranée et jusqu’en mer Noire, les Grecs ont
diffusé la culture de la vigne. Le vin est une base essentielle de la civilisation grecque.
Les Grecs fabriquaient un vin très fort, cuit plusieurs fois pour le préserver, et aromatisé d’herbes.
Il se buvait coupé d’eau (un peu comme le pastis français ou l’ouzo grec).
Comme toujours, c’est par les colonies grecques d’Italie que les Romains ont découvert le vin. Aux
premiers temps de la République, ils s’étaient contentés de bière, boisson plus universelle et
ancienne que le vin. Mais ils ont vite appris à l’apprécier et ont, à leur tour, développé la vigne
dans les territoires qu’ils ont conquis : Tunisie, Espagne, Gaule.
Les Gaulois ont découvert la vigne avec l’arrivée des Grecs dès le VIIe siècle avant Jésus-Christ. Mais
c’est la conquête romaine en -54 qui a été le début de la plantation systématique de vigne en
France.
Le développement du christianisme a accéléré cette tendance : le vin, essentiel pour la messe, a
été fabriqué partout, jusqu’en Normandie et en Picardie.
Champagne
La Champagne est la région située au nord de la Bourgogne, entre la Lorraine et le bassin parisien.
Elle tient son nom du latin campania, qui signifie une région de terres planes et sèches. Ce sont les
soldats romains qui lui ont donné ce nom et peut-être aussi y ont les premières vignes. C’est dans
sa capitale, Reims, que les rois de France étaient sacrés, et le vin de Champagne est devenue une
tradition royale. Le vin de champagne le plus apprécié était un vin rosé très léger, presque gris
(d’où l’adjectif grisant, « enivrant »). A l’époque de Louis XIV, il était très demandé, mais, fabriqué
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
11
à partir de raisin blanc, il était difficile d’en produire beaucoup, car le raisin blanc mûrit moins
facilement que le raisin noir, et le climat de la Champagne est peu ensoleillé. Dom Pérignon,
intendant du monastère de Hautvillers près d’Epernay, a inventé une méthode pour fabriquer du vin
gris à l’aide de raisin noir, et donc de produire beaucoup plus. Il a assuré ainsi la fortune du
monastère. Mais cet homme remarquable a fait beaucoup plus : il a inventé la champagne tel que
nous le connaissons, c'est-à-dire pétillant.
Le vin pétillant se produisait parfois accidentellement, mais personne n’avait réussi à maîtriser sa
fabrication : il a réussit à le faire en couchant les bouteilles vers le bas. Il a ainsi inventé le vin le
plus célèbre du monde.
Valeur symbolique et culturelle
Le vin, par l’ivresse qu’il procure, rend l’homme plus proche de Dieu : l’ivresse était ressentie
comme une visite des dieux en l’homme. Le vin est un intermédiaire entre les hommes et la
divinité.
Chez les Grecs aussi l’ivresse se rattache au sacré. Le mot enthousiasme, utilisé pour décrire
l’ivresse, vient du mot theos, dieu.
Le vin est un élément central du rite chrétien et est, avec le pain, au centre de la communion. Si le
pain représente la chair du Christ, le vin (symboliquement rouge mais blanc pendant la messe pour
ne pas tacher) représente le sang. Le sacrifice de Jésus, mort pour sauver les hommes, est ainsi
rappelé à chaque fois que les chrétiens se réunissent.
Dans la tradition grecque, le dieu tutélaire du vin est Dyonisos, appelé Bacchus par les Romains.
Dyonisos est une figure de transgression sociale et préside aux fêtes où les forces sociales refoulées
ont l’occasion de s’exprimer. Ces fêtes sont les ancêtres du Carnaval et longtemps combattues par
l’église : le vin des chrétiens et le vins des Grecs ont des valeurs paradoxales.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
12
2. les épices
Les épices sont une autre manière de raconter l’histoire du commerce mondial depuis l’Antiquité.
Ils nous apprennent que la globalisation est une histoire très, très ancienne. Les épices, ainsi que le
nom qu’ils portent, ont fait de grands voyages. Certains, comme le sel, marquent profondément
notre culture.
Plan du chapitre
1. Diversité des épices
2. Le sel
3. Histoire des épices
1. Diversité des épices
Activité 1
Connaissez-vous ces épices ? Pouvez-vous les nommer en japonais ou en français ?
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
13
Réponse à l’activité 1
japonais
anglais
le poivre
胡椒
pepper
le girofle
丁子
(チョウジ)
clove
la vanille
バニラ
vanilla
la cardamome
カルダモン、
ショウズク
cardamom
grec kardamomon
la cannelle
シナモン
cinnamon
français canne (« bâton »)
le gingembre
生姜
ginger
grec zingiberis, d’origine
tamoule
le cumin
クミン
cumin
grec kuminon
le sel
塩
salt
la muscade
ナツメグ
nutmeg
origine
latin piper sanskrit pippali
grec karuophillon
espagnol vainilla
latin vagina, « gaine »
latin sal
provençal nots muscada,
« noix musquée ».
musc vient, par le grec et
le persan, du sanskrit
muská
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
14
japonais
anglais
origine
le safran
サフラン
saffron
arabe zafāran
le genièvre
ネズ
トショウ
柏槙(びゃく
しん)
juniper
latin juniperus
2. Le sel
Activité 2 : trouver l’intrus
Parmi ces 5 mots, un seul n’a pas de rapport étymologique avec les 4 autres. Lequel et pourquoi ?
la salade
la sauce
le salon
le saucisson
le salaryman
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
15
Réponse à l’activité 2 : l’intrus est salon
salade, sauce, saucisson, salaryman viennent tous du mot latin sal (« sel »).
salon vient d’un mot germanique de la famille de salle et hall.
Fiche étymologique
le sel
Définitions
sens propre
sens étendu
chlorure de sodium (NaCl=塩化ナトリウム)
certains corps chimiques
Origine
Autres langues
japonais
grec
anglais
latin
sal
塩・しお
halos (άλος)
salt
italien
espagnol
allemand
sale
sal
Salz
Mots apparentés
saler salé salage salière salin saline saloir dessaler salaison sauce saucisse saucisson salami
salaire saunier saugrenu saupoudrer
Notes étymologiques
salaire
salade
saucisse
saucisson
salaison
salin
saline
toponymie
saugrenu
saupoudrer
en latin, salarium signifiait une ration de sel donnée aux soldats romains, puis une
somme d’argent pour en acheter. Cette anecdote permet de comprendre que le sel
était un produit précieux dans l’Antiquité.
C’est un mot provençal, salada, qui signifie un plat salé. La forme Ŕada est typique
du provençal (panade, aubade). Elle correspond à la forme –é en français.
La technique de conservation de la viande par le sel est très ancienne. Le jambon
gaulois et germain se vendait déjà à Rome avant la conquête de la Gaule.
Les viandes séchées et salées s’appellent les salaisons. Le mot saucisse vient du
latin salsicius.
La mutation al+consonne en au est typique de l’évolution du latin au français (alba>aube, palma->paume, salmonem->saumon).
Le salami est le nom italien du saucisson.
En français, on fait la différence entre la production de sel à partir de la mer (dans
les salins) et à partir de la terre (les salines). On parle donc des salins du Midi
(Méditerranée) mais des salines de Lorraine.
Le nom de nombreuses localités françaises vient du sel : Lons-le-Saunier (FrancheComté), Château-Salins (Lorraine), Salies-de-Béran (Aquitaine).
La ville de Salzbourg, ville natale de Mozart doit son nom à ses mines de sel.
saugrenu signifie « bizarre ». A l’origine, le mot signifiait inintéressant, insignifiant
comme un grain (-grenu) de sel (sau-)
Littéralement « mettre du sel en poudre ».
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
16
3. Histoire des épices
La civilisation de Hallstatt
Rome est le sel
Une grande civilisation celte a dominé l’Europe
entre -1300 et -500. Les mines de sel du
Salzkammergut (Autriche) produisaient du sel
vendu dans toute l’Europe et ont été la base de
la puissance de cette culture.
Rome est, en quelque sorte, née du sel. C’était
une étape pour les caravanes qui amenaient le
sel d’Ostie, où il était fabriqué, vers l’Italie du
nord et le marché étrusque. Cette route, la Via
Salaria, est la plus ancienne voie romaine.
La route des épices
Dès l'Antiquité, Rome et l’Occident achetaient les épices venus d’Inde, de Ceylan et du Sud-est
Asiatique. Ces épices venaient soit par voie terrestre, soit par mer, et arrivaient au Moyen Orient :
Liban, Palestine, Egypte. Ils étaient ensuite transportés en bateau à travers la Méditerranée.
La ville de Venise a commencé à s’enrichir, dès le Xe siècle, grâce au commerce du sel. Elle a
progressivement conquis un empire commercial et territorial dans l’Adriatique, en Grèce, à Chypre.
Grâce aux croisades elle a gagné le contrôle des ports d’arrivée des épices.
C’est pour développer des contacts commerciaux « à la source » que Marco Polo, jeune marchand
vénitien, est allé jusqu’en Chine par cette route des épices au XIVe siècle.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
17
La guerre des épices
 1498-1640 : les Portugais
Les navigateurs portugais vont bouleverser ce système millénaire en faisant le tour de l’Afrique et
en traversant l’océan indien.
La navigation, bien que dangereuse, est un moyen de transport plus économique : grâce à des coûts
plus bas, le Portugal s’empare du marché européen aux dépens des Vénitiens.
Après l’arrivée de Vasco de Gama en Inde en 1498, les Portugais établissent des comptoirs en
Afrique (Le Cap), en Inde, à Ceylan, à Malacca. Ils dominent brutalement la production d’épices.
 1640-1796 : les Hollandais
Au XVIIe siècle, les Hollandais concurrencent brutalement les Portugais. Ils s’emparent des
comptoirs portugais d’Afrique du sud, de Ceylan et de Malacca et monopolisent pour eux-mêmes le
commerce des épices.
 XIXe siècle : l’Angleterre
A la fin du XVIIIe siècle, l’Angleterre devient la puissance dominante dans l’Océan Indien : après
avoir chassé la France des Indes (1763), elle prend Ceylan aux Hollandais (1796). La Hollande ayant
été envahie par la France pendant la Révolution, l’Angleterre en profite pour annexer l’Afrique du
Sud (1814).
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
3. les noms de personne
Plan du chapitre
1.
Introduction
Des français célèbres
2.
Histoire
La Gaule et Rome
Le nom unique et les noms germaniques (Ve-Xe siècle)
Le développement du surnom (Xe-XIIIe siècle)
Le surnom devient héréditaire (XIIIe-XVIe siècle)
La période moderne
3.
Types de noms
Les noms de baptême
Les noms d’origine
Les noms de métier
Les sobriquets
4.
Compléments
Les 20 noms les plus courants en France
Les prénoms les plus courants en France
Les prénoms les plus en vogue en 2003
Ressources et références
1. Introduction : des français célèbres
Connaissez-vous ces personnages ? Et l’origine de leur nom ?
Jeanne d’Arc
Napoléon Bonaparte
Charles de Gaulle
Antoine de Saint-Exupéry
Alain Delon
Jacques Chirac
Zinedine Zidane
18
Sébastien Jaffrédo
Jeanne d’Arc
Napoléon Bonaparte
Charles de Gaulle
Antoine de Saint-Exupéry
Alain Delon
Jacques Chirac
Zinedine Zidane
Etymologie thématique
Jeanne est un nom de baptême féminin très courant dérivé de
Jean.
Le nom d’Arc est le surnom porté par le Jacques, père de Jeanne,
qui venait de la ville d’Arc-en ŔBarrois (Lorraine)
Buonaparte est un nom italien qui signifie « la bonne part »,
équivalent au nom français Bompard.
Napoleone est un nom de baptême italien qui vient de la ville de
Naples (Napoli)
Bonaparte est né en Corse d’une famille d’origine toscane.
Charles est un nom de baptême très courant d’origine germanique
(Karl, « homme »). Le nom s’est répandu au Moyen Age grâce à la
renommée de Charlemagne.
De Gaulle vient du flamand De Walle, qui peut signifier l’étranger
(même origine que Wallon ou Gallois), ou bien le mur (anglais wall)
Dans de Gaulle, « de » n’est pas la particule aristocratique. En
flamand, de est l’article défini « le » (der en allemand)
Antoine est un nom d’origine latine (Antonius)
A la différence de de Gaulle, Saint-Exupéry est bien un nom noble.
Le nom vient d’un village du sud de la France. Exupère est un nom
porté par plusieurs saints. exuperus signifie « celui qui triomphe »
en latin.
Alain : c'est au départ le nom d'un peuple, les Alains, originaires de
Scythie, au nord de la Mer Noire. Ils envahirent la Gaule et
l'Espagne, mais furent vaincus par les Wisigoths et se dispersèrent
ensuite dans toute l'Europe. Le nom ethnique se transforma alors
en nom de baptême, et fut popularisé par plusieurs saints (latin
Alanus).
Delon : il s'agit d'un nom de personne d'origine germanique, Adelo
(adal = « noble »), dans lequel le A a disparu par aphérèse. Le nom
féminin Adèle a la même origine.
Jacques est un nom de baptême très courant en France depuis le
Moyen Age. Il vient du nom hébreu Jacob.
Chirac est le nom d’une localité de Corrèze, de Charente, de
Lozère et de Haute-Loire. Sens du toponyme, qui est formé avec le
suffixe -acum : le domaine appartenant à Carius (nom d'homme
gaulois).
Zinedine : signifie en arabe la parure, la splendeur de la religion
(zayn ad-dîn).
Zidane : nom d'origine arabe, zaydân, signifiant « accroissement »
(racine z.y.d). Zidani (suffixe d'appartenance -i) est un nom
fréquent chez les juifs d'Afrique du Nord.
Zinedine Zidane est né à Marseille et a grandi dans le quartier de la
Castellane. Ses parents sont originaires de petite Kabylie dans la
wilaya de Bejaia en Algérie.
19
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
20
2. Histoire
Le système actuel : prénom Ŕ nom de famille (complété souvent dans l’état-civil par un plusieurs
prénoms supplémentaires) n’a pas toujours été la norme. Pendant longtemps, la plupart des
français n’ont eu qu’un seul nom.
La Gaule et Rome
Les Gaulois portaient un nom unique, mais aucun nom gaulois n’est resté dans la langue.
Les Romains portaient un prénom et un nom de famille. Les nobles (« patriciens ») portaient
également le nom du clan familial auquel ils appartenaient.
Par exemple, Jules César s’appelait Caius Julius Caesar, dans lequel
▪ Caius est le prénom
▪ Julius le nom du clan familial (la lignée)
▪ Caesar le nom de famille proprement dit
Les Romains ont laissé beaucoup de noms :
Marc (Marcus) et Martin (Martinus) : du dieu Mars
Paul (Paulus): petit, faible
Claude (Claudius): boiteux
Octave (Octavus) : huitième enfant
Le nom unique et les noms germaniques (Ve-Xe siècle)
A partir du Ve siècle, l’organisation politique romaine en Gaule laisse la place à royaumes dirigés
par des chefs germaniques.
Les habitants ont gardé leur langue mais ont on adopté beaucoup de noms germaniques.
Aujourd’hui encore, 4 des noms les plus courants en France sont d’origine germanique : Bernard,
Robert, Richard, Durand.
Bernard
Robert
Richard
bern (ours)+ hard (dur)
hrod (gloire) + berht (brillant)
rik (puissant) + hard (dur)
Ces combinaisons permettaient de créer beaucoup de noms dont beaucoup ont fini par disparaître.
Parallèlement à l’influence germanique, cette période est aussi celle de la christianisation. Les
nouveaux baptisés devaient abandonner leur nom et prendre un nouveau nom chrétien. C’est ainsi
que beaucoup de noms de saints ont été adoptés : André, Jacques, Pierre, etc.
Ces deux influences (germanique et chrétienne) se sont combinées pour imposer le nom unique.
Le développement du surnom (Xe-XIIIe siècle)
Dans la période suivante, la disparition de beaucoup de noms et l’augmentation de la population a
rendu nécessaire de distinguer entre les gens portant le même nom. C’est à cette époque que l’on
a commencé à utiliser un surnom qui permettait de distinguer deux personnes portant le même
nom de baptême. Ce surnom pouvait être
- un patronyme (nom du père : Martin), parfois un matronyme (de la mère : Marie)
- un nom d’origine : lieu (Dubois), ville (Davignon), province (Lenormand) ou ethnique
(Langlois)
- un nom de métier : (Tailleur)
- un sobriquet, généralement un caractère physique (Legrand) ou psychologique (Lefol)
Le surnom devient héréditaire (XIIIe-XVIe siècle)
A l’époque suivante, et de manière progressive, ces surnoms ont eu tendance à se transmettre à la
génération suivante. Mais le nom principal restait le nom de baptême, le seul nom véritable.
La période moderne
Ce n’est qu’au XVIe siècle que le nom de famille est officialisé avec la systématisation des registres
de naissance établi par l’article 51 de l’ordonnance de Villers Cotterets. A la Révolution, l’Etat
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
21
prend à sa charge la tenue de ces registres : c’est la naissance de l’état-civil. En 1803, Napoléon en
donne la charge aux maires.
Depuis cette époque, on note deux tendances :
- une disparition de nombreux noms traditionnels qui ne sont plus compensés par la création de
nouveaux noms
- un apport de noms étrangers
3. Types de noms de famille
Les noms de baptême
La plupart des noms de familles sont des patronymes : c’est le père, ou la mère, ou un ancêtre, qui
donne son nom à la famille.
Voici la liste des noms de baptême les plus courants à Paris entre 1450 et 1750. Connaissez-vous
leur langue d’origine ?
latin
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
germanique
grec
hébreu
Jean
Pierre
Nicolas
Jacques
François
Claude
Antoine
Guillaume
Louis
Charles
Réponses page suivante
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
latin
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
1.
Jean
2.
3.
4.
Pierre
Nicolas
Jacques
5.
François
6.
7.
8.
9.
Claude
Antoine
Guillaume
Louis
10.
Charles
Jean
Pierre
Nicolas
Jacques
François
Claude
Antoine
Guillaume
Louis
Charles
germanique
22
grec
hébreu
■
■
■
■
■
■
■
■
■
■
Du grec Ioannès, transcription de l'hébreu yôHanan (« Yahvé a fait
grâce »).
Du latin Petrus formé sur petra « rocher, pierre »)
Du grec Nicolaus (« victoire + peuple »)
De Jacob, nom hébreu popularisé par le patriarche fils d'Isaac. Il signifie
« il talonnera » (ya`aqov). Jacob serait né en tenant son jumeau Esaü par
le talon.
Nom de baptême issu du latin Franciscus, qui vient du germanique frank,
« homme libre ». La vogue de ce nom est tardive, car, avant saint
François d'Assise (1182-1226), aucun saint digne d'intérêt ne s'était appelé
ainsi.
Du latin Claudius (« boiteux »).
Nom de baptême d'origine latine, Antonius (« inestimable, sans prix »)
d'origine germanique, Willhelm (will = volonté + helm = casque).
D'origine germanique, Hlodowig (hlodo = gloire + wig = combat). Le mot a
donné aussi Ludovic et Clovis.
D'origine germanique, Karl (= homme, viril). Le nom a été popularisé au
Moyen âge grâce à Charlemagne.
Les noms d’origine
Les plus nombreux sont des noms topologiques : Fontaine, Dupont, Duchamp, Dumont, Duval
Souvent le nom est celui d’un village ou d’une ville. Les noms nobles sont des noms de villages dont
l’ancêtre était le seigneur. Par exemple la famille Polignac (dont fait partie Albert de Monaco)
vient de l’ancien château de Polignac (Haute-Loire).
Les noms de métier
La liste ci-dessous représente les 10 noms français venant d’un nom de métier les plus courants.
Pouvez-vous retrouver leur signification ?
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
Lefebvre
Fournier
Faure
Muller
Boyer
Marchand
Meyer
Barbier
Schmitt
Caron
Réponses page suivante
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
Signification
1.
Lefebvre
Forgeron
2.
3.
4.
Fournier
Faure
Muller
Boulanger
Forgeron
Meunier
5.
Boyer
6.
Marchand
7.
8.
Meyer
Barbier
Gardien de
boeufs
Marchand,
commerçant
Fermier
Coiffeur
9.
10.
Mercier
Caron
Commerçant
Fabricant de
chars, de
voitures
23
Notes
Fèvre (écrit aussi faivre, febvre ou fébure) veint du latin
faber, qui a donné fabriquer mais aussi forge, forger,
forgeron : travail du fer.
Dans le sud la France, faber a donné Faure ou Favre. On
connaît aussi le nom Fabergé. Dans les régions germaniques,
il donne Schmitt (Smith en anglais), en zone bretonne Le
Goff.
De la même famille que le mot four
Voir Lefebvre
Le meunier est celui moud le blé pour faire de la farine. On
retrouve la racine germanique Müll, « moulin », dans la ville
de Mulhouse et dans le nom anglais Miller.
Du latin bovis, « bœuf ».
Du latin mercatus, le marché.
Meyer est un nom germanique signifiant le fermier.
le mot barbier a été remplacé par le mot coiffeur en
français moderne mais est demeuré en anglais (barber)
Du latin mercarius.
Du latin carrus, « char », mot d’origine gauloise
Les sobriquets
Un sobriquet est un surnom familier et souvent moqueur. Les plus fréquents concernent l’aspect
physique. Voici les 10 plus courants en France :
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
Moreau
Petit
Roux
Morel
Legrand
Rousseau
Blanc
Morin
Brunet
Joly
brun de peau
petit
qui a les cheveux roux
brun de peau
grand
qui a les cheveux roux
qui a les cheveux blancs
brun de peau
brun de peau ou de cheveux
gai, joyeux
Les sobriquets sont une manière très ancienne de nommer et de différencier les gens. Les rois de
France et les grands princes eux-mêmes en recevaient.
Remplissez le tableau ci-dessous avec les sobriquets des rois de France :
auguste - bel – bon - chauve – saint - pieux
1
2
3
4
5
Louis le ……. (778-840). Fils de Charlemagne, il partage son empire entre ses trois fils Lothaire,
Louis le Germanique et Charles le …… .
Philippe-………… (1165-1223). Il étend le domaine royal et gagne la bataille de Bouvines (1214)
contre l’Angleterre et l’Allemagne.
Louis IX, dit aussi ……..-Louis (1214-1270). Roi très chrétien, il est mort en croisade à Tunis.
Philippe le …… (1268-1314). Il invite le pape à s’installer à Avignon et détruit l’ordre des
Templiers.
Jean le ……. (1319-1364). Vaincu par les Anglais à la bataille de Poitiers (1356) il reste
prisonnier en Angleterre jusqu’à sa mort.
Réponses page suivante
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
1
24
Louis le Pieux (778-840). Fils de Charlemagne, il partage son empire entre ses trois fils
Lothaire, Louis le Germanique et Charles le Chauve .
Philippe-Auguste (1165-1223). Il étend le domaine royal et gagne la bataille de Bouvines (1214)
contre l’Angleterre et l’Allemagne.
Louis IX, dit aussi Saint-Louis (1214-1270). Roi très chrétien, il est mort en croisade à Tunis.
Philippe le Bel (1268-1314). Il invite le pape à s’installer à Avignon et détruit l’ordre des
Templiers.
Jean le Bon (1319-1364). Vaincu par les Anglais à la bataille de Poitiers (1356) il reste prisonnier
en Angleterre jusqu’à sa mort.
2
3
4
5
Compléments
Les 20 noms les plus courants en France
Patronyme Population
Type de
patronyme
1
Martin
245 236
Nom de
baptême
2
Bernard
122 521
Nom de
baptême
3
Thomas
119 483
Nom de
baptême
4
Robert
115 827
Nom de
baptême
5
Dubois
114 682
6
Richard
111 106
7
Durand
109 753
8
Moreau
99 778
9
Petit
98 704
10
Simon
95 773
11
Michel
89 475
12
Leroy
88 620
13
Laurent
84 609
Origine
Note
Le plus populaire des noms de famille,
sous ses diverses formes. Saint Martin,
évêque de Tours, évangélisa la Gaule au
IVe siècle. Il fut en effet par les
Latin
populations médiévales comme le
symbole de la victoire du christianisme
sur les traditions païennes. Etymologie :
latin Martinus (dérivé du nom du dieu
Mars).
Nom de personne d'origine germanique,
Germanique
Bernhard (bern = ours + hard = dur).
Nom de baptême popularisé par l'un des
apôtres. Son origine est un nom hébreu
Araméen
emprunté à l'araméen t(e)'ôma'
(« jumeau »).
Nom de personne d'origine germanique,
Germanique Hrodberht (hrod = gloire + berht =
brillant).
Localisation
Nom de
Nom de personne d'origine germanique
Germanique
baptême
(ric = puissant + hard = dur).
Nom d'origine germanique, mais très tôt
Germanique
latinisé en Durandus.
Correspond au méridional ou au normand
Morel, et désigne celui qui est brun de
Sobriquet
peau, mais c'est surtout un ancien
prénom (latin Maurellus).
Sobriquet
L'un des noms de baptême les plus portés
Nom de
dans toute l'Europe. Son origine est
Hébreu
baptême
l'hébreu shim`ôn (= entendeur). C'est le
premier nom de saint Pierre.
Nom de
nom d'origine biblique mîkha'el (= celui
Hébreu
baptême
qui est à l'image de Dieu)
C’est un sobriquet, non un titre de
noblesse. Le nom peut désigner celui qui
Sobriquet
exploitait des biens appartenant au roi,
et non au seigneur local.
Nom de baptême formé sur le latin
Nom de
latin
Laurentius, dérivé de laurus (« laurier »).
baptême
Le laurier étant un symbole de victoire.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
Patronyme Population
Type de
patronyme
14
Lefebvre
82 575
Métier
15
David
77 230
Nom de
baptême
16
Roux
75 629
Sobriquet
17
Bertrand
71 009
Nom de
baptême
18
André
67 544
Nom de
baptême
19
Vincent
66 678
Nom de
baptême
65 499
Nom de
baptême
ou
sobriquet
20
Bonnet
Origine
Hébreu
25
Note
Dans la chrétienté, il représente la victoire
de la nouvelle religion sur le paganisme, à
l'image de saint Laurent brûlé sur un gril
au IIIe siècle en se riant des flammes.
Fèvre (écrit aussi faivre, febvre ou
fébure) veint du latin faber, qui a donné
fabriquer mais aussi forge, forger,
forgeron : travail du fer.
Dans le sud la France, faber a donné
Faure ou Favre. On connaît aussi le nom
Fabergé. Dans les régions germaniques, il
donne Schmitt (Smith en anglais), en
zone bretonne Le Goff.
Ce roi et prophète biblique vainqueur de
Goliath a vu son nom adopté par les
chrétiens comme nom de baptême. Il
signifie au départ le bien-aimé (hébreu
dawidh).
Nom de personne d'origine germanique,
formé avec les mots berht = brillant et
Germanique
hramn = corbeau. Le D final est dû à la
contamination par le suffixe -AND.
L'un des douze apôtres. Ce nom est
Grec
d'origine grecque (Andros = homme),
latinisé en Andreas, et signifie viril.
Nom de baptême issu du latin vincens
(«qui triomphe »). Saint Vincent aurait été
Latin
martyrisé en Espagne en 304, lors des
persécutions ordonnées par Dioclétien.
Une certitude, il s'agit d'un diminutif de
'bon', avec le suffixe -et. Deux
interprétations sont ensuite possibles. Soit
un nom de baptême, dont la popularité est
liée à saint Bonnet, évêque de Clermont
au VIIe siècle, soit un diminutif de bon,
désignant un brave enfant, par opposition
à Malet.
Les prénoms les plus courants en France
1940
féminin
1 MARIE
2 MONIQUE
3 JACQUELINE
4 NICOLE
5 JEANNINE
6 CHRISTIANE
7 FRANCOISE
8 COLETTE
9 YVETTE
10 JOSETTE
masculin
JEAN
MICHEL
CLAUDE
PIERRE
ANDRE
JACQUES
BERNARD
GERARD
RENE
ROBERT
1970
féminin
1 NATHALIE
2 VALERIE
3 ISABELLE
4 SANDRINE
5 SYLVIE
6 LAURENCE
7 CATHERINE
8 VERONIQUE
9 CHRISTINE
10 CORINNE
masculin
CHRISTOPHE
LAURENT
STEPHANE
PHILIPPE
ERIC
FREDERIC
OLIVIER
DAVID
PASCAL
THIERRY
2003
féminin
masculin
1 LEA
LUCAS
2 MANON
THEO
3 EMMA
THOMAS
4 CHLOE
HUGO
5 CAMILLE
MAXIME
6 OCEANE
ENZO
7 CLARA
ANTOINE
8 MARIE
CLEMENT
9 SARAH
ALEXANDRE
10 INES
QUENTIN
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
26
Les prénoms les plus en vogue en 2003
féminin
LOAN
LAURYNE
SALMA
ENOLA
DONIA
masculin
NOA
NOAH
MATIS
FABIO
UGO
Ressources et références
▪ A lire
Paul Fabre, Les noms de personnes en France, Que-sais-je ?, PUF 1998
▪ A écouter : L’origine des noms et généalogie
Marie-Odile Mergnac, auteur de l’Encyclopédie des noms de famille évoque l’étymologie des noms
de famille, leurs origines, les noms les plus portés et ceux qui se sont éteints.
http://www.canalacademie.com/emissions/pag011.mp3
▪ A voir en ligne
L’origine des noms de famille
http://jeantosti.com/noms/
Statistiques des noms de famille
http://www.nom-famille.com/
Les prénoms
http://www.prenoms.com/v2/services-prenom/prenom.asp
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
27
4. l’art
L’art se situe dans l’intervalle, mince comme la peau, qui sépare la vérité du mensonge.
Monzaemon Chikamatsu
Plan du chapitre
1.
2.
3.
4.
Sensibilisation et réflexion
Fiche étymologique
Muse, musique, musée, mosaïque
Histoire de l’art
1. Sensibilisation et réflexion
▪ Qu’est-ce que l’art ? Pouvez-vous le définir ? Comparez votre définition avec celle de votre voisin
et essayez d’en faire une synthèse.
▪ Comment le mot se traduit-il en japonais ? Y a-t-il plusieurs traductions possibles ? Quelles sont
les nuances ? Quelle est l’origine étymologique du ou des kanji ?
▪ Connaissez-vous de mots de la famille du mot art ? Cherchez-en le plus possible.
▪ A quels mots français art vous fait-il penser ? Notez le plus possible de mots qui vous viennent à
l’esprit.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
28
2. Fiche étymologique
Fiche étymologique
l’art
Définitions
sens propre
sens figuré
savoir faire
activité créatrice et esthétique
Origine
Autres langues
latin
grec
anglais
allemand
ars, artis
tekhnè (τέχνη)
art
Kunst
italien
espagnol
japonais
arte
arte
芸
Mots apparentés
artiste, artistique, beaux-arts, artifice, artificiel, artefact, artisan, artisanat, article,
articulation, orteil, arme (armée, armement, armada, alarme)
Notes étymologiques
ars, artis
armus
arme
artis est l’accusatif du mot latin ars, qui signifie « habileté acquise par l’étude ou
la pratique ». L’art c’est donc d’abord le savoir-faire. Ce sens reste vivant en
français dans des locutions comme avoir l’art de ou l’art et la manière.
La spécialisation moderne du mot art (c’est-à-dire les beaux-arts) est un
phénomène récent (XVIIIe siècle).
Le mot latin ars est apparenté à armus qui signifie « le haut du bras, l’épaule » :
l’art est un geste, une habileté de la main. armus est issu d’une racine indoeuropéenne qui se retrouve dans les mots germaniques du bras : anglais arm,
Allemand Arm.
armus (« haut du bras, épaule ») a donné le mot latin arma, « ce qui équipe et
protège le bras », d’où le sens d’arme (pour le combat). La famille du mot arme est
Sébastien Jaffrédo
article
articulation
orteil
artifice
artificiel
artefact
artisan
artisanat
artiste
technique
technicien
technologie
Etymologie thématique
29
très riche : armée, armure, armement, armature, alarme, armada, etc.
La même racine a donné le mot latin articulus, « articulation » (coude, poignet,
etc.) Par emprunt savant, articulus a donné le mot article, « partie numérotée
d’un texte », et par voie populaire orteil, « doigt de pied ».
de artis et facere, faire. Le mot latin signifie « technique ou métier ». Ce sens se
retrouve dans la locution feu d’artifice.
En français, artifice signifie une tromperie, une ruse. Le sens se retrouve dans
certaines utilisation du mot artificiel (une attitude artificielle = « hypocrite » ).
D’une manière générale, artificiel s’oppose à naturel (satellite artificiel, lac
artificiel, intelligence artificielle).
du latin artis factum, « fait par l’art », c’est-à-dire par l’habileté humaine et non
par la nature.
artisan est un mot emprunté à l’italien artigiano à la Renaissance. Le mot s’est
spécialisé dans la signification de « personne exerçant les arts mécaniques » par
opposition aux arts libéraux (artiste).
L’artisanat est un mot récent qui désigne la production manuelle d’objets par
opposition à la production industrielle.
Traditionnellement, il signifie « homme de métier » : celui qui possède un savoirfaire technique en général.
Après le XVIIIe siècle, le mot s’est spécialisé dans les beaux-arts, par opposition à
artisan (arts mécaniques, fabrication).
Le mot correspondant à art en grec est tekhnè : mais cette racine a gardé en
français son sens de « savoir-faire » : d’où les mots technique, technicien,
technologie.
Aujourd’hui perçus comme un couple antagoniste, l’artiste et le technicien sont en
réalité deux faces d’une même réalité, l’homme dans sa dimension créatrice,
inventive, ingénieuse.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
30
Famille sémantique
beau, beauté, esthétique
architecture, peinture, sculpture, poésie, danse, musique, cinéma, télévision, bande dessinée
création, inspiration, génie, démiurge, œuvre
chef d’œuvre, culture, politique culturelle, patrimoine, préservation
style, école, gothique, roman, classique, baroque, néo-classique, impressionniste, fauviste, abstrait,
conceptuel, surréaliste, contemporain
artiste, artistique, sensibilité, rêveur
Locutions
l’art et la manière
avoir l’art de + verbe
les règles de l’art
l’enfance de l’art
les arts martiaux
les arts et métiers
beaux-arts
œuvre d’art
« Avoir l’air et la manière » : savoir s’y prendre
1. Exprime l’habileté : il a l’art de se faire des amis
2. A l’opposé, utilisé de manière ironique, exprime une maladresse : Tu
as vraiment l’art de gâcher une bonne soirée (à rapprocher de
l’expression avoir du tact)
Travailler dans les règles de l’art : respecter scrupuleusement la
technique du métier
Les bases du métier, de la technique.
Le karaté ou le judo demandent aussi un savoir-faire, même si ce ne sont
pas des beaux-arts.
Le conservatoire national des arts et métiers (CNAM) est une grande
école d’ingénieur. Il a donné son nom à une station de métro parisien.
Cette locution date du XVIIe siècle et est à l’origine de la signification
moderne du mot art : « activité ou production visuelle et esthétique »
Le mot œuvre vient d’un mot latin signifiant travailler (de la même
famille que opération). Une œuvre est donc un travail, une production.
L’œuvre d’art, elle, est le travail d’un artiste.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
31
3. Muse, musique, musée et mosaïque
Les muses
Dans la mythologie grecque, les Muses sont les neuf filles de Zeus et de Mnémosyne (la mémoire).
Ce sont les déesses des arts qui inspirent les hommes.
Les 9 muses étaient
* Calliope, la muse de l'éloquence et de la poésie épique ;
* Clio, la muse de l'histoire ;
* Érato, la muse de l'art lyrique et de l'élégie (poésie passionnée) ;
* Euterpe, la muse de la musique ;
* Melpomène, la muse de la tragédie ;
* Polymnie, la muse de l'art lyrique et de la rhétorique ;
* Terpsichore, la muse de la danse ;
* Thalie, la muse de la comédie ;
* Uranie, la muse de l'astronomie et de l'astrologie.
La musique
Le mot vient du grec mousikè tekhnè, « art des Muses ». Ce sont les Muses qui jouaient de la
musique pendant les repas des dieux.
Le musée
En grec mouseion, lieu consacré aux Muses. Au Parthénon, il existait un temple des Muses portant
ce nom. Plus tard, le mot a signifié « lieu où on pratique les arts, académie ».
En 1793, la Convention crée une salle d’exposition des collections royales dans le Palais du Louvre,
qui devient en 1797 Musée central des arts.
La mosaïque
De l’italien mosaico, mot venant du grec mouseion, grotte dédiée aux Muses. Ce type de lieu était
décoré de mosaïques.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
32
4. Histoire de l’art
1. L’art préhistorique
Lascaux : salle des Taureaux
Dans l'art préhistorique, l'art pariétal désigne les œuvres d'art au sens large (sans appréciation
esthétique) réalisées par l'Homme sur des parois de grottes.
Les œuvres de Lascaux, Altamira ou de la Grotte Chauvet constituent quelques-uns des exemples
les plus fameux d'art pariétal du Paléolithique supérieur européen.
La grotte de Lascaux est l'une des plus importantes grottes ornées paléolithiques par le nombre et
la qualité esthétique de ses œuvres. Leur âge est estimé entre environ 18 000 et 15 000 ans.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
33
2. L’art gallo roman
Le pont du Gard
L’art gallo-roman est une fusion de la culture celte et de la civilisation gréco-romaine. Les
éléments celtes se retrouvent en particulier dans les artefacts : céramique, verrerie, bijoux. Les
motifs décoratifs celtes se caractérisent par leur aspect géométrique.
De son côté, la civilisation gréco-romaine a apporté une nouvelle architecture en même temps que
de nouvelles techniques de construction en pierre.
L’exemple le plus remarquable est le pont du Gard. C’est un aqueduc romain à trois niveaux situé
dans le sud de la France, près de Nîmes dans le département du Gard.
Construit sur trois étages avec les pierres extraites dans les carrières environnantes, le pont domine
le Gard à près de 49 m de haut sur une longueur de 275 m. C'est le plus haut aqueduc connu du
monde romain, et sans doute aussi le plus long.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
34
3. L’art médiéval
Saint Michel terrassant le dragon
L’art médiéval est un art chrétien : que ce soit l’art roman ou l’art gothique, il est entièrement
tourné vers Dieu, la religion, la préoccupation du salut. Les réalisations les plus remarquables sont
les édifices religieux (cathédrales, églises, abbayes) et leurs décorations (statuaire, fresques).
L’exemple présenté est une figure de saint Michel terrassant le dragon. C’est la figure centrale du
tympan de la façade ouest de la chapelle Saint-Michel à l'abbaye bénédictine Notre-Dame de
Nevers.
Saint Michel est un personnage de la Bible et un saint très populaire dans la religion chrétienne.
Michel est appelé "l'archange", ou chef des anges, le Champion du Bien.
Dans l'Ancien Testament, il est le messager de Dieu. Dans le Nouveau Testament, l'archange saint
Michel est également celui qui a terrassé le dragon (Satan).
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
35
4. L’art classique
Nicolas Poussin : les bergers d’Arcadie
L’art classique n’est plus, comme l’art médiéval, un art essentiellement religieux. Il renoue avec la
culture antique (grecque et latine) : thèmes mythologiques, étude réaliste du corps humain.
Avec l’art classique, l’artiste commence à exister par lui-même : alors que les œuvres médiévales
sont essentiellement collectives, l’artiste classique s’affirme comme individu.
Les bergers d’Arcadie est un tableau de Nicolas Poussin (1594-1665), représentant des bergers
idéalisés de l'Antiquité classique, rassemblés autour d'une tombe austère.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
36
5. L’impressionnisme
Claude Monet : Impressions, soleil levant
L'impressionnisme est une école picturale française (1874-1886) qui a marqué une rupture avec
l’art classique.
Les représentants de cette école sont Pissarro, Sisley, Auguste Renoir, Paul Cézanne, Edgar Degas,
Édouard Manet, Claude Monet, mais aussi Van Gogh et Gauguin.
Les impressionnistes sont réalistes, ils choisissent leurs sujets dans la vie contemporaine. Ils
travaillent en plein air : la lumière est l'élément principal de leur peinture. Peintres de la nature et
de la vie saisie dans l'instant, ils rejettent l’idée classique d'un idéal éternel des choses.
Impression soleil levant est un tableau peint en 1873 par Claude Monet. Un critique d'art, pour se
moquer du tableau, a écrit un article intitulé « L'Exposition des Impressionnistes ». Il a donné ainsi
sans le vouloir son nom à ce nouveau mouvement artistique, l'impressionnisme.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
37
6. L’art abstrait
Kandinsky, composition VIII (1923)
L'art abstrait est une forme d'art qui n'essaie pas de représenter le monde sensible : la peinture
s'affranchit de la fidélité à la réalité visuelle.
Le peintre Wassily Kandinsky est le fondateur de l'art abstrait. Il a peint sa première aquarelle
abstraite Sans titre en 1910. L'idée de l'inutilité de la représentation lui a été inspirée par un de ses
tableaux posé par erreur sur un côté.
Autres fondateurs de l’art abstrait :
Piet Mondrian, qui a obtenu ses structures géométriques abstraites par dérivation progressive d’une
de ses peintures d’un parc à huîtres en contre-jour de la mer
Kasimir Malevitch, qui a recherché la simplification extrême aboutissant au fameux « Carré Noir sur
Fond Blanc ».
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
38
7. L’art contemporain
Georges Gessert, Hybride 488 (hybridé en 1990, première floraison 1994)
L’art contemporain se caractérise par la mise en question perpétuelle de sa propre existence et de
sa forme : il cherche continuellement à étendre ses propres limites en multipliant les expériences
et en s’appropriant de nouveaux médias. En cherchant à trouver ses limites, l’art contemporain les
repousse sans cesse en créant ou colonisant des nouvelles formes d’expression.
George Gessert est un artiste contemporain américain. Il a d'abord travaillé comme peintre et
sérigraphe. À partir de la fin des années 1980, il s'est concentré sur les rapports entre art et
génétique, exclusivement orientées sur les hybridations végétales. Il s'est focalisé dans un premier
temps sur les iris de Californie et de l'Orégon, puis d'autres fleurs ornementales, telles que le lilas.
Un des problèmes fondamentaux soulevés par ces œuvres sont le statut de la nature comme
considérée comme art, ce qui va à l'encontre de la tradition occidentale opposant art et nature.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
39
5. la politique
Plan du chapitre
1.
2.
Famille étymologique
Les mots de la politique
Activité 1 : réflexion
Qu’est-ce que la politique ? Quelle importance a-t-elle pour vous ? Quelles sont les valeurs positives
et négatives que le mot véhicule ?
1. famille étymologique
Activité 2 :
Dans la liste de mots suivants, lesquels sont apparentés au mot politique ? Placez dans le tableau
ci-dessous.
police – policier – police d’assurance – pôle – métropole – monopole – politesse –
polaire – oligopole – poli – politicien - polisson
Apparenté à politique
Non apparenté
Parmi ceux qui ne sont pas apparentés, pouvez-vous distinguer différentes racines ? Lesquelles ?
Réponses page suivante.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
Apparenté à politique
politicien
police
policier
métropole
40
Non apparenté
police d’assurance
pôle polaire
oligopole monopole
politesse
poli
polisson
Mots non apparentés :
Police d’assurance
C’est un contrat d’assurance. Le mot vient d’une mot grec, apodeixis, qui signifie « reçu ou
quittance ». Il n’y a aucun rapport étymologique avec la police ou la politique.
Pôle, polaire
D’un mot grec, polos, qui signifie le pivot : c’est l’axe autour duquel une chose tourne, notamment
la Terre.
Monopole, oligopole
Monopole vient du grec monopôlion, « droit de vendre seul certains produits », de monos
« unique », et pôlein, « vendre ».
Le mot oligopole a été inventé au XXe siècle pour désigner un marché dominé par seulement
quelques vendeurs (de oligos, « peu »)
Politesse, poli, polisson
Poli vient du verbe français polir, du latin polire, « aplanir, égaliser un objet ». Ce verbe a donné
le mot italien pulitezza, « propreté », entré en français au XVIe siècle avec le sens de « courtoisie ».
On utilise aujourd’hui polisson pour parler d’un « enfant malicieux », mais à l’origine il signifie un
voleur, celui qui « polit » les objets qu’il a volés pour ne pas qu’on reconnaisse leur origine.
Les mots de la famille de politique :
Politique
Vient du grec politikè tekhnè, « l’art des affaires publiques ». politikè est l’adjectif qui correspond
au nom polis.
La polis est la cité état du monde grec, l’unité d’organisation sociale fondamentale. Elle est
apparue au cours de l’âge du bronze en Grèce par regroupement de villages en une agglomération ;
cette agglomération impose son autorité sur un territoire délimité qui lui fournit les ressources
nécessaires à son développement.
Police
Police vient du latin politia, issue du grec politeia, « situation du citoyen ». Police a longtemps eu
le sens de « politique » (d’où policy en anglais), mais s’est spécialisé au XVIe siècle avec la
signification « d’ordre de la cité », et par extension l’institution chargée de cet ordre.
Métropole
En grec, la metropolis, c’est la cité mère (meter, metros est apparenté à mater, « mère » en grec),
c’est-à-dire la cité dont sont originaire les colons qui fondent une nouvelle colonie.
Par exemple, la cité grecque d’Asie mineure (Turquie) de Phocée est la métropole de la colonie de
Massalia : cette ville qui deviendra Marseille a été fondée en -600 par des habitants de la ville de
Phocée.
Ce sens se retrouve en français moderne avec la France métropolitaine (France d’Europe) opposée
à la France d’Outre-mer (anciennes colonies).
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
41
2. Les mots de la politique
Quelques étymologies de mots en rapport avec la politique :
Ministre
Le ministre est aujourd’hui un des personnages les plus puissants. Pourtant, l’origine du mot est
très modeste : minister en latin s’oppose à magister, « le maître ». Le ministre est donc un simple
serviteur. Cette modestie étymologique se retrouve dans l’expression « serviteur de l’Etat »
parfois utilisée pour désigner un ministre et qui rappelle que, même au plus haut niveau de la
hiérarchie, un fonctionnaire reste au service de la communauté.
La racine de minister se retrouve dans beaucoup de mots exprimant la petitesse : minimum,
diminuer, mineur, minute, moins, menu, mince.
Le mot latin minister, qui a donné ministre par emprunt savant, a abouti par voie populaire au mot
métier.
Gouvernement
Le gouvernement est l’ensemble des ministres. Le mot gouvernement vient du verbe gouverner, du
latin gubernare, qui signifie « conduire un bateau ». Comme beaucoup de mots latins de navigation,
il vient du grec, kubernan, « piloter ».
Ce verbe grec était aussi utilisé avec le sens actuel de gouverner, et la « cybernétique »
(kubernetikè) en grec était « l’art du gouvernement ». Dans la langue moderne, il a pris le sens de
contrôle d’une machine, et plus généralement de l’informatique, de la robotique et de
l’intelligence artificielle.
Le gouvernail sert à diriger un bateau, alors que l’avion se dirige (dans un plan horizontal) à l’aide
de la gouverne.
l’Etat
Le mot Etat vient du verbe latin stare, « être, se tenir debout ». Il est en rapport avec les mots
stable, stabilité, statut, statue, stature.
L’état, c’est la manière d’être, le statut. D’où la signification de position sociale et politique que
l’on retrouve dans l’expression Tiers-Etat. De là, état a pris le sens d’un groupe soumis à la même
autorité, puis a désigné par extension cette autorité elle-même et l’institution qui l’incarne : dans
ce sens, Etat s’écrit toujours avec une majuscule.
Activité 3 : à vous !
A l’aide des documents qui vous sont proposés, expliquez brièvement, sur le modèle des 3 mots
présentés précédemment, l’origine étymologique de l’un des mots suivants :
République
Régime
Cohabitation
Président
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
1. République
42
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
2. Régime
43
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
3. Cohabitation
44
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
4. Président
45
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
6. l’amour
Plan du chapitre
1.
2.
3.
4
5.
Fiche étymologique
Locutions
Citations
La Saint-Valentin
Littérature et chanson
46
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
47
1 . Fiche étymologique
Fiche étymologique
amour
Origine
Autres langues
latin
japonais
grec
anglais
amor
愛、恋
eros, philia, agapè
love
italien
espagnol
allemand
amore
amor
Liebe
Mots apparentés
amourette, amoureux, s’amouracher, aimer, ami, ennemi, amitié, amical, amant,
amateur
Remarques
Signification
l’amour,
les amours
Le sens du mot amour est partagé entre l’amour « bienveillant », tel que l’amour
maternel, et l’amour « intéressé », celui du désir sexuel. Bien sûr, la frontière
entre les deux significations n’est pas absolue, et la fascination de l’amour réside
précisément dans l’ambiguïté entre ce deux sens.
Le grec faisait la différence entre ce deux sens : l’amour physique avec éros,
l’amour désintéressé avec les mots philia et agapè.
Le mot amour a longtemps été féminin. Ce n’est qu’au XVIIe siècle, avec la
personnification de l’amour par le dieu Amour (Cupidon), masculin, que le mot a
changé de genre. En revanche, il a gardé son genre féminin au pluriel. On dit donc
un amour malheureux mais des amours anciennes.
Notes étymologiques
ameur, amour
amoureux
amourette
s’amouracher
aimer
amant
aimable
ami
amical
ennemi
amitié
amateur
les mots latins en –or donnent en français, c’est-à-dire en langue d’oïl, la
terminaison –eur. Ainsi factor devient facteur, valor devient valeur, etc.
Le mot latin amor a bien donné un mot français ameur, mais qui a été remplacé au
Moyen Age par le mot amour, sous l’influence du provençal amor.
A cette époque en effet, la littérature occitane, celle des troubadours, a beaucoup
influencé la langue du nord.
Il y a peu de dérivés du mot amour. Le mot amoureux correspond à l’amour
« intéressé ». Une amourette est une aventure amoureuse sans conséquence. Le
verbe s’amouracher évoque un sentiment soudain, capricieux et unilatéral.
vient du latin amare. L’orthographe ai en français vient d’une diphtongaison
propre au français. Jusqu’au XVe siècle, on disait amer, d’où le participe présent
devenu nom amant. L’adjectif aimable, qui existait autrefois sous la forme
amable, a changé sous l’influence de aimer.
Le nom aimant (磁石) n’a en fait pas de rapport étymologique : il vient d’un mot
grec, adamas (« corps dur »), de la même famille que le mot diamant.
L’amiante non plus n’a pas de rapport : il vient du grec a-, « sans », et miainein,
« salir » et signifie « incorruptible ».
ami vient du latin amicus, d’où l’adjectif français amical. Son contraire, inamicus,
a donné l’adjectif français inamical mais aussi ennemi.
Amitié vient du mot latin amicitas.
Vient du latin amator, nom d’agent du verbe amare. A l’origine, celui qui aime. Au
XVIIIe siècle, il prend le sens de « personne qui aime un art » et au XIXe siècle
celui de « personne exerçant une activité de manière non professionnelle ».
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
48
2. Locutions
Activité 1
Connaissez-vous des locutions avec le mot amour ? Complétez les phrases suivantes avec le mot qui
convient.
1. L’amour, comme la guerre, commence toujours par une ……………………. .
2. Le gratin, c’est bon, mais si vous en abusez, gare aux ……………………. d’amour !
3. La …………………. d’amour est un nom régional de la tomate.
4. Autrefois, « ………. l’amour » signifiait « parler d’amour, faire la cour », mais aujourd’hui cela
signifie « avoir des relations sexuelles ».
5. Il ne voudra jamais que tu l’aides, il trop d’amour-……………. .
6. Il ne s’est jamais consolé de son grand ………………….. d’amour.
Réponses page 51
3. Citations
Activité 2 : qui a dit …?
Essayez d’imaginer l’auteur de ces citations sur l’amour.
Auteurs :
Albert Camus
Blaise Pascal
François Villon
Honoré de Balzac
Jean Cocteau
Jean Racine
La Rochefoucauld
Paul Eluard
Romain Gary
Saint-Exupéry
Citations
1 Deux étions et n'avions qu'un coeur.
2 Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point.
L'absence diminue les médiocres passions et augmente les grandes,
comme le vent éteint les bougies et allume le feu.
Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue;
Un trouble s'éleva dans mon âme éperdue;
4
Mes yeux ne voyaient plus, je ne pouvais parler;
Je sentis tout mon corps et transir et brûler...
Aimer, ce n'est pas se regarder l'un l'autre, c'est regarder ensemble
5
dans la même direction.
3
6 Sans imagination, l’amour n’a aucune chance.
Le verbe aimer est le plus compliqué de la langue.
7 Son passé n'est jamais simple, son présent n'est qu'imparfait et son
futur toujours conditionnel.
8 Je ne connais qu'un seul devoir, et c'est celui d'aimer.
9
L'amour n'est pas seulement un sentiment,
il est aussi un art.
10 J'entends ta voix dans tous les bruits du monde.
Auteur
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
49
Réponses :
Citations
1 Deux étions et n'avions qu'un coeur.
2 Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point.
L'absence diminue les médiocres passions et augmente les grandes,
comme le vent éteint les bougies et allume le feu.
Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue;
Un trouble s'éleva dans mon âme éperdue;
4
Mes yeux ne voyaient plus, je ne pouvais parler;
Je sentis tout mon corps et transir et brûler...
Aimer, ce n'est pas se regarder l'un l'autre, c'est regarder ensemble
5
dans la même direction.
3
Auteur
François Villon
Blaise Pascal
La Rochefoucauld
Jean Racine
Saint-Exupéry
6 Sans imagination, l’amour n’a aucune chance.
Romain Gary
Le verbe aimer est le plus compliqué de la langue.
7 Son passé n'est jamais simple, son présent n'est qu'imparfait et son
futur toujours conditionnel.
Jean Cocteau
8 Je ne connais qu'un seul devoir, et c'est celui d'aimer.
Albert Camus
9
L'amour n'est pas seulement un sentiment,
il est aussi un art.
10 J'entends ta voix dans tous les bruits du monde.
Honoré de Balzac
Paul Eluard
4. La Saint-Valentin
L'association du milieu du mois de février avec l'amour et la fertilité date de l'antiquité.
Dans la Rome antique, le jour du 15 février était nommé les lupercales ou festival de Lupercus, le
dieu de la fertilité, que l'on représente à moitié nu et vêtu de peaux de chèvre.
Les prêtres de Lupercus sacrifiaient des chèvres au dieu et, après avoir bu du vin, ils couraient dans
les rues de Rome et touchaient les passants en tenant des morceaux de peau de chèvre à la main.
Les jeunes femmes s'approchaient volontiers, car être touchée ainsi était censé rendre fertile et
faciliter l'accouchement. Cette solennité païenne honorait Junon, déesse romaine des femmes et
du mariage, ainsi que Pan, le dieu de la nature.
Au moins trois saints différents sont nommés Valentin, tous trois martyrs. Leur fête a été fixée le
14 février aux alentours de 498. Leur vie est mal connue.
Le jour de la Saint Valentin a longtemps été célébré comme étant la fête des célibataires et non
des couples. Le jour de la fête, les jeunes filles célibataires se dispersaient aux alentours de leurs
villages et se cachaient en attendant que les jeunes garçons célibataires les trouvent. A l'issue de
ce cache-cache géant, les couples formés étaient amenés à se marier dans l'année.
La première mention du jour de la Saint-Valentin avec une connotation amoureuse remonte au XIVe
siècle en Angleterre et en France, où l'on croyait que le 14 février était le jour où les oiseaux
migraient.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
50
5. Littérature et chansons
Littérature
L’amour est un thème majeur de la littérature, présent dans la plupart des œuvres poétiques et
romanesques. Voici quelques exemples choisis de manière tout à fait arbitraire.
Titre
Le cantique des cantiques
Date
IVe siècle
avant JC
Auteur
Inconnu
Tristan et Iseult
XIIe siècle
Béroul
La Princesse de Clèves
1678
Madame de La
Fayette
Manon Lescaut
1728
l’abbé Prévôt
Les liaisons dangereuses
1782
Choderlos de
Laclos
Le Rouge et le Noir
1830
Stendhal
Belle du seigneur
1968
Albert Cohen
Commentaire
Poème d’amour profane dans la Bible
Exemple de roman d’amour courtois
(l’amour idéal du Moyen Age)
Cette œuvre est considérée comme
le premier roman moderne
Roman sur la fatalité de la passion
amoureuse
Grand roman épistolaire sur la
perversité en amour
Le grand roman français de l’amour
« romantique »
Souvent considéré comme le grand
roman d’amour du XXe siècle
Les chansons
Il existe d’innombrables chansons d’amour. L’une des plus célèbres a été écrite en 1949 par la
grande chanteuse Edith Piaf : l'hymne à l'amour (musique de Marguerite Monnot). Voici les paroles :
L'hymne à l'Amour
Le ciel bleu sur nous peut s'effondrer
Et la terre peut bien s'écrouler
Peu m'importe si tu m'aimes
Je me fous du monde entier
Tant qu'l'amour inond'ra mes matins
Tant que mon corps frémira sous tes mains
Peu m'importe les problèmes
Mon amour puisque tu m'aimes
J'irais jusqu'au bout du monde
Je me ferais teindre en blonde
Si tu me le demandais
J'irais décrocher la lune
J'irais voler la fortune
Si tu me le demandais
Je renierais ma patrie
Je renierais mes amis
Si tu me le demandais
On peut bien rire de moi
Je ferais n'importe quoi
Si tu me le demandais
Si un jour la vie t'arrache à moi
Si tu meurs que tu sois loin de moi
Peu m'importe si tu m'aimes
Car moi je mourrais aussi
Nous aurons pour nous l'éternité
Dans le bleu de toute l'immensité
Dans le ciel plus de problèmes
Mon amour crois-tu qu'on s'aime
Dieu réunit ceux qui s'aiment
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
51
Réponses à l’activité 1 : locutions
1. L’amour, comme la guerre, commence toujours par une déclaration .
2. Le gratin, c’est bon, mais si vous en abusez, gare aux poignées d’amour !(« bourrelets »)
3. La pomme d’amour est un nom régional de la tomate.
4. Autrefois, « faire l’amour » signifiait « parler d’amour, faire la cour », mais aujourd’hui cela
signifie « avoir des relations sexuelles ».
5. Il ne voudra jamais que tu l’aides, il trop d’amour-propre (« fierté »).
6. Il ne s’est jamais consolé de son grand chagrin d’amour.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
52
7. la guerre et la paix
Plan du chapitre
1.
2.
3.
Fiche étymologique : la guerre
Fiche étymologique : la paix
Les guerres de la France
1. Fiche étymologique : la guerre
la guerre
Origine
francique
*werra
Autres langues
japonais
grec
anglais
戦争
polemos ()
war
italien
espagnol
allemand
guerra
guerra
der Krieg
Mots apparentés
guerre, guerrier, guerroyer, aguerrir, guérilla, guérillero, va-t’en-guerre
belliciste, belliqueux, se rebeller, rébellion, rebelle, belligérant
Notes étymologiques
les Francs et la
guerre
guerre et
saucisse
guerre, war
le mot guerre est d’origine francique et a remplacé le latin bellum.
Dans la langue francique, *werra signifie « querelle, scandale ».
Le francique est la langue d’un peuple germanique, les Francs, qui se sont
installés dans le nord de la Gaule à l’époque de l’Empire romain.
Après avoir attaqué la Gaule au IIIe siècle, ils ont été associés à l’Empire et ont
participé activement à sa défense contre les invasions extérieures.
Lors de l’effondrement de l’Empire, les chefs militaires francs ont assumé le
pouvoir et étendu leur autorité à toute la Gaule (Ve siècle).
De même que le pouvoir franc s’est substitué au pouvoir romain défaillant, le
mot francique guerre a remplacé le mot latin bellum. De même également, le
nom latin Gallia a été remplacé par Francia, le pays des Francs.
Le mot *werra est issu d’une racine germanique wers- qui signifie « confusion,
mélange ». En allemand actuel, le mot Wurst (saucisse, charcuterie) est de
même origine. En français moderne on qualifie parfois d’ailleurs un massacre de
boucherie…
Le mot anglais war est issu du français par l’ancien normand werre. L’emprunt
de ce mot d’origine germanique en anglais ne date donc pas de l’invasion anglosaxonne du Ve siècle, ni des invasions scandinaves du VIIIe siècle, mais de la
colonisation normande du XIe siècle. (de même, warrior vient du français
guerrier)
Sébastien Jaffrédo
guérilla,
guérillero
la famille de
bellum
polémique
Etymologie thématique
53
On remarque que l’italien et l’espagnol ont également adopté le mot guerra, ce
qui rappelle que les invasions germaniques ont touché également ces deux pays
(Wisigoths et Vandales en Espagne, Ostrogoths et Lombards en Italie).
Le mot espagnol guerra a donné guerilla, « petit groupe militaire d’attaque». Le
mot est passé en français en 1812, lors de la guerre d’Espagne.
C’est en effet pendant cette guerre qu’est apparue une forme moderne de
combat, où les armées régulières en uniforme (ici, les Français) sont harcelées
par des petits groupes mobiles qui se confondent avec la population civile.
Le mot latin bellum a donné naissance à une famille de mots français :
belliqueux, belliciste, bellicisme, belligérant, belligérance, et aussi rebelle,
rébellion.
bellum en latin vient du mot duellum, qui a donné le mot français duel.
le mot grec de la guerre, polemos, a donné l’adjectif polemikos, d’où le
français polémique (nom et adjectif), mais avec le sens de « discussion,
d’affrontement par la parole. »
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
54
Famille sémantique
synonymes
antonyme
conflit, combat, bataille, lutte, hostilité, offensive, bataille,
campagne, attaque, belligérance
paix
Locutions
guerre civile
de guerre lasse
casus belli
déclarer la guerre
de bonne guerre
à la guerre comme à la guerre !
Guerre entre factions à l’intérieur d’un même Etat.
Se dit quand on renonce au combat après une longue lutte (ou
une dispute)
Expression latine signifiant « acte de guerre » : se dit d’un acte
qui peut justifier une réponse par le guerre
Annoncer officiellement à son ennemi le début de la guerre
honnête, autorisé par les règles
Dans les situations difficiles, il ne faut pas se montrer trop
exigeant (notamment quant au confort)
Proverbes, citations
Si tu veux la paix, prépare
la guerre
La guerre est une chose
trop grave pour être
confiée à des militaires.
D’après le proverbe latin : si vis pacem para bellum
Cette phrase a été attribuée à Georges Clemenceau, Président
du Conseil en 1917-1920. Paradoxale seulement en apparence,
la phrase exprime la doctrine de la suprématie du pouvoir civil
sur le pouvoir militaire : les militaires ne doivent être que des
exécutants de décisions prises par le gouvernement.
Cette phrase résume aussi la personnalité et l’action de
Clemenceau : homme d’esprit mais surtout homme d’action, il a
réussi à imposer son autorité aux chefs militaires pendant la
période la plus difficile de la Première guerre mondiale.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
55
2. Fiche étymologique : la paix
la paix
Origine
latin
pax, pacis
Autres langues
japonais
grec
anglais
平和
eirênê (
peace
italien
espagnol
allemand
pace
paz
Fried
Mots apparentés
paisible, apaiser, pacifier, pacifique
payer, pacte, pays, païen
irénique, iréniste
Notes étymologiques
pax, pacis
paisible, apaiser
paix, pacte
pax est le nominatif (sujet), pacis est le génitif (complément du nom).
pacis a donné en ancien français pais. C’est ce mot qui a abouti à peace en
anglais, à travers le normand.
Le x de paix est un ajout artificiel : il a été ajouté au Moyen Age pour rappeler
l’étymologie latine. C’est un exemple d’orthographe étymologique, phénomène
qui complique beaucoup l’orthographe française.
Ces mots sont issus de l’ancien français pais.
Les deux mots ont la même origine, la racine indoeuropéenne °pag-/°pak-, qui
signifie « enfoncer, fixer », « fixer par convention ».
Le mot latin pax ne désigne pas l’état de tranquillité, mais un accord passé
entre des belligérants pour cesser le combat. Il y a donc un rapport lointain
mais étroit entre les mots pacte, pactiser, et paix.
payer
pays, païen
irénique,
iréniste
La famille du mot pacte comprend aussi les mots compact et impact. Le mot
récent pacs, acronyme de Pacte Civil de Solidarité (1998), est construit à partir
du lot pacte et se prononce d’ailleurs comme le mot latin pax. Il est permis de
trouver le mot pacte, qui implique l’idée d’un combat passé, ne soit pas très
bien choisi pour parler de l’union de deux personnes…
Le verbe payer vient du verbe latin pacare, issu de pax. Il signifie à l’origine
« pacifier, faire la paix entre deux combattants. » Historiquement, donc, payer
c’est faire un don pour apaiser, pour satisfaire un ennemi : il s’agit donc d’un
dédommagement ou d’une rançon.
Le caractère d’acte commercial n’est apparu que plus tard (XIIe siècle).
La racine indo-européenne °pag- a donné le mot latin pagus. °pag- signifie
« enfoncer » (d’où le mot impact) et « délimiter » : pagus était à l’origine une
borne enfoncée dans la terre pour déterminer la limite d’un territoire.
En latin classique, pagus est un « territoire, une région administrative », d’où le
sens actuel de pays. Il signifie aussi « la campagne », d’où les mots paysan et
paysage, mais aussi païen et paganisme : en effet, les habitants de la campagne
sont ceux qui ont mis le plus de temps à accepter la religion chrétienne, venue
des villes.
Le mot grec de la paix, eirênê, a donné les mots savants irénique (« qui apaise
les conflits religieux ») et iréniste (« qui croit à la paix perpétuelle »)
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
56
Famille sémantique
synonymes
antonyme
entente, accord, concorde, armistice, trêve
calme, tranquillité, quiétude
guerre
Locutions
faire la paix
un traité de paix
le processus de paix
Proverbes, citations
Il n'y a jamais eu de bonne guerre ni de mauvaise paix.
Benjamin Franklin
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
57
3. Les guerres de la France
L’histoire de l’Antiquité et de la France a été marquée par de très nombreux conflits. Les
connaissez-vous ? Répondez au quiz pour le savoir
Vrai
La guerre de Troie
est racontée dans le poème d’Homère
l’Odyssée
Les guerres puniques
sont une série de guerres entre Rome
et les Grecs
La Guerre de Gaules
est un livre de Jules César
La première croisade
a commencé en 1096
La guerre de Cent ans
a duré 116 ans
Les guerres d’Italie
se sont déroulées sous Louis XIII
Les guerres de religion
ont eu lieu au XVIe siècle entre
Catholiques et Juifs
La guerre de Trente ans
a augmenté l’influence de la France en
Europe
La guerre de Succession
d’Espagne
a été menée par Louis XIV
La guerre de Sept ans
a été une défaite française
Les guerres de la République et
de l’Empire
ont permis au territoire de la France
de s’agrandir
La guerre de Crimée
a été une victoire de la France,
l’Angleterre et le Russie contre la
Turquie
La guerre de 1870
a été gagnée par Napoléon III
La Première guerre mondiale
a été la guerre la plus meurtrière de
l’histoire de France
La Seconde guerre mondiale
a été une guerre civile
La guerre d’Indochine
a eu lieu de 1880 à 1892
La guerre d’Algérie
est le dernier grand conflit mené par
la France
Faux
Réponses page suivante
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
58
Réponses au quiz
La guerre de Troie
Les
est racontée dans le poème d’Homère
Faux
l’Odyssée
La guerre de Troie est un événement légendaire, élément essentiel de la culture grecque
antique. Il a donné lieu à de nombreuses œuvres artistiques, littéraires notamment. Une
partie en est racontée dans l'Iliade d'Homère ; le poème porte ce nom car le nom grec de la
ville de Troie est Ilion : il s'agit de la première épopée écrite en grec et elle a une valeur
fondatrice.
sont une série de guerres entre Rome
guerres puniques
Faux
et les Grecs
Les guerres puniques constituent une série de trois conflits qui opposèrent Rome et
Carthage
Les Carthaginois sont appelés Poeni en latin, déformation du nom des Phéniciens dont sont
issus les Carthaginois. La cause de ces guerres est liée à l'expansion concurrente de Rome
et de Carthage en Méditerranée occidentale.
La
* La Première Guerre punique (264-241 av. J.-C.) fut un conflit naval et terrestre. Elle
eut pour cadre principal la Sicile.
* La Deuxième Guerre punique (218-201 av. J.-C.) s'élargit à l'Italie qu'Hannibal Barca
atteignit en franchissant les Alpes, et à l'Espagne, pour s'achever en Afrique.
* La Troisième Guerre punique (149-146 av. J.-C.) eut lieu en Afrique et aboutit à la
destruction de Carthage.
est un livre de Jules César
Vrai
Guerre de Gaules
La
La Guerre des Gaules livre d'histoire en sept livres de Jules César constitué de notes
rédigées lors de la Guerre des Gaules qui se déroula de 58 à 52 et dont il fut le
généralissime victorieux.
Document de propagande à la gloire de César, c’est aussi une source de renseignements
précieuse pour les historiens.
a commencé en 1096
Vrai
première croisade
En 1096, l'empereur byzantin Alexis demande à l'Occident de l'aider contre les Turcs. A
Clermont, le pape Urbain II appelle aux armes la chrétienté. Au cri de « Dieu le veut ! », les
croisés marchent vers Jérusalem, qu’ils prennent en 1099, massacrant tous ses habitants.
Le Royaume chrétien de Jérusalem, fondé par Godefroy de Bouillon, subsiste pendant un
siècle.
a duré 116 ans
Vrai
La guerre de Cent ans
La guerre de Cent Ans décrit la période de 116 ans (1337 à 1453) pendant laquelle la
France et l’Angleterre s’affrontent lors de nombreux conflits, avec des trêves plus ou moins
longues.
La guerre commence lorsque Édouard III d’Angleterre déclare la guerre au roi de France
Philippe VI de Valois.
En 1453, les Anglais sont totalement chassés de France (sauf Calais).
Le conflit a débouché sur la constitution de deux nations européennes indépendantes : la
France et l’Angleterre qui, jusqu’alors, étaient imbriquées juridiquement.
se sont déroulées sous Louis XIII
Faux
Les guerres d’Italie
Les guerres d'Italie sont une suite de conflits menés par les rois français en Italie au cours
du XVIe siècle pour le contrôle du royaume de Naples, puis du duché de Milan.
Ces guerres ont lieu de 1492 à 1559 sous les règnes de Charles VIII, Louis XII, François Ier et
Henri II.
Les tentatives de domination de l’Italie par le France ont toutes été mises en échec par la
politique du pape et des Habsbourg (Charles Quint et Philippe II).
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
59
Les guerres de religion
La
ont eu lieu au XVIe siècle entre
Faux
Catholiques et Juifs
En France, on appelle guerres de religion une série de huit conflits entre catholiques et
protestants, qui ont ravagé le royaume de France dans la seconde moitié du XVIe.
A la Renaissance, la naissance d’un courant de Réforme remet en cause les principes
traditionnels de la religion chrétienne. Au catholicisme traditionnel s’oppose ainsi le
protestantisme, opposition qui débouche sur une terrible guerre civile.
Les premières persécutions contre les protestants commencent dans les années 1520. À la
mort du roi Henri II en 1559, les partis religieux s'organisent pour mettre à point leur réseau
militaire. Les guerres de religion commencent en 1562 et se poursuivent jusqu'en 1599,
avec l'Édit de Nantes.
a augmenté l’influence de la France en
guerre de Trente ans
Vrai
Europe
La guerre de Trente Ans est une suite de conflits armés qui ont déchiré l’Europe de 1618 à
1648.
Les combats se déroulent initialement et principalement dans les territoires d’Europe
centrale dépendant du Saint Empire romain germanique, mais impliquent la plupart des
puissances européennes sauf l’Angleterre et de la Russie.
Dans la seconde partie de la période, les combats se portent aussi en France, dans les PaysBas, en Italie du nord, en Catalogne. Pendant ces trente années, la guerre change
progressivement de nature et d’objet : commencée en tant que conflit religieux, elle se
termine en lutte politique entre la France et la Maison d’Autriche.
Le traité de Westphalie marque la fin de la guerre et la victoire de la France qui gagne
l’Alsace.
guerre de Succession a été menée par Louis XIV
Vrai
La
d’Espagne
La
La guerre de Succession d'Espagne a opposé de 1701 à 1714 la France et l'Espagne à une
coalition européenne. L'enjeu en était le trône d'Espagne et, à travers lui, la domination en
Europe. Dernière grande guerre de Louis XIV, elle a permis à la France d'installer un
monarque français à Madrid (cette dynastie règne toujours à Madrid) mais a beaucoup
affaibli économiquement la France.
a été une défaite française
Vrai
guerre de Sept ans
La guerre de Sept Ans (1756-1763) est un conflit majeur du XVIIIe siècle qui s’est déroulé
dans le monde entier.
Ce conflit opposa principalement la France et l’Angleterre d’une part, l’Autriche et la
Prusse d’autre part.
Il marque l’avènement de l’Empire britannique qui va dominer le monde jusqu’en 1914.
La France sort du conflit extrêmement affaiblie et perd ses colonies du Canada et d’Inde.
Elle prendra sa revanche quinze ans plus tard en soutenant les colons américains dans leur
guerre d’indépendance.
ont permis au territoire de la France
guerres de la
Faux
de s’agrandir
Les
République et de l’Empire
La
Ces guerres opposent, entre 1792 et 1815, la France et l’Angleterre, ainsi que tous les pays
d’Europe alliés tour à tour à l’un ou l’autre.
Malgré de très nombreuses victoires au début de la République et sous Bonaparte, qui
domine toute l’Europe continentale en 1812, la France finit battue et retrouve en 1815 ses
frontières de 1792.
a été une victoire de la France,
guerre de Crimée
l’Angleterre et le Russie contre la
Faux
Turquie
La Guerre de Crimée (1853-1856) est une guerre entre la Russie impériale et l'empire
Ottoman, allié à la France et l’Angleterre.
Cette guerre se termine par la victoire de la France et ses alliés après la bataille de
Sébastopol.
Sébastien Jaffrédo
La guerre de 1870
Etymologie thématique
60
a été gagnée par Napoléon III
Faux
La guerre franco-prussienne (juillet 1870-mai 1871) opposa le Second Empire français au
royaume de Prusse. La défaite entraîna la chute de l'Empire français, la proclamation de la
IIIe République, la guerre civile de la Commune de Paris, l’unification de l’Allemagne
autour de la Prusse et l’annexion de l’Alsace-Lorraine à ce nouvel Empire.
a été la guerre la plus meurtrière de
Première guerre
Vrai
l’histoire de France
La
mondiale
Outre les dégâts matériels (les combats les plus violents ont eu lieu sur son sol), la France a
au 1,4 million de tués, soit 10 % de la population active masculine. C’est la pire catastrophe
de l’histoire moderne en France.
a été une guerre civile
Seconde guerre
Vrai
La
mondiale
La
La
La Seconde guerre mondiale se caractérise pour la France par l’existence de deux
gouvernements (1940-1944) : le gouvernement de collaboration avec l’Allemagne, dirigé
par Pétain à Vichy, et celui de résistance, dirigé par De Gaulle à Londres puis Alger.
Cette dualité a été la cause d’une véritable guerre civile entre Français, commencée dès
1940 dans les colonies (Sénégal, Syrie, Algérie) puis jusque sur le territoire français.
a eu lieu de 1880 à 1892
Faux
guerre d’Indochine
La Guerre d’Indochine est une guerre de décolonisation qui s'est déroulée de 1945 à 1954
en Indochine française et a opposé la France au Viêt Minh (Front de l'indépendance du
Vietnam). Elle s'est conclue par la victoire des indépendantistes, menés par Hồ Chí Minh.
est le dernier grand conflit mené par
guerre d’Algérie
Vrai
la France
La guerre d'Algérie se déroule de 1954 à 1962 et débouche sur l'indépendance de l'Algérie,
colonie française depuis 1830.
Cette guerre est, sur le plan militaire, une guérilla. Elle oppose l'armée française à des
commandos combattants du FLN (indépendantistes algériens). Militairement gagnée par la
France, elle est politiquement remportée par le mouvement indépendantiste.
Cette guerre a été la cause d’un changement de régime en France en 1958 avec la chute de
la IVe République, le retour au pouvoir du général de Gaule et l’instauration d’une nouvelle
constitution, celle de la Ve République.
De Gaulle, décidé d’accorder l’indépendance, tente de négocier un règlement. Mais
l’opposition des colons européens d’Algérie entraîne la rupture politique. En 1962, l’Algérie
accède à l’indépendance et un million d’Algériens d’origine européenne ou juive doivent
s’enfuir.
Avec des effectifs de plus de 400 000 hommes, la guerre d’Algérie a été le dernier conflit
de masse de l’histoire de la France.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
61
8. les couleurs
Plan du chapitre
1.
Fiche étymologique
2.
Etymologie des noms de couleur
3.
Quiz
1. Fiche étymologique
couleur
Origine
Autres langues
latin
japonais
grec
anglais
色
chroma
color
color
italien
espagnol
allemand
colore
color
Farbe
Mots apparentés
colorer coloré coloration colorant colorier coloriage coloris coloriser colorisation couleuvre cobra
Notes étymologiques
origine
colorer/colorier
couleuvre, cobra
chrome
chromatique
chromosome
couleur vient du mot latin color. Ce mot se rattache à une racine indoeuropéenne °kel- signifiant ce qui est caché : la couleur, c’est la surface, ce
qui cache la réalité des choses.
La racine indo-européenne a de nombreux descendants dans la langue :
- le latin celare, « cacher », a donné les verbes français celer, déceler et
receler, ainsi que l’anglais to conceal.
- le latin cella, « la chambre », a donné le français cellule, mais aussi cellier
(cave à vin, cf allemand Keller, anglais cellar)
- enfin, le mot grec kaluptein (« couvrir ») a donné le nom de la plante
eucalyptus, qui signifie « bien couvert ».
Le verbe français colorer signifie «teinter, changer la couleur de quelque
chose», tandis que le mot colorier est utilisé spécifiquement pour le dessin.
La différence de sens s’explique par l’étymologie : le verbe colorer est
l’aboutissement normal de couleur, tandis que colorier est issu de l’italien
colorire et est passé en français comme terme de peinture (de même que le
mot coloris). A l’époque de la Renaissance en effet le français a beaucoup
emprunté à l’italien dans le domaine des arts.
Le mot latin colubra, « couleuvre, serpent », a donné en français le mot
couleuvre. En portugais, la racine latine a donné le mot cobra, « couleuvre »,
d’où le nom du cobra dans cette langue, qui se dit cobra de capello, « couleuvre
à chapeau ».
Le mot grec pour couleur, chroma, a donné tout un groupe de mots savants. Le
chrome est un métal isolé par le chimiste français Nicolas Louis Vauquelin en
1797 (Cr). Il a été nommé ainsi parce qu’un de ses composants, le chromate de
plomb (PbCrO4), était utilisé comme pigment rouge.
L’adjectif chromatique peut s’appliquer à la couleur comme à la musique : il
signifie alors une progression par demi-ton (la gamme chromatique est la
gamme des 12 demi-tons d’un octave).
Le chromosome est une unité d’ADN du noyau cellulaire, appelée ainsi parce
qu’elle se colore facilement (de chroma et soma, « corps »).
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
62
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
63
2. Etymologie des noms de couleur
Connaissez-vous l’origine des noms de couleurs ? Pour chacune, choisissez parmi les quatre langues
suivantes :
- latin
- francique
- perse
- langue inconnue d’origine préceltique
couleur
langue d’origine
blanc
bleu
brun
gris
jaune
marron
noir
orange
rose
rouge
vert
violet
(Réponses page suivante)
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
langue d’origine
couleur
étymologie
rouge
latin rubeus
vert
latin viridis
jaune
64
latin galbinus
latin
noir
latin niger
rose
latin rosa
violet
latin viola
gris
francique gris
blanc
francique blank
a remplacé le latin candidus et albus
brun
francique brūn
bleu
francique blao (latin caeruleus)
francique
préceltique
marron
préceltique °marr-, « pierre, caillou »
perse
orange
du persan nāranğ, par l’arabe et l’italien
3. Quiz
Répondez aux questions et vérifiez vos réponses page 66
1
Iris est la déesse grecque de :
a
b
c
d
a
b
c
d
De
De
De
Du
la liberté
l’égalité
la fraternité
roi
Laquelle de ces phrases est-elle
fausse ?
a Broyer du noir, c’est voir la vie en rose.
b Etre dans une colère noire, c’est être
vert de rage.
c Quand on se grise, on devient noir.
d Quand on a une bête noire, on lui en
fait voir de toutes les couleurs.
Avoir une peur bleue, c’est être
vert de peur. Vrai ou faux ?
a Vrai
b Faux
Réponse
a On dit une peur bleue, mais être vert
de peur. On dit parfois aussi être blanc
de peur.
Dans le drapeau français, le blanc
est la couleur :
2
3
la colère
l’arc-en-ciel
l’œil et la vue
la couleur violette
4
5
Qu’est-ce que la Terreur blanche ?
a La peur d’aller chez le dentiste.
b Une vieille dame très méchante
c La
politique
de
répression
de
Robespierre en 1793
d Une vague d’assassinats politiques
contre-révolutionnaires en 1795
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
« Assister à des actions
répréhensibles et choquantes »,
c’est « en voir des vertes et des
…… »
6
a
b
c
d
pas
pas
pas
pas
belles
rouges
mûres
fraîches
Lequel de ces mots n’a pas pour
origine un nom de couleur ?
6
a
b
c
d
galaxie
candidat
aubade
leucémie
Lequel de ces mots n’a pas pour
origine un nom de couleur ?
8
a
b
c
d
9
cyanure
colère
chlore
mélancolie
Laquelle de ces mers n’existe pas ?
a
b
c
d
e
10
a
b
c
d
e
La
La
La
La
La
mer Bleue
mer Noire
mer Rouge
mer Blanche
mer Jaune
Lequel de ces noms de pays ne
vient pas d’un nom de couleur ?
Albanie
Algérie
Bélarus
Erythrée
Monténégro
11
a
b
c
d
12
a
b
c
d
13
a
b
c
d
14
a
b
c
d
15
65
Lequel de ces éléments
géographiques n’existe pas ?
Le fleuve Bleu
Le Mont Blanc
Le lac Noir
La mer de Jade
« Il est connu comme le loup
blanc » signifie :
Il
Il
Il
Il
est célèbre.
a mauvaise réputation.
est considéré comme le chef.
est inconnu.
La nuit, tous les chats sont :
noirs
gris
bleus
blancs
Qu’est-ce qu’on ne peut pas dire ?
Il
Il
Il
Il
a
a
a
a
les cheveux blancs.
les yeux rouges.
la main verte.
les pieds jaunes.
Qu’est-ce que les Pieds-noirs ?
a Un groupe de rock très célèbre des
années 1970.
b Une tribu indienne.
c Des Européens d’Algérie.
d Des bergers des montagnes des Vosges.
16
Quelle affirmation est-elle fausse ?
a La rose est le symbole du Parti
Socialiste.
b Le bonnet rouge est un symbole
révolutionnaire.
c l’expression « peste brune » désigne le
fascisme.
d Le bleu est la couleur traditionnelle du
parti gaulliste.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
66
Réponses au quiz
1
Iris est la déesse grecque de :
a
b
c
d
la colère
l’arc-en-ciel
l’œil et la vue
la couleur violette
Réponse
b l’arc-en-ciel
Par extension, le mot iris signifie
- la partie colorée de l’œil
- la fleur appelée アヤメ en japonais
2
Dans le drapeau français, le blanc est la couleur :
a
b
c
d
De
De
De
Du
la liberté
l’égalité
la fraternité
roi
Réponse
d Le blanc a été de 1638 à 1790 la couleur du drapeau royal.
Après la prise de la Bastille, les cocardes bleu et rouge devinrent populaires parce qu'elles
étaient celles de la garde municipale de Paris. C’est La Fayette, chef des gardes nationaux,
qui a eu l'idée d'intégrer le blanc dans cette cocarde. Ces trois couleurs sont devenues le
symbole de la monarchie constitutionnelle des années 1789-1791 et du partage du pouvoir
entre le roi et les représentants du peuple. Après la destitution du roi en 1792, le drapeau
tricolore est devenu le symbole de la République.
3
Laquelle de ces phrases est-elle fausse ?
a
b
c
d
Broyer du noir, c’est voir la vie en rose.
Etre dans une colère noire, c’est être vert de rage.
Quand on se grise, on devient noir.
Quand on a une bête noire, on lui en fait voir de toutes les couleurs.
Réponse
a - Broyer du noir, c’est être déprimé. Voir la vie en rose, c’est être optimiste.
- La rage, c’est la colère. On peut être dans une colère noire, être vert de rage ou même
blanc de rage.
- Se griser signifie s’enivrer. Le mot vient de la couleur du vin gris-rose du champagne. Si vous
en buvez trop, vous serez complètement noir, c’est-à-dire saoul.
- Une bête noire est quelqu’un que l’on déteste sans raison et qu’on persécute injustement.
En faire voir de toutes les couleurs à quelqu’un, c’est faire souffrir quelqu’un.
4
Avoir une peur bleue, c’est être vert de peur. Vrai ou faux ?
a Vrai
b Faux
Réponse
a On dit une peur bleue, mais être vert de peur. On dit parfois aussi être blanc de peur.
5
Qu’est-ce que la Terreur blanche ?
a
b
c
d
La peur d’aller chez le dentiste.
Une vieille dame très méchante
La politique de répression de Robespierre en 1793
Une vague d’assassinats politiques contre-révolutionnaires en 1795
Réponse
d La politique de répression politique menée principalement par Robespierre en 1793-1794 a
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
67
été appelée la Terreur. Après sa chute (Révolution Thermidorienne d’août 1794), des groupes
royalistes ont assassiné des milliers de personnes liées à la politique de Robespierre.
« Assister à des actions répréhensibles et choquantes », c’est « en voir des vertes
et des …… »
6
a
b
c
d
pas
pas
pas
pas
belles
rouges
mûres
fraîches
Réponse
c Exemple : « quand il travaillait dans une prison, il en a vu des vertes des pas mûres. »
7
Lequel de ces mots n’a pas pour origine un nom de couleur ?
a
b
c
d
galaxie
candidat
aubade
leucémie
Réponse
a - galaxie : du grec galaktos, le lait. La galaxie à laquelle nous appartenons est la Voie Lactée,
traduction du grec galaktias kuklos. Les Grecs ont imaginé que la Voie Lactée était une
traînée de lait qu’Héraklès, enfant mais déjà prodigieusement fort, avait fait jaillir d’un sein
de la déesse Héra.
- candidat : de candidus, « blanc » en latin. Dans la république romaine, les candidats à des
emplois publics devaient porter une toge (un vêtement) blanc.
- aubade : du provençal ancien albada, de alba, « l’aube » en latin. Ce mot vient de albus,
autre mot pour dire « blanc ». L’aubade est une chanson du matin, comme la sérénade est
une chanson du soir.
- leucémie : de leukos, « blanc » en grec, et haima, « le sang. » La leucémie est aussi
appelée « cancer du sang ».
8
Lequel de ces mots n’a pas pour origine un nom de couleur ?
a
b
c
d
cyanure
colère
chlore
mélancolie
Réponse
b ▪ cyanure : (シアン化物) Vient du grec kuanos, bleu.
▪ colère : colère vient du grec kholera, « maladie venant de la bile », qui a donné également
le mot choléra.
▪ chlore : (塩素) Du grec khlôros, « vert, jaune clair ». Cet élément (Cl), isolé en 1774, a été
appelé ainsi à cause de sa couleur.
▪ mélancolie : du grec melas, « noir », et khole, « bile, humeur ». La mélancolie, est donc
une humeur noire.
9
Laquelle de ces mers n’existe pas ?
a
b
c
d
e
La
La
La
La
La
mer Bleue
mer Noire
mer Rouge
mer Blanche
mer Jaune
Réponse
a ▪ La mer Noire : mer d’Europe orientale (Ukraine, Roumanie, Bulgarie, Turquie)
▪ La mer Rouge : au Moyen-Orient, entre l’Egypte et l’Arabie Saoudite
▪ La mer Blanche : au Nord-Ouest de la Russie (port d’Arkhangelsk)
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
68
▪ La mer Jaune : entre la Corée et la Chine
10
a
b
c
d
e
Lequel de ces noms de pays ne vient pas d’un nom de couleur ?
Albanie
Algérie
Bélarus
Erythrée
Monténégro
Réponse
b ▪ Albanie : du latin albus, « blanc »
▪ Algérie : de l'arabe Al Jazaïr « les îles ». Il s’agit des îles qui sont devant le port d’Alger,
ville qui a donné son nom au pays.
▪ Bélarus (Biélorussie) : de bièla, « blanc », et russia, « Russie ». Le Bélarus, c’est la « Russie
blanche »
▪ Erythrée : du grec eruthros, rouge. Le pays a été appelé ainsi parce qu’il se trouve sur la
mer Rouge.
▪ Monténégro : c’est le nom italien (Vénitien du pays), qui signifie « montagne noire », Crna
Gora en serbe et monténégrin.
11
a
b
c
d
Lequel de ces éléments géographiques n’existe pas ?
Le fleuve Bleu
Le Mont Blanc
Le lac Noir
La mer de Jade
Réponse
d ▪ Le fleuve Bleu : aujourd’hui appelé Yangzi Jiang, ce fleuve de Chine est le troisième plus
long du monde (6 380 km).
▪ Le Mont Blanc : avec 4808m, c’est le plus haut sommet d’Europe de l’Ouest.
▪ Le lac Noir : il y a plusieurs lacs Noirs dans le monde, dont deux en France, un en Suisse, et
une dizaine au Québec.
12
a
b
c
d
« Il est connu comme le loup blanc » signifie :
Il
Il
Il
Il
est célèbre.
a mauvaise réputation.
est considéré comme le chef.
est inconnu.
Réponse
a Les loups blancs (albinos) sont très rares et donc attirent beaucoup l’attention.
13
a
b
c
d
La nuit, tous les chats sont :
noirs
gris
bleus
blancs
Réponse
b Quand les circonstances sont confuses, on peut agir sans être identifié.
14
a
b
c
d
Qu’est-ce qu’on ne peut pas dire ?
Il
Il
Il
Il
a
a
a
a
Réponse
les cheveux blancs.
les yeux rouges.
la main verte.
les pieds jaunes.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
69
d Avoir la main verte signifie être doué pour le jardinage.
15
a
b
c
d
Qu’est-ce que les Pieds-noirs ?
Un groupe de rock très célèbre des années 1970.
Une tribu indienne.
Des Européens d’Algérie.
Des bergers des montagnes des Vosges.
Réponse
c C’est le nom des habitants d’Algérie d’origine européenne ou juive qui ont dû quitter le pays
çà l’indépendance en 1962.
16
a
b
c
d
Quelle affirmation est fausse ?
La rose est le symbole du Parti Socialiste.
Le bonnet rouge est un symbole révolutionnaire.
l’expression « peste brune » désigne le fascisme.
Le bleu est la couleur traditionnelle du parti gaulliste.
Réponse
d Le parti actuel issu du gaullisme, l’UMP, utilise le bleu dans sa charte graphique. Mais ce n’est
pas une couleur qui symbolise traditionnellement cette famille politique. Le symbole du
gaullisme est la croix de Lorraine.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
70
9. Dieu
Plan du chapitre
1.
2.
3.
4.
5.
la famille de Dieu
Fiche étymologique
Dieux antiques
Les saints
Les mots de la religion
1. La famille de Dieu
Activité 1
Parmi les mots suivants, lesquels n’ont pas de rapport étymologique avec le mot dieu ?
Rapport
Pas de rapport
deviner
divan
divin
dominer
dimanche
don
jeudi
jouer
jour
Réponses page 76
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
71
2. Fiche étymologique
Dieu
Origine
Autres langues
latin
japonais
grec
anglais
deus
神
theos (θεός)
God
italien
espagnol
allemand
dio
dios
Gott
Mots apparentés
adieu, pardi, parbleu
déesse, déifier, déicide, déisme, déité
divin, divinité, diva, devin, deviner, divination
jour, journal, séjourner, séjour, diurne, aujourd’hui, midi, lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi,
samedi, midi, méridien, méridional, quotidien
Notes étymologiques
adieu, pardi,
parbleu
Adieu est une invocation de Dieu, pour qu’il protège la personne à qui on
s’adresse. C’est donc une forme d’adresse comparable à « salut ! » qui s’utilise
traditionnellement (et encore régionalement) pour dire bonjour, ou au revoir.
Adieu ne signifie donc pas : « nous nous reverrons devant dieu ». La
spécialisation d’adieu dans le cas d’une séparation définitive est une
particularité parisienne qui s’est imposée au XIXe siècle.
L’interjection pardi ! (« bien sûr !») est une abréviation de par Dieu !. Cette
interjection a été transformée en parbleu par euphémisme. On trouve d’autres
jurons archaïques de ce type : morbleu, tudieu, palsambleu.
divus, diva,
Le mot latin divus, diva (« dieu, déesse ») a fini par être supplanté par le
divinus
couple deus/dea.
Le mot divinité peut signifier soit la nature de dieu, soit une sorte de dieu.
Divus a donné l’adjectif latin divinus et le français divin (« relatif à un dieu »).
Le mot devin et le verbe deviner viennent de divinus. Le devin est celui qui se
met en relation avec dieu pour connaître l’avenir.
Le sens du mot deviner est passé de « prédire l’avenir » à celui de «
comprendre par déduction ou intuition »
deus
Le mot latin dea, féminin de deus, a donné déesse.
Déifier vient de deificare, de facere, « faire », c’est-à-dire élever au rang de
dieu.
Déicide vient de caedere, « tuer » : un déicide est l’acte de tuer un dieu
Une déité est une divinité. Le déisme est le fait de croire en dieu sans accepter
les dogmes religieux particuliers (catholicisme, protestantisme, judaïsme, etc.)
C’est l’attitude philosophique de Voltaire et l’origine du culte de « l’Etre
Suprême », brève expérience de religion nationale imposée par Robespierre en
1793-1794.
la racine indoLes origines du mot dieu nous font remonter aux sources des religions et des
européenne °dei- visions du monde primitives. Le mot vient de la racine indo-européenne °deisignifiant « briller » et renvoie à la lumière du ciel par opposition au monde
terrestre.
Cette racine °dei- a donné zeus en grec : Zeus, c’est le roi des dieux, le dieu
par excellence.
Le nom de Zeus en latin est Jupiter, de Ju (« dieu, jour ») et piter (pater,
«père»).
Dans les langues germaniques, elle a donné le nom d’un dieu (Ziu) assimilé plus
tard au dieu Mars et qui se retrouve dans les noms germaniques du mardi
(Tuesday en anglais, Dienstag en allemand.)
En latin, elle aboutit à deux sens distincts :
•
deus/divus : dieu
•
dies/diurnus : le jour
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
diurnus
diurne
jour
dies
théo-
72
diurnus est l’adjectif correspondant au nom latin dies, « le
jour ». Diurne (de jour) s’oppose à nocturne (de nuit).
La transformation de diurnus en jour passe par la forme jorn,
avec double processus :
- chute de la finale non accentuée –us
- passage de /dj/ à /dʒ/ puis /ʒ/.
journal
du latin diurnalis
aujourd’hui
La locution au jour d’hui vient doublement du mot dies :
1. d’abord par le mot jour (voir ci-dessus)
2. mais aussi par hui : hui vient du latin ho die et signifie
proprement « aujourd’hui ». La composition « au jour
d’hui » est donc un pléonasme (l’utilisation de deux
mots de même signification) sans doute rendu nécessaire
par la brièveté de hui (et peut-être sa ressemblance avec
oui)
L’usage récent recommence ce processus avec au jour
d’aujourd’hui qui s’entend couramment dans la langue parlée.
midi
De « mi », milieu et « di », le jour.
méridional
Du latin meridie (d’abord mediei diei), le milieu du jour. C’est
l’adjectif correspondant au nom sud.
Sud est un emprunt à l’anglo-saxon suth (anglais south) passé en
français d’abord comme terme maritime.
quotidien
du latin quotidie, « chaque jour », de quot, « combien », et
dies, « jour ».
dimanche
Du latin dies dominicus, le jour du Seigneur.
La finale -di des autres jours de la semaine vient également de
dies.
jeudi
Jeudi vient de jovis dies, le jour de Jupiter. Jovis est une autre
forme du nom de Jupiter, le dieu principal des Romains et
l’équivalent du Zeus grec (Jovis a donné l’adjectif jovial en
français).
La racine grecque theos (« dieu ») n’a de rapport établi avec la famille de deus,
mais elle donné beaucoup de mots français (monothéisme, théologie) et de
noms (Théodore, « cadeau de dieu », Théophile, « qui aime dieu »).
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
73
3. Dieux antiques
Activité 2 : les Dieux antiques
Connaissez-vous les dieux antiques ? Reliez les noms grecs, latins, et les attributions.
Dieux
romains
Dieux grecs
Apollo
Aphrodite
Bacchus
Apollon
déesse des récoltes.
Cérès
Arès
déesse du mariage.
Diane
Artémis
Hercule
Athéna
déesse de la beauté et de l'amour
Junon
Cronos
dieu de la guerre.
Jupiter
Déméter
Mars
Dionysos
Mercure
Hadès
Minerve
Héphaïstos
Neptune
Héra
Pluton
Héraclès
Saturne
Hermès
Uranus
Ouranos
Vénus
Poséidon
Vulcain
Zeus
Nom latin
dieu des mers et des océans.
dieu des enfers.
déesse de l'intelligence, de la
sagesse et de la guerre.
dieu de la jeunesse et des arts,
conduit le char du Soleil
sœur jumelle d'Apollon, déesse de la
chasse et de la lune.
dieu du vin et de l'ivresse.
messager des dieux, dieu du voyage,
du commerce et des voleurs.
fils de Zeus et d'une mortelle, c'est
un héros (demi-dieu)
dieu du feu, des forges et des
volcans
roi des dieux
fils d'Ouranos et Gaïa (la Terre), roi
des Titans et père de Zeus
une divinité primordiale
personnifiant le Ciel
Nom grec
Réponses page 77
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
74
4. Les Saints
Le dogme catholique est le résultat d’une longue histoire et d’une suite d’influences diverses. Par
conséquent, il est étonnamment complexe et contradictoire.
La religion catholique est officiellement monothéiste : il n’y a qu’un dieu. Pourtant, ce dieu
unique se compose de trois personnes, le Père, le Fils (Jésus), et le Saint-Esprit (la Sainte Trinité.)
On voit donc que ce monothéisme accepte tout de même une certaine pluralité.
La religion catholique fait également une grande place à la Vierge : officiellement, elle n’est
qu’une sainte, mais dans la réalité elle tient la place d’une divinité à part entière, et recevait
traditionnellement plus de prières que Dieu lui-même. Ce qui est compréhensible : quand on a une
demande délicate à faire, il est souvent plus prudent de la faire auprès d’une mère douce et
compréhensive que d’un père sévère et terrible…
Mais surtout, le catholicisme se caractérise par le culte des saints : à l’origine des hommes et des
femmes, ils acquièrent par la canonisation le rang de quasi-divinités qui aident les hommes dans
leur vie quotidienne. On leur dédie les églises et les communautés (d’où le nombre infini de nom de
ville en Saint-).
Activité 3 : les saints
Connaissez-vous la vie des saints ? Essayez de retrouver le nom du saint ou de la sainte dont il est
question :
c’est…
e
1
Évêque en Anatolie au IV siècle, il ressuscite trois enfants qui
avaient été tués, découpés et salés par un boucher.
2
En 451, elle convainc les habitants de Paris de ne pas abandonner
leur cité aux Huns et elle détourne la colère d'Attila par ses
prières.
Un des pères de l’Église. Évêque de Tours au IVe siècle, il est le
fondateur du premier monastère en Gaule (Ligugé). Il est célèbre
pour avoir partagé son manteau avec un pauvre.
Premier évêque de Paris au IIIe siècle et martyr, il est mort
décapité. Après son exécution, il aurait marché de Paris vers le
nord jusqu’à un endroit qui porte aujourd’hui son nom.
L'un des douze et le principal apôtre du Christ. Il est considéré par
le catholicisme comme le premier évêque de Rome. De son vrai
nom Simon, il était pêcheur sur le lac de Tibériade en Galilée
avant de rencontrer Jésus.
Évêque de Reims au VIe siècle, il a baptisé le roi franc Clovis à
Noël 496. La victoire de Clovis contre les Wisigoths aryens (une
autre forme du christianisme) a permis ainsi le renforcement du
catholicisme en Gaule.
3
4
5
6
Réponses page 77
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
75
5. Les mots de la religion
Paradis
Le grec paradeisos vient du persan pairidaeza signifiant un « parc clos de mur ». Il est composé de
pairi-, « autour » (grec péri- comme dans périphérique) et –diz, faire, construire.
Les grecs ont d’abord utilisé ce terme pour parler des réserves de chasse des rois Perses, puis pour
traduire de l’hébreu « le jardin d’Eden ». L’idée est celle d’un endroit clos, protégé de l’extérieur,
un lieu de sécurité, de repos et de plaisir.
Enfer
Du latin infernus, de même origine qu’inférieur : c’est le monde du bas. D’abord le séjour des
morts, il devient dans la religion chrétienne celui des damnés.
Purgatoire
Le purgatoire est une curiosité de la religion catholique apparue au XIIe siècle, le lieu où les morts
destinés au paradis « purgent » leurs péchés, c'est-à-dire s’en nettoient, s’en purifient. Le mot
latin purgare, « purger » vient de purus, « pur ».
Christ
Le mot grec christos signifie « enduit, frotté » d’huile. C’est une traduction du mot hébreu masiah,
de même sens. Dans la tradition juive, le fait d’enduire le corps d’huile (l’onction) est un acte
rituel, religieux. Le masiah (qui a donné le mot messie) est le roi désigné par dieu : Jésus, après sa
résurrection, devient le roi, le seigneur de l’humanité.
Cette tradition de l’onction sera reprise par les rois francs après leur conversion au christianisme :
lors du sacre du roi à Reims, le roi sera enduit de l’huile sainte, le saint chrème (même origine que
christ).
De christ viennent les mots chrétien, christianisme, et aussi le mot crétin (« stupide »).
Ange et Evangile
Ange vient du grec angelos (voir l’anglais angel), « le messager », utilisé pour traduire le mot
hébreu mal’ak lors de la traduction de la bible en grec à l’époque hellénistique.
Evangile vient du grec euangelos, « qui apporte une bonne nouvelle » (la résurrection du Christ), de
eu, « bon » (voir euphorique, euphonie) et angelos, « message, nouvelle ».
Diable
Le mot vient du grec diabolos, « qui désunit, qui inspire la haine », du verbe diaballein, de dia, « à
travers » (dialogue, diaspora, diapositive) et ballein, « jeter » (discobole, parabole).
Satan vient de l’hébreu śātān, « adversaire » : c’est l’ange chargé de tenter le héros pour le mettre
à l’épreuve.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
76
Réponses au activités
Réponses à l’activité 1 : la famille de Dieu
Rapport étymologique avec le mot dieu :
devin
divan
divin
dominer
dimanche
don
jeudi
jouer
jour
Rapport
x
Pas de rapport
x
x
x
x
x
x
x
x
Pour les mots ayant un rapport étymologique, voir la fiche étymologique page 70.
Divan
Aujourd’hui, une sorte de canapé. Vient du turc divan et l’italien divano.
Dans l’empire ottoman, le divan était le conseil des ministres, puis la salle où il se
tenait, qui était garnie de coussins.
Le mot turc est un emprunt à l’arabe d’un mot signifiant « liste, registre », puis
« bureau, administration ».
A l’origine, le mot arabe vient du persan diwan, de dibir, « écrivain, scribe » (donc celui
qui établit les listes et les registres).
Dominer
Vient du latin dominus, « maître de maison », de domus, « la maison » (cf. français
dôme). Dominus a aussi donné le titre dom, don (dom Pérignon, don Quichotte, don
Giovanni).
Don
Du latin donum, « action de donner ».
Jouer
Du latin jocus. Le verbe anglais to joke (« plaisanter »), de même origine, a donné en
français le mot joker (carte, atout).
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
77
Réponses à l’activité 2 : les dieux antiques
Nom latin
Neptune
Pluton
Cérès
Junon
Minerve
Vénus
Mars
Apollo
Diane
Bacchus
Mercure
Hercule
Vulcain
Jupiter
Saturne
Uranus
Nom grec
Poséidon
Hadès
Déméter
Héra
Athéna
Aphrodite
Arès
Apollon
Artémis
Dionysos
Attributs
dieu des mers et des océans.
dieu des enfers.
déesse des récoltes.
déesse du mariage.
déesse de l'intelligence, de la sagesse et de la guerre.
déesse de la beauté et de l'amour
dieu de la guerre.
dieu de la jeunesse et des arts, conduit le char du Soleil
sœur jumelle d'Apollon, déesse de la chasse et de la lune.
dieu du vin et de l'ivresse.
messager des dieux, dieu du voyage, du commerce et des
Hermès
voleurs.
Héraclès
fils de Zeus et d'une mortelle, c'est un héros (demi-dieu)
Héphaïstos dieu du feu, des forges et des volcans
Zeus
roi des dieux
Cronos
fils d'Ouranos et Gaïa (la Terre), roi des Titans et père de Zeus
Ouranos
une divinité primordiale personnifiant le Ciel
Réponses à l’activité 3 : les saints
c’est…
1
Évêque en Anatolie au IVe siècle, il ressuscite trois enfants qui
avaient été tués, découpés et salés par un boucher.
2
3
4
5
6
saint Nicolas
En 451, elle convainc les habitants de Paris de ne pas abandonner
leur cité aux Huns et elle détourne la colère d'Attila par ses
prières.
sainte Geneviève
Un des pères de l’Église. Évêque de Tours au IVe siècle, il est le
fondateur du premier monastère en Gaule (Ligugé). Il est célèbre
pour avoir partagé son manteau avec un pauvre.
saint Martin
Premier évêque de Paris au IIIe siècle et martyr, il est mort
décapité. Après son exécution, il aurait marché de Paris vers le
nord jusqu’à un endroit qui porte aujourd’hui son nom.
saint Denis
L'un des douze et le principal apôtre du Christ. Il est considéré par
le catholicisme comme le premier évêque de Rome. De son vrai
nom Simon, il était pêcheur sur le lac de Tibériade en Galilée
avant de rencontrer Jésus.
saint Pierre
Évêque de Reims au VIe siècle, il a baptisé le roi franc Clovis à
Noël 496. La victoire de Clovis contre les Wisigoths aryens (une
autre forme du christianisme) a permis ainsi le renforcement du
catholicisme en Gaule.
saint Rémi
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
78
10. le corps
Plan du chapitre
1.
Fiche étymologique
2.
Les parties du corps
3.
Locutions
1. Fiche étymologique
corps
Définitions
sens propre
sens figurés
Partie matérielle des êtres animés. L’organisme humain, souvent opposé à l’esprit
ou l’âme.
Partie principale d’un ensemble (un corps de bâtiment)
Un ensemble organisé (corps diplomatique)
Objet ou substance : corps céleste (astronomie), corps simple ou composé (chimie)
Origine
Autres langues
latin
japonais
grec
anglais
体
soma
body
corpus
italien
espagnol
allemand
corpo
cuerpo
Körper, Leib
Mots apparentés
corpus, corporel, anticorps, corpuscule, incorporer,
corporation, corporatif, corpulent, corsage, corset, corsé
Notes étymologiques
corpus
corporation,
incorporé
corset, corsage
soma
Le mot latin a été réintroduit en français au XIXe siècle pour désigner un
ensemble de lois ou, plus généralement, un répertoire de connaissances.
Le sens français de ces deux mots est différent de l’anglais.
Une corporation était, sous l’Ancien Régime, un groupe professionnel organisé
de manière stricte (métiers ou compagnonnage). On utilise encore le mot
aujourd’hui pour parler des gens d’une même profession.
Incorporer signifie assimiler ou mélanger dans un ensemble.
Ces deux mots viennent de la forme ancienne de corps qui s’écrivait cors. Le p a
été rajouté plus tard pour rappeler l’origine étymologique et établir une
distinction graphique avec des homonymes (cor).
Le mot grec a donné une série de mots scientifiques tels que chromosomes
(« corps coloré »), somatique (« relatif au corps »), psychosomatique (« maladie
physique ayant des causes psychologiques »)
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
79
2. Les parties du corps
Tête
Vient du latin testa, qui signifie «poterie», «pot». Ce mot a d’abord été utilisé comme une
plaisanterie, dans la langue familière. Aujourd’hui encore on utilise en argot des mots de récipients
pour désigner la tête : fiole («bouteille»), cafetière, etc.
Le mot testa a remplacé le latin classique caput.
Main
Du latin manus.
Cœur
Du latin cor, cordis. La racine indo-européenne °k’erd a donné le grec kardia, l’allemand Herz et
l’anglais heart.
Bras
Du latin brachium, emprunté au grec brakhion, nom issu de l’adjectif brachus, court.
Pied
Du latin pes, pedis. Le mot est apparenté, par une racine indo-européenne °ped-/°pod, au grec
pous, podos d’où viennent les mots podium, tripode, antipode, etc.
Cette racine indo-européenne est aussi à l’origine des mots allemand Fuss et anglais foot.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
80
Activité : les parties du corps
Parmi les mots suivants, retrouvez ceux dont l’étymologie est rapport avec les mots tête, cœur,
main, bras et pied. Il y a cinq mots à trouver pour chacun. Attention, il y a également 10 mots qui
n’ont pas de rapport !
accord
bracelet
braquage
brasserie
bravo
bref
bretzel
capitale
cardiaque
cardinal
casque
chapelle
chapitre
chef
chiromancie
concorde
corde
cordial
courage
embrasser
maintenant
manager
manche
mandarine
maniaque
manifestation
pédiatre
pédicure
pedigree
pétanque
pièce
piège
pieuvre
testament
tester
Vos réponses :
main
tête
1
1
2
2
3
cœur
3
4
4
5
5
1
1
2
2
3
bras
3
4
4
5
5
1
2
pied
3
4
5
Réponses page 82
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
81
3. Locutions
Activité 2 : locutions et parties du corps
Il existe de très nombreuses locutions basées sur les parties du corps. Cherchez des exemples pour
les mots suivants.
partie du corps
1
La tête
2
L'œil - les yeux
3
La bouche
4
L'oreille - les oreilles
5
Le nez
6
La dent - les dents
7
La langue
8
Le bras - les bras
9
L'épaule - les épaules
10
La main - les mains
11
Le pied - les pieds
12
La jambe - les jambes
13
Le cœur
locution
Pour vous corriger : vérifiez ou cherchez des réponses sur ce site :
http://membres.lycos.fr/clo7/grammaire/corps.htm
http://membres.lycos.fr/clo7/grammaire/corps2.htm
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
Réponses à l’activité 1 : les parties du corps
main
manche
chiromancie
manager
maintenant
manifestation
tête
tester
chapitre
capitale
chef
chapelle
pied
pieuvre
pédicure
pedigree
piège
pétanque
cœur
courage
cordial
accord
cardiaque
Partie du vêtement qui couvre le bras.
Du latin manica, de manus, «la main».
Du grec kheir, «la main», et mantia, «divination». La
chiromancie est l’art de lire l’avenir dans la paume de la
main (手相占い).
De l’anglais to manage, issu de l’italien maneggiare,
«utiliser, manipuler», de mano, «la main».
Du latin manu tenendo, «en tenant dans la main».
Du latin manisfestare, «montrer, découvrir», de
manifestus, «pris à la main».
Le verbe tester vient du nom test, emprunté à
l’américain (1893), dans le sens «d’examen de contrôle
des connaissances». Le mot anglais signifiait «essai, mise
à l’épreuve». Il vient de l’ancien mot français test,
«pot servant aux expériences de chimie». Le mot français
tête, dérivé du latin testa, «pot, vase», est de la même
famille.
Du latin capitulum, diminutif de caput, «tête».
Du latin capitalis, «de la tête», de caput, «tête».
Du latin capum, forme populaire de caput, «tête».
Dans le sens de «partie supérieure du corps», chef a
finalement été remplacé par tête. Ce sens demeure dans
le mot couvre-chef («chapeau»)
Du latin populaire capella, diminutif de cappa, «manteau
qui enveloppe la tête».
Le manteau (capella) de saint Martin, précieuse relique
des rois francs, était conservé dans la salle de prière du
Palais-Royal, qui a pris le nom de capella (788). Ce nom
s’est étendu aux autres petites églises privées.
Vient du latin polypus, issu du grec polupous, de polus,
«plusieurs», et pous, podos, «pied». Le mot grec est
apparenté au latin pedis, qui a donné pied.
Le mot poulpe vient également de polypus.
Du latin pes, pedis, «pied», et cura, «soigner». La
pédicure est le soin du pied.
Mot emprunté à l’anglais en 1828 pour parler de la
généalogie d’un chien de race.
Le mot anglais est une déformation du français pied de
grue. En effet, les schémas généalogiques ressemblent à
la trace d’un pied d’oiseau ( ).
Du latin pedica, «lien au pied», de pes, pedis, «le pied».
Le piège est à l’origine une corde qui s’enroule autour du
pied de l’animal.
Du provençal pétanco, de pé, «le pied», et tanco, «pieu,
bâton planté en terre». En effet, le jeu se joue avec le
pied fixe, sans prendre d’élan.
De l’ancien français cuer, «cœur». Le mot cœur a perdu
le sens de « courage » en français moderne, mais ce sens
se retrouve dans les locutions (mettre du cœur à
l’ouvrage)
Du latin cordialis, «relatif au cœur».
Du latin accordare, de ad, «à», et cor, cordis, «cœur».
Du latin cardiacus, emprunté au grec kardiakos, dérivé
de kardia, «cœur, estomac». Cardiaque est un adjectif
médical qui signifie «en rapport avec le cœur».
82
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
concorde
bras
bretzel
bracelet
brasserie
braquage
embrasser
Non
apparentés
bravo
bref
cardinal
casque
corde
mandarine
maniaque
pédiatre
pièce
testament
Du latin concordare, «vivre en harmonie avec les autres».
De cum, con, «avec», et cor, cordis, «le cœur».
De l’ancien allemand brezitella, «pâtisserie en forme de
bras croisés», emprunté au latin brachitella, dérivé de
brachium, «le bras».
Du français bras. Le sens est passé de «petit bras» à celui
«d’anneau porté au poignet».
A l’origine, la brasserie est une fabrique de bière, que
l’on doit mélange en la brassant, c'est-à-dire avec les
bras.
Le mot est utilisé le plus souvent aujourd’hui pour
«attaque à main armée», d’après l’expression braquer
(«tourner») une arme vers quelqu’un. A l’origine,
braquer signifie simplement « tourner avec le bras »
(latin brachium).
De en («dans») et bras : embrasser signifie « prendre
quelqu’un dans ses bras ».
Mot italien (1738) signifiant «brave, courageux». Mot
d’encouragement utilisé à l’origine dans les spectacles
d’opéra, il vient sans doute du latin barbarus, «barbare».
Du latin brevis, «court».
Du latin cardinalis, dérivé de cardo, «pivot». En latin, le
sens de «pivot» a évolué vers celui de «principal» : un
cardinal est donc un personnage important de l’Eglise.
De l’espagnol casco, «armure de tête», issu de cascar,
«briser» (de la même famille que le français casser).
Du grec khordê. Ce mot est passé au latin sous la forme
chorda, où il remplacé l’ancien mot latin funis (voir
funambule, funiculaire).
A l’origine, orange mandarine, c’est-à-dire «orange des
mandarins». Les mandarins étaient des hauts
fonctionnaires chinois.
Mandarin vient du sanskrit mantrin, «conseiller d’Etat»,
par l’intermédiaire du malais puis du portugais (1581).
Du grec mania, «folie».
Le pédiatre est le médecin des enfants. De pais, (génitif
paidos), «l’enfant», et iatros, «le médecin».
Du latin petia, «petit morceau», d’origine gauloise
(pettia).
Du latin testamentum, de testis, «témoin». Le testament
est le document qu’on laisse à sa mort pour indiquer
comment partager ses biens.
83
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
84
11. Café, thé et chocolat
Ces trois boissons : café, thé et chocolat, racontent l’histoire de la colonisation et de la
mondialisation. Ils sont les témoins des grands courants d’échanges culturels et commerciaux entre
les continents. Leur histoire est faite de contacts pacifiques mais aussi de rencontres brutales,
destructrices.
Activité 1 : d’où viennent-ils ?
Quelle est l’origine géographique du café, du chocolat et du thé ? Pour chacune des trois boissons
choisissez dans la carte ci-dessus la région du monde dont vous pensez qu’elle provient. Regardez
ensuite les réponses à la page suivante pour calculer votre score et évaluer vos connaissances.
Votre réponse
(numéro de la région d’origine)
Thé
Café
Chocolat
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
85
Réponses à l’activité
thé
chocolat
café
Régions d’origine
N°
Région
Thé
12
Le thé vient de Chine
Café
9
Le café est originaire d’Éthiopie
Chocolat
2
Le chocolat vient de l’Amérique centrale
Calculez votre score
Le tableau ci-dessous vous donne le nombre de points pour chaque réponse. Notez votre réponse,
le nombre de points correspondant et le score total.
Points obtenus par région
Région
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10 11 12 13 14
Thé
4
3
2
1
4
5
3
2
3
2
5
10
5
4
Café
3
2
3
2
4
4
5
5
10
5
4
3
2
1
Chocolat
5
10
5
4
4
3
3
2
2
1
3
3
2
1
Votre
réponse
Nombre de
points
Score total :
Votre résultat
Rang
30 points
Expert
Commentaires
C’est parfait ! Félicitations, vous n’avez plus rien à
apprendre ! C’est vous qui remplacerez le professeur quand il
sera malade…
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
Votre résultat
Rang
20-29 points
Connaisseur
10-19 points
Amateur
3-9 points
Débutant
86
Commentaires
Vous avez de très bonnes connaissances générales et vous
savez bien situer les origines géographiques des produits.
Bravo !
Vous avez d’assez bonnes connaissances générales. Votre
curiosité vous donne envie de découvrir l’histoire des choses.
Continuez !
Vous avez choisi le bon cours : vous allez apprendre plein de
choses !
L’histoire du thé
Le thé est aujourd’hui la boisson la plus consommée dans le monde. Les premières traces
archéologiques de consommation du thé datent de l’époque Han (漢), au IIIe siècle avant JésusChrist.
Étymologie
Il existe deux racines principales pour nommer le thé. La première vient du mandarin cha et a
donné les mots portugais (chá), russe (tchaï), japonais (茶 cha), et arabe (chaï), parmi d’autres.
La seconde est te qui vient du malais. A l’origine, il s’agit de la forme chinoise utilisée dans la
région du Fujian (sud de la Chine). Les Hollandais ont découvert le thé par l’intermédiaire des
Malais (Java) et l’ont appelé thee ([te]). C’est sous ce nom qu’ils l’ont introduit en Europe en 1606,
d'où le français thé, l'anglais tea, et l'allemand Tee.
Le thé et l’Occident
A l’époque où les Français découvrent le thé, la mode du chocolat et du café est déjà en plein
essor. Alors que les Hollandais et les Anglais se passionneront pour le thé, en France cette boisson
ne sera jamais très populaire.
Dès le XVIIIe siècle, le commerce du thé, déjà très prospère, est contrôlé par l’Angleterre.
Marchandise stratégique, elle est à l’origine du premier acte de la révolution américaine, la
« Boston Tea Party » en 1773. Cette révolte des colons américains contre un système de taxation
injuste est en effet la première action de la rébellion qui conduira à la guerre d’indépendance
américaine.
Symbolique et valeurs culturelles
Que représente le thé au Japon ? A quels rites, à quelles valeurs est-il associé ?
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
87
L’histoire du chocolat
Étymologie
Le mot chocolat vient du nahuatl xocolatl par l’espagnol chocolate. Le nahuatl est la langue parlée
par les habitants du Mexique, les Aztèques, lors de sa découverte par l’Espagnol Cortés en 1519. On
considère que le mot nahuatl xocolatl est dérivé du xocolli, « amer », et atl, « eau ».
La langue nahuatl a également donné au français les mots cacao (cacahuatl), cacahuète
(tlacacahuatl), tomate (tomatl), avocat (auacatl) et coyote (coyotl).
Le chocolat des Aztèques
Il s’agissait d’une boisson bien différente de celle qu’on peut boire aujourd’hui. Les fèves de cacao,
grillées, étaient écrasées, mélangées à de l’eau bouillante et battues (comme on le fait pour le thé
au Japon). On y ajoutait du piment, du musc et du miel. C’était une boisson sacrée dont la
préparation et la consommation étaient régies par un rite très strict.
Cortés et la destruction du Mexique
Hernán Cortés était un aventurier qui a quitté l’Espagne en 1511 pour l’île de Cuba, récemment
conquise. En 1519, il organise une expédition vers le continent, encore inconnu. Les guerriers
espagnols, couverts de fer et montés sur des chevaux, animaux inconnus des Aztèques, sont pris
pour des dieux. A leur arrivée à Mexico, l’empereur Moctezuma leur offre la boisson divine.
Mais les Espagnols n’étaient pas des dieux. En quelques mois, les maladies qu’ils ont apportées, et
leur politique de destruction cause l’effondrement de l’empire aztèque. L’empereur Moctezuma
meurt en 1520, suivi par des millions de ses compatriotes.
Le chocolat en Europe
Au XVIIe siècle, cette boisson exotique, adaptée au goût des Européens, est à la mode dans la
noblesse et la bourgeoisie. Le sucre produit par les esclaves des îles de l’Atlantique et des Caraïbes
adoucit l’amertume de la fève aztèque. C’est aussi à cette époque qu’on découvre la manière de
faire évaporer le chocolat, de le mouler et de le faire durcir pour pouvoir le croquer.
L’histoire du café
Étymologie
Le mot vient du turc qahve, lui-même d’origine arabe : qâhwâ. Il a été emprunté en français au
XVIIe siècle. Le mot arabe est entré en français à nouveau, directement cette fois, sous la forme
caoua en 1863. Ce sont les soldats d’Algérie qui l’ont emprunté et l’ont fait passer dans la langue
argotique.
Origines du café
Le caféier est probablement originaire d'Éthiopie, dans la province de Kaffa. Selon la légende, un
berger, Kaldi, aurait remarqué l'effet tonifiant de cet arbuste sur les chèvres qui en avaient
consommé.
Sa culture se répand dans l'Arabie voisine, où sa popularité a très certainement profité de la
prohibition de l'alcool par l'islam, dès le XIIe siècle. Puis il devient très populaire dans tout l’empire
turc.
Le café et les cafés
En France, on le découvre en 1669 à l’occasion d’une visite très cérémonieuse de l’ambassadeur
turc. A Vienne, la victoire de 1683 est l’occasion de saisir une grande quantité de sacs de café
apportés par les Turcs. C’est le début des célèbres cafés viennois.
En France, ces cafés se développent. On y parle pendant des heures de littérature et de politique.
Les grands philosophes du XVIIIe siècle tels que Diderot y prépareront la révolution. Cette tradition
du café parisien est encore bien vivante.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
88
Complément
Mots arabes en français : Bernard Cerquiglini
Dans cette vidéo (http://www.tv5.org/TV5Site/lf/merci_professeur.php?id=3604), le linguiste
Bernard Cerquiglini parle des mots d’origine arabe dans le vocabulaire gastronomique. Regardez la
vidéo et référez-vous à la transcription pour plus de détail.
Le menu aujourd'hui sera léger : un gratin d'artichaut et d'aubergine,
des épinards à l'estragon, une cassate à l'orange et à l'abricot, une
petite carafe d'alcool précédera un café au sucre candi.
Qu'ont tous ces mots en commun? La réponse aurait été plus facile si
j'avais inséré dans le menu un bon couscous. Tous ces termes
proviennent en effet de la langue arabe. Soit directement, l'artichaut
provient de al-kharchûf, l'épinard de isbinâkh, l'alcool de al-khol, quant
au café, il provient de l'arabe qahwa, lequel est passé directement, via
l'Algérie, dans notre langue sous la forme caoua, "un bon petit caoua".
Soit indirectement, c'est au catalan que nous avons emprunté
l'aubergine, nous avons emprunté à l'italien au 16e siècle la carafe, au
20e la cassate. Tous deux l'avaient emprunté à l'arabe.
Lequel a pu emprunter ces mots à d'autres langues : l'estragon provient
en fait du grec, l'orange du persan, le candi du sanskrit. Quant à albarqûq, qui a donné l'abricot, c'est en fait l'adaptation arabe de la
traduction grecque du latin praecoquum, "le fruit précoce".
En outre, tous ces termes n'ont pas pris que des allers-simples. On vend
aujourd'hui sur les marchés de Beyrouth des artichoki, des artichauts.
Le mot français a été réemprunté par l'arabe libanais. Comme on le
voit, les mots et les mets s'invitent à notre table. Ils repartent, circulent
librement. Les idiomes font preuve d'un bel appétit lexical!
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
12. la littérature
Plan du chapitre
1.
Notes étymologiques
Latin : Autour du mot lettre
Grec : Autour du mot gramme
2.
Famille sémantique
Autour du mot écrire
Autour du mot livre
Autour du mot texte
3.
3000 ans de littérature
Fiche étymologique
littérature
Origine
Mots apparentés
latin
litteratura
littéraire, littéral, lettre, lettré, lettrine, illettré, illettrisme, oblitérer
89
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
90
1. Notes étymologiques
Latin : Autour du mot lettre
lettre
illettré,
illettrisme,
analphabétisme
lettrine
littéraire,
littéral
oblitérer
du latin littera, d’origine inconnue. littera signifie « lettre de l’alphabet ». Sous
l’influence du grec grammata, le mot a pris le sens de texte de correspondance
(手紙), puis « ouvrage écrit » et enfin « culture, érudition ». De ce dernier sens
vient le mot « lettré ».
Le contraire du lettré est l’illettré. En français moderne, l’illettrisme
correspond à un phénomène social : le manque de maîtrise de l’écrit. L’illettré
est une personne qui a appris à lire et écrire, mais qui a malgré tout de grosses
difficultés à lire un texte courant.
L’illettrisme se distingue donc de l’analphabétisme, qui signifie l’absence
totale de connaissance de l’écrit. Le mot analphabétisme est constitué de la
racine grecque a-/an-, « sans », et du mot alphabet. Alphabet vient du nom des
deux premières lettres grecques, alpha et bêta.
Une lettrine est une lettre initiale majuscule placée en tête d'un
texte. La lettrine est décorée et illustrée.
Ces deux mots sont issus du latin litterarius et litteralis.
En français contemporain, littéraire est l’adjectif correspondant à la
littérature. Littéral signifie « exactement comme c’écrit » : recopier
littéralement, c’est recopier exactement. On dit aussi traduction littérale pour
une traduction qui reproduit exactement la construction de la langue d’origine.
Du latin oblitterare, de ob, « devant ». Il signifiait à l’origine effacer une lettre.
Il est utilisé aujourd’hui au sens figuré « d’effacer un souvenir », par
rapprochement avec oublier.
Au sens concret, il signifie aujourd’hui « poser une marque sur un timbre ou un
ticket pour signifier qu’il a été utilisé ».
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
91
Notes étymologiques
Grec : Autour du mot gramme
gramme
kilogramme
milligramme
programme
graphique
-graphe
-graphie
-graphie
graphogreffe
graffiti
grammatical
grammaire
grammairien
grimoire
Le mot grec pour lettre est gramma, grammatos. Ce mot est issu du verbe
graphein, « écrire, dessiner ».
En plus du sens de « lettre », gramma était aussi une unité de poids (1/24e
d’once). Ce sens a été repris en 1790 lors de la création du système métrique
pour désigner la nouvelle unité de masse.
Le mot grec programma est une composé de pro, « devant », et gramma, « ce
qui est écrit ». Le programme est donc ce qu’on écrit à l’avance.
Le verbe graphein a donné un grand nombre de mots français. L’adjectif
graphique se rapporte au dessin, mais la plupart des dérivés sont des composés
savants : géographie (de géo-, « la terre »), orthographe (de ortho-, « droit,
correct »), ou graphologie, « étude de l’écriture manuscrite d’une personne ».
Le mot grec grapheion, issu de graphein, signifiait un « stylet », c’est-à-dire une
pointe qui servait à écrire dans les tablettes en cire. Le mot est passé en latin
sous la forme graphium.
Ce nom s’est appliqué à l’outil pointu servant à couper un arbre pour y insérer
la branche d’un autre arbre : d’où le nom de greffe.
Le graphium, qui servait à graver des lettres dans la pierre, est aussi à l’origine
du mot italien graffiti, qui est passé en français.
Le grec grammatikè, « relatif à l’écriture et à la littérature », est passé en latin
sous la forme grammatica, devenu en français grammaire, « connaissance de la
chose écrite », puis « règles de la langue correcte ».
Un grimoire est un livre magique et ésotérique (incompréhensible si on n’est pas
initié). C’est la déformation de grammaire dans le sens de « livre d’érudition ».
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
2. Famille sémantique
1. Autour du mot écrire
A l’origine de l’écriture est la marque taillée dans un matériau plus ou
moins dur. Les plus anciennes traces d’écriture, en Mésopotamie il y a
6000 ans, étaient faites avec une petite baguette dans une terre molle,
l’argile, durcie par cuisson (écriture cunéiforme).
On utilisait aussi des tablettes de cire pour écrire des textes effaçables
par la suite.
Au contraire, pour les tombes et les monuments, destinés à durer, on
grave les caractères dans la pierre.
Dans les îles britanniques, l’alphabet ogamique est un système
d’écriture conçu spécialement pour être écrit sur du bois.
Dans tous les cas, l’écriture commence par la marque, l’entaille. C’est
pourquoi la racine indo-européenne °sker-, « gratter, tailler », est à
l’origine du mot latin scribere, qui a donné le français écrire, et les
mots de la famille : scribe, écrivain, inscrire, décrire, etc.
Le mot anglais score est issu de la même racine indo-européenne : il
s’agit d’une marque taillée dans le bois pour compter les points lors
d’un match.
92
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
93
Famille sémantique
2. Autour du mot livre
livre, papier
bible
ouvrage
Le mot vient du latin liber, qui est une partie de l’écorce de l’arbre : c’est en
effet sur ce matériau qu’on écrivait à Rome avant que le commerce
méditerranéen n’apporte le papyrus venu d’Égypte. Ce mot a donné le français
papier.
Du grec biblos, « le livre », d’où bibliothèque.
Un ouvrage est un travail, mais le mot est utilisé comme synonyme de livre.
Ouvrage vient du matin opera, « travail », qui a donné œuvre, opération, et
bien sûr opéra à travers l’italien. Aujourd’hui encore pour un jour qui n’est pas
férié, c’est-à-dire un jour où on travaille, on parle de jour ouvré.
3. Autour du mot texte
texte
roman
poème
Du latin textus, « tissu ». (voir le mot textile). Une histoire est en effet
composée comme on fabrique un tissu.
A l’origine, il s’agit des premiers grands récits écrits non pas en latin, mais en
langue vulgaire, c’est-à-dire la langue parlée. On a appelée cette langue la
langue romane : c’est une langue latine (donc de Rome), mais ce n’est pas du
latin.
Les premiers romans sont les romans courtois du XIIe siècle, avec Chrétien de
Troyes et des romans comme Perceval le Gallois.
Ce mot du grec poiêma, qui signifie « la chose faite » : c’est donc en somme un
autre synonyme du mot ouvrage.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
94
3. 3000 ans de littérature
Lisez les textes suivants et essayez de leur attribuer un auteur dans la liste suivante :
Auteur
1
2
3
4
5
6
7
Platon
Chrétien de Troyes
Rabelais
Rousseau
Victor Hugo
Louis-Ferdinand Céline
Daniel Pennac
Œuvre
La République, livre VII
Perceval ou le roman du Graal
Gargantua
Les Confessions, Livre VI
Les Misérables
Guignol’s band
Au bonheur des ogres
Réponses page 96
A
Et puisqu’on est dans les secrets je vais encore vous en dire un autre… abominable alors
horrible !… vraiment absolument funeste… que j’aime mieux le partager tout de suite !… et
qui m’a tout faussé la vie… Faut que je vous avoue mon grand-père, Auguste Destouches par
son nom, qu’en faisait lui de la rhétorique, qu’était même professeur pour ça au lycée du
Havre et brillant vers 1855. C’est dire que je me méfie atroce ! Si j’ai l’inclination innée !
Je possède tous ses écrits de grand-père, ses liasses, ses brouillons, des pleins tiroirs ! Ah !
redoutables ! Il faisait les discours du Préfet, je vous assure dans un sacré style ! Si il l’avait
l’adjectif sûr ! s’il la piquait bien la fleurette ! Jamais un faux pas ! Mousse et pampre ! Fils
des Gracques ! la Sentence et tout ! En vers comme en prose ! Il remportait toutes les
médailles de l’Académie Française.
B
Cependant Monsieur l'Appétit venait, et par bonne opportunité s'asseyaient à table. Au
commencement du repas était lue quelque histoire plaisante des anciennes prouesses,
jusques à ce qu'il eût pris son vin. Lors, si bon semblait, on continuait la lecture, ou
commençaient à deviser joyeusement ensemble, parlant, pour les premiers mois, de la
vertu propriété, efficace et nature de tout ce que leur était servi à table : du pain, du vin,
de l'eau, du sel, des viandes, poissons, fruits, herbes, racines, et de l'apprêt d'icelles. Ce
que faisant, apprit en peu de temps tous les passages à ce compétents en Pline, Athénée,
Dioscorides, Julius Pollux, Galien, Porphyre, Oppian, Polybe, Hélodore, Aristoteles, Elien et
autres.
C
Au moment où Gavroche débarrassait de ses cartouches un sergent gisant près d'une borne,
une balle frappa le cadavre.
- Fichtre! dit Gavroche. Voilà qu'on me tue mes morts.
Une deuxième balle fit étinceler le pavé à côté de lui. Une troisième renversa son panier.
Gavroche regarda et vit que cela venait de la banlieue.
Il se dressa tout droit, debout, les cheveux au vent, les mains sur les hanches, l'oeil fixé sur
les gardes nationaux qui tiraient, et il chanta:
On est laid à Nanterre,
C'est la faute à Voltaire,
Et bête à Palaiseau,
C'est la faute à Rousseau.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
95
D
Maintenant, représente-toi notre nature selon qu'elle a été instruite ou ne l'a pas été, sous
des traits de ce genre: imagine des hommes dans une demeure souterraine, une caverne,
avec une large entrée, ouverte dans toute sa longueur à la lumière: ils sont là les jambes et
le cou enchaînés depuis leur enfance, de sorte qu'ils sont immobiles et ne regardent que ce
qui est devant eux, leur chaîne les empêchant de tourner la tête. La lumière leur parvient
d'un feu qui, loin sur une hauteur, brûle derrière eux; et entre le feu et les prisonniers
s'élève un chemin en travers duquel imagine qu'un petit mur a été dressé, semblable aux
cloisons que des montreurs de marionnettes placent devant le public, au-dessus desquelles
ils font voir leurs marionnettes.
E
Ici commence le court bonheur de ma vie ; ici viennent les paisibles mais rapides moments
qui m'ont donné le droit de dire que j'ai vécu. Moments précieux et si regrettés ! Ah !
Recommencez pour moi votre aimable cours ; coulez plus lentement dans mon souvenir, s'il
est possible, que vous ne fîtes réellement dans votre fugitive succession. Comment ferai-je
pour prolonger à mon gré ce récit si touchant et si simple, pour redire toujours les mêmes
choses, et n'ennuyer pas plus mes lecteurs en les répétant, que je ne m'ennuyais moi-même
en les recommençant sans cesse ?
F
Côté famille, maman s'est tirée une fois de plus en m'abandonnant les mômes, et le Petit
s'est mis à rêver d'ogres Noël. Côté coeur, tante Julia a été séduite par ma nature de bouc
(de bouc émissaire). Côté boulot, la première bombe a explosé au rayon des jouets, cinq
minutes après mon passage. La deuxième, quinze jours plus tard, au rayon des pulls, sous
mes yeux, comme j'étais là aussi pour l'explosion de la troisième, ils m'ont tous soupçonné.
Pourquoi moi ? Je dois avoir un don.....
G
Qui sème peu récolte peu,
et qui veut avoir belle récolte
qu’il répande sa semence
dans un lieu qui lui rende fruit au centuple !
Car en terre qui ne vaut rien
la bonne semence se dessèche et meurt.
Chrétien sème et fait semence
d’un roman qu’il commence,
et il le sème en si bon lieu
qu’il ne peut être sans grand profit.
Il le fait pour le meilleur homme
qui soit dans l’empire de Rome :
c’est le comte Philippe de Flandre
qui vaut mieux que ne fit Alexandre,
lui dont on dit qu’il eut tant de valeur.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
Réponses :
A
B
C
D
E
F
G
Auteur
Louis-Ferdinand Céline
Rabelais
Victor Hugo
Platon
Rousseau
Daniel Pennac
Chrétien de Troyes
Œuvre
Guignol’s band
Gargantua
Les Misérables
La République, livre VII
Les Confessions, Livre VI
Au bonheur des ogres
Perceval ou le roman du Graal
96
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
97
13. villes et régions
Ce chapitre s’intéressera à l’histoire de la toponymie humaine française : nom des agglomérations
(localités et grandes villes) et des ensembles administratifs ou politiques (provinces, départements,
régions).
Plan du chapitre
1.
2.
3.
Amuse-gueule
les grandes villes
Départements, provinces, régions
1. Amuse gueule
Pour se mettre en appétit, quelques étymologies gastronomiques et géographiques :
Camembert
Le camembert est une spécialité du village de Camembert, en
Normandie (département de l’Orne).
Bien sûr, un fromage qui n’est pas fabriqué à Camembert ne peut,
jamais, être considéré comme un camembert…
Quant à l’origine du nom du village, elle nous apprend beaucoup de
choses sur l’histoire de la France et du français.
Camembert vient d’un nom signifiant « le champ de Maubert » :
c’était donc à l’origine une ferme appartenant à un homme nommé
Maubert. Beaucoup de localités françaises tiennent leur nom de leur
premier propriétaire ou maître, souvent des noms latins mais parfois
aussi germaniques.
Le mot français champ vient du latin campus ; la transformation du
ca latin en cha est typique du français, c’est-à-dire de la langue
d’oïl centrale (région parisienne, champagne, pays de la Loire). En
revanche, le maintien du ca latin (comme dans Camembert) est
typique de la Normandie et de la Picardie. Comme beaucoup de
mots anglais viennent du normand, cela explique certaines
différences entre le français et l’anglais (char et car par exemple).
Quant à Maubert, c’est un nom de personne d’origine germanique.
Sa forme ancienne, Madalberht, est composée de madal, « conseil,
réunion » et berht, « brillant » (que l’on retrouve dans Albert,
Bertrand, etc.)
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
98
Calvados
Cette eau-de-vie de pomme a pris le nom du département français où elle
est produite : le département du Calvados (14), qui fait partie de la région
actuelle de Basse-Normandie, et de l’ancienne province de Normandie.
Le département du Calvados a été créé, comme tous les autres, en 1789,
au début de la Révolution française.
Le but de la création des départements était d’affirmer le pouvoir central
et égalisateur de l’État contre les particularités locales. Les départements
devaient non seulement remplacer, mais aussi faire entièrement oublier les
provinces anciennes. C’est pourquoi on a choisi de nommer les
départements d’après des réalités « objectives » : rivières, montagnes, etc.
A l’origine, Calvados est le nom de rochers au large de la ville
d’Arromanches.
Ce nom viendrait du latin calva dorsa, « colline chauve ». Mais il existe une
autre explication, moins certaines mais plus amusante : Calvados serait la
déformation de « El Salvador », le nom d’un bateau de guerre espagnol
échoué sur cette côte lors de l’échec de la tentative d’invasion de
l’Angleterre par l’Invincible Armada de Philippe II en 1588.
Champagne
La Champagne est une région administrative actuelle (ChampagneArdenne), et aussi le nom d’une province d’avant 1789.
La Champagne a joué un rôle central tout au long de l’histoire de la France,
dès le baptême de Clovis à Reims en 498.
Son nom vient du latin campania, qui signifie « paysage de champs
ouverts » et qui a donné le mot campagne.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
99
2. Les grandes villes
Activité 1 : les villes françaises
1. Sur la carte ci-dessous, reportez le nom des 20 premières villes françaises.
Angers
Bordeaux
Brest
Dijon
Grenoble
Le Havre
Le Mans
Lille
Lyon
Marseille
Montpellier
Nantes
Nice
Paris
Reims
Rennes
Saint-Étienne
Strasbourg
Toulon
Toulouse
Réponses page 105
2. Quelle est l’origine étymologique du nom de ces 20 villes ? Classez dans l’ordre, du plus fréquent
au moins fréquent, les 6 origines étymologiques suivantes :
Ordre de fréquence
Nom d'origine française
Noms de personne
Noms d'origine gauloise
Noms d'origine germanique
Noms d'origine grecque
Noms d'origine latine
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
100
Origine du nom des 20 plus grandes villes françaises:
Origine germanique
Nom actuel
Strasbourg
Origine
Nom ancien
"la ville des routes"
Origine française
Nom actuel
Strassburg
Origine
Nom ancien
e
Montpellier
Montis (mont) pastell (plante), ville fondée au XI siècle
Le Havre
du mot français havre d'origine germanique (néerlandais
hafen) Ville fondée en 1517 par François Ier
du français île (XIe siècle)
Lille
Origine grecque
Nom actuel
Marseille
Origine
Nice
fondée par les Grecs en -600. Le nom vient du mot mas,
"source"
Fondée en -300 par les Grecs. Nikaia signifie "victoire"
Toulon
ville d'origine phénicienne, son nom Telonio est grec
Nom de personne
Nom actuel
Origine
Saint-Étienne de saint Etienne (Stephanos), un des plus anciens martyrs
(Ier siècle).
Grenoble
En 377, la ville gauloise de Cularo est rebaptisée
Gratianopolis, "ville de Gratien", alors empereur.
Origine gauloise
Nom actuel
Origine
Le Havre de Grâce
L'isle
Nom ancien
Massalia
Nikaia
Telonio
Nom ancien
Sancti Stephani
de Furano
Cularo
Nom ancien
Paris
peuple gaulois des Parisii
Lyon
de Lug, dieu gaulois, et duno, "ville".
Toulouse
peuple gaulois des Tolosates
Tolosa
Nantes
peuple gaulois des Namnètes
Condivincum
Bordeaux
Nom gaulois
Rennes
peuple gaulois des Redones
Reims
peuple gaulois des Remii
Angers
Andegavum, du peuple gaulois des Andes
Brest
de briva, "pont" en gaulois
Le Mans
peuple gaulois des Cénomans
Dijon
de divos, lieu sacré
Lutetia
Lugdunum
Burdigala
Condate Redones
Durocortero
Juliomagus
Brivate
Vindunos
Divio
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
101
Peuples gaulois en -50.
3. Départements, provinces et régions
La France métropolitaine actuelle compte 22 régions administratives.
1. Alsace
2. Aquitaine
3. Auvergne
4. Basse-Normandie
5. Bourgogne
6. Bretagne
7. Centre
8. Champagne-Ardenne
9. Corse
10. Franche-Comté
11. Haute-Normandie
12. Île-de-France
13. Languedoc-Roussillon
14. Limousin
15. Lorraine
16. Midi-Pyrénées
17. Nord-Pas-de-Calais
18. Pays de la Loire
19. Picardie
20. Poitou-Charentes
21. Provence-Alpes-Côte d'Azur
22. Rhône-Alpes
Elles ont été créées en 1956 par regroupement de plusieurs départements. Le mouvement actuel
de décentralisation tend à donner de plus en plus de pouvoirs aux régions aux dépens des
départements.
A l'inverse, les départements avait été institués en 1789 dans le but de renforcer le pouvoir
central aux dépens des provinces, entités régionales traditionnelles, qui ont alors disparu.
La création des régions au XXe siècle est donc une sorte de revanche des anciennes provinces, dont
beaucoup ont donné leur nom aux régions actuelles. Malgré des changements profonds, on
constate donc une permanence des ensembles géographiques tels que la Bretagne, l'Alsace ou la
Corse, au cours des siècles.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
102
Activité 2: les provinces
1. Localisation
Voici le nom de quelques grandes provinces d'Ancien Régime. Retrouvez leur emplacement sur la
carte.
Alsace
Aquitaine
Auvergne
Bourgogne
Bretagne
Champagne
Dauphiné
Franche-Comté
Île de France
Languedoc
Limousin
Lorraine
Normandie
Poitou
Provence
Savoie
2. Origines des noms de région
Dans le tableau suivant, écrivez le nom de la région correspondant
1
A l'origine, le prénom d'un petit-fils de Charlemagne
2
3
Autrefois, c'était la partie de la Bourgogne appartenant au Saint Empire
Germanique
En latin c'est la campagne
4
En latin, une région conquise
5
Le cœur du domaine royal
6
Le pays des Danois
7
Le pays des sapins
8
Leur nom signifie "près des Aulnes"
9
Nom d'origine germanique (Alaman)
10 Nom d'un peuple celte dont le nom signifie l'orme en gaulois
11 Nom d'un peuple celte insulaire
12 Nom d'un peuple dont les descendants actuels sont les Basques
13 Nom d'une île de la Baltique
14 Un peuple gaulois que les romains appelaient "les hommes peints"
15 Une autre façon de dire oui
16 Vient d'un animal aquatique
Alsace, Aquitaine, Auvergne, Bourgogne, Bretagne, Champagne, Dauphiné, Franche-Comté, Île de
France, Languedoc, Limousin, Lorraine, Normandie, Poitou, Provence, Savoie
Réponses page 106
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
103
Origines des noms de région
ALSACE
C'est un nom d'origine germanique. L'alsacien est une langue alémanique, issue du peuple des
Alamans qui se sont sédentarisés en Alsace et en Suisse actuelle. Le Suisse allemand
(schwytzertütsch) est également une langue alémanique. C'est au Ve siècle que l'occupation
alamane entre Vosges et Rhin devient définitive. L'Alsace fait partie de l'Empire germanique du Xe
au XVIIe siècle où elle est alors intégrée au royaume de France.
AQUITAINE
Les Aquitains peuplaient la région au sud de la Garonne quand Jules César a conquis la Gaule. Les
Basques actuels sont les descendants de ce peuple. L'extension géographique de l'Aquitaine a
beaucoup varié. Royaume plus ou moins indépendant sous les Francs, il devient au Moyen Age un
grand duché qui a pris plus tard le nom de Guyenne (La Guyenne est une déformation de
l'Aquitaine). Le nom antique est rétabli lors de la réforme de 1956.
AUVERGNE
L'Auvergne est le pays des Arvernes. Le nom de ce peuple celtique signifie "ceux qui vivent près
des aulnes". Le mot gaulois pour l'aulne, verne, est encore vivant dans les langues régionales du
midi et dans un grand nombre de toponymes.
BOURGOGNE
L'ancien nom de la Bourgogne, Burgondia, vient de celui
d'un peuple germanique, les Burgondes.
Ils habitaient à l'origine dans une danoise île de la
Baltique dont le nom Bornholm, était autrefois
Burgundarholm. Ils s'intallent sur le continent au IIe siècle
et progressent lentement vers le Sud.
En 443 ils créent un royaume de Burgondie dont la
capitale est Genève, puis Lyon. Ce royaume est conquis
par les Francs en 534.
Au traité de Verdun en 843, la Bourgogne est divisée; ce
partage aboutira au duché de Bourgogne (au royaume de
France) d'une part, et au comté de Bourgogne d'autre part (à l'Empire), qui deviendra la FrancheComté.
BRETAGNE
Les peuples Celtes de Grande Bretagne qui ont envahi l'Armorique au Ve siècle, chassés par les
Anglo-saxons, lui ont donné le nom de leur île d'origine, Britannia.
Ce nom vient d'un des peuples habitant cette île avant l'invasion romaine, les Pritani. Leur nom
signifient "les hommes peints".
CHAMPAGNE
Les Gallo-romains ont donné à cette région alors très sauvage le nom de Campania, c'est-à-dire
champ, plaine.
DAUPHINÉ
Le Dauphiné, région autour de la ville de Grenoble, n'a plus d'existence officielle (elle fait
aujourd'hui partie de la grande région Rhône Alpes). Le nom reste cependant vivant dans une
acception géographique.
Autrefois un état indépendant, son blason figurait un dauphin qui a donné son nom au prince (le
Dauphin) et à l'état (Dauphiné). Le territoire ayant été cédé en 1349 au roi de France, le titre de
Dauphin est devenu celui de l'héritier du trône de France (d'où le sens moderne de successeur
désigné).
FRANCHE-COMTÉ
La Franche-Comté est la Comté de Bourgogne (le mot était autrefois féminin), franche (c'est-àdire libre) de l'autorité du roi de France, parce qu'officiellement sous juridiction impériale.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
104
ÎLE DE FRANCE
Le mot d'île n'est pas parfaitement expliqué, mais le nom de France rappelle que le cœur du
domaine des rois francs dès le temps de Clovis est la région parisienne.
LANGUEDOC
A l'origine, c'est le nom du domaine des comtes de Toulouse qui dominent tout le midi, pays de
langue d'oc, c'est-à-dire toute la zone où "oui" se dit oc (du latin hoc, cela). A l'occasion de la
croisade des Albigeois (XIIIe siècle), le roi de France annexe une partie de ce domaine qui deviendra
le Languedoc actuel.
LIMOUSIN
Aujourd'hui une des 22 régions administratives, la région de Limoges tient son nom d'un peuple
Celtique, les Lemovices, de vice, "combattant", et lemo, "orme".
LORRAINE
Lorraine est l'aboutissement du nom Lotharingie, "pays de Lothaire". Lothaire, fils de Louis le
Pieux et petit-fils de Charlemagne, avait reçu en partage en 843 les territoires du centre de
l'empire franc, entre ceux de ses frères Charles à l'ouest et Louis à l'est. A son fils Lothaire II il a
légué le nord de ce domaine qui est devenu le duché de Lorraine. Celui-ci est finalement revenu à
la France en 1766 à la mort du duc Stanislas Leszczinsky.
NORMANDIE
La Normandie, pays des Norseman, les hommes du nord est le produit de l'invasion et de
l'occupation du pays par des guerriers danois au IXe siècle. En 911, le roi de France reconnaît cette
nouvelle unité politique sous forme d'un duché. La conquête de l'Angleterre par le duc Guillaume
en 1066 place la Normandie dans la zone d'influence anglaise jusqu'à la fin de la guerre de Cent Ans
(XVe siècle).
POITOU
Le nom de Poitiers et du Poitou vient du peuple des Pictons. Ce nom, d'origine latine, signifie
"ceux qui se peignent le visage (cf. "picture" en anglais) et leur a été donné par Jules César. On les
retrouve également en Écosse (Pictes).
PROVENCE
En latin, provincia signifie "région conquise". La Provincia Narbonensis (dont la capitale était
Narbonne) a été établie en -118 et regroupait toute la côte Méditerranéenne entre Alpes et
Pyrénées. La Provence actuelle est limitée à la partie orientale de la province romaine.
SAVOIE
La Sapaudia, lieu planté de sapins, vient du latin sappus, lui-même d'origine gauloise.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
105
Réponses à l'activité 1 : villes de France
1. Les 20 plus grandes villes françaises
2. Origine du nom des villes
Ordre de fréquence
Nombre de villes
Noms d'origine gauloise
1
11
Noms d'origine grecque
2
3
Nom d'origine française
2
3
Nom de personne
4
2
Noms d'origine germanique
5
1
Noms d'origine latine
6
0
Attention, ce classement ne concerne que les 20 villes sélectionnées, pas l’ensemble des noms
d’agglomérations en France.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
106
Réponses à l'activité 2 : les provinces
1. Localisation
Alsace
Aquitaine
Auvergne
Bourgogne
Bretagne
Champagne
Dauphiné
Franche-Comté
Île de France
Languedoc
Limousin
Lorraine
Normandie
Poitou
Provence
Savoie
6
15
13
8
1
4
10
7
3
12
14
5
2
16
11
9
2. Origine des noms de région
1 A l'origine, le prénom d'un petit-fils de Charlemagne
2 Autrefois, c'était la partie de la Bourgogne appartenant au Saint Empire
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
Germanique
En latin c'est la campagne
En latin, une région conquise
Le cœur du domaine royal
Le pays des Danois
Le pays des sapins
Leur nom signifie "près des Aulnes"
Nom d'origine germanique (Alaman)
Nom d'un peuple celte dont le nom signifie l'orme en gaulois
Nom d'un peuple celte insulaire
Nom d'un peuple dont les descendants actuels sont les Basques
Nom d'une île de la Baltique
Un peuple gaulois que les romains appelaient "les hommes peints"
Une autre façon de dire oui
Vient d'un animal aquatique
Contact : [email protected]
Lorraine
Franche-Comté
Champagne
Provence
Île de France
Normandie
Savoie
Auvergne
Alsace
Limousin
Bretagne
Aquitaine
Bourgogne
Poitou
Languedoc
Dauphiné
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
14. le temps
Plan du chapitre
1.
2.
3.
4.
5.
6.
Fiche étymologique
Famille sémantique
Locutions
Activité : le calendrier
Histoire du calendrier
Histoire de la semaine
107
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
108
Fiche étymologique
temps
Définition
Le temps comme durée est impossible à définir. C’est à la fois une réalité fondamentale de
l’existence et une notion insaisissable.
En tant que tel, il est présent dans toutes les cultures et sa valeur détermine en grande partie la
vision du monde véhiculée par chaque culture.
Origine
Autres langues
latin
tempus, temporis
japonais 時
grec chronos (χρομος)
anglais time
allemand Zeit
italien tempo
espagnol tiempo
Mots apparentés
longtemps, printemps, passe-temps, temporaire, temporel, temporiser,
contemporain, intempestif, tempête, tempo
Notes étymologiques
temps et tens
En ancien français, le mot s’écrit tens ou tems, le s étant prononcé. C’est
l’origine du mot anglais tense (« temps du verbe », 時制) ;
Le p est une réfection étymologique tardive (XIXe siècle). On voit ici encore
qu’à chaque époque, on aime à ajouter des complications à l’orthographe
française.
tempus et aevum En latin, le temps comme durée se dit aevum, mot d’où viennent les mots âge
et éternel.
tempus, lui signifie « le moment, l’instant »
temps qui passe Dès le XIIe siècle, le mot temps se double d’un sens météorologique : l’aspect du
et temps qu’il ciel à un moment donné. Aujourd’hui, les deux sens du mot sont perçus comme
fait
deux mots différents et sans rapport entre eux.
tempête
Le mot est issu du latin tempestus, « qui vient à temps » et a subi l’évolution
sémantique dans le sens «du temps qu’il fait, spécialement « mauvais temps ».
intempestif
Du latin intempestus, contraire du précédent, c’est-à-dire « qui vient au
mauvais moment ». Intempestif signifie donc inopportun ou choquant.
printemps
Du latin primus tempus, « la bonne saison ». Le mot a remplacé l’ancien
français primever, issu du latin ver (« printemps »). Le mot a donné le nom de
la fleur primevère et de l’italien primavera.
tempo
En musique, le tempo est la vitesse d’exécution. C’est un emprunt à l’italien du
XVIIIe siècle. Tempo en italien est l’équivalent du mot temps en français, qui
s’utilise également en musique (un morceau à trois ou quatre temps).
température
Malgré leur ressemblance, ces mots ne sont vraisemblablement pas de la même
tempérament
famille que temps.
tempérer
Ils viennent du latin temperare, « disposer convenablement, organiser ».
temporal, tempe Subtilité du français : il ne faut pas confondre les mots temporel et temporal,
qui n’ont rien à voir, ni au point de vue du sens ni de l’étymologie.
Temporel est l’adjectif correspondant au mot temps (le temps qui passe), tandis
que temporal est l’adjectif qui correspond à la tempe, partie latérale du front
(こめかみ).
chronLe mot grec pour « temps », chronos, a donné une famille de dérivés et de
composés très riche : chronique, chronologie, chronomètre, anachronique,
synchroniser, etc.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
109
Famille sémantique
minute
Une minute est une petite division de temps, aussi fait-il partie d’une très
grande famille dont tous les membres ont en commun l’idée de petitesse :
menu, mince, moins, minus, diminuer, mineur, minime, minimum, mini,
minutieux, menuisier, miniature, minuscule
heure
Anciennement ore, issu du latin hora, lui-même d’origine grecque (hôra).
On retrouve la racine latine dans les mots alors, lors, lorsque, encore,
désormais.
Le mot grec a donné les dérivés horoscope et horloge.
jour
Du latin diurnus. Mots apparentés : journée, journal, diurne, midi, aujourd’hui.
semaine
Du latin septimana, de septem, « sept ».
C’est un calque du grec hebdomos, « septième » (voir hebdomadaire).
mois
Du latin mensis, d’où l’adjectif mensuel. Le mot est de la même famille que
l’anglais moon.
an, année
Du latin annus. Mots apparentés : annales, anniversaire, annuel, annuité,
annuaire, antan.
montre, horloge, Horloge : du grec horologion, « ce qui dit l’heure ».
pendule
Montre : du verbe français montrer (ce qui montre l’heure). Le mot monstre est
de la même famille.
Pendule : un pendule (masculin) est « un poids suspendu à un fil et qui se
balance ». D’où le mot une horloge à pendule, qui est abrégé en une pendule
(féminin), qui est donc une sorte d’horloge.
Le mot pendule vient du latin funependulum, de fune, « corde » (funambule,
funiculaire) et pendulus, « qui pend ».
Locutions
Dans le temps
C’était le bon temps
prendre du bon temps
en deux temps trois mouvements
Au temps pour moi
perdre son temps
prendre son temps
gagner du temps
de mon temps
autrefois
C’était une bonne période
s’amuser
Très vite
C’est de ma faute
ne rien faire d’utile
ne pas se dépêcher
temporiser, essayer de repousser une échéance
quand j’étais jeune
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
Activité : le calendrier
Quelle est l’origine des noms des mois et des jours de la semaine ? Choisissez la réponse exacte :
a
b
c
a
b
c
a
b
c
a
b
c
a
b
c
a
b
c
a
b
c
a
b
c
a
b
c
a
b
c
Janvier
Quelle est l'origine du mot janvier?
Le mois de Jupiter
Le mois de l'origine (genesis en grec)
Le mois du dieu Janus
Mars
Quelle est l'origine du mot mars ?
Du dieu protecteur de Marseille
Du dieu Mars (dieu de la guerre)
De maritus, "mariage"
Mai
Quelle est l'origine du mot mai ?
Du latin major, grand
Du grec maieutike, la naissance.
De la déesse romaine Maia
Juillet
Quelle est l'origine du mot juillet?
Le mois de Jules César
De Julia, fille de l'empereur Auguste
De la tribu juive de Judah
Septembre
Quelle est l'origine du mot septembre?
C'était le septième mois de l'année
A l'origine il ne comptait que sept jours
Du mot sempiternalis, qui dure toujours
Novembre
Quelle est l'origine du mot ?
C'était le neuvième mois de l'année
De nova, "nouveau"
De l'étoile nova
Lundi
Quelle est l'origine du mot lundi ?
C'est le jour du lion
C'est le jour de la lune
De lumen, la lumière
Mercredi
Quelle est l'origine du mot mercredi?
De mercatus, marché
De miraculus, miracle
Du dieu Mercure
Vendredi
Quelle est l'origine du mot vendredi?
De la déesse Vénus
De venire, venir
Du mot venin
Dimanche
Quelle est l'origine du mot dimanche?
Du mot deus, dieu
Du latin dominicus, seigneur
D'un mot signifiant "le soleil"
a
b
c
a
b
c
a
b
c
a
b
c
a
b
c
a
b
c
a
b
c
a
b
c
a
b
c
Février
Quelle est l'origine du mot février?
D'un mot signifiant la purification
Du mot febris, la fièvre
Février était le mois des fèves
Avril
Quelle est l'origine du mot avril?
De la déesse grecque Aphrodite
De aperire, "ouvrir"
D'un mot signifiant "vrai"
Juin
Quelle est l'origine du mot juin?
De Junius Brutus, premier consul romain
De Junon, déesse romaine
D'un mot de la même famille que déjeuner
Août
Quelle est l'origine du mot Août?
De ager, "le champ"
Du personnage mythologique Argos Panoptès
De l'empereur Octavien
Octobre
Quelle est l'origine du mot ?
C'était le huitième mois (de octo, huit)
C'est le mois de la pieuvre (octopus)
C'est le mois de l'empereur Octave
Décembre
Quelle est l'origine du mot ?
C'était le dixième mois de l'année
De descendere, descendre.
C'était un mois de dix jours
Mardi
Quelle est l'origine du mot mardi?
C'est le jour de la déesse Maïa
C'est le jour du consul Marius
C'est le jour du dieu Mars
Jeudi
Quelle est l'origine du mot jeudi?
Du dieu Janus
Du dieu Jupiter
De la déesse Junon
Samedi
Quelle est l'origine du mot samedi?
Du dieu Saturne
Du mot saumon
De l'hébreu sabbat
110
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
111
Histoire du calendrier
Le calendrier julien
Le calendrier « julien » a été choisi par Jules César en 46 av. J.-C., en qualité de prêtre suprême,
sur les conseils de son astronome Sosigène d'Alexandrie.
Il comporte une année standard de 365 jours divisée en 12 mois et un « jour intercalaire » ajouté
tous les 4 ans. Le calendrier est resté en service jusqu'au XVIe siècle en Occident.
Mais ce système ajoute trop d'années bissextiles par rapport aux saisons astronomiques : elles se
produisent environ 11 minutes plus tôt chaque année.
Mars était le premier mois car le début de l'année commençait avec la reprise de la guerre rendue
possible par le retour des beaux jours. Plus tard, janvier, mois d'élection des magistrats, prit sa
place.
Les douze mois du calendrier julien
1. Januarius (31 jours)
2. Februarius (29 ou 30 jours)
3. Martius (31 jours)
4. Aprilis (30 jours)
5. Maius (31 jours)
6. Junius (30 jours)
7. Julius (31 jours)
8. Sextilis (30 jours)
9. September (31 jours)
10. October (30 jours)
11. November (31 jours)
12. December (30 jours)
Lors de l’instauration du calendrier, le cinquième mois a été nommé en hommage à Jules César :
Julius. Ce mois est devenu plus tard le 7e mois, juillet en français, quand le début de l’année est
passé du 1er mars au 1er janvier.
En 8 av. J.-C., le Sénat a proposé de changer le nom du sixième mois, Sextilis, en Augustus, en
honneur de l’empereur d’alors, Auguste, successeur de César. Comme ce mois ne comportait que
30 jours, on lui a alors ajouté un jour, afin qu’il ait autant de jours que le mois de Jules…
Du coup, la durée des autres mois (septembre, octobre, novembre, décembre et février) a aussi été
modifiée.
Le calendrier grégorien
Le calendrier julien était d'utilisation générale en Europe du temps de l'Empire romain jusqu'en
1582. A cette date, le calendrier grégorien a été introduit pour améliorer l’exactitude du
calendrier julien.
Dans le nouveau système, on retire 3 jours bissextiles tous les quatre siècles. De plus, pour faire
annuler le décalage accumulé au cours des siècles, on a supprimé tous les jours entre le jeudi 4 et
le vendredi 15 octobre 1582. Ainsi, les dates du 5, 6, 7, 9, 10, 11, 12, 13 et 14 octobre n’ont
jamais existé.
La Russie continua d'utiliser le calendrier julien jusqu'à la révolution russe : c’est pourquoi la
révolution « d'octobre » s'est produite, en réalité, en novembre selon le calendrier grégorien.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
112
Histoire de la semaine
Les Égyptiens, les Chinois, les Grecs et les Romains ne groupaient pas les jours par semaine (groupe
de 7 jours), mais par décades (groupe de 10 jours).
C’est aux Hébreux que l’ont doit la semaine. D’un point de vue astronomique, la semaine
correspond à un quart de lunaison (les 28 jours d’une phase de la lune) et l’année de 365 jours à 52
semaines plus un jour (52x7=364).
Dans la Bible, l’origine de la semaine est la Création du monde (la Genèse). La christianisation de
l’Empire romain a entraîné l’adoption de la semaine à la place de la décade antique. L'adoption du
dimanche comme jour de repos est dû à un décret de l'empereur Constantin Ier en 321.
Le calendrier républicain, utilisant des décades (périodes de 10 jours), a tenté de supprimer ce qui
était encore perçu comme un héritage chrétien et de revenir au système antique, mais sans succès.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
113
Réponses à l’activité : le calendrier
Janvier
Février
Réponse
c: januaris mensis, le mois de Janus.
Janus est le dieu aux deux visages, dieu du passage.
(à l'origine, Janvier était le dernier mois de l'année).
Réponse
a : februarus mensis est le mois des purifications
(februus) religieuses.
Mars
Avril
Réponse
b: martius mensis, mois du dieu Mars. Mars était
autrefois le premier mois de l'année et celui du début
des campagnes militaires, ouverte par la cérémonie
religieuse des Ides de Mars.
Réponse
a: le mot vient de l'étrusque apru, diminutif du nom
grec Aphrodite, déesse de la beauté et de l'amour.
Mai
Juin
Réponse
c: Maia est une divinité italique, femme du dieu
Vulcain
Réponse
a: ou b:, l'étymologie n'est pas établie. Junius Brutus
est le fondateur mythique de la république et le
premier consul (successeur du dernier roi Tarquin le
Superbe).
Junon est la femme de Jupiter, assimilée à la déesse
grecque Héra.
Juillet
Août
Réponse
a: Après la mort de César, Marc Antoine a donné son
nom au mois appelé jusque là quintilis (5e mois),
celui de la naissance de Jules César, fondateur du
nouveau calendrier et vénéré comme un dieu.
Réponse
c: Octavien (aussi appelé Octave), le fils adoptif de
Jules César, lui a succédé et a pris le titre d'auguste
("de bon augure"), copié sur le grec sebastos. Le
sixième mois de l'année a été nommé d'après lui de
son vivant pour l'honorer comme un dieu, et on lui a
même ajouté un jour.
Septembre
Octobre
Réponse
a: Jusqu'à la réforme julienne, l'année commençait
en mars.
Réponse
a: Jusqu'à la réforme julienne, l'année commençait
en mars.
Novembre
Décembre
Réponse
a: Jusqu'à la réforme julienne, l'année commençait
en mars.
Réponse
a: Jusqu'à la réforme julienne, l'année commençait
en mars.
Lundi
Réponse
b: lunae dies signifie «jour de la Lune»
Mercredi
Réponse
c: Mercuris dies signifie le jour de Mercure
Vendredi
Réponse
a: Veneris dies signifie le jour de Vénus
Dimanche
Réponse
b: dies dominicus signifie "le jour du seigneur". Le
nom romain préchrétien dies solis a donné l'anglais
Sunday.
Mardi
Réponse
c: martis dies est le jour du dieu Mars
Jeudi
Réponse
b: Jovis dies signifie le jour de Jupiter
Samedi
Réponse
c: le mot français samedi vient du mot sabbat :
sambati dies. En revanche, l'anglais Saturday est issu
du nom latin préchrétien saturni dies, jour de
Saturne.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
114
15. masculin et féminin
L’existence de deux genres en français intrigue souvent les apprenants étrangers, notamment
anglo-saxons ou japonais. Nous allons étudier le phénomène du genre sous différents angles :
linguistique (comparaison avec les autres langues), historique, fonctionnel, symbolique et social.
Plan du chapitre
1.
2.
3.
4.
5.
Les autres langues
Pourquoi deux genres en français ?
Masculin ou féminin ?
Curiosités
Féminisation des noms de profession
1. Les autres langues
Commençant par observer les autres langues d’Europe pour mettre en perspective le cas du
français.
Activité 1 : tour d’Europe des genres
Dites si, d’après vous, les affirmations suivantes sont vraies ou fausses :
Vrai
1
2
3
4
5
6
Faux
L’anglais est la seule langue germanique n’ayant pas de genre pour le
déterminant
Le danois possède un masculin et un féminin
Les langues sémitiques n’ont pas de genre
Toutes les langues slaves possèdent un masculin, un féminin et un neutre
Les langues non indo-européennes d’Europe n’ont pas de genre
Le roumain est une langue romane à trois genres
Réponses page 120
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
115
Genres
Famille
Langues
germaniques
Langues indoeuropéennes
Langues latines
Langues slaves
Langues baltes
Langues celtiques
Autres langues
d’Europe
Langues helléniques
Langues finnoougriennes
Langues altaïques
Langue basque
Langues sémitiques
Langue
Anglais
Norvégien oriental
(bokmål)
Danois
Nouveau norvégien
(nynorsk)
Néerlandais
Allemand
Français
Italien
Espagnol
Roumain
Latin
Russe
Polonais
Bulgare
Lituanien
Letton
Breton
Gaëlique
Grec
Finnois
Hongrois
Turc
Basque
Maltais
Arabe
Hébreu
Nb
1
M
2
F
genre unique
commun
N
neutre
3
masculin
féminin
2
masculin
féminin
3
masculin
féminin
neutre
3
masculin
féminin
neutre
2
masculin
féminin
3
masculin
féminin
1
2
neutre
neutre
genre unique
masculin
féminin
▪ L’existence de genres est une caractéristique des langues indo-européennes, même si d’autres
familles, comme les langues sémitiques, en possèdent aussi. En revanche, les autres langues non
indo-européennes d’Europe (Basque, Finnois, Hongrois) ne possèdent pas de genre.
▪ Parmi les langues possédant trois genres, se trouvent toutes les langues slaves, beaucoup de
langues germaniques, et le grec.
▪ Les familles celtiques et baltes possèdent un masculin et un féminin.
▪ Dans la famille indo-européenne, l’anglais se distingue comme la seule langue où les
déterminants ne portent pas de genre grammatical. Cependant, trois genres subsistent dans les
pronoms (he, she, it) et les possessifs (his, her, its). Certains objets inanimés ou animaux se
mettent d’ailleurs au féminin : cat, ship.
▪ Parmi les autres langues germaniques, qui ont généralement trois genres, le danois standard se
distingue par l’existence de seulement deux genres : un genre commun, qui est une fusion du
masculin et du féminin, et un neutre. Le bokmål, qui est une des deux variétés du norvégien et
qui a subi l’influence du danois, est dans le même cas.
▪ Le latin possède trois genres, mais ses descendants d’Europe de l’ouest (langues romanes de
France, d’Italie et de la péninsule ibérique) n’en ont gardé que deux : le masculin et le féminin.
En revanche, le roumain, isolé géographiquement, a connu une évolution différente et a conservé
les trois genres du latin.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
116
2. Pourquoi deux genres en français ?
Comment est-on passé des trois genres du latin aux deux genres des langues romanes occidentales ?
Dans les premiers siècles de l’Empire, le latin vulgaire a évolué de manière rapide et radicale.
Cette transformation a été l’occasion d’une simplification grammaticale : passage de 7 cas à deux
et de 3 genres à 2.
La simplification s’est généralement faite par absorption du neutre par le masculin. En
conséquence, les noms masculins sont les plus nombreux et peuvent être utilisés de manière
indéterminés (les Françaises sont des Français…).
Il existe cependant des exceptions où le neutre latin a donné un féminin :
la mer
En latin, mare est un mot neutre. Ce changement est difficile à expliquer autrement que par des
raisons symboliques : la mer, perçue comme féminine, a fini par en recevoir le genre grammatical.
la jument
Le nom français de la femelle du cheval vient du latin jumentum, qui est neutre. En fait,
jumentum signifiait « attelage » : comme c’est souvent la femelle qui était attelée (c’est-à-dire
attachée pour tirer un char ou une charrue), le mot a fini par désigner la femelle.
graine, pomme, figue, poire
Le pluriel du neutre Ŕum latin étant Ŕa, cette désinence a souvent été prise pour un féminin
singulier. C’est pourquoi les mots neutres granum, pomum, pirum, ficum, ont donné, à travers leur
pluriel collectif grana, poma, pira, fica, les mots français féminins graine, pomme, poire, figue.
3. Masculin ou féminin ?
Activité 2 : chassez l’intrus
Dans le tableau suivant, chaque ligne contient un mot qui pas du même genre que les trois autres.
Essayez de le trouver, vérifiez vos résultats page 120 puis comptez vos points.
Résultat
1
violence
existence
silence
absence
2
reproche
poche
approche
broche
3
synthèse
diocèse
hypothèse
thèse
4
sandale
scandale
pétale
ovale
5
menace
préface
surface
espace
6
ballade
stade
ambassade
façade
7
étage
nuage
image
voyage
8
exercice
service
sacrifice
avarice
9
véhicule
formule
cellule
pellicule
10
mesure
murmure
aventure
blessure
Total
Vous avez fait des fautes ? C’est normal ! Les Français se trompent aussi. Bien sûr, on connaît la
plupart des noms, mais certains mots un peu plus rares peuvent poser des problèmes. Il s’agit
souvent de mots commençant par une voyelle : l’élision de l’article défini (le, la deviennent tous
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
117
les deux l’ devant la voyelle) rend plus difficile la mémorisation du genre. Les mots généralement
utilisés au pluriel peuvent aussi être difficiles : les épices, les vacances…
La fin de certains noms peuvent faire penser qu’ils sont d’un autre genre : ainsi le mot apogée est
très souvent utilisé au féminin alors qu’il est masculin.
Quand l’erreur se répand, elle finit parfois par devenir la règle. Ainsi, le mot horloge, initialement
masculin, a fini par devenir féminin : la finale en Ŕe a rendu possible ce changement probablement
dû à l’analogie avec les mots féminins pendule et montre.
Voilà une liste de mots pour lesquels les Français se trompent souvent de genre :
Noms masculins :
Noms féminins :
abîme
abysse
acrostiche
apogée
apologue
astérisque
augure
embarcadère
emblème
en-tête
entracte
esclandre
intervalle
obélisque
tentacule
abscisse
anagramme
apostrophe
échappatoire
écritoire
effigie
emphase
entrefaite
éphéméride
épigramme
épithète
épître
équivoque
épice
espèce
estampe
icône
météorite
oasis
octave
volute
4. Curiosités
Aigle
Le mot aigle, du latin aquila, était féminin jusqu’au XVIIe siècle. Il semble que la symbolique
véhiculée par l’oiseau l’ait fait changer de genre. Il est aujourd’hui masculin, sauf quand il sert
d’effigie : on parle alors, par exemples, des aigles romaines ou des aigles impériales.
Amour, délices, orgues
Ces trois mots sont officiellement hermaphrodites : masculin au singulier et féminin au pluriel.
Délice au singulier vient du neutre latin delicium, alors que le pluriel est issu du féminin pluriel
deliciae, « choses délicieuses ».
Orgue vient du mot latin neutre organum. Le pluriel de ce mot, organa, a été confondu avec un
féminin.
Quant à amour, il est féminin à l’origine. Son genre a changé au singulier au XVIIe siècle sous
l’influence de la poésie et de la peinture qui représentaient l’amour sous la forme d’un ange ou
d’un enfant.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
118
Noms à double genre
Certains mots prennent un sens différent selon qu’ils sont masculins ou féminins Voici quelques
exemples :
Noms masculins :
Noms féminins :
le manœuvre
la manœuvre
le livre
la livre
le cartouche
la cartouche
le mémoire
la mémoire
le physique
la physique
le vase
la vase
le poste
la poste
le mode
la mode
le voile
la voile
le tour
la tour
Gens
Le cas du mot gens est très particulier. Regardez la vidéo de Bernard Cerquiglini sur le site internet
de TV5 (http://www.tv5.org/TV5Site/lf/merci_professeur.php?id=3067) ou lisez la
transcription ci-dessous :
Les vieilles gens sont frileux
Un téléspectateur d'Algérie m'interroge sur le genre de l'adjectif qualifiant le terme
collectif pluriel gens. Il a mis le doigt sur l'une des particularités les plus singulières de
la langue française. Rappelons la règle. Quand l'adjectif est antéposé, il est au féminin
pluriel; on dit : de vieilles gens, de bonnes gens. Quand l'adjectif est postposé, il est au
masculin pluriel : des gens nombreux, les gens sont bons. Formule qui permet de
mémoriser cette curiosité : les vieilles gens sont frileux. Pourquoi diable gens est-il au
féminin quand l'adjectif le précède, et au masculin quand l'adjectif le suit? Eh bien, ce
mot provient du terme latin gentes qui était un féminin pluriel. Gens est donc
étymologiquement un féminin. Son passage au masculin est récent. L'antéposition de
l'adjectif est une pratique ancienne, la postposition est plus récente. Tout concorde
alors : quand l'adjectif précède gens, il est en position ancienne, étymologique en
somme. Il s'accorde donc au féminin. Quand l'adjectif suit gens, il est en position
nouvelle, il s'accorde au masculin. Reconnaissons toutefois que les vieilles gens sont
frileux traduit un usage en passe de disparaître. La preuve : tous les mots composés
avec gens sont des masculins; on dit : de nombreux gens de lettres, certains gens d'affaires.
C'est à l'évidence le nouvel usage.
Bernard Cerquiglini, Merci Professeur , TV5
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
119
5. Féminisation des noms de profession
Une tendance actuelle est appelée à continuer dans l’avenir : la féminisation des noms de
professions. Longtemps les postes à responsabilité étaient réservés aux hommes : la forme
féminine du mot était alors utilisé pour désigner la femme de l’homme occupant le poste. On disait
la générale pour la « femme du général » ou la préfète pour « la femme du préfet ».
Quand les femmes ont accédé à ces postes, elles ont donc voulu garder le titre masculin pour qu’on
comprenne bien qu’elle n’était pas l’épouse du titulaire, mais la titulaire elle-même. On disait
donc « Madame le maire », « Madame le ministre ».
Le Québec, encore une fois innovateur, a, dès les années 1970, tenté de résoudre ce problème en
proposant des noms de professions féminisés. En France, la gauche au pouvoir a tenté de faire de
même : Fabius en 1986 et Jospin en 1998.
Quelques exemples :
masculin
le maire
le docteur
le ministre
l’écrivain
l’ambassadeur
le colonel
féminin recommandé
la maire
la docteure
la ministre
l’écrivaine
l’ambassadrice
la colonelle
La liste des professions féminisées est disponible en ligne :
http://www.cfwb.be/franca/femini/feminin.htm
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
120
Réponse à l’activité 1 : tour d’Europe des genres
Vrai
Faux
1
L’anglais est la seule langue germanique
n’ayant pas de genre pour le déterminant
2
Le danois possède un masculin et un
féminin

Les langues sémitiques n’ont pas de
genre
Toutes les langues slaves possèdent un
masculin, un féminin et un neutre

3
4

Remarques
C’est vrai pour les grandes
langues, mais il existe des
dialectes danois n’ayant qu’un
genre.
Le danois bien possède deux
genres, mais le masculin et le
féminin sont confondus dans
un genre (genre commun). Le
deuxième genre est le neutre.
Les langues sémitiques ont un
masculin et un féminin.

5
Les langues non indo-européennes
d’Europe n’ont pas de genre

6
Le roumain est une langue romane à trois
genres

C’est vrai si on excepte le
maltais (langue parlée à l’île
de Malte par 380 000
personnes), qui est issu de
l’arabe.
Le roumain est la seule langue
romane possédant trois
genres. Toutes les autres,
dont le français, en ont deux
(masculin et féminin).
Réponses à l’activité 2 : chassez l’intrus
1
une violence
une existence
un silence
une absence
2
un reproche
une poche
une approche
une broche
3
une synthèse
un diocèse
une hypothèse
une thèse
4
une sandale
un scandale
un pétale
un ovale
5
une menace
une préface
une surface
un espace
6
une ballade
un stade
une ambassade
une façade
7
un étage
un nuage
une image
un voyage
8
un exercice
un service
un sacrifice
une avarice
9
un véhicule
une formule
une cellule
une pellicule
10
une mesure
un murmure
une aventure
une blessure
Complément
Pour s’exercer (exercice masculin/féminin)
http://claweb.cla.unipd.it/home/smazurelle/hotpot/quiz_genre.htm
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
121
16. japonais et français
Dans ce chapitre, nous allons explorer les échanges culturels entre la France et le Japon mis en
évidence par les mots : mots français d’origine japonaise, mots japonais d’origine française.
Plan du chapitre
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
Quelques mots français d’origine japonaise
Les mots du Japon traditionnel
Les arts martiaux
Les beaux-arts
La culture populaire
La cuisine
Le français en japonais
Le franponais
1. Quelques mots français d’origine japonaise
activité : cherchez l’intrus
Dans la liste suivante, quel mot ne vient pas du japonais ?
bonze
futon
hara-kiri
kamikaze
mikado
mousmé
soja
tsunami
Réponse page suivante
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
soja
bonze
futon
hara-kiri
kamikaze
mikado
mousmé
tsunami
122
C’est le seul mot de cette liste qui ne vient pas du japonais.
C’est un emprunt (1828) au mandchou soya.
Un bonze est un moine bouddhiste. Le mot n’est pas nécessairement utilisé
dans un contexte japonais : un bonze tibétain.
Le mot français est un emprunt au portugais bonzo (1545) qui vient luimême du japonais bōzu (坊主).
Le mot est prononcé à la française : /fy tɔ̃/. En France, c’est une sorte de lit
sans sommier, souvent recouvert de tatami.
C’est ce mot, et non seppuku (切腹) qui a été retenu en français (1863). Le
mot existe également en anglais sous cette forme.
Le français utilise la locution se faire hara-kiri.
Étonnemmment, Hara-Kiri était également le nom d’un célèbre magazine
satirique des années 1970 qui est reparu dans les années 1990 sous le titre
de Charlie Hebdo.
Ce mot japonais traditionnel a été découvert par l’Occident lors de la
seconde guerre mondiale.
Le français ne prononce pas le e final : /ka mi kaz/
Il désigne l’empereur japonais (1803), puis un jeu constitué de bâtons de
bois (1903).
Mikado est aussi la marque sous laquelle le biscuit Pocky de l’entreprise
Glico est commercialisé en Europe par la société Danone.
Mot introduit en français par Pierre Loti, écrivain français (1850-1923),
dans son célèbre roman Madame Chrysanthème (1887).
Le mot, devenu très populaire, a perdu sa connotation proprement
japonaise pour désigner une femme orientale, avec une valeur péjorative.
Le mot est en entré en français en 1927. Il complète le mot raz-de-marée
par spécialisation : le tsunami est un raz-de-marée d’origine exclusivement
sismique (tremblement de terre).
2. Les mots du Japon traditionnel
Un grand nombre de mots français d’origine japonaise servent à décrire la réalité japonaise
traditionnelle, notamment sociologique : geisha, samouraï, shōgun, bushi, rōnin.
On remarque que le français n’a pas ressenti la nécessité d’adapter l’orthographe de geisha, qui
devrait s’écrire *guéïsha, alors qu’il francise le japonais samurai (侍) en utilisant la graphie ou et
en mettant un tréma pour éviter une lecture /sa my ʀɛ/.
Autres mots typiquement japonais bien intégrés en français : zen, origami, banzaï, bonsaï.
Le mot bonsaï est souvent prononcé /bɔ̃n zai/, sans doute par attraction de banzaï et bonze.
On remarque que les noms japonais, quand ils ne désignent pas spécifiquement une femme,
résultent presque toujours en mots masculins en français.
3. Les arts martiaux
C’est un des domaines privilégiés de l’emprunt de mots japonais en français :
judo, judoka
karaté, karatéka
aïkido
sumo, sumotori
kendo
jiu-jitsu
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
123
Certains mots ayant un sens général en japonais sont spécialisés aux arts martiaux en français :
c’est le cas de kimono, obi, tatami ou dan.
4. Les beaux-arts
La découverte de l’esthétique japonaise au XIXe
siècle a été un choc pour la peinture
occidentale.
Dans une lettre à son frère Théo en 1888, Van
Gogh écrit :
« Nous adorons la peinture
japonaise, elle nous
influence. On peut en dire
autant de tous les
Impressionnistes. »
Cette passion de Van Gogh pour les estampes
japonaises se voit particulièrement dans un
tableau appelé Le Père Tanguy (1887), qui
montre à l’arrière-plan des estampes japonaises
bon marché appartenant à Van Gogh.
Le japonais a donné au français le nom de styles
picturaux : ukiyo-e, kakémono, sumié. Ces noms
sont courants comme termes de spécialité mais
peu connus du grand public.
5. La culture populaire
La culture populaire japonaise est très dynamique et s’exporte massivement : en Corée, en Asie du
Sud-est, mais aussi aux Etats-Unis et en Europe.
La variété, les jeux vidéos, les bandes dessinées, les dessins animés : pour des milliers de jeunes
dans le monde, le Japon est un modèle culturel.
La langue française a récemment emprunté quelques termes à cette culture : karaoké, manga,
otaku, hentaï…
Le substantif animé est intéressant : c’est un emprunt du japonais ア ニ メ , contraction de
l’anglicisme アニメーション (animation). Le nom animé s’est spécialisé pour désigner un dessin
animé japonais en particulier. Par exemple, le Bambi de Walt Disney est un dessin animé, alors
que Ghost in the Shell (「攻殻機動隊」)est un animé.
6. La cuisine
Les spécialités culinaires sont toujours un domaine privilégié de l’emprunt aux langues étrangères.
Les plus connues en France sont les sushi, le saké, le kaki, le yakitori.
La cuisine végétarienne en particulier est très sensible aux produits japonais : tofu, algues (nori,
wakamé, kombu), et gomasio, qui est prononcé à la française, c’est-à-dire /go ma zio/.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
124
7. Le français en japonais
Voici quelques mots japonais d’origine française.
アールヌーボー
アップリケ
アトリエ
アバンチュール
アベック
アラベスク
アンケート
アンコール
アンツー・カー
アンニュイ
エレガント
オーデコロン
オートクチュール
オードトワレ
オードブル
オブジェ
オムレツ
カフェオレ
カルトン
キオスク
キャミソール
キャラコ
ギャルソン
クーデター
グランプリ
グルメ
グロテスク
クロワッサン
コロッケ
コンクール
サック
サボタージュ
サボる
サロペット
シェフ
シック
シニョン
ジャガード
シャッポ
シャンソン
シャンデリア
シャンパン
ジャンル
シュークリーム
シュミーズ
ショコラ
シルエット
ズボン
ソテー
ソバージュ・ヘア
ソムリエ
タブロー
タンマ
チュチュ
デジャヴ
デビュー
トラバーユ
トリコット
ニュアンス
ノンシャラン
バカンス
バタール
パティシエ
パフェ
バレエ
パンタロン
ピーマン
ファム・ファタール
プチ
ブティック
ブラジャー
プレタポルテ
プレミエール
ベレー
ポエム
ポシェット
ポタージュ
ポトフ
ポプリ
マダーム
マロン
マント
ミルフィーユ
メトロ
メニュー
メニュー
メレンゲ
ランジェリー
ランデブー
ルージュ
ルサンチマン
レーゾンデートル
Vous remarquez qu’un certain nombre sont passés en japonais à travers l’anglais : d’où une
altération de sens et de prononciation. C’est le cas par exemple de chandelier, qui signifie en
français 「ろうそく立て」, alors que le mot japonais シャンデリア se traduit en français par lustre.
La finale 「-ア」est d’ailleurs typique de la prononciation anglaise, la prononciation française
aurait dû donner normalement「シャンデリエ」.
8. Le franponais
Le franponais est un mot inventé récemment pour désigner l’utilisation, souvent très libre et sans
complexe, des mots français dans l’univers commercial et créatif japonais : noms de marques,
enseignes de magasins, commentaires décoratifs sur des produits ou des étiquettes.
Vous pouvez découvrir quelques perles du franponais sur ce site :
http://npu4.free.fr/dotclear/index.php
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
125
17. les animaux
Les animaux sont une des réalités les plus anciennes dans l’environnement des hommes. Ils sont
aussi une image de l’homme : l’homme se définit par rapport à eux, que se soit par opposition ou
au contraire par assimilation. C’est pourquoi ils imprègnent profondément la langue.
Plan du chapitre
1.
Un peu de vocabulaire
2.
Couples étymologiques
3.
Les animaux dans les noms de personne
4.
Locutions
5.
Proverbes
1. Un peu de vocabulaire
activité 1 : nom populaire, adjectif savant
Souvent en français, le nom et l’adjectif viennent du même mot latin, mais par des voies
différentes : le mot chien est issu du latin canis par transmission orale (forme populaire), alors
que l’adjectif canin vient du latin par emprunt de la forme écrite classique (forme savante).
Complétez le tableau ci-dessous comme dans l’exemple.
exemple
nom de l’animal
adjectif
racine
le chien
canin
latin canis
1
le mouton
2
le bœuf
3
caprin
4
hippique
5
latin felis
Réponses page 134
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
126
Des noms qui changent
Il arrive que le nom des animaux change au cours de l’histoire. Voici deux exemples :
ancien
français
français
actuel
ancien
français
français
actuel
Mot
Étymologie
goupil
Du latin vulpiculus, « petit renard », de vulpes, « renard ». Le g est du à
l’influence du francique.
renard
A l’origine, Renard est un nom de personne. Dans le Roman de Renart,
œuvre du XIIe siècle, les personnages sont des animaux ayant chacun un
nom propre : l’ours s’appelle Brun, le loup Ysengrin, et l’animal qu’on
appelait alors goupil a reçu le nom de Renart.
Renart est l’aboutissement du nom francique Reginhart, de ragin,
« conseil », et hart, « dur ».
On retrouve ces deux racines franciques dans beaucoup de noms de
personnes :
- ragin : dans Raginald, Reginald, Raynaud, Renaud
(ragin+wald,
« gouverner »), Raignier, Régnier (ragin +hari, « armée »), Renou
(ragin+wulf, « loup »), etc.
- hart : dans Bernard (bern, « ours »), Richard, Ricard (ric, « puissant »),
Armand (hard+man, « homme »), Gérard, Girard (ger, « lance »)
connin
Le mot d’ancien français connin vient du nom latin du lapin, cuniculus.
L’espagnol a gardé le mot conejo, l’italien coniglio. Le nom de famille
portugais Coelho a la même signification.
L’élevage de lapin s’appelle la cuniculture ou cuniculiculture
lapin
L’origine du mot lapin n’est pas claire. Il vient peut-être du leporellus,
« jeune lièvre », de lepus, « lièvre »(野うさぎ). Le serviteur dans le Don
Juan de da Ponte et Mozart a pris le nom de Leporello : comme le lièvre,
il est agile (pour servir son maître), mais aussi pour s’enfuir en cas de
danger…
Le mot lapin a remplacé connin au XVIIe siècle, sans doute à cause de sa
ressemblance avec le mot con, qui désigne le sexe de la femme.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
127
2. Couples étymologiques.
Beaucoup de noms d’animaux sont apparentés étymologiquement, parfois de manière inattendue.
Voici quelques exemples :
activité 2 : des couples étranges
Dans la liste ci-dessous, associez deux par deux les noms d’animaux apparentés étymologiquement.
Réponses page suivante
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
128
1
1
lion
caméléon
Du latin leo, leonis, emprunté au grec leôn
Du latin chamaeleon, emprunté au grec khamaileôn, qui signifie « lion de
terre », de leôn, « lion », et khamai, « à terre ».
2
chien
canari
Du latin canis. L’adjectif canin (« relatif au chien ») est proche de la racine
latine.
Oiseau venant des îles Canaries (archipel de l’Atlantique). Leur nom latin
est Canariae Insulae (« îles des chiens »). D’après l’historien romain (Ier
siècle) Pline l’Ancien, ces îles ont été appelées ainsi parce qu’elles étaient
autrefois habitées par des chiens géants.
3
souris
moule
Du latin sorex, mot signifiant « souris » mais peu utilisé. Le mot usuel pour
souris était mus, qui a donné en français musaraigne (トガリネズミ) par le
latin musaraneus, « souris-araignée »). En anglais, le latin mus a donné
mouse.
Du latin musculus, « petite souris » : il semble que l’animal dans sa coquille
faisait penser à un bébé souris. Par une autre analogie de forme, musculus
a donné également le mot muscle.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
129
4
cheval
hippopotame
Du latin populaire caballus, qui a remplacé la forme classique equus
(équitation). equus vient d’une racine indo-européenne ekwo- qui a
également donné le grec hippos (hippique, hippodrome).
Du grec hippos, le « cheval » et potamos, « le fleuve » : c’est un «
cheval de rivière ».
Potamos a donné le nom de la Mésopotamie, la région comprise
entre le Tigre et l’Euphrate en Irak (du grec meso, « milieu »).
5
poulet
poulain
du latin pullus, « petit d’un animal ». Le verbe pulluler (se
reproduire exagérément) est de la même famille.
du latin pullamen, petit d’un animal, qui vient également de
pullus.
Un mot de la même famille, poulenet (« petit poulain »), a donné
en anglais poney.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
130
activité 3 : encore des couples…
Les noms d’animaux suivants ont tous un rapport étymologique avec le nom d’un autre animal.
Retrouvez de quel animal il s’agit et donnez-en la raison comme dans l’exemple.
animal
exemple le guépard
nom
japonais
チータ
animal apparenté
étymologiquement
le chat
Guépard vient de l’italien gattopardo, « chat-léopard ». Le mot
est constitué de gatto, «chat », et
pardo, « léopard ».
1 le léopard
2 l’oursin
3 le caniche
4 la crevette
Réponses page 134
3. Les animaux dans les noms de personne
Les hommes ont longtemps vécu dans la nature, au contact direct des animaux et soumis aux
mêmes conditions qu’eux. Ils connaissaient et admiraient leurs facultés, souvent supérieures à
celles de l’homme (force, rapidité, capacité à voler…). Ils les ont vus comme des dieux et ont
demandé leur protection.
La pratique d’attribuer le nom d’un animal à un enfant pour s’attirer sa protection s’appelle le
totem. C’est un mot qui vient d’une langue indigène d’Amérique du nord, l’algonquin. En Europe
aussi la tradition existe de nommer un enfant d’après un animal pour qu’il en reçoive les vertus.
Les noms de ces 6 personnages trouvent tous leur origine dans des noms d’animaux.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
131
Léonard : le lion
Léonard est un nom francique, (Leonhard), formé de leon, « lion », et hard, « dur, fort ».
Le suffixe hard a donné de nombreux noms :
Bernard : de bern, « l’ours »
Richard : de ric, « puissant ». Ric a donné riche et est apparenté au latin rex, qui a donné roi.
Gérard : de ger, lance (en allemand Gerhard)
Renard : c’était d’abord un prénom, Raginhard, de ragin, le conseil (« fort en conseil », et donc «
malin »). Renard a remplacé l’ancien nom de goupil (du latin vulpus) à cause d’un renard célèbre
portant ce nom dans un livre du Moyen Age, « Le Roman de Renart ». Goupil a donné en français
moderne le mot goupille.
Philippe : le cheval
Le nom Philippe vient de Macédoine (le roi Philippe II était le père d’Alexandre le Grand).
Philippos en grec signifie « amateur de chevaux », de philein, « aimer », et hippos, « le cheval ».
Le nom de Philippe entre dans la famille royale française au XIe siècle avec le mariage du roi Henri
Ier et d’Anne de Kiev (Ukraine) qui donne ce nom à leur fils, Philippe Ier (1052-1108).
Par l’intermédiaire de la maison de Bourgogne, le nom passe aux Habsbourg d’Espagne ; en 1527,
le navigateur Lopez de Villalobos donne à l’archipel des Philippines le nom de l’infant Philippe, fils
de Charles Quint et futur Philippe II (1527-1598).
Lupin : le loup
Quand les hommes étaient des chasseurs, le loup était le principal rival, une créature comparable
et souvent supérieure à l’homme. C’est sans doute l’animal qui a le plus marqué l’esprit humain, et
sa présence se retrouve dans tous les domaines de la culture.
Le personnage de dessin animé japonais Edgar de la cambriole, appelé aussi Lupin III (ルパン三世)
a pris son nom du célèbre cambrioleur inventé par Maurice Leblanc en 1905, Arsène Lupin. Le nom
de Lupin vient du latin lupinus, de lupus, « le loup ».
Le mot latin lupus a donné en français le prénom Loup (d’où Jean-Loup), de nombreux noms de
lieux (Cantaloup, « le chant du loup ») et la fleur de lupin (ルピナス).
Un autre nom célèbre lié au loup est le prénom allemand Wolfgang, composé de Wolf, « le loup »,
et Gang, « la marche » : Wolfgang est celui qui marche comme un loup : légèrement, rapidement,
discrètement.
Arthur, Bernard, Ursule : l’ours
L’ours est également très présent dans l’imaginaire collectif européen. Par sa capacité à se tenir
debout, il est une sorte d’homme des bois ; jusqu’à la Renaissance, on le considère comme le roi
des animaux.
Arthur est un prénom d’origine celte, anciennement Arzhul, dérivé de arzh, « l’ours ».
L’actrice Ursula Andress (qui apparaît avec Sean Connery dans le premier film de James Bond, « Dr
No ») est doublement sous le signe de l’ours : d’abord parce que son prénom signifie l’ourse en
latin, ensuite parce qu’elle vient de la ville de Berne, en Suisse, qui, comme d’ailleurs Berlin, tire
son nom de l’allemand Bär, « l’ours ».
C’est de cette même racine germanique que vient le prénom Bernard (Bernhard) et tous ses
dérivés. Parmi eux, le nom de Bernadotte a un destin particulier : général de l’armée
révolutionnaire puis impériale, Bernadotte a été choisi comme roi par les Suédois en 1809,
fondant la dynastie qui règne aujourd’hui encore en Suède.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
132
activité 4 : quatre visages, un animal
Les quatre personnages ci-dessous ont un point en commun : leur nom vient du même animal.
Complétez le tableau ci-dessous et dites de quel animal il s’agit.
Nom de l’animal :
Nom
Qui est-ce ?
Origine étymologique du nom
Michael J. Fox
Leonhart Fuchs
Zorro
Volpone
Réponses page 134
4. Locutions
Beaucoup de façons de parler utilisent le vocabulaire des animaux. En particulier, les
caractéristiques réelles ou supposées servent souvent à caractériser les gens et les comportements.
Voici quelques exemples :
Le cheval
Ce qui frappe chez le cheval, c’est sa taille. Du coup, on dira une fièvre de cheval pour dire « une
forte fièvre ». Et pour guérir de cette fièvre il faudra, bien sûr, un remède de cheval (« un
remède ou un médicament très fort, radical »).
Le cochon
L’image du cochon dans la civilisation française est mixte. Elle a hérité, d’une part, de la tradition
juive de mépris du cochon comme animal sale, impur. D’où une série d’expression évoquant la
saleté ou le dégoût : manger comme un cochon (« manger salement ») ou c’est un porc ! (« c’est
un homme dégoûtant »).
Cependant, le cochon est, depuis l’époque celtique et encore jusqu’à une époque très récente,
l’animal domestique le plus courant et surtout la première source de viande. En effet, la viande de
bœuf a très longtemps été un produit de luxe réservé à une très petite partie de la population. Le
cochon était facile à élever et se nourrissait tout seul. Il faisait partie du quotidien et était une
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
133
constante promesse de viande en abondance. Le cochon est un animal familier et sympathique.
Pourtant, même une expression comme copains comme cochons (« très bons amis ») porte une
nuance de mépris.
L’agneau
Le bébé du mouton est un symbole d’innocence. D’où l’expression doux comme un agneau.
La mule
L’âne et le cheval sont deux espèces différentes, mais qui peuvent se reproduire entre elles.
Cependant les animaux qui naissent de cet accouplement, eux, sont stériles : ils ne peuvent pas se
reproduire.
L’animal résultant du croisement entre une jument (cheval femelle) et un âne s’appelle le mulet
si c’est un âne, et la mule si c’est une femelle.
Le mulet et la mule héritent des qualités de leurs parents : ils ont la puissance de leur mère (la
jument) et la résistance de leur père (l’âne). C’est pourquoi ils ont longtemps été utilisés pour
porter des charges lourdes.
Quant au caractère, ils ont la réputation, comme leur père, d’être très obstinés : on dit têtu
comme une mule.
Le loup
Le loup est perçu comme un animal sauvage et dangereux. Avoir une faim de loup, c’est avoir une
très grande faim, presque sauvage.
La taupe
La taupe, qui vit dans la terre, est aveugle : être myope comme une taupe, c’est avoir une très
mauvaise vue.
L’éléphant
On lui prête la faculté de ne jamais rien oublier : c’est pourquoi on parle de mémoire d’éléphant
Le singe
Proche de l’homme, on lui prête ce qu’on considère comme la première qualité de l’homme :
l’astuce, l’intelligence. D’où l’expression malin comme un singe.
Les oiseaux
L’observation des oiseaux a donné lieu à des expressions basées sur leur comportement ou leur
anatomie : fier comme un paon, bavard comme une pie, gai comme un pinson. Le canard, qui
aime l’eau glacée des étangs en hiver, a donné l’expression un froid de canard (« un froid très
vif »).
5. Proverbes
Quelques proverbes avec des noms d’animaux :
1
2
3
4
5
Une hirondelle ne fait pas le printemps.
Un signe isolé ne suffit pas pour prédire un événement avec certitude.
Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué.
Il ne faut pas se réjouir à l’avance d’un succès incertain.
Quand le chat n’est pas là, les souris dansent.
Dès qu’un danger s’éloigne, la prudence disparaît.
Qui vole un œuf, vole un bœuf.
On reconnaît la malhonnêteté d’un homme à de petites choses.
On n’attrape pas les mouches avec du vinaigre.
Pour mener les hommes, la douceur est plus efficace que la dureté.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
134
Réponses aux activités
activité 1 : nom populaire, adjectif savant
1
2
3
4
5
nom de l’animal
le mouton
le bœuf
la chèvre
le cheval
le chat
adjectif
ovin
bovin
caprin
hippique
félin
racine
latin ovis
latin bovis
latin capra
grec hippos
latin felis
activité 3 : encore des couples…
animal
1 le léopard
2 l’oursin
3 le caniche
4
la
crevette
nom
japonais
animal apparenté
étymologiquement
ヒョウ
le lion
ウニ
l’ours
プードル
le canard
海老
la chèvre
pourquoi ?
Du latin leopardus, dont la première
partie, leo, signifie « lion ».
L’apparence de l’oursin a été assimilée à
celle du bébé de l’ours, l’ourson, appelé
autrefois oursin.
Le mot caniche vient du mot cane, femelle
du canard, parce que ce chien, comme le
canard, adore l’eau. Le nom anglais du
caniche, poodle, est d’ailleurs lié
étymologiquement au mot puddle, « flaque
d’eau ».
Crevette est la forme normanno-picarde de
chevrette, « petite chèvre ».
La crevette est vue comme une petite
chèvre à cause de sa façon de sauter.
activité 4 : quatre visages, un animal
Nom de l’animal : le renard
Nom
Qui est-ce ?
Origine étymologique du nom
Michael J. Fox
acteur américain
Fox est le nom anglais du renard
Leonhart Fuchs
botaniste
allemand qui a
Fuchs est le nom allemand du renard
donné son nom au
fuchsia
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
Nom
Zorro
Volpone
Qui est-ce ?
Personnage
de
fiction américain,
apparaissant dans
des romans, des
films et des séries
télévisées.
Personnage d’une
pièce
de
Ben
Jonson (1606), qui
se fait passer pour
mourant afin de
tromper
ses
proches.
135
Origine étymologique du nom
Zorro est le nom espagnol du renard
Volpone vient de l’italien volpe, « le
renard » (du latin vulpus, qui a donné
l’ancien nom du renard en français,
goupil). Le personnage de Volpone est
rusé comme un renard.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
136
18. sciences et inventions
Plan du chapitre
1.
2.
3.
4.
5.
Origine des mots, origine des
sciences
Contributions de l’arabe
Noms grecs des sciences
Les éléments chimiques
Inventeurs et inventions
1. Origine des mots, origine des sciences
Activité 1 : d’où viennent les mots de la connaissance ?
Connaître l’origine des mots de la connaissance, c’est connaître l’origine de la connaissance ellemême. Classez les mots suivants d’après leur origine :
Latin
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
Grec
Arabe
algèbre
arithmétique
astronomie
biologie
calcul
chiffre
chimie
mathématiques
médecine
physique
science
Réponses page suivante
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
Origine
1
algèbre
arabe
2
arithmétique
grec
3
astronomie
grec
4
biologie
grec
5
calcul
latin
6
chiffre
arabe
7
chimie
grec
8
mathématiques
grec
9
médecine
latin
10
11
physique
science
grec
latin
137
Étymologie
al jabr, « la réduction ».
C'est le début du titre en arabe d'un ouvrage du mathématicien
perse Al-Khawarizmi au 9e siècle. C’est cet ouvrage qui a permis à
l’Occident de découvrir les mathématiques indiennes.
Son nom, al-Khuwārizmī, latinisé au Moyen Âge en Algoritmi, puis
en Algorisme par les Européens, est à l'origine du mot algorithme.
L’arithmétique, ou science des nombres, vient du grec arithmos,
nombre.
Du grec astron, « étoile » et nomos, « règle ». L’astronome est
celui qui « met le ciel en ordre ».
De bio- « la vie » et logos, « connaissance ».
De calculus, « caillou » : on utilisait des cailloux pour compter.
On parle également de calcul en médecine : il s’agit d’un petit
caillou qui bouche un conduit (calculs rénaux ).
Les mots calcaire, calcium, calciner et chaux viennent d’un mot
latin sans doute de la même famille, calcis (« chaux »).
Le mot chiffre est un emprunt à l’arabe sifr, « zéro » ou « vide ».
Ce mot est un calque du sanskrit śunya, de même sens : ce sont les
Indiens qui ont appris aux Arabes les chiffres que nous utilisons
aujourd’hui et la notion de zéro.
Le mot zéro lui-même vient du même mot arabe sifr par
l’intermédiaire de l’italien.
Le mot khêmeia signifiait « magie ». Le mot est passé en arabe et
est revenu en français sous la forme alchimie. Al est l’article
défini correspondant au français le, la, qu’on retrouve dans
beaucoup de mots d’origine arabe : alcool, alcôve, algèbre,
algarade, etc.
mathematikos, « qui désire apprendre, scientifique ».
En latin medicina, « art de guérir ». Le mot remède est de même
origine.
phusikos, « naturel »
scientia, « connaissance » (voir conscience, sciemment)
2. Contributions de l’arabe
Au Moyen-Âge, l’arabe fournit à l’Occident un grand nombre de termes scientifiques.
astronomie
mathématiques
chimie
français
almanach
azimuth
zénith
algèbre
chiffre
zéro
alchimie
alcali
alambic
alcool
élixir
goudron
arabe
al manah
as-samt, « chemin »
samt, « chemin »
al jabr, « réduction »
sifr, « zéro, vide »
sifr, « zéro, vide »
al kimiya, « pierre philosophale »
al qaly, « la soude » (ソーダ)
al anbiq, du grec ambix, « vase »
al kuhl, « poudre d’antimoine »
al iksir, « médicament »
qatran
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
138
3. Noms grecs des sciences
La plupart des sciences actuelles tiennent leur nom de racines grecques, généralement augmentées
du suffixe Ŕlogie (grec logos « raison, connaissance, parole »).
Activité 2 : le noms des sciences
Retrouvez la définition des 10 sciences suivantes :
Science
Réponse
Définition
domaine de l’histoire qui étudie les
vestiges (traces matérielles)
étude de l’homme (société, culture,
physique)
1
endocrinologie
2
néphrologie
3
archéologie
étude des animaux
4
paléontologie
étude des couches externes de la Terre
5
neurologie
étude des espèces vivantes anciennes à
travers les fossiles
6
anthropologie
étude des sciences
7
géologie
médecine des nerfs
8
ornithologie
médecine du rein
9
zoologie
science des hormones
10
épistémologie
science des oiseaux
Réponses page 141
4. Les éléments chimiques
Voici l’origine étymologique de quelques éléments chimiques.
Nom
français
Nom
Symbole
japonais
Langue
d’origine
1
Antimoine
アンチモ
ン
2
Argent
銀
Ag
latin
3
Arsenic
ヒ素
As
grec
4
Azote
窒素
N
grec
5
Carbone
炭素
C
latin
Sb
arabe
Étymologie
Le mot vient de l’arabe ‘itmid, de même sens.
Les alchimistes utilisaient beaucoup
l’antimoine pour sa capacité à se combiner
avec l’or.
Latin argentum. Le mot est de la même famille
que arguere, « faire briller » qui a donné en
français arguer et argument.
Le mot grec arsenikos est un emprunt à
l’iranien ancien zarnik, « couleur d’or ».
Nom par Lavoisier en 1787.
Le mot est formé de a-, « sans » et de zoè,
« vie » parce que l’air contenant seulement de
l’azote (et pas d’oxygène) ne permet pas la
vie.
Du latin carbonis, « charbon de bois », qui a
donné la forme populaire charbon.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
Nom
français
Nom
Symbole
japonais
6
Chlore
塩素
Cl
7
Chrome
クロム
Cr
8
Cobalt
コバルト
Co
9
Cuivre
銅
Cu
水素
H
10 Hydrogène
11
Iode
ヨウ素
I
12
Mercure
水銀
Hg
13
Nickel
ニッケル
Ni
14
Or
金
Au
15
Oxygène
酸素
O
16
Phosphore
リン
P
17
Polonium
ポロニウ
ム
Po
18
Potassium
カリウム
K
Langue
d’origine
139
Étymologie
Du grec chloros, « vert » (comme dans
chlorophyle)
Du grec chromos, « couleur » (les composés de
grec
ce métal sont de couleurs variées).
De l’allemand Kobold, nom d’un lutin
allemand malicieux réputé remplacer l’argent précieux
par ce métal sans valeur à l’époque.
Du latin aes kyprium.
Aes est le nom latin du cuivre et kyprium,
latin
signifie « de l’île de Chypre », le cuivre de
Chypre étant très réputé.
Mot créé par les chimistes Guyton de Morveau,
Lavoisier, Berthollet et Fourcroi en 1787, à
grec
partir des racines grecques hydro- (« eau ») et
Ŕgène (« faire naître »), l’hydrogène étant un
des composants de l’eau.
grec
Du grec ios, « violette ».
Du nom du dieu Mercure, messager des dieux
et dieu du commerce (commerce et Mercure
viennent de la racine latine merx qu’on
latin
retrouve dans marché).
Le nom ancien du mercure était le vif-argent
(en anglais quicksilver).
Nickel est l’abréviation de l’allemand
Kupfernickel, de Kupfer, « le cuivre », et
allemand Nickel, abréviation de Niklaus, nom donné à un
lutin farceur. Kupfernickel signifie donc « lutin
du cuivre ».
Du latin aurum.
latin
Le mot auréole est apparenté.
Nom donné par Lavoisier en 1786, d’après le
grec
grec oxus, « acide », et Ŕgène, « qui
engendre ».
Du grec phos, photos, « la lumière », et
grec
phoros, « qui porte », le phosphore brillant
dans l’obscurité.
Ce métal a été découvert en 1898 par Marie
polonais Curie qui lui a donné le nom de son pays natal
(elle est née à Varsovie).
Le mot potassium vient du français potasse,
néerlandais lui-même d’origine néerlandaise, potasch,
signifiant « cendre »(asch) « de pot » (pot).
grec
Remarque :
Dans le cas du doublet carbone/charbon, le passage du ca latin au cha est typique de l’évolution
phonétique de la moitié nord de la France (à l’exception de la Normandie et de la Picardie).
Il s’agit d’un phénomène de palatisation : lors de la prononciation du /ka/, la langue s’avance dans
la bouche et se rapproche du palais ; le résultat est un son /kja/, un peu comme dans la
prononciation parisienne populaire de café. Puis le phénomène se poursuit : en avançant encore la
langue, le son devient /tʃa/ .
Ce phénomène s’est produit entre le 2e et le 5e siècle et la prononciation /tʃa/ s’est maintenue
plusieurs siècles.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
140
Beaucoup plus tard, entre le 11e et le 13e siècle, le /t/ initial est tombé et la prononciation est
devenue /ʃa/ comme aujourd’hui.
5. Inventeurs et scientifiques
Activité 3 : ils sont entrés dans le dictionnaire
Le nom de tous ces scientifiques est devenu un mot de la langue. Quels sont ces mots ?
James Watt
Alessandro Volta
Blaise Pascal
André-Marie Ampère
Définition
Luigi Galvani
John Dalton
Aloïs Alzheimer
Joseph Ignace Guillotin
Quel est ce mot ?
une unité de puissance
un verbe qui signifie « donner de l’énergie »
une anomalie de la vision des couleurs
une machine à couper la tête
une maladie du cerveau
une unité d’intensité du courant électrique
une unité de pression
une unité de tension électrique
Réponses page 141
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
141
Réponse à l’activité 2 : le noms des sciences
Science
Définition
Racine grecque
1
endocrinologie
science des hormones
2
néphrologie
3
archéologie
4
paléontologie
5
neurologie
6
anthropologie
7
géologie
8
9
10
ornithologie
zoologie
épistémologie
médecine du rein
domaine de l’histoire qui
étudie les vestiges (traces
matérielles)
étude des espèces vivantes
anciennes à travers les fossiles
médecine des nerfs
étude de l’homme (société,
culture, physique)
étude des couches externes
de la Terre
science des oiseaux
étude des animaux
étude des sciences
endo, « intérieur »
krinein « secréter »
nephros, « rein »
archeo, « ancien »
palaios, « ancien »
ontos, « être vivant »
neuros, « nerf »
anthropos, « homme »
gê, « la terre »
ornithos, « oiseau »
zoon, « animal »
epistèmé, « science »
Réponses à l’activité 3 : ils sont entrés dans le dictionnaire
Il s’appelle :
Il a vécu
en :
Il était :
Il a donné
son nom à :
1
James Watt
1736-1819
mathématicien et
ingénieur écossais
le watt (W)
2
Alessandro
Volta
1745-1827)
physicien italien
le volt (V)
3
Blaise Pascal
1623-1662
mathématicien, physicien
et philosophe français.
le pascal (P)
4
André-Marie
Ampère
1775-1836
physicien français
l’ampère (A)
5
Luigi Galvani
1737Ŕ1798
physicien et médecin
italien
galvaniser
6
John Dalton
1766-1844
7
8
Aloïs
Alzheimer
Joseph Ignace
Guillotin
1864- 1915
1738 -1814
chimiste et physicien
britannique
médecin, psychiatre et
neurologue allemand
médecin et député
révolutionnaire français
le daltonisme
la maladie
d’Alzeimer
la guillotine
C’est :
une unité de
puissance
une unité de
tension électrique
une unité de
pression
une unité
d’intensité du
courant électrique
un verbe qui signifie
« donner de
l’énergie »
une anomalie de la
vision des couleurs
une maladie du
cerveau
une machine à
couper la tête
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
142
19. la musique
Plan du chapitre
1.
2.
3.
4.
Fiche étymologique
Valeur symbolique et culturelle
Les instruments de musique
Famille sémantique
1. Fiche étymologique
musique
Origine
Autres langues
grec
japonais
grec
mousikè (tekhnè)
音楽
mousikè (μουσική),
mélos (μέλος)
music
anglais
allemand
italien
Musik
musica
espagnol
música
Mots apparentés
musical, musicien, musicalité, musicologie
muse, musée, muséum, mosaïque
Notes étymologiques
muse
musique
musée, muséum
mosaïque
mélos
musette,
amuser,
cornemuse
Les muses sont des divinités de l’art en Grèce antique. Au nombre de 3 à
l’origine, elles sont passées à 9 à l’époque classique.
Le mot vient du grec mousikè tekhnè, « art des Muses ». Ce sont les Muses qui
jouaient de la musique pendant les repas des dieux.
Les Muses sont les déesses des arts et de la création artistique : la musique est
donc l’art par essence, le premier des arts.
Le mot musique est un mot réellement universel : il se retrouve dans un grand
nombre de langues et est compris universellement.
En grec mouseion, lieu consacré aux Muses. Au Parthénon, il existait un temple
des Muses portant ce nom. Plus tard, le mot a signifié « lieu où on pratique les
arts, académie ».
En 1793, la Convention crée une salle d’exposition des collections royales dans
le Palais du Louvre, qui devient en 1797 Musée central des arts.
Le mot muséum, à l’origine synonyme de musée, s’est spécialisé en français
contemporain avec une nuance scientifique (Muséum d’histoire naturelle).
De l’italien mosaico, mot venant du grec mouseion, grotte dédiée aux Muses. Ce
type de lieu était décoré de mosaïques.
En grec classique, le mot signifie « air musical ». Il a donné les mots
mélodrame, mélodie, mélomane, mélopée.
Une musette est un instrument de musique à vent de la famille des cornemuses.
Le mot a également pris le sens de « sac ».
Étymologiquement cependant, musette et cornemuse n’ont pas de rapport avec
musique, mais sont apparentés au mot museau. Le verbe amuser est de la
même famille.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
143
2. Valeur symbolique et culturelle
Musique, l’art par essence
Dans la mythologie grecque, les Muses sont les neuf filles de Zeus et de Mnémosyne (la mémoire).
Ce sont les déesses des arts qui inspirent les hommes.
Les 9 muses étaient
* Calliope, la muse de l'éloquence et de la poésie épique ;
* Clio, la muse de l'histoire ;
* Érato, la muse de l'art lyrique et de l'élégie (poésie passionnée) ;
* Euterpe, la muse de la musique ;
* Melpomène, la muse de la tragédie ;
* Polymnie, la muse de l'art lyrique et de la rhétorique ;
* Terpsichore, la muse de la danse ;
* Thalie, la muse de la comédie ;
* Uranie, la muse de l'astronomie et de l'astrologie.
La musique, « arts des Muses », est donc l’art par essence, l’art premier d’où découlent tous les
autres. C’est vrai de la littérature, qui est issue de la poésie, qui elle-même vient du chant ; c’est
vrai bien sûr aussi de la danse. Et la musique est également intimement liée aux sciences par
l’intermédiaire des mathématiques : la musique est une science exacte fondée sur des rapports
numériques ; les notes sont des réalités physiques qui peuvent s’exprimer mathématiquement (la
fréquence).
Musique et spiritualité
« La musique est le plus parfait de tous les arts parce qu’elle exprime et reflète le mieux les
desseins du créateur ». Cette citation du poète russe Alexander Blok exprime profondément ce que
la musique représente dans toutes les civilisations : un langage divin qui parle à l’âme directement,
un phénomène d’essence divine.
Les rites de toutes le religions utilisent la musique pour manifester la présence divine et préparer
les hommes à la percevoir.
3. Les instruments de musique
1
flûte
2
hautbois
3
guitare
4
orgue
5
piano
6
tambour
Ancien français flaüte, sans origine connue. On pense que le mot est
d’origine onomatopéique.
Le mot hautbois, anciennement prononcé /obwɛ/ a donné l’anglais oboe
et le japonais オーボエ.
La prononciation /wɛ/pour oi a été recommandée jusqu’au 17e siècle.
Du grec kithara par l’espagnol guitarra.
Le mot khitara a été réemprunté au grec et a donné le mot cithare,
utilisé dans un contexte antique.
Du grec organon à travers le latin organum. Le pluriel latin, organa, a
été interprété, à cause de sa terminaison en Ŕa, comme un féminin :
c’est pourquoi le mot orgue est masculin au singulier et féminin au
pluriel.
En grec, organon signifie « outil, instrument » et, de manière imagée,
« organe du corps ».
Il est apparenté au mot ergon, « travail » (ergonomie).
De l’italien (1774) piano forte, abréviation de clavicembalo col piano e
forte, «clavecin avec doux et fort ». En effet, à la différence du
clavecin, le piano permet de varier l’intensité de la note.
piano signifie « doux, lisse » et est issu du latin planus qui a donné le
français plan.
Mot d’origine perse (tabir), venu par l’intermédiaire de l’arabe.
Sa forme ancienne tabour a donné le mot tabouret.
Sébastien Jaffrédo
7
trompette
8
violon
Etymologie thématique
144
Du francique trumba qui a aussi donné en français trombe, trombine et
trombone.
De l’italien violone, de la même famille que le français viole.
Les deux mots viennent du provençal viola, probablement d’origine
onomatopéique.
4. Famille sémantique
Activité : cherchez l’origine étymologique des mots suivants :
note, partition, compositeur, interprète, jouer, accord, gamme, rythme, mélodie,
harmonie, chant, orchestre, silence
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
145
20. les fêtes
Plan du chapitre
1.
2.
Fiche étymologique
Quelques fêtes françaises
1. Fiche étymologique
fête
Origine
Mots apparentés
latin
festa
fêtard festoyer festif festivités festival teuf teuffeur festin fest-noz
férié foire feria
fanatique profane
faste néfaste
Notes étymologiques
fête
du latin festus, adjectif signifiant « de fête ». Ce mot est apparenté à une
racine indo-européenne fes/fas à valeur religieuse. La fête est toujours liée à
une célébration religieuse.
fêter festoyer
festoyer est une variante de fêter et s’est spécialisé dans le sens de participer à
fêtard
une fête, un festin.
Un fêtard est une personne qui aime faire la fête. Le mot est familier.
teuf teuffeur
teuf est le verlan de fête. Le verlan est une technique de création de mots
d’argot par inversion de syllabe, généralement accompagnée d’une chute de la
voyelle qui se retrouve à la fin : ainsi fê-te devient te-fê puis te-f,
orthographiée teuf.
Le mot est passé dans la langue courante pour parler d’une fête de jeunes, et a
donné le mot teuffeur (ou teuffeuse) pour une personne qui y participe.
festif festivité
L’adjectif festif vient du latin festivus et signifie « qui a un caractère de fête ».
festival
Le mot festivité s’emploie généralement au pluriel pour parler d’une fête
collective : « les festivités commenceront demain à 13h ».
Le mot festival est un emprunt à l’anglais. Le mot anglais vient d’un ancien
français qui n’est plus utilisé aujourd’hui
férié foire feria Le mot latin feriae, « jours consacrés au repos » a donné l’adjectif férié (un
jour férié est un jour de repos) et aussi le mot foire, qui a pris le sens de
marché, les marchés se tenant les jours de fêtes. L’anglais fair qui donné le
japonais フェア vient du français foire.
Feriae a donné feria en espagnol, qu’on utilise dans le sud de la France pour
parler de fêtes taurines (la feria de Nîmes).
Sébastien Jaffrédo
fanatique
profane
faste néfaste
Etymologie thématique
146
La racine indo-européenne fas/fes se retrouve également dans le mot latin
fanum, « le temple ».
Fanum a donné fanaticus, « serviteur du temple ». Fanatique a signifié d’abord
quelqu’un qui se croit inspiré par dieu, puis a pris une valeur négative
d’intolérance désignée par le mot fanatisme.
Dans un sens atténué, le mot anglais fanatic, de même origine, a donné le mot
fan, « admirateur d’une vedette ».
profane, lui est un adjectif signifiant le contraire de sacré ou de religieux. On
oppose typiquement l’art sacré (relatif à la religion) à l’art profane.
Le mot vient du latin profanum, de pro, « devant », et fanum, « le temple ». Le
profane est celui qui est devant, donc à l’extérieur du temple.
L’adjectif faste signifie propice, favorable, de bon augure, dans l’expression
« jour faste ».
Il vient latin fastus, dérivé de fas qui signifie « la volonté divine », issu de la
racine indo-européenne fes/fas.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
147
2. Quelques fêtes françaises
Activité 1 : qu’est-ce qu’on fête ?
Dans le tableau ci-dessous, retrouvez le nom de la fête correspondante d’après la liste suivante :
Ascension
Assomption
Chandeleur
Épiphanie
Fête nationale
Mardi-gras
Noël
Jour de l’an
Pâques
Pentecôte
Sainte-Catherine
Toussaint
Qu’est-ce qu’on fête ?
La naissance du Christ
Le changement d’année
La visite des Rois mages
Présentation de Jésus au temple
Dernier jour du carnaval
La résurrection du Christ
Montée au ciel du Christ
La descente du Saint-esprit sur les disciples
de Jésus
La chute de la Bastille en 1789
Montée au ciel de la Vierge
Fête des morts
Fêtes filles célibataires
Nom de la fête
Réponses page suivante
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
148
Réponses :
1
2
3
4
5
La fête
Noël
Jour de l’an
Épiphanie
Chandeleur
Mardi-gras
6
Pâques
7
Ascension
8
Pentecôte
9
10
11
12
Fête nationale
Assomption
Toussaint
Sainte-Catherine
Le jour
le 25 décembre
Le premier janvier
Le 6 janvier
Le 2 février
Le jour précédant le
début du carême (47
jours avant Pâques)
le premier dimanche
après la première
pleine lune de
printemps
Le jeudi de la sixième
semaine après Pâques
(le 39e jour après
Pâques)
Le septième dimanche
après Pâques
Le 14 juillet
Le 15 août
Le 1er novembre
Le 25 novembre
Qu’est-ce qu’on fête ?
La naissance du Christ
Le changement d’année
La visite des Rois mages
Présentation de Jésus au temple
Dernier jour du carnaval
La résurrection du Christ
Montée au ciel du Christ
La descente du Saint-esprit sur les disciples
de Jésus
La chute de la Bastille en 1789
Montée au ciel de la Vierge
Fête des morts
Fêtes filles célibataires
Détails étymologiques et culturels
1
Noël
le 25 décembre
La naissance du Christ
Du latin natalis, « relatif à la naissance ». L’évolution phonétique illustre la chute de la consonne
intervocalique, phénomène typique du passage du latin au français.
La période du solstice d’hiver est une fête traditionnelle en Europe longtemps avant le
christianisme. Les cultes anciens, en relation avec l’observation du soleil divinisé, y attachaient
une grande importance. C’est un point de passage très important de l’année : une entrée dans
l’hiver, le moment où le monde est au plus près des ténèbres et du monde des morts ; mais c’est
aussi le moment où les jours commencent à rallonger, une promesse d’avenir.
2
Nouvel an
Le premier janvier
Le changement d’année
Le jour de l’an est une des rares fêtes traditionnelles qui soit restées entièrement païennes : la
religion chrétienne n’a jamais pu ou voulu récupérer cette fête.
L’année commence le 1er janvier depuis la réforme julienne de -46.
3
Épiphanie
Le 6 janvier
La visite des Rois mages
Du grec epiphainos, « qui apparaît », composé de epi, « au-dessus », et phainein, « faire briller »
(que l’on retrouve dans phénomène).
On l’appelle aussi la fête des Rois, qui commémore la visite des trois rois mages à l’enfant Jésus.
A cette occasion, on mange une galette dans laquelle se trouve une fève : la personne qui trouve
cette fève reçoit une couronne en carton et est appelée le roi.
4
Chandeleur
Le 2 février
Présentation de Jésus au temple
La chandeleur, la fête des chandelles, est une fête traditionnelle qui a été assimilée par la religion
chrétienne. On célèbre la présentation au Temple de l’enfant Jésus. Mais cette fête est surtout
très populaire parce qu’on y prépare des crêpes.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
5
Mardi-gras
Le jour précédant le
début du carême (47
jours avant Pâques)
149
Dernier jour du carnaval
Le premier jour du carême est toujours un mercredi, le mercredi des Cendres. Le dernier jour
avant cette période de privation est un jour gras, c’est-à-dire un jour où on peut manger de la
viande. C’est aussi le dernier jour du carnaval et son point culminant. Le mot carnaval vient
d’ailleurs du latin carnis, « viande » (qui a donné le mot français chair)
6
Pâques
le premier dimanche
après la première
pleine lune de
printemps
La résurrection du Christ
Pâques vient de l’hébreu pessah, qui signifie « passage ». C’est une fête juive traditionnelle qui a
été reprise par le christianisme. Les fêtes de l’équinoxe de printemps sont communes à la plupart
des civilisations, et les œufs de Pâques sont un symbole de naissance liés à la symbolique du
printemps.
Cette renaissance se retrouve dans la célébration de la résurrection du Christ : cette victoire sur la
mort est aussi la promesse du salut pour les croyants.
Le nom anglais de Pâques, Easter, vient de la déesse Eoster, déesse de l’aube, de l’Est, et de la
naissance.
7
Ascension
Le jeudi de la sixième
semaine après Pâques
(le 39e jour après
Pâques)
Montée au ciel du Christ
L’ascension est la fête de la montée du Christ au ciel après sa résurrection.
8
Pentecôte
Le septième dimanche
après Pâques
La descente du Saint-esprit sur les disciples
de Jésus
Le mot pentecôte vient du grec pentèkostè hemera, « cinquantième jour », de pente, « cinq ».
Dans la religion catholique, c’est la fête du Saint-Esprit.
9
Fête nationale
Le 14 juillet
La chute de la Bastille en 1789
Le 14 est juillet est la fête nationale depuis 1860. Elle rappelle la chute de la Bastille en 1789 et la
fête de la Fédération, deux événements symboliques de la Révolution française. C’est la fête de la
nation française, identifiée aux valeurs républicaines et démocratiques issues de la Révolution.
10
Assomption
Le 15 août
Montée au ciel de la Vierge
L’Assomption est la fête de la Vierge Marie. D’après le dogme catholique, Marie a été
« enlevée corps et âme » au ciel. Assomption vient du latin assumptio, « prendre, enlever ».
11
Toussaint
Le 1er novembre
Fête des morts
Le 1er novembre est en réalité la Toussaint proprement dite, c’est-à-dire la faite de tous les saints.
Mais elle se confond avec le jour des morts, le 2 novembre. La fête des morts est une tradition
ancienne dont est issu également Halloween.
12
Sainte-Catherine
Le 25 novembre
Fêtes filles célibataires
Sainte Catherine était une femme de la noblesse d’Alexandrie au 3e siècle. Elle était très
intelligente et cultivée. Convertie au christianisme, elle a vu en songe la Vierge Marie et le Christ
lui proposer un anneau, et s’est considérée comme la fiancée du Christ.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
150
Elle tente de convertir l’empereur Maximin qui la fait exécuter.
Elle est la patronne des filles célibataires qui l’invoquent pour trouver un mari. Le jour de sa fête,
le 25 novembre, les femmes célibataires de 25 ans doivent porter un chapeau spécial. On les
appelle les catherinettes.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
151
21. le parfum
Plan du chapitre
1.
2.
3.
4.
5.
Fiche étymologique
Famille sémantique
Locutions et proverbes
Citations
Histoire
Compléments
1. Fiche étymologique
le parfum
Origine
Autres langues
latin
japonais
grec
anglais
fumare
香
aroma (άρωμα)
perfume
allemand
italien
espagnol
Parfüm
perfume
perfume
Mots apparentés
parfumer, fumer, fumée, fumage, fumaison, fumet,
fumeux, fumiste, fumigène, enfumer
Notes étymologiques
parfumer
Le nom parfum vient du verbe parfumer.
parfumer vient du latin fumare, « fumer » et per, « par, à travers ».
Le mot montre que le parfum est à l’origine l’odeur d’une matière brûlée.
Cette origine étymologique est un indice de l’histoire technique du
parfum ; la production artificielle d’odeurs s’est faite en trois étapes :
1. les substances odoriférantes sont : bois, écorce, résine, encens.
2. les odeurs sont capturées par des produits gras tels que l’huile. Cette
technique est connue depuis l’Antiquité
3. la parfumerie moderne, à partir du XVIIe siècle utilise l’alcool dont la
fabrication par distillation a été apprise des chimistes arabes.
Sébastien Jaffrédo
fumer, fumée,
fumage, fumaison
fumet
fumeux, fumiste
fumigène, enfumer
Etymologie thématique
152
La famille du verbe fumer est très riche et se distingue sémantiquement
du mot parfum.
Le verbe fumer peut se comprendre de manière intransitive (produire de
la fumée) ou transitive, notamment pour les aliments qu’on expose à la
fumée pour les conserver. On parle alors de jambon fumé, lard fumé, etc.
Cette technique, extrêmement ancienne et universelle, s’appelle le
fumage ou la fumaison.
A l’origine une technique de conservation, c’est aussi une technique
culinaire puisqu’elle modifie puissamment le goût, et est aujourd’hui
souvent appliquée d’abord dans un but gustatif.
Bien que le fumage fasse partie de la sphère gastronomique, cet exemple
montre qu’en réalité il n’y a pas de frontière nette entre goût et odeur.
En effet, lorsqu’on goûte un produit fumé, c’est bien l’odorat qui permet
de percevoir et d’apprécier les arômes de fumée.
Plus exactement, l’odorat est un élément essentiel de la perception
sensorielle des aliments : d’abord parce que la perception de l’odeur d’un
aliment précède celle de son goût ; ensuite, parce que le nez perçoit les
odeurs à l’intérieur de la bouche : l’odeur est une partie essentielle de
la sensation gustative.
Ce mot un peu rare s’applique à l’odeur agréable qui se dégage d’un
aliment, généralement une viande en train de cuire. C’est un autre
exemple du rôle primordial de l’odorat dans le plaisir gastronomique.
Ces deux mots négatifs évoquent la fumée comme élément trouble,
opaque.
Un fumiste est quelqu’un qui manque de sérieux dans son action, et
l’adjectif fumeux s’applique à une idée ou une construction intellectuelle
faible et pleine d’erreurs.
Le verbe enfumer signifie « remplir de fumée un espace clos ». On
l’utilise par exemple dans le cas des ruches (colonie d’abeille) qu’on
enfume pour y prendre le miel.
Fumigène est un adjectif qui signifie « produisant de la fumée ».
2. Famille sémantique
odeur, odorat, olfactif, rétro-olfaction, ozone
nez
sentir
flair, flairer, fragrance
arôme, aromatique, aromate
encens
odeur, odorat, olfactif,
rétro-olfaction, ozone
nez
Odeur et odorat viennent du latin odor, « senteur ». Une autre forme de
ce mot olor, a donné le mot olfactus, d’où vient l’adjectif olfactif,
« relatif à l’odeur ».
Le mot rétro-olfaction est un mot savant qui désigne le phénomène de la
perception des odeurs par l’arrière de la bouche qui se produit quand on
mange.
Ce mot se rattache étymologiquement au grec ozein, « sentir une
odeur », qui a donné le nom de l’ozone. Ce gaz (O3) a en effet,
contrairement à l’oxygène (O2) une odeur perceptible.
Du latin nasus.
On appelle nez une personne possédant des qualités olfactives
exceptionnelles. En parfumerie, c’est la personne qui compose le
parfum.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
sentir
153
Du latin sentire, « percevoir par les sens ou l’intelligence ».
En français, le verbe sentir a deux sens principaux :
1. percevoir, d’une manière générale, la réalité
2. percevoir par l’odorat
A la différence des autres sens (voir, entendre, goûter,
toucher), l’odorat n’a pas un verbe qui lui soit étymologiquement
propre. On peut le rapprocher du fait que l’odorat a longtemps été un
sens mal reconnu, voire méprisé : l’odorat a la réputation d’être
matériel, instinctif, animal.
Il a été considéré avec beaucoup de suspicion par la religion catholique,
qui y fait pourtant appel lors de la messe par l’encens qu’on y brûle.
L’histoire du verbe flairer est typique de la connotation animale qu’on
attribue à l’odorat. Le mot, issu du verbe latin fragare, signifiait en
ancien français « sentir » et s’appliquait à l’homme ; aujourd’hui
cependant le mot s’utilise pour les animaux, en particulier les chiens.
Le nom flair est le déverbal de flairer. Il signifie « instinct, intuition ».
Le latin fragare a donné le mot savant fragrance qui signifie « parfum »,
« odeur agréable ».
Arôme vient du grec aroma, « plante aromatique ». Aromate, « produit
odorant d’origine végétale », vient du latin aromatum, d’origine
grecque.
Du latin incensum, « matière brûlée en sacrifice ».
Le mot vient du verbe incendere, « enflammer » (incendier, incendie,
etc.)
flair, flairer, fragrance
arôme, aromatique,
aromate
encens
3. Locutions et proverbes
être, mettre au parfum
être en odeur de
sainteté
je peux pas le sentir
je peux pas le piffer
l’argent n’a pas d’odeur
Mettre au parfum signifie « donner à quelqu’un une information cachée
aux autres ». Être au parfum, c’est donc « être au courant de ce que
d’autres ignorent », « être dans la confidence ».
Dans la religion catholique, l’expression signifie « être proche de la
sainteté », parce que le corps des saints était réputé dégager un parfum
délicieux. Dans la langue courante, l’expression signifie, de manière
ironique, être très apprécié.
« ne pas pouvoir supporter quelqu’un »
Cette expression familière, voire vulgaire, est intéressante parce qu’elle
exprime clairement le côté instinctif, incontrôlable, de notre réaction
aux odeurs : qu’elle soit agréable ou incommodante, l’odeur s’impose à
nous sans que notre volonté puisse intervenir.
Ici, le mot « odeur » est négatif : il renvoie à la saleté, à l’impureté, voir
à la pourriture. Par contraste, l’absence d’odeur évoque la propreté, la
salubrité.
4. Citations
Brillat-Savarin
Charles Baudelaire
Pour moi, je suis non seulement persuadé, que sans la participation
de l’odorat, il n’y a point de dégustation complète, mais encore je
suis tenté de croire que l’odorat et art culinaire ne forme qu’un seul
sens, dont la bouche est le laboratoire et le nez la cheminée.
Parfois on trouve un vieux flacon qui se souvient,
D'où jaillit toute vive une âme qui revient.
Sébastien Jaffrédo
Marcel Proust
Etymologie thématique
154
Mais, quand d'un passé ancien rien ne subsiste, après la mort des
êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus
vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l'odeur et
la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à
attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à porter sans
fléchir, sur leur gouttelette presque impalpable, l'édifice immense du
souvenir.
5. Histoire
L’origine : parfum sacré et la médecine
Dans l’Égypte ancienne, la fabrication du parfum est liée à la religion. Le parfum est brûlé lors des
cérémonies religieuses en sacrifice aux dieux, au pharaon et aux morts.
Le secret de la fabrication des parfums était gardé par les prêtres. Ce sont eux également qui
possédaient le secret de l’embaumement, acte médical et religieux consistant à préparer le corps
du roi mort pour lui éviter la putréfaction. Cette opération faisait appel aux parfums et aux
aromates.
L’art de la parfumerie est restée liée en Occident à la médecine jusqu’au XVIII e siècle.
Dans l’Évangile, l’épisode des rois mages apportant en présent à Jésus l’or, l’encens et la myrrhe
(une résine odoriférante) souligne le caractère triplement précieux, royal, et divin du parfum.
Rome et le Moyen Age
Avec l’annexion de l’Égypte par Octave, les parfums d’Orient arrivent à Rome et sont utilisés
profusément par les empereurs. L’arrivée de la religion chrétienne, qui proscrit l’usage particulier
du parfum, et surtout la désorganisation commerciale en Méditerranée, interrompt pendant de
nombreux siècles l’usage du parfum en Occident.
Parfum et hygiène
Le parfum est considéré traditionnellement comme un moyen de lutter contre la maladie. Lors des
épidémies, les maisons infectées sont enfumées. L’eau était considérée comme nocive parce qu’on
pensait qu’elle ouvrait le corps aux mauvaises influences ; on recommandait donc de ne se laver
qu’avec des essences parfumées.
L’industrie de la parfumerie en France
A Paris, les parfumeurs étaient regroupés sur le Pont-au-change. Au XVIIe siècle, Colbert encourage
cette industrie qui prend une dimension internationale au début du XXe siècle.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
Compléments
Baudelaire, le Flacon
Il est de forts parfums pour qui toute matière
Est poreuse. On dirait qu'ils pénètrent le verre.
En ouvrant un coffret venu de l'Orient
Dont la serrure grince et rechigne en criant,
Ou dans une maison déserte quelque armoire
Pleine de l'âcre odeur des temps, poudreuse et noire,
Parfois on trouve un vieux flacon qui se souvient,
D'où jaillit toute vive une âme qui revient.
Mille pensers dormaient, chrysalides funèbres,
Frémissant doucement dans les lourdes ténèbres,
Qui dégagent leur aile et prennent leur essor,
Teintés d'azur, glacés de rose, lamés d'or.
Voilà le souvenir enivrant qui voltige
Dans l'air troublé; les yeux se ferment; le Vertige
Saisit l'âme vaincue et la pousse à deux mains
Vers un gouffre obscurci de miasmes humains;
Il la terrasse au bord d'un gouffre séculaire,
Où, Lazare odorant déchirant son suaire,
Se meut dans son réveil le cadavre spectral
D'un vieil amour ranci, charmant et sépulcral.
Ainsi, quand je serai perdu dans la mémoire
Des hommes, dans le coin d'une sinistre armoire
Quand on m'aura jeté, vieux flacon désolé,
Décrépit, poudreux, sale, abject, visqueux, fêlé,
Je serai ton cercueil, aimable pestilence!
Le témoin de ta force et de ta virulence,
Cher poison préparé par les anges! liqueur
Qui me ronge, ô la vie et la mort de mon coeur!
Baudelaire, Les Fleurs du Mal
155
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
156
La Madeleine de Proust
II y avait déjà bien des années que, de Combray, tout ce qui n'était pas le théâtre et le drame de
mon coucher, n'existait plus pour moi, quand un jour d'hiver, comme je rentrais à la maison, ma
mère, voyant que j'avais froid, me proposa de me faire prendre, contre mon habitude, un peu de
thé. Je refusai d'abord et, je ne sais pourquoi, me ravisai. Elle envoya chercher un de ces gâteaux
courts et dodus appelés Petites Madeleines qui semblent avoir été moulés dans la valve rainurée
d'une coquille de Saint-Jacques. Et bientôt, machinalement, accablé par la morne journée et la
perspective d'un triste lendemain, je portai à mes lèvres une cuillerée du thé où j'avais laissé
s'amollir un morceau de madeleine. Mais à l'instant même où la gorgée mêlée des miettes du
gâteau toucha mon palais, je tressaillis, attentif à ce qui se passait d'extraordinaire en moi. Un
plaisir délicieux m'avait envahi, isolé, sans la notion de sa cause. II m'avait aussitôt rendu les
vicissitudes de la vie indifférentes, ses désastres inoffensifs, sa brièveté illusoire, de la même façon
qu'opère l'amour, en me remplissant d'une essence précieuse : ou plutôt cette essence n'était pas
en moi, elle était moi. J'avais cessé de me sentir médiocre, contingent, mortel. D'où avait pu me
venir cette puissante joie ? Je sentais qu'elle était liée au goût du thé et du gâteau, mais qu'elle le
dépassait infiniment, ne devait pas être de même nature. D'où venait-elle ? Que signifiait-elle ? Où
l'appréhender ? Je bois une seconde gorgée où je ne trouve rien de plus que dans la première, une
troisième qui m'apporte un peu moins que la seconde. II est temps que je m'arrête, la vertu du
breuvage semble diminuer. Il est clair que la vérité que je cherche n'est pas en lui, mais en moi.
[...] Je pose la tasse et me tourne vers mon esprit. C'est à lui de trouver la vérité. Mais comment ?
Grave incertitude, toutes les fois que l'esprit se sent dépassé par lui-même ; quand lui, le
chercheur, est tout ensemble le pays obscur où il doit chercher et où tout son bagage ne lui sera de
rien. Chercher ? pas seulement : créer. II est en face de quelque chose qui n'est pas encore et que
seul il peut réaliser, puis faire entrer dans sa lumière. Et je recommence à me demander quel
pouvait être cet état inconnu, qui n'apportait aucune preuve logique, mais l'évidence, de sa félicité,
de sa réalité devant laquelle les autres s'évanouissaient. Je veux essayer de le faire réapparaître.
Je rétrograde par la pensée au moment où je pris la première cuillerée de thé. Je retrouve le
même état, sans une clarté nouvelle. Je demande à mon esprit un effort de plus, de ramener
encore une fois la sensation qui s'enfuit. Et, pour que rien ne brise l'élan dont il va tâcher de la
ressaisir, j'écarte tout obstacle, toute idée étrangère, j'abrite mes oreilles et mon attention contre
les bruits de la chambre voisine. Mais sentant mon esprit qui se fatigue sans réussir, je le force au
contraire à prendre cette distraction que je lui refusais, à penser à autre chose, à se refaire avant
une tentative suprême. Puis une deuxième fois, je fais le vide devant lui, je remets en face de lui
la saveur encore récente de cette première gorgée et je sens tressaillir en moi quelque chose qui
se déplace, voudrait s'élever, quelque chose qu'on aurait désancré, à une grande profondeur ; je ne
sais ce que c'est, mais cela monte lentement ; j'éprouve la résistance et j'entends la rumeur des
distances traversées. Certes, ce qui palpite ainsi au fond de moi, ce doit être l'image, le souvenir
visuel, qui, lié à cette saveur, tente de la suivre jusqu'à moi. Mais il se débat trop loin, trop
confusément ; à peine si je perçois le reflet neutre où se confond l'insaisissable tourbillon des
couleurs remuées ; mais je ne peux distinguer la forme, lui demander, comme au seul interprète
possible, de me traduire le témoignage de sa contemporaine, de son inséparable compagne, la
saveur, lui demander de m'apprendre de quelle circonstance particulière, de quelle époque du
passé il s'agit. Arrivera-t-il jusqu'à la surface de ma claire conscience, ce souvenir, l'instant ancien
que l'attraction d'un instant identique est venue de si loin solliciter, émouvoir, soulever tout au
fond de moi ? Je ne sais. Maintenant je ne sens plus rien, il est arrêté, redescendu peut-être ; qui
sait s'il remontera jamais de sa nuit ? Dix fois il me faut recommencer, me pencher vers lui. Et
chaque fois la lâcheté qui nous détourne de toute tâche difficile, de toute oeuvre importante, m'a
conseillé de laisser cela, de boire mon thé en pensant simplement à mes ennuis d'aujourd'hui, à
mes désirs de demain qui se laissent remâcher sans peine. Et tout d'un coup le souvenir m'est
apparu. Ce goût, c'était celui du petit morceau de madeleine que le dimanche matin à Combray
(parce que ce jour-là je ne sortais pas avant l'heure de la messe), quand j'allais lui dire bonjour
dans sa chambre, ma tante Léonie m'offrait après l'avoir trempé dans son infusion de thé ou de
tilleul. La vue de la petite madeleine ne m'avait rien rappelé avant que je n'y eusse goûté ; peutêtre parce que, en ayant souvent aperçu depuis, sans en manger, sur les tablettes des pâtissiers,
leur image avait quitté ces jours de Combray pour se lier à d'autres plus récents ; peut-être parce
que, de ces souvenirs abandonnés si longtemps hors de la mémoire, rien ne survivait, tout s'était
désagrégé ; les formes - et celle aussi du petit coquillage de pâtisserie, si grassement sensuel sous
son plissage sévère et dévot - s'étaient abolies, ou, ensommeillées, avaient perdu la force
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
157
d'expansion qui leur eût permis de rejoindre la conscience. Mais, quand d'un passé ancien rien ne
subsiste, après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus
vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l'odeur et la saveur restent encore
longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à
porter sans fléchir, sur leur gouttelette presque impalpable, l'édifice immense du souvenir.
Marcel Proust, À la recherche du temps perdu. Du côté de chez Swann, 1913.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
158
22. la néologie
Plan du chapitre
1.
2.
3.
4.
5.
6.
Qu’est-ce qu’un néologisme ?
Néologismes d’emploi
L’emprunt
La déformation
Dérivation et composition
Création
1. Qu’est-ce qu’un néologisme ?
Un néologisme est un élément nouveau de la langue. En tant que tel, le néologisme est un
principe fondamental et nécessaire de la langue : pour faire face aux changements de la société,
pour se renouveler, bref pour rester vivante, la langue a sans cesse besoin de mots nouveaux.
D’une certaine manière, tous les mots sont d’anciens néologismes : ils sont apparus à un moment
de l’histoire d’un langage.
C’est pourquoi l’étude de l’apparition de mots nouveaux permet également de mieux comprendre
les origines des mots « anciens ».
Certaines personnes sont hostiles au néologisme par principe : on dit « ce mot n’est pas dans le
dictionnaire » ou même « ce mot n’existe pas ». Mais c’est de la langue que vient le dictionnaire,
et pas le contraire, et l’idée qu’un mot « n’existe pas » est absurde : s’il est utilisé entre deux
locuteurs pour communiquer, c’est bien parce qu’il existe.
En réalité, la langue se régule par elle-même : on crée chaque jour des mots nouveaux, mais la
plupart disparaissent immédiatement. Si un néologisme reste dans l’usage, c’est qu’il répond à un
besoin des locuteurs.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
159
Activité 1 : Un exemple de néologisme, Ségolène Royal et la bravitude.
Pendant la campagne présidentielle, la candidate du Parti Socialiste, Ségolène Royal, en voyage en
Chine, a déclaré : « Comme le disent les Chinois, qui n’est pas venu sur la Grande Muraille n’est
pas un brave, et qui vient sur la Grande Muraille conquiert la bravitude ».
1. Le mot bravitude est un néologisme? Dans quel sens pensez-vous que Mme Royal l’utilise ?
2. Existe-t-il un mot utilisé couramment dont le sens est proche ?
3. Le mot bravitude apporte-t-il une nuance de sens importante par rapport au mot généralement
utilisé ?
4. Ce mot vous semble-t-il utile ? Est-il utilisé aujourd’hui ? Est-ce un bon néologisme ?
Note
Vous pouvez voir cette vidéo à l’adresse suivante :
http://www.dailymotion.com/video/xxl0c_bravitude
Dans ce chapitre, nous allons nous intéresser aux différents néologismes.
Voici les différents types de néologismes
Néologismes d’emploi
Emprunt
Déformation
Dérivation et composition
Création
sens
fonction
éponyme
Abréviation
Verlan
Préfixation
Suffixation
Mots composés
Racines gréco-latines
Onomatopée
Sigles
Mots valises
Imagination
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
160
2. Néologismes d’emploi
Dans ce premier cas, le mot lui-même n’est pas nouveau, mais c’est son utilisation qui est nouvelle.
le sens
Un mot est utilisé de manière inhabituelle, nouvelle. Quelques exemples :
- la souris de l’ordinateur : avec cette invention, le mot a acquis un sens nouveau
- la métaphore permet ce genre de glissement, notamment en argot. Par exemple, déchiré signifie
« complètement saoul » et une truffe est une personne stupide.
- la préposition sur : très utilisée aujourd’hui, elle acquiert des emplois nouveaux : « J’habite sur
Paris » « Ici, on est sur une problématique différente »
- l’adverbe trop ne signifie plus l’excès, mais simplement l’intensité (comme très) : « c’est trop
bon ce plat »
la fonction
Certains mots changent de catégorie grammaticale : c’est la cas souvent des adjectifs qui
deviennent des noms. C’est l’origine étymologique de noms comme une cathédrale ou la physique.
Récemment, l’adjectif portable est devenu un nom : un portable.
Plus rarement, un adjectif devient parfois un adverbe. C’est le cas aujourd’hui de l’adjectif grave,
qui est utilisé en argot avec le sens de « très, beaucoup, extrêmement » : « Billy je l’adore grave ».
les éponymes
Un éponyme est un nom propre qui devient un mot de la langue. Le phénomène est ancien et est à
l’origine de mots tels que limoger, champagne ou volt, mais aussi cuivre (de l’île de Chypre) ou
blue jean (de la ville de Gênes).
Aujourd’hui, les noms de marque commerciale sont à l’origine de nombreux mots de la langue :
walkman, kleenex, frigidaire.
3. Emprunt
L’emprunt est une source importante de néologismes : si on prend en compte les mots empruntés
au latin, c’est la première source de création lexicale en français.
Après le latin, le grec et l’italien, depuis le XIXe siècle la source principale d’emprunts est l’anglais.
C’est un phénomène qui prend de plus en plus d’ampleur.
Activité 2 : anglicismes dans un forum sur internet
Les textes ci-dessous proviennent d’un forum sur internet (à propos d’un logiciel).
Slut !!!
trop cool ce soft ! c'est exactement ce que je cherchaiiis !!!
thhxxx
Alix, tu dois lire dans mes pensées, pas plus tard qu'hier je cherche un moyen simple
pour récupérer ces files. Bien le merci
Mec, t'es un big boss !!!
Merci beaucoup....
Je ne sais pas d'où ce bug peut venir, je vais gratter et bientot sortir une V2 qui corrigera
tout ces bugs.
1. Notez les mots qui vous semblent être des anglicismes.
2. Pensez-vous que ces anglicismes soient pertinents ? Existe-t-il des termes equivalents en
français ?
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
161
4. La déformation
Abréviation : apocope et aphérèse
L’apocope est la chute de la fin du mot (télévision -> télé), l’aphérèse la chute du début (autobus > bus).
Le verlan
Le verlan est une méthode d’argot qui consiste à inverser les syllabes d’un mot. Le phénomène est
presque toujours accompagné d’une abréviation, généralement par apocope.
keuf
teuf
beur
keum
garo
ouf
reuch
skeud
policier (flic->ke-fli)
fête (te-fê)
arabe (beu-ara)
mec (ke-mè)
cigarette (garette-ci)
fou
cher (re-chè)
disque (ske-di)
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
162
5. Dérivation et composition
Le verbe porter nous donne l’exemple des différentes combinaisons possibles que permettent la
dérivation et la composition.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
163
Racines gréco-latines
C’est une source très riche de formation de mots techniques (téléphone, photographie) politique
(démagogue), philosophique, etc.
Activité 3 : racines grecques
Retrouvez les racines grecques et leur signification comme dans l’exemple.
exemple
téléphone
Racines
Signification
télé
loin
phone
voix
psychologue
démocrate
photographe
géomètre
anthropophage
Réponses page suivante
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
164
Réponses à l’activité 3
exemple
téléphone
psychologue
démocrate
photographe
géomètre
anthropophage
Racines
télé
phone
psycho
logue
démo
crate
photo
graphe
géo
mètre
anthropo
phage
Signification
loin
voix
âme
science
peuple
pouvoir
lumière
écrire
terre
mesure
humain
manger
6. Création
5.1 Les onomatopées
Les onomatopées sont des mots qui décrivent des sons : boum, bang, paf, vlan, etc.
Mais l’imitation est également à l’origine de beaucoup de mots courants. C’est le cas de cochon,
miauler, cloche, criquet, bailler.
5.2 Les sigles
Dans le français moderne, les sigles (ou acronymes) sont une source de création de nombreux
termes, en particulier dans l’administration.
Sigle
BD
PDG
RMI
BTP
RTT
PACS
HLM
Signification
bande dessinée
président directeur général
Revenu minimum d’insertion
Bâtiment et travaux publics
Réduction du temps de travail
Pacte Civil de Solidarité
Habitation à loyer modéré
Orthographe ou vocable dérivé
bédé
pédégé
érémiste
se pacser
5.3 Les mots valises
Un mot valise est un mot composé de deux racines emboitées ensemble. Exemples :
* motel, contraction de motorway et hotel
* tapuscrit, de taper et manuscrit
* franglais, de français et anglais
* adulescent, d'adolescent et adulte
Mots-valises servant d’alternative aux anglicismes :
* clavardage, de clavier et bavardage (création québécoise pour traduire le sens particulier qu'a
pris en informatique le mot anglais chat, parfois francisé en tchate) ;
* courriel, de courrier et électronique (création québécoise[7] pour remplacer l'emprunt e-mail).
La création de mots-valises se fait également en matière de plaisanterie. Voici quelques exemples
tirés du Petit fictionnaire illustré d’Alain Finkielkraut.
Absenthéisme : doctrine religieuse qui affirme que Dieu existe, mais qu'il n'est pas là en ce moment.
Babarbiturique : tranquillisant assez fort pour endormir un éléphant.
Délicaresse : étreinte très douce
Eauverdose : torpeur hallucinée de celui qui a séjourné trop longtemps dans le bassin d'une piscine
Tactic : ensemble des moyens et des ruses mis en oeuvre pour remonter le temps
Zéros : dieu de l'amour et des petits riens
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
165
Bidingue : qui délire en deux langues.
Fananatique : qui consacre, à célébrer les femmes ou à les séduire, une ardeur infatigable.
Wagabon : voiture récalcitrante, qui se détache du train et décide de vivre hors des rails
Fainéhantise: peur obsédante de la paresse.
5.4 Imagination
Dans le Dictionnaire des tracas, Jean-Claude Leguay, Christine Murillo et Grégoire Oestermann
inventent des mots pour définir les petits tracas de l’existence. Ce sont des mots complètements
inventés, un pur exercice d’imagination. Quelques exemples :
jubjoter : émerger d’un rêve sans connaître la fin
tenter d’y retourner pour connaître la suite
zoupard : distance entre le ticket de péage et le
bout des doigts tendus
plute : prix oublié sur un cadeau
meufi : buée sur les lunettes pendant l’absorption
d’une boisson chaude
moulaphiater : réfléchir en suçant son feutre par le
mauvais bout
recegir : proposer du vin aux autres parce qu’on a
soif soi-même
saspigoule : découverte tardive d’un bout de verdure
coincé entre vos dents
vertiglier : jeter quelque chose qui ne sert à rien
depuis toujours et en avoir besoin le lendemain
Bien sûr, si vous utilisez ces mots dans la conversation,
vous riquez de ne pas vous faire comprendre : l
faudra sans doute expliquer le mot à la personne à
qui vous parliez…
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
166
Compléments
1. Principales racines grecques en français
Racine en
français
Origine en
grec
Sens
Exemple
a-, an-
a
sans
anonyme, athée
acro-
akros
à l'extrémité
acropole
aéro-
aêr, aeros
air
aérophagie, aérobie
-agogue
agôgos
qui conduit
pédagogue, démagogue
-agoniste
agônia
lutte
antagoniste, protagoniste
agro-
agros
champ
agronomie
ailouro-
ailouros
chat
ailourophobie
-algie
algos
douleur
névralgie
allo-
allos
autre
allergie, allophone
amphi-
amphi
de deux côté
amphithéâtre, amphibie
ana-
ana
vers le haut
analyse, anagramme
andro-
anêr, andros
homme, mâle
misandrie, polyandrie
anthropo-
anthrópos
homme, humain
misanthrope, anthropophagie
anti-
anti
contre
antibiotique, antidote
apo-
apo
éloignement
apogée
archéo-
arkhaios
ancien, primitif
archaïsme, archéologie
-archie
archos
commandement
anarchisme, monarchie
auto-
auto
soi-même
autonome
biblio-
biblion
livre
bibliothèque
bio-
bio
vie
biologie, biotope, biométrie
caco-
kakos
mauvais
cacophonie
calli-
kalos
beau
calligraphie
cata-
kata
vers le bas
catacombes
céphal-
kephalê
tête
encéphale, céphalopode, céphalée
chiro-
kheir
main
chiropraxie, chirurgie
chromo-
khroma
couleur
chromatique, chromosome
chrono-
khronos
temps
chronomètre, synchronie
ciné-, kiné-
kineô
bouger, remuer
kinésithérapeute, cinématographe
cosmo-
kosmos
monde
cosmologie
-crate
krateô
maîtriser
démocratie, autocrate
crypto-
kruptos
caché
cryptogramme
cyber-
kubernetes
pilote
cybernétique
cyno-
kunos
chien
cynique
dactylo-
daktulos
doigt
dactylographie
démo-
dêmos
peuple
démocratie, démographie
dia-
dia
a travers
diagonale, diaspora
-drome
dromos
course
aérodrome, hippodrome, dromadaire
dys-
dys
difficulté
dyspepsie
éco-
oikos
maison, chez soi
économie, écologie
em-, en-
en
dans
encéphale
endo-
endo
en dedans
endoderme
epi-
epi
sur
épigramme, épisode
etho-
ethos
manière d'être
éthique
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
Racine en
français
Origine en
grec
Sens
167
Exemple
eu-
eu
agréable
euphorie, euphonie
exo-
exo
en dehors
exogamie
-gamie
gamos
mariage
polygamie, monogamie
gastéro-
gastêr, gastros
ventre, estomac
gastronomie, gastéropode
-gène
géné
cause, famille
gène, oxygène
géo-
gé
la terre
géologie, géographie
-glyphe
gluphein
graver
hiéroglyphe
-gone
gónia
angle
polygone, pentagone
-gramme
gramma
lettre
anagramme, lipogramme
-graphe
graphein
écrire
graphisme, graphologie, monographie
hélio-
hêlios
soleil
héliocentrique, héliothérapie
hémi-
hèmi
demi
hémisphère
hémo-
haima
sang
hémophile, hémoglobine
hepta-
hepta
sept
heptagone
hétéro-
heteros
autre
hétéroclite, hétérogène
hex-
hexa
six
hexagone
hiéro-
hieros
sacré
hiéroglyphe, hiérarchie
hippo-
hippos
cheval
hippique
homo-
homos
même, semblable
homogène, homosexuel
hydro-
hudôr
eau
hydrogène
hyper--
huper
au-dessus, au-delà
hyperbole, hypertension
hypo-
hypo
au-dessous
hypodermique
-iatrie
iatros
médecine
pédiatrie
iso-
isos
égal
isocèle
kilo-
khiloi
mille
kilomètre, kilogramme
litho-
lithos
pierre
lithographie
-logie, log-
logos
raison,
parole, zoologie, biologie, logique
science
lyco-
lykos
loup
lycanthropie, lycée
-lyse
luô
délier, détacher
analyse
-machie
makhê
combat
logomachie, tauromachie
mélan-
melas
noir
mélancolie, mélanome
mélo-
mélos
chant
mélodie
méta-
meta
au-delà
métaphysique
métro-
métron
mesure
mètre
micro-
mikros
petit
microscope
mono-
monos
un
monopole
morpho-, -morphe
morphè
forme
morphologie, métamorphose
-naute
nautès
navigateur
astronaute, cosmonaute
nécro-
nekros
mort
nécrologie, nécrophage
néo-
néos
nouveau
néologisme
-nèse, -nésie
nisi
île
Polynésie, Mélanésie
neuro-
neuron
nerf
neurologue
-nome
nomos
loi
astronomie, gastronomie, métronome
octo-
okto
huit
octogone
ortho-
ortho
droit
orthographe, orthogonal
paléo-
palaios
ancien
paléologie
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
Racine en
français
Origine en
grec
Sens
168
Exemple
pan-
pan, pantos
tout
panacée, panorama
para-
para
contre, auprès
parasite, parallèle
path-
pathos
souffrance
psychopathe, pathologie, pathogène
ped-
pais
enfant
pédiatrie, pédophilie, pédagogue
pent-
penté
cinq
pentagone
péri-
peri
autour
périmètre, périphérique
phag-
phagein
manger
anthropophage
phil-
philein
aimer
philosophie, philanthropie
-phobie
phobos
peur
arachnophobie, xénophobe
-phonie
phonè
voix, son
cacophonie, microphone
-phore
pherein
porter
métaphore
phyto-
phyton
plante
néophyte
podo-
pous
pied
podologie
poli-
polis
ville, cité
politique, police
poly-
polu
plusieurs
polygone, polygamie
pseudo-
pseudos
mensonge
pseudonyme
psych-
psukè
esprit, âme
psychiatre, psychologie
rhino-
rhis
nez
rhinocéros
-scope
skopein
regarder
télescope, microscope
-sophie
sophia
sagesse
philosophie, sophisme
syn-
sun
avec
sympathie
techn-
tekhnè
art
technique
télé-
télé
loin
téléphone
thanato-
thanatos
mort
euthanasie
théo-
théos
dieu
théologie
thérap-
thérapeia
soin
thérapie
thermo-
thermos
chaud
thermomètre
-tome
tomein
couper
tome, lobotomie
topo-
topos
lieu
topologie
xéno-
xenos
étranger
xénophobe, xénophile
zoo-
zóon
animal
zoologie
2. Mots-valises
Site sur les mots-valises
http://perso.orange.fr/alain.crehange/frmotsval.html
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
169
23. cinéma
Plan du chapitre
1.
2.
3.
4.
Définition
Mots apparentés
Famille sémantique
Répliques célèbres
1. Définition
Le cinéma se définit comme un spectacle d'images photographiques animées.
Les trois composantes essentielles du cinéma sont donc :
- la photographie : les images sont des reproductions du réel par un procédé mécanique. En ce
sens, le cinéma s'oppose au dessin animé.
- le mouvement : à la différence de la photographie, les images montrées successivement
restituent le mouvement. Un des premiers noms du cinéma a été bioscope : « machine à regarder la
vie ».
- le spectacle : le cinéma se définit par la manière dont ces images sont regardées. Il s’agit d’un
représentation collective, sur un écran de grande taille : en ce sens, le cinéma s’oppose à la
télévision ou à la vidéo.
Origine
cinéma est l’abréviation (apocope) du mot cinématographe, mot créé par les frères
Lumière en 1892.
Le mot est composé de deux racines grecques :
- kinema, « mouvement », du verbe kinein, « mettre en mouvement »
- graphein « écrire »
Le cinématographe, c’est donc la technique de description du mouvement.
L’invention des frères Lumière n’est pas isolée : en 1891, l’inventeur Edison a créé le
kinétoscope, appareil permettant de restituer le mouvement.
Cependant, il existe deux grandes différences entre le l’invention américaine et la
française :
- d’abord, l’appareil de prise de vues d’Edison est très volumineux (il fonctionne à
l’électricité et il faut une voiture pour le transporter), tandis que celui des frères Lumière
est très petit et léger (il est actionné manuellement).
- mais la différence principale est la manière de regarder les images : le kinétoscope
d’Edison est une machine individuelle, une seule personne à la fois regarde les images.
L’originalité technologique et conceptuelle des frères Lumière est la projection sur un
grand écran : ils sont les premiers à la réaliser. C’est pourquoi les Français considèrent
légitimement qu’ils sont les inventeurs du cinéma (les Américains aussi d’ailleurs) et qu’on
va aujourd’hui au cinéma et non au kinétoscope...
Autres langues
japonais
anglais
allemand
italien
映画
film, cinema, motion espagnol
pictures, movies
Kino
cinema
cine
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
170
2. Mots apparentés
Nous allons considérer ici trois groupes de la famille :
1. ceux de la famille de la racine grecque kinema
2. ceux de la famille de la racine grecque graphe
3. ceux issus du mot cinématographe en français
1. Dans la famille de kinema :
cinétique, kinésithérapie, kinésithérapeute, kinesthésie, télékinésie
cinétique est un adjectif savant qui se rapporte au mouvement. On parle par
exemple d’énergie cinétique pour l’énergie que possède une masse en
mouvement (E=mv2).
Étymologiquement, cela veut dire « soigner par le mouvement » (運動療法). Il
kinésithérapie,
s’agit de la pratique de mouvements, d’exercices et de massages pour la santé,
kinésithérapeute notamment la rééducation.
Pour kinésithérapeute, on dit couramment kiné.
Du grec aisthetis, « sentation ». La kinesthésie est un mot savant qui désigne la
kinesthésie
perception physiologique du mouvement (comme quand on ferme les yeux et
qu’on tourne sur soi).
Du grec telos, « lointain » : il s’agit de la faculté de faire bouger un objet à
télékinésie
distance. Cette faculté n’est pas attestée scientifiquement.
cinétique
2. Dans la famille de graphe :
graphique, greffe, graffiti, gramme, programme, grammaire
graphique
-graphe
-graphie
-graphique
graphogreffe
graffiti
gramme
programme
grammaire
Le verbe graphein a donné un grand nombre de mots français. L’adjectif
graphique se rapporte au dessin, mais la plupart des dérivés sont des composés
savants : géographie (de géo-, « la terre »), orthographe (de ortho-, « droit,
correct »), ou graphologie, « étude de l’écriture manuscrite d’une personne ».
Le mot grec grapheion, issu de graphein, signifiait un « stylet », c’est-à-dire une
pointe qui servait à écrire dans les tablettes en cire. Le mot est passé en latin
sous la forme graphium.
Ce nom s’est appliqué à l’outil pointu servant à couper un arbre pour y insérer
la branche d’un autre arbre : d’où le nom de greffe.
Le graphium, qui servait à graver des lettres dans la pierre, est aussi à l’origine
du mot italien graffiti, qui est passé en français.
Le mot grec pour lettre est gramma, grammatos. Ce mot est issu du verbe
graphein, « écrire, dessiner ».
En plus du sens de « lettre », gramma était aussi une unité de poids (1/24e
d’once). Ce sens a été repris en 1790 lors de la création du système métrique
pour désigner la nouvelle unité de masse.
Le mot grec programma est une composé de pro, « devant », et gramma, « ce
qui est écrit ». Le programme est donc ce qu’on écrit à l’avance.
Le grec grammatikè, « relatif à l’écriture et à la littérature », est passé en latin
sous la forme grammatica, devenu en français grammaire, « connaissance de la
chose écrite », puis « règles de la langue correcte ».
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
171
3. Dans la famille de cinématographe :
cinéma, ciné, cinoche, cinéphile, ciné-club, cinémathèque, cinéaste
cinéma
ciné
cinoche
cinéphile
ciné-club
cinémathèque
cinéaste
Le mot cinématographe est à la fois trop long et trop populaire pour ne pas être
modifié : d’abord cinéma, puis ciné, puis, de manière populaire et familière,
cinoche.
cinéphile, « qui aime le cinéma », est apparu dès 1912, et ciné-club, « club pour
amateurs de cinéma », en 1920.
Le mot cinémathèque, construit sur le modèle de bibliothèque, date de 1921.
Le suffixe Ŕthèque vient du grec thèkè, « boîte, coffre ».
En France, le mot cinémathèque renvoie généralement à la Cinémathèque
française, sorte de musée du cinéma fondé (de manière privée) par Henri
Langlois en 1935. Depuis 2005, la Cinémathèque française est installée rue de
Bercy, dans le 12e arrondissement de Paris.
Cinéaste est attesté depuis 1921. Il est synonyme d’ « auteur de film ». Dans ce
sens, il signifie généralement « réalisateur », mais peut prendre le sens de
« metteur en scène » ou même de « scénariste » selon les cas.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
172
3. Famille sémantique
film, caméra, tournage, scénario, montage, acteur
film
caméra
tournage
scénario
montage
acteur
Le mot est hérité de l’anglais. C’est un mot d’origine germanique signifiant « peau »,
apparenté au latin pellis, « peau ».
Le film est d’abord la pellicule (« petite peau »), c’est-à-dire la bande mince qui sert
de support aux images. Par extension, ça devient le nom de l’œuvre de cinéma.
Du grec kamara, « plafond », à travers le latin camera, qui a donné chambre en
français.
Les premiers appareils photo étaient appelés des chambres noires, camera obscura en
latin ? Le cinéma a repris la terminologie photographique.
En français moderne, caméra s’est spécialisé dans le sens de « machine à enregistrer
des images mobiles ».
On parle de « tourner » un film parce que les premières caméras ne possédaient pas de
moteur : l’opérateur devait tourner à la main la bobine.
Mot d’origine italienne, il a été introduit au XVIIIe siècle en français dans le sens
d’ « indications de scène » au théâtre.
Le mot rappelle que le cinéma, à ses débuts, s’est inspiré directement du théâtre : les
premiers films de fiction étaient montrés comme des pièces de théâtre, avec une
caméra fixe à la place du spectateur.
Il a appartenu aux pionniers du cinéma de se libérer de ce modèle initial pour utiliser
les possibilités nouvelles de ce média : mouvements de caméras, angles de vues,
montage...
Le verbe monter signifie assembler des éléments pour construire quelque chose. Au fur
et à mesure de la construction, l’objet s’élève, « monte ».
De même, le mot est utilisé pour le cinéma depuis 1914 : on assemble plusieurs prises
de vues pour construire un film.
Le mot acteur est utilisé dans le cadre du théâtre depuis le XVIIe siècle. Il est
aujourd’hui spécialisé pour le cinéma : pour le théâtre, on préfère généralement le
terme comédien.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
173
Activité 1 : lexique cinématographique
Connaissez-vous les termes suivants ? Reportez-les dans le tableau en face de leur définition.
caméra subjective
contre-plongée
gros plan
panoramique
plan séquence
plongée
story-board
synopsis
travelling
zoom
définition
description du film par des illustrations des plans
principaux (à la manière d’une bande dessinée)
résumé général de l’histoire du film
angle de prise de vue du haut vers le bas
angle de prise de vue du bas vers le haut
caméra dont les mouvements donnent l’impression
d’être le point de vue d’un des personnages
rétrécissement du cadre par allongement de la
focale
mouvement de caméra latéral
rotation de la caméra autour d’un point fixe
cadrage au niveau du visage
plan continu (sans interruption de montage)
terme
Locutions
le septième art
faire du cinéma
se faire un film
Le cinéma dans le jargon du journalisme
Jouer la comédie, faire semblant d’être dans un certain état
psychologique ou physique (joie, tristesse, douleur, etc.)
Cette expression très familière s’utilise pour parler de quelqu’un qui se
fait des idées, qui s’illusionne.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
174
4. Répliques célèbres
Activité 2 : répliques cultes
Les répliques célèbres du cinéma français : reliez ces répliques avec l’acteur et le film
correspondant.
1
2
3
4
5
6
7
Réplique
Atmosphère, atmosphère !
Est-ce que j’ai une gueule
d’atmosphère ?!
C’est fin, c’est très fin, ça se
mange sans faim !
C’est ma mère monsieur...
elle est morte !
J’ai du mal à parler, j’ai les
dents qui poussent.
Les cons ça ose tout, c’est
même à ça qu’on les
reconnaît !
Moi j’ai dit bizarre ? Comme
c’est bizarre !
Salauds de pauvres !
Acteur
•
•
Louis Jouvet
•
•
Arletty
•
•
Jean Gabin
•
•
Jean-Pierre
Léaud
•
•
Lino Ventura
•
•
Anémone
•
•
Michel Blanc
Film
Date
Drôle de
drame
1937
Hôtel du Nord
1938
La traversée
de Paris
Les Quatrecents coups
Les Tontons
flingueurs
Le Père Noël
est une ordure
Marche à
l’ombre
1956
1959
1963
1979
1984
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
175
Réponses à l’activité 1 : lexique cinématographique
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
définition
description du film par des illustrations des plans principaux (à la
manière d’une bande dessinée)
résumé général de l’histoire du film
angle de prise de vue du haut vers le bas
angle de prise de vue du bas vers le haut
caméra dont les mouvements donnent l’impression d’être le point de
vue d’un des personnages
rétrécissement du cadre par allongement de la focale
mouvement de caméra latéral
rotation de la caméra autour d’un point fixe
cadrage au niveau du visage
plan continu (sans interruption de montage)
terme
story-board
synopsis
plongée
contre-plongée
caméra subjective
zoom
travelling
panoramique
gros plan
plan séquence
Réponses à l’activité 2 : répliques cultes
1
2
3
4
5
6
7
Réplique
Atmosphère, atmosphère ! Est-ce
que j’ai une gueule
d’atmosphère ?!
C’est fin, c’est très fin, ça se
mange sans faim !
C’est ma mère monsieur... elle est
morte !
J’ai du mal à parler, j’ai les dents
qui poussent.
Les cons ça ose tout, c’est même à
ça qu’on les reconnaît !
Moi j’ai dit bizarre ? Comme c’est
bizarre !
Salauds de pauvres !
Acteur
Arletty
Film
Date
Hôtel du Nord
1938
Le Père Noël est une
ordure
1979
Jean-Pierre
Léaud
Les Quatre-cents coups
1959
Michel Blanc
Marche à l’ombre
1984
Lino Ventura
Les Tontons flingueurs
1963
Louis Jouvet
Drôle de drame
1937
Jean Gabin
La traversée de Paris
1956
Anémone
Compléments
Livre
Une histoire du cinéma français, Claude Beylie, Larousse 2000.
Internet
Vous pouvez vous amuser à faire les quiz sur le cinéma du site de TV5 :
http://www.tv5.org/TV5Site/jeunesse/quiz-questions.php?id=864&rub=8
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
24. l’Histoire
Plan du chapitre
1.
2.
3.
4.
5.
Fiche étymologique
Locutions
Histoire de l’histoire
Histoire et politique
Testez vos connaissances
historiques
176
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
177
1. Fiche étymologique
histoire
Définitions
sens 1
sens 2
Récit, conte
Les événements passés ; la science et la connaissance de ces événements
Origine
Autres langues
grec
japonais
latin
anglais
historia
歴史、話
historia
history, story
allemand
italien
espagnol
Geschichte
storia
historia
Mots apparentés
historique, préhistoire, protohistorique, historien, historiographie, historié
Notes étymologiques
histoire
historique
history
story
storey
préhistoire
protohistoire
historiographie
historié
Le mot français vient du latin historia, qui possède les deux sens du français. Le
latin a hérité du mot grec historiê, qui signifie « enquête, recherche,
information».
En grec, histor est « un témoin, quelqu’un qui a vu et qui sait». Le mot se
rattache à la racine indo-européenne wid- qui a donné voir en français.
Le verbe historein signifie « chercher à savoir » : étymologiquement, l’histoire se
définit donc comme une recherche sur le passé.
Dans le mot histoire, c’est donc le sens de « science, connaissance des
événements du passé » qui est le premier sens. Celui de « récit » est second : la
grande histoire précède la petite.
L’anglais a gardé deux formes du mot pour rendre les deux sens : history pour
« l’Histoire », story pour « une histoire ». Étrangement, le mot storey, « étage »,
vient également du français histoire : sans doute à cause des frises narratives des
immeubles médiévaux (qui racontent une histoire).
Le mot anglais store, « magasin », en revanche a une origine différente : il vient
du latin instaurare par l’ancien français estorer, «établir ».
Le mot préhistoire date de 1872 et renvoie à la période précédant l’apparition de
l’écriture. Le mot protohistoire est employé par les historiens pour parler de
l’âge des métaux : Âge du cuivre, Âge du bronze, Âge du fer.
L’historiographie est l’étude de la manière dont on étudie l’histoire : c’est
l’histoire de l’Histoire.
L’historiographie permet de réfléchir à la manière dont les hommes, à différentes
époques, réfléchissent à leur passé. Cette réflexion permet de mieux comprendre
l’idée qu’une société se fait d’elle-même à moment donné de son histoire.
Le mot historié est un mot rare qui s’utilise généralement dans la locution
manuscrit historié. Il s’agit de livres médiévaux décorés.
C’est le participe passé du verbe historier, qui signifie « décorer, illustrer un
récit » et, étymologiquement, « raconter un histoire ».
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
178
2. Locutions
Connaissez-vous ces expressions ? Pouvez-vous les expliquer ?
la grande histoire
la petite histoire
raconter des histoires
tout ça ce sont des histoires
histoire de...
faire des histoires
un type à histoires
une personne sans histoires
pas d’histoires !
ça a été tout une histoire (pour...)
c’est une autre histoire
c’est de l’histoire ancienne
Réponses page suivante
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
la grande histoire
la petite histoire
raconter des histoires
tout ça ce sont des histoires
histoire de...
faire des histoires
un type à histoires
une personne sans histoires
pas d’histoires !
ça a été tout une histoire (pour...)
c’est une autre histoire
c’est de l’histoire ancienne
179
Les grands événements de l’Histoire
Les anecdotes de l’Histoire
mentir
ce n’est pas vrai
dans le but de...
se plaindre, dire du mal des gens
un homme au caractère difficile
une personne tranquille et discrète
inutile de résister ou de protester
ça été très difficile (de...)
c’est très différent
c’est trop vieux, ça n’a plus d’importance
3. Histoire de l’histoire
Quelques figures importantes de l’histoire
Hérodote (en grec ancien Hêródotos), 484-425 av. J.-C. Il a été surnommé
le « père de l'Histoire » par Cicéron. C’est lui qui a donné son nom à
l’histoire : son livre principal, L’enquête (en grec historiai) traite des
guerres entre les Grecs et l’empire perse.
Thucydide (en grec ancien Thoukudídês), homme politique et historien
athénien, (471-400 av. J.-C.) Il est l'auteur de l'Histoire de la guerre du
Péloponnèse, qui raconte la guerre du Ve siècle av. J.-C. entre Sparte et
Athènes. Cette œuvre est considérée comme un classique, la première du
genre.
Grégoire de Tours (538-594), évêque de Tours, historien de l'Église et des
Francs.
Son Histoire des Francs est la source historique principale de la période
des premiers Mérovingiens (Clovis et ses successeurs).
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
180
Jules Michelet (1798-1874) est le grand historien français du XIXe siècle.
Dans son chef d'œuvre monumental, l’Histoire de France, qu’il mit trente
ans à achever, il développe une vision de l’histoire comme un long combat
de la liberté contre la fatalité.
Georges Duby (1919-1996) est un historien français spécialiste du Moyen
Âge. Avec Fernand Braudel, il est un des représentants de la « nouvelle
histoire », une école d’historien qui s’oppose à l’histoire événementielle
et s’intéresse aux structures, aux mouvements profonds de la société.
4. Histoire et politique
Histoire et politique : l’article de loi sur le « rôle positif de la colonisation »
Lisez ces deux textes puis répondez aux questions ci-dessous.
Texte 1 : RFI, le 28/11/2005
La loi qui évoque les « aspects positifs » de la colonisation de nouveau à l'Assemblée.
L’histoire aux historiens. C’est un peu le sens de la démarche du groupe socialiste à l’Assemblée
nationale qui a déposé une proposition de loi pour supprimer de la législation sur les rapatriés,
adoptée en février 2005, l’article qui indique que «les programmes scolaires reconnaissent en
particulier le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord».
Jean-Marc Ayrault, le président du groupe, est d’ailleurs particulièrement sévère lorsqu’il explique les
motivations de cette demande : «L’article que nous voulons abroger est une faute politique et une
aberration éducative. Il n’aide pas notre pays à regarder lucidement son histoire. Il réhabilite ‘le bon
vieux temps de la Coloniale’ et occulte les violences, les exactions». Et d’ajouter : «Il n’appartient pas
au législateur d’écrire l’histoire».
Le débat se situe à, au moins, deux niveaux. Tout d’abord, il pose la question de l’influence du
pouvoir politique sur l’élaboration des programmes scolaires, voire sur le travail pédagogique des
enseignants. Et sur ce point, ces derniers ont fait part de leur indignation. Ils ont même lancé une
pétition contre la loi qui ne retient que le côté «positif» de la colonisation et impose une histoire
«officielle».
D’autre part, la formulation de l’article 4 de la loi peut, selon ses détracteurs, être interprétée comme
une tentative de nier tout ce que la colonisation a eu de néfaste et de violent pour les populations
indigènes. Aucune mention n’étant faite, en effet, des aspects négatifs la présence française dans les
ex-colonies.
En Algérie, l’adoption de la loi a été ressentie comme le signe d’un refus de Paris de reconnaître son
passé colonial. D’autant qu’au-delà de l’évocation des «aspects positifs» de la colonisation, la loi fait
aussi état de la «reconnaissance» de la France aux harkis (ces Algériens qui ont combattu pour elle),
toujours considérés comme des traîtres par Alger.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
181
Texte 2 : interview de l’historien Pierre Vidal-Naquet (Libération, le 14 avril 2005)
Pierre Vidal-Naquet, historien spécialiste de la Grèce antique, est un homme engagé, en particulier
contre les guerres coloniales.
- Une loi prescrit d’enseigner la colonisation de manière « positive », qu’en pensez-vous ?
- PVN : Au Japon, une loi définit le contenu de l’enseignement historique, et les manuels scolaires
minimisent la responsabilité des Japonais dans les massacres de la guerre sino-japonaise. Si la
France veut faire comme le Japon, il n’y a qu’à continuer dans cette voie.
- Si ce n’est pas à la loi de dire l’histoire, que penser de la loi Gayssot qui interdit de professer des
contrevérités concernant le génocide des juifs ?
- PVN : Je vomis les négationnistes. Mais j’ai toujours été contre la loi Gayssot. Ce n’est pas à l’État
de dire comment on enseigne l’histoire. On peut comprendre une telle loi en Allemagne, mais en
France elle est inutile.
- A l’inverse, le débat monte sur l’enseignement de l’esclavage, jugé insuffisant...
- PVN : Je n’ai aucun doute sur le caractère criminel de l’esclavage. Il faut évidemment l’inclure
dans les programmes, mais je ne vois pas ce qu’ajoute sa reconnaissance officielle comme crime
contre l’humanité. Tout ce qui ressemble à une histoire officielle est pernicieux.
Question 1 : à propos de la colonisation
Que pensez-vous de la colonisation française en Afrique du Nord ? Pensez-vous qu’elle ait été
positive ou négative ? Peut-on la justifier ? La question est-elle importante aujourd’hui ?
Question 2 : sur le principe d’un loi sur l’Histoire
Que pensez-vous de cette question ? L’État doit-il dire comment l’Histoire s’enseigne ?
Question 3 : l’enseignement de l’Histoire au Japon
Que pensez-vous de la remarque de Pierre Vidal-Naquet sur le Japon ? Est-elle juste ? Approuvezvous sa position ?
Note 1
Note 2
La loi Gayssot (1990), tend à réprimer les propos raciste, antisémite ou xénophobe et la
contestation de l'existence des crimes contre l'humanité.
L’article de loi sur le « rôle positif de la colonisation française » a finalement été abrogé
en février 2006.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
182
5. Testez vos connaissances historiques
1.
La domestication de la chèvre a eu lieu :
a. il y a environ 100 000 ans en Afrique
b. il y a environ 10 000 ans en Iran
c. il y a environ 2 000 ans en Égypte
2.
L’Âge du fer en Europe commence :
a. vers -5 000
b. vers Ŕ 1600
c. vers Ŕ 800
3.
Quel
a.
b.
c.
4.
Qui était Cyrus ?
a. un pharaon égyptien
b. un roi perse
c. un général romain
5.
Quel
a.
b.
c.
6.
Lequel de ces peuples germaniques n’a pas occupé le territoire de la France actuelle ?
a. Les Lombards
b. Les Burgondes
c. Les Wisigoths
7.
La Grande peste en Europe (1347-1350) a tué :
a. Une personne sur 10
b. Une personne sur 3
c. Une personne sur 2
8.
Qu’est-ce que la Contre-réforme ?
a. Une révolte des nobles contre l’autorité du roi de France en 1648
b. Une tentative de l’Église catholique de lutter contre le protestantisme
c. Le retour du roi de France après la chute de Napoléon en 1815
9.
Que
a.
b.
c.
10
.
Combien d’hommes ont marché sur la Lune ?
a. Un
b. Six
c. Douze
texte est le plus ancien ?
Le code d’Hammourabi (Babylone)
La Pierre de Rosette (Égypte)
La Genèse (Israël)
empereur romain a le plus contribué à la christianisation de l’Empire ?
Dioclétien
Constantin
Justinien
s’est-il passé en 1848 en Europe ?
Une série de révoltes populaires et de révolutions politiques
Le début de la révolution industrielle
Une guerre entre la Prusse et l’Autriche
Réponses page suivante
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
Réponses aux quiz :
1.
La domestication de la chèvre a eu lieu :
a. il y a environ 100 000 ans en Afrique
b. il y a environ 10 000 ans en Iran
c. il y a environ 2 000 ans en Égypte
2.
L’Âge du fer en Europe commence :
a. vers -5 000
b. vers Ŕ 1600
c. vers Ŕ 800
3.
Quel
a.
b.
c.
4.
Qui était Cyrus ?
a. un pharaon égyptien
b. un roi perse
c. un général romain
5.
Quel
a.
b.
c.
6.
Lequel de ces peuples germaniques n’a pas occupé le territoire de la France actuelle ?
a. Les Lombards
b. Les Burgondes
c. Les Wisigoths
7.
La Grande peste en Europe (1347-1350) a tué :
a. Une personne sur 10
b. Une personne sur 3
c. Une personne sur 2
8.
Qu’est-ce que la Contre-réforme ?
a. Une révolte des nobles contre l’autorité du roi de France en 1648
b. Une tentative de l’Église catholique de lutter contre le protestantisme
c. Le retour du roi de France après la chute de Napoléon en 1815
9.
Que
a.
b.
c.
10.
Combien d’hommes ont marché sur la Lune ?
a. Un
b. Six
c. Douze
texte est le plus ancien ?
Le code d’Hammourabi (Babylone)
La Pierre de Rosette (Égypte)
La Genèse (Israël)
empereur romain a le plus contribué à la christianisation de l’Empire ?
Dioclétien
Constantin
Justinien
s’est-il passé en 1848 en Europe ?
Une série de révoltes populaires et de révolutions politiques
Le début de la révolution industrielle
Une guerre entre la Prusse et l’Autriche
183
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
184
25. la cuisine
Plan du chapitre
1.
2.
3.
Sensibilisation
Fiche étymologique
Histoire de la cuisine
1. Sensibilisation
Activité 1
La famille de cuisine : trouver les intrus
Dans la liste de mots suivants, quels sont les intrus ? (mots n’appartenant pas à la famille du mot
cuisine)
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10
charcutier
cocktail
concocter
coquille
cuiller
cuire
cuisse
cuisson
(maître) queux
quiche
Réponses page suivante
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
Famille cuisine
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10
charcutier
cocktail
concocter
coquille
cuiller
cuire
cuisse
cuisson
(maître) queux
quiche
185
Intrus
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
Les intrus :
cocktail
coquille
cuiller
cuisse
C’est un mot d’origine anglaise entré en français vers 1836, composé de cock,
« coq » et tail, « queue ».
A l’origine, l’expression était utilisée pour un cheval auquel on coupé un muscle de
la queue pour qu’elle se dresse comme celle d’un coq.
Cette opération ne se faisait jamais sur des chevaux de race pure : c’est pourquoi le
mot cocktail a été utilisé pour des chevaux bâtards.
C’est cette idée de bâtardise qui est à l’origine du nom de la boisson, qui est un
mélange de plusieurs alcools.
Le mot anglais cock, comme le français coq, est d’origine incertaine,
vraisemblablement une imitation du cri de l’animal. Coq a remplacé l’ancien
français jal, dérivé du latin gallus.
Du latin vulgaire conchylium, issu du grec konkhulion, « coquillage ».
Du latin cochlearium, issu de cochlea, « escargot ». Le mot vient du grec kokhlè,
« coquillage » (apparenté à konkhulion)
Du latin coxa, « hanche ».
2. Fiche étymologique
cuisine
Définitions
sens 1
L’art de préparer les aliments
sens 2
L’endroit où se réalise cette opération
Origine
latin
coquina
Autres langues
japonais
anglais
allemand
1.
2.
1.
2.
1.
2.
料理
台所
cooking, cuisine
kitchen
Küche
Kochkunst
italien
cucina
espagnol
cocina
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
186
1. La famille indo-européenne
cuisine
cuire
cook
kitchen
précoce
abricot
cake
quiche
Kuchen
Cuisine vient du latin coquina, qui possède les deux sens du français.
Le mot est dérivé du verbe coquere, qui a donné le français cuire.
Notez bien qu’en français moderne le verbe cuire est intransitif : le poulet est en
train de cuire. Pour la forme transitive, on utilise la locution faire cuire.
La cuisine, étymologiquement, c’est donc l’art de faire cuire les aliments. En ce
sens, le mot français est très différent du mot japonais 料理, qui insiste sur les
proportions, et donc sur l’idée de combinaison des ingrédients. Il s’agit là d’une
différence significative, dans la mesure où la cuisine japonaise fait beaucoup plus
de place à l’aliment cru que la cuisine occidentale.
L’anglais a beau être une langue d’origine germanique, on ne se rend
généralement pas compte à quelle point cette langue est profondément
latinisée : ainsi les mots cook et kitchen sont bien des mots d’origine latine, de
même origine que cuire et cuisine.
coquere a le sens de « cuire », mais aussi de « mûrir ». Il a donné praecoquere,
(de prae-, « avant »), « mûrir en avance », d’où l’adjectif français précoce.
L’histoire de l’abricot est compliquée. Il est originaire de Chine et est arrivé en
Europe par la Syrie et la Méditerranée. Les Romains l’ont appelé praecoquum,
« qui mûrit tôt ». Le mot est passé en grec sous la forme praikokion, puis en
arabe (barquq). C’est la forme al barquq, où al est l’article défini (« le »), qui a
donné le mot abricot.
Le verbe coquere se rattache à une racine indo-européenne kokan, kukan de
même sens (« cuire »), qui a donné l’ancien haut allemand kuocho.
Ce verbe est à l’origine de l’anglais cake, qui est passé en français avec un sens
restrictif (celui de « fruitcake » en anglais).
Dans les langues germaniques, il a donné Kuchen, qui est l’origine du mot quiche
à travers le lorrain, et le mot japonais バウムクーヘン, de Baum, « arbre ».
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
187
2. En français
cuire
cuisant
cuisson
charcuterie
biscuit
biscotte
cuistre
queux
concocter
décoction
cuisine
cuisiner
cuisinier
cuisinière
cuistot
L’adjectif cuisant s’utilise dans la locution « un échec cuisant ».
Le mot charcuterie signifie étymologiquement « chair cuite » c’est-à-dire de
viande cuite ou préparée en salaison ou fumaison.
Quand au mot biscuit, c’était d’abord un adjectif : on parlait de pain biscuit,
c’est-à-dire de pain cuit deux fois (bis). La double cuisson est une technique qui
permet de conserver le pain longtemps : le pain biscuit servait sur les navires
pour les longs voyages.
Plus tard, le mot biscuit a fini par prendre le sens de petit gâteau sec.
L’équivalent italien, biscotto, a donné le mot français biscotte.
Un cuistre est une personne sans éducation qui prétend posséder des
connaissances qu’il n’a pas. A l’origine, il s’agit d’un garçon de cuisine.
Le mot queux ne s’utilise que dans l’expression maître queux, « chef de
cuisine ». Queux vient du latin coquere.
Concocter signifie « préparer un plat compliqué ». Il vient du latin concoquere,
« faire cuire ensemble ».
Le verbe latin decoquere, « faire cuire complètement » a donné le mot
décoction, qui signifie une infusion.
Une cuisinière peut être une femme qui cuisine, mais aussi un équipement
produisant du feu pour la cuisine : cuisinière au gaz ou électrique.
Cuistot est une abréviation familière de cuisinier.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
188
3. Histoire de la cuisine
La préhistoire
L’utilisation du feu pour l’alimentation précède l’existence des hommes actuels : leurs ancêtres
ont commencé à le faire il y a plus d’un million d’années. C’est, avec la chasse et la cueillette,
l’activité la plus ancienne des hommes.
Le mode de cuisson le plus ancien, la cuisson sur la flamme ou la braise, persiste dans la société
moderne sous la forme du barbecue : c’est un rite universel et immémorial.
Mais les hommes du paléolithique disposaient déjà de modes de préparation variés et complexes :
on utilisait des pierres chaudes pour faire cuire des aliments ou pour faire bouillir une soupe dans
une outre en peau d’animal ; on séchait, fumait et salait la viande ; on écrasait les graines ou les
fruits pour les rendre plus digestes ; on faisait des galettes sur la pierre ou la braise. On faisait
cuire un animal enveloppé dans l’argile (粘土), enfoui dans la terre, par-dessus lequel on faisait un
feu de plusieurs heures. C’est sans doute cette technique qui a d’ailleurs donné naissance à l’art de
la céramique.
Les premières recettes
Les plus anciennes recettes connues datent du XVIIe siècle avant notre ère : il s’agit de tablettes en
argile mésopotamiennes contenant une quarantaine de recettes (dont beaucoup de bouillons). A
cette époque on connaît déjà le four, la fabrication du pain et de la bière par fermentation.
On connaît bien également la cuisine romaine. Les Romains de la période classique avaient des
goûts simples et rustiques : pain, bière, légumes (chou, poireau, oignon), poisson, viande de chèvre.
Ils ne pouvaient se passer de garum, une sauce à base d’intestins de poissons macérés.
Mais la cuisine de l’ère impériale est parfois devenue extravagante : on faisait par exemple des
beignets de feuilles de figuier, d’œuf et de cervelle, cuites dans du bouillon puis frits dans du
miel...
L’invention du restaurant
Le restaurant a été inventé en France à la suite de la Révolution française : les nobles ayant dû
quitter la France, les cuisiniers qu’ils employaient chez eux se sont retrouvés au chômage et ont
ouvert des établissements publics, où on proposait, pour la première fois, de la cuisine raffinée et
au choix. C’est l’origine de la renommée de la gastronomie française.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
189
Activité 2
quelques grands noms de l’histoire de la cuisine
Connaissez-vous ces personnages ? Pouvez-vous dire qui ils sont ?
Apicius
François Vatel
Antonin Carême
Brillat-Savarin
Taillevent
Auguste Escoffier
Réponses page suivante
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
190
Apicius
François Vatel
Antonin Carême
Gastronome romain du premier
siècle après JC. Il est l’auteur
d’un recueil de recettes, Ars
Magirica.
François Vatel (1631- 1671) est
un maître d'hôtel français, au
service de Fouquet puis du
prince de Condé. Grand
organisateur de fêtes et de
festins fastueux au château de
Vaux-le-Vicomte puis au
château de Chantilly. Il est
connu pour s'être suicidé parce
qu’une livraison de poisson
était en retard.
Pâtissier et cuisinier de
Napoléon et de Talleyrand
(1784-1833).
Ses livres, Le Maître d'hôtel
français, Le Cuisinier parisien,
L'Art de la cuisine au XIXe
siècle, ont codifié toute la
cuisine française du XIXe siècle.
Brillat-Savarin
Taillevent
Auguste Escoffier
Gastronome français (1755- Cuisinier français du Moyen-Age
1826), auteur La physiologie du (1310-395). Cuisinier du roi
goût (1848).
Philippe de Valois, du duc de
Normandie, de Charles V et de
Charles VI.
Auteur du Viandier, considéré
comme le plus ancien livre de
recette français.
Cuisinier français (1846-1935).
Le « roi des cuisiniers, le
cuisinier
des
rois
»,
il
modernisa et codifia la haute
cuisine raffinée créée par
Antonin Carême et rationalisa
la répartition des tâches dans
le restaurant.
Chef de cuisine du Grand Hôtel
de Monte-Carlo, du Savoy et du
Carlton de Londres, et des
hôtels Ritz à Paris et New York.
Il est le créateur, entre autres,
de la pêche Melba, de la poire
Belle-Helene, et des crêpes
Suzette.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
191
26. la santé
Plan du chapitre
1.
2.
3.
4.
5.
Fiche étymologique : santé
Fiche étymologique : maladie
Locutions et proverbes
La maladie au théâtre
Activité complémentaire
1. Fiche étymologique
santé
Définitions
1
Bon état physiologique d’un être vivant.
C’est la définition positive, comme dans la locution avoir la santé.
« L’état de santé est reconnaissable en ceci que le sujet ne songe pas à son corps » (Georges
Duhamel)
2
Fonctionnement plus ou moins satisfaisant de l’organisme.
C’est la définition relative, comme dans les locutions en bonne santé ou en mauvaise santé.
Le mot santé est alors qualifié, positivement ou négativement.
3
Médecine et santé publique.
C’est le sens qu’on retrouve dans les locutions ministère de la santé, budget de la santé ou
dépenses de santé.
Origine
latin sanitas
Autres langues
japonais
grec
anglais
健康
hygeia (υγεία)
health
italien
espagnol
allemand
salute
salud
Gesundheit
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
192
Mots apparentés
sanitaire, sain, malsain, sainement, assainir, sanatorium, sanisette
Notes étymologiques
santé, sanitaire
sain, malsain,
sainement,
assainir
sain et sauf
sanatorium
sanisette
santé est issu du latin sanitas, qui donné l’adjectif sanitaire. Cet adjectif
possède un champ sémantique plus limité que le mot santé : il s’emploie
spécifiquement dans un sens médical ou de santé publique. D’où l’expression
cordon sanitaire, d’abord de sens purement médical (1829), puis appliquée en
1919 à la géopolitique européenne ; elle désignait la chaîne de nouveaux états
(pays baltes, Pologne, Tchécoslovaquie) sensés isoler l’Europe de l’Ouest de la
« contagion » bolchevique.
Le mot latin sanitas vient du latin sanus, « sain de corps et d’esprit », qui a
donc donné le mot sain en français.
De sain dérivent l’adjectif malsain, l’adverbe sainement et le verbe assainir
L’expression sain et sauf se dit de quelqu’un qui a échappé à un danger sans
être blessé.
Bien que les deux mots se ressemblent, ils n’ont pas la même origine. Sauf vient
du latin salvus, « entier, intact ». C’est l’origine étymologique de sauver, salut,
salvateur. C’est aussi l’origine étymologique des mots italien (salute) et
espagnol (salud) pour « santé ».
Sanatorium est un mot qui n’est plus d’usage aujourd’hui et qui désignait les
maisons de santé à la campagne pour les malades de la tuberculose dans la
première moitié du XXe siècle.
Sanisette est un nom déposé (1980) de toilettes publiques autonettoyantes
telles qu’on en trouve aujourd’hui à Paris.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
193
2. Fiche étymologique
maladie
Origine
français malade
Autres langues
japonais
grec
anglais
病気
nosos (μόσος)
disease
italien
espagnol
allemand
salute
salud
Krankheit
Mots apparentés
malade, mal, malaise, malaria, avoir, habiter
Notes étymologiques
malade
avoir, habiter
malaise
malaria
Maladie dérive de l’adjectif malade.
L’adjectif malade (en ancien français malabde), vient du latin male habitus.
Habitus est le participe passé de habere, « être dans un certain état ».
Ce mot a remplacé le mot latin morbidus, « malade », qui a donné le français
morbide.
habere a donné en français avoir, mais aussi habiter, habitude, habit, etc.
malaise est composé de mal et aise. Il peut donc se comparer à l’anglais
disease, composé de dis- (dé-) et ease (du français aise).
le mot vient de l’italien et est composé de mal, « mauvais », et aria, « air ».
Cette maladie était fréquente près des marais, on pensait qu’elle était due au
« mauvais air » des marécages (en réalité, elle est causée par un moustique).
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
194
3. Locutions et proverbes
un esprit sain dans un corps sain
à votre santé !
Phrase tirée du poète latin Juvenal : mens sana in corpore
sano.
La santé, en tant que bien le plus précieux, est ce qu’on
souhaite à rituellement à un compagnon de boisson.
4. La maladie au théâtre
Quelques exemples de pièces célèbres
Le malade imaginaire Molière, 1673
La dame aux camélias, Alexandre Dumas fils, 1848
Knock, Jules Romains, 1922
5. Activité complémentaire
Recherchez l’origine et la famille étymologique des mots suivants :
1
médecin,
médicament,
remède
2
guérir
3
hygiène
4
hôpital
5 patient, pathologie
6
soigner
7
douleur
8
symptôme
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
195
27. le vêtement
Plan du chapitre
1.
2.
3.
Famille étymologique
Famille sémantique
Histoire des étoffes
1. Famille étymologique
Activité 1 : famille de vêtement
Les mots suivants sont-ils apparentés à vêtement ?
Apparenté
1
2
3
4
5
6
7
8
Pas apparenté
vestale
vestiaire
vestibule
vestige
veston
veto
vétéran
investir
Réponse page suivante
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
196
Réponses
Apparenté
Pas
apparenté
1
vestale
2
vestiaire
3
vestibule

4
vestige

5
veston
6
veto

7
vétéran

8
investir




Commentaire
Ce nom de prêtresse romaine vient de la
déesse qu’elles servaient, Vesta, déesse du
foyer domestique. Ce culte particulier à Rome
exigeait que les prêtresses restent vierges sous
peine d’être enterrées vivantes.
Du latin vestiarum, « armoire à vêtements »,
de vestis, « vêtement ». C’est l’endroit où on
dépose un manteau ou un sac à l’entrée d’un
lieu public (musée, salle de concert, etc.).
Du latin vestibulum, « pièce d’entrée d’un
bâtiment ». C’est le sens du mot aujourd’hui.
L’origine étymologique de vestibulum n’est
pas établie.
Un vestige, c’est un reste. Au pluriel, on
l’utilise pour parler des ruines d’un bâtiment.
Le mot vient du latin vestigium, « semelle ou
plante du pied ». Le mot a pris le sens de
« trace de pas », d’où la signification d’une
trace, d’un reste du passé.
Veston est dérivé du mot veste, qui vient du
latin vestis, « vêtement », d’où provient
également vêtement.
On utilise le mot veston pour parler d’une des
parties d’un costume (veston, pantalon et
parfois gilet).
C’est un mot latin introduit en français en
1718. C’est une forme du verbe latin vetare
qui signifie « j’interdis ».
Vient du latin veteranus, « vieux, ancien », de
vetus, qui a donné vieux en français vieux,
vieillir, vétuste.
Du latin investire, « entourer comme un
vêtement ».
Investir signifie en ancien français « mettre en
possession d’un fief », le vêtement
symbolisant le nouveau pouvoir obtenu.
Le sens de « placer un capital » vient de
l’anglais to invest, lui-même emprunté à
l’italien.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
197
2. Fiche étymologique
vêtement
Origine
Autres langues
latin
japonais
vestimentum
服、衣
clothes, garment,
dress
Kleider, Kleidung
anglais
allemand
italien
vestiti
espagnol
ropa
portugais
roupa
Mots apparentés
sous-vêtement, survêtement, vestimentaire, vêtir,
dévêtir, revêtir, revêtement, vêtu, dévêtu, travestir,
investir, veste, veston, vestiaire
Notes étymologiques
langues romanes
langues
germaniques
vêtement, veste
vêtir, vêtu,
dévêtu, dévêtir,
revêtir,
revêtement
travestir
investir
L’italien possède les mots vestiti et abiti, semblables au français vêtement et
habit. Il utilise aussi le pluriel indumenti, du latin indumentum, sans
descendance en français.
Les langues ibériques disent ropa (espagnol) et roupa (portugais), mots venant
du français robe, dont nous verrons l’origine plus loin.
L’anglais clothes, « vêtements », est le pluriel de cloth, « tissu ». Ce mot vient
d’une racine germanique kleit qui se retrouve dans les mots allemands Kleider
(mot pluriel également) et Kleidung.
L’anglais garment vient de l’ancien français garnement, du verbe garnir.
Garnir est un verbe d’origine francique de la même famille que to warn
(« prévenir ») en anglais, signifiant « protéger ». Le garnement est, à l’origine,
l’équipement du soldat.
Mais le mot a évolué dans des sens complètement différents : en anglais, il a
fini par signifier « vêtement », tandis qu’en français, il s’est appliqué au soldat
lui-même, avant de prendre le sens de « voyou » et aujourd’hui d’ »enfant
turbulent ».
Quant au mot anglais dress, il vient du verbe français dresser, « mettre
debout », les vêtements étant portés verticalement.
vêtement vient du latin vestimentum, de vestis, « vêtement ». Vestis a donné
en français veste et vestiaire et vestimentum l’adjectif vestimentaire.
Du latin vestire, dérivé de vestis. Vêtir (« mettre un vêtement ») ou se vêtir
(« s’habiller ») sont tombés hors d’usage en français contemporain.
Le participe passé vêtu s’utilise comme adjectif, de même que dévêtu (« nu »),
participe passé de dévêtir (« déshabiller »).
Revêtir ne signifie pas se rhabiller, mais « mettre un vêtement », alors qu’un
revêtement est une substance qui sert à enduire une surface.
Est un emprunt du XVIe siècle à l’italien travestire, de trans- (« au-delà » ou « à
travers ») et vestire, « mettre un vêtement ». Se travestir signifie « se rendre
méconnaissable en changeant de costume », et plus spécifiquement « porter des
vêtements de sexe opposé ».
voir l’explication ci-dessus.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
198
2. Famille sémantique
Activité 2 : quelques vêtements
Retrouver les noms de vêtement d’après les indices :
Indice
Réponse
Du latin subtelare, composé de sub, « sous » et talus, « cheville,
1 talon ».
2 Vient d’un mot germanique signifiant « voler ».
3 Mot de la même famille que camisole.
4 Étymologiquement, c’est une coutume.
Le nom de ce vêtement vient d’un personnage de comédie
5 italienne dont le nom signifie « tout lion »
6 De la famille du verbe « avoir ».
7 D’un mot arabe qui a donné deux noms de vêtement japonais.
8 D’un mot d’origine gauloise signifiant « morceau de bois ».
Réponse page suivante
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
Indice
Du latin subtelare,
composé de sub,
1 « sous » et talus,
« cheville, talon ».
Vient d’un mot
2 germanique signifiant
« voler ».
Mot de la même famille
3 que camisole.
Étymologiquement,
Réponse
Soulier était d’usage courant jusqu’aux années
1960, mais il a été progressivement remplacé par
le mot chaussure, perçu comme plus élégant.
robe
Robe vient d’un mot germanique, rauba, signifiant
« butin », c’est-à-dire « produit d’un vol ou d’une
attaque armée ». Sans doute le linge constituait-il
une des principales richesses à l’époque du haut
moyen âge.
Le mot français dérober, les mots anglais to rob
et allemand rauben sont de même origine.
chemise
costume
Le nom de ce vêtement
vient d’un personnage
5 de comédie italienne
dont le nom signifie
« tout lion »
pantalon
De la famille du verbe
D’un mot arabe qui a
7 donné deux noms de
vêtement japonais.
D’un mot d’origine
8 gauloise signifiant
« morceau de bois ».
Explication
soulier
4 c’est une coutume.
6 « avoir ».
199
habit
jupe
habiller
Chemise est issu du bas latin camisia (IVe siècle).
Camisole est un emprunt au provençal.
Anciennement coustume, costume un doublet de
coutume.
Le costume, c’est la manière de s’habiller
traditionnelle, l’habitude vestimentaire d’un lieu
ou d’un groupe d’hommes.
Le pantalon a remplacé la culotte, qui était plus
courte (jusqu’en dessous du genou).
C’est un personnage de la Commedia dell’arte, la
comédie italienne, Pantalone, qui lui a donné son
nom, parce que ce personnage portait ce type de
culottes longues.
Pantalone est un personnage apparu à Venise ; il
porte un nom très répandu en raison de saint
Pantaléon, un des patrons de la ville.
Le nom de Pantaléon vient du grec et est composé
de panta, « tout, entièrement », et léon, « lion ».
Habit vient du latin habitus, « maintien, tenue »,
du verbe habere, « se tenir », qui a donné le
verbe avoir.
Habitus a également abouti à habitude : le
doublet habit/habitude est exactement
comparable au doublet costume/coutume : le
vêtement, c’est d’abord une convention sociale.
L’arabe gubba (« chemise ») a abouti au français
jupe.
Le mot arabe a également donné le mot portugais
jubão,(gibão en portugais moderne), qui est passé
en japonais sous la forme じゅばん(襦袢).
Enfin, le mot français jupon, dérivé de jupe, est
passé en japonais sous la forme ずぼん,
« pantalon ».
Habiller vient du mot bille, « morceau de bois ».
A l’origine, le verbe, composé du préfixe ad- et du
nom bille, signifie « préparer un pièce de bois ».
Le h est un ajout par influence du mot habit.
Bille a donné billot, pièce de bois sur laquelle
repose la tête du condamné à qui on coupe la
tête.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
200
3. Histoire des étoffes
La fourrure
C’est le vêtement le plus ancien : il n’y a pas d’attestation précise, mais les hommes du
paléolithique s’habillaient déjà de fourrure.
Le cuir
C’est une fourrure à laquelle on a enlevé ses poils. Le traitement des peaux pour en faire du cuir
s’appelle le tannage. Le traitement des peaux est un travail pénible et malodorant toujours situé le
long des rivières. Alors qu’au Japon ce métier était considéré comme impur et réservé à une caste
« intouchable », en Occident les tanneurs étaient intégrés aux autres professions.
Le feutre
Il s’agit de poils d’animaux mélangés ensemble et écrasés. Cette opération donne une étoffe assez
résistante et est utilisée depuis des millénaires, avant l’invention du tissage.
La laine
C’est sans doute le premier matériau qui a été filé (fabrication de fil) et tissée (fabrication de tissu
par croisement des fils). C’est le tissu le plus courant dans tout le Moyen âge, et une spécialité des
Pays-Bas et de l’Angleterre qui expliquent notamment la prospérité de la Bourgogne du XVe siècle
et de la Hollande du XVIIe siècle.
Le lin (亜麻)
En Égypte antique comme dans l’Occident médiéval, c’est la plante qui donne le tissu blanc et fin
de l’aristocratie, et un symbole de pureté.
Le chanvre (麻)
Du grec kannabis. Cette plante très rustique était utilisée pour faire des cordes, des voiles de
bateau, mais aussi des vêtements grossiers et bon marché.
Le coton
Le mot vient d’un mot arabe, la plante ayant été introduite en Europe par la Méditerranée. Mais le
coton était connu depuis toujours en Inde et sur le continent américain. Il a remplacé le lin en
Europe avec le développement des grandes plantations esclavagistes de Virginie et de Louisiane aux
XVIIIe et XIXe siècles.
La soie
Le mot vient du latin seta. Les Romains ont découvert la soie lors de la bataille de Carrhes, contre
les Parthes. L’armée de Crassus (un des trois chefs de Rome avec César et Pompée) fut tellement
surprise par les bannières de soie des Parthes qu’ils se laissèrent massacrer. Crassus fut exécuté par
le général parthe Suréna qui lui fit couler de l’or en fusion dans la bouche pour le punir de son
avidité.
Longtemps importée de Chine, la soie a commencé à être fabriquée en France au XIVe siècle. La
ville de Lyon a été la capitale de cette industrie.
Les fibres synthétiques
La première fibre artificielle a été créée en 1885 par le Français Chardonnet.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
201
28. l’Église
On peut dire que l’Église est l’institution la plus ancienne en France : elle possède une histoire
continue dès l’époque romaine. Aucune autre organisation, même pas l’État, ne présente une telle
continuité. L’Église est plus vieille que la France elle-même, et elle a contribué non seulement à
son émergence, mais surtout à façonner son visage et sa culture.
Plan du chapitre
1.
2.
3.
Fiche étymologique
Les mots de l’Église
Histoire de l’Église et de la
religion en France
1. Fiche étymologique
Église
Définitions
1.
2.
3.
Lieu de réunion des Chrétiens
Institution, organisation d’un groupe de Chrétiens (une église)
En particulier, l’église catholique romaine (l’Église)
Origine
Autres langues
grec
japonais
grec
italien
espagnol
ekklesia
教会
ekklesia (εκκλησία)
chiesa
iglesia
allemand
anglais
néerlandais
Kirche
church
kerk
Mots apparentés
ecclésiastique
Notes étymologiques
église
Église est l’aboutissement en français du latin ecclesia, lui-même emprunté au
grec ekklesia.
ekklesia signifie assemblée : l’église, c’est la réunion des fidèles (ceux qui ont la
foi), dans un même lieu, pour célébrer le culte divin.
Cette assemblée est la manifestation concrète de la foi, et elle donnera son nom
d’abord au bâtiment qui l’abrite, ensuite à l’organisation chrétienne dans son
ensemble.
ekklesia vient du verbe kalein, « appeler ». kalein est dérivé d’une racine
indoreuropéenne kl- qui a donné en latin clamare, « crier », qui a donné le français
clamer et l’anglais to claim. La racine kl- a aussi donné une racine germanique à
l’origine du verbe anglais to call.
Cet exemple montre l’importance du grec dans le vocabulaire religieux. Il est
important de se rappeler que les premiers Chrétiens vivaient dans une région
dominée par deux langues principales, l’araméen et le grec. Le grec, en
Sébastien Jaffrédo
ecclésiastique
chiesa
Etymologie thématique
202
particulier, était la langue principale de la communication écrite.
Les premières communautés chrétiennes (Palestine, Syrie, Macédoine, Grèce),
étaient constituées de Juifs utilisant couramment le grec.
Le Nouveau Testament, c’est-à-dire les écrits de la vie du Christ (les Évangiles) et
les premiers textes chrétiens, ont été écrits en grec.
Cet adjectif signifiant « relatif à l’Église en tant qu’institution » vient du latin
ecclesiasticus, emprunté au grec ekklesiastikos, adjectif de même sens.
Ce mot italien est un exemple d’un phénomène propre à l’italien : le passage d’un
l appuyé sur une consonne en latin (eclesia) à un un i (chiesa, prononcé /kjɛ za/)
par remontée du point d’articulation.
On peut citer de nombreux exemples de ce phénomène :
- le latin clavis a donné clé en français et chiave en italien
- le latin platea a donné place en français et piazza en italien
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
203
church,
La famille germanique vient d’une racine différente, mais également grecque : le
Kirche, kerk, mot kyriakos, adjectif issu du nom kyrios, « seigneur, maître » : c’est le nom que
kyrielle
l’on donne au Christ.
Le mot kyrios a donné l’expression grecque kyrie eleison, « Seigneur, prends
pitié », formule liturgique répétée plusieurs fois au cours de la messe. Cette
expression a donné le mot kyrielle, « longue série de choses », à cause de la
répétition de la formule lors de la messe.
Un nombre important de toponymes français d’Alsace et du Nord viennent de la
racine germanique : allemande en Alsace (Altkirch, Biberkirch), néerlandaise dans
le Nord (Dunkerque, Houtkerque, Zutkerque).
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
204
2. Les mots de l’Église
Activité 1 : rétablissez les définitions des mots suivants :
abbé, basilique, cardinal, cathédrale, chapelle, curé, église,
évêque, moine, pape, prêtre
Définition
Réponse
1 Dirigeant de l’Église participant à l’élection du pape
2 Dirigeant de l’Église au niveau régional (diocèse)
3 Bâtiment dédié au culte catholique
Église (cathédrale ou non) qui se distingue comme sanctuaire et lieu
de pèlerinage.
Église principale de la division régionale de l’Église, le diocèse, et
5
siège de l’évêque.
4
6 Religieux chrétien vivant dans une communauté séparée du monde
7 Type de monastère
8 Église privée ou de petite taille
9 Chef de l’Église catholique
10 Homme chargé du culte public dans la religion catholique
11
Prêtre chargé de la division locale de l’Église, la paroisse (village ou
quartier).
Réponses page 208
Activité 2 : étymologies
Dans la liste de mots précédents, trouvez ceux qui ont un rapport étymologique avec les mots
soulignés.
Phrase
1
Mot de la liste en rapport avec
les mots soulignés
Le professeur de la chaire d’anthropologie s’est levé de sa
chaise.
2 Le chef est entré dans la capitale à la tête de l’armée.
3 Dans cet épisode, on parle d’un télescope.
4 Vive le roi !
5 En vieillissant, on devient presbyte.
6 Vous connaissez mon père ?
Réponses page 208
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
205
Autres mots :
Amen
Vient, à travers le latin et le grec, de l’hébreu āmēn, « vrai, certain ».
Hostie
Du latin hostia, « victime d’un sacrifice en expiation d’une faute ». L’hostie, le pain de la messe,
représente le Christ, qui s’offre en sacrifice pour effacer les péchés des hommes.
Éden
De l’hébreu ‘ēden, nom du paradis terrestre.
Saint
Du latin sanctus, « saint, sacré », qui a donné sanctuaire et sanctifier.
Ange et Évangile
Ange vient du grec angelos (voir l’anglais angel), « le messager », utilisé pour traduire le mot hébreu
mal’ak lors de la traduction de la bible en grec à l’époque hellénistique.
Évangile vient du grec euangelos, « qui apporte une bonne nouvelle » (la résurrection du Christ), de
eu, « bon » (voir euphorique, euphonie) et angelos, « message, nouvelle ».
Diable
Le mot vient du grec diabolos, « qui désunit, qui inspire la haine », du verbe diaballein, de dia, « à
travers » (dialogue, diaspora, diapositive) et ballein, « jeter » (discobole, parabole).
Satan
Vient de l’hébreu śātān, « adversaire » : c’est l’ange chargé de tenter le héros pour le mettre à
l’épreuve.
3. Histoire de l’Église et de la religion en France
La préhistoire
On connaît mal les religions qui ont précédé la présence romaine en Gaule. Dès la Préhistoire, les
hommes suivaient des pratiques religieuses dont témoignent les vestiges de tombes. Les peintures
rupestres telles que celles de Lascaux étaient également, sans doute, liées à des pratiques
religieuses.
Les constructions mégalithiques, comme les alignements de Carnac (Bretagne) représentés cidessous, précèdent l’installation des peuples celtes (4500-1500 av J.C.).
La pratique religieuse de cette époque semble dominée par l’observation des astres : soleil, lune,
étoiles. Les fêtes religieuses de cette époque étaient liées aux cycles cosmiques : solstices d’été et
d’hiver, équinoxes de printemps et d’automne. Aujourd’hui encore, ces fêtes se perpétuent, sous
une forme modifiée : Noël trouve ses origines dans la fête du solstice d’hiver, Pâques dans celle de
l’équinoxe de printemps. La grande fête du solstice d’été, la fête de la Saint-Jean du 24 juin, y
trouve aussi son origine. Cette fête, traditionnelle dans les campagnes depuis des millénaires, a
trouvé une forme nouvelle dans la société urbaine actuelle grâce à la fête de la Musique célébrée
le 21 juin. Le très grand succès populaire de cette fête récente, lancée en 1982 par le pouvoir
politique, s’explique par l’existence d’une tradition remontant à des centaines de générations.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
206
Les cultes celtes
La religion celte, transmise oralement par les druides (les prêtres gaulois), n’a pas survécu à
l’invasion romaine et à la diffusion de l’écriture. Les dieux gaulois, aujourd’hui à peu près
complètement oubliés, ont laissé leur nom dans quelques toponymes :
- Le dieu Lug dans le nom de Lyon (autrefois Lugdunum, « colline » ou « forteresse de Lug »).
- Le dieu Taranis, dieu du tonnerre, dans la ville bourguignonne de Tonnerre (autrefois Tornoduro,
« forteresse de Taranis »)
- Le nom de dieu Teutatès, ou Toutatis, est un nom générique pour désigner le dieu de la tribu. Il
vient du mot celte teuta qui signifie « la tribu », et a donné son nom au peuple des Teutons. C’est
d’ailleurs ce nom qui est l’origine du nom que les Allemands se donnent : Deutsch (ドイツ), ou que
les Anglais donnent aux Néerlandais (Dutch).
La religion romaine
La religion romaine a été adoptée, avec tous les autres traits de cette civilisation, par les
populations gauloises intégrées à l’Empire. De cette religion aujourd’hui disparue, il reste de
nombreuses traces dans la langue française :
- le calendrier
Les noms des jours et des mois viennent souvent de dieux romains : Jupiter (Jeudi), Mars (Mardi,
mois de Mars), Vénus (Vendredi), Janus (Janvier).
- le vocabulaire religieux ou imagé. Quelques exemples :
Pontife : ce mot désigne aujourd’hui le pape, c’est-à-dire le chef de l’Église siégeant à Rome. A
l’origine, le pontife est un prêtre de la religion romaine, et le pontifex maximus, le Grand Pontife,
le chef suprême de cette religion, porté par l’Empereur depuis Jules César. Avec la christianisation,
ce titre est attribué au chef de l’Église catholique.
Augure : en français actuel, l’expression de bon augure signifie « qui peut faire espérer un avenir
favorable ». Dans la religion romaine, l’augure était un devin, un prêtre ayant la capacité de
prévoir l’avenir.
La christianisation et le Moyen Âge
Après l’édit de Milan par l’empereur Constantin en 313, la religion chrétienne devient la principale
religion de l’empire. Mais toute la population ne s’est pas convertie immédiatement. La diffusion
de la religion dans les campagnes a été l’œuvre de missionnaires du IVe siècle, dont le plus connu
est Saint-Martin.
Après la chute de l’empire romain, deux religions issues du christianisme s’affrontent en Gaule : le
catholicisme, défendu par les Francs depuis le baptême de leur roi Clovis (496), et l’arianisme,
religion des Wisigoths qui dominent le sud de la Gaule. La victoire des Francs contre les Wisigoths
fait du catholicisme la religion de la Gaule et du royaume franc le plus grand État chrétien.
L’alliance de l’Église avec les rois francs fait du pape le chef spirituel de l’Occident, position qu’il
conserve jusqu’à l’époque moderne.
Le Moyen Âge est l’âge d’or du christianisme en Europe : des papes comme Grégoire VII (XIe siècle)
organisent et renforcent l’Église, affirment leur autorité contre les rois, et contribuent fortement à
créer une conscience collective au-dessus des diversités culturelles de l’Occident. Ce sentiment
d’appartenance commune s’incarne dans l’Église, organisation unifiée et supranationale et dans sa
langue de communication, le latin. Elle facilitera la circulation des idées et des arts, et préparera
le terrain à celles des sciences et des mouvements politiques de l’époque moderne.
La Réforme et les guerres de religion
Le début du XVIe siècle en Occident est une période de recherche intellectuelle et spirituelle
intense, dont l’imprimerie par caractères mobiles, technique nouvelle permettant la diffusion
rapide des idées, est un élément important.
La Réforme est un mouvement religieux (Luther, Calvin) qui combat l’autorité du pape et remet en
questions certains aspects du dogme catholique, comme le culte de la Vierge et des saints. Ce
mouvement aboutit à la création d’Églises indépendantes de Rome (Allemagne du Nord, Pays-Bas,
Grande-Bretagne, Scandinavie). En France, les deux religions s’affrontent dans une guerre civile
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
207
dans la seconde moitié du XVIe siècle. L’édit de Nantes de 1598 établit le catholicisme comme
religion d’État mais accorde la liberté aux protestants dans des certaines villes du royaume (comme
la Rochelle ou Montpellier). Cette liberté est abolie en 1685 par Louis XIV.
La déchristianisation et le pluralisme religieux
Dès le XVIIIe siècle, la foi religieuse recule devant les progrès des sciences. Deux courants de
pensée se renforcent : la tolérance religieuse et l’athéisme. La Révolution passe d’abord par un
période de tolérance avec la proclamation de la liberté de culte, et l’attribution de la citoyenneté
aux Juifs.
Mais les années 1793-1794 sont une période de lutte violente contre l’Église et la religion
chrétienne. Les villes, très nombreuses, comportant le mot saint dans leur nom, sont rebaptisées :
la ville de Saint-Étienne, par exemple, s’est appelée alors Armes-Villes (en raison de ses usines
d’équipement militaire).
Le calendrier lui-même est complètement réinventé :
- la semaine, découpage du temps en sept jours issue de la Bible, est abolie, et remplacée par la
décade, durée de 10 jours qu’utilisait Rome avant le christianisme. Les jours s’appellent désormais
Primidi (premier jour de la décade), Duodi (deuxième jour), Tridi, etc.
- les mois, d’une durée de 30 jours chacun, changent aussi de nom :
Automne : Vendémiaire, Brumaire, Frimaire
Hiver : Nivôse, Pluviôse, Ventôse
Printemps : Germinal, Floréal, Prairial
Été : Messidor, Thermidor, Fructidor
Le XIXe siècle en France est une période d’hésitation et de luttes entre l’héritage révolutionnaire,
que ce soit dans sa forme tolérante (libéralisme) ou anti-religieuse (socialisme), d’une part, et les
forces conservatrices catholiques. La situation se stabilise en 1905 avec la loi instituant la
séparation de l’Église et de l’État : toutes les religions sont libres mais aucune n’est religion
officielle du pays.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
208
Réponse à l’activité 1
Définition
1 Dirigeant de l’Église participant à l’élection du pape
2 Dirigeant de l’Église au niveau régional (diocèse)
3 Bâtiment dédié au culte catholique
Église (cathédrale ou non) qui se distingue comme sanctuaire et lieu
4
de pèlerinage.
Église principale de la division régionale de l’Église, le diocèse, et
5
siège de l’évêque.
6 Religieux chrétien vivant dans une communauté séparée du monde
7 Chef d’une abbaye
8 Église privée ou de petite taille
9 Chef de l’Église catholique
10 Homme chargé du culte public dans la religion catholique
Prêtre chargé de la division locale de l’Église, la paroisse (village ou
11
quartier).
Réponse
cardinal
évêque
église
basilique
cathédrale
moine
abbé
chapelle
pape
prêtre
curé
Réponse à l’activité 2
Phrase
Le professeur de la chaire
1 d’anthropologie s’est levé de sa
chaise.
Le chef est entré dans la
2
capitale à la tête de l’armée.
3
Dans cet épisode, on parle d’un
télescope.
4 Vive le roi !
5
En vieillissant,
presbyte.
Mot de la liste en
rapport avec les
mots soulignés
Origine étymologique de ce mot
cathédrale
Cathédrale, chaise et chaire viennent
du grec cathedra, « siège ».
chapelle
évêque
basilique
on
devient
6 Vous connaissez mon père ?
prêtre
pape
abbé
Chapelle, chef et capitale viennent du
latin caput, « la tête ».
Évêque vient du latin episcopos,
« gardien, surveillant », composé de
epi, « au-dessus » (comme dans
épisode), et scopein, « regarder »
(comme dans télescope).
Basilique vient du grec basilikos,
« royal ».
Prêtre vient du grec presbyteros,
« vieux, ancien ». Le mot presbyte (老
視) a la même origine.
Pape vient du grec pappa, « père,
papa ».
Le mot abbé vient, à travers le latin et
le grec, de l’araméen abba, « père ».
Abba est apparenté au mot arabe
abou, « père » (comme dans Abou
Mazen,
surnom
du
dirigeant
palestinien Mahmoud Abbas).
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
209
29. philosophie
Plan du chapitre
1.
2.
3.
Étymologie
Famille sémantique
Les philosophes
1. Étymologie
Origine du mot
Le mot vient du latin philosophia, emprunté au grec philosophia (φιλοσοφία).
Le mot est très ancien en grec et est utilisé dès le 6e siècle avant J.C.
Philosophia est dérivé de philosophos (φιλόσοφος), « philosophe ».
Il est composé de philos, « goût, amour », et sophos, « habile, prudent, sage ».
Étymologiquement, le philosophe est une personne qui aime et pratique une science ou un art. Par
extension, il désigne quelqu’un qui se consacre à la recherche de la vérité.
Évolution sémantique
La philosophie antique concerne tous les domaines de la connaissance, en particulier la physique
et les mathématiques : il s’applique donc à toute l’entreprise de connaissance, mais pas
seulement ; la philosophie s’applique également à la morale, au comportement individuel, à la
politique, et à la métaphysique.
Après la Renaissance, la philosophie, recherche de la vérité du monde sensible, se sépare
nettement de la religion. A la différence de la religion, qui est une vérité révélée et immuable, la
philosophie est une recherche : c’est ce qu’on appelle aujourd’hui la science. Par conséquence, au
18e siècle, le nom de Philosophe devient synonyme de libre-penseur : la Philosophie et la Religion
s’affrontent brutalement.
Au 19e siècle, les connaissances scientifiques explosent et on cesse de parler de philosophie comme
ensemble de toutes les connaissances scientifiques : le philosophie prend alors un chemin plus
étroit. Elle devient une réflexion plus générale sur la société et l’homme.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
210
Famille étymologique
Activité 1 : mots apparentés
Cherchez des mots apparentés à l’une des deux racines (philo et sophos) d’après les indices :
indice
1 un prénom royal
2 un monument d’Istanbul
3 un concept d’alchimie
4 un archipel d’Asie
5 un bienfaiteur de l’humanité
6 un raisonnement apparemment logique mais faux
7 une boisson magique
8 une capitale d’Europe
Réponses page suivante.
réponse
Sébastien Jaffrédo
1
Etymologie thématique
un prénom royal
211
Philippe
Philippe est un prénom d’origine grecque,
composé
de
philein,
« aimer »,
et
hippos, « cheval ».
C’était le nom du père d’Alexandre le Grand,
Philippe II de Macédoine.
Le prénom Philippe est entré dans la famille
royale française au 11e siècle par Anne de Kiev,
princesse ukrainienne, femme du roi Henri Ier et
mère de Philippe Ier.
Philippe Auguste
2
un monument d’Istanbul
Sainte-Sophie
Hagia Sophia, en grec Αγια Σοφια, en turc
Ayasofya, consacrée à la « Sagesse Divine »
Ancienne église de Constantinople (6e siècle),
puis une mosquée d'Istanbul (15e siècle).
Aujourd'hui, elle n'est plus un lieu de culte mais
un musée (1934).
3
un concept d’alchimie
la pierre philosophale
La Pierre Philosophale (ou Pierre des Sages), est
une substance capable de réaliser la
transmutation des métaux en or et de rendre
immortel.
Pour les alchimistes du Moyen Âge, la Pierre
serait le cinquième élément, nommé alkahest
(les quatre éléments connus étant la terre,
l'eau, l’air et le feu). Sa réalisation est le «
Grand œuvre ».
4
un archipel d’Asie
C’est Magellan (Fernão Magalhaes), explorateur
portugais voyageant pour le compte de
l'Espagne, qui est le premier Européen à arriver
aux Philippines, le 16 mars 1521.
L’explorateur Lopez de Villalobos les a nommées
ainsi 1544, en l'honneur de l'Infant d'Espagne, le
futur Philippe II d'Espagne.
Les Philippines
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
5
un bienfaiteur de l’humanité
Philanthrope est composé de philein, « aimer »,
et anthropos, « l’être humain ».
On utilise le mot philanthropie pour parler des
actes de charité des personnes très riches.
6
un raisonnement apparemment logique mais
faux
A l’origine, un sophiste est, là l’époque de
Socrate, un professeur privé enseignant aux
jeunes gens riches des connaissances utiles pour
réussir socialement (rhétorique, droit).
Socrate leur reprochait de ne pas chercher la
vérité en elle-même, mais au contraire d’utiliser
la logique uniquement pour convaincre.
Aujourd’hui, on parle de sophisme pour un
raisonnement ayant l’apparence de la logique,
mais qui aboutit à une conclusion évidemment
fausse.
7
une boisson magique
212
philanthrope
sophisme
philtre
Philtre vient du grec philtron, « moyen de se
faire aimer ».
Le philtre est une boisson magique qui permet
de se faire aimer de quelqu’un.
Aujourd’hui, le sens est plus général : boisson
d’amour. Dans le cas du sens étymologique de
philtre, on a donc l’habitude de préciser : on
parle de philtre d’amour.
Il n’y a pas de rapport étymologique avec le mot
filtre (d’origine germanique).
8
une capitale d’Europe
Capitale de la Bulgarie (София)
Autrefois appelée Serdica, le nom actuel de
Sofia lui a été donné en 1376 d'après la basilique
Sainte-Sophie, la plus vieille de la ville.
Sofia
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
213
Pourquoi tant de PH ?
Pourquoi les mots comme philosophie, éléphant ou téléphone ne s’écrivent-ils pas filosofie,
éléfant et téléfone ? C’est le cas par exemple en allemand, en espagnol et en italien, dont
l’orthographe a bénéficié d’une politique de simplification. Mais ce ne pas le cas de l’anglais qui,
comme le français, possède du orthographe très conservatrice.
D’où vient l’orthographe PH utilisée pour transcrire le PHI grec (minuscule φ, majuscule Φ) ? En
réalité, c’est un héritage latin.
En réalité, le grec ancien ne possédait pas de son /f/, et la lettre Φ se prononçait /ph/ (p suivi d’u
souffle). En revanche, ils possédaient la lettre F. Mais cette lettre, appelée digamma, se
prononçait alors /w/.
Cette lettre a disparu par la suite de l’alphabet grec, mais elle nous a été transmise par
l’intermédiaire des Étrusques, qui l’ont adopté avec la même lecture /w/.
Ceux-ci, quand ils ont adapté l’alphabet grec à leur langue, ont dû trouver une solution pour
transcrire le son /f/, qui n’existait pas en grec. Ils ont donc créé le groupe FH pour noter la
prononciation /f/.
Or, les Romains ont reçu l’alphabet non pas directement des Grecs, mais par l’intermédiaire des
Étrusques. Ils ont donc hérité de cette graphie FH. Mais, ils ont eux-mêmes changé les règles de
l’alphabet qu’ils ont reçu, en utilisant la voyelle U pour noter, également, le son /w/. Ils n’ont
donc plus eu besoin de la lettre F seule pour noter /w/, et cette lettre a fini par prendre la valeur
du groupe FH.
Puis quand les romains ont transcrit le son /ph/ du grec (noté par la lettre Φ, phi), ils ont créé le
groupe PH pour noter ce son inconnu dans leur langue.
En grec moderne, le Φ ne se prononce plus /ph/ mais /f/, mais l’habitude de le transcrire le phi en
PH demeure.
2. Famille sémantique
Activité 2 : les mots de la philosophie
Pouvez-vous définir les mots suivants ? Connaissez-vous leur origine étymologique ?
sagesse
métaphysique
fatalisme
stoïcisme
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
Réponses
1 sagesse
2
métaphysique
Définition
Origine
Définition
Origine
3
fatalisme
Définition
Origine
4
stoïcisme
Définition
Origine
214
Connaissance juste des choses.
Du latin sapius, abréviation de sapidus, « qui a du goût »
(d’où insipide, « sans goût »).
sapidus vient du verbe sapere, « avoir du goût », qui a
donné savoir en français (et aussi saveur).
Recherche de la connaissance des causes ultimes de
l’existence de la matière et de l’esprit.
Locution grecque meta ta phusika, « après les choses de
la nature ». C’est le titre d’un chapitre d’Aristote, appelé
ainsi parce qu’il venait après une partie appelée phusikè
achroasis (Leçons de Physique).
Méta ne signifie donc pas « au-delà » de la physique, mais
« après » (dans le sens temporel).
Attitude d’esprit considérant que tout est fixé à l’avance
par le destin.
De l’adjectif latin fatalis, « fixé par le destin », dérivé de
fatum, « destin ».
fatum a donné en portugais fado (« destin, fatalité »), qui
est aussi le nom d’une danse.
La forme féminine de fatum, fata, « déesse des
destinées », a abouti en français à fée.
Doctrine philosophique qui prône la vertu et
l’indifférence à la douleur.
Le stoïcisme est une école philosophique de la Grèce
antique fondée par Zénon (-335,-262).
C'est une philosophie rationaliste qui se rattache
notamment à Héraclite, au cynisme, et qui reprend
certains aspects de la pensée d'Aristote.
On peut résumer cette doctrine à l'idée qu'il faut vivre en
accord avec la nature et la raison pour atteindre la
sagesse et le bonheur.
Le nom de stoïcisme vient du grec stoa, « le portique ».
Le poikilê Stoa (portique du Pécile », était un portique
de l'Agora à Athènes où les Stoïciens se réunissaient et
enseignaient.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
3. Les philosophes
Activité 3 : retrouvez les auteurs de ces citations.
Cioran, Descartes, Nietzsche, Pascal, Platon,
Saint Thomas d'Aquin, Spinoza
1
2
3
4
5
6
7
Le but de la philosophie n'est pas de savoir ce que les hommes ont
pensé, mais bien quelle est la vérité des choses.
Aucun homme libre ne doit s'engager dans l'apprentissage de
quelque connaissance que ce soit comme un esclave.
Ne pas railler, ne pas déplorer, ne pas maudire, mais
comprendre.
Et remarquant que cette vérité : je pense, donc je suis, était si
ferme et si assurée que toutes les plus extravagantes suppositions
des sceptiques n'étaient pas capables de l'ébranler, je jugeai que
je pouvais la recevoir, sans scrupule, pour le premier principe de
la philosophie, que je cherchais.
Celui qui se sait profond s'efforce d'être clair ; celui qui voudrait
sembler profond à la foule s'efforce d'être obscur.
N'a de convictions que celui qui n'a rien approfondi.
Si le nez de Cléopâtre eût été plus court, toute la face de la terre
aurait changé
215
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
216
Réponses
1
2
3
4
5
6
Le but de la philosophie n'est
pas de savoir ce que les
hommes ont pensé, mais bien
quelle est la vérité des
choses.
Aucun homme libre ne doit
s'engager dans l'apprentissage
de quelque connaissance que
ce soit comme un esclave.
Ne pas railler, ne pas
déplorer, ne pas maudire,
mais comprendre.
Et remarquant que cette
vérité : je pense, donc je
suis, était si ferme et si
assurée que toutes les plus
extravagantes
suppositions
des sceptiques n'étaient pas
capables de l'ébranler, je
jugeai que je pouvais la
recevoir, sans scrupule, pour
le premier principe de la
philosophie,
que
je
cherchais.
Celui qui se sait profond
s'efforce d'être clair ; celui
qui voudrait sembler profond
à la foule s'efforce d'être
obscur.
N'a de convictions que celui
qui n'a rien approfondi.
Saint Thomas
d'Aquin
Platon
Spinoza
Si le nez de Cléopâtre eût été
plus court, toute la face de la
terre aurait changé
Baruch Spinoza (1632-1677), né à
Amsterdam dans une famille juive
d'origine portugaise.
René Descartes (1596-1650) est un
philosophe,
mathématicien
et
physicien français.
Descartes
Nietzsche
Cioran
7
Saint Thomas d'Aquin (né vers 1225 à
Aquin, près de Naples, en Italie du Sud,
mort le 7 mars 1274 à l'abbaye de
Fossanova près de Priverno) était un
théologien et philosophe italien,
membre de l'ordre dominicain.
Platon (427 av. J.-C./348 av. J.-C.) est
un philosophe grec, disciple de
Socrate.
Pascal
Friedrich Wilhelm Nietzsche est un
philosophe et un philologue allemand
né le 15 octobre 1844 à Röcken,
Prusse, près de Leipzig, et mort le 25
août 1900 à Weimar (Allemagne).
Emil Cioran (né le 8 avril 1911 à
Răşinari en Autriche-Hongrie, mort le
20 juin 1995 à Paris) était un
philosophe et écrivain roumain,
d'expression roumaine, puis française.
Blaise Pascal (1623, Clermont-Ferrand 1662, Paris) est un mathématicien et
physicien, philosophe, moraliste et
théologien français.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
217
30. sentiments, caractères
Plan du chapitre
1.
Étymologie
Mots apparentés
La famille européenne
La grande famille
2.
3.
Sentiments et émotions
Le caractère
1. Étymologie
sentiment
Mots apparentés
Il s’agit d’une famille extrêmement riche, diversifiée dès les origines latines du mot.
sentimental
sentir, assentiment,
ressentir, pressentir
sensoriel
dissension
sensitif, sensitivité
consentir, consensus
sens, sensé, insensé
sensible, sensibilité,
sensibiliser
sensation, sensationnel
sensuel, sensualité
sentence
sentinelle
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
218
La famille européenne
▪ Sentir
Sentiment vient du verbe français sentir, qui vient du latin sentire.
Le verbe sentir possède une sémantique double :
1. « ressentir, éprouver » : un sentiment, une émotion (dimension psychologique ou émotionnelle)
2. « percevoir » : un mouvement ou une odeur (dimension sensorielle ou physiologique).
Comme le verbe français, le latin sentire peut signifier « percevoir », mais de manière plus large :
il concerne, par exemple, également les sons : sentir, c’est aussi « entendre ».
Ce sens perdu en français est demeuré en italien, où « entendre » se dit précisément sentire. Le
verbe italien possède aussi la signification de « percevoir par le toucher », comme le français sentir.
Ce verbe italien sentire, dans le sens de « entendre », a donné le mot sentinella, «surveillance,
guet » (mot féminin). L’expression far la sentinella, « faire le guet », a donné le mot français
sentinelle, « personne faisant le guet ». Le féminin français, étrange dans la mesure où les
sentinelles sont généralement des hommes, s’explique par l’origine du mot.
▪ Sentimental
On pourrait croire que le mot sentimental est un dérivé direct du mot français sentiment. En fait,
ce n’est que partiellement vrai : en effet, sentimental est en réalité un emprunt à l’anglais. Il
apparaît en français en 1769, dans la traduction d’un livre anglais, The Sentimental Journey, de
Laurence Sterne.
Sentimental avait été créé en Angleterre quelques décennies plus tôt à partir du mot sentiment,
lui-même un emprunt au français.
▪ Sens
Le latin sentire a donné le nom sensus, « action de sentir », qui s’applique :
- aux sentiments
- aux perceptions
- à la raison : « manière de voir, de penser, idée ». C’est de cette troisième signification que
proviennent les mots sensé et insensé.
sens et sens
Étymologiquement, il existe deux sens en français :
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
219
- le sens « raison » (bon sens, non-sens), le sens « perception » (les cinq sens) et le sens
« signification » (le sens de ses paroles) d’une part ;
- le sens « direction » (une rue à sens unique) d’autre part.
Les trois premières significations (« raison », « perception » et « signification ») viennent du latin
sensus.
En revanche, le sens « direction » est étymologiquement étranger : il vient d’un mot germanique
sinno (« direction », « raison ») qui a pris la forme sen en ancien français. La proximité sémantique
de sen et sens a abouti à une assimilation des deux en français : dans l’esprit des locuteurs français,
il s’agit d’un seul et même mot.
Le mot germanique sinno a donné en allemand Sinn, « sens, raison ». Sinnlos signifie « fou » ou
« absurde ».
D’ailleurs, il est possible que le germanique sinno et le latin sensus aient une même racine indoeuropéenne.
La grande famille
Les dérivés de sentire
▪ Sensible
Du latin sensibilis, « qui peut être senti ». Le mot garde encore cette signification dans l’expression
le monde sensible. Mais en général sensible signifie aujourd’hui « qui est capable de ressentir
(émotions) ou de percevoir (physiquement) »
▪ Sentence
Du latin sententia, « façon de penser ». Une sentence peut être une maxime (dite avec un sérieux
un peu ridicule) ou, plus généralement, une « décision de justice ».
▪ Sensation
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
220
Du latin sensatio. A l’origine essentiellement synonyme de sentiment, sensation a aujourd’hui un
sens plus physiologique, sauf dans l’expression faire sensation, où le mot désigne l’émotion, la
rumeur publique.
▪ Consentir, consensus
Du latin consentire, « être d’accord avec ». Consensus est un emprunt direct au latin consensus,
substantif issu de consentire.
▪ Dissension
C’est difficile, mais c’est comme ça : le contraire du consensus (« l’accord de tous ») n’est pas le
*dissensus* mais la dissension ! Le mot est issu du verbe latin dissentire, « être en désaccord », de
dis- « dé- » et sentire.
2. Sentiments et émotions
Origine étymologique : émotion
Du latin emovere, composé de ex- « hors de » et movere, « mettre en mouvement ».
À movere se rattachent les mots mouvoir, mouvement, mobile, meuble, moment, moteur, motif,
motion, meute.
L’émotion, c’est « mouvement de l’âme ».
Activité 1 : recherche étymologique
Cherchez l’origine étymologique des mots suivants :
colère
fierté
joie
dégoût
haine
peur
désir
honte
révolte
envie
jalousie
tristesse
3. Le caractère
Origine étymologique : caractère
Du grec kharaktêr (χαρακτήρ), « signe gravé, empreinte, marque ». A l’origine, le mot signifie
« graveur », et est issu du verbe kharassein, « aiguiser » et « inscrire ».
De ce sens premier est issu le sens de caractère comme « signe écrit », comme dans l’expression en
caractères gras ou en petits caractères.
Le sens de « marque » a donné le sens de « propre, particulier à une chose », comme dans le mot
caractéristique. C’est au XVIIe siècle que le mot a commencé à être attribué aux gens dans le sens
de « particularités morales distinctives d’une personne », « personnalité ».
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
221
Activité 2 : traits de caractères
1. Dans la liste suivante, indiquez pour chaque trait de caractère s’il est, pour vous, une qualité, un
défaut ou s’il est moralement neutre.
Qualité Défaut Neutre
Qualité Défaut Neutre
agressif
indiscret
ambitieux
insensible
amusant
instable
arriviste
intelligent
arrogant
intrépide
autoritaire
juste
avare
matérialiste
brutal
menteur
calme
mesquin
chaleureux
méthodique
charmant
optimiste
courageux
paresseux
courtois
passionné
cruel
patient
curieux
possessif
délicat
prudent
discret
raisonnable
dynamique
réaliste
égoïste
rêveur
émotif
romantique
équilibré
sage
fidèle
séduisant
fort
sensible
franc
sentimental
généreux
sociable
gentil
solitaire
honnête
sournois
idéaliste
têtu
imaginatif
timide
indécis
travailleur
2. Pour décrire votre caractère : dans le tableau, choisissez trois qualités qui vous décrivent le
mieux, et deux défauts.
Qualités
Défauts
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
222
3. Les gens que vous aimez : quelle est pour vous la qualité la plus importante chez les gens ?
4. Les gens que vous n’aimez pas : quel est le trait de caractère qui vous semble le pire chez
quelqu’un ?
Qualité ou défaut ?
Ce classement est en partie subjectif : certains termes peuvent être interprétés de manière plus ou
moins négative selon les cas.
agressif
ambitieux
amusant
arriviste
arrogant
autoritaire
avare
brutal
calme
chaleureux
charmant
courageux
courtois
cruel
curieux
délicat
discret
dynamique
égoïste
émotif
équilibré
fidèle
fort
franc
généreux
gentil
honnête
idéaliste
imaginatif
indécis
Qualité Défaut Neutre
x
indiscret
x
insensible
x
instable
x
intelligent
x
intrépide
x
juste
x
matérialiste
x
menteur
x
mesquin
x
méthodique
x
optimiste
x
paresseux
x
passionné
x
patient
x
possessif
x
prudent
x
raisonnable
x
réaliste
x
rêveur
x
romantique
x
sage
x
séduisant
x
sensible
x
sentimental
x
sociable
x
solitaire
x
sournois
x
têtu
x
timide
x
travailleur
Qualité Défaut Neutre
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
223
31. herbes et aromates
Plan du chapitre
1.
2.
3.
Définitions et étymologie
Des exemples
Origine et symbolique
1. Définitions et étymologie
Herbe
Une herbe est une plante de petite taille, qui meurt chaque année. Mais le mot a le sens plus précis
de plante (généralement annuelle) utilisée pour la médecine traditionnelle ou la cuisine.
Le mot vient du latin classique herba, de même sens.
Il existe un certain nombre de mots dérivés, tous directement liés au sens d’origine : herboriste,
herbage, herbier, désherbant, herbivore.
herboriste : un spécialiste des plantes médicinales.
herbage : prairie naturelle où se nourrissent les animaux domestiques. D’où le proverbe :
« changement d’herbage réjouit les veaux » : on se plaît aux petits changements de l’existence.
herbier : c’est un cahier dans lequel les enfants rassemblent les plantes qu’ils ramassent.
désherbant : un produit chimique contre les mauvaises herbes.
herbivore : se dit d’un animal qui mange des plantes.
Aromate
Un aromate est un produit d’origine végétal ayant un parfum particulier et apprécié en cuisine. Le
mot vient du grec aroma qui signifie une plante aromatique.
2. Des exemples
Activité 1 : remue-méninges
Faites la liste de toutes les herbes aromatiques que vous connaissez. Cherchez le mot français dans
un dictionnaire si vous ne le connaissez pas.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
Activité 2 : reconnaissez-les
Voici une liste de 12 herbes ou plantes aromatiques. Retrouvez l’image correspondante.
aneth, coriandre, menthe, moutarde, romarin,
lavande, thym, estragon, basilic, persil, laurier, sauge
224
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
225
Réponses
aneth
ディル
basilic
バジル
coriandre
コリアンダー
estragon
タラゴン
laurier
ローリエ
moutarde
カラシナ
lavande
ラベンダー
menthe
ミント
persil
パセリ
romarin
ローズマリー
sauge
セージ
thym
タイム
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
3. Origine et symbolique
Activité 3 : quiz
A laquelle de ces 12 herbes correspondent les indications suivantes ?
1
Plante servant à fabriquer un
condiment très populaire.
2
Une plante à l’odeur très forte.
3
Étymologiquement, « la rosée de
mer ».
4
On l’utilisait après la lessive.
5
On l’appelle aussi faux anis.
6
Une plante royale.
7
La plante du dragon.
8
9
10
La plante de la victoire et de la
gloire.
La nymphe grecque Minthè a été
transformée en cette plante.
Une plante qui pousse dans les
pierres.
11
Un mot en rapport avec l’encens.
12
Une plante salutaire pour la santé.
226
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
227
Réponses :
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
Plante servant à fabriquer un condiment très populaire.
Une plante à l’odeur très forte.
Étymologiquement, « la rosée de mer ».
On l’utilisait après la lessive.
On l’appelle aussi faux anis.
Une plante royale.
La plante du dragon.
La plante de la victoire et de la gloire.
La nymphe grecque Minthè a été transformée en cette plante.
Une plante qui pousse dans les pierres.
Un mot en rapport avec l’encens.
Une plante salutaire pour la santé.
moutarde
coriandre
romarin
lavande
aneth
basilic
estragon
laurier
menthe
persil
thym
sauge
Détails
français
japonais
1
moutarde
カラシナ(辛子菜)
2
coriandre
コリアンダー
香菜
(シャンツァイ)
3
romarin
ローズマリー
4
lavande
ラベンダー
5
aneth
ディル、
イノンド(蒔蘿)
6
basilic
バジル
7
estragon
タラゴン
Origine étymologique
Moutarde est le nom d’une plante, dont les graines
servent à fabriquer le condiment du même nom. Mais
c’est le condiment qui a donné son nom à la plante. Le
nom ancien de la plante est sénevé.
Moutarde est dérivé de moût, « jus de raisin non
fermenté ».
Le moût servait autrefois à fabriquer la moutarde. Moût
vient du latin mustus.
Vient du grec koriannon.
Le mot vient peut-être du grec koris, « punaise »(南京
虫), à cause de l’odeur forte de la plante, mais cette
hypothèse n’est pas certaine.
Du latin rosmarinus, « rosée de mer ».
Le romarin servait à fabriquer un parfum célèbre au
XVIe siècle, « l’eau de la reine de Hongrie »
De l’italien lavanda, « action de laver ». La plante était
utilisée pour parfumer le linge après le lavage.
Du grec anethon, mot sans origine connue.
L’aneth est aussi appelé faux anis.
Du grec basilikon, « plante royale », de basileus,
« roi ». Basileus est le titre porté par les empereurs
byzantins. Il a donné le mot basilique (une sorte
d’église) et le prénom Basile.
Vient du grec drakon, « dragon », par l’arabe tarhun.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
français
japonais
8
laurier
ローリエ、
ローレル、
ゲッケイジュ
(月桂樹)
9
menthe
ミント、
薄荷(はっか)
10
persil
パセリ
11
thym
タイム
12
sauge
セージ
228
Origine étymologique
Du latin laurus.
Le laurier chez les Romains et les Grecs était une plante
sacrée, associée à Apollon. Il était un symbole de gloire
et de victoire : les généraux victorieux en étaient
couronnés.
Le mot lauréat « vainqueur d’un concours », vient du
latin laureatus, « couronné de laurier ».
C’est également l’origine du prénom Laurent et de ses
dérivés.
Laurier en grec se dit daphné. C’est aussi le nom d’une
nymphe qui, pour échapper aux avances d’Apollon, a
été transformée en laurier par Zeus.
Du grec minthè.
Dans la mythologie grecque, Minthè est une nymphe.
Maîtresse d'Hadès, elle est délaissée par lui lorsqu’il
enlève Perséphone.
Jalouse de sa rivale, elle est changée en menthe par
Déméter, mère Perséphone.
Du grec petroselinon, de petra, « pierre » et selinon,
plante de la même famille.
Le mot français pierre vient de petra par
l’intermédiaire du latin.
Du grec thumon, issu de thus, « parfum, encens ».
Le mot thuriféraire est de la même famille. A l’origine,
il signifie le prêtre qui porte (ferre) l’encens.
Aujourd’hui, il signifie « flatteur ». On dit d’ailleurs
encenser pour « flatter ».
Du latin salvia, issu de salvus, « en bonne santé », qui a
donné salut, sauf, sauver, salvation, salvateur.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
32. le théâtre
Plan du chapitre
1.
2.
3.
Fiche étymologique
Famille sémantique
Pièces et dramaturges
Complément : Cyrano
229
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
230
1. Fiche étymologique
théâtre
Définition
1. Art dramatique : art du spectacle vivant et narratif.
2. Le bâtiment à cet usage.
Origine
Autres langues
grec
japonais
anglais
allemand
theatron
劇、芝居
drama, theater
Theater
italien
espagnol
latin
teatro
teatro
theatrum
Mots apparentés
théâtral, amphithéâtre
thaumaturge
Notes étymologiques
théâtre,
théâtral
thaumaturge
amphithéâtre
Vient du grec theatron, par le latin theatrum (mots neutres, comme l’allemand
das Theater).
Theatron est dérivé de thea, « acte de regarder ».
Le mot grec signifie « lieu de représentation ». C’est par extension qu’il a pris
en français la signification « d’art dramatique ».
Le mot thaumaturge est un peu difficile qu’on utilise en particulier pour parler
des rois d’Ancien régime, dont on croyait qu’ils pouvaient guérir les malades en
les touchant et en prononçant la phrase « Le Roi te touche, Dieu te guérit ». Il
peut aussi s’appliquer aux saints ayant le pouvoir de guérir.
Thaumaturge est composé de thauma, « miracle », et urgein, « faire, opérer ».
thauma est apparenté à thea, « action de voir »
Mot composé avec le préfixe d’origine grecque amphi-, « des deux côtés ». Il
correspond au préfixe latin ambi- (ambivalent, ambigu, ambidextre)
2. Famille sémantique
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
231
Les mots suivants ont un rapport étymologique avec des mots ayant un rapport avec le théâtre.
Essayez de devinez lesquels.
1 L’action
2 La danse
3 La tente
4 Le bouc
5 Le chant
6 Le tamis
7 Observer
8 Plaisanter
Réponses page suivante.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
232
Réponses
1 L’action
acteur, actrice
acte, entracte
drame, dramatique
2 La danse
chœur
3 La tente
scène
4 Le bouc
tragédie
5 Le chant
tragédie
comédie
6 Le tamis
coulisses
7 Observer
spectacle
8 Plaisanter
jouer
Bien sûr, on pense au mot acteur, actrice, « celui qui
fait l’action ». Le sens de « comédien » date du 17e
siècle.
Le mot acte vient du latin actum, issu du verbe agere
(« agir »). Il signifie la fait d’agir, mais aussi une
partie d’un spectacle de théâtre : premier acte,
deuxième acte, etc. Entre deux actes se situe
l’entracte.
Mais le mot action renvoie aussi au grec drama, qui a
le même sens, et à dramatique, qui en issu.
Le chœur est, dans le théâtre grec, un groupe de
chanteur qui illustre et commente l’action de la
pièce.
Pourtant, le mot chœur vient du grec khoros qui
signifie « la danse », et se retrouve dans le mot
chorégraphie.
A l’origine, le chœur était le spectacle principal, et
le théâtre était donc d’abord un spectacle de danse.
Du grec skènè, « endroit abrité, tente ».
Le mot tragédie est composé de tragos, « le bouc »,
et odia, « le chant ».
La raison de cette racine n’est pas établie, mais il
est supposé que le bouc était objet de sacrifice.
C’est peut-être ce rite de sacrifice qui est à l’origine
du spectacle dramatique : le théâtre serait alors
d’origine religieuse.
Tragédie et comédie contiennent tous deux le mot
grec odia, « le chant ». Comédie est composé de
odia, précédé de komos, « procession burlesque des
fêtes de Dyonisos ».
Les coulisses sont les parties du théâtre cachées du
public où évoluent les techniciens.
On parle de coulisses parce que l’arrière de la scène
était autrefois caché par des portes coulissantes
(« glissantes »).
Coulisser vient du verbe couler, issu du latin colum,
« tamis, filtre ».
Du latin spectaculum, « vue, aspect », issu de
spectare, « observer, regarder ».
Les mots aspect, inspecter, respecter, suspect,
rétrospectif, mais aussi spécimen, espèce, épice sont
de la même famille.
Du latin jocari, « plaisanter ». L’anglais joke est de
même origine.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
233
3. Pièces et dramaturges
Remettez les éléments ci-dessous dans le tableau.
Équipe 1
Pièce
Cyrano de Bergerac
En attendant Godot
Le Jeu de l'amour et du hasard
Phèdre
Tartuffe
Personnage
Tartuffe
Cyrano
Phèdre
Orgon
Estragon
Citation
Ah! Non! C'est un peu court, jeune homme! On pouvait dire... Oh! Dieu! bien des choses en somme.
Couvrez ce sein que je ne saurais voir.
Par de pareils objets les âmes sont blessées,
Et cela fait venir de coupables pensées.
Essayons de converser sans nous exalter puisque nous sommes incapables de nous taire.
Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue,
Un trouble s'éleva dans mon âme éperdue
Le mérite vaut bien la naissance.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
234
Équipe 2
Personnage
Pièce
Figaro
M. et Mme Smith
M. Jourdain
Pontagnac
Rodrigue
La Cantatrice chauve
Le bourgeois gentilhomme
Le Cid
Le dindon
Le mariage de Figaro
Citation
Par ma foi ! Il y a plus de quarante ans que je dis de la prose sans que j'en susse rien.
Ô rage ! Ô désespoir ! Ô vieillesse ennemie !
N'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ?
Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur.
Les maris des femmes qui nous plaisent sont toujours des imbéciles.
L'expérience nous apprend que lorsqu'on entend sonner à la porte, c'est qu'il n'y a jamais personne.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
235
Réponses
Dramaturge
Pièce
Personnage
1
Molière
Tartuffe
Tartuffe
2
Molière
Le bourgeois
gentilhomme
M. Jourdain
3
Racine
Phèdre
Phèdre
4
Corneille
Le Cid
Rodrigue
5
Marivaux
Le Jeu de l'amour et
du hasard
Orgon
6
Beaumarchais
Le mariage de Figaro
Figaro
7
Rostand
Cyrano de Bergerac
Cyrano
8
Feydeau
Le dindon
Pontagnac
9
Beckett
En attendant Godot
Estragon
10
Ionesco
La Cantatrice chauve
M. et Mme
Smith
Citation
Couvrez ce sein que je ne
saurais voir.
Par de pareils objets les âmes
sont blessées,
Et cela fait venir de
coupables pensées.
Par ma foi ! Il y a plus de
quarante ans que je dis de la
prose sans que j'en susse rien.
Je le vis, je rougis, je pâlis à
sa vue,
Un trouble s'éleva dans mon
âme éperdue
Ô rage ! Ô désespoir ! Ô
vieillesse ennemie !
N'ai-je donc tant vécu que
pour cette infamie ?
Le mérite vaut bien la
naissance.
Sans la liberté de blâmer, il
n'est point d'éloge flatteur.
Ah! Non! C'est un peu court,
jeune homme! On pouvait
dire... Oh! Dieu! bien des
choses en somme.
Les maris des femmes qui
nous plaisent sont toujours
des imbéciles.
Essayons de converser sans
nous exalter puisque nous
sommes incapables de nous
taire.
L'expérience nous apprend
que lorsqu'on entend sonner à
la porte, c'est qu'il n'y a
jamais personne.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
Complément : la tirade de Cyrano
Ah ! non ! c'est un peu court, jeune homme !
On pouvait dire... Oh ! Dieu !... bien des choses en somme...
En variant le ton, -par exemple, tenez
Agressif : "Moi, monsieur, si j'avais un tel nez,
Il faudrait sur-le-champ que je me l'amputasse !"
Amical : "Mais il doit tremper dans votre tasse
Pour boire, faites-vous fabriquer un hanap !"
Descriptif : "C'est un roc !... c'est un pic !... c'est un cap !
Que dis-je, c'est un cap ?... C'est une péninsule !"
Curieux : "De quoi sert cette oblongue capsule ?
D'écritoire, monsieur, ou de boîtes à ciseaux ?"
Gracieux : "Aimez-vous à ce point les oiseaux
Que paternellement vous vous préoccupâtes
De tendre ce perchoir à leurs petites pattes ?"
Truculent : "Ça, monsieur, lorsque vous pétunez,
La vapeur du tabac vous sort-elle du nez
Sans qu'un voisin ne crie au feu de cheminée ?"
Prévenant : "Gardez-vous, votre tête entraînée
Par ce poids, de tomber en avant sur le sol !"
Tendre : "Faites-lui faire un petit parasol
De peur que sa couleur au soleil ne se fane !"
Pédant : "L'animal seul, monsieur, qu'Aristophane
Appelle Hippocampelephantocamélos
Dut avoir sous le front tant de chair sur tant d'os !"
Cavalier : "Quoi, l'ami, ce croc est à la mode ?
Pour pendre son chapeau, c'est vraiment très commode !"
Emphatique : "Aucun vent ne peut, nez magistral,
T'enrhumer tout entier, excepté le mistral !"
Dramatique : "C'est la Mer Rouge quand il saigne !"
Admiratif : "Pour un parfumeur, quelle enseigne !"
Lyrique : "Est-ce une conque, êtes-vous un triton ?"
Naïf : "Ce monument, quand le visite-t-on ?"
Respectueux : "Souffrez, monsieur, qu'on vous salue,
C'est là ce qui s'appelle avoir pignon sur rue !"
Campagnard : "Hé, ardé ! C'est-y un nez ? Nanain !
C'est queuqu'navet géant ou ben queuqu'melon nain !"
Militaire : "Pointez contre cavalerie !"
Pratique : "Voulez-vous le mettre en loterie ?
Assurément, monsieur, ce sera le gros lot !"
Enfin parodiant Pyrame en un sanglot
"Le voilà donc ce nez qui des traits de son maître
A détruit l'harmonie ! Il en rougit, le traître !"
-Voilà ce qu'à peu près, mon cher, vous m'auriez dit
Si vous aviez un peu de lettres et d'esprit
Mais d'esprit, ô le plus lamentable des êtres,
Vous n'en eûtes jamais un atome, et de lettres
Vous n'avez que les trois qui forment le mot : sot !
Contact : [email protected]
236
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
237
33. la folie
Plan du chapitre
1.
2.
3.
4.
5.
Signification
Fiche étymologique
Une particularité phonétique
Famille sémantique
L’art et la folie
1. Signification
la folie
Définitions
1 Apparemment la définition de la folie est claire. Le dictionnaire Le Robert définit un fou
comme « une personne atteinte de troubles, de désordres mentaux », et le Trésor de la Langue
française comme « des troubles du comportement ou de l'esprit dénotant ou semblant dénoter
une altération pathologique des facultés mentales. »
Un fou est donc quelqu’un qui se comporte ou qui raisonne de manière anormale.
Le problème commence lorsqu’on essaie de définir ce qu’est un comportement ou un
raisonnement normal : c’est impossible, car la norme est, par définition, arbitraire et
conventionnelle. La normalité varie selon l’époque et la société.
La notion de folie est universelle, mais pas les comportements qui la caractérisent.
2
3
4
Le mot fou s’applique aussi, dans la langue courante, à des comportements simplement
déraisonnables. On dit par exemple à un enfant : arrête de faire le fou !
C’est aussi le nom du bouffon, un personnage attaché à un grand
personnage (roi ou prince), dont le rôle était de le distraire. Sa
position et sa folie lui donnaient le privilège de se moquer des grands
seigneurs sans être puni.
Triboulet, bouffon de Louis XII et François Ier, est un des plus célèbres.
Aux 17e et 18e siècles, on appelait folie un bâtiment, maison ou palais, de construction luxueuse
et originale. Il existe par exemple à Neuilly le parc de la Folie-St James, qui était au 18e siècle
une riche demeure (c’est aujourd’hui le nom d’un lycée).
2. Fiche étymologique
Origine
latin
follis
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
238
Autres langues
grec ancien
anglais
allemand
maniakos (μαμιακος)
mad
wahnsinnig, verrückt
italien
espagnol
portugais
pazzo
loco
louco
Mots apparentés
fol, folle, follement, follet, folâtre, folâtrer, folichon,
affoler, s’affoler, affolement, affolant, raffoler
Notes étymologiques
follis
Le mot latin follis désigne le soufflet
pour le feu, ou encore un ballon. C'està-dire un objet plein d’air, de vent :
étymologiquement, le fou est celui qui
a la « tête pleine d’air » !
loco, louco
pazzo
Il est remarquable que les langues romanes aient adopté des racines
complètement différentes pour désigner la folie. Les langues ibériques (loco en
espagnol, louco en portugais), ont emprunté au grec glaukos, « clair et
brillant » (qui a donné glauque en français).
L’italien pazzo est issu du latin patior, « souffrir ».
Fol est la forme masculine de fou devant la voyelle : un fol espoir. C’est la
forme étymologique du mot : en effet, la forme fou est issu d’une changement
phonétique qui s’est produit au 12e siècle, qui a fait évoluer le L placé après
une voyelle et devant une consonne. Le L s’est alors changé en U.
Folle est la forme féminine, sur laquelle est construit l’adverbe follement.
Ce diminutif se retrouve aujourd’hui dans l’expression feu follet.
Le feu follet est un phénomène physique : c’est une petite flamme de gaz qui
vient de la pourriture de matière organique. Ce phénomène se produit par
exemple dans les cimetières, et on pensait autrefois que c’était une
manifestation de l’esprit des morts.
folâtre signifie « un peu fou », « espiègle ». Le verbe folâtrer signifie
« s’amuser follement et librement ».
Signifie « amusant ». On ne l’utilise plus qu’à la forme négative : « c’est pas
très folichon ! »
« Rendre fou, faire peur. »
s’affoler signifie « paniquer »
Autrefois, le mot signifiait « être amoureux ».
Aujourd’hui, c’est un synonyme d’adorer. On dit : je raffole de chocolat.
fol, folle,
follement
follet
folâtre, folâtrer
folichon
affoler
raffoler
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
239
3. Une particularité phonétique
Activité 1 : Fou, fol, folle
1. Connaissez-vous d’autres adjectifs de ce type (ayant une forme différente au masculin devant la
voyelle) ?
2. Cherchez d’autres exemples du phénomène de transformation L->U
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
240
Réponses
1. Connaissez-vous d’autres adjectifs de ce type (ayant une forme différente au masculin devant la
voyelle) ?
mou, mol, molle
beau, bel, belle
nouveau, nouvel, nouvelle
vieux, vieil, vieille
2. Cherchez d’autres exemples du phénomène de transformation L->U
paume et palme (du latin palma)
aube (du latin alba, qu’on retrouve dans albinos)
cheval et chevaux (le l devant le s du pluriel devient u)
château et châtelain (du latin castellum)
cou et col (du latin collum)
alternatif et autre (latin alter)
4. Famille sémantique
Activité 2 : antonymes et synonymes
1. Cherchez des antonymes de fou.
2. Cherchez des synonymes du mot fou ou folie en français. Classez-les selon leur niveau de langue.
Pensez à chercher des locutions de même sens.
standard
familier
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
241
Réponses possibles
1. Antonymes
Sage, raisonnable, sensé, sain d’esprit.
2. Synonymes
standard
insensé
déraison
forcené
aliéné
déséquilibré
psychopathe
dément
malade mental
maniaque
bouffon
familier
maboul
fada
dingue
givré
fondu
frappé
fêlé
braque
cinglé
sonné
timbré
loufoque
avoir un grain
ne pas tourner rond
avoir une araignée dans le plafond
être à la masse
être à l’ouest
Remarques étymologiques
insensé
déraison
forcené
aliéné
psychopathe
malade
mental,
dément
maniaque
bouffon
La plupart des termes de la folie sont négatifs. L’insensé est quelqu’un qui est
privé de sens, c’est-à-dire « d’intelligence, de compréhension ». La folie se décrit
comme un manque de relation avec la réalité (ce que permet le sens).
Raison vient du latin ratio, qui signifie le compte, la faculté de calculer, puis, par
extension, le jugement.
Le sens de compter se retrouve dans
- le mot ratio (« pourcentage ») emprunte directement au latin,
- l’expression à raison de (« À raison de 100€ par mois, vous pouvez rembourser
en 10 ans »).
- le mot ration, « part » (d’où rationner, rationnement).
Écrit autrefois forsené, composé de fors et sens.
fors est un synonyme de hors, tous deux issus du latin foris, « dehors ».
Un forcené est un homme « hors de son sens ».
Le sens actuel évoque l’idée de folie violente et dangereuse.
C’est le terme administratif et judiciaire de la folie.
Du latin alienus, « autre », apparenté aux mots alibi, alias, et ailleurs.
L’aliéné est quelqu’un qui est un autre que lui-même : le fou est considéré
comme étranger à sa propre personne, comme ne se possédant pas lui-même.
C’est la raison pour laquelle il est juridiquement irresponsable.
Du grec psychè, « l’âme », et pathos, « douleur, maladie ».
Du latin mens, « intelligence, pensée ».
Du grec maniakos, « fou ».
Dans le sens de « fou du roi ».
Bouffon vient de l’italien buffone. Il s’agit d’un radical onomatopéique exprimant
le souffle, le gonflement (comparable à bouffer, bouffant, bouffi).
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
maboul
fada
dingue
cinglé
loufoque
242
de l’arabe algérien mahbūl , « stupide » (1830).
Mot provençal issu du latin fatuus, « sans goût » (qui a donné fade en français).
Issu du verbe dinguer, onomatopée exprimant le balancement de la cloche
(« ding »).
L’adjectif dingue est attesté depuis 1915. L’évolution sémantique peur
s’expliquer par le mouvement de balancement de la cloche, comparé à celui d’un
fou, ou bien par la signification de « stupide » attribué en argot au mot cloche.
Cinglé signifie « battre avec une baguette flexible ».
Le mot fait partie du groupe frappé, timbré, tapé, signifiant « fou ».
Mot d’argot construit à partir de fou selon une composition qu’on appelle
"largonji" : la première consonne (F) est remplacée par un L et est déplacée à la
fin du mot (LOUF), auquel on rajoute un suffixe (-oque).
5. L’art et la folie
Activité 3 : œuvres
Connaissez-vous ces œuvres et leurs auteurs ?
La nef des fous
Le Horla
L’éloge de la folie
Le fidèle Berger
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
La nef des fous
Jérôme Bosch est un peintre flamand dont l'œuvre se situe au
tournant du XVe et du XVIe siècle.
La Nef des fous, en allant plus loin que l'aspect burlesque qu'elle
dégage au premier abord, est une critique de la folie des
hommes qui vivent à l'envers et perdent leurs repères religieux.
Le monde qu'il peint est un monde renversé tel qu'on le retrouve
dans la vie à l'époque (mis à part les interventions d'origine
imaginaire de l'artiste). Ce n'est pas la tête qui règne ici mais le
ventre. Si la tête ne règne pas c'est qu'elle est folle. Sa folie est
d'adorer le ventre, sa folie est le péché. Le péché de la
gourmandise ainsi que la luxure étaient des vices très répandus
depuis longtemps dans les monastères. Bosch nous montre donc
son regard sur le monde de l'époque en critiquant les mœurs
dissolues du clergé, la débauche de la vie monastique et la folie
humaine cédant aux vices.
Il dénonce les vices par la folie en les attribuant à des
personnages appartenant apparemment aux classes inférieures
de la société. Ainsi le convive qui vomit montre la débauche de
celui qui succombe aux effets de l'alcool, une cruche serait le
symbole du sexe féminin ou du diable, le poisson mort sans
écaille est le péché, le masque de chouette regardant la scène
symbolise le démon…
Le Horla
Le Horla est une nouvelle fantastique de Guy de Maupassant
écrite en 1887. C'est un des derniers récits fantastiques que
Maupassant ait écrits.
Le Horla se présente sous la forme d’un journal inachevé qui
laisse craindre que son propriétaire n’ait sombré dans la folie.
Sous forme de journal, le narrateur nous rapporte ses angoisses
et troubles : il sent la présence d’un être invisible autour de lui
qu’il nomme le « Horla ». Tout au long de la nouvelle, le doute
s’installe quant à la folie du personnage principal, ou plutôt de
son aliénation, en référence à l’emprise du Horla. Plusieurs
pensent que l’auteur était lui-même fou lorsqu’il a écrit cette
nouvelle mais ce n’est que plus tard dans sa vie qu’il
développera lui-même une folie. Ce qui contribue a faire naître
le fantastique : la folie et la démence du héros. Elles sont les
principales causes de troubles mentaux du narrateur. Cette
présence devient de plus en plus insupportable pour le héros qui
décide de mettre fin à la vie du Horla et même à la sienne…
243
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
L’éloge de la folie
L'Éloge de la Folie (dont le titre grec est Morias Engomion
(Μωρίας Εγκώμιομ) et le titre latin, Stultitiae Laus), est un essai
écrit en 1509 par Érasme de Rotterdam et imprimé d'abord en
1511. On considère que c'est une des œuvres qui ont eu le plus
d'influence sur la littérature du monde occidental et elle a été
un des catalyseurs de la Réforme.
C’est un examen satirique des superstitions et des pratiques
pieuses dans l'Église catholique. L'essai se termine en décrivant
de façon sincère et émouvante les véritables idéaux chrétiens.
Le fidèle Berger
Ce roman d’Alexandre Vialatte raconte l’histoire d’un soldat
français fait prisonnier par les Allemands lors de la défaite de
1940. Obligé de marcher des dizaines de kilomètres par jour,
assoiffé et malade, il devient fou. Interné, il tente de se
suicider. Après plusieurs mois dans un hôpital psychiatrique, il
recouvre lentement la raison.
Alexandre Vialatte (1901-1971) est originaire d’Ambert (Puy-deDôme) et ami de l’écrivain auvergnat Henri Pourrat.
Germanophone, il découvre et traduit l'œuvre de Franz Kafka.
Engagé en 1939 et fait prisonnier en Alsace en juin 1940, ce qui
provoque en lui un effondrement psychologique qui le conduit à
l'hôpital psychiatrique de Franche-Comté. Après avoir tenté de
s'y suicider, il en sort en 1941 et passe sa convalescence chez
ses parents en Auvergne. C’est cette expérience qu’il raconte
dans Le Fidèle Berger.
Il écrit, de 1952 jusqu'à sa mort, les 898 Chroniques publiées
(sauf 10) dans le journal quotidien auvergnat La Montagne.
244
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
245
34. l’école
Plan du chapitre
1.
2.
3.
4.
5.
Fiche étymologique
De schola à école
Famille sémantique
Locutions
Histoire
1. Fiche étymologique
l’école
Définitions
sens propre
Établissement dans lequel est donné un enseignement collectif.
sens figuré
Groupe d’artistes suivant la même doctrine.
Origine
Autres langues
grec
japonais
grec
anglais
skholè
学校
skholè (σχολή)
school
allemand
italien
espagnol
Schule
scuola
escuela
Mots apparentés
écolier, scolaire, scolarité, scolastique
Notes étymologiques
skholè, schola
scolaire,
scolarité
scolastique
École vient du latin schola, lui-même emprunté au grec skholè.
Le premier sens de skholè est « le loisir ». A l’époque de Platon, le sens a
évolué vers celui « d’activité intellectuelle faite à loisir ». En grec classique,
« école » se dit didaskaleion (de didaskein, « enseigner »).
C’est seulement à l’époque hellénistique qu’il prend le sens « d’étude ».
Empruntés respectivement au latin scholaris et scholaritas, ils ont gardé, à a
différence d’école, une forme plus proche de l’étymologie : il s’agit d’emprunts
direct du français au latin, au Moyen Age (14e siècle). Cette date relativement
récente explique la différence de forme avec école (emprunt plus ancien).
Du grec skolastikos, « relatif à l’école ».
La scholastique est la philosophie développée et enseignée dans les universités
du Moyen Âge, visant à réconcilier la philosophie antique avec la théologie
chrétienne.
Depuis le 18e siècle, le mot scolastique est utilisé de manière péjorative pour
désigner un raisonnement excessivement abstrait.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
246
2. De schola à école
Comment peut-on passer de schola à école, mot complètement différent ? Il s’agit, en fait, d’une
accumulation de petits changements qui se sont produits au cours des siècles. Chacun de ces
changements peut s’expliquer, mais leur accumulation finit par produire un mot complètement
différent.
1. Chute du h
Le h de schola vient de la transcription de la lettre grecque khi (Χ), qui était prononcée en grec
ancien /kh/. Le H exprime donc cette aspiration.
Cependant, le H a cessé d’être prononcé dès l’époque romaine. Le mot latin schola se prononçait
donc /skola/. Le français a abandonné cette lettre non prononcée.
2. Chute de la finale non accentuée
Au cours du premier millénaire, c’est-à-dire quand le latin est devenu le français, il s’est produit
un phénomène phonétique déterminant : la dernière syllabe non accentuée des mots a cessé,
progressivement, d’être prononcée. Il s’agit d’une évolution particulière au français et qui ne se
retrouve pas dans les autres langues romanes (italien scuola, espagnol escuela).
Il s’agit d’un résultat de l’influence du francique : l’influence germanique a eu pour conséquence
d’exagérer l’accent sur l’avant-dernière syllabe, rendant la dernière syllabe non accentuée très
faible, puis muette.
L’orthographe, en revanche, n’a pas évolué pour rendre compte de cette évolution phonétique : on
écrit depuis des siècles en français un e qui ne se prononce pas (la logique voudrait qu’on écrive
écol).
3. L’ajout d’un e devant skhola
Cette évolution phonétique particulière consiste à couper la syllabe (s+consonne+voyelle) en deux
syllabes (es)-(consonne+voyelle). Cette évolution se retrouve dans d’autres langues romanes
(espagnol escuela).
C’est ainsi que le latin schola est devenu escola.
C’est pour la même raison que le latin sperare est devenu espérer, et le latin species est devenu
espèce.
4. La chute du S devant consonne
Phénomène plus récent (Moyen Age), la chute du S placé devant une consonne. Ce S ancien reste
parfois dans l’orthographe (« il est »), mais est généralement remplacé par un accent, aigu ou
circonflexe. Le S ancien se retrouve souvent dans des mots de la même famille : forêt/forestier,
fenêtre/défenestrer, goûter/gustatif, etc.
Activité 1 : retrouvez le mot apparenté
A gauche, des mots commençant par é+consonne (comme école). A droite, un mot de la même
famille, commençant par S+consonne (comme scolaire). Complétez le tableau.
écrire
studio
spécial
état
spadassin
spatule
étoile
strict
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
247
Réponses :
écrire
script, scribe
étudier
studio
épice
spécial
état
statut
épée
spadassin
épaule
spatule
étoile
stellaire
étroit
strict
3. Famille sémantique
université,
lycée, collège
maître,
instituteur,
professeur,
précepteur
apprendre,
enseigner
éducation
pédagogie
didactique
Université vient du latin universitas, « totalité, ensemble ». Ce mot est de la
même famille que univers et un.
A l’origine, il signifie « corporation professionnelle » (comme union en anglais).
Il s’agit de l’ensemble des maîtres réunis en association.
Lycée vient d’un nom de lieu, Lykeon, issu du nom grec du loup (lykos). C’était
un lieu où venaient les loups.
A cet endroit existait un gymnase qui a pris ce nom. Aristote enseignait dans ce
gymnase. Le sens du mot a évolué de « lieu où s’assemblent les gens de lettres »
à « établissement d’enseignement supérieur ».
Collège vient du latin collegium, « ensemble de magistrats », de con
(« ensemble ») et lex, legis (« la loi »). Au Moyen Age, il signifie une
communauté de laïcs.
Maître : du latin magister. Titre qu’on donne aux professeurs d’école primaire.
Instituteur : du latin institutor, « celui qui administre » (comme dans
institution).
Les mots instituer, institution étaient utilisés autrefois pour dire « éduquer,
éducation. »
Professeur : du latin profiteri, « déclare ouvertement » (d’où le verbe
professer), de pro, « devant », et fateri, « avouer, reconnaître ».
Précepteur : c’est un maître particulier (pour un élève unique). De prae,
«avant » et capere « prendre ».
Apprendre : du latin apprehendere, « saisir », de ad, « à », et prehendre,
« prendre ».
Apprendre, c’est donc « saisir, prendre », au sens figuré (des connaissances).
Le sens de « donner des connaissances à quelqu’un » (apprendre quelque chose
à quelqu’un) est récent (17e siècle).
Enseigner : du latin insignire, « faire comprendre par un signe » ( enseigne).
Éducation vient du latin educare, « élever, instruire », de ducere, « conduire »
(mots de la même famille : conduire, déduire, introduire, duc).
Pédagogie : du grec paidos, « enfant », et agogein, « conduire ». Le pédagogue
était l’esclave qui conduisait et surveillait l’enfant.
Didactique : du grec didaskein, « enseigner ».
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
4. Locutions
Activité 2 : locutions
Cherchez le sens des locutions suivantes :
aller, être à bonne école
la vieille école
faire école
l’école buissonnière
248
Sébastien Jaffrédo
Réponses
aller, être à bonne école
la vieille école
faire école
l’école buissonnière
Etymologie thématique
apprendre quelque chose de quelqu’un qui s’y connaît
les partisans de la méthode ancienne
être imité
ne pas aller à l’école (« sécher les cours »)
5. Histoire
Activité 3 : Sacré Charlemagne
1. Lisez le texte de la chanson ci-dessous.
2. Relevez les détails historiques. Quelle est la part de vérité et de légende ?
3. Répondez aux questions suivantes :
- qui a inventé l’école ?
- depuis quand l’école dont parle la chanson existe-t-elle ?
Sacré Charlemagne
Chanson chantée par France Gall
Paroles: Robert Gall. Musique: Georges Liferman (1964)
Qui a eu cette idée folle
Un jour d'inventer l'école
C'est ce sacré Charlemagne
Sacré Charlemagne
De nous laisser dans la vie
Que les dimanches, les jeudis
C'est ce sacré Charlemagne
Sacré Charlemagne
Ce fils de Pépin le Bref
Nous donne beaucoup d'ennuis
Et nous avons cent griefs
Contre, contre, contre lui
Qui a eu cette idée folle
Un jour d'inventer l'école
C'est ce sacré Charlemagne
Sacré Charlemagne
Participe passé
4 et 4 font 8
Leçon de français
De mathématiques
Que de, que de travail
Sacré sacré sacré Charlemagne
Il aurait dû caresser
Longtemps sa barbe fleurie
Oh Oh sacré Charlemagne
Sacré Charlemagne
Au lieu de nous ennuyer
Avec la géographie
Oh Oh sacré Charlemagne
Sacré Charlemagne
Il n'avait qu'à s'occuper
De batailles et de chasse
Nous n'serions pas obligés
D'aller chaque jour en classe
Il faut apprendre à compter
Et faire des tas de dictées
Oh Oh sacré Charlemagne
Sacré Charlemagne
Participe passé
4 et 4 font 8
Leçon de français
De mathématiques
Que de, que de travail
Sacré sacré sacré Charlemagne
Car sans lui dans notre vie
Y n'y aurait que des jeudis
Oh Oh sacré Charlemagne
Oh Oh sacré Charlemagne
Oh Oh sacré Charlemagne...
249
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
35. la Révolution
Plan du chapitre
1.
2.
3.
4.
5.
Fiche étymologique
La politique
La géographie
Les sciences
le temps
1. Fiche étymologique
révolution
Définitions
sens 1
Retour périodique d’un astre à un point de son orbite.
sens 2
Changement brusque et important dans l’ordre social ou politique.
Origine
latin
revolutio
Mots apparentés
révolu, évoluer, évolution, révolte, volubile, revolver, volte, volte-face,
voltige, voltigeur, voûte, volume, volute, dévolu
250
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
251
Notes étymologiques
révolution
révolte
révolu
revolver
évoluer,
évolution
dévolu
Du latin revolutio, issu du verbe revolvere, « rouler en arrière », et donc
« revenir au point de départ ».
Le sens de « retour périodique d’un astre à un point de son orbite » est donc
étymologique.
Le sens de « changement brusque et profond » date du 16e siècle.
Révolte est un déverbal de révolter, qui vient de l’italien rivoltare, « échanger,
retourner » (14e siècle). Ce verbe est issu de rivolgere, « retourner », qui est
l’aboutissement en italien du latin revolvere.
Le sens de « se révolter » a évoluer de « se retourner » vers celui de « se
dresser contre une autorité ».
D’abord associé à révolution dans le sens de « revenu à son point de départ », le
mot signifie aujourd’hui « qui appartient au passé ».
On dit par exemple à 20 ans révolus pour « après l’âge de 20 ans ».
Le latin revolvere a donné le verbe anglais to revolve, « tourner ». D’où le nom
de l’arme inventée par le colonel américain Samuel Colt, qui possédait un
magasin rotatif (1835)
Du latin evolvere, « dérouler », composé de ex- (« hors de ») et volvere,
« rouler, tourner ».
Du latin devolvere, « rouler de haut en bas ».
Dévolu se dit d’un droit qui est donné, accordé par une autorité supérieure
(donc de haut en bas).
On parle par exemple de la « tâche dévolue à quelqu’un », c’est-à-dire
« confiée ».
L’expression jeter son dévolu sur signifier « choisir ».
Sébastien Jaffrédo
volume
volubile
volubilis
voûte
volute
voltige
volte-face
Etymologie thématique
252
Du latin volumen, « rouleau », de volvere (« rouler »).
Un volumen était un rouleau de papier, l’équivalent d’un livre.
Le sens « d’espace en 3 dimensions » date du Moyen Age.
Le latin volubilis signifie « qui tourne » et « qui coule, pour un cours d’eau ».
D’où le sens français de volubile, « bavard ».
Le volubilis est le nom latin, utilisé aussi en français, du liseron des haies, une
plante qui s’enroule autour des troncs.
Volvita (« enroulement »), le participe passé féminin du latin volvere, a donné
le mot français voûte.
Le mot latin volvita, a par ailleurs donné en italien voluta, repris en
français sous la forme volute, « ornement architectural en spirale » (1545). Par
image, on parle souvent de « volutes de fumée » pour décrire les formes de la
fumée qui s’enroule sur elle-même.
Le latin volvita, également, a donné en italien le mot volta, « tour », qui a
donné le français volte-face et la famille du mot voltiger. Les deux termes,
empruntés au 16e siècle, sont à l’origine des mots du vocabulaire militaire.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
hélice
valse
wheel
253
Le mot latin volvere, « tourner », se rattache à une racine indoeuropéenne °wel-, qui a donné le verbe grec eluein (« rouler »), dont est issu
helix (« spirale »), qui a donné le mot hélice.
La racine wel a donné en allemand le mot Walz, devenu valse en français.
En anglais, cette racine est représentée par le mot wheel.
La Révolution française dans la langue
La Révolution a été une période de changement profond pour tous les aspects de la vie des Français
et de la France.
La langue française, elle, n’a pas été modifiée en profondeur par ces événements. Mais la
période a été marquée par l’apparition de nombreux mots nouveaux qui reflètent les
changements politiques et sociaux.
2. La politique
La Révolution a bien sûr été avant tout politique : la nouvelle organisation des pouvoirs a amené un
grand nombre de nouveaux termes, souvent empruntés à l’anglais, par exemple :
- un parti
- le parlement (dans son sens actuel)
- le budget
C’est aussi à cette époque que les termes gauche et droite apparaissent. Au début de la Révolution,
l’Assemblée Nationale (le nouveau parlement qui se bat contre le pouvoir royal ), discute de la
question du veto royal (le droit pour le roi de suspendre une loi votée par l’Assemblée). Pour mieux
voir qui est pour et qui et contre, chaque camp se regroupe d’un côté de la salle : les partisans du
veto, plus conservateurs, à droite, les opposants, plus révolutionnaires, à gauche. Cette division
s’est systématisé, a continué jusqu’à nos jours et s’est répandue dans de nombreux pays.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
254
3. La géographie
1. LES DÉPARTEMENTS
Une des réformes les plus importantes a été la réinvention de l’organisation territoriale, basée sur
la création des départements. Malgré un certain nombre de changements, cette organisation est
encore en vigueur aujourd’hui. Les conséquences ont été importantes pour la vie sociale,
administrative et politique.
Au point de vue de la langue, elle a eu pour conséquence la disparition officielle des noms des
anciennes provinces : Artois, Dauphiné, Provence, Bourbonnais, Anjou…
Cependant ces noms ont continué à vivre dans la conscience collective, et certains ont été rétablis
comme noms officiels lors de la création des régions en 1956 : Bretagne, Alsace, Auvergne, etc.
La création des noms des nouveaux départements de 1790 a été volontairement peu imaginative :
le sentiment d’identité locale devait être combattu au profit du sentiment d’appartenance à la
ation. C’est pourquoi les départements sont généralement nommés d’après la géographie
physique : rivières ou montagnes : Loire, Pyrénées Orientales, Bouches-du-Rhône, Puy-de-Dôme…
2. LES VILLES
La Révolution a également changé le nom de beaucoup de villes, mais ces changements n’ont pas
duré : dès l’Empire ou la Restauration, les noms anciens ont été rétablis.
Activité 2 : villes révolutionnaires
La carte ci-contre montre des villes dont le nom
a changé à la Révolution.
Utilisez vos connaissances de la géographie
française pour retrouver le nom actuel de ces
villes.
Essayez d’imaginer les raisons de ces
changements.
Berceau-de-la-Liberté
Ville-Affranchie
Armes-Villes
Grelibre
Ville-sans-Nom
Commune-Franklin
Réponses page suivante
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
255
Réponses à l’activité 2 : villes révolutionnaires
Berceau-de-la-Liberté
Versailles
Ville-Affranchie
Lyon
Armes-Villes
Saint-Etienne
Grelibre
Grenoble
Ville-sans-Nom
Marseille
Commune-Franklin
Bordeaux
Les raisons des changements :
Les villes punies : Lyon, Marseille, Bordeaux
Ces villes se sont opposées à la politique de la Convention et ont subi une violente répression.
La lutte contre le christianisme : Saint-Étienne
A partir de 1793, la Révolution tente, de manière systématique, de détruire toutes les traces de la
religion chrétienne : églises, monastères, noms de saints, etc.
La lutte contre la monarchie : Versailles
Versailles, symbole de l’absolutisme royal, est rebaptisée pour signaler à tous la victoire de la
République.
La lutte contre l’aristocratie : Grenoble
Aujourd’hui on pourrait penser que c’est un calembour, mais les Révolutionnaires étaient
parfaitement sérieux : même le « -noble » de Grenoble leur semblait un rappel insupportable de la
«noblesse », l’aristocratie qui avait été supprimée le 4 août 1789…
De tous ces changements, un seul demeure aujourd’hui : le nom de l’île de la Réunion, baptisé
ainsi le 8 avril 1794, à la place de « l’île Bourbon », nom de la dynastie royale.
4. Les sciences
1. LE SYSTÈME MÉTRIQUE
►Un fort besoin d’uniformisation
Pour les distances, l’Ancien régime utilisait des lieues (qui étaient d’ailleurs une des très rares
survivances de la civilisation gauloise), mais leur valeur variait en fonction des régions : il existait
la lieue parisienne, la lieue de Picardie et d’Artois, la lieue commune de France, la lieue de
Provence et Gascogne…
Pour les longueurs, il existait, en fonction des régions, la gaule, la canne, la brasse. A Paris, on
mesurait en toises. La toise elle-même se divisait en 6 pieds, qui comprenait 12 pouces, etc.
Les mesures de poids et de volume connaissait les mêmes variations et le mêmes complexités (livre,
marc, once, boisseau, setier…)
►Une institution rationnelle
En 1795, l’Assemblée adopte le système métrique : mètre, gramme, litre.
Le mot mètre a été créé par l’ingénieur Borda à partir du mot grec metron, « la mesure »
(thermomètre, chronomètre) .
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
256
Le mot gramme vient du latin gramma, une ancienne mesure de poids. Le mot vient du grec où il
signifie « lettre ».
Le mot litre est une ancienne mesure de volume française qui vient d’un mot grec apparenté au
mot livre (la livre, mesure de poids).
Le système métrique se caractérise aussi par son caractère décimal : toutes les unités ont entre
elles des rapports qui sont des multiples de 10.
Pour les multiples de l’unité, on a utilisé pour toutes les mesures un système de préfixes tirés du
grec : déca (10), hecto (100), kilo (1000), etc.
Pour les sous-multiples (inférieurs à l’unité) , ce sont des préfixes latins : déci-, centi-, milli-, etc.
Préfixes latins
:10 déci
:100 centi
:1000 milli
Préfixes grecs
x10 déca
x100 hecto
x1000 kilo
►Une aventure héroïque
Toutes ces mesures sont établies à partir du mètre,
lui-même défini comme 1/10 000 000 du tour de la
Terre.
Pour connaître le tour de la Terre, il fallait en
mesurer précisément une partie significative. Pour
cela, deux scientifiques, Méchain et Delambre,
ont pris des mesures entre Dunkerque et
Barcelone, en pleine période de guerre, pendant 7
ans. Chacun a fait une partie du parcours :
Delambre entre Dunkerque (Nord) et Rodez
(Aveyron), Méchain entre Rodez et Barcelone
(Espagne). En 1799, l’étalon du mètre était prêt.
2. DÉCOUVERTES ET INVENTIONS
La fin du XVIIIe siècle marque le début de la chimie moderne, notamment avec Lavoisier, qui
découvre et nomme l’oxygène (du grec oxus, « aigu », « acide », et genos, « naissance »),
l’hydrogène (du grec hudros, « l’eau »), l’azote (de a, « sans », et zoe, « vie »). Beaucoup d’autres
noms d’éléments ou de composés chimiques sont alors inventés.
Lavoisier sera condamné à la guillotine en 1794. Alors qu’il demandait un sursis pour finir une
expérience, le juge révolutionnaire lui a répondu « La République n'a pas besoin de savants ni de
chimistes ! »
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
257
5. Le temps
Dans la fièvre révolutionnaire, la Convention a également décidé de changer entièrement la mesure
du temps :
- les jours sont divisés en 10 heures, de 100 minutes chacune, chaque minute faisant 100 secondes
- les semaines sont abolies et remplacées par des décades (durée de 10 jours)
- les mois ont tous 30 jours et changent de nom. Ces 12 mois représentent donc 360 jours. L’année
de 365 (ou 366) jours est complétée par 5 ou 6 jours complémentaires appelés « sanculotides »
- on cesse de compter les années à partir de la naissance du Christ, mais à partir de la
proclamation de la République en 1792. L’année 1792 devient donc l’an I de la République.
- le premier jour de l’année est l’équinoxe d’automne, le 22 septembre.
Les mois du calendrier révolutionnaire
Automne
Hiver
Printemps
Eté
Vendémiaire
Nivôse
Germinal
Messidor
(sept-oct)
(déc-jan)
(mar-avr)
(juin-juil)
Brumaire
Pluviôse
Floréal
Thermidor
(oct-nov)
(jan-fév)
(avr-mai)
(juil-aout)
Frimaire
Ventôse
Prairial
Fructidor
(nov-déc)
(fév-mar)
(mai-juin)
(aout-sept)
Ce calendrier sera en vigueur du 5 octobre 1793 au 31 décembre 1805 (c’est Napoléon qui rétablit
l’ancien calendrier grégorien). Il sera brièvement rétabli à Paris lors de la révolution de la
Commune au printemps 1871.
Activité 3 : le calendrier révolutionnaire
1. Connaissez-vous Fabre d’Églantine ?
2. Pouvez-vous expliquer :
● ce qui s’est passé le 9 thermidor an II ?
● ce qui s’est passé le 18 brumaire an VIII
● qui a écrit le roman Germinal et pourquoi il porte ce titre ?
Réponses page suivante
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
258
Réponses à l’activité 3
1. Fabre d’Églantine (1750-1794) est le rédacteur du calendrier républicain et l’inventeur des noms
des mois.
2.
Le 9 thermidor an II (27 juillet 1794) : chute de Robespierre
Le 18 brumaire an VIII (9 novembre 1799) : prise du pouvoir par Bonaparte (début du Consulat)
Germinal : est un roman de Zola écrit en 1885. Le titre évoque le printemps et l’espoir de
l’amélioration de la condition ouvrière.
Pour mieux connaître le calendrier républicain :
Les jours de la décade
Primidi
Duodi
Tridi
Quartidi
Quintidi
Sextidi
Septidi
Octidi
Nonidi
Decadi
Les 6 jours de fin d'année : les sanculotides
1. jour de la vertu
2. jour du génie
3. jour du travail
4. jour de l'opinion
5. jour des récompenses
6. jour de la révolution
années sextiles)
(seulement les
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
259
36. la magie
Plan du chapitre
1.
Étymologie
Fiche étymologique
Recherche étymologique
2.
Civilisation
Magie et religion
Quiz
1. Étymologie
Fiche étymologique
la magie
Définitions
sens courant
« Art de produire, par des procédés occultes, des phénomènes inexplicables ou qui
semblent tels. »
sens figuré
« Influence vive, inexplicable, qu’exercent l’art, la nature, les passions »
(définitions du Petit Robert)
Origine
Autres langues
grec
grec
anglais
allemand
mageia
mageia (μαγεία)
magic
Magie, Zauber
italien
espagnol
portugais
magia
magia
mágica
Mots apparentés
mage, magique, magicien
Notes étymologiques
Le mot grec mageia signifie « religion des mages perses » et « sorcellerie ». Le mot est issu du nom
grec magos, qui est devenu le mot mage en français.
En grec, magos a le sens de « sorcier, charlatan ». A l’origine, le mot est utilisé pour parler des
prêtres perses. C’est un emprunt au perse magu, « prêtre ».
Un mage est donc, à l’origine, un prêtre de Zoroastre. Ce sont des maîtres d’astrologie sacrée, qui
leur permet de prédire l’avenir.
Ce sont ces connaissances d’astrologie qui leur permet, dans l’évangile de Matthieu, de prédire la
venue au monde du Christ et d’aller le voir à sa naissance à Bethléem.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
260
Activité 1 : recherche étymologique
Formez trois groupes dans la classe et consultez le Dictionnaire historique de la langue française à
propos d’une des étymologies suivantes :
1. enchanteur, charme
2. fée
3. sorcier
Présentez l’origine étymologique, les mots apparentés, l’évolution historique du ou des mots.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
261
1. enchanteur, charme
Mots apparentés : chanter, chanteur, chanteuse, chanson, enchanter, enchanteur, enchanté,
incantation, incantatoire, charmant, charmer, charme.
Ces deux mots sont issus du verbe latin canere, qui signifie « chanter des formules magiques ». Le
sens magique reste dans les mots français enchanter, enchanteur, charme et incantation. En
revanche, il s’est perdu dans les mots chant, chanter, chanteur, cantate, ou ne subsiste que l’idée
de « mélange de paroles et de mélodie ».
Latin
canere :
« chant
magique
des
augures et devins »
cantare :
« chanter »
Italien
cantare :
« chanter »
incantare :
« chanter des
formules
magiques»
carmen :
« chant
magique, formule
magique »
Français
chant, chanter
enchanter :
« soumettre à un
pouvoir magique »
cantate
incantation :
« chant magique »
charme :
« puissance
magique »
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
262
2. fée
Mots apparentés : féerie, féerique, fatal, fatalité, fatalisme, fatidique, fado
Latin
fatum : « destin, énonciation divine »
fata :
«déesse
destinées »
Portugais
fado : « destin
funeste,
malheur »
des
fatalis : «fixé par
le destin »
fatidicus :
«qui
dit l’avenir »
Français
fée
farfadet
« lutin »
fatal, fatalité
fatidique
fado
3. sorcier
Mots apparentés : le sort, sortilège, sorcellerie, la sorte, consort, sortir, sortie, assortir, ressortir,
ressort
Le mot latin sors signifiait une petite tablette de bois qui servaient à répondre aux questions
posées à des oracles, ou pour choisir des candidats de manière aléatoire : d’où l’expression tirer
au sort.
Le mot s’est aussi appliqué au résultat de ce choix, d’où le sens de « destin » du mot sort. Le
destin met chacun dans des catégories différentes : d’où le nom féminin sorte.
Le diseur de sort (devin) se disait sortarius, qui a donné sorcier, à l’origine des mots sorcellerie et
ensorceler.
Sortilège vient de sors + legere, « lire ».
Enfin, le nom sors a donné le verbe sortiri, tirer au sort, qui a donné le verbe sortir et ses dérivés
en français. Le verbe latin classique, exire, a abouti en français au verbe issir (dont le participe
passé est issu). Issir a été remplacé par sortir après le 16e siècle.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
263
2. Civilisation
Magie et religion
Les racines étymologiques montrent une parenté entre magie et religion : les mages étaient des
prêtres de la religion perse, le zoroastrisme ; sorcier, enchanteur, et charmer sont
étymologiquement liés aux augures romains, qui étaient des devins mais aussi des prêtres.
Cependant, si les deux ont en commun l’appel à des forces occultes, surnaturelles, religion et
magie s’opposent à certains égards.
Le prêtre s’adresse à la divinité, pour lui demander d’intervenir dans le monde grâce à un pouvoir
surhumain et surnaturel. C’est une prière adressée au dieu pour l’appeler, le faire agir.
Le magicien, lui, s’approprie ce pouvoir surnaturel et le fait agir directement, sans intervention
divine, et pour son propre compte : c’est en quelque sorte un contrebandier du surnaturel...
Les figures traditionnelles de magiciens (fées et sorciers) sont issus des cultes païens, en particulier
celtes et germaniques. Le christianisme s’est constitué sur une base culturelle différente et a
longtemps ignoré ces croyances pour ne pas les reconnaître.
Cependant, à partir du 13e siècle, l’attitude de l’Église a changé : au lieu d’ignorer ces pratiques,
elles les a combattues en les assimilant à des pratiques diaboliques, anti-chrétiennes. En reprenant
à son compte ces croyances, l’Église les a intégrées à la religion. La « chasse aux sorcières » a été
une pratique courante du moyen âge jusqu’au 18e siècle.
Quiz
Répondez aux questions suivantes
1
Lequel de ces mots n’est pas un mot
magique ?
a.
perlimpinpin
b.
glop-glop
c.
abracadabra
2
Lequel de ces personnages n’était pas
un roi mage ?
a.
Balthazar
b.
Darius
c.
Gaspar
d.
Melchior
3
Quelle est la locution correcte ?
a.
trique de magie
b.
truc de magique
c.
tour de magie
4
Quel
mot
est
apparenté
à
prestidigitation ?
a.
digital
b.
prestance
c.
prestige
5
Quelle est la locution correcte ?
a.
un cou de bâton magique
b.
un coup de baguette magique
c.
un coup de barre magique
6
Laquelle n’est pas une fée ?
a.
Guenièvre
b.
Mélusine
c.
Morgane
7
8
9
10
Quelle phrase à propos de Merlin est
inexacte ?
a.
Il était amoureux de la fée Viviane.
b.
Il a aidé Arthur à devenir roi.
c.
Il aidé Arthur à conquérir Guenièvre
Dans lequel de ces contes ne voit-on
pas de sorcière ?
a.
Hansel et Gretel
b.
Blanche-neige
c.
Le petit chaperon rouge
Dans lequel de ces contes n’y a-t-il pas
de fée ?
a.
La belle au bois dormant
b.
Cendrillon
c.
La belle et la bête
Qui a dit « A chaque fois qu’un enfant
dit ‘Je ne crois pas aux fées’, il y a
quelque part une petite fée qui
meurt. » ?
a.
James Barrie
b.
Lewis Carroll
c.
La comtesse de Ségur
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
264
Réponses au quiz
1
Lequel de ces mots n’est pas un mot magique ?
Réponses
Remarques
a.
perlimpinpin
La poudre de perlimpinpin est une poudre faussement
vendue par un charlatan.
b.
glop-glop
« glop-glop » sont les seules paroles prononcées par un

personnage de bande dessinées pour enfants, Pifou.
c.
2
3
4
5
6
abracadabra
D’après le Robert historique, c’est une lecture inversée de
la formule hébraïque « arba-ak-arba », signifiant « Le
quatre (cryptogramme pour le Tout-puissant) anéantit les
quatre (éléments) ».
Lequel de ces personnages n’était pas un roi mage ?
Réponses
Remarques
a.
Balthazar
La tradition donne aux rois mages les noms de Gaspar,
Balthazar et Melchior.
b.
Darius

Darius est le nom de plusieurs rois Perses, dont Darius Ier,
c.
Gaspar
acteur de la première guerre médique contre la Grèce et
d.
Melchior
vaincu à la bataille de Marathon (-490).
Quelle est la locution correcte ?
Réponses
Remarques
a.
trique de magie
Un tour de magie est une opération de prestidigitation.
b.
truc de magique
c.
tour de magie

Quel mot est apparenté à prestidigitation ?
Réponses
Remarques
a.
digital
Prestidigitation est composé de preste, « rapide, habile »,

et du latin digitus, « doigt » (qui a donné l’adjectif digital)
b.
prestance
Du latin praestantia, « supériorité ».
c.
prestige
Du latin praestigium, « illusion ».
Quelle est la locution correcte ?
Réponses
a.
un cou de bâton magique
b.
un coup de baguette magique

c.
un coup de barre magique
Laquelle n’est pas une fée ?
Réponses
Remarques
a.
Guenièvre
Dans
la
légende
des
Chevaliers
de la table ronde, Guenièvre

est la femme d’Arthur et maîtresse de Lancelot.
b.
Mélusine
Mélusine est une fée légendaire d'un conte populaire aux
origines lointaines (probablement celtes) entré dans la
littérature à la fin du XIIe siècle.
c.
Morgane
Dans la légende des Chevaliers de la table ronde, Morgane
est la sœur d’Arthur. Elle possède des connaissances de
sorcellerie et des pouvoirs magiques.
Sébastien Jaffrédo
7
8
9
10
Etymologie thématique
265
Quelle phrase à propos de Merlin est inexacte ?
Réponses
Remarques
a.
Il était amoureux de C’est vrai. Mais Viviane, pour le s’assurer de sa fidélité, lui
la fée Viviane.
a jeté un sort qui l’a rendu prisonnier pour l’éternité.
b.
Il a aidé Arthur à C’est vrai, grâce à l’épée magique Excalibur.
devenir roi.
c.
Il aidé Arthur à C’est faux. En revanche, il a aidé le père d’Arthur, Uther

conquérir Guenièvre Penndragon, à coucher avec la femme de son ami Gorlois,
en lui donnant l’apparence de celui-ci. De cet adultère est
né Arthur.
Dans lequel de ces contes ne voit-on pas de sorcière ?
Réponses
Remarques
a.
Hansel et Gretel
Hansel et Gretel sont prisonniers d’un sorcière qui a
construit sa maison en gâteau pour attirer les enfants et les
manger.
b.
Blanche-neige
La belle-mère de Blanche-neige est une sorcière.
c.
Le petit chaperon Pas de sorcière dans cette histoire !

rouge
Dans lequel de ces contes n’y a-t-il pas de fée ?
Réponses
Remarques
a.
La belle au bois Il y a trois bonnes fées qui se penchent sur le berceau de la
dormant
princesse et lui offrent des dons. La méchante fée, vexée
de ne pas avoir été invitée pour fêter la naissance de la
princesse, lui jette un sort.
b.
Cendrillon
C’est la marraine de Cendrillon qui une bonne fée.
c.
La belle et la bête
Pas de fée dans cette histoire.
Qui a dit « A chaque fois qu’un enfant dit ‘Je ne crois pas aux fées’, il y a quelque part
une petite fée qui meurt. » ?
Réponses
Remarques
a.
James Barrie
C’est une citation du Peter Pan de James Barrie.

b.
Lewis Carroll
c.
La
comtesse
de
Ségur
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
266
Complément : la visite des Rois Mages à Jésus (Matthieu 2, 1-12)
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
Jésus étant né à Bethléem de Judée, au temps du roi Hérode, voici que des mages venus
d'Orient arrivèrent à Jérusalem
et demandèrent : «Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu son astre à
l'Orient et nous sommes venus lui rendre hommage».
A cette nouvelle, le roi Hérode fut troublé, et tout Jérusalem avec lui.
Il assembla tous les grands prêtres et les scribes du peuple, et s'enquit auprès d'eux du lieu où
le Messie devait naître.
«A Bethléem de Judée, lui dirent-ils, car c'est ce qui est écrit par le prophète :
Et toi, Bethléem, terre de Juda, tu n'es certes pas le plus petit des chefs-lieux de Juda : car
c'est de toi que sortira le chef qui fera paître Israël, mon peuple».
Alors Hérode fit appeler secrètement les mages, se fit préciser par eux l'époque à laquelle
l'astre apparaissait,
et les envoya à Bethléem en disant : «Allez vous renseigner avec précision sur l'enfant ; et,
quand vous l'aurez trouvé, avertissez-moi pour que, moi aussi, j'aille lui rendre hommage».
Sur ces paroles du roi, ils se mirent en route ; et voici que l'astre, qu'ils avaient vu à l'Orient,
avançait devant eux jusqu'à ce qu'il vint s'arrêter au-dessus de l'endroit où était l'enfant.
A la vue de l'astre, ils éprouvèrent une très grande joie.
Entrant dans la maison, ils virent l'enfant avec Marie, sa mère, et, se prosternant, ils lui
rendirent hommage ; ouvrant leurs coffrets, ils lui offrirent en présent de l'or, de l'encens et
de la myrrhe.
Puis, divinement avertis en songe de ne pas retourner auprès d'Hérode, ils se retirèrent dans
leur pays par un autre chemin.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
37. droit et justice
Plan du chapitre
1.
2.
3.
Fiche étymologique : le droit
Fiche étymologique : la justice
Activité : le procès
267
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
268
Fiche étymologique (1)
le droit
Origine
Autres langues
grec
anglais
allemand
latin
directum
dikè
law, right
das Recht
italien
espagnol
portugais
diritto
derecho
direito
Mots apparentés
direct, direction, directeur, droiture, adroit, endroit, maladroit
diriger, dirigeant, dirigeable
régir, régime, régiment, région
règle, règlement, régulation, régulier
roi, régicide, régalien
reine, royaume, régner, règne
Notes étymologiques (1) : la grande famille
droit, direct
droit est issu du latin directum, qui signifiait « la justice » ou « l’application de
la loi.
Cependant, le mot le plus courant pour exprimer la notion de droit en latin est
jus (génitif juris).
Directum est issu de l’adjectif directus, qui signifie « droit » dans le sens de
« ligne droite, sans courbure ». C’est ce mot qui a donné l’adjectif droit en
français. Direct est emprunt tardif (XIIIe siècle) du même mot latin directus.
Droit/direct est un exemple des nombreux doublets populaire/savant, c'est-àdire deux mots français issus du même mot latin, l’un par évolution naturelle de
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
269
la langue (droit, forme populaire), l’autre par emprunt littéraire (direct, forme
savante)
diriger,
En latin, directus est le participe passé du verbe dirigere, qui a donné le verbe
directeur,
français diriger.
direction
Dirigere signifie « mettre en ligne, aligner ». Par extension il a, en latin, les
sens du verbe français : « donner une direction » et « régler, ordonner ».
Le verbe latin dirigere a donné les noms directio (direction) et director
(directeur).
Étymologiquement, dirigere est composé de dis- (« dé-») et regere (« mener,
guider »), qui a donné le verbe régir.
régir, roi
Le verbe régir lui-même remonte au mot latin rex (génitif regis), qui est devenu
en français le mot roi.
Nous verrons plus loin le détail de cette famille étymologique.
équivalents
Rex est apparenté à une racine indoeuropéenne, °reg-, signifiant « royauté,
germaniques de pouvoir, puissance ».
la racine indo- On la retrouve sous plusieurs formes dans les langues germaniques.
européenne
Le francique, langue germanique ancienne, ancêtre du hollandais et qui a donné
beaucoup de mots français, avait le mot rik (« puissant »). Il est passé en
français et donné le mot riche.
Le mot francique rik se retrouve également dans un grand nombre de prénoms :
à l’époque franque (Ve-Xe siècles), les habitants du nord de la Gaule ont gardé
leur langue latine mais on adopté les noms de leurs maîtres germaniques.
C’est l’origine des noms Richard, Frédéric, Cédric par exemple.
En allemand, la racine a donné le mot Reich (« empire »), que l’on retrouve
dans Ôsterreich (« Autriche » en allemand).
En allemand, « le droit » se dit Recht, qui est également issu de cette racine
indoeuropéenne. C’est également l’origine du mot anglais right.
autres
langues Cette racine de retrouve également dans le mot gaulois rix, « roi ». C’est ce
indomot qui se retrouve à la fin du nom Vercingétorix, grand chef gaulois ayant
européennes
combattu César après la conquête de la Gaule.
Le nom de Vercingétorix signifie « le grand roi des grands guerriers ». C’est par
imitation plaisante de ce nom célèbre qu’a été imaginé celui du personnage de
bandes dessinées célèbre, Astérix (et des autres personnages gaulois de cette
série).
Enfin, la racine indo-européenne °reg- se retrouve dans les langues indiennes,
dont le sanskrit qui a donné le mot raja (« roi des Indes »).
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
270
Notes étymologiques (2) : latin et français
regere
région
règle, régulier,
règlement
régime
roi, reine,
régent,
royaume, royal,
régalien, règne,
régner
Ce verbe latin a abouti au verbe français régir et possède le même sens :
« gouverner, diriger ». Il a donné naissance à une riche famille de mots.
Région est issu du latin regio, « direction, ligne ». Le sens de ce mot a évolué
vers celui de « limite », puis de « zone administrative ».
Règle vient du latin regula, qui était plus ou moins ce qu’on appelle une régle
aujourd’hui, au sens concret (une baguette de bois servant à mesurer la
longueur).
L’idée de mesure se retrouve dans les mots régulier, régler ou dérèglement
tandis que l’idée de « commandement à respecter » se retrouve dans les mots
règlement ou réglementation.
Du latin regimen, « gouvernement, direction ».
Dans le sens de « régle de vie », le mot s’est ensuite spécialisé pour désigner les
« règles d’alimentation ».
Tous ces mots sont issus du mot rex, regis (« roi »). Ce mot est, à son tour, à
l’origine d’une très riche famille de mots.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
271
Fiche étymologique (2)
la justice
Origine
Mots apparentés
latin
justitia
juste
jurisprudence, juridiction, juridique
juge, juger, jugement, préjugé
préjudice, justifier, injure
jurer, juron, conjurer, abjurer, jury
Notes étymologiques
justice, juste
Justice est issu du latin justitia « conformité au droit et à l’équité », de justus,
« juste ».
Le mot juste a pris également le sens « d’exact », en particulier pour les
vêtements, d’où le verbe « ajuster ». L’expression « c’est un peu juste » signifie
même « insuffisant ».
jurisprudence
De prudentia, « la connaissance ». La jurisprudence est l’historique des
décisions de justice.
juridiction, juge, Juridiction vient du latin jurisdictio, composé avec dictio, « le fait de dire ».
juger, jugement
C’est aussi l’origine de judicem, « qui dit le droit », c’est-à-dire le « juge ». Le
nom juge a donné les dérivés juger, jugement, préjugé, etc.
jurer,
injure, Injure vient du latin injuria, « injustice ». En français moderne, il signifie
jury
« insulte ».
Jurer vient du latin jurare, « prononcer la formule rituelle », « prêter
serment ».
Un juron est un blasphème.
Le mot jury est issu du verbe jurer par l’intermédiaire de l’anglais (1588)
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
272
Activité : le jeu du procès
Organisez un procès dans la classe. Déplacez les tables de mnaière à figurer une salle de tribunal.
Distribuez les rôles. Préparez le procès puis jouez-le selon la prodédure indiquée dans la fiche « le
rôle du président ».
Les acteurs :
l’accusé
C’est le personnage
principal, mais son rôle
est passif
le plaignant
Il attaque l’accusé en
justice.
le président du tribunal
Il préside le tribunal et
les délibérations du
jury.
l’avocat de la défense
Il élabore avec l’accusé
la stratégie à adopter.
Il fait une plaidoirie.
le procureur
Il appelle les témoins à
charge. Il fournit les
pièces à conviction. Il
prononce un
réquisitoire contre
l’accusé.
le juré
C’est un citoyen
ordinaire. Il prend la
décision de la sentence
avec les autres jurés.
le témoin à décharge
Il est appelé à
témoigner pour
défendre l’accusé.
le témoin à charge
Il est appelé à
témoigner contre
l’accusé.
Les éléments d’information
Le rôle du président
Déroulement du procès :
1. Le président déclare le
procès ouvert.
2. Il interroge l’accusé : nom,
prénoms, profession, domicile.
3. Il lit l’acte d’accusation
(voir ci-contre).
4. Il donne la parole à
l’accusation (témoins à charge
et réquisitoire)
5. Il donne la parole à la
défense (témoins à décharge et
plaidoirie)
6. Il préside à la délibération
du jury.
7. Il prononce la sentence.
L’acte d’accusation
La délibération
« Vous êtes accusé d’avoir volé
un
nain
de
jardin
à Les jurés doivent se décider à
M./Mme..... dans la nuit du ..... l’unanimité.
Si vous êtes reconnu coupable,
vous êtes passible d’un à 6 mois
d’emprisonnement,
d’une
amende pouvant aller jusqu’à
5 000 €, ou d’une peine de
travaux d’intérêt collectif d’un
maximum de 600 heures.
Ces mesures peuvent faire
l’objet d’un sursis. »
Ils se prononcent
culpabilité.
sur
la
Ils décident d’une sentence
dans la limite de ce que la loi
prévoit.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
273
Les pièces à conviction
pièce à conviction #1
pièce à conviction #2
pièce à conviction #2
Photo prise par la gendarmerie
de ... au domicile de l’accusé
Le plaignant a déclaré que
cet objet trouvé chez
l’accusé lui appartient.
L’accusé nie.
Photo de l’accusé prise par un
ami quelques jours après
l’icnident.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
274
38. la vie
Plan du chapitre
1.
2.
3.
4.
Sensibilisation
Famille indoeuropéenne
La famille latine
Famille sémantique
1. Sensibilisation
1. Activité : devinette
Quel est le rapport étymologique entre les mots suivants ?
la viande
le savoir-vivre
le C.V.
le Vidal
la vitamine
le bio
le whisky
le zoo
le zodiaque
Réponse page suivante
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
275
Réponse : tous ces mots sont liés étymologiquement au mot vie.
la viande
Viande vient du latin vivanda, « ce qui sert à vivre », nom issu
du verbe vivere, « vivre ».
Jusqu’au 14e siècle, viande signifie « nourriture, aliment ».
Ce n’est qu’à cette époque que le mot s’est spécialisé dans son
sens actuel. Il a alors remplacé le mot chair.
le savoirvivre
La savoir-vivre, ce sont les bonnes manières.
Vivre est l’aboutissement du verbe latin vivere, qui signifie
« être vivant », mais aussi « vivre d’une certaine manière » :
d’où des expressions comme savoir-vivre ou art de vivre.
le C.V.
le Vidal
la vitamine
le bio
le whisky
C.V. est l’abréviation de l’expression latine curriculum vitae,
« cours de la vie ».
Vitae est le génitif de vita, qui a donné le mot vie en français
par chute de la consonne t placé entre deux voyelles puis
disparition de la deuxième voyelle. Vita est issu de vivere.
Le Vidal est un dictionnaire des médicaments. On le trouve
chez tous les médecins français.
Vidal, le nom de l’éditeur, est un patronyme de Catalogne et du
Languedoc. À l’origine, c’est un nom de baptême popularisé par
plusieurs saints célèbres, et issu du latin vitalis (« vital ».)
Le mot est créé en 1912 par le chimiste Casimir Funk pour la
vitamine B1, la première découverte.
Il est composé du latin vita, « la vie », et de amine, terme de
chimie correspondant à une famille de produits contenant de
l’azote.
Bios est un mot grec signifiant « la manière de vivre ». Il a
donné naissance à un grand nombre de mots composés : biologie
(d’où agriculture biologique, abrégé en bio), biographie,
autobiographie, biosphère, biodégradable, biomasse, biodiesel,
antibiotique).
Ce mot anglais est l’abréviation de whiskybae, transcription du
gaëlique (écossais) usquebaugh. Ce mot est composé de uisge,
« l’eau », et beatha, « la vie ».
C’est l’équivalent du mot français eau-de-vie, ou du mot
d’origine latine aquavit (sorte de vodka scandinave parfumée).
le zoo
Zoo est l’abréviation de parc zoologique. La racine grecque zoo
(« animal ») vient du nom grec zoon, «un être vivant ».
Zoon est issu du verbe zen, « vivre », étymologiquement lié au
nom bios.
le zodiaque
Du grec zodiakos, « qui concerne les constellations d’animaux ».
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
276
2. Famille indoeuropéenne
Ces différentes racines (latines, grecques, celtiques), ont en réalité des liens étymologiques entre
elles. On les retrouve même dans les langues germaniques :
Évolution phonétique
La racine indo-européenne gwiyo/gweye a subi des évolutions extrêmement divergentes dans les
différentes branches latine, grecque, celtique et germanique.
Dans le cas du latin, la gutturale [g] est tombée, laissant la consonne labiale [w], transcrite en latin
par la lettre V (d’où vivere). Dans les langues romanes, le son [w] (prononcé avec les 2 lèvres) est
devenu [v] (prononcé avec la lèvre du haut et les dents du bas).
En grec aussi, la gutturale a disparu au profit de la labiale [w], devenue [b] dans bios. Les langues
celtiques ont connu une évolution similaire.
Le groupe grec zen/zoon, étrangement, provient également de la même racine, mais avec une
évolution complètement différent de la consonne.
Dans les langues germaniques, le [g] a été assourdi en [k], avec un maintien de la labiale [w] dans
le mot anglais quick [kwik].
Les langues germaniques
le mot anglais quick a aujourd’hui le sens de rapide ; en fait, c’est un équivalent presque parfait du
français vif, qui signifie à la fois « vivant » et « rapide ». Étymologiquement donc, quick signifie
également « vivant ».
En allemand, le mercure (水銀) se dit Quecksilber, littéralement « vif-argent ». Le mot vif-argent
est d’ailleurs le nom ancien, en français, du mercure : c’est un métal liquide, qui bouge donc très
vite, et qui semble vivant.
De même qu’en français, en anglais le mot moderne mercury a remplacé l’expression ancienne
quicksilver.
De même origine, le mot allemand keck signifie « vigoureux ».
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
277
3. La famille latine
Activité 2 : les mots de la vie
Notez le plus possible de mots français dont vous pensez qu’ils appartiennent à la famille latine du
mot vie.
Vérifiez vos réponses avec la liste de la page 278
4. Famille sémantique
Activité 3 : sens et expressions
Le mot vie a quatre sens principaux. Cherchez un exemple pour chaque sens.
Définition
Exemple d’expressions
La vie comme phénomène
naturel général : la capacité de
1
la matière à s’organiser et à se
reproduire.
2
Le fait d’être vivant (en
opposition à la mort)
3 La durée de l’existence
4 La manière de vivre
Réponses page 278
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
278
Réponses
Réponses à l’activité 2 : les mots de la vie
Cette liste n’est pas exhaustive mais contient les principales réponses :
vivre
vivant, vivable, invivable, vivoter, vécu, vivoir, vivat,
revivre, survivre, survivant, qui-vive, savoir-vivre
Exclamation : vive ... !
viable, vital, vitamine, viager
vive, vivace, vivacité, vivifier, vivipare, vivisection
convive, ravitailler, viande, victuaille
vie
vif
autres
Réponses à l’activité 3 : sens et expressions
Définition
La vie comme phénomène naturel
1 général : la capacité de la matière à
s’organiser et à se reproduire.
2
Le fait d’être vivant (en opposition à la
mort)
3 La durée de l’existence
4 La manière de vivre
Exemple d’expressions
Y a-t-il de la vie sur Mars ?
Les origines de la vie
être en vie
passer de vie à trépas
la vie éternelle
donner la vie
à la vie à la mort
mort ou vif
la vie de ma mère !
Le cours de la vie
Passer toute sa vie à faire quelque chose
jamais de la vie
avoir la bonne vie
mener la grande vie
la vie de Bohème
mener la vie dure à quelqu’un
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
279
39. la danse
Plan du chapitre
1.
Famille de danse
1.1 Dans les langues européennes
1.2 Mots apparentés à danse en français
1.3 Étymologie de danser
2.
Famille de bal
3.
Le grec
3.1 Racines
3.2 Dérivés de ballein et préfixes grecs
1. Famille de danse
1.1 Dans les langues européennes :
Anglais
dance
Allemand
Tanz
Italien
ballo, danza
Espagnol
baile, danza
Portugais
baile, dança
Roumain
dans
Grec moderne
khoros (χορός), orchisi (όρχηση)
Russe
tantsevat’ (танцевать) khoreya (хорея)
L’anglais (dance) et l’allemand (Tanz) utilisent la même racine que le français danse.
En revanche, les langues latines associent deux racines : celle de danse (italien danza, espagnol
danza, portugais dança, roumain dans), et une autre (italien ballo, espagnol baile, portugais baile).
Cette racine est apparentée au mot français bal.
Cette dualité permet des spécialisations et des nuances. En italien et espagnol, le mot d’usage
courant est ballo et baile, tandis que danza est plus soutenu. En espagnol, danza s’utilise par
exemple plus particulièrement pour une danse rituelle ou pour la danse classique.
En grec moderne, danse se dit habituellement khoros (χορός), mais on trouve aussi orchisi
(όρχηση). Nous verrons plus loin les correspondances de ces deux mots en français, à travers le
grec ancien.
Le russe, principale langue slave, utilise la racine occidentale apparentée à danse, tantsevat’
(танцевать), mais aussi une racine d’origine grecque khoreya (хорея).
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
280
1.2 Mots apparentés à danse en français
La famille directe de danse en français est assez pauvre. Si on excepte les mots rares, on trouve :
Le mot danse est un déverbal : c’est en fait le nom danse qui vient du verbe danser,
et non le contraire.
danser
Dans la suite de notre recherche de l’origine du mot, nous allons donc chercher
l’histoire du mot danser.
Ces noms d’agents sont bien sûr très courants. L’expression danseur /danseuse
danseur,
étoile se dit pour la danse classique.
danseuse
L’expression en danseuse se dit d’un cycliste qui pédale debout sur son vélo.
A l’origine, c’est un anglicisme : un emprunt à l’anglais country dance, « danse
contredanse campagnarde » (17e siècle).
Aujourd’hui il signifie, en français familier, « une contravention ».
Autre anglicisme : abréviation d’une expression anglaise dancing-hall ou dancingdancing
room. Le mot, aujourd’hui très démodé, désignait un lieu de danse public.
1.3 Étymologie de danser
danser
baller,
ballant, bal
ballare
ballein
L’étymologie de danser n’est pas parfaitement établie. Cependant, l’origine la plus
probable est un verbe francique danson, non attesté, qui aurait signifié « tirer ».
Ce verbe d’origine germanique a remplacé le verbe d’ancien français baller, de
même sens.
Baller n’est plus utilisé aujourd’hui mais son participer présent, ballant, survit dans
l’expression : rester les bras ballants. Cette expression s’utilise pour décrire
l’attitude d’une personne qui reste sans rien faire alors qu’on attend d’elle qu’elle
se montre active.
De même que le verbe danser a donné le nom danse, le verbe baller a donné le
nom bal. En français moderne, bal s’est spécialisé dans le sens de « lieu ou
rassemblement populaire où l’on danse ».
Baller est issu du verbe latin ballare, « danser ». Ce verbe est apparenté au verbe
grec ballein, « jeter ». Nous verrons plus loin quelques dérivés de ce verbe en
français.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
281
2. Famille de bal
ballare
ballade
baladin
balader
baladeur
balade
ballet,
ballerine
bayadère
3. Le grec
Le verbe latin ballare s’est transmis dans toutes les langues romanes : français
baller, portugais balhar, italien ballare, provençal ballar.
Tous ces mots ont abouti à une famille très riche en français
Le verbe provençal ballar a donné, par substantivation du participe passé, le nom
ballada, « chanson à danse, petit poème chanté ». Le mot est devenu ballade en
français.
Au 12e siècle, à l’époque des troubadours (autre mot provençal), la « littérature »
occitane est dominante : les chansons et les poèmes du sud de la France sont
célèbres dans toute l’Europe. Le français du nord s’enrichit de nombreux mots
occitans à cette époque.
Chanson à l’origine, la ballade devient une forme poétique écrite fixée (3 strophes de
7 à 10 vers).
Le verbe balader a gardé la graphie ancienne (avec un seul L). Il signifie à l’origine
« chanter des balades ». Comme les mendiants chantaient des ballades en public, le
verbe balader a ensuite pris le sens de « demander l’aumône ».
Plus tard, il a été utilisé dans le sens de « marcher sans but », puis « se promener ».
Il a pris la forme pronominale (se balader) par analogie avec ce verbe. Le verbe a
donné le nom balade, « promenade » : on voit comment la différence orthographique
ballade/balade permet d’exprimer deux sens complètement différents.
Un baladin en français moderne est une personne faisant des spectacles publics.
Le nom baladeur a été forgé dans les années 1980 pour remplacer le nom de marque
walkman.
L’italien a donné au français les mots ballet et ballerine, issus du verbe italien
ballare, « danser ».
C’est la transcription du portugais balhadeira, « danseuse ». Le mot désigne une
danseuse orientale. Il est généralement utilisé dans le contexte du ballet de Marius
Petipa, La bayadère.
Petipa est un chorégraphe classique (Giselle, La Belle au bois dormant, Le lac des
cygnes, Coppélia, Casse-noisettes).
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
282
3.1 Racines
orchèsis(όρχησις)
khoros (χορός)
ballein (βαλλειμ)
Le mot grec ancien pour « danse » est orchèsis, qui a donné le mot français
orchestre.
En grec, orkhèstra est la partie du théâtre entre les acteurs et les
spectateurs où évolue le chœur.
Dans le théâtre grec, le chœur est un groupe d’acteurs qui chantent et
dansent ensemble.
Le mot grec khoros correspond au mot français chœur, par l’intermédiaire du
latin chorus.
Aujourd’hui, le mot chœur et ses dérivés (choriste, chorale), renvoient à un
groupe de personnes qui chantent ensemble.
Mais à l’origine, le chœur du théâtre grec est un groupe d’acteur qui chantent
et dansent également ensemble : la signification étymologique de khoros est la
danse, que l’on retrouve dans le mot chorégraphie.
C’est également l’origine du nom de la muse grecque de la danse, Terpsichore
(en grec ancien Τερψιχόρα / Terpsichóra, de τέρπεω / térpeô, « apprécier »
et χoρός / khorós, « la danse »).
Terpsichore
Le verbe grec ballein (« jeter ») est apparenté au latin ballare, « danser ». Ce
verbe grec a donné de nombreux dérivés en français, qu’il est intéressant
d’étudier pour mieux comprendre le sens des préfixes grecs.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
283
3.2 Dérivés de ballein et préfixes grecs
Le verbe ballein (« jeter ») a donné de nombreux dérivés en français. Par exemple, le mot
discobole (« lanceur de disque »), est composé de disco (« disque ») et bolos, dérivé de ballein.
Combinée avec des préfixes, ce verbe a donné de nombreux mots français. C’est une bonne
occasion de mieux connaître ces préfixes très utilisés.
1. Préfixes
Connaissez-vous le sens de ces préfixes grecs ? Reliez-les à la bonne réponse :
1
2
3
4
5
6
7
8
9
ana
cata
dia
en
hyper
méta
para
pro
syn
●
●
●
●
●
●
●
●
●
●
●
●
●
●
●
●
●
●
a.
b.
c.
d.
e.
f.
g.
h.
i.
avec
à travers
au-dessus
auprès de
dans
devant
entre, changement
vers le bas
vers le haut
2. Dérivés en français
La racine grecque ballein/bolos, combinée à ces préfixes, a donné différents mots français. Essayez
de les retrouver.
Préfixe
1
ana
2
cata
3
dia
4
en
5
hyper
6
méta
7
para
8
pro
9
syn
Mots français
Réponses page suivante
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
284
1. Préfixes
1
2
3
4
5
6
ana
cata
dia
en
hyper
méta
i.
h.
b.
e.
c.
g.
7
8
9
para
pro
syn
d.
f.
a.
vers le haut
vers le bas
à travers
dans
au-dessus
entre,
changement
auprès de
devant
avec
2. Dérivés en français :
Préfixe
Mots français
1
ana
anabolisant
2
cata
accabler
3
dia
diable
4
en
embolie, emblème
5
hyper
hyperbole
6
méta
métabolisme
7
para
parabole, parole
8
pro
problème
9
syn
symbole
Commentaire
Il s’agit d’une famille de produits pharmacologiques. On en
parle dans le cas des affaires de dopage.
accabler vient d’un ancien mot français disparu, cabler
(« faire tomber »).
Ce mot est dérivé du grec kataballein, « jeter vers le bas ».
Du grec diabolos, de diaballein, « jeter entre », et par
extension « créer la discorde ».
Embolie est un terme médical : c’est une attaque
(cérébrale par exemple).
Du grec emballein, « jeter dans ».
Ce verne a également donné le mot français emblème.
En rhétorique, une hyperbole est une exagération.
Le métabolisme désigne l’ensemble des opérations
chimiques de l’organisme, d’où l’idée de « transformation »
(méta).
Le métabolisme se décompose en deux phases théoriques,
l’anabolisme (phase d’accroissement) et le catabolisme
(phase de décroissement).
Le mot parabole vient du grec paraballein, « jeter auprès
de ».
En géométrie et en physique, il désigne « la
trajectoire d’un objet qui a été jeté et retombe ».
En rhétorique, le mot signifie « comparaison, image,
allégorie ». Jésus Christ utilisant beaucoup les paraboles, le
mot a signifié « parole du Christ » puis parole en général.
C’est l’origine étymologique des mots parole et parler.
Le problème est ce qui a été « jeté devant quelqu’un ».
De sumballein, « jeter ensemble ».
A l’origine, il d’un objet coupé en deux, dont deux
personnes gardent la moitié, comme preuve, ou
« symbole », de leur relation.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
285
40. le bien et le mal
Plan du chapitre
1. Dans les langues européennes
2. Le jeu du bien et du mal
3. Étymologie
4. Les mots de la famille
5. Le grec
1. Dans les langues européennes :
Français
le bien
le mal
good
evil
das Gute
das Übel
Italien
il bene
il male
Espagnol
el bien
el mal
Portugais
bem
dano
Roumain
de bine
de rău
to kalo (το καλό)
to kako (το κακό)
Anglais
Allemand
Grec moderne
On remarque que les grandes branches européennes (germanique, latine, helléniques) sont
cohérentes mais différentes entre elles.
Bien que le bien et le mal soient des notions universelles, il n’y a pas de racine commune dans le
groupe indo-européen.
Dans les langues latines, le bien provient toujours du latin bene. L’équivalent de mal se dit male en
italien et mal en espagnol. En portugais en revanche, on dit dano, du latin damnum, « dommage »,
qui a donné damner et condamner en français.
Le mot roumain pour mal, rău, issu du latin reus, « la chose » (le ré- de république).
En grec moderne, « le bien et le mal » se dit to kalo apo to kako. Kalo et kako a évolué du sens
« beau » et « laid » vers « bien » et « mal ».
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
286
2. Activité : le jeu du bien et du mal
Faites deux équipes en tirant au sort : celle du bien et celle du mal. Chacune essaie de trouver le
plus de mots possibles ayant un rapport étymologique avec le mot qui lui a été attribué.
le bien
le mal
Voir le tableau Les mots de la famille page 288
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
287
3. Étymologie
En latin, bene et male sont, comme bien et mal en français, des adverbes. Il sont issus des
adjectifs bonus et malus.
L’adverbe latin bene s’est diphtongué en français et en espagnol (le premier e est devenu ie) mais
pas en italien. C’est un phénomène caractéristique du passage du latin au français. C’est le cas du
latin pedis, par exemple, devenu pied en français. Cette diphtongaison se produit sur le e court du
latin.
L’adverbe latin bene a donné un grand nombre de composés dans cette langue, dont sont issus
beaucoup de mots français : bénéfice, bénévole, bénédiction, etc.
Les deux adjectifs latins bonus et malus s’utilisent en français comme des noms, avec le sens de
« points positifs ou négatifs ». En particulier, on parle de bonus et de malus en matière d’assurance
auto.
Bonus a donné le mot français bon et ses dérivés. Mauvais vient également de malus, mais par
l’intermédiaire du latin malifatius, composé de malus et fatus, « le sort, le destin ». C’est de ce
mot que viennent les mots fatal et fée.
Bonus et également donné le mot bellus, à l’origine du français beau.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
288
4. Les mots de la famille
le bien
bien
le mal
bienvenu, bienvenu
bienveillant
bien-pensant, bien-pensance
bien-fondé
bien-être
bienfait
bienfaiteur
bienheureux
bienséant, bienséance
bienfaisant
bientôt
combien
malvenu
malveillant
béné-
bénin, bénigne
bénir
bénédiction
bénéfique
bénéfice
benêt
benoît, benoîtement
bénédictin
bénévole
malin, maligne
maudire
malédiction
maléfique
maléfice
malentendu
malencontreux
malhabile
malhonnête
malaise
malade, maladie
malaria
malgré
malchance
malice, malicieux
malodorant
malversation
maltraiter
maladroit
malappris
malaise
bon
bon
bonus
bonheur
bonhomme
bonbon
bonjour
bonsoir
bonifier
bonté
bonne, boniche
mauvais
malus
malheur
maussade
maugréer
mal-être
méfait
malfaiteur
malheureux
malséant
malfaisant
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
289
5. Le grec
En grec, « bien » se dit dit kalos ou eu. « Mal » se dit kakos. Connaissez-vous des mots français issus
de ces racines ? Pouvez-vous donner l’étymologie et la définition des mots suivants ?
1
2
3
4
5
6
7
8
9
euphémisme
euphorie
eucharistie
eugénique
euthanasie
évangile
calligraphie
callipyge
cacophonie
Réponses
mot
étymologie
définition
1
euphémisme
de phêmè, « parole »
litote, atténuation
2
euphorie
de pherein, « porter »
impression de bien-être et
d’excitation
3
eucharistie
eukharistia signifie « action de
grâce », de kharis, « grâce,
faveur » (cf. charisme)
la communion à la messe
4
eugénisme
de genos, « naissance »
5
euthanasie
de thanatos, « la mort »
6
évangile
evangelion signifie « bonne
nouvelle. De angelos,
« messager »
c’est le récit de la vie de Jésus
7
calligraphie
de graphein, « écrire »
l’art de bien écrire
8
callipyge
de pugê, « fesse »
qui a de belles fesses (si dit
généralement d’une statue)
9
cacophonie
de phonè, « la voix »
discordance musicale
idéologie d’amélioration biologique
de l’espèce humaine
le principe de la mort sans
souffrance
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
290
41. la pâtisserie
1. Définitions
1. la pâtisserie :
- la préparation des gâteaux ;
- le métier, l’art de faire des gâteaux ;
- l’industrie, le commerce des gâteaux.
2. une pâtisserie
- un magasin de gâteaux
- un gâteau
Mais au fond, qu’est-ce qu’un gâteau ? Pour avoir une définition générale, il faut considérer trois
éléments :
- une préparation à base de farine : la farine est l’élément principal
- une préparation sucrée
- la pâte subit une cuisson
Cette définition est intéressante pour bien comprendre ce que le mot gâteau évoque en français :
la signification est différente du japonais お 菓 子 , qui n’est ni nécessairement sucré ni
nécessairement à base de farine.
A l’inverse, des préparations sucrées vendues au Japon comme « パ ン » ne peuvent être
considérées comme du pain, qui n’est jamais sucré, mais comme des pâtisseries.
2. Langues européennes
Français
Anglais
la pâtisserie
pastry
Allemand
Kuchen, Gebäck
Italien
pasticceria, dolci
Espagnol
pasteles
Portugais
bolo
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
291
3. Étymologie
Activité 1 : cherchez les intrus
Parmi les mots ci-dessus, lesquels ne font pas partie de la famille étymologique de pâtisserie ?
appartient à la famille
n’appartient pas à la famille
réponses page suivante
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
292
Réponses
appartient à la famille
n’appartient pas à la famille
pâté
pâtes
pastel
pastis
pastèque
patate
pasteur
Les intrus
pastèque
De l’arabe battiha, « melon d’eau »
patate
Arawak batata, « patate douce ». L’arawak est une famille
de langue des caraïbes. La patate a été découverte par les
Espagnols sur l’île d’Haïti lors des premiers voyages de
Christophe Colomb (1492). Ils ont importé le légume et son
nom indigène en Europe.
pasteur
Du latin pastor, « berger ». Pastor est issu du verbe
pascere, qui a donné paître en français (« manger de
l’herbe dans les prés»).
Dans la religion chrétienne, le prêtre est comparé au berger
et les fidèles à des moutons. En français, le mot pasteur est
réservé pour désigner un prêtre protestant.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
293
La famille de pâtisserie
pâtisserie
Est issu de l’ancien français pastitz, aboutissement du latin populaire
pasticium, « pâte ».
Pasticium est issu du latin classique pasta, « pâte », mot emprunté au grec.
Le grec pasta est la forme substantivée de l’adjectif pastos, « saupoudré »,
tiré du verbe passein, « verser, répandre ».
Cette étymologie permet de se rendre compte à quel point le grec a pénétré
le latin au niveau de la vie quotidienne et du vocabulaire concret.
On pense parfois que les racines grecques sont toujours savantes (philosophie,
sciences, etc.). En réalité, la civilisation grecque a profondément influencé
Rome à travers le vocabulaire concret : navigation (ancre), culture (olive), vie
quotidienne (bain)...
Dans ce cas, l’histoire des mots nous rappelle que Rome s’est construite en
très grande partie sur la base de la civilisation grecque.
En ce qui concerne la pâtisserie, il est important de rappeler que les Grecs ont
été de grands inventeurs en matière de boulangerie et de gâteaux. Ce sont eux
qui ont enseigné aux Gaulois l’art de la boulangerie, plusieurs siècles avant la
conquête romaine. L’art du pain en France est une tradition de plus de deux
mille ans, mais, tout comme le vin, c’est de la Grèce qu’elle nous vient.
pâte, pâtes, pâté Le mot pâte vient directement du latin pasta. Au pluriel, il signifie une
spécialité importée d’Italie (en italien pasta, « 麺 »).
Le pâté est, à l’origine, une spécialité de viande hachée cuite dans une pâte
salée. Cette spécialité s’appelle aujourd’hui « pâté en croûte ».
pastis, pastiche
Le latin pasticium a donné provençal pastis, qui signifie « mélange ». C’est le
nom qui a été donné à une boisson anisée d’origine provençale, que l’on boit
mélangée à de l’eau.
Un pastiche est une parodie, c’est-à-dire une imitation moqueuse, notamment
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
pastel, pastille
294
dans le domaine des arts.
A l’origine, il signifie « une imitation, une copie ».
Le mot vient de l’italien pasticcio, « affaire embrouillée », dont la signification
est proche du provençal pastis (« mélange, affaire confuse »).
Pastel vient de l’italien pastello, « bâton de pâte », « gâteau ». Le mot est issu
du latin pastellus, « petit gâteau ». Ce mot a donné l’espagnol pastilla, qui a
donné le français pastille.
4. La pâtisserie française
1. Connaissez-vous la pâtisserie française ? Essayez de trouver le plus possible de nom de gâteaux
français :
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
295
2. Voici 16 spécialités pâtissières françaises. Pouvez-vous retrouver leur nom dans la liste cidessous ?
baba
biscuit
bûche
cake
cannelé
charlotte
chou
clafoutis
éclair
far breton
financier
galette des rois
kouign amann
madeleine
saint-honoré
tarte
Réponses page suivante
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
296
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
297
42. l’architecture
Plan du chapitre
1.
2.
3.
Définition
Dans les langues européennes
Étymologie
1. Définition
La définition traditionnelle de l’architecture est « l’art de construire des bâtiments ». Mais cet art
se divise entre la conception, d’une part, et la réalisation, d’autre part.
La conception du bâtiment appartient à l’architecte : en ce sens, c’est un créateur, un artiste, et
l’architecture une activité de l’esprit.
La réalisation elle, appartient au maçon : c’est celui qui construit le bâtiment dessiné par
l’architecte. Le mot maçon est un mot d’origine francique. Il vient du verbe makon, apparenté à
l’allemand machen et à l’anglais to make, « faire, fabriquer ».
La définition de l’architecture évolue depuis le 20e siècle vers une notion plus abstraite que la
simple construction de bâtiments : elle se définit plus volontiers comme « l’art de créer des
espaces pour la vie des hommes ». Son champ d’action s’élargit à l’intérieur du bâtiment
(« l’architecture d’intérieur ») et à son environnement (l’urbanisme).
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
298
2. Dans les langues européennes :
Français
architecture
Anglais
architecture
Allemand
Architektur
Italien
architettura
Espagnol
arquitectura
Portugais
arquitectura
Roumain
arhitectură
Grec moderne
Russe
arkhitektoniki (αρχιτεκτομική)
arkhitekura (архитектура)
L’uniformité du mot est frappante : les grandes langues européennes utilisent un mot presque
identique et, dans tous les cas, parfaitement transparent à la compréhension.
Seul le grec utilise un mot légèrement différent akhitektoniki, mais de toute évidence apparenté.
3. Étymologie
Origine du mot :
Le mot français architecture vient du latin
architectura, formé à partir de architectus,
« architecte ».
Architectus est un emprunt au grec
arkhitekton, qui signifie également
« l’architecte ».
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
299
Activité : imaginez le sens étymologique
Le mot grec arkhitekton est composé de des mots arkhi et tekton. Cherchez des mots de la
peuvent être apparentés à ces deux mots, et essayez d’imaginer ce qu’ils peuvent signifier, afin de
comprendre la signification étymologique de arkhitekton.
Réponses page suivante
Sébastien Jaffrédo
Mot
anarchie
hiérarchie
monarchie
oligarchie
patriarche
archevêque
archiSignification
technique
tectonique
Signification
Etymologie thématique
Définition
absence d’autorité
ordre de la société
pouvoir d’un seul
pouvoir de quelques uns
chef de famille
titre de l’église au-dessus de celui d’évêque
préfixe signifiant « très, extrêmement », utilisé familièrement comme
adverbe.
arkhi en grec signifie « le pouvoir, l’autorité, le commandement »
art de faire, de fabriquer
étude des structures de la Terre
tekton en grec signifie « le charpentier »
 L’arkhitekton est donc « celui qui commande aux charpentiers », le « chef charpentier »
Voici le détail de la famille de ces deux racines :
tekton
300
Sébastien Jaffrédo
arkhi
Etymologie thématique
301
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
302
43. artisanat et industrie
Plan du chapitre
1.
2.
3.
4.
5.
Dans les langues européenne
Famille étymologique : artisanat
Famille étymologique : industrie
Famille sémantique
Histoire de l’industrie française
1. Dans les langues européennes :
Français
artisanat
industrie
craft
industry
manufacture
Allemand
Handwerk
Industrie
Italien
artigianato
industria
Espagnol
artesanía
industria
Portugais
artesanato
ergates
(εργάτες)
fabrico
biomichania
(βιομηχαμία)
Anglais
Grec moderne
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
2. Famille étymologique : artisanat
Fiche étymologique
l’artisanat
Définition
L’exercice d’un travail manuel pour son propre compte
Origine
Mots apparentés
italien
artigiano
artisan, artiste, art, artifice, artificiel, artefact, article,
articulation, orteil, arme (et tous ses dérivés)
303
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
304
Notes étymologiques
artisan
artisanat
ars, artis
armus
arme
article
articulation
orteil
artifice
artificiel
artefact
artiste
technique
technicien
technologie
artisan est un mot emprunté à l’italien artigiano à la Renaissance. Le mot s’est
spécialisé dans la signification de « personne exerçant les arts mécaniques » par
opposition aux arts libéraux (artiste).
L’artisanat est un mot récent qui désigne la production manuelle d’objets par
opposition à la production industrielle.
artis est l’accusatif du mot latin ars, qui signifie « habileté acquise par l’étude
ou la pratique ». L’art c’est donc d’abord le savoir-faire. Ce sens reste vivant
en français dans des locutions comme avoir l’art de ou l’art et la manière.
La spécialisation moderne du mot art (c’est-à-dire les beaux-arts) est un
phénomène récent (XVIIIe siècle).
Le mot latin ars est apparenté à armus qui signifie « le haut du bras,
l’épaule » : l’art est un geste, une habileté de la main. armus est issu d’une
racine indo-européenne qui se retrouve dans les mots germaniques du bras :
anglais arm, Allemand Arm.
armus (« haut du bras, épaule ») a donné le mot latin arma, « ce qui équipe et
protège le bras », d’où le sens d’arme (pour le combat). La famille du mot arme
est très riche : armée, armure, armement, armature, alarme, armada, etc.
La même racine a donné le mot latin articulus, « articulation » (coude, poignet,
etc.) Par emprunt savant, articulus a donné le mot article, « partie numérotée
d’un texte », et par voie populaire orteil, « doigt de pied ».
de artis et facere, faire. Le mot latin signifie « technique ou métier ». Ce sens
se retrouve dans la locution feu d’artifice.
En français, artifice signifie une tromperie, une ruse. Le sens se retrouve dans
certaines utilisation du mot artificiel (une attitude artificielle = « hypocrite » ).
D’une manière générale, artificiel s’oppose à naturel (satellite artificiel, lac
artificiel, intelligence artificielle).
du latin artis factum, « fait par l’art », c’est-à-dire par l’habileté humaine et
non par la nature.
Traditionnellement, il signifie « homme de métier » : celui qui possède un
savoir-faire technique en général.
Après le XVIIIe siècle, le mot s’est spécialisé dans les beaux-arts, par
opposition à artisan (arts mécaniques, fabrication).
Le mot correspondant à art en grec est tekhnè : mais cette racine a gardé en
français son sens de « savoir-faire » : d’où les mots technique, technicien,
technologie.
Aujourd’hui perçus comme un couple antagoniste, l’artiste et le technicien
sont en réalité deux faces d’une même réalité, l’homme dans sa dimension
créatrice, inventive, ingénieuse.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
305
3. Famille étymologique : industrie
Fiche étymologique
industrie
Définitions
sens ancien
sens actuel
sens récent
Activité ou habileté à faire quelque chose.
« Je résolus d’employer toute mon industrie pour la voir » (Abbé Prévost)
L’ensemble des activités économiques de production de biens à grande échelle
utilisant la force mécanique.
L’industrie, dans ce sens, s’oppose à l’agriculture d’une part, aux services d’autre
part.
C’est l’équivalent de l’anglais manufacture.
Un secteur d’activité en particulier.
On parle par exemple de « l’industrie du disque » ou de « l’industrie
cinématographique ».
Cette acception est relativement récente et provient d’une influence de l’anglais.
Origine
Mots apparentés
latin
industria
industriel, industrieux, construire, construction, détruire,
destruction, obstruer, obstruction, instruire, instruction,
instrument, structure (et tous ses dérivés)
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
306
Notes étymologiques
industriel
industrieux
industrie
industria
industrius
construire
construction
détruire
destruction
obstruer
obstruction
instruire
instruction
instrument
structure
Les adjectifs industriel et industrieux correspondent aux deux sens du mot.
▪ Industriel, le plus courant, correspond au sens moderne : la production
mécanisée à grande échelle. On parle ainsi de politique industrielle ou de
révolution industrielle.
▪ L’adjectif industrieux correspond au sens ancien ; il est donc vieilli et peu
usité. Industrieux signifie « actif, travailleur ».
En français ancien, industrie signifie « moyen ingénieux » puis « activité
manuelle ». C’est l’équivalent du mot actuel artisanat, qui n’existait pas en
français à l’époque.
D’ailleurs, ce que l’on appelle aujourd’hui industrie (production mécanique à
grande échelle, opposée au travail individuel et manuel de l’artisan) n’existait
pas.
Ce n’est qu’aux 17e et 18e siècles que le mot industrie a pris progressivement
son sens actuel, c’est-à-dire à une époque où émergent les premières
manufactures. A cette époque, la mécanisation progresse lentement, tandis que
la production s’organise en unités de plus en plus grandes.
D’autre part, c’est également l’époque ou le mot artisan entre en français et
s’impose : d’une part, il se spécialise dans la production individuelle et
manuelle ; d’autre part, il permet au mot artiste de se séparer de l’idée de
fabrication et de se spécialiser dans les beaux-arts.
Le mot latin industria signifie « activité zélée, appliquée » et est issu de
l’adjectif industrius, « actif, zélé ».
Industrius est composé de indu-, variante de in, « dans », et d’un dérivé du
verbe struere, « arranger, disposer » et « bâtir ».
Construire vient du latin construere, de con-, « avec » et struere.
Des deux verbes, de sens très proche, seul construire est resté en français.
De destruere, composé du préfixe de-, exprimant le contraire, et struere. Le
« s » a disparu dans détruire mais subsiste dans le substantif destruction.
Obstruer signifie « boucher, fermer un passage ».
Le mot vient du latin obstruere, composé de ob-, « devant » (cf. objet) et
struere, « bâtir » : c’est l’idée de construire un mur devant une entrée pour la
boucher.
De instruere, composé du préfixe in- (« dans ») et struere.
D’abord signifiant assembler dans », le mot a évolué vers le sens de « munir,
installer, équiper », dans le vocabulaire militaire.
De cette signification, le mot a évolué vers le sens « d’enseigner ».
Issu de instruere dans le sens « d’équiper, outiller », le mot latin instrumentum
signifie « outil, équipement ».
Le participe passé de struere, structus, a donné le nom structura,
« cosntruction, édifice ».
Le mot a pris un sens abstrait dès le latin (structure de la phrase).
Dans le français moderne, structure est une racine très productive (structurel,
structurer, structuration, déstructurer, infrastructure, superstructure,
technostructure, etc.)
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
307
4. Famille sémantique
Activité 1 : vocabulaire
1. Complétez le tableau suivant par des mots que vous connaissez. Comparez vos réponses à celles
de votre voisin.
L’artisanat
L’industrie
Le nom de la personne qui travaille :
Le lieu où il travaille :
Ce qu’il utilise pour faire son travail :
Le résultat de son travail :
2. Certains de ces mots ont-ils un rapport étymologique entre eux ? Vérifiez dans un dictionnaire
étymologique.
Réponses page suivante.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
Le nom de la personne qui travaille :
Le lieu où il travaille :
Ce qu’il utilise pour faire son travail :
Le résultat de son travail :
L’artisanat
L’industrie
l’artisan
l’ouvrier
un atelier
une usine
un outil
une machine
un ouvrage
un produit
Etymologie
l’artisan
un atelier
un outil
un ouvrage
l’ouvrier
une usine
une machine
un produit
308
De l’italien artigiano
Du latin astella, « copeau, éclat de bois ».
Le mot désigne le lieu où on travaille le bois.
Du latin utensilia « objet nécessaire, instrument », qui
a donné également ustensile.
Utensilia est dérivé du verbe latin uti, « se servir de »
qui a donné utile et le verbe user.
Du latin opera, « œuvre », de opus, « travail ».
Opera a donné le verbe operare, d’où l’emprunt savant
opérer, mais aussi le verbe populaire ouvrer,
« travailler », qui a donné ouvrier.
D’autre part, opus a donné opifex, « qui fait un
travail ». De ce mot est issu le mot office et tous ses
dérivés.
Enfin, opifex est à l’origine du mot latin officina,
« atelier, fabrique », devenu officine en français.
Officina a également abouti, dans le dialecte du nord
de la France, au mot usine, repris par le français.
Du latin machina, résultant d’un emprunt au grec
makhana, signifiant « moyen » en général.
Une variante de ce mot en grec, mekhane, a donné le
mot mécanique et ses dérivés.
Du latin producere, de pro-, « en avant », et ducere,
« conduire ».
Ducere a donné d’innombrables dérivés en latin et en
français.
Mot apparenté
art, artiste, etc.
attelle
ustensile
utile
user
usage
œuvre
ouvrier
ouvré
opérer
opéra
opus
office
usine
mécanique
conduire, déduire,
séduire, réduire,
enduire, duc,
aqueduc
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
309
5. Histoire de l’industrie française
Activité 2 : quelques figures de l’histoire industrielle française
Connaissez-vous ces personnages ? Essayez de retrouver à quelle époque de l’histoire ils
appartiennent.
Bernard Palissy
Eugène Schneider
Joseph Marie Jacquard
Marcel Dassault
André Citroën
Jean-Baptiste Colbert
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
310
L’âge de l’artisanat : jusqu’au 16e siècle
Avant le 16e siècle, en Europe, il est rare de rencontrer de grands ateliers de production, et la
force mécanique est peu utilisée. Il existe cependant des exceptions : les grands monastères
connaissent des activités à l’échelle industrielle, notamment de vin ; la force motrice de l’eau et
du vent est utilisée depuis le Moyen Age.
Bernard Palissy
1510-1590
Célèbre céramiste français.
Il apprend la technique de cuisson des glaçures à partir de 1530.
De 1536 à 1556, il consacrera vingt ans de sa vie à découvrir le
secret des émaux.
C'est en voyant une coupe de terre émaillée, d'un superbe blanc,
qu'il décide de se lancer dans les émaux. Il va alors s'acharner à
percer le secret de la composition de l'émail blanc.
L’ère pré-industrielle (17e-18e siècle)
C’est l’époque où les inventions techniques et scientifiques qui seront à la base de la révolution
industrielle se mettent en place (apparition de la chimie moderne, invention du moteur à vapeur,
création de grandes manufactures).
Jean-Baptiste Colbert
1619-1683
Homme politique français, principal ministre de Louis XIV.
Jean-Baptiste Colbert entre à la mort de son protecteur Mazarin
au service du roi de France Louis XIV. Dénonçant ses pratiques aux
finances, il contribue à la disgrâce de Fouquet et prend sa place.
Remarquable gestionnaire, il développe le commerce et
l’industrie par d’importantes interventions de l’État. Son nom
reste attaché à une telle politique : le colbertisme.
Il fonde en particulier en 1665 la Compagnie des Glaces afin de
permettre à la France de concurrencer les productions de verre
vénitiennes. Elle s’établit à Saint-Gobain en 1693 et est à l’origine
de l’entreprise Saint-Gobain, un des cent premiers groupes
industriels mondiaux qui emploie aujourd’hui 200 000 personnes.
Les débuts de la révolution industrielle
La fin du 18e et le début du 19e siècle voient démarrer en Angleterre la révolution industrielle :
l’emploi de la machine est systématisé, la fabrication rassemble des centaines d’ouvriers, la
machine à vapeur fournit une force motrice très puissante.
Les secteurs qui participent à cette révolution sont essentiellement l’extraction du charbon,
l’industrie de l’acier et l’industrie textile.
Joseph Marie Jacquard
1752-1834
Inventeur français, à qui l’on doit le métier à tisser semiautomatique.
Mécanicien, il mit au point, en 1801, le métier à tisser Jacquard,
dit métier Jacquard.
Il a équipé son métier d’un mécanisme sélectionnant les fils de
chaîne à l’aide d’un programme inscrit sur des cartes perforées. Il
devenait ainsi possible pour un seul ouvrier de manipuler le métier
à tisser, au lieu de plusieurs auparavant.
La mise en œuvre de son invention, notamment dans le tissage de
la soie à Lyon au début du XIXe siècle, constitua les prémices
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
311
d’une révolution industrielle qui profita beaucoup à la ville, mais
qui causa aussi une restructuration sociale difficile en déclenchant
la révolte des Canuts en 1831.
Le décollage de la révolution industrielle : 1850-1900
En France, la révolution industrielle décolle dans la seconde moitié du 19e siècle, grâce à des
facteurs divers : une relative stabilité politique en Europe de l’Ouest et une politique volontariste
de l’État, en particulier sous le Second Empire de Napoléon III. Une grande industrie minière, en
particulier dans le Nord et l’Est, ainsi que sidérurgique au Creusot (Loire) se met en place.
Les chemins de fer se développent à une très grande vitesse. A la veille de la première guerre
mondiale, leur réseau est plus important qu’aujourd’hui.
C’est également un système capitaliste qui se met en place, permettant des investissements à
grande échelle.
Eugène Schneider
1805-1875
Industriel français, fondateur de la dynastie des maîtres des forges
du Creusot.
Il est un des créateurs de l’industrie sidérurgique française, et à
l’origine du groupe industriel Schneider-Electric qui emploie
110 000 employés aujourd’hui.
Le 20e siècle, de l’essor à la désindustrialisation
Au 20e siècle, l’industrialisation se poursuit et se diversifie. Les deux grands secteurs phares,
l’automobile et l’aéronautique naissent à la faveur de l’énorme effort productif de la première
guerre mondial et se développent prodigieusement après 1945, grâce à une politique volontariste
et des circonstances favorables : libéralisation des échanges, exode rural mettant à disposition une
main-d’œuvre nombreuse.
Depuis les années 1970 cependant, l’industrie française décline. Concurrencées par les pays à coût
de production faible, les firmes françaises investissent dans les pays émergents. Mais la société
« post-industrielle », définie parfois comme une « économie de la connaissance », ne semble pas se
mettre en place...
André Citroën
1878-1935
Ingénieur et pionnier de l'industrie automobile, fondateur de
l'empire industriel automobile Citroën en 1919.
En 1912, il visite l'usine Ford d'Henry Ford à Détroit qui applique le
taylorisme, et fonde une société de fabrication d'engrenages, quai
de Grenelle dans le 15e arrondissement de Paris.
Pendant la première guerre mondiale, il met en place une grande
usine d’armement. En 1919, il la reconvertit pour l’industrie
automobile.
Après de grands succès commerciaux, la firme fait faillite, et est
reprise par le fabricants de pneu Michelin puis, en 1976, par le
groupe Peugeot.
Sébastien Jaffrédo
Marcel Dassault
Etymologie thématique
312
1892-1986
Ingénieur et entrepreneur français, fondateur du Groupe Dassault.
Il est un des fondateurs de l’industrie aéronautique française.
Il construit son premier avion en 1917. Juif, il est arrêté en 1940
et déporté à Buchenwald en 1944.
Après la guerre, il produit les premiers avions à réaction français :
Ouragan (1949), Mystère II (1952), Mirage III (1956), Mirage IV
(1959).
Le groupe Dassault aujourd’hui produit des avions et des
équipements à usage militaire. Il possède aussi le quotidien Le
Figaro.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
313
44. le livre
Plan du chapitre
1.
2.
3.
4.
Définitions
Dans les langues européennes
Famille étymologique
Famille sémantique
1. Définitions :
Comme toujours avec le vocabulaire, plus on essaie de comprendre un mot et moins on arrive à le
définir... C’est particulièrement vrai pour le mot livre. C’est un des mots qu’on apprend en
premier quand on commence le français, et pourtant, essayer d’expliquer ce qu’est un livre n’est
pas très facile...
L’Unesco considère qu’un livre est « une publication imprimée non périodique d’au moins
cinquante pages. » C’est une définition qui a le mérite d’être opérationnelle dans le monde actuel,
mais qui est évidemment complètement arbitraire.
En fait, un livre peut se définir de plusieurs manières qui se complètent mutuellement.
Au point de vue matériel, il s’agit d’un ensemble de feuilles attachées sur lesquelles est écrit un
texte, imprimé aujourd’hui, manuscrit autrefois. Mais là aussi, il s’agit d’une définition
insatisfaisante : cette forme matérielle du livre n’a pas toujours existé : avant d’avoir cette forme,
les livres étaient de simples rouleaux.
Mais un livre n’est pas seulement un objet : c’est d’abord un contenu, c’est-à-dire un texte, qui
peut être copié, traduit, diffusé. Dans cette dimension, le livre est entièrement détaché de son
support matériel : il a une vie propre, abstraite.
Ainsi, dans le roman de Ray Bradbury Fahrenheit 451, un pouvoir totalitaire impose la télévision
comme seul média autorisé et détruit systématiquement tous les livres ; mais une partie de la
population résiste : ils apprennent des livres par cœur et deviennent des « hommes-livres ». De
cette manière, les livres quittent leur support traditionnel pour un autre... Plus que le support
matériel, c’est donc la capacité à être reproduit, diffusé et transmis qui caractérise le livre.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
314
2. Dans les langues européennes :
Français
livre
Anglais
book
Allemand
das Buch
Italien
libro
Espagnol
libro
Portugais
livro
Roumain
carte
Grec moderne
biblio(βιβλίο)
tomos (τόμος)
sungramma (σύγγραμμα)
Remarques sur les langues européennes
Ce petit tour des langues européennes nous donne déjà quelques pistes intéressantes.
1. Les langues germaniques
L’anglais book est apparenté à l’ancien anglais bōc, « hêtre » (ブナ), de même que l’allemand Buch
(ancien haut allemand buohha).
Cette origine étymologique rappelle que les premières « feuilles » étaient faites d’écorce d’arbre.
2. Les langues latines
Les langues romanes utilisent toutes des mots très proches du français : espagnol et italien libro,
portugais livro. On peut donc imaginer, a priori, que le mot livre vient d’une racine latine.
En revanche, le mot roumain carte (/kar te/), vient, comme les mots français carte et charte, du
latin charta, « feuille de papier ». Ce mot latin est un emprunt au grec khartè, « rouleau de
papyrus ».
C’est aussi l’origine étymologique du carton, qui peut être, avec le papier, un autre matériau pour
le livre.
3. Le grec
Le mot grec pour livre est biblio, bien connu en France par le composé bibliothèque,
étymologiquement « armoire à livres ». Cette racine est très utilisée en français et est
immédiatement compréhensible pour un public francophone : bibliographie, bibliophile, etc.
C’est aussi l’origine du mot Bible, le livre sacré des chrétiens : la Bible, c’est tout simplement « Le
Livre ».
Cet élément d’étymologie permet de rappeler que, pour l’Occident, la Bible est le livre de
référence principal, un élément fondateur pour la culture et la pensée.
Le mot tomos a donné le français tome, c'est-à-dire une partie d’un ouvrage comprise dans un seul
livre (au sens matériel). tomos signifie étymologiquement « partie, morceau ». On retrouve cette
racine dans les mots anatomie, atome, dichotomie.
Quant à sungramma, il est composé de sun-, « avec » et gramma, « la lettre ».
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
315
3. Famille étymologique
Activité 1 : combien de familles ?
La liste suivante est constituée de mots logiquement ou phonétiquement proches du mot livre,
mais tous ne sont pas apparentés. Essayez de regrouper ces mots selon leur véritable famille
étymologique.
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
délivrer
l’équilibre
la leçon
la lecture
la lettre
la liberté
la librairie
la lire
la littérature
la livre
le livre
le livret
libre
lire
livrer
Réponses pages suivantes
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
Il y avait 5 familles étymologiques :
1. Lettre, littérature
Du latin littera, la lettre
2. Livrer, libre, liberté, délivrer
Du latin liber, « libre ».
3. Lecture, lire, leçon
Du latin legere, « cueillir ». Cueillir est
d’ailleurs l’aboutissement du latin collegere,
composé de con- (« avec ») et legere. Ce verbe
est aussi à l’origine de collection et collecte.
316
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
317
4. la livre, la lire, l’équilibre
Du latin libra, « poids » servant de mesure.
Lire vient du latin lira, de même origine.
Équilibre signifie « de poids égal » en
référence à la balance (instrument de mesure
de poids).
5. La famille de livre
Le mot français livret est dérivé du français livre.
Livre vient du grec liber qui signifie, à l’origine, « la partie intérieure de l’arbre ». Cette partie,
qui porte encore le nom de liber en français scientifique (師部 en japonais), était utilisée par les
Romains comme support de l’écriture avant l’utilisation du papyrus.
Libraire, librairie viennent des mots latins librarius (« relatif aux livres ») et libraria,
« bibliothèque ». Le sens ancien de librairie en français est également « bibliothèque », mais il a
évolué. En revanche, l’anglais library a gardé cette signification.
Libelle vient du latin libellus, « petit livre ». Le mot libelle a pris le sens d’écrit court et
diffamatoire (« pamphlet »).
L’italien a donné les mots libretto et librettiste, spécialisés en musique.
4. Famille sémantique
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
318
Activité 2 : à quels mots pensez-vous...
Étrangement, les trois noms ci-dessous ont un rapport étymologique avec un mot en rapport avec
le livre... Quels peuvent être ces mots ?
la treille (le support d’un
pied de vigne)
le pharaon
La ville de Pergame (actuellement Bergama
en Turquie)
Réponses page suivante
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
319
1. La treille : la page
En latin pagina signifie « la treille ». Par analogie, la colonne de texte d’un livre a pris ce nom.
2. Pharaon : papier, papyrus
Papier vient du grec papyros (papyrus en latin) qui a également donné papier.
Le mot grec est un emprunt à l’égyptien papouros, qui signifie « royal » et est de même origine que
pharaon.
3. Pergame : le parchemin
Un parchemin est un support de l’écriture fabriqué à partir d’une peau d’animal, généralement de
mouton ou de chèvre.
Pergame était la capitale d’un des royaumes hellénistiques, fragments de l’empire d’Alexandre le
grand devenus indépendants, de culture grecque, et se combattant entre eux.
La dynastie des Attalides, qui régnait à Pergame, y avait constitué une grande bibliothèque. Le roi
hellénistique d’Égypte, Ptolémée Épiphane (205-182 av. JC), jaloux de cette bibliothèque (la plus
grande bibliothèque de l’époque était à Alexandrie d’Égypte), il a interdit l’exportation de papyrus.
Du coup, la production de livres à partir de peaux d’animaux de Pergame est devenu très célèbre :
pergamien est devenu parchemin.
Activité 3 : synonymes
1. Cherchez le plus possible de synonymes du mot « livre ».
2. Cherchez dans le dictionnaire l’origine du mot.
Vos réponses :
Mot
Étymologie
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
320
Réponses possibles :
Mot
1.
bouquin
2.
3.
ouvrage
volume
4.
5.
6.
écrit
manuscript
fascicule
Étymologie
Du néerlandais boec, « livre », de même origine que book
en anglais et Buch en allemand.
Du verbe ouvrer, « travailler », du latin operare
Du latin volumen, de volvere, « enrouler ». Le volumen
était un rouleau de papyrus
De scibere en latin
C’est-à-dire écrit à la main en latin
Du latin fasciculus, « petit paquet », de fascis, « fagot »
(apparenté à faisceau et fascisme).
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
321
45. géographie
Plan du chapitre
1.
2.
3.
4.
5.
Qu’est-ce que la géographie ?
Les continents
Les noms de personnes dans la géographie
Toponymie française aux États-Unis
Quiz
1. Qu’est-ce que la géographie ?
Définition
D’un point de vue scientifique, la géographie se définit comme l’étude et la connaissance de la
surface de la Terre.
Par extension, le mot peut aussi signifier les caractéristiques géographiques d’un espace : la
géographie de la France.
Dans la pratique, la géographie est indissociable d’un outil de connaissance : la carte.
Les cartes font parties des représentations du réel les plus anciennes. Elles existaient déjà avant
l’apparition de l’écriture.
Étymologie
Géographie est composé des racines grecques géo- et graph-.
Géo- est construit à partir du mot grecque gè , « la terre ». Une variante de gè est gaïa, qui est aussi
le nom grec de la déesse primordiale de la Terre, épouse d’Ouranos, le ciel.
Cette racine entre dans la composition de nombreux mots d’origine savante : géométrie, géologie,
géocentrisme, géomagnétique, etc.
Graph- est issu du verbe grec graphein, « écrire ». A l’origine, le mot signifie sans doute « couper,
entailler ». Par extension, graphein signifie également « dessiner ».
D’où une famille très riche : télégraphe, photographie, graphisme, graphique, paragraphe,
graphologie, etc.
La géographie, c’est donc l’art de dessiner la Terre. Mais graphein, c’est d’abord écrire : c’est
pourquoi une carte n’est jamais juste un dessin. La carte n’est pas muette : elle parle, elle porte des
indications et des noms.
Dans ce chapitre, nous allons voir l’histoire et les origines de ces noms.
2. Les continents
Le nom, et la définition même des continents est exemple de l’européocentrisme de la toponymie
mondiale. Ainsi, l’Europe, l’Asie et l’Afrique distinguent à l’origine les trois rives de la Méditerranée :
l’Europe au nord, l’Afrique au sud, l’Asie à l’est.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
322
Europe
Asie
Afrique
C’est par une extension gigantesque que ces trois noms ont fini par désigner des continents.
Mais même les autres continents ont été nommés par l’Europe : l’Amérique, l’Antarctique et l’Océanie.
1
Europe
2
Asie
3
Afrique
4
Amérique
5
Océanie
6
Antarctique
Dans la mythologie grecque, Europe, fille d’Agénor (Εὐρώπη en grec, Eurṓpē)
est une princesse phénicienne qui fut enlevée par Zeus métamorphosé en
taureau blanc, et emmenée sur l’île de Crète où elle donna naissance à Minos.
Plus tard, le mot signifiait la Grèce continentale et depuis l'année -500 sa
signification comprend toutes les terres au nord.
L’analyse la plus répandue de ce mot le considère comme une composition des
mots grecs eurýs (εὐρύς, « large ») et ṓps (ὤψ, « visage »), et plus précisément
comme un doublet du nom féminin Eurōpē («aux grands yeux»).
Vers 442 av. J.-C., le Grec Hérodote découpe le monde en trois parties qu'il
nomme en l'honneur de trois personnages de la mythologie grecque : l'Europe,
la Libye et l'Asie.
L'Asie sert alors à désigner l'Asie Mineure (Anatolie) ou, par opposition au
monde grec ou égyptien, l'empire Perse.
Le terme Ασία proviendrait lui-même de l'akkadien (w)aṣû(m) qui signifie «
monter », « croître » en parlant du Soleil.
Une autre explication de l'étymologie fait intervenir Homère qui mentionne dans
L'Iliade un certain Asios, un troyen fils d'Hyrtacus. Le nom Asios dériverait
d'Assuwa, un État confédéré situé dans l'Ouest de l'Anatolie et dont le nom
proviendrait de l'hittite assu qui signifie « bon ».
Le mot « Afrique » pourrait provenir du nom "Afridi", une tribu qui vivait en
Afrique du Nord près de Carthage.
Pour les Romains, l’Afrique c’est d’abord la Tunisie.
La plus ancienne mention connue du nom « Amérique » apparaît sur une
mappemonde dessinée en 1507.
Le mot vient d'une déformation latine du nom du navigateur Amerigo Vespucci,
Americus Vespucius, l'un des pionniers de l'exploration du « Nouveau Monde »
par les Européens.
Amerigo Vespucci a atteint le continent en juillet 1497, certain d'arriver sur une
terre inconnue des anciens, tandis que Christophe Colomb le fit en avril 1492 en
croyant qu'il venait de découvrir les côtes occidentales des Indes.
Le prénom italien Amerigo vient lui-même du germanique Haimirich.
L'origine du nom « Océanie » vient du mot océan : c'est un toponyme inventé en
1812 par le géographe d'origine danoise Conrad Malte-Brun (1775-1826).
Le mot océan vient de la divinité Océan (en grec ancien Ὠκεανός / Ôkeanós),
l'aîné des Titans dans la mythologie grecque.
Le nom Antarctique vient du grec antarktikós, qui signifie « opposé à l’Arctique ».
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
323
3. Les noms de personnes dans la géographie
Pour laisser son nom sur la carte du monde, il y a essentiellement deux possibilités :
- être explorateur et faire une découverte géographique
- être un homme ou une femme politique puissant, à qui cet explorateur dédiera sa découverte.
Voici quelques exemples.
Aux Etats-Unis
Voici 7 personnages à qui un état américain doit son nom. Pouvez-vous retrouver le nom de ces
états ?
George Washington,
premier président des
Etats-Unis (1732-1799)
Thomas West, lord de
la Warr, gouverneur de
Virginie (1577-1618)
William Penn
(1644-1718)
Colon anglais
Charles II
roi d'Angleterre
(1630- 1685)
George II
roi d’Angleterre
(1683 – 1760)
Henriette de France
(1609-1669)
fille du roi de France
Henri IV, épouse de
Charles 1er
d’Angleterre
Élisabeth 1ère reine
d'Angleterre
(1533-1603
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
324
Réponses :
Qui
George Washington, premier
président des Etats-Unis (17321799)
Thomas West, lord de la Warr,
gouverneur de Virginie (15771618)
William Penn
(1644-1718)
Colon anglais
Élisabeth 1ère reine d'Angleterre
(1533-1603
Henriette de France (1609-1669)
fille du roi de France Henri IV,
épouse de Charles 1er d’Angleterre
George II
roi d’Angleterre
(1683 – 1760)
Charles II
roi d'Angleterre
(1630- 1685)
Etat
Pourquoi ?
Washington
Delaware
Pennsylvanie
Virginie (et Virginie
occidentale)
Maryland
En l’honneur du personnage
américain le plus glorieux.
En l’honneur de ce gouverneur de
Virginie
De Penn + sylvanie, « forêt ».
C’est Penn qui a fondé cette colonie.
En l’honneur de la « reine vierge »
(latin virgina)
En l’honneur de la reine HenrietteMarie de France, épouse du roi
Charles Ier
Géorgie
En l’honneur du souverain.
Caroline (Nord et sud)
En l’honneur du souverain.
Et aussi :
Simon Bolivar
la Bolivie
Christophe Colomb
la Colombie
Abdel Aziz Ibn Saoud
l’Arabie Saoudite
Philippe II d’Espagne
les Philippines
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
325
4. Toponymie française aux États-Unis
La géographie des États-Unis garde des traces de l’influence française du XVIIIe siècle. Dans la carte
suivante, retrouvez le nom de la ville ou de l’état numéroté en vous aidant des indices donnés dans le
tableau.
Indice
1
Capitale de l’Idaho
2
Capitale de l’Iowa
3
Ville principale du Michigan
4
Capitale du Vermont
5
État le plus au Nord-est des États-Unis
6
État dont le nom rappelle un roi de
France
7
Principale ville de cet état
8
Capitale de cet état
Réponse
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
326
Réponses
7
Indice
Capitale de l’Idaho
Capitale de l’Iowa
Ville principale du Michigan
Capitale du Vermont
État le plus au Nord-est des États-Unis
État dont le nom rappelle un roi de
France
Principale ville de cet état
8
Capitale de cet état
1
2
3
4
5
6
Réponse
Boise
Des Moines
Detroit (de détroit, « resserrement d’une rivière »)
Montpelier
Maine (d’après la province française du Maine)
Louisiane (d’après le roi Louis XIV)
La Nouvelle Orléans (Nommée ainsi en 1718 en
honneur du régent, Philippe d’Orléans)
Bâton Rouge. En 1699, les explorateurs français
ont découvert le secteur et ont vu de grands
poteaux rouges érigés par Indiens.
États américains ayant appartenu à la France :
La Louisiane, mais aussi tous les états qui ont été créés sur le territoire français cédé en 1803 (voir
carte ci-dessous) : Arkansas, Oklahoma, Missouri, Kansas, Iowa, Nebraska, Minnesota, South
Dakota, North Dakota, Montana, Wyoming, Colorado)
Le territoire cédé aux États-unis par la France en 1803 (The Louisiana Purchase) reporté sur une
carte des États-unis actuels.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
327
5. Quiz
1.1.1.1.1. Laquelle de ces mers n’existe pas ?
a
b
c
d
e
La mer Bleue
La mer Noire
La mer Rouge
La mer Blanche
La mer Jaune
1.1.1.1.2. De quelle couleur viennent les noms de ces pays ?
a
b
c
d
e
1.1.1.1.3.
a
b
c
d
1.1.1.1.4.
a
b
c
d
e
1.1.1.1.5.
a
b
c
d
e
1.1.1.1.6.
a
b
c
d
e
1.1.1.1.7.
a
b
c
d
e
Albanie
Groenland
Bélarus
Erythrée
Monténégro
Les noms de ces quatre états américains viennent tous de l’espagnol. Que
signifient-ils ?
la Floride
le Montana
le Nevada
le Colorado
Les noms de ces dénominations géographiques ont tous un rapport avec les
animaux. Lesquels ?
l’Arctique
l’Espagne
les Canaries
le Sierra Leone
L’Italie
Les noms de pays viennent tous de noms de ville ou de village. Lesquels ?
Suisse
Algérie
Venezuela
Portugal
Maroc
Les noms de ces pays viennent tous de noms de matière. Lesquels ?
Le Brésil
L’Argentine
La Côte d’Ivoire
L’Islande
Malta
Les noms de ces pays viennent tous de directions géographiques.
Lesquelles ?
La Norvège
L’Estonie
L’Australie
L’Autriche
Le Vietnam
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
328
Réponses
1.1.1.1.1. Laquelle de ces mers n’existe pas ?
a La mer Bleue
▪ La mer Noire : mer d’Europe orientale (Ukraine, Roumanie, Bulgarie, Turquie)
▪ La mer Rouge : au Moyen-Orient, entre l’Egypte et l’Arabie Saoudite
▪ La mer Blanche : au Nord-ouest de la Russie (port d’Arkhangelsk)
▪ La mer Jaune : entre la Corée et la Chine
1.1.1.1.2. De quelle couleur viennent les noms de ces pays ?
▪ Albanie : du latin albus, « blanc »
▪ Groenland : du danois « pays vert »
▪ Bélarus (Biélorussie) : de bièla, « blanc », et russia, « Russie ». Le Bélarus, c’est la
« Russie blanche »
▪ Erythrée : du grec eruthros, rouge. Le pays a été appelé ainsi parce qu’il se trouve
sur la mer Rouge.
▪ Monténégro : c’est le nom italien (Vénitien du pays), qui signifie « montagne
noire », Crna Gora en serbe et monténégrin.
1.1.1.1.3. Les noms de ces quatre états américains viennent tous de l’espagnol. Que
signifient-ils ?
a
b
c
d
la Floride : de pascua florida, « Pâques fleurie »
le Montana, « montagne »
le Nevada, « couvert de neige »
le Colorado, « coloré ».
1.1.1.1.4. Les noms de ces dénominations géographiques ont tous un rapport avec les
animaux. Lesquels ?
a l’Arctique : l’ours (grec arktos)
b l’Espagne : le lièvre du latin Hispania, lui-même hérité du phénicien isepanim, « île
des lièvres »
c les Canaries : le canari, qui vient de ces îles et portent leur nom, mais aussi le chien
(en latin Canariae Insulae, « îles des chiens ».
d le Sierra Leone : en espagnol, « montagne du lion »
e L’Italie : le nom vient d’un mot signifiant le bœuf. Le mot français veau (du latin
vitellus, italien vitello) est apparenté.
1.1.1.1.5. Les noms de pays viennent tous de noms de ville ou de village. Lesquels ?
a
b
c
d
e
Suisse : Schwytz
Algérie : Alger
Venezuela : Venise
Portugal : Porto
Maroc : Marrakech
1.1.1.1.6. Les noms de ces pays viennent tous de noms de matière. Lesquels ?
a
b
c
d
e
1.1.1.1.7.
Le Brésil : le pau brasil, « bois de braise », bois exotique rouge très recherché.
L’Argentine : l’argent
La Côte d’Ivoire : l’ivoire
L’Islande : la glace (Eisland)
Malta : le miel (Melita en grec)
Les noms de ces pays viennent tous de directions géographiques.
Lesquelles ?
a La Norvège : Norðrvegr, « la voie du nord »
b L’Estonie : de l’allemand Ostland, « pays de l’est »
c L’Australie : terra australis incognita, « terre australe inconnue ». L’adjectif austral
signifie « du sud ».
d L’Autriche : de l’allemand Oesterreich, « empire de l’est ».
e Le Vietnam : signifie « au-delà de la frontière sud » (越南)
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
329
46. la famille
Plan du chapitre
1.
2.
3.
4.
5.
Définitions
Dans les langues européennes
Fiche étymologique
Groupe sémantique
La famille comme valeur
1. Définitions
sens propre
sens figuré
1. Personnes apparentées vivant sous le même toit.
2. L’ensemble des personnes liées entre elles par le mariage ou la filiation.
Groupe d’éléments ayant une origine ou des caractères communs.
Qu’est-ce que la famille ? Pour la définir, il faut prendre en compte trois dimensions :
- celle du sang : la parenté biologique, la filiation naturelle
- celle de l’alliance : la parenté sociale, issue du mariage. Cette manière de faire partie d’une
famille est à l’opposé de la première, puisqu’elle exclut la parenté biologique : on ne se marie pas
avec ceux de son sang.
- celle de la maisonnée : l’idée de vivre ensemble, de faire partie d’un groupe stable de gens
vivant dans le même espace.
La famille est une institution humaine fondamentale. Comme le langage ou la religion, la famille
est un phénomène universel. Pourtant, sa définition n’est pas aussi nette qu’on pourrait le penser :
elle change au cours du temps, en fonction de l’évolution des sociétés.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
330
2. Dans les langues européennes :
Français
famille
Anglais
family
Allemand
Familie
Italien
familia
Espagnol
familia
Portugais
familia
Breton
familh
Roumain
familie
Grec moderne
oikogeneia (οικογέμεια)
Comme beaucoup de mots latins, famille s’est conservé ou imposé dans beaucoup de langues
européennes, y compris des langues non latines : langues germaniques (anglais, allemand) ou
celtiques (breton).
Le grec est à part : oikogeneia est un composé de oikos, « la maison », et genos, « la famille
biologique ».
Oikos, la maison, a donné en grec le composé oikonomos, de nomos, « la règle ». Oikonomos,
« l’administration de la maison », est devenu en français économie.
Oikos a également donné le mot écologie.
Nous verrons plus loin mots français liés à la racine genos.
3. Fiche étymologique
Origine
Mots apparentés
latin
familia
familial, familier, familièrement, familiarité
Notes étymologiques
Bien que le thème de la famille soit très riche, le groupe étymologique lui-même est très limité.
famille
du latin familia, « ensemble des personnes vivant sous le même toit ».
familial
familia est issu du latin famulus, « le serviteur ». La familia, c’est d’abord
l’ensemble des esclaves d’une maisonnée.
Le mot famulus est un mot italique, isolé dans la famille indoeuropéenne. On
pense que c’est un emprunt au mot osque faama, « la maison ». Les Osques
étaient un peuple italique du sud de la péninsule. La langue osque, langue indoeuropéenne, a survécu environ deux siècles après la conquête romaine, mais a
fini par être remplacée par le latin.
familier
Du latin familiaris et familiaritas.
familiarité
Familiaris est dérivé de familia et signifie « qui fait partie de la maisonnée » et,
par extension « intime ».
Ici, c’est l’idée de fréquentation qui domine : aujourd’hui, familier n’a plus de
rapport sémantique avec la famille est signifie simplement « bien connu ».
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
331
4. Groupe sémantique
Activité 1 : synonymes
Cherchez des mots pouvant servir de synonymes ou d’équivalents au mot famille. Essayez de
donner des exemples pour chacun.
Synonyme
Exemple
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
332
Réponses possibles
Synonyme
Exemple
Étymologie
parenté
un lien de parenté
Du latin parens, « père ou mère ».
Parens est issu du verbe parere, « produire », puis
« mettre au monde ».
Le mot français parturiente, « femme prête à
accoucher », est issu du même verbe.
foyer
regagner son foyer
Du latin focus, qui a donné les mots feu et focal.
ménage
faire bon ménage
clan
avoir l’esprit de clan
tribu
tribu s’emploie de
manière ironique pour
parler d’une famille
nombreuse
sang
être du même sang
maison
branche
la maison des
Habsbourg
La branche cadette de
la famille royale (la
branche d’Orléans)
Du latin manere, « rester, habiter », qui a donné les
mots maison, manoir, mas.
De l’anglais clan, issu du gaëlique clann, « race,
famille ».
Du latin tribus, une circonscription électorale de la
Rome ancienne. Avant la conquête de l’Italie, Rome
comportait 14 tribus.
C’est l’origine des mots distribuer, contribuer,
attribuer et tribunal.
Du latin sanguis.
Du latin mansio, de manere, « habiter ».
Du latin branca, « patte d’un animal ». Apparenté à
brancard.
Activité 2 : père et mère
Quels mots ne sont pas de la famille ? Trouvez les intrus dans ces deux listes :
le père
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
compère
expatrier
parrain
paternel
paternité
patriarche
patricien
patrie
patrimoine
patriote
patron
patronyme
patrouille
périmètre
rapatrier
repère
o
x
la mère
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
Indices : dans la série, il y a 2 intrus. Dans il y a 5 intrus.
commère
marais
mariage
maritime
marraine
matériel
maternel
maternité
matière
matin
matriarcal
matrice
matricule
matrimonial
maturité
métropole
o
x
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
333
Réponses
1. le père
o
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
compère
expatrier
parrain
paternel
paternité
patriarche
patricien
patrie
patrimoine
patriote
patron
patronyme
patrouille
périmètre
rapatrier
repère
x
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
x
x
o
o
Les intrus
▪ patrouille : est issu de patte (« jambe »).
▪ périmètre : du grec péri, « autour » et metron, « mesurer ».
Les mots de la famille de père
▪ paternel et paternité sont issus du latin pater, « père ».
▪ compère est issu du latin compater, « parrain » (cum, « avec » + pater). Parrain est issu du latin
patrinus, de pater.
▪ La patrie (latin patria, « le pays du père ») a donné les mots patriote, expatrier et son contraire
rapatrier. C’est de ce mot qu’est issu repère (c'est-à-dire le point de retour).
▪ le grec patros a donné patriarche, « père de famille » (de archein, « commander ») et patronyme,
« nom du père ».
▪ patricien signifie un noble romain, du latin patricius, « dont le père est noble ».
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
334
2. la mère
o
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
commère
marais
mariage
maritime
marraine
matériel
maternel
maternité
matière
matin
matriarcal
matrice
matricule
matrimonial
maturité
métropole
x
o
x
x
x
o
o
o
o
o
x
o
o
o
o
x
o
Les intrus
▪ marais vient du francique marisk, issu d’une racine germanique mari signifiant « mer ». Le mot
est apparenté à une racine indo-européenne ayant donné le mot latin mare, « mer », dont est
issu maritime.
▪ mariage est issu du français mari. Ce mot vient du latin maritus. Ce mot latin signifiant
« époux » est à l’origine un terme agricole : il correspond à des arbres qui se sont accouplés.
▪ matin vient du latin matutinum, de Matuta, déesse de l’aurore.
▪ maturité vient du latin maturus, qui a donné en français mûr.
Les mots de la famille de mère
▪ maternel et maternité viennent du latin mater, « mère ».
▪ commère vient du latin commater, « marraine », de cum, « avec », et mater. Marraine vient du
latin matrina, de mater.
▪ matrimonial a le sens actuel de « relatif au mariage ». Pourtant, il n’est pas lié
étymologiquement au mot mariage, mais au mot mère : les biens matrimoniaux sont « les biens
de la mère ».
▪ matriarcal est l’équivalent de patriarcal et correspond à un système familial où la mère est
dominante.
▪ matrice vient du latin matrix, « femme pleine qui nourrit ». En français, le mot peut signifier
« utérus », mais est généralement utilisé aujourd’hui en mathématique dans le sens de « tableau
de données ». De ce sens provient le mot matricule, « numéro ».
▪ matière et matériel vient du latin materia, « partie dure l’arbre ». La matière, c’est
étymologiquement le bois. Mais materia est issu de mater, « la mère » : du tronc de l’arbre
produit des branches comme la mère produit des enfants.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
335
Activité 3 : gens, genos
Le mot latin gens, « groupe de personnes apparentées » a donné de très nombreux mots en français.
Il est étymologiquement lié au grec genos, « naissance, famille, race ».
Cherchez dans un dictionnaire étymologique pour trouver le plus possible de mots apparentés à ces
deux racines.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
Réponses possibles :
français
gène
grec
genos
genesis
genus
-gène
généalogie
génocide
genèse
gens
gentil
génétique
transgénique
oxygène
hydrogène
pathogène
généalogique
gentillesse
gentilhomme
gentleman
génitif
genre
générique
generis
latin
général
générer
ingenerare
generosus
genitor
genitalis
genius
ingenium
gener
engendrer
généreux
générosité
géniteur
génital
congénital
génie
ingénieur
ingénieux
engin
gendre
généralité
généralement
généraliser
généralisation
généralissime
génération
générationnel
générateur
généreusement
génitrice
génial
engineering
336
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
337
5. La famille dans l’histoire
La tribu ancienne et le matriarcat
A l’époque paléolithique, la famille telle que nous la connaissons n’existe pas. Le groupe social se
définit essentiellement de deux manières :
- l’appartenance à la tribu : le groupe d’humains vivant ensemble. Ses membres sont liés par des
relations biologiques mais ces relations ne sont pas déterminantes.
- l’exclusivité de la filiation maternelle : la notion de paternité n’existe pas. Dans l’esprit des
hommes, la naissance est donnée uniquement par la mère : il n’y a pas de relation entre l’acte
sexuel et la naissance de l’enfant. Par conséquent, la filiation se définit exclusivement par la
mère : c’est la femme qui est au centre de la famille. Le mariage, la monogamie n’existent pas.
Le néolithique et « l’invention » de la paternité
La révolution néolithique, fondée sur la sédentarisation, l’élevage et la culture des céréales change
entièrement les modes sociaux. Les hommes prennent conscience de leur rôle dans la procréation.
Pour s’assurer de sa descendance, on invente le mariage et la monogamie. Ainsi apparaît le pater
familias, le père de famille tout puissant.
Dans le droit romain, la femme n’a aucune liberté : le mari dispose de sa femme comme d’une
possession et peut même la mettre à mort pour des fautes mineures, telles que boire de l’alcool.
La structure familiale en Occident comme facteur d’explication de l’histoire
Dans son livre L’invention de l’Europe, le sociologue Emmanuel Todd expose une théorie explicative
de l’histoire de l’Occident à travers les différents types locaux de structures familiales. En fonction
du type de relation entre parents et enfants d’une part, et entre frères et sœurs de l’autre, il
définit quatre types de structures familiales. De cette typologie, il tire une explication de
phénomènes sociaux profonds de l’ère moderne, tels que le développement de la religion
protestante ou la propagation de l’idéologie socialiste.
La Révolution et le Code civil
La Révolution a été un l’occasion d’un bouleversement profond des structures sociales, et même
familiales. Une des grandes revendications sociales des révolutionnaires tels que Robespierre a été
l’égalité des droits entre enfants « légitimes » et « naturels » (nés en dehors du mariage »). La
Révolution, en détruisant une grande partie du pouvoir de l’Église, a permis de telles évolutions.
Elles se pérennisent, sous Bonaparte, par l’établissement du Code civil, œuvre de libéralisation et
d’uniformisation du droit français privé.
C’est le Code civil qui institue l’héritage à parts égales pour les enfants, légitimes ou non, et le
divorce.
Le triomphe de la famille nucléaire
Progressivement, la famille se réduit : on passe de la vaste maisonnée rurale au foyer bourgeois
constitué des parents, de leurs enfants et des grands-parents. Mais au cours du 20e siècle, ce
modèle est de plus en plus remis en cause : avènement de Freud et de la psychanalyse,
développement du divorce, émancipation de la femme, progression de la contraception.
La famille réinventée
Aujourd’hui, cette évolution abouti à la généralisation de la famille recomposée : les divorces, les
remariages, les adoptions, les unions libres, le PACS et les foyers homosexuels aboutissent à des
familles dans lesquelles le lien biologique perd sa signification, et où l’idée de vie commune,
conformément à l’étymologie du mot famille, redevient ce qui la définit.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
338
47. les contes
Plan du chapitre
1.
2.
Dans les langues européennes
Conte, & Cie
Définitions
Étymologie
3.
Découverte des contes
La linea
Connaissez-vous les contes ?
1. Dans les langues européennes :
Français
Anglais
Allemand
conte
tale
Märchen
Italien
favola
Espagnol
cuento
Portugais
conto
Grec moderne
paramuthi (παραμύθι)
Anglais tale : d’une racine germanique tala, ayant abouti en allemand à Zahl, « compte » (zahlen,
« compter »). En anglais, le mot est apparenté au verbe to tell, qui a le sens actuel de « dire,
raconter », mais le sens ancien de « compter, énumérer ». C’est le sens qui reste dans l’expression
automated teller machine (ATM)
Allemand Märchen : abréviation de Mär, « récit », du moyen haut allemand meare.
Italien : favola, du latin fabula, qui a donné en français fable et fabuleux.
Espagnol et portugais : cuento et conto sont clairement les équivalents du français conte.
Grec moderne : paramuthi, composé du préfixe para-, (parallèle, parabole), et muthos, qui a
donné le français mythe.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
339
2. Conte, & Cie
Activité 1 : définitions
Attribuez à chaque mot sa définition exacte :
conte, fable, folklore, légende, mythe, saga
Récits d’événements contenant
des éléments surnaturels, mais
considérés comme véridiques.
Récit court destiné à illustrer un
précepte moral.
D
A
Ensemble des traditions
populaires.
Récit d’événements fictifs,
d’origine populaire et transmis
oralement.
E
B
Récit islandais médiéval en prose
rapportant la vie d'un personnage
mémorable et de sa famille.
C
Récit traditionnel mettant en
scène des personnages
symboliques ou des forces de la
nature, et qui exprime les
croyances d’une communauté.
F
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
340
Réponses
1
conte
2
fable
3
folklore
4
légende
5
mythe
6
saga
Définition
récit d’événements fictifs, d’origine
populaire et transmis oralement
récit court destiné à illustrer un précepte
moral
ensemble des traditions populaires
récits d’événements contenant des
éléments surnaturels, mais considérés
comme véridiques
récit traditionnel mettant en scène des
personnages symboliques ou des forces de
la nature, et qui exprime les croyances
d’une communauté
récit islandais médiéval en prose
rapportant la vie d'un personnage
mémorable et de sa famille
Exemple
Cendrillon
Le Loup et l’Agneau
Le folklore breton
La légende de Saint-Denis
le mythe d’Œdipe
La saga d’Erik le Rouge
Activité 2 : étymologie
Associez chacun des mots suivants avec un mot du tableau ci-dessous ayant un rapport
étymologique avec lui.
conte, fable, folklore, légende, mythe, saga
mythomane
Volkswagen
la lecture
compter
la fée
to say
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
341
Réponses
mythomane :
mythe
Volkswagen :
folklore
la lecture :
légende
compter :
conte
la fée :
Du grec muthos. Ce mot signifie d’abord « parole, discours », avant de
prendre le sens de « récit fabuleux ». D’où les dérivés mythique et
mythologie.
Au 20e siècle, on a formé le mot mythomane, où mytho- a les sens
d’ « histoire inventée, mensonge ». Mane est dérivé du grec mania, « folie »,
et sert de suffixe en psychiatrie pour désigner des maladies mentales.
Mythomane signifie « menteur pathologique ».
Folklore est un mot emprunté à l’anglais au 19e siècle. Il est composé de
folk, « le peuple », et lore, « connaissance, apprentissage ».
Lore est apparenté à l’anglais to learn, et aux mots allemands lehren
(« enseigner ») et lernen (« apprendre »).
Folk est l’équivalent du mot allemand Volk, « le peuple », d’où vient le nom
de marque Volkswagen, « voiture du peuple ».
La firme Volkswagen a été fondée par l’ingénieur Ferdinand Porsche, dont le
projet de création de la première voiture populaire, la « Coccinelle » a été
soutenu par Hitler.
Le mot latin legenda était employé au Moyen Âge dans le sens de « vie de
saint ». Étymologiquement, il vient du verbe legere, « lire », et signifie « ce
qui doit être lu ».
La légende était donc une « lecture », une « leçon » édifiante sur la vie des
saints.
Le sens de « ce qui doit être lu » subsiste dans les expressions « légende
d’une carte » ou d’une illustration.
Conter est l’aboutissement du latin computare, « calculer, compter ».
Computare est composé de com, « avec », et putare, « compter ». C’est
l’origine du mot anglais computer.
Les mots conter et compter sont en réalité deux variantes orthographiques
du même mot. Conter est la forme ancienne, phonétique, (cunter, 1080)
tandis que compter est une forme plus tardive (1348), dans laquelle on a
réintroduit le P, par conformité avec l’étymologie. Le P, purement
étymologique, n’est donc pas prononcé.
Du sens de « compter », conter a évolué vers celui d’énumérer des éléments,
puis de raconter une histoire. On retrouve la dualité évoquée avec la famille
germanique tell/tale/Zahl.
Le mot fable est issu du latin fabula, « récit ». Le mot est issu du verbe fari,
« dire, parler ».
Le verbe fari est apparenté au mot fatum, « le destin » (fatal, fatalité). A
l’origine, le fatum est une prédiction, donc une parole.
La forme féminisée de fatum, fata, signifiait « déesse de la destinée ». Ce
mot est devenu en français le mot fée.
fable
Saga est un emprunt à l’ancien norrois (norvégien), issu d’une racine
germanique sag, « dire ». Les verbes allemand sagen et anglais to say
(« dire ») sont de la même origine.
to say :
la saga
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
342
3. Découverte des contes
Activité 3 : la Linea
Regardez sur internet la vidéo suivante :
http://www.dailymotion.com/video/x2svhc_osvaldo-cavandolila-linea142_fun
Quels contes, personnages ou objets magiques sont-ils
évoqués ?
Réponses page 343
Activité 4 : connaissez-vous les contes ?
A quels contes ces images réfèrent-elles ?
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
343
Réponses :
Pinocchio
Conte littéraire de
Collodi (1881)
Le Petit Poucet
Conte populaire
publié par Charles
Perrault (Les Contes
de ma mère l'Oye,
1697)
La Belle au bois
dormant
Conte
populaire
publié par Perrault
et les frères Grimm.
Le Petit Chaperon
rouge
Conte populaire
publié par Charles
Perrault (1697) et les
frères Grimm (1812)
Le Joueur de flûte
de Hamelin
Conte
populaire
allemand transcrit
par
les
frères
Grimm.
Blanche-Neige
Conte populaire dont
la version la plus
célèbre est celle des
frères Grimm.
Le Chat botté
Conte
populaire
publié par Perrault.
Cendrillon
Conte populaire indoeuropéen très
répandu. Perrault en
donne une version
dans Les Contes de
ma mère l'Oye
(1697).
Réponses à l’activité 3 : la linea
Personnages
▪
▪
▪
▪
▪
▪
Aladin et la lampe
merveilleuse
Aladin et la lampe
merveilleuse est un
des
Contes
des
Mille et Une Nuits
les plus connus.
évoqués :
une fée
Pinocchio
le joueur de flûte
le Chat botté
les bottes de 7 lieues
Aladin et la lampe magique
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
344
48. la poésie
Plan du chapitre
1.
2.
3.
4.
5.
Dans les langues européennes
Étymologie
Prose et vers
Rime
Poètes et poèmes
1. Dans les langues européennes :
Français
Anglais
Allemand
la poésie
poetry
Dichtung
Italien
poesia
Espagnol
poesía
Portugais
poesia
Roumain
poezie
Grec moderne
poièsè (ποίηση)
Russe
poèziya (поэзия)
On remarque la grande uniformité du vocabulaire : à part l’allemand, toutes ces langues utilisent
un mot apparenté au mot français poésie. La forme est d’ailleurs quasiment la même, formée du
groupe [po-è-z] + la désinence particulière à chaque langue.
L’anglais se distingue légèrement par la forme poetry, vraisemblablement dérivé du mot poète.
L’allemand utilise aussi le mot Poesie, plus abstrait, mais dit plus généralement Dichtung. Ce mot
est issu du latin dictare, « dire en répétant », issu de dicere, « dire ».
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
345
2. Étymologie
Mots apparentés
poésie, poétique, poète, poème
épopée
poésie
poétique
poète
poème
épopée
Du latin poesis, emprunt au grec poiesis.
Le mot grec est utilisé dans le sens de « poésie », mais signifie étymologiquement
« création ».
Il est formé à partir du verbe poiein, « créer, fabriquer ».
Du latin poeticus, emprunt au grec poetikos, issu du verbe poiein, « créer ».
Avant de s’appliquer à la poésie, poetikos « créatif, inventif ».
On remarque l’origine grecque du suffixe Ŕique, servant à former des adjectifs. Le
français l’a hérité du latin (-icus), qui l’a emprunté au grec (-ikos).
Du latin poeta, emprunté au grec poiètès, « auteur, créateur », issu de poiein.
Du latin poiema, emprunté au grec poièma, « œuvre, création ».
Du grec epopoiia, composé de epos, « parole », et poiein, « faire, créer ».
L’épopée est un long poème en vers qui raconte les exploits d’un héros.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
346
3. Prose et vers
Prose ou vers ?
La poésie se définit souvent comme un texte écrit en vers, c’est-à-dire composé selon un rythme
régulier.
C’est bien sûr une définition partielle : d’une manière plus générale, la poésie est la recherche de
la beauté à travers l’usage de la langue. La poésie c’est, tout simplement, l’art des mots.
La poésie n’est donc pas nécessairement en vers : Baudelaire a par exemple écrit des « petits
poèmes en prose ».
Vers et syllabes
En latin, la rythmique du vers est construite sur la quantité : l’alternance définie de voyelles
longues ou courtes.
Le français, en revanche, ne distingue pas entre voyelles courtes et longues. La prosodie française
(c'est-à-dire les règles rythmiques de la poésie), se fonde sur le nombre de syllabes.
Les longueurs de vers les plus courantes sont 7, 8, 10 et 12.
7 syllabes : l’heptasyllabe
Heureux, qui de la Sagesse
Attendant tout son secours,
N’a point mis en la Richesse
L’espoir de ses derniers jours.
Jean Racine (1639-1699), Cantiques Spirituels
8 syllabes : l’octosyllabe
C’est un vers traditionnel dans la poésie du Moyen-Âge.
Je ne sais par où je commence
Tant ai de matière abondance,
Pour parler de ma pauvreté.
Pour Dieu vous prie, Ô roi de France
Que me donniez quelque chevance1
Si ferez trop grand charité.
Rutebeuf (1225-1285), La pauvreté Rutebeuf
10 syllabes : le décasyllabe
Si notre vie est moins qu’une journée
En l’éternel, si l’an qui fait le tour
Chasse nos jours sans espoir de retour,
Si périssable est toute chose née...
Du Bellay, L’Olive, CXIII
12 syllabes : l’alexandrin
C’est le vers le plus utilisé dans la poésie classique.
J'ai voulu ce matin te rapporter des roses ;
Mais j'en avais tant pris dans mes ceintures closes
Que les noeuds trop serrés n'ont pu les contenir.
Les noeuds ont éclaté. Les roses envolées
Dans le vent, à la mer s'en sont toutes allées.
Elles ont suivi l'eau pour ne plus revenir ;
1
Chevance : mot d’ancien français signifiant « terre, propriété ».
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
347
La vague en a paru rouge et comme enflammée.
Ce soir, ma robe encore en est tout embaumée...
Respires-en sur moi l'odorant souvenir.
Marceline Desbordes-Valmore (1786-1859), Les roses de Saadi
Écrire « en tournant » ou « en ligne droite »
 Vers vient du latin versus, « vers, ligne ».
A l’origine, versus signifie « sillon » (la ligne creusée par la charrue qui laboure un champ). En
effet, les lignes (et les vers d’un poème), sont comme les sillons d’un champ.
Versus est issu du verbe vertere, « tourner » : au bout du sillon, la charrue doit tourner en sens
inverse pour continuer.
D’ailleurs, le mot vers et la préposition vers ont la même origine. La direction, c’est le sens vers
lequel on est tourné.
 A l’inverse, la prose est la parole « qui ne tourne pas ». Prose vient du latin prosus, « qui va en
ligne droite ».
C’est la contraction de provorsus, composé de pro, « devant, en avant », et vorsus, variante de
versus.
Activité 1 : famille de vers
Vers est issu du latin versus, qui vient du verbe vertere, « tourner ». Ce verbe a donné naissance à
une famille très vaste. Cherchez le plus possible de mots issus de ce verbe latin.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
348
Au moins 63 réponses possibles :
averse
aversion
avertir
avertissement
avertisseur
bouleversant
bouleversement
bouleverser
controverse
conversation
converser
conversion
convertible
convertir
déversement
déverser
divers
diversification
diversifier
diversion
diversité
divertir
divertissant
divertissement
extraverti
introversion
introverti
invertébré
inverti
invertir
irréversible
malversation
pervers
perversement
perversion
perversité
pervertir
renversant
renversement
renverser
revers
réversible
tergiversation
tergiverser
transversal
travers
traverser
traversin
versant
versatile
versatilité
verseau
versement
verser
verset
verseur
version
verso
vertébral
vertèbre
vertébré
vertige
vertigineux
4. Rime
Définition
La rime se définit comme la répétition d’un son identique à la fin de deux vers. La rime peut avoir
différents caractères :
rime riche et rime pauvre
La rime pauvre est constituée d’une seule voyelle finale : Paris/ami.
La rime riche est constituée d’une syllabe entière : dommage/fromage.
 rimes plates, croisées, embrassées
Les rimes plates se succèdent 2 par 2 (AABB).
Les rimes croisées sont alternées (ABAB).
Les rimes croisées embrassées forment un succession du type ABBA
Étymologie
L’origine du mot rime n’est pas établie de manière claire.
L’étymologie traditionnelle du mot le rattache au mot grec rhythmus (grec rhuthmos, « rythme »).
Mais cette étymologie est contestée.
On évoque une origine francique, rim, « série, nombre ». Mais l’origine germanique d’un terme de
rhétorique étant peu probable, on pense au verbe rimare, « rechercher, examiner ».
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
Activité 2 : on est tous des poètes
Et maintenant, à vous de jouer !
1. Un alexandrin :
Composez un alexandrin en faisant une phrase de 12 syllabes.
2. Des rimes
Imaginez des rimes pour les mots suivants :
voiture
avion
banane
bouteille
essence
3. Un poème
Et maintenant, imaginez un vers du même nombre de syllabes et rimant avec celui-ci :
Je partis un matin plein de rêves et d’espoir,
5. Poètes et poèmes
Activité 3 : des poètes
Citez le plus possible de poètes français.
349
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
350
Réponses possibles : quelques poètes français
François Villon
(1431-1463)
Pierre de Ronsard
(1524-1585)
Jean de La Fontaine
(1621-1695)
André Chénier
(1762-1794)
Victor Hugo
(1802-1885)
Charles Baudelaire
(1821-1867)
Arthur Rimbaud
(1854-1891)
Paul Éluard
(1895-1952)
Jacques Prévert
(1900-1977)
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
351
Activité 4 : qui a écrit ?
Attribuez les 9 textes suivants à ces neuf poètes.
1 Ce siècle avait deux ans ! Rome remplaçait Sparte,
Déjà Napoléon perçait sous Bonaparte,
Et du premier consul, déjà, par maint endroit,
Le front de l'empereur brisait le masque étroit.
Alors dans Besançon, vieille ville espagnole,
Jeté comme la graine au gré de l'air qui vole,
Naquit d'un sang breton et lorrain à la fois
Un enfant sans couleur, sans regard et sans voix ;
[...]
Cet enfant que la vie effaçait de son livre,
Et qui n'avait pas même un lendemain à vivre,
C'est moi. Le Loup et l’Agneau
2
La raison du plus fort est toujours la meilleure :
Nous l'allons montrer tout à l'heure.
Un agneau se désaltérait
Dans le courant d'une onde pure.
Un loup survient à jeun, qui cherchait aventure,
Et que la faim en ces lieux attirait.
Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage?
Dit cet animal plein de rage :
Tu seras châtié de ta témérité.
[...]
Là-dessus, au fond des forêts
Le loup l'emporte et puis le mange,
Sans autre forme de procès.
3 L’amoureuse
Elle est debout sur mes paupières
Et ses cheveux sont dans les miens,
Elle a la forme de mes mains,
Elle a la couleur de mes yeux,
Elle s'engloutit dans mon ombre
Comme une pierre sur le ciel.
Elle a toujours les yeux ouverts
Et ne me laisse pas dormir.
Ses rêves en pleine lumière
Font s'évaporer les soleils,
Me font rire, pleurer et rire,
Parler sans avoir rien à dire.
Ballade des Dames du temps jadis
4
Dites-moi où, n'en quel pays,
Est Flora la belle Romaine,
Archipiades, ne Thaïs,
Qui fut sa cousine germaine,
Echo, parlant quant bruit on mène
Dessus rivière ou sur étang,
Qui beauté eut trop plus qu'humaine ?
Mais où sont les neiges d'antan ?
La jeune Tarentine
5
Elle a vécu, Myrto, la jeune Tarentine.
Un vaisseau la portait aux bords de Camarine.
Là l'hymen, les chansons, les flûtes, lentement,
Devaient la reconduire au seuil de son amant.
[...]
Hélas ! chez ton amant tu n'es point ramenée.
Tu n'as point revêtu ta robe d'hyménée.
Réponses :
6
7
8
9
L'or autour de tes bras n'a point serré de nœuds.
Les doux parfums n'ont point coulé sur tes
cheveux.
Les chats
Les amoureux fervents et les savants austères
Aiment également, dans leur mûre saison,
Les chats puissants et doux, orgueil de la maison,
Qui comme eux sont frileux et comme eux
sédentaires.
Le Cancre
Il dit non avec la tête
mais il dit oui avec le coeur
il dit oui à ce qu'il aime
il dit non au professeur
il est debout
on le questionne
et tous les problèmes sont posés
soudain le fou rire le prend
et il efface tout
les chiffres et les mots
les dates et les noms
les phrases et les pièges
et malgré les menaces du maître
sous les huées des enfants prodiges
avec les craies de toutes les couleurs
sur le tableau noir du malheur
il dessine le visage du bonheur
Le bateau ivre
Comme je descendais des Fleuves impassibles,
Je ne me sentis plus guidé par les haleurs :
Des Peaux-Rouges criards les avaient pris pour
cibles,
Les ayant cloués nus aux poteaux de couleurs.
[...]
La tempête a béni mes éveils maritimes.
Plus léger qu'un bouchon j'ai dansé sur les flots
Qu'on appelle rouleurs éternels de victimes,
Dix nuits, sans regretter l'oeil niais des falots !
[...]
J'ai rêvé la nuit verte aux neiges éblouies,
Baiser montant aux yeux des mers avec lenteurs,
La circulation des sèves inouïes,
Et l'éveil jaune et bleu des phosphores chanteurs !
À Cassandre
Mignonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avoit desclose
Sa robe de pourpre au Soleil,
A point perdu ceste vesprée
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au vostre pareil.
[...]
Donc, si vous me croyez, mignonne,
Tandis que vostre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté,
Cueillez, cueillez vostre jeunesse :
Comme à ceste fleur la vieillesse
Fera ternir vostre beauté.
Sébastien Jaffrédo
1. Hugo
4. Villon
7. Prévert
Etymologie thématique
2. La Fontaine
5. Chénier
8. Rimbaud
352
3. Éluard
6. Baudelaire
9. Ronsard
Compléments
Prose et vers : Le Bourgeois Gentilhomme
MONSIEUR JOURDAIN.ŕ Je suis amoureux d'une personne de grande qualité, et je souhaiterais que
vous m'aidassiez à lui écrire quelque chose dans un petit billet que je veux laisser tomber à ses
pieds.
MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.ŕ Fort bien.
MONSIEUR JOURDAIN.ŕ Cela sera galant, oui.
MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.ŕ Sans doute. Sont-ce des vers que vous lui voulez écrire?
MONSIEUR JOURDAIN.ŕ Non, non, point de vers.
MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.ŕ Vous ne voulez que de la prose?
MONSIEUR JOURDAIN.ŕ Non, je ne veux ni prose, ni vers.
MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.ŕ Il faut bien que ce soit l'un, ou l'autre.
MONSIEUR JOURDAIN.ŕ Pourquoi?
MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.ŕ Par la raison, Monsieur, qu'il n'y a pour s'exprimer, que la prose, ou les
vers.
MONSIEUR JOURDAIN.ŕ Il n'y a que la prose, ou les vers?
MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.ŕ Non, Monsieur: tout ce qui n'est point prose, est vers; et tout ce qui
n'est point vers, est prose.
MONSIEUR JOURDAIN.ŕ Et comme l'on parle, qu'est-ce que c'est donc que cela?
MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.ŕ De la prose.
MONSIEUR JOURDAIN.ŕ Quoi, quand je dis: «Nicole, apportez-moi mes pantoufles, et me donnez
mon bonnet de nuit», c'est de la prose?
MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.ŕ Oui, Monsieur.
MONSIEUR JOURDAIN.ŕ Par ma foi, il y a plus de quarante ans que je dis de la prose, sans que j'en
susse rien; et je vous suis le plus obligé du monde, de m'avoir appris cela.
Molière, Le Bourgeois Gentilhomme, Acte II, scène IV.
Baudelaire, Les petits poèmes en prose : Un hémisphère dans une chevelure
Laisse-moi respirer longtemps, longtemps, l'odeur de tes cheveux, y plonger tout mon visage,
comme un homme altéré dans l'eau d'une source, et les agiter avec ma main comme un mouchoir
odorant, pour secouer des souvenirs dans l'air.
Si tu pouvais savoir tout ce que je vois! tout ce que je sens! tout ce que j'entends dans tes
cheveux! Mon âme voyage sur le parfum comme l'âme des autres hommes sur la musique.
Tes cheveux contiennent tout un rêve, plein de voilures et de mâtures; ils contiennent de
grandes mers dont les moussons me portent vers de charmants climats, où l'espace est plus bleu et
plus profond, où l'atmosphère est parfumée par les fruits, par les feuilles et par la peau humaine.
Dans l'océan de ta chevelure, j'entrevois un port fourmillant de chants mélancoliques,
d'hommes vigoureux de toutes nations et de navires de toutes formes découpant leurs architectures
fines et compliquées sur un ciel immense où se prélasse l'éternelle chaleur.
Dans les caresses de ta chevelure, je retrouve les langueurs des longues heures passées sur
un divan, dans la chambre d'un beau navire, bercées par le roulis imperceptible du port, entre les
pots de fleurs et les gargoulettes rafraîchissantes.
Dans l'ardent foyer de ta chevelure, je respire l'odeur du tabac mêlé à l'opium et au sucre;
dans la nuit de ta chevelure, je vois resplendir l'infini de l'azur tropical; sur les rivages duvetés de
ta chevelure je m'enivre des odeurs combinées du goudron, du musc et de l'huile de coco.
Laisse-moi mordre longtemps tes tresses lourdes et noires. Quand je mordille tes cheveux
élastiques et rebelles, il me semble que je mange des souvenirs.
Différents types de rimes
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
353
Les rimes sont plates (ou suivies) quand elles s'enchaînent directement → AABB, etc.
Au tems qu'Amour, d'hommes et Dieux vainqueur, (A)
Faisoit brûler de sa flamme mon cœur, (A)
En embrasant de sa cruelle rage (B)
Mon sang, mes os, mon esprit et courage : (B)
Encore lors je n'avais la puissance (C)
De lamenter ma peine et ma souffrance. (C)
[A = /kœr/, B = /raʒ/, C = /ɑ̃s/]
Louise Labé, Élégie I
Les rimes sont croisées (ou alternées) en cas d'alternance deux par deux → ABAB :
Maître Corbeau, sur un arbre perché, (A)
Tenait en son bec un fromage. (B)
Maître Renard, par l'odeur alléché, (A)
Lui tint à peu près ce langage : (B)
Jean de La Fontaine, Fables, I
La rime est embrassée quand est encadrée par une autre → ABBA :
Tu n'en reviendras pas toi qui courais les filles (A)
Jeune homme dont j'ai vu battre le coeur à nu (B)
Quand j'ai déchiré ta chemise et toi non plus (B)
Tu n'en reviendras pas vieux joueur de manille (A)
[A = /ɛl/, B = /ɑ̃/]
Aragon Louis, Extrait du poème La guerre et ce qui s'en suivit
(Extrait de Wikipedia)
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
354
49. économie et commerce
Plan du chapitre
1.
2.
3.
4.
Dans les langues européennes
Étymologie : économie
Étymologie : commerce
Les mots de l’économie
1. Dans les langues européennes :
Français
économie
commerce
Anglais
economy
trade
Allemand
Wirtschaft
Handel
Italien
economia
commercio
Espagnol
economía
comercio
Portugais
economia
comércio
oikonomia
(οικομομία)
emporio
(εμπόριο)
Grec moderne
Économie
Les formes anglaises (economy) et latines (économie, economia) étant similaire au grec (oikonomia),
on peut suspecter une origine grecque de ce mot.
Le mot oikonomia est composé de oikos, « la maison » et nomos, « la règle ». L’économie c’est
donc d’abord la règle, la gestion du foyer.
Seul l’allemand use d’une racine différente : Wirstschaft. Le mot est composé de :
- Wirt, « l’hôte, la personne qui accueille »,
- et du suffixe Ŕschaft, suffixe servant à former des concepts abstraits, comme dans Freundschaft,
« amitié » (de Freund, « ami »), ou Gesellschaft, « société » (de Geselle, « compagnon »).
Wirtschaft est donc, étymologiquement, « l’art de l’hôte » : ce sens est donc comparable
l’étymologie de économie.
Commerce
Pour commerce en revanche, les racines sont plus diverses.
En anglais, le mot trade signifie étymologiquement « trace ». Il est apparenté à to tread, « fouler,
marcher sur ». Du sens de « trace, chemin », le mot a pris celui de « comportement, habitude »,
puis « métier, occupation », et « affaires ».
L’allemand Handel vient du mot Hand, « la main », et signifie à l’origine « manipuler » (cf. anglais
to handle). Quand on fait du commerce, les produits « changent de main »..
Enfin, le grec emporio vient du grec ancien emporion, « le marché », mais cette racine n’a pas de
donné de mot français courant.
Les langues latines (commerce, commercio, comercio) sont donc isolées dans ce groupe : il est alors
logique de postuler une origine latine du mot.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
355
2. Étymologie : économie
Activité 1 : définitions
Les mots suivants sont apparentés au mot économie. Retrouvez leur définition.
diocèse, paroisse, œcuménisme, métèque, vicinal
1
Mouvement favorable à la réunion de toutes les Églises en une
seule.
2 Circonscription locale de l’Église (correspondant à un quartier)
3
Circonscription régionale de l’Église (correspondant au
département)
4 Adjectif désignant un chemin qui relie deux villages
Dans la Grèce antique, étranger n’ayant pas le droit de vote.
5 En français contemporain, appellation injurieuse envers un
étranger.
Réponses page suivante
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
Définition
Mouvement favorable à la
1 réunion de toutes les Églises en
une seule.
Réponse
œcuménisme
Circonscription locale de l’Église
2
(correspondant à un quartier)
paroisse
Circonscription régionale de
3 l’Église (correspondant au
département)
diocèse
4
Adjectif désignant un chemin qui
relie deux villages
Dans la Grèce antique, étranger
n’ayant pas le droit de vote. En
5 français contemporain,
appellation injurieuse envers un
étranger.
vicinal
métèque
356
Commentaire
L’œcuménisme
(de
l’adjectif
œcuménique, « universel »), est le
mouvement tendant à la réunion de
toutes les religions du christianisme
(Église
catholique,
Églises
protestantes et orthodoxes, etc.).
La paroisse est le territoire desservi
par une église. À la campagne, elle
correspond à un village, dans les
villes à un quartier.
Le diocèse est le territoire desservi
par une cathédrale et ayant pour
chef un évêque.
On parle de chemin vicinal pour
désigner des chemins de campagne
dont l’entretien incombe à la
commune.
Dans la Grèce antique, le terme de
métèque désigne l'étranger domicilié
dans une cité, autre que celle dont il
est
originaire.
Les
Grecs
différencient le métèque, étranger
résidant, de l'étranger de passage.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
357
La famille d’économie en grec
économie
écologie
métèque
paroisse
diocèse
œcuménisme
œcuménique
Du grec oikonomos, « règle de la maison », de oikos, « maison » et
nomos, « règle ».
Le biologiste et zoologiste allemand E. H. Haeckel a créé le mot
Ökologie (1866), pour désigner la science qui étudie les milieux de
vie.
Par métonymie, le mot a désigné l’objet même de cette science : les
relations entre être les êtres vivants d’un même milieu.
Dans les années 1960, le mot a pris une valeur politique et
idéologique de « protection de l’environnement ».
C’est cette signification qu’exprime le préfixe éco- servant à
composer
de
nombreux
mots
nouveaux :
écoconception,
écoconstruction, etc.
Le grec oikos, « maison », a donné le mot metoikos, « qui change de
maison », composé avec le préfixe meta- qui exprime le changement.
Du latin parochia, empruntée au grec paroikia, issu du verbe
paroikein, « habiter à côté », composé de para, « auprès de », et
okein, « habiter », issu de oikos.
Le mot grec dioikesis signifie « l’administration d’une maison ». Dans
la langue de l’Église, le mot a pris le sens de « circonscription d’un
évêque».
Dioikesis est dérivé du verbe oikein, « habiter ».
Dans la langue de l’Église, œcuménique signifie « universel ». Il est
dérivé de l’expression grecque oikoumènè gè, « la terre habitée », de
gè, « la terre », et d’un dérivé du verbe oikein, « habiter ».
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
358
La racine indo-européenne
Le grec oikos se rattache à une racine indo-européenne °weik- ayant donné en latin le mot vicus,
« village », et villa, « ferme, maison rurale ».
Villa est à l’origine du mot ville (à l’origine, « groupement de fermes, bourg ») dont est issu
également village.
Vicus a donné l’adjectif vicinus, dont est issu vicinal mais aussi voisin.
3. Étymologie : commerce
Activité 2 : cherchez la famille
Cherchez dans ce texte le plus possible de mots apparentés à commerce.
A Rouen, le jour du marché c’est le mercredi. Hier j’y suis allé à pied, j’avais envie
de marcher. J’ai acheté des légumes à une marchande du nom de Lemercier. Elle
est très polie et me remercie toujours, mais ne veut jamais marchander. Je suis
aussi passé à la mercerie, qui a toujours de belles marchandises, et la pharmacie
Kaufmann pour prendre du mercurochrome.
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
359
Réponses :
A Rouen, le jour du marché c’est le mercredi. Hier j’y suis allé à pied, j’avais envie
de marcher. J’ai acheté des légumes à une marchande du nom de Lemercier. Elle
est très polie et me remercie toujours, mais ne veut jamais marchander. Je suis
aussi passé à la mercerie, qui a toujours de belles marchandises et des produits
de marque, et la pharmacie Kaufmann pour prendre du mercurochrome.
Mots ayant un rapport
étymologique
marché
mercredi
marchande
Lemercier
remercie
marchander
mercerie
marchandises
mercurochrome
Mots ayant un rapport
sémantique
Mots sans rapport
Rouen
Kaufmann
marcher
marque
Mots sans rapport : marque, marcher
Ce mot vient du scandinave merki, « marque, borne ». L’origine du mot est normande. Il est
apparenté au francique markon, « marquer, imprimer un pas », qui a donné le verbe marcher.
Mots ayant un rapport sémantique
Rouen
L’ancien nom de Rouen est Rotamagus, dans lequel magus est nom gaulois signifiant « marché
agricole ».
Kaufman
Ce patronyme germanique signifie « marchand ». Le verbe kaufen, « acheter », vient du latin caupo,
« taverne ».
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
360
Famille étymologique de commerce
commerce
mercier
mercerie
marché
marchand
marchandise
marchander
merci
mercure, mercredi
Du latin commercium, composé de com-, avec, et merx, mercis,
« marchandise ».
Le latin merx a donné le français mercier. Ce mot signifiant à l’origine
simplement « marchand » (d’où le patronyme Mercier, Lemercier), a
pris en français contemporain le sens particulier de « vendeur de
produits pour la couture ».
Du latin mercatus, qui a donné l’anglais market d’où vient le mot
marketing.
Marchand est l’aboutissement du latin populaire mercatantem, issu du
verbe mercatare, « vendre ».
A l’origine, le mot merces signifie « salaire, récompense ». Plus tard,
le mot a pris le sens « d’épargner quelqu’un ».
En français moderne encore, être à la merci de quelqu’un signifie
dépendre de quelqu’un qui peut vous tuer ou non selon sa volonté.
Les Chrétiens ont utilisé le mot pour signifier « miséricorde, pitié ».
C’est dans ce sens qu’il est devenu la formule de politesse merci.
Le dieu Mercure est le protecteur du commerce (de même que Hermès
chez les Grecs).
Il a donné son nom :
- à la planète Mercure,
- au métal appelé autrefois vif-argent . Le symbole chimique de ce
métal (Hg) vient du grec, hydrargyrum, « argent liquide » (hydro-,
« eau » et arguros, « argent ».
- au jour de la semaine mercredi (en latin Mercuris Dies)
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
361
4. Les mots de l’économie
Activité 1 : définitions
Attribuez à chaque mot sa définition exacte :
capitalisme, communisme, dirigisme, finance,
libéralisme, mercantilisme, protectionnisme
Système économique dans lequel
l’État assume la direction des
mécanismes économiques, en
conservant les cadres de la
société capitaliste (à la
différence du socialisme).
A
Doctrine selon laquelle le marché
et la concurrence non faussée
permettent la création du
maximum de richesse possible.
B
Régime économique et social
caractérisé par la concentration
des moyens financiers qui
s’investissent dans de grandes
unités de production.
C
Ensemble des activités ayant trait
à l’argent (banque, bourse,
comptes publics, etc.)
D
Politique économique visant à
empêcher les entreprises
étrangères de pénétrer un
marché national.
E
Doctrine des économistes des XVIe
et XVIIe siècles cherchant à
procurer à l’État de l’or et de
l’argent.
F
Système social dans lequel tous
les biens de production
appartiennent à la collectivité.
G
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
362
Réponses :
Système économique dans lequel l’État assume la direction des
A mécanismes économiques, en conservant les cadres de la
société capitaliste (à la différence du socialisme).
Doctrine selon laquelle le marché et la concurrence non
B faussée permettent la création du maximum de richesse
possible.
Régime économique et social caractérisé par la concentration
C des moyens financiers qui s’investissent dans de grandes unités
de production.
Ensemble des activités ayant trait à l’argent (banque, bourse,
D
comptes publics, etc.)
Politique économique visant à empêcher les entreprises
E
étrangères de pénétrer un marché national.
Doctrine des économistes des XVIe et XVIIe siècles cherchant à
F
procurer à l’État de l’or et de l’argent.
Système social dans lequel tous les biens de production
G
appartiennent à la collectivité.
dirigisme
libéralisme
capitalisme
finance
protectionnisme
mercantilisme
communisme
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
50. la chanson
Plan du chapitre
1.
2.
3.
4.
5.
Dans les langues européennes
Étymologie
Le grec
Famille sémantique
Histoire de la chanson
1. Dans les langues européennes :
Français
Anglais
Allemand
chanson
song
das Lied, der Song
Italien
canzone
Espagnol
canción
Portugais
canção
Grec moderne
Grec ancien
tragoudi
(τραγούδι)
asma (αςμα), odè (ωδη)
2. Étymologie
Activité : remue-méninge
Cherchez le plus possible de mots de la famille de chanson.
363
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
364
Fiche étymologique
chanson
Origine
Autres langues
Mots apparentés
latin
cantio
chanter, chant, chanteur, chantre, chantage, déchanter,
cantate, cantatrice, cantique, enchanter, incantation, charme
Notes étymologiques
chanson
chanter
cantate,
cantatrice
chantre
cantique
incantation
enchanter
charme
Vient de cantio, « chant », issu de canere, « chanter ».
A l’origine, le verbe canere s’utilisait pour les formules rituelles des augures (les
devins).
On trouve donc une origine sacrée au chant.
De cantare, forme intensive de canere.
Ces mots issus du latin cantare, « chanter », sont des emprunts à l’italien.
Ce mot ancien signifiant « chanteur » vient du latin cantor.
Le cantique est un chant religieux. Il vient du latin cantus, issu de canere.
L’origine sacrée, magique du mot se retrouve dans les mots incantation,
enchanter et charme.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
365
De cantare à chanter
La carte ci-dessous montre les variantes régionales de chanter.
On remarque :
- la finale Ŕa en occitan et francoprovençal, -er dans le domaine d’oïl
- les variantes de l’initiale : /k/ conservé en occitan et normano-picard ; en zone francoprovençal,
/ts/ ou /tʃ/, devenu /ʃ/ dans la langue d’oïl (sauf en wallon qui a gardé la forme /tʃ/).
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
3. Le grec
En grec
Le mot grec pour la chanson, odè, a donné les mots suviants :
ode, mélodie, tragédie, parodie, rhapsodie
366
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
4. Famille sémantique
En vous aidant d’un dictionnaire étymologique, cherchez l’origine des mots suivants :
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
refrain
couplet
mélodie
parole
disque
album
interprète
367
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
368
5. Histoire de la chanson
La chanson traditionnelle
Plaisir d’amour
Plaisir d'amour est une chanson (romance) de Jean-Pierre Claris de Florian (1755-1794) (tirée de la Nouvelle Célestine, qui figure dans
le recueil Nouvelles nouvelles) mise en musique par Jean Paul Égide Martini.
Plaisir d'amour ne dure qu'un moment,
Chagrin d'amour dure toute la vie.
J'ai tout quitté pour l'ingrate Sylvie.
Elle me quitte et prend un autre amant.
Plaisir d'amour ne dure qu'un moment,
Chagrin d'amour dure toute la vie.
Tant que cette eau coulera doucement
Vers ce ruisseau qui borde la prairie,
Je t'aimerai, me répétait Sylvie,
L'eau coule encore, elle a changé pourtant.
Plaisir d'amour ne dure qu'un moment,
Chagrin d'amour dure toute la vie.
Il pleut, il pleut, bergère
Il pleut, il pleut, bergère est une chanson française tirée de l'opérette Laure et Pétrarque écrite en 1780 par Fabre d'Églantine (17501794). La musique est de Victor Simon.
Il pleut, il pleut bergère,
Presse tes blancs moutons,
Allons sous ma chaumière
Bergère, vite, allons.
J'entends sous le feuillage
L'eau qui tombe à grand bruit,
Voici, voici l'orage
Voici l'éclair qui luit.
Le Temps des cerises
Le Temps des Cerises est une chanson de 1866, paroles de Jean-Baptiste Clément, musique d'Antoine Renard.
Quand nous chanterons le temps des cerises
Et gai rossignol et merle moqueur
Seront tous en fête
Les belles auront la folie en tête
Et les amoureux du soleil au cœur
Quand nous chanterons le temps des cerises
Sifflera bien mieux le merle moqueur
Mais il est bien court le temps des cerises
Où l'on s'en va deux cueillir en rêvant
Des pendants d'oreilles
Cerises d'amour aux robes pareilles
Tombant sous la feuille en gouttes de sang
Mais il est bien court le temps des cerises
Pendants de corail qu'on cueille en rêvant
Quand vous en serez au temps des cerises
Si vous avez peur des chagrins d'amour
Evitez les belles
Moi qui ne crains pas les peines cruelles
Je ne vivrai pas sans souffrir un jour
Quand vous en serez au temps des cerises
Vous aurez aussi des peines d'amour
J'aimerai toujours le temps des cerises
C'est de ce temps-là que je garde au cœur
Une plaie ouverte
Et Dame Fortune, en m'étant offerte
Ne saura jamais calmer ma douleur
J'aimerai toujours le temps des cerises
Et le souvenir que je garde au cœur
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
369
Les classiques
Parlez-moi d'amour
La vie en rose
Les feuilles mortes
Interprété par Lucienne Boyer
Paroles et Musique: Jean Lenoir 1930
Paroles: Edith Piaf.
Musique: Louiguy 1946
Paroles: Jacques Prévert.
Musique: Joseph Kosma 1946
Parlez-moi d'amour
Redites-moi des choses tendres
Votre beau discours
Mon cœur n'est pas las de l'entendre
Pourvu que toujours
Vous répétiez ces mots suprêmes :
"Je vous aime"
Des yeux qui font baisser les miens
Un rire qui se perd sur sa bouche
Voilà le portrait sans retouche
De l'homme auquel j'appartiens
Oh ! je voudrais tant que tu te souviennes
Des jours heureux où nous étions amis.
En ce temps-là la vie était plus belle,
Et le soleil plus brûlant qu'aujourd'hui.
Les feuilles mortes se ramassent à la pelle.
Tu vois, je n'ai pas oublié...
Les feuilles mortes se ramassent à la pelle,
Les souvenirs et les regrets aussi
Et le vent du nord les emporte
Dans la nuit froide de l'oubli.
Tu vois, je n'ai pas oublié
La chanson que tu me chantais.
Vous savez bien
Que dans le fond je n'en crois rien
Mais cependant je veux encore
Écouter ce mot que j'adore
Votre voix aux sons caressants
Qui le murmure en frémissant
Me berce de sa belle histoire
Et malgré moi je veux y croire
{Refrain}
Il est si doux
Mon cher trésor, d'être un peu fou
La vie est parfois trop amère
Si l'on ne croit pas aux chimères
Le chagrin est vite apaisé
Et se console d'un baiser
Du cœur on guérit la blessure
Par un serment qui le rassure
{Refrain:}
Quand il me prend dans ses bras,
Il me parle tout bas
Je vois la vie en rose,
Il me dit des mots d'amour
Des mots de tous les jours,
Et ça m'fait quelque chose
Il est entré dans mon cœur,
Une part de bonheur
Dont je connais la cause,
C'est lui pour moi,
Moi pour lui dans la vie
Il me l'a dit, l'a juré
Pour la vie
Et dès que je l'aperçois
Alors je sens en moi
Mon cœur qui bat
Des nuits d'amour à plus finir
Un grand bonheur qui prend sa place
Des ennuis, des chagrins s'effacent
Heureux, heureux à en mourir
C'est une chanson qui nous ressemble.
Toi, tu m'aimais et je t'aimais
Et nous vivions tous deux ensemble,
Toi qui m'aimais, moi qui t'aimais.
Mais la vie sépare ceux qui s'aiment,
Tout doucement, sans faire de bruit
Et la mer efface sur le sable
Les pas des amants désunis.
Les feuilles mortes se ramassent à la pelle,
Les souvenirs et les regrets aussi
Mais mon amour silencieux et fidèle
Sourit toujours et remercie la vie.
Je t'aimais tant, tu étais si jolie.
Comment veux-tu que je t'oublie ?
En ce temps-là, la vie était plus belle
Et le soleil plus brûlant qu'aujourd'hui.
Tu étais ma plus douce amie
Mais je n'ai que faire des regrets
Et la chanson que tu chantais,
Toujours, toujours je l'entendrai !
Etymologie thématique
Sébastien Jaffrédo
Les auteurs-interprètes
Elisa
Paroles et musique Serge Gainsbourg 1969
Elisa, Elisa
Elisa saute-moi au cou
Elisa, Elisa
Elisa cherche-moi des poux,
Enfonce bien tes ongles,
Et tes doigts délicats
Dans la jungle
De mes cheveux Lisa
Elisa, Elisa
Elisa les autr's on s'en fout,
Elisa, Elisa
Elisa rien que toi, moi, nous
Tes vingt ans, mes quarante
Si tu crois que cela
Me tourmente
Ah non vraiment Lisa
Elisa, Elisa
Elisa saute-moi au cou
Elisa, Elisa
Elisa cherche-moi des poux,
Fais-moi quelques anglaises,
Et la raie au milieu
On a treize
Quatorze ans à nous deux
Elisa, Elisa
Elisa saute-moi au cou Elisa, Elisa
Elisa cherche-moi des poux,
Enfonce bien tes ongles,
Et tes doigts délicats
Dans la jungle
De mes cheveux Lisa
370
Sébastien Jaffrédo
La nouvelle génération
Etymologie thématique
371
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
372
Références
La référence la plus complète en matière d’histoire du français est la suivante :
Alain Rey (sous la direction de), Dictionnaire historique de la langue française, Dictionnaires le
Robert, 1992.
Sinon, vous pouvez utiliser un dictionnaire de langue mentionnant l’origine étymologique des mots.
Le Petit Robert est le meilleur dictionnaire pour cela. Vous pouvez également utiliser un
dictionnaire étymologique courant tel que le Dictionnaire étymologique du français de Jacqueline
Picoche, Éditions le Robert.
Vous pouvez aussi consulter un dictionnaire de français en ligne. Je vous recommande le Trésor de
la langue française informatisé (http://atilf.atilf.fr/). Pour la consultation, voir l’explication cidessous.
Méthode de consultation du TLF en ligne:
① Entrez l’adresse suivante dans la barre d’adresse de votre navigateur: http://atilf.atilf.fr/
② Choisissez votre type de connexion et validez.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
373
③ Tapez le mot que vous cherchez et validez.
④ Pour l’étymologie, voir à la fin de l’article la rubrique « Étymol. et Hist. »
Références bibliographiques
Histoire technique et morale du vêtement,
Bordas/cultures, Paris 1990, ISBN 2-04-016372-7
Maguelonne
Toussaint-Samat,
Editions
Dictionnaire historique de la langue française sous la direction d'Alain Rey, Dictionnaires Le
Robert, Paris, 1992-1998, ISBN 2-085036-532-7.
Dictionnaire culturel en langue française, sous la direction d'Alain Rey, Dictionnaires Le Robert,
Paris 2005, ISBN 2-85036-003-1.
Dictionnaire des mots d'origine étrangère, Henriette Walter et Gérard Walter, , Larousse 1991
Le français dans tous les sens, Henriette Walter, Éditions Robert Laffont, 1988.
Histoire de la langue française, Jacques Chaurand, Collection Que sais je, PUF 2006
Ressource en ligne
Merci professeur
Sur le site Internet de TV5, de courtes vidéos sur l'histoire de la langue par le linguiste Bernard
Cerquiglini.
Sébastien Jaffrédo
Etymologie thématique
http://www.tv5.org/TV5Site/lf/merci_professeur.php
374