CONF - Les Rolling Stones au cinéma

Commentaires

Transcription

CONF - Les Rolling Stones au cinéma
LES ROLLING STONES AU CINEMA
Une conférence de Nicolas Stanzick
LES ROLLING STONES AU CINEMA
Une conférence de Nicolas Stanzick
Rien de plus banal à ce qu’un acteur, un cinéaste ou un producteur accouche d’une œuvre de
cinéma. Un groupe de rock’n’roll ? Voilà qui est beaucoup plus rare. Cas unique en son genre, il existe une
filmographie Rolling Stones. Or non seulement celle-ci est extrêmement riche et cohérente, mais elle
mobilise les plus grands noms du 7ème Art depuis cinquante ans : Jean-Luc Godard, Martin Scorsese,
Nicholas Roegg, Peter Whitehead, George Lucas, Kenneth Anger…
Aucun hasard à cela, car c’est précisément une image de cinéma qui est à l’origine du mythe Rolling
Stones : celle, désinvolte et moderne de Jean-Claude Brialy dans Les Cousins et Le Beau Serge de Claude
Chabrol. Cette attitude à la fois exotique et séduisante pour la jeunesse anglaise de la fin des années
cinquante, fascine alors le jeune manager cinéphile du groupe, Andrew Loog Oldham. Sous son impulsion,
la bande à Mick Jagger s’empare de manière provocante de cette imagerie dès 1962 pour imposer les
Rolling Stones comme les anti-Beatles : une bande de « voyous » conspués par l’establishment, mais
immédiatement célébrés comme les héros noirs d’un genre nouveau.
Avec de nombreux extraits à la clef, Nicolas Stanzick reviendra sur cet étonnant parcours
cinématographique né de la Nouvelle Vague, qui a vu les auteurs de Satisfaction créer la bande-son de mai
1968 sous la caméra de Godard (Sympathy for the Devil), devenir les héros malgré eux du Blow Up du
documentaire rock (Gimme Shelter), ou incarner les obsessions scoresesiennes par leur seule présence
scénique (Shine a Light). Une histoire d’amour vampire, où les Rolling Stones et les cinéastes qui les ont
filmés se nourrissent les uns des autres, dans une pure logique d’entremêlement des arts et de
détournement des objets. Un coup de foudre mutuel, qui nous a offert quelques unes des pièces
maîtresses de la révolution pop au cinéma.
Durée approximative : 60 min.
Né en 1978 à Poitiers, Nicolas Stanzick se passionne très tôt pour le cinéma, le
rock’n roll et la contre-culture au sens large du terme. Après des études
d’histoire à Paris-I Panthéon-Sorbonne, il collabore comme journaliste à
L’Écran Fantastique, Repérages, Blast, France Culture... Associé à la
rétrospective Hammer du Musée d’Orsay en 2011, son premier ouvrage, Dans
les griffes de la Hammer (Le Bord de l’eau, 2010), s’est imposé comme le livre
de référence sur le studio culte du cinéma fantastique. En 2012, il participe à
l’ouvrage collectif dirigé par le CNC, Le Cinéma fantastique en France (Scope
Éditions). Parallèlement, ses nombreuses conférences l’ont mené de l’Institut
Lumière au Festival Fantasia de Montréal en passant par le Forum des Images.
Cette conférence a été présentée pour la première fois en 2011 au Palais de la Médiathèque de Puteaux.
Les Rolling Stones et Jean-Luc Godard à Londres en 1968, lors du tournage de One plus One.
FILMOGRAPHIE SÉLECTIVE DES ROLLING STONES:
1966 – Charlie is my Darling de Peter Whitehead
1967 – We Love you de Peter Whitehead
1968 – One plus One / Sympathy for the Devil de Jean-Luc Godard
1968 – The Rolling Stones’s Rock’n Roll Circus de Michael Lindsay-Hogg (TV – finalement sorti en 1996)
1969 – The Stones in the Park de Leslie Woodhead
1969 – Invocation of My Demon Brother de Kenneth Anger
1970 – Gimme Shelter d’Albert Maysles et David Maysles (George Lucas parmi les chef-opérateurs)
1970 – Performance de Nicholas Roeg (fiction avec Mick Jagger comme acteur)
1970 – Ned Kelly de Tony Richardson (fiction avec Mick Jagger comme acteur)
1972 – Umano non umano de Mario Schifano
1972 – Cocksucker Blues de Robert Franck
1973 – Ladies and Gentlemen : The Rolling Stones de Rollin Binzer
1983 – Let’s Spend the night together de Hal Ashby
1991 – At the Max de Noel Archambault, David Douglas, Roman Kroitor, Julien Temple
2008 – Shine a Light de Martin Scorsese
2010 – Stones in Exile de Stephen Kijak
2012 – Crossfire Hurricane de Brett Morgen

Documents pareils