Sourire Quand Même

Commentaires

Transcription

Sourire Quand Même
Union des Blessés de la Face et de la Tête
92e ANNÉE
Les Gueules Cassées
Sourire Quand Même
Association fondée en 1921 reconnue d’Utilité Publique décret du 25 février 1927
NUMÉRO 325 FÉVRIER 2013
PARCOURS
Edmond‑François Calvo
un dessinateur au cœur
de la guerre p. 12
DÉCOUVERTE
Casques
sans frontières p. 18
2
Sommaire
Actualité P.4
Histoire P.16
Les vœux
Fondation P.7
Découverte P.18
Casques sans frontières
Médaille d’or de l’Académie nationale
de Médecine pour
la Fondation des Gueules Cassées
Reportage P.8
« La Bonne Soupe »
En régions P.22
Réunions régionales
Carnet P.26
Souvenir P.29
Hommages à Roland
Lamouret, André Neirinck
et Jacques Augière
Parcours
P.12
Edmond‑François
Calvo : un dessinateur
au cœur de la guerre
À savoir P.31
Organisation P.40
Directeur de la publication : Henri Denys de Bonnaventure. Rédacteurs en chef : Patrice Rézeau, André Matzneff.
Conception et réalisation : In Fine. Administration : Union des Blessés de la Face et de la Tête « Les Gueules Cassées »
- 20, rue d’Aguesseau, 75008 Paris - Tél. : 01 44 51 52 00 - Télécopie : 01 42 65 01 14 - e-mail : [email protected]‌asso.‌fr - site : www.‌gueules-cassees.asso.fr.
N° de Commission paritaire : 0315A 06453 - N° ISSN : 1162-3128. Impression : Touraine Rotos - 32, avenue Charles Bedaux, 37000 Tours. Crédits photos :
UBFT – Emmanuel Augustine – Valentine Jenn – Éditions Gallimard, Éditions Gallimard Jeunesse, Franck Laborey – DR.
3
Éditorial
Impliqués et déterminés
Les années passent certes, mais les Gueules Cassées poursuivent vaillamment leur chemin
et continuent de tracer leur route.
Tout au long de l’année écoulée, notre association et notre Fondation ont bien tenu leurs
engagements, en priorité en faveur des membres à travers des aides sociales conséquentes
et un soutien moral à l’égard de nombreux d’entre nous, y compris les blessés psychiques
dont les maux sont de mieux en mieux officiellement reconnus. Cette année encore, nous
continuerons sur cette voie avec détermination.
Au plan national, nous poursuivons nos contacts avec les plus hautes autorités civiles
et militaires pour faire entendre notre voix et faire connaître nos idées, avec le souci qu’elles
finissent un jour par être prises en compte. Ces actions, souvent coordonnées avec nos
camarades Grands Invalides de Guerre, sont relayées et complétées par nos délégués sur
l’ensemble du territoire. Qu’ils en soient vivement remerciés et félicités.
En interne, nous nous attachons à relever les deux défis constitués par le maintien dans
le patrimoine de l’association de nos domaines auxquels nous sommes tant attachés.
Pour le Coudon, une solution d’avenir, conforme à notre vocation et à nos valeurs, a été
définie, approuvée à la quasi-unanimité par notre dernière assemblée générale, et est
en cours de réalisation. Pour Moussy, nous exploitons quelques pistes avec l’espoir d’aboutir,
le moment venu, à un résultat aussi satisfaisant.
Ces quelques mots vous confirment que les dirigeants bénévoles et les salariés de votre
association s’impliquent totalement dans le présent et l’avenir de l’UBFT.
Tous vous adressent leurs très sincères vœux pour cette nouvelle année.
Et, bien sûr, nous restons animés, face aux inévitables difficultés qui nous attendent,
par notre idéal qui nous conduit à continuer de « Sourire Quand Même ». Henri Denys de Bonnaventure
Président de l’Union des
Blessés de la Face et de la Tête
« Les Gueules Cassées »
4
Actualité
Actualité
Les vœux
Au Siège
Ambiance fraternelle et décontractée entre les personnalités et les amis de l’UBFT.
N
ombreux ont été les personnali-
J o n e s , c o n s eille r d e C h ris to p h e
tés et les amis qui ont fait aux
Blanchard-Dignac, président de la
Gueules Cassées l’honneur de
Française des Jeux, le général Laporte-
répondre à leur invitation, afin d’échan-
Many, directeur de cabinet du Grand
ger les vœux traditionnels, dans le
Chancelier de la Légion d’honneur, le
grand salon de notre siège social, à
général Hervé Gobilliard, président de
Paris, le jeudi 10 janvier 2013.
la Société des Membres de la Légion
En l’absence, toujours regrettée, de notre
d’honneur, Marie‑Claire Nossovitch,
ministre Kader Arif, c’est devant son
directrice générale adjointe de l’ONAC
conseiller spécial, Serge Barcellini et une
ainsi que les représentants des associa-
assistance où l’on reconnaissait entre
tions du Comité d’Entente, que notre
autres le général Cuche, Gouverneur des
président, après avoir fait un bilan de
Invalides, le médecin général inspecteur
l’année écoulée, a brossé un tableau des
Jack Dorol, directeur de l’Institution
perspectives et de nos projets pour
nationale des Invalides, Christopher
2013 et bien au-delà.
À Moussy L
5
es autorités civiles et militaires du département ont également bien voulu
répondre à la même invitation, pour entendre les vœux prononcés par
notre président et partager la galette des rois, en notre domaine de Moussy,
le vendredi 4 janvier dernier, avec nos camarades de la région parisienne.
Parmi nos invités, nous avons noté, entre autres, la présence de Armand
Jacquemin, maire de Moussy‑le‑Vieux, Bernard Rigault, maire de Moussy-le-Neuf
et Stéphane Jabut, le nouveau maire de Dammartin-en-Goële, ainsi que celle des
représentants de la Gendarmerie nationale et du SDIS de Seine-et-Marne.
Les maires des communes voisines venus tirer les rois.
Au Coudon
N
os camarades du Var ont également répondu nombreux à
notre invitation, ainsi que les
notables, pour échanger des vœux et
partager la galette des rois, en notre
domaine du Coudon, le jeudi 18 janvier
dernier.
Une réunion régionale, présidée par
Moment de recueillement devant la stèle.
Henri Denys de Bonnaventure, avait
été organisée le même jour par notre
camarade Bernard Tomasetti, délégué
régional pour la Provence.
Avant d’informer nos camarades varois
des démarches en cours pour l’ouverture en 2015 de la grande maison
de retraite du Coudon, ce fut l’occasion
du passage de témoin entre Lucien
Humblot et le n o u veau délég u é,
Bernard Tomasetti.
Visite du site du futur EHPAD.
suite page 6
6
Actualité
Au cours du déjeuner qui a suivi, nous
avons eu l’honneur et le plaisir d’accueillir, entre autres, M. Couture, premier
adjoint, représentant Madame Hummel,
Sénateur‑maire de La Valette-du-Var,
M. Francis Colombéro, maire adjoint
chargé de l’urbanisme, M. Castel,
Directeur de l’Agence Régionale de Santé,
M. Pastor, maire adjoint de La Garde,
chargé des anciens combattants.
Le docteur Carteau en pleine explication.
Le docteur Carteau, médecin coordonnateur et Madame Jacquemin, qui prendra bientôt la direction de la nouvelle
maison de retraite « Résidence Colonel
Picot », étaient également présents.
Les vœux du président.
Visite du Gouverneur militaire
de Paris au Siège
L
e général de corps d’armée Hervé
Charpentier a été l’hôte des
Gueules Cassées le 23 novembre
dernier. Le président lui a exposé l’histoire de l’Union, mais surtout ses actions
actuelles, notamment en faveur des
nouveaux blessés en OPEX, soulignant
les difficultés pour connaître en temps
réel leur identité. Il lui a également fait
part des liens fructueux que les Gueules
Cassées ont développés avec la Cellule
d’Assistance aux Blessés de l’Armée de
Terre et l’association Solidarité Défense.
Ces préoccupations sont partagées par
le Gouverneur militaire de Paris, qui se
félicite de ce contact, qui sera renouvelé
en 2013.
7
Fondation
La Fondation des Gueules Cassées
reçoit la médaille d’or de l’Académie nationale de Médecine
Le professeur
Jacques Philippon,
Antoine du Passage
et le général Hubert
Chauchart du Mottay.
L
e 18 décembre 2012, l’Académie
nationale de Médecine a remis sa
médaille d’or à la Fondation des
Gueules Cassées, fondation d’utilité
publique créée en 2001 dont le but est
d’apporter une aide tant morale que
matérielle aux « mutilés de la face » et
de soutenir la recherche sur les pathologies cranio-faciales traumatiques tumorales et malformatives.
Cette distinction récompense l’action de
notre Fondation et souligne l’importance des recherches qu’elle soutient.
Attribuée chaque année par le Conseil
d’administration de l’Académie nationale
de Médecine, après un rapport de son
secrétaire perpétuel, elle constitue pour
nous un vif encouragement à poursuivre dans notre voie.
La Fondation des Gueules Cassées était
représentée par son président, le général Hubert Chauchart du Mottay, par
Antoine du Passage, fondateur et président honoraire, et par le professeur
Jacques Philippon, neurochirurgien, président de son comité scientifique.
« L’Académie de Médecine est heureuse
d’honorer et d’encourager la Fondation
des Gueules Cassées. Elle a su adapter
son action et soutenir de remarquables
actions dans les soins, la rééducation
et les recherches sur les pathologies
cranio‑faciales. Qu’elle en soit remerciée. DANIEL COUTURIER, SECRÉTAIRE ADJOINT
DE L’ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE
»
8
Reportage
Reportage
« La Bonne Soupe »
Quel fil invisible peut bien relier – à presque
un siècle d’écart – les tranchées de la Grande
Guerre et un restaurant français niché
à Manhattan ? Tout simplement la longue
saga familiale qui a conduit le petit-fils
du colonel Picot à s’installer au cœur
de la Grande Pomme dans les années 70.
Rencontre.
«T
iens-toi droit, ne baisse
est né le 7 décembre 1936 d’une mère
humour parfois ravageur malgré sa
pas les yeux, regarde
médecin, décédée en 1945 des suites
­défiguration. De tempérament sanguin,
droit devant toi… Je me
de malnutrition, et d’un père officier
il lui est – paraît-il – arrivé de faire
souviens encore des injonctions de mon
de marine, héros des deux Guerres
le coup de poing en politique. Député de
père lorsque nous nous rendions à
mondiales. « J’étais très fier de mon
Bordeaux, il f ut le très éphémère
la messe des Invalides en l’honneur
père, capitaine de vaisseau, croix de
sous‑secrétaire d’État à la Guerre du plus
de s Gueule s Cassée s . J’y croisais
guerre et titulaire de la Légion d’honneur
court gouvernement de la IIIe République
les poilus survivants de la guerre
à titre militaire. Il me parlait souvent
qui dura à peine vingt‑cinq jours. Mon
de 14/18. Du haut de mes 10 ans, j’étais
de mon grand-père avec une forte émo-
enfance a été bercée par les faits d’armes
impressionné et j’avais peur. Ce sont
tion. Le colonel était très bon vivant et,
de ce glorieux ancêtre. »
là parmi mes ­p remiers souvenirs liés
d ’u n a vis u n a nim e , e x trê m e m e nt
Rompant avec une tradition vieille
à cet héritage familial. » Jean-Paul Picot
­sympathique. Il avait su conserver un
de plusieurs générations, Jean-Paul
9
Jean-Paul Picot devant le portrait
du colonel, son grand-père.
« Malgré ma longue épopée, je suis
resté en contact constant
avec les Gueules Cassées, par fidélité
à la mémoire de mon grand-père. »
Picot et ses deux frères n’embrasseront
Abasourdi, désorienté, découragé par
toutefois pas la carrière militaire. Lui
cet arrachement, il est tout près de
préfère le maniement des casseroles
renoncer. Sa femme Monique et leurs
à celui des armes. Après des études
deux enfants, restés à Paris, doivent
à la pres tigieus e é cole hôtelière
cependant le rejoindre une fois installé.
de Lausanne, il sert dix‑huit mois
Il s’accroche et commence par travailler
en Algérie. Rendu à la vie civile, il achète
à Boston pour une chaîne de restau-
à Paris un hôtel, « Le Sèvres Azur »,
rants dénommée « La Crêpe ». Il décide
le vend, puis acquiert en 1966 un res-
ensuite de lancer sa propre affaire
taurant de poissons rue de Wagram
en compagnie d’un cuisinier, Pierre
et baptisé la « Pomme d’Or ». Succès
Chambrun, qui connaîtra une presti-
immédiat. Mais les événements de Mai‑68
gieuse destinée en devenant chef
lui seront fatals. Le restaurant se vide,
à la Maison‑Blanche sous George Bush
les clients désertent. Il cède son fonds
« père ». Mais les affaires sont dures et
de commerce à Jo Goldenberg, autre
il doit renouer avec le salariat : il est
fameux res taurateur de la place
chargé de développer des franchises
de Paris, et décide de tenter sa chance
pour « La Crêpe » à travers tout le pays.
aux États-Unis.
Une opportunité décisive s’ouvre alors
à lui : il rachète le fonds de commerce
New York, année zéro
de l’un de ses franchisés sur la 55e Rue
Jean-Paul Picot se retrouve seul avec
à Manhattan. Il le transforme en un
ses valises à New York, sur la 5e Avenue,
bistro à la française et le rebaptise
par une journée caniculaire de l’été
« La Bonne Soupe » (cf. encadré) en 1973.
1970. Une véritable scène de film.
suite page 9
« La Bonne Soupe »,
le restaurant
Avec sa petite terrasse en balcon,
son auvent bleu ciel et sa devanture
blanche encadrée par deux tableaux
noirs où spécialités et menus sont
inscrits à la craie, La Bonne Soupe
s’est imposée au fil des ans comme
un petit coin de France au beau
milieu des buildings new-yorkais.
Situé sur la 55e Rue entre
la 5e et la 6e Avenue, le bistro est
devenu l’un des rendez-vous
incontournables de la communauté
française de New York, surtout
depuis qu’il a ouvert durant
les événements du 11‑Septembre
2001 afin d’accueillir les sinistrés.
Son nom fait référence à la pièce
de théâtre mise en scène par
Félicien Marceau dans les années 60,
avec Jeanne Moreau et Marie Bell.
10
Reportage
Yves Picot, l’arrière‑petit‑fils du colonel,
est aujourd’hui aux commandes de La Bonne Soupe.
La Bonne Soupe
Cookbook, le livre
Monique s’occupe plus particulièrement
en 1997 un livre de recettes de cuisine
de la décoration et des menus… « Sans
françaises en compagnie de Doris Tobias,
elle, rien n’aurait été possible. » Un article
critique gastronomique réputée (cf. enca-
bienvenu paru dans New York Magazine
dré). Un véritable best-seller, qui se vendra
le lance définitivement.
à plus de 100 000 exemplaires. Lui
se veut modeste : « Ma réussite, je la dois
Cet ouvrage de près de 200 pages
entremêle une centaine
de recettes à la française avec
les petites et grandes anecdotes
de la famille Picot. On y apprend
ainsi au détour d’un chapitre
que la passion de Jean‑Paul Picot
pour la cuisine lui a été transmise
par sa grand‑mère maternelle,
chez laquelle il fut envoyé durant
la Seconde Guerre mondiale.
On y découvre également
la réponse qu’il fit à l’âge
de 15 ans à son père qui
l’interrogeait sur son avenir,
espérant sans doute secrètement
qu’il perpétue la tradition militaire
familiale : « Je veux voyager
et faire un métier de contact
avec les gens. » Un vœu exaucé !
Succès
beaucoup aux nombreux amis américains
La success story ne se démentira pas
ou français qui m’ont aidé lors de mon arri-
durant 40 ans… Aujourd’hui, La Bonne
vée aux États-Unis. Je tiens notamment
Soupe est devenue une référence
à évoquer le colonel Roger Brunschwig,
en matière de gastronomie française
Gueule Cassée de 14/18 et grand ami
à New York. Ses quatre salles, ouvertes
de mon père. Il m’a toujours soutenu, sur-
de 11 h 30 à 23 h 00, ne désemplissent
tout dans les moments difficiles. »
pas. Il réalise plus de 600 couverts par
jour, avec des pics atteignant près
Traces
de 1 000 clients lors de certains week-
Voici quelques années, Jean-Paul Picot
ends. Ce qui nécessite une équipe
a passé le flambeau à son second fils,
de 28 personnes, dont 5 en cuisine
prénommé Yves en l’honneur du colo-
et 22 dédiées au service. Ses plats emblé-
nel. Arrivé aux États-Unis à l’âge de
matiques ? Une soupe à l’oignon réputée
5 ans, il se sent presque plus Américain
dans toute la ville mais aussi la brandade
que Français. Pour autant, il garde en lui
de morue dont il a lancé la mode
l’empreinte laissée par son célèbre
à New York. Sans oublier bien sûr la bouil-
aïeul : « J’avais des photos de mon
labaisse, la fondue au fromage ou encore
arrière-grand-père dans ma chambre
la ratatouille et autres spécialités hexago-
d’enfant. Je conserve l’image d’un homme
nales. On trouve même sur sa carte des
d’exception. D’autres temps, d’autres
cuisses de grenouilles ! Point d’orgue
vies… mais dont l’empreinte perdure. »
de ce couronnement culinaire, il écrit
Jean-Paul Picot ne dit pas autre chose :
11
« J’ai perpétué une forme de tradition
en adhérant aux anciens
combattants de New York. »
« Malgré ma longue épopée, je suis resté
en contact constant avec les Gueules
Cassées par fidélité à la mémoire de mon
Le voyage du colonel
Yves Picot aux États-Unis
grand-père. Par fierté, également. Ici
même, j’ai perpétué une forme de tradition en adhérant aux anciens combattants de New York. J’ai défilé sur
la 5e Avenue le 11 novembre, en compagnie de vétérans d’Afghanistan et d’Irak,
défigurés ou estropiés. Quand je me
trouve à Paris, ce qui m’arrive assez
régulièrem ent , je n e m anqu e p as
une occasion de me rendre aux cérémonies organisées par l’association à
Moussy-Le-Vieux. Même si ma vie, mes
enfants, mes petits‑enfants sont désormais de l’autre côté de l’océan, je n’ai
jamais perdu de vue mes racines, ni l’histoire de ma famille. D’une certaine façon,
j’ai retrouvé les traces de mon grandpère qui s’était rendu à Philadelphie
en 1926 et gardait un excellent souvenir
de ce voyage officiel (cf encadré). »
Et de conclure à la Guy de Maupassant :
« J’ai eu une très belle vie. »
ÉRIC DUMOULIN
En tant que sous-secrétaire d’État à la Guerre,
le fondateur des Gueules Cassées est chargé
en 1926 d’inviter l’American Legion à venir
l’année suivante tenir son congrès à Paris.
Ému par l’accueil enthousiaste qui lui est
réservé à Philadelphie, il déclare :
« Ils (l’American Legion) viendront au nombre
de 30 000, accompagnés de M. Walker
Savage, leur président. L’accueil que nous
ferons aux anciens combattants d’Amérique
doit être digne de notre renom d’hospitalité
et semblable à celui que nous avons reçu
nous-mêmes et qui fut des plus chaleureux. »
Suite à ce voyage, il militera pour le paiement
intégral par la France de la dette de guerre
contractée auprès des États-Unis.
Il aura à nouveau l’occasion de se rendre
outre‑Atlantique en 1931 pour remettre
une distinction honorifique à une généreuse
philanthrope, grande amie de la France
et bienfaitrice de l’Association, Madame
Henry Alvah Strong.
12
Parcours
Parcours
Edmond‑François Calvo
un dessinateur
au cœur de la guerre
Il fut un temps où tous les enfants français attendaient
impatiemment et dévoraient avidement les dessins de Calvo.
Pourtant, en 1958, 14 ans après la parution de La bête est morte !,
il disparaît, quasiment oublié. Sauf de ses pairs, qui ne cessent encore aujourd’hui d’admirer le génie de sa « patte ».
Des animaux et des hommes
Parler de « patte » n’est pas un vain
mot en ce qui concerne Calvo, l’un des
plus grands dessinateurs animaliers
du XXe siècle, qui porta à son sommet
la place de l’animal anthropomorphe
dans la création graphique.
D’Albert Uderzo, dont il fut l’inspirateur,
ou des Studios Disney qui tentèrent
« C’est le trésor méconnu
de la bande dessinée française (…)
probablement le meilleur
dessinateur de son époque. »
JEAN-PIERRE MERCIER, CONSEILLER SCIENTIFIQUE DE LA CITÉ
INTERNATIONALE DE LA BANDE DESSINÉE ET DE L’IMAGE D’ANGOULÊME
de le débaucher, au père de Maus, Art
Spiegelman, les grands de la BD ne
silencieux à ses côtés, tandis qu’il met
homme.
Le destin d’un homme
de bonne volonté
L’œuvre de Calvo s’inscrit dans la lignée
Calvo est un artiste génial et prodigue
avant tout le monde, flaire et encourage
d e celle d ’u n L eb r u n , a u te u r a u
qui dédia à sa table à dessin les vingt
chez le petit Albert la graine de grand
XVIIe siècle d’un Système de la physiono-
dernières années de sa vie quasi mona-
talent, se rappelant peut-être sa propre
mie établissant le lien entre figures
cale, mais son humanité marque ses
enfance et l’application scrupuleuse
d’hommes et d’animaux, ou encore
contemporains tout autant que son
et passionnée qu’il mettait à reproduire
des fabulistes médiévaux puis de La
talent. « Non seulement c’était un homme
images animalières et dessins de maîtres
Fontaine qui choisissent « des animaux
extraordinaire sur le plan graphique, mais
tel Gustave Doré.
pour le dire », exposant les traits
c’était surtout quelqu’un d’humainement
humains fondamentaux et dénonçant
merveilleux », témoigne Uderzo, profon-
1892. Edmond-François Calvo naît
les dérives de la société par le truche-
dément reconnaissant envers ce colosse
à Elbeuf dans une famille de la bourgeoi-
ment de la métaphore animalière.
humble et généreux qui l’accepte, enfant
sie industrielle. Ses parents dirigent
cessent de clamer le rôle majeur de cet
la dernière main à ses planches. Calvo,
13
EDMOND-FRANÇOIS CALVO.
Le petit Gaulois
et le géant américain
Dans cet extrait de La bête est morte !, on reconnaît Winston
Churchill (le Dog) et Adolf Hitler (le Grand Loup).
une distillerie et rien ne le prédestine
ceintures de son beau-père. Plus amou-
à une carrière artistique. Pourtant, il des-
reux de la bonne chère et de la convi-
sine sans cesse. Après ses études à
vialité que de l’industrie, il reprend avec
Rouen, il est mobilisé en 1914 et endure
son épouse Germaine l’hôtel-restaurant
les quatre années de guerre. Il « croque »
« L’Union ». L´aventure dure dix ans.
ses camarades de chambrée... La paix
Il dessine, encore et toujours. Germaine
revenue, il publie quelques dessins
l’encourage alors à franchir le pas.
humoristiques dans la presse, notam-
En 1938, les voici à Paris, en famille.
ment au Canard enchaîné.
À 46 ans, Edmond-François change
De retour dans l’Eure, à Pont-Saint-
de vie, assouvit sa passion. La plus
Pierre, il dirige une galocherie puis tra-
importante maison d’édition pour la jeu-
vaille à la fabrique de boucles de
suite page 14
David contre Goliath... ou le village
gaulois d’Astérix contre l’empire
de l’Oncle Sam : la réalité rejoint
décidément les mythes et la fiction !
Walt Disney, de huit ans son cadet,
a peut-être influencé Calvo dans
les années 30 même si son style
reste très personnel, plus foisonnant
et baroque que celui de l’Américain.
Ce dernier lui‑même ne s’est pas
trompé sur le talent de Calvo :
s’il l’accuse de plagiat (les truffes
des loups sont, selon Disney, trop
ressemblantes...), dès l’après‑guerre,
il lui propose de l’embaucher dans
ses studios de Burbank. Mais Calvo
décline l’offre, peu attiré par
les méthodes de création et le mode
de vie américains !
14
Parcours
Croquis d’un poilu
par Calvo.
nesse de l’époque, la Société Parisienne
d’Édition, l’emploie immédiatement.
Il devient Calvo et produit dès lors
comme un fou jusqu´à sa mort en 1957.
Elle le saisit en plein travail, alors
qu’il dessine la dix-septième planche
du dixième épisode de Moustache
et Trottinette intitulé... Trottinette a perdu
Moustache. Il disparaît alors dans l’oubli,
jusqu’à ce que Cestac et Robial, les deux
créateurs passionnés de Futuropolis,
découvrent, exhument et rééditent son
œuvre dans les années 70.
Une production foisonnante
dont il est également le scénariste.
les quotidiens régionaux ou avec
L’œuvre de Calvo ne peut être citée
Maître par excellence du mouvement,
les magazines tels Hardi les gars, Zorro,
dans son intégralité tant elle est diverse
il innove avec ses Anatomies atomiques,
La Semaine de Suzette, Cœurs Vaillants,
et gig ante s qu e , to u chant à to us
livre découpé permettant de varier
Fripounet et Marisette, Fillette, etc.
les genres du récit populaire : western
à loisir les têtes, bustes et jambes
Principalement tourné vers la jeunesse,
( Tom Mix), flibuste (Hurleloup, la
de seize personnages !
Calvo collabore néanmoins à la revue
Vengeance du Corsaire), exotisme
Abordant avec autant de plaisir le réa-
L’Armée française au Combat et à ses
(King Kong) et même science-fiction
lisme que la fantaisie, il crée les pre-
deux suppléments (Choc et Parachutistes)
(La Croisière fantastique). Héritier
mières pages de l’heb domadaire
où il illustre des textes essentiellement
de Lorioux, influencé par Samivel
Les Grandes Aventures, illustre somp-
patriotiques.
et Dubout, il se fait surtout remarquer
tueusement Robin des bois, Le Chevalier
avec le très célèbre album Les Aventures
de feu, Les Voyages de Gulliver ou de
Un homme au cœur de la guerre
de Rosalie et des BD animalières telles
nombreux contes de Perrault pour
Calvo a 22 ans lorsqu’éclate la Première
Patamousse ou Moustache et Trottinette
ne citer que ceux-là, et travaille avec
Guerre mondiale, 47 lorsque la Seconde
15
Calvo à sa table à dessin.
enflamme à nouveau l’Europe. Il ne peut
passer à côté du sujet. Son ouvrage
La bête est morte ! sous-titré La guerre
mondiale chez les animaux, est conçu
dans la clandestinité et publié en 194445 avec un retentissement extraordinaire. En tête du second volume, Calvo
et le scénariste Dancette, qui n’est autre
de Vichy ou de ne faire qu’une allusion
au front et la dureté de la vie des civils
que le directeur des Éditions GP, procla-
rapide au génocide juif. Mais l’illustra-
sous l’Occupation que l’on perçoit, éma-
ment leur « espoir que la bête est bien
tion traduit le regard de Calvo sur les
nant du détail des corps et des décors.
morte ».
événements tels qu’il pouvait les perce-
Le trait, qui impressionne tant Uderzo,
Destinée aux enfants, cette œuvre
voir dans le contexte de l’époque.
réalisé avec des plumes anglaises
raconte le conflit dont chaque protago-
Il révèle sa compassion et son souci
d’une exceptionnelle souplesse, offre
niste a son double animalier : les
premier de montrer aux enfants les
une grande précision tandis que les
Français sont des lapins, les Allemands
méfaits de la guerre en espérant qu’ils
doubles pages déploient une ampleur
des loups, les Anglais des bulldogs,
ne la revivent jamais.
cinématographique. Les animaux
les Italiens des hyènes, les Américains
La bête est morte ! sera l’une des rares
y campent les hommes avec une diver-
des bisons. Chaque circonstance ou allu-
bandes dessinées françaises réalisées
sité d’expressions saisissante, tantôt ter-
sion possède sa signification historique
sous l’Occupation, avec Le s Trois
rifiants et bouffis de leur pouvoir
et politique. Le lecteur adulte y trouve
Mousquetaires du maquis de Marijac, scé-
démentiel, tantôt minuscules, pauvres
une dénonciation des régimes fascistes
nariste et ami de Calvo. Il faudra attendre
êtres broyés par le conflit.
et nazis, mais également celle de l’incu-
environ 40 ans pour que la BD française
Mais si l’on ne peut s’empêcher de
rie des politiciens français au début
traite à nouveau le sujet...
penser devant La bête est morte ! à l’es-
du conflit.
prit d’un Bosch ou d’un Bruegel maniant
L’album débute comme une de ces gen-
la folie, la terreur et le grotesque, il res-
Un trait magistral pour
un sujet difficile
tilles histoires du Père Castor et l’on
sort, à regarder l’ensemble de l’œuvre
sourit au premier abord de l’expression
de Calvo, le sentiment d’une réelle fraî-
La bête est morte ! n’est pas un ouvrage
des personnages, de leurs postures par-
cheur et d’une émouvante tendresse.
historique et l’on peut reprocher au scé-
fois rocambolesques. Mais, rapidement,
nario de ne pas évoquer le régime
c’est toute la violence des combats
ISABELLE COUSTEIL
dd 1
LES CINQ COMMUNES
La fLamme de
COMPAGNON
La Resistance
Les cinq communes compagnon de la Libération
DE LA LIBÉRATION
NANTES GRENOBLE PARIS
VASSIEUX-EN-VERCORS
îLE dE SEIN
Q
Q
u’ont donc en commun la capitale de la France, celle du dauphiné, un
village du Vercors, la plus grande métropole de Bretagne et une petite île du
Finistère ? avoir été honorés par la plus rare et la plus prestigieuse décoration
française de la Seconde Guerre mondiale : la croix de la Libération.
Les cinq communes
compagnon de la Libération
Histoire
fLamme de La Resistance
16
Histoire
u’ont donc enaujourd’hui,
commun
la capitale
Cepour
livre
officiel
ces communes
portent témoignage
les générations
futuresrend homde leur combat, des crimes commis par l’occupant nazi et le régime de Vichy
de la France, celle
dufaitsDauphiné,
un nommées
mage
auxdecompagnons
de la
et des hauts
qui leur ont valu d’être
compagnon
la Libération
ainsi que 1 038 hommes et femmes et 18 unités combattantes.
village du Vercors, de
lal’exécution
plus grande
métro- Libération et à tous ceux,
des « 50 otages » à Nantes à la libération de Paris, du ralliement
des Sénans au général de Gaulle, des coups d’éclat des combattants
pole de Bretagnecollectif
une
petite
îledu du
résistants,
déportés
et comdeet
l’ombre
à Grenoble
au drame
Vercors, huit
historiens, spécialistes
de ces
années sombres, nous livrent des synthèses historiques de haut niveau.
Finistère ? Avoir été honorés par la plus
bat tant s de la S e conde
Leur récit, émaillé de plus de 200 illustrations, dont plusieurs inédites, porte aussi
fLamme de
La Resistance
5
La
sur la mémoire de décoration
cette époque dramatique Guerre
qui s’est construite
dès la fin de
rare et la plus prestigieuse
mondiale,
qui ont
l’Occupation, à Nantes, Grenoble, Paris, Vassieux-en-Vercors et sur l’île de Sein.
au moment où les
derniers compagnons
les uns après
autres,
française de la Seconde
Guerre
mon- disparaissent,
participé
à laleslibération
de la
l’oubli serait une seconde mort, encore plus cruelle. C’est pourquoi, à partir du
2012, le Conseil national des communes
compagnon
assurera la un mesdiale : la croix de la16 novembre
Libération.
France.
Il adresse
pérennité de la mémoire de l’ordre de la Libération.
Aujourd’hui, ces Cecommunes
portent
sage
d’espoir
et de paix à
livre officiel rend hommage
aux compagnons
de la Libération
et à tous ceux,
résistants, déportés et combattants de la Seconde Guerre mondiale, qui ont
témoignage pour
les
générations
participé
à la Libération
de la France.
notre jeunesse, mais aussi
Les cinq
communes
compagnon
de la Libération
NANTES GRENOBLE PARIS
VASSIEUX-EN-VERCORS
îLE dE SEIN
Ce livre adresse un message d’espoir et de paix à notre jeunesse, mais aussi au
futures de leur combat,
des
crimes
monde,
pour que ne
monde, pour que ne
s’éteigne
pas « la flammeau
de la Résistance
».
Logo / Cherche midi
des compagnons de la Libération (Elytis, 2010).
La
Libération depuis douze ans. Membre du conseil scientifique du musée du Général Leclerc de Hauteclocque
Logo / Cherche midi
valu d’être nommées compagnon de la
14,50 € TTC FRaNCe
www.cherche-midi.com
Libération ainsi que 1 038 hommes
et
ISBN 978-2-7491-2324-0
Vladimir Trouplin, coauteur
femmes et 18 unités combattantes.
et directeur de ce livre, est
De l’exécution des « 50 otages » à
historien et conservateur du
Nantes à la libération de Paris, du rallie-
musée de l’Ordre de la Libération
ment collectif des Sénans au général de
depuis douze ans. Membre du conseil
•Typos d’accompagnement : Hermes (toutes graisses)
Laffont, 2006) et au Dictionnaire de la
•Typos d’accompagnement : Hermes (toutes graisses)
Gaulle, des coups d’éclat des combat-
scientifique du musée du Général
France Libre (Robert Laffont, 2010).
tants de l’ombre à Grenoble au drame
Leclerc de Hauteclocque et de la
Il est l’auteur du Dictionnaire des com-
du Vercors, huit historiens, spécialistes
Lib ération de Paris et du mus é e
pagnons de la Libération (Elytis, 2010).
de ces années sombres, nous livrent
Jean Moulin (Ville de Paris), il a colla-
des synthèses historiques de haut
boré au Dictionnaire De Gaulle (Robert
niveau.
Prix : 14,50 € TTC FRANCE
www.cherche-midi.com
Leur récit, émaillé de plus de 200 illustrations, dont plusieurs inédites, porte
aussi sur la mémoire de cette époque
dramatique qui s’est construite dès
la f in de l’O ccupation, à Nantes ,
Grenoble, Paris, Vassieux-en-Vercors et
sur l’île de Sein.
Au moment où les derniers compagnons disparaissent, les uns après les
autres, l’oubli serait une seconde mort,
encore plus cruelle. C’est pourquoi,
à partir du 16 novembre 2012, le
LES AUTEURS :
Jean-Pierre Bois, professeur émérite de l’université de Nantes.
Olivier Cogne, historien et archiviste, directeur du musée de la Résistance
et de la Déportation de l’Isère.
Jean‑Claude Duclos, conservateur en chef du patrimoine,
ancien directeur du Musée dauphinois et du musée de la Résistance
et de la Déportation de l’Isère.
Pierre-Louis Fillet, directeur du musée départemental de la Résistance
en Vercors.
Céline Hoeffler-Dumas, chargée de médiation au musée départemental
de la Résistance en Vercors.
« Compagnon de la Libération » assu-
Christine Levisse-Touzé, directrice du musée du Général Leclerc
de Hauteclocque et de la Libération de Paris et du musée Jean Moulin
(Ville de Paris), docteur en histoire, directeur de recherche à Paris IV.
rera la pérennité de la mémoire de
Serge Ribault, agrégé d’histoire.
l’ordre de la Libération.
Vladimir Trouplin, historien, conservateur du musée de l’Ordre de la Libération.
C o n s eil n a tio n al d e s c o m m u n e s
Je
Pr
de
Ol
Hi
Di
et
Je
Co
an
et
et
Pi
Di
de
Cé
Ch
dé
en
Ch
Di
de
de
(V
dir
Se
Ag
Vladimir Trouplin,
coauteur
de ce livre, est historien
et conservateur du musée
de l’Ordre
de laflamme de
commis par l’occupant
nazi
etet directeur
le régime
s’éteigne
pas
« la
et de la Libération de Paris et du musée Jean Moulin (Ville de Paris), il a collaboré au Dictionnaire De Gaulle
de Vichy et des hauts
faits
qui
leur
ont
laLaffont,
Résistance ».
(Robert Laffont,
2006) et au
Dictionnaire
de la France
Libre (Robert
2010). Il est l’auteur du Dictionnaire
Le
Vl
Hi
de
18
Découverte
Découverte
Casques
sans frontières
Le magazine des Gueules Cassées s’est rendu à Toulon,
non loin du domaine du Coudon, pour rencontrer un étonnant
collectionneur. Albert Meuvret, capitaine de pompiers
en activité, a rassemblé durant sa vie plus de 2 000 casques
militaires, de pompiers et de police de toutes époques
et de toutes nationalités.
D
« errière chaque casque,
il y a eu un homme, une aventure, un destin. C’est cette his-
toire muette des objets qui me fascine
et explique sans doute ma passion. »
Visage net, silhouette ­taillée par le sport,
l’officier des sapeurs-pompiers confesse
sans ambages s on at tirance for t
ancienne pour les casques, qu’il a commencé à collectionner dès l’âge de…
11 ans. Le premier d’entre eux, de
« n a tio n alit é » all e m a n d e , da t e
de la Seconde Guerre mondiale. Il lui
a été offert par son père. Depuis lors,
des centaines de spécimens l’ont rejoint…
Découvertes
Le capitaine Meuvret devant sa « cascothèque ».
Dès les années 70, Albert Meuvret
a en effet tissé un incroyable réseau
de Varsovie. Après la chute du Mur,
Minh ville, un vieux casque du Viêt-
international de correspondants, y com-
il a foncé dans la capitale allemande
minh. Il l’a négocié pendant une semaine
pris de l’autre côté du rideau de fer.
pour récupérer sa précieuse cargaison.
afin de pouvoir l’ajouter à sa collection.
Il s’est ainsi constitué à Berlin Est, via
Autre anecdote : lors d’un voyage au
S e s a m i s m ili t a i r e s e n m i s s i o n
l’un de ses contacts, une réserve secrète
Vietnam, il avait repéré dans un petit
ou en déplacement ne manquent pas
de casques des troupes du pacte
restaurant de la rue Catinat à Ho Chi
non plus une occasion de lui rapporter
19
Petit aperçu de la collection…
une pièce inédite. Depuis l’avènement
d’internet, tout s’est accéléré. Il a
« étendu sa toile », troque, achète
et revend dans le monde entier.
Mais, au-delà de l’objet, c’est l’histoire
qui l’intéresse. Et de poser sur la table
une véritable relique soviétique calcinée,
percluse d’impacts de projectiles, échappée on ne sait comment de la bataille
de Courlande durant l’hiver 1944 :
« Ah s’il pouvait parler, celui-là ! »
Et d’ajouter : « On retrouve parfois
des marquages sur ou dans les casques,
suite page 20
Un casque mythique
Lointain descendant de la bourguignotte
du Moyen Âge, le casque Adrian se composait de cinq pièces : la bombe,
la visière, la nuquière, le cimier et la coiffe en cuir. Les premiers
exemplaires peints en bleu horizon constituant d’excellentes cibles dans
les reflets du soleil, les soldats les passèrent à la boue. Une peinture
mate fut ensuite distribuée aux unités, avant qu’ils ne soient
directement peints en usine. En 1926, une nouvelle version du casque
Adrian fut adoptée. Fabriquée en acier plus résistant, il fut produit
à 3 millions d’exemplaires. À compter de 1935, le kaki remplaça le bleu
horizon. Équipement standard des armées jusqu’après la Seconde
Guerre mondiale, il fut utilisé jusque dans les années 70 par les forces
de police et dans les années 80 par les pompiers.
20
Découverte
Quelques uns des plus beaux éléments
de la « cascothèque » du capitaine Meuvret.
« Le Petit Adrian »
Dans un petit livre original,
le capitaine Meuvret a imaginé
la traversée mouvementée du siècle
dernier par un casque Adrian. Témoin
privilégié de ses deux Guerres
mondiales et de ses innombrables
drames, il s’illustrera dans l’armée,
dans la Résistance, au sein de
la Croix‑Rouge, chez les pompiers...
D’Apollinaire au colonel Picot, des FFI
aux soldats du feu, l’auteur nous fait
voyager à travers la grande et la
petite histoire de cet objet mythique.
Publié le 11 novembre 2012
aux Presses du Midi, l’ouvrage
est illustré par 30 photos
tirées de sa collection.
Prix public : 20 euros.
www.lespressesdumidi.fr
Tél. 04 94 16 90 20
« Derrière chaque casque il y a eu un
homme, une aventure, un destin. »
de ses plus belles pièces sont entrepo-
desquels il vient de publier un ouvrage
sées dans la rutilante « cascothèque »
(cf. encadré).
de son salon. Provenant de 16 pays différents, les plus anciennes datent
Très brève histoire d’un casque
ce qui permet de reconstituer une partie
du milieu du XVIIIe siècle. Le reste est
Petit retour historique… Sur les champs
de leur destin. Un vrai travail d’enquêteur,
conservé dans le centre de la France.
de bataille du XIXe siècle, le casque était
tout aussi passionnant que l’acquisition
Mais les « fleurons affectifs » de sa col-
l’apanage exclusif de la cavalerie. Aussi,
elle-même. Une manière privilégiée
lection demeurent ses multiples exem-
en août 1914, le fantassin français était-
de voyager, également. » Une centaine
plaires de casques Adrian, au sujet
il simplement coiffé d’un képi en drap
21
Un musée international du casque en projet ?
Le capitaine Meuvret a pour projet de faire partager sa passion
en créant un musée international du casque dont le thème sera
la protection du visage et du crâne. Afin d’exposer au public
sa collection, il a pensé à un lieu chargé d’histoire : le fort du Grand
Saint Antoine. Jusqu’alors dédié à l’entreposage des archives
de la Marine nationale, ce site militaire grandiose – qui s’accroche aux
flancs du Mont Faron et domine la rade de Toulon – porte encore
les stigmates des combats de la Seconde Guerre mondiale. Il s’agit sans
doute du seul fort de France à avoir été libéré par la Résistance à l’été
1944. L’éloignement de l’air marin, l’hygrométrie de ses grandes salles
voûtées, leur ventilation naturelle en font aux yeux du capitaine
un lieu idoine pour ses quelque 2 200 casques. Il souhaiterait, pour faire
aboutir son idée, réunir un grand tour de table notamment constitué
de collectivités locales et de partenaires privés. Affaire à suivre…
garance, hérité des armées du Second
à la tête constatées dans les hôpitaux
en 1917. Il connaîtra une réelle postérité
Empire. Son homologue allemand était
militaires dès les premiers mois du conflit
puisqu’il ne sera remplacé qu’en 1951.
quant à lui équipé d’un casque en cuir
ont fait naître l’idée d’une protection
Il faudra enfin attendre les années 90
bouilli, héritier des shakos des guerres
adaptée », résume le capitaine Meuvret.
et la guerre des Balkans pour voir appa-
napoléoniennes. « La guerre de position
Le casque Adrian, du nom de son
raître l’actuel casque en kevlar de l’ar-
ayant succédé à celle de mouvement dès
concepteur, naîtra de cette urgence
mée française. « Adrian était né des
l’automne 1914, les combattants se sont
(cf. encadré). Fabriqué dans les usines
shrapnels, le kevlar répond à la plus
retrouvés face à face, protégés par
Japy Frères à Paris et près de Belfort,
grande capacité de pénétration des pro-
les tranchées. Mais ces dernières,
il sera distribué pour la première fois
jectiles modernes. Tout ce qui est défensif
construites à ciel ouvert, n’assuraient pas
lors des grandes offensives de sep-
évolue en réaction à ce qui est offensif »,
de protection efficace contre les shrapnels
tembre 1915. L’exemple sera d’ailleurs
conclut le collectionneur.
ni les débris de toute nature projetés par
rapidement suivi par les différents belli-
les obus. Les très nombreuses blessures
gérants, allemands en 1916, puis anglais
ÉRIC DUMOULIN
22
En régions
En régions
Réunions régionales
Bayeux
L
a réunion régionale des Gueules
Cassées de la délégation de
Normandie s’est tenue le ven-
dredi 5 octobre 2012, à Bayeux, sous
la présidence de Henri Denys de
Bonnaventure, président des Gueules
Cassées, assisté de notre directeur
général, Olivier Roussel.
André Jacques, délégué, a ouvert la
séance, remerciant de leur présence les
Il a présenté à l’assemblée le colonel
Après une minute de silence pour nos
nombreux camarades et leurs épouses,
Gauthier, adjoint au DMD du Calvados,
chers disparus, il a donné la parole à
et a excusé ceux qui n’avaient pu nous
et l’a remercié de nous faire l’honneur
notre président et à notre directeur
rejoindre pour raisons de santé.
de sa présence.
général.
Henri Denys de Bonnaventure a exprimé,
en son nom et au nom de tous les
NOS PROCHAINES RÉUNIONS
RÉGIONALES EN 2013
membres de la délégation, des vœux de
meilleure santé à l’endroit de notre
camarade Jean-Louis Posière.
Il a ensuite poursuivi, avec Olivier
Roussel, par un brillant exposé sur les
MARSANNAY-DIJON
Samedi 16 mars 2013
événements de l’année écoulée dans
MOUSSY
Mardi 19 et mercredi 20 mars 2013
de nos maisons et, en particulier, l’ex-
PAU
Jeudi 4 avril 2013
CHAMALIÈRES
Jeudi 11 avril 2013
LA ROCHELLE
Vendredi 12 avril 2013
LYON
Samedi 20 avril 2013
NICE
Samedi 27 avril 2013
LILLE
Dimanche 28 avril 2013
ARCACHON
Vendredi 3 mai 2013
COLMAR
Vendredi 3 mai 2013
notre association, puis a évoqué l’avenir
tension de l’EHPAD du Coudon. Il attendait beaucoup d’un vote favorable des
adhérents pour l’assemblée générale
extraordinaire du 8 novembre 2012,
afin de poursuivre dans de bonnes
conditions ce dossier très complexe.
L’assistance a remercié chaleureusement notre président et notre directeur
général.
Un repas convivial a clôturé cette
journée.
23
l’honneur de leur présence, nous citerons
le commandant Hervé, représentant la
base de défense de Besançon et le délégué militaire départemental, le lieutenant
de Vezins, représentant la Gendarmerie
L
Besançon
nationale, M. Monnin, directeur départemental de l’ONAC, M. Mangin, président
de l’UDAC, Geneviève Bouvet, présidente
départementale des Veuves et Orphelins
de Guerre, le professeur Bernard
’assemblée régionale annuelle
Mougin pour son compte-rendu d’acti-
Ricbourg, du service de chirurgie maxillo-
des Gueules Cassées de Franche-
vité, puis d’assister à une projection
faciale du CHU de Besançon, le général
Comté s’est tenue dans les locaux
audiovisuelle, animée par le général
Jérôme Guilloz, président régional
du restaurant Achard, à Pirey, le samedi
Franque, membre du Conseil, par Guy
de l’ANOCR, lui-même descendant de
20 octobre 2012.
Delplace, administrateur, et par le direc-
Gueule Cassée, et enfin notre délégué
Comme le veut la tradition, la réunion
teur général Olivier Roussel.
pour ­l’Alsace, Bernard Simon.
s’est déroulée en deux parties.
Dans un second temps s’est tenue la
Cent vingt membres ou invités, Gueules
Dans un premier temps, la réunion des
réunion annuelle du comité d’entente
Cassées, amputés, ont bien voulu partici-
Gueules Cassées a permis à nos cama-
des Grands Invalides de Guerre.
per au repas de clôture de cette sympa-
rades d’entendre le délégué Jacques
Parmi les personnalités qui nous ont fait
thique journée.
Base de Défense, le lieutenant-colonel
Notre vice-président a présenté, devant
général Bertrand de Lapresle, vice-­ Mich el R o bin e t , rep ré s ent a nt la
une assistance extrêmement attentive et
président, accompagné de Guy Delplace,
Gendarmerie, Jean Mouret, président de
intéressée, un exposé sur les activités de
administrateur, et de Patrice Rézeau,
l’UDAC, ainsi que de nombreux prési-
l’Union en 2012 et a développé le projet
directeur adjoint, chargé de la vie
dents d’associations patriotiques, avec
d’agrandissement de notre domaine du
associative.
leurs porte-drapeaux.
Coudon.
Nous ont fait l’honneur de leur présence,
Étaient également présents nos cama-
À l’issue de cette réunion, notre vice-­
Magali Daverton, sous-préfète, Claude
rades Robert Lang, délégué régional de
p ré sid ent , ma da m e D aver to n et
Grandemange, maire-adjoint chargé
l’UBFT pour la Moselle, André Dezavelle,
M. Grandemange ont procédé au dépôt
des Anciens Combattants, M. Philippon,
délégué pour la Meuse, et nos porte-­ de la Gerbe.
directeur de l’ONAC, le général Volpi,
drapeaux Gilbert Piant pour la Meurthe-
Un apéritif, puis un repas convivial et
Gouverneur militaire, le lieutenant-colo-
et-Moselle et les Vosges et Joseph Zahm
très apprécié ont agréablement terminé
nel Philippe Sachet, responsable de la
pour la Moselle.
cette journée de retrouvailles.
Nancy
L
a réunion régionale annuelle des
Gueules Cassées de Lorraine,
organisée par son délégué Serge
Véron, s’est déroulée le jeudi 11
octobre 2012, à Nancy, dans le salon
carré de l’Hôtel de Ville, mis gracieusement à notre disposition par André
Rossinot, maire de Nancy.
Cette réunion, à laquelle assistaient plus
de 150 personnes, était présidée par le
24
En régions
LA VIE DES DOMAINES
EN IMAGES
Le Coudon
Joyeux Noël Monsieur Pichand !
Pierre et
la fontaine de
champagne !
La Saint-Cyrienne de Toulon.
Le 54e RA en stage
de formation au Coudon.
Mariage Bossalini.
25
Moussy
Séminaire
du service
d’infrastructure
de la défense
(SID).
Le congrès annuel de la FNACA
de Tremblay-en-France.
L’amicale des anciens pompiers
de Roissy-Charles-de-Gaulle.
Il se passe toujours quelque chose à Moussy !
26
Carnet
Carnet
Ont fêté leurs Noces de Palissandre
NOS JOIES...
MARIAGES
Mariage de Camarades
Jean Leduc
Ass. 80723
avec Martine Aubel
70000 Charmoille
Mariage d’enfant de Camarades
Julie Moënner
FA. 44998
avec Jean-Baptiste Humbert
29200 Brest
Ont fêté leurs Noces d’Or
Henri & Marie Biteau
A. 41683
79700 Saint-Amand-sur-Sevre
Paul & Lilline Fluixa
A. 70444
20230 Linguizzetta
Louis & Lucette
Tremisi
A. 42117
13007 Marseille
Ont fêté leurs Noces d’Orchidée
Antoine & Suzy
Leandri
A. 44746
20100 Sartene
Maurice & Odette Morin
A. 45381
66700 Argeles-sur-Mer
Ont fêté leurs Noces de Diamant
René & Thérèse Mary
A. 44936
66660 Port‑Vendres
André & Paulette Philippeau
A. 70300
66450 Pollestres
André & Thérèse Moncassin
A. 43625
32140 Masseube
Maurice & Jeannine Pareau
A. 43750
39100 Jouhe
Louis & Jeannine Sametin
A. 70105
70000 Vesoul
Nos félicitations ainsi que nos vœux
de bonheur les accompagnent.
NOS ESPÉRANCES...
NAISSANCES
Nous sommes heureux de vous faire
part de nombreuses naissances :
Enfants de Camarades
Fabrice Gion
A. 45681
Naissance de Zoe
27420 Château‑sur‑Epte
Sébastien Legros
A. 70423
Naissance de Laora
55000 Salmagne
Trévor Rodrigues
A.45665
Naissance de Trévor Harry
65190 Tournay
Petits-Enfants de Camarades
Bernard Luquet
A. 70184
Naissance de Antoine
93700 Drancy
Nous adressons nos vœux
de santé aux heureuses mamans
et aux bébés, ainsi que nos félicitations
aux parents, grands-parents
et arrière-grands-parents.
NOTRE FIERTÉ...
DÉCORATIONS
A été promu au grade de Commandeur
de la Légion d’honneur Antoine Du Passage
A. 42416
75008 Paris
Ont été promus au grade d’Officier
de l’Ordre National du Mérite Jerry Desabres
A. 45484
64230 Sauvagnon
Jean-Louis Nicoli
Ass. 80660
57950 Montigny‑Les‑Metz
Nous sommes heureux de leur
renouveler nos très vives et très
sincères félicitations.
NOS PEINES ...
DÉCÈS
Nous avons à déplorer le décès
de nos Camarades
Edouard Audiffren
A. 44220
83320 Carqueiranne
Jacques Augière
A. 42838
37600 Perrusson
Pierre Batlle
A. 44646
34990 Juvignac
Denys-Augustin Benoist D’Azy
A. 43592
75007 Paris
27
Jacques Augière (à droite)
en compagnie de son
porte‑drapeau, Jean Joblin,
lui aussi disparu.
Olivier Broutouly
A. 40960
33120 Arcachon
Paul Carasco
A. 40213
83130 La Garde
Bernard Cavrois
A. 42810
80500 Montdidier
Anne Chevarin
Ass. 80188
25000 Besançon
Robert Decorse
A. 44005
63510 Aulnat
Michel Erre
A. 44997
66000 Perpignan
Max Fonlupt
A. 44701
67000 Strasbourg
René Fumoux
A. 44184
35400 Saint‑Malo
Albert Geffroy
A. 44116
35200 Rennes
Paul Gris
A. 44624
29170 Fouesnant
René Kerviel
A. 42782
29760 Penmarch
Roland Lamouret
A. 39837
37110 Château‑Renault
Jean Larcher
Ass. 80175
54712 Ludres Cedex
Charles Laverny
A. 42744
32100 Condom
Clovis Leynaud
A. 44947
66330 Cabestany
JACQUES AUGIÈRE N’EST PLUS
C’est avec beaucoup d’émotion que nous avons appris la disparition brutale
de notre camarade Jacques Augière, actif n° 42 838, Gueule Cassée d’AFN.
Jacques Augière était né le 10 octobre 1934. Appelé de la classe 56 : 2/B ;
il fut admis à l’École d’Élèves Officiers de Réserve de Cherchell en 1957,
puis affecté au 1er RTA (puis au 9e BTA) comme chef de section.
Il sera grièvement blessé le 13 décembre 1957 au cours d’une opération
de « ratissage » dans le sud-algérois.
Lieutenant honoraire, Jacques Augière était :
• Officier de la Légion d’honneur (à titre militaire)
• Valeur militaire et Croix du combattant
• Chevalier des Palmes Académiques (à titre civil).
Membre actif dès 1959 à la Fédération Nationale des Trépanés et Blessés
de la Tête, il fut nommé en 1976 trésorier de la section FNTBT Midi-Pyrénées
jusqu’à la dissolution de celle-ci en 1985, date à laquelle il devint membre
de l’UBFT Les Gueules Cassées.
Nommé par le Conseil d’administration délégué régional des Gueules Cassées
de Touraine en 2004, il occupera cette fonction avec dévouement et efficacité.
Retraité de l’Éducation nationale, il fut instituteur, professeur de collège
puis attaché d’administration universitaire.
Madame Augière, également retraitée de l’Éducation nationale
(professeur de collège) a su lui apporter un concours très apprécié.
Les Gueules Cassées ont tenu à lui rendre un dernier hommage, en assistant
à ses obsèques le vendredi 11 janvier dernier à Perrusson, auprès de son épouse
et ses enfants, auxquels nous renouvelons notre entier et affectueux soutien.
28
Carnet
Guy Lorimey
A. 45341
17500 Jonzac
Théodore Schuehmacher
A. 43229
68140 Eschbach-au-Val
Marie Weber
VA. 43813
57460 Behren-les-Forbach
Henri Manzon
Ass. 80017
13014 Marseille
Robert Schuh
A. 42925
67400 Illkirch-Graffenstaden
Fanny Zand
VA. 41910
86000 Poitiers
Maurice Maucotel
A. 44839
54230 Neuves-Maisons
Jacques Sirieix
A. 42090
93140 Bondy
Ont perdu leur conjoint
Armand Morath
A. 44580
67433
Neustast/Weinstrasse - Allemagne
Louis Stien
A. 44957
78000 Versailles
Antoine Morazzani Don
A. 41457
20132 Zicavo
Pierre Morilhat
A. 39647
92330 Sceaux
Hubert Morio
A. 41582
69002 Lyon
André Neirinck
A. 44943
59260 Lezennes
Edmond Oliger
A. 43282
57460 Etzling
Ahmed Ounifli
A. 45055
Marrakech – Maroc
Michel Pacaud
A. 69874
21850 Saint‑Apollinaire
Ferdinand Pohanka
Ass. 80662
35520 Melesse
Michel Poilvet
A. 45289
13100 Aix‑en‑Provence
Louis Porcu
A. 45643
82100 CastelSarrasin
Jean Rius
A. 44366
66360 Serdinya
Christophe Schnetterle
A. 45736
38100 Grenoble
Pierre Tissot
A. 44945
03200 Vichy
Jean Volb
A. 43489
57230 Bitche
Michel Vosdey
Ass. 80826
27340 Pont de l’Arche
Nous avons appris le décès
de Mesdames
Georgette Arnould
VA. 42325
55140 Vaucouleurs
Ginette Fontanet
VA. 69934
81600 Gaillac
Louise Lavancier
VA. 41355
64500 Saint‑Jean‑de‑Luz
Françoise Michaut
VA. 40403
64500 Saint Jean de Luz
Mireille Natali
VA. 42427
20600 Furiani
Anne-Marie Nonnenmacher
VA. 43281
57400 Sarrebourg
Jeanne Teillol
VA. 39575
81150 Marssac‑sur‑Tarn
Janine Treuvey
VA. 40825
25000 Besançon
Mohamed Abbad
A. 45729
93600 Aulnay-sous-Bois
Pierre Bailliet
A. 39939
92700 Colombes
Roger Bartet
A. 43035
25000 Besançon
Lucien Bourgogne
A. 42568
21000 Dijon
Georges Bourreau
A. 42639
78330 Fontenay-le-Fleury
Jack Carmantrand
A. 44516
82230 Genebrières
Roger Gaillard
A. 43720
94700 Maisons‑Alfort
Bernard Lafosse
A. 40738
78600 Maisons‑Laffitte
Jean Messager
A. 42016
65220 Trie-sur-Baise
Ont également été atteints
dans leur affection
Jean Felloni
FA. 1769
Décédé
Claude Hess
A. 44521
qui a perdu sa mère
Yvette Thibaud
VA. 41037
qui a perdu sa fille Jocelyne
À chacune des familles éprouvées,
l’Union renouvelle ses condoléances et
sa sympathie profondément attristée.
Souvenir
Roland Lamouret nous a quittés
C
29
’est avec une grande tristesse
que nous avons appris le décès
de Roland Lamouret, Gueule
Cassée de 1939-45, Actif 39 837, délégué honoraire pour la Touraine. Né le 2 juin 1922 à Limours (Seine-etOise), engagé le 10 février 1941, résistant, il rejoint les FFL le 4 juin 1943,
en Tripolitaine, puis la 2e DB. Il fera
en s uite c a m p a g n e a u Ma ro c , en
Angleterre, débarquera en Normandie
et participera à la Libération de Paris.
C’est là qu’il sera grièvement blessé, le
25 août 1944, par un bombardement
aérien.
Roland Lamouret en compagnie de Michèle Alliot-Marie
lors du 60e anniversaire de la Libération de Paris.
Il s’installe à Château-Renault en 1953.
Il se consacrera à ses frères d’armes
Anciens Combattants, tout cela pendant
Combattant Volontaire de la Résistance
en qualité de président cantonal de l’as-
30 ans !
et officier des Palmes Académiques.
sociation des Mutilés de Guerre, de pré-
Il fut également délégué régional (Berry,
Michel Eychenne, administrateur, Jean
sident de l’Amicale des Médaillés
Touraine, Poitou, Vendée) de l’Union
Beauval, délégué régional, Georges
militaires, de vice-président départe-
des Blessés de la Face et de la Tête –
Leplatre, porte-drapeau et Patrice
mental des Anciens de la Division
« Les Gueules Cassées », pendant 25 ans.
Rézeau, directeur adjoint, ont assisté
Leclerc, de président d’honneur de l’as-
Il était officier de la Légion d’honneur,
à ses obsèques, le vendredi 18 janvier
sociation interdépartementale des
Médaillé militaire, titulaire de la Croix
dernier, à Château-Renault , pour
Anciens de la 2 DB et de correspon-
de Guerre avec palme, de la Médaille
un affectueux soutien à son épouse
dant de l’Office départemental des
de la France Libre, de la Croix du
Pauline et à ses enfants.
e
André Neirinck n’est plus
C
’est avec peine que nous avons
titulaire de la Croix du Combattant.
appris la disparition de notre cama-
Il assurait depuis sept ans le rôle
rade André Neirinck, ancien d’AFN,
de porte-drapeau de la délégation du
membre actif 44 943, porte‑drapeau
Nord, et nous avions plaisir à le retrou-
de la délégation du Nord-Pas-de-Calais.
ver chaque année pour la réunion régio-
Né le 18 août 1939 à Lille, il est incorporé
nale annuelle des Gueules Cassées.
gués pour l’Ile-de-France, Gilles Ménard,
dans les Forces Françaises en Allemagne,
Christian Grémont, son délégué, accom-
porte-drapeau national des Gueules
en 1959.
pagné de son épouse, assistait à la messe
Cassées, Dominique Lelong, directeur
Il sera volontaire pour servir en AFN,
célébrée le jeudi 24 janvier dernier
du Domaine de Moussy et Patrice
et effectuera de nombreuses missions
à Lille. Il était également présent,
Rézeau, dire c teur adjoint chargé
de largage opérationnel et de soutien
le même jour, pour son inhumation dans
de la vie associative, étaient également
aux missions de ratissage. Deux fois
le caveau des Gueules Cassées à Moussy.
présents pour rendre un dernier hom-
blessé en service commandé, il était
Bernard Luquet et Gérard Pinson, délé-
mage à notre camarade.
EN BONUS :
1 DIAPORAMA
DE PHOTOGRAPHIES
RETRAÇANT LA VIE DU RAIL DE
1895
AUX ANNÉES 2000 + 3 DOCUMENTAIRES
INÉDITS
P ÉCHOT-B OURDON - K ERR S TUART - BALDWIN - T RANSSIBÉRIEN - L A R AFALE - A ÉROTRAIN
L’épopée ferroviaire à travers
les grands conflits du XXe siècle
www.ecpad.fr
BON
BOUTIQUE
M ,M ,M
N°, rue
Tél.
me
DE
COMMANDE
(à découper ou à recopier)
À renvoyer, accompagné de votre règlement par chèque à l’ordre de : l’agent comptable de l’ECPAD
ECPAD • Pôle commercial, département ventes - 2 à 8, route du Fort - 94205 Ivry-sur-Seine Cedex
Tél. : 01 49 60 59 61 - Fax : 01 49 60 52 40 - [email protected] - www.boutique.ecpad.fr
lle
Ville
E-mail
Commander par internet : www.boutique.ecpad.fr
Désignation de l’article
Prix unitaire TTC
LES TRAINS
14,90 €
VUS PAR LE CINÉMA DES ARMÉES
Quantité
Prénom
Code postal
* Frais d’expédition offerts pour la France métropolitaine ; autres destinations, nous consulter.
Conditions générales de vente disponibles sur
www.ecpad.fr.
GC / 03-13
Date :
Signature :
Montant TTC
Total à payer
Conformément à la loi informatique et Liberté du 6 janvier 1978 vous disposez d’un droit constant d’accès et de rectification aux informations vous
concernant. Les informations recueillies sont destinées à un usage interne.
Je souhaite recevoir gratuitement
le catalogue 2013
31
À savoir
Programme
de l’assemblée générale 2013
LE SERVICE DES FONDATEURS
Pour le 91e anniversaire de la naissance de l’association des Gueules Cassées, le service religieux que fait célébrer chaque année
l’Union à la mémoire de ses regrettés fondateurs :
QQ le colonel Yves Picot, Bienaimé Jourdain et Albert Jugon,
QQ ses anciens présidents le général Rollet, Marcel Hatier, le colonel Brunschwig, le médecin général inspecteur
Claude Chippaux et le général Paul Oddo,
QQ tous ses membres disparus,
aura lieu le jeudi 20 juin 2013 à 10 h 30
en la basilique Notre Dame‑des‑Victoires, 2 place des Petits‑Pères à Paris 2e
pour permettre aux camarades, spécialement venus à Paris pour l’assemblée générale annuelle, d’assister à cette cérémonie.
LA FLAMME
Les Gueules Cassées raviveront la flamme sous l’Arc de Triomphe, le :
jeudi 20 juin 2013 à 18 h 30
Rendez-vous à 17 h 30 à l’entrée du passage souterrain, à l’angle des avenues
Champs‑Elysées et Friedland. Le port des décorations est vivement souhaité.
L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE 2013
L’assemblée générale ordinaire se tiendra le :
vendredi 21 juin 2013 à 9 h 30 précises
au domaine des Gueules Cassées à Moussy-le-Vieux, dans les locaux de La Française des Jeux.
Tous les éléments concernant l’assemblée générale seront adressés aux membres par un prochain courrier.
Depuis 2007, il vous est possible de voter par correspondance : profitez de cette opportunité !
32
Les pensions militaires
d’invalidité en 2012
À savoir
Cette année 2012, qui s’achève,
aura été « riche » dans notre
matière qui paraît sortir
de l’oubli, plus ou moins bien,
d’ailleurs.
effective sur tout le territoire depuis la
fin 2011, n’est pas sans faire des
« dégâts collatéraux » s’ajoutant à la
plus grande déshumanisation de la
« Reconnaissance de la Nation ».
En effet, en plus de n’être plus qu’un
Si je me repasse « le film »
de l’année, je peux tout d’abord
effectuer un certain nombre
de constats.
dossier parmi d’autres, le pensionné
––Les Tribunaux de Pensions, fortement
risques que fait courir le décret du
réduits en nombre (un seul maintenu
1er mars 2012 actuellement soumis à la
ciarisation des conflits ». Récemment,
par ressort de la Cour d’Appel) depuis le
censure du Conseil d’État par de nom-
les ondes et autres médias ont large-
décret du 27 mai 2011, ont enfin repris
breuses associations dont celles dont je
ment relaté le procès des militaires
une activité normale, après plusieurs
pilote le recours : l’UBFT – Les Gueules
impliqués dans la mort de Firmin Mahé…
mois d’assez grande désorganisation.
Cassées, la FNAM, la FNBPC, la FAGF,
(opération Licorne).
court le risque d’être fiché jusque dans
les détails les plus intimes de sa vie
PAR VÉRONIQUE DE TIENDA-JOUHET,
AVOCAT DE L’UBFT
privée et de sa santé. Tels sont les
la Voix des Blessés Médullaires titu––La refonte du code des Pensions
laires de l’article 115, la FNBMIG, l’UAG
Bref, les sujets de constats ne manquent
Militaires d’Invalidité, commencée au
et l’UNC.
pas et je pourrais en énumérer beau-
début 2012, paraît « en panne » depuis
coup d’autres si le temps ne me faisait
l’élection présidentielle. Depuis la réu-
––Du fait de la crise économique sévère,
nion organisée le 23 avril 2012 au
le Devoir de Reconnaissance de la
ministère, je n’ai plus été informée d’au-
Nation semble « prendre l’eau de toutes
cun nouvel avancement des travaux
parts » et les écarts entre pensionnés
en cours.
militaires et autres victimes « de droit
commun », ne cessent de se creuser.
––Les soins gratuits, transférés à la
pas défaut…
S’agissant maintenant
de l’actualité des contentieux,
je veux faire le point
sur l’alignement, d’abord.
Depuis 2011, les choses sont beaucoup
CNSSM depuis 2011, sont de moins en
––Ainsi, le rapport constant n’est plus
plus claires puisque le Conseil d’État,
moins « gratuits » et il semblerait qu’il
constant depuis bien longtemps, la pau-
après s’être prononcé sur l’inconstitu-
faille réagir. Attention ! Aujourd’hui
périsation des veuves de grands inva-
tionnalité du décret du 5 septembre
les contestations relatives aux soins de
lides ne cesse de s’ag graver, le s
1956 par ses deux premiers arrêts
l’article L.115 sont du ressort des
réparations complémentaires dues à
du 8 juin 2011 (Mulet et Saumabère),
Tribunaux de Pensions puisque les com-
nos soldats blessés sont d’une totale
avait, enfin, par un premier arrêt du
missions de soins gratuits ont été
opacité et sont bien moindres que celles
9 novembre 2011, défini le cadre pro-
supprimées.
attribuées aux accidentés du travail ou
cédural des nombreuses demandes
de la route…
d’alignement ayant fait suite au juge-
––La centralisation des pensions mili-
ment Coutelier : ce sont des recours en
taires d’invalidité à La Rochelle (sous-
––Enfin, et dans le cadre de cet « inven-
annulation « pour tout motif de droit »
direction des Pensions), depuis la
taire à la Prévert », je ne peux pas ne
ayant pour fondement l’article L.79
disparition des Directions interdéparte-
pas parler, pour l’effleurer au moins,
du co d e d e s P ensio ns Milit aire s
mentales des Anciens combattants,
de l’actualité judiciaire dite de la « judi-
d’Invalidité.
33
C’était bien de le dire et de le recon-
Ce n’est qu’à ce prix qu’un jour peut-être
cadre des litiges familiaux (divorce en
naître enfin (presque sept ans après la
le Conseil d’État évoluera.
particulier). Depuis plus d’un an mainte-
naissance de ce contentieux de masse),
nant et contre toute logique juridique,
la Cour de Cassation affirme qu’il faut
alors la décision ministérielle contestée
Il faut ensuite parler
des conséquences manifestes
du retrait d’Afghanistan
de nos troupes.
pour la valeur de l’indice, et pour cela
Tout au long de l’engagement de celles-
compensatoires. Elle justifie sa position
seulement, doit être reprise à l’identique
ci et de façon plus appuyée depuis
en soutenant que les Pensions Militaires
après annulation et remplacement de
2008, nous avons réalisé que ce conflit
d’Invalidité ne seraient pas purement
l’indice illégal, ce qui signifie que l’ali-
faisait des morts et des blessés parmi
indemnitaires dans la mesure où « la
gnement doit prendre effet à la date
les nôtres.
pension d’invalidité comprend l’indemni-
mais encore eût-il fallu en tirer toutes
les conséquences logiques en droit. S’il
s’agit d’un recours en annulation L.79,
prendre en compte les P ensions
Militaires d’Invalidité pour le calcul des
pensions alimentaires et prestations
sation de pertes de gains professionnels
d’entrée en jouissance de la pension.
Parmi les blessés, il faut signaler le
et des incidences professionnelles de l’in-
Or, pour l’instant, le Conseil d’État se
nombre de plus en plus important de
capacité » et qu’ainsi elles ne figure-
refuse absolument à voir les choses
blessés psychiques (psycho‑syndrome
raient pas au nombre des sommes
comme cela et limite la rétroactivité de
traumatique de guerre – décret du
exclues par l’article 272 alinéa 2 du
l’alignement aux trois années anté-
10 janvier 1992), au point que les
code civil (lequel ne vise expressément
rieures de l’article L.108 en prétendant
médias se sont emparés du sujet, afin
que les sommes versées au titre de la
qu’il faut distinguer parmi les recours
que les soldats victimes de cette bles-
réparation des accidents du travail ou
pour tout motif de droit de l’article L.79
sure dite invisible puissent, de la même
du droit à compensation d’un handicap)
ceux dirigés contre la fiche descriptive
manière que les blessés « physiques »,
« des ressources que le juge prend en
(qui, en cas d’annulation, seront rempla-
obtenir la réparation intégrale qui leur
considération pour fixer la prestation
cés par un nouvel arrêté ministériel
est due par la Nation reconnaissante de
compensatoire » (Cass. 1re Civ., 26 sep-
­prenant effet à la date d’entrée en jouis-
leur sacrifice.
tembre 2012, n° 10-10781).
contre les titres de pension qui, eux,
Ça a l’air évident et pourtant ça ne l’est
Qu’est-ce qui lui faut !
devraient subir la limitation de rétroac-
pas et il faudra encore bien des efforts
La Pension Militaire d’Invalidité, faut‑il
tivité de l’article L.108. C’est incontesta-
pour que ces soldats traumatisés
le rappeler, n’indemnise que la gêne
blement ajouter à la loi que de créer,
puissent reprendre espoir. Que l’on parle
fonctionnelle. Elle constitue indéniable-
ainsi, une distinction entre recours pour
d’eux et que l’on parle, alors, du code
ment, pour les militaires blessés en ser-
tous motifs de droit et j’ai peu d’espoir
des Pensions Militaires d’Invalidité et du
vice, la réparation d’un accident du
de parvenir à infléchir la jurisprudence
décret de 1992, est un premier pas,
travail et, enfin, si la Pension Militaire
de la Haute Juridiction malgré les arrêts
certes, mais déjà un grand pas.
d’Invalidité n’est pas la compensation
sance de la pension) et ceux dirigés
que j’ai obtenus devant les Cours
d’un handicap, alors qu’est-ce ?
Régionales de Grenoble (5 janvier 2012)
J’ajoute que j’ai eu l’honneur de faire
et Nancy (5 juillet 2012), sur la base de
juger (pour la première fois je crois) que
Décidément, la Cour de Cassation,
ce raisonnement.
le « PSTD » était une blessure comme
comme le Conseil d’État, ne lasse pas de
une autre, s’agissant de l’application
me surprendre (désagréablement,
Malgré cela, il faut continuer le combat
des textes relatifs à l’homologation
s’entend) !
en saisissant les Tribunaux directement
des blessures de guerre ( Tribunal
(c’est-à-dire sans faire aucune demande
Administratif de Marseille, J. Licari,
Voilà, ce qu’après une année difficile et
préalable auprès du ministre de la
27 septembre 2012).
bien remplie je souhaitais écrire, pour la
Défense) puisque les pensionnés sont,
résumer.
tous, toujours, dans le délai pour contes-
Je veux, enfin, aborder un autre sujet
ter leur titre de pension qui n’est jamais
de l’actualité contentieuse qui me préoc-
Enfin, je souhaite remercier chaleureuse-
devenu définitif faute d’avoir été cor-
cupe beaucoup, celui du traitement des
ment ceux qui n’ont pas cessé de m’encou-
rectement notifié.
Pensions Militaires d’Invalidité dans le
rager quand je me sentais « en creux » !
34
À savoir
Facturation électronique
des soins dispensés au titre
de l’article L.115 du CPMIVG
L
a Caisse Nationale Militaire de
conformes au cahier des charges
Pour réaliser cette opération, il suffira au
Sécurité Sociale (CNMSS) s’est
SESAM-Vitale 1.40 addendum 6.
bénéficiaire de l’article L.115, après s’être
engagée à moderniser les procé-
Désormais, les facturations des presta-
assuré que le professionnel de santé est
dures existantes concernant le règle-
tions prescrites ou dispensées par les
correctement équipé, de présenter sa
ment des actes et prestations nécessités
professionnels de santé dans le cadre
carte Vitale actuelle en complément de
par les infirmités pensionnées au titre
des dispositions des articles L.115 et
son attestation des droits aux SMG et de
des bénéficiaires des articles L.115 et
L.128 du CPMIVG pourront être adres-
sa fiche descriptive des infirmités pour
L.128 du Code des Pensions Militaires
sées par voie électronique à la CNMSS
la facturation des frais pris en charge au
d’Invalidité et Victimes de Guerre
(département des soins médicaux gra-
titre des soins gratuits.
(CPMIVG) et qui relèvent du droit à
tuits ou caisse 835) avec pour avantage
réparation par l’État de tous les faits de
principal le règlement des prestations
Enfin, si vous souhaitez disposer de
guerre ou dus au service, notamment
dans des délais accélérés.
renseignements complémentaires sur
par la mise en œuvre d’échanges élec-
De plus, ce mode de facturation garantit
la télétransmission des flux de soins
troniques d’informations avec les pro-
l’absence totale des retenues dues au
« L.115 » vous pouvez consulter le site
fessionnels de santé, lesquels sont
titre des participations forfaitaires et
internet www.cnmss.fr, espace « je suis
désormais possibles avec les logiciels
des franchises médicales applicables en
ancien combattant » ou contacter la
de gestion médicaux et paramédicaux
assurance maladie.
CNMSS au 04 94 16 96 20.
APPEL À CANDIDATURE AU POSTE D’ADMINISTRATEUR
Conformément à l’article 5 des statuts et à l’article 2 du règlement intérieur, les membres qui souhaitent faire partie
du Conseil d’administration des Gueules Cassées doivent adresser leur candidature trois mois au moins avant la tenue de l’assemblée générale
annuelle, qui se tiendra le vendredi 21 juin 2013.
Le bureau instruira ces demandes et les présentera ensuite au Conseil d’administration.
Les candidatures devront être accompagnées d’une photo format identité et d’une notice biographique synthétisée devant tenir sur une page.
Nom et prénom
Membre n°
Date de naissance
Situation de famille
Domicile
Activités civiles principales
Activités militaires principales
Formation
Décorations
Blessures et pension militaire d’invalidité
Renseignements complémentaires
35
AIDE
aux personnes isolées :
la téléassistance
Certains d’entre vous sont isolés ou craignent de ne pas être
secourus en cas de problème (chute ou malaise). Une formule
de téléassistance existe. Elle permet d’alerter une centrale en veille
24 heures sur 24, par l’intermédiaire d’un “bip” que l’on porte sur soi.
La centrale qui reçoit l’appel apporte une solution dans les plus
brefs délais en prévenant les secours adaptés (médecins, pompiers,
police, parents ou voisins). L’Union prend totalement en charge
les frais d’installation et l’abonnement mensuel.
Installer.
Écouter.
Intervenir.
✂
Questionnaire à retourner à M. Rézeau,
Union des Blessés de la Face et de la Tête, Les Gueules Cassées,
20, rue d’Aguesseau – 75008 Paris
Nom et Prénom :
Membre / Veuve N° :
Adresse complète :
Téléphone :
Je suis intéressé(e) par la téléassistance Oui
Je bénéficie déjà de la téléassistance
Cela me coûte
euros (
Ci‑joint la photocopie de mon contrat
francs) par mois
Non
36
À savoir
Aides accordées
par l’Union à ses membres
Rappelons que ces aides ne sont pas automatiques. Elles sont
soumises à conditions de ressources. Nous devons secourir
en priorité « les plus faibles et les plus démunis » (colonel Picot).
1. Dotation au mariage
Une dotation au mariage peut être
accordée aux membres de l’Union qui
se marient ou se remarient. Un certificat
de mariage doit être fourni.
2. Allocation de naissance
Il peut être accordé une allocation forfaitaire à la naissance des enfants. Joindre
à la demande un bulletin de naissance et
une photocopie du livret de famille.
3. Allocation maladie ou accident
Une allocation mensuelle peut être
accordée aux membres de l’Union, non
bénéficiaires de l’article 18 (tierce personne), en situation d’arrêt de travail
pour maladie ou accident.
Pour un couple, cette allocation est
modulable en fonction des ressources.
Elle peut être assortie d’une majoration
spéciale par enfant à charge.
La demande doit être accompagnée :
––d’un certificat du médecin traitant mentionnant le diagnostic, le point de départ
et la durée prévisible de l’affection ;
––d’un certificat de l’employeur précisant la rémunération du salarié ;
––d’une déclaration de ressources et du
dernier avis d’imposition.
Sous réserve des conditions ci-dessus,
l’allocation peut être versée à partir du
30e jour d’arrêt de travail du membre.
Quand elle est demandée tardivement,
elle est versée à partir de la date de la
demande.
La durée du versement est limitée à un
an, sauf cas exceptionnel à soumettre
à l’examen du Bureau du conseil
d’administration.
4. Participation aux frais
d’obsèques
Deux cas peuvent se produire :
––décès survenant dans un couple
Gueules Cassées : une allocation assortie
d’un supplément par enfant à charge
peut être versée au conjoint survivant
ayant supporté seul les frais d’obsèques ;
––décès du dernier vivant dans le couple
Gueules Cassées : une allocation peut
être servie à l’héritier qui a supporté
seul les frais d’obsèques et qui se
« porte fort » pour les cohéritiers.
Des justificatifs devront être fournis.
5. Allocation aux orphelins
Une allocation journalière peut être
accordée à chacun des enfants, âgés de
moins de 16 ans, ou infirmes à charge,
des membres décédés.
Fournir le bulletin de décès du membre
et le certificat de vie des enfants.
6. Études, apprentissage
Il peut être accordé une allocation aux
membres et aux veuves de membres, en
cas d’études poursuivies par leurs
enfants ou de mise en apprentissage. Le
Bureau décide en considération du cas
d’espèce qui lui est présenté.
7. Assistance devant
les tribunaux
L’assistance devant les juridictions de pensions peut être assurée à tous les membres
de l’Union qui devront préalablement
adresser au siège un dossier complet.
Notre conseil juridique se prononcera sur
le bien-fondé de l’appel ou du pourvoi.
8. Pourvoi au Conseil d’État
Une loi de 1936 ayant supprimé la gratuité du recours devant la Commission
supérieure de cassation des pensions,
l’Union peut prendre à sa charge les frais
de recours des membres, après avis de
notre conseil juridique sur l’opportunité
du pourvoi.
Avant d’entreprendre un recours, les
membres sont donc invités à prendre
l’avis du siège.
9. Aides diverses
En dehors des cas qui précèdent, des
aides peuvent être accordées dont le
montant et les conditions d’attribution
sont fixés dans chaque cas d’espèce.
Des aides spéciales peuvent être accordées aux réfugiés et aux victimes de
calamités.
10. Prêts d’honneur
Des prêts d’honneur peuvent être
accordés aux membres de l’Union. Ils
sont servis à court terme. Ils doivent
répondre à des soucis sérieux personnels ou de famille. En effet, l’Union n’a
pas la possibilité de satisfaire des
objectifs commerciaux.
11. Maisons de repos,
convalescence, EHPAD
Moussy : Domaine des Gueules Cassées
Rue du colonel Picot
77230 Moussy-le-Vieux
Téléphone : 01 60 03 60 03
(le Domaine de Moussy n’a plus d’activité maison de retraite)
Le Coudon : Domaine des Gueules Cassées
627, avenue du colonel Picot
Le Coudon, BP 147
83163 La Valette-du-Var Cedex
Téléphone : 04 94 61 93 00
12. Chambres au siège
Des chambres peuvent être mises à la disposition des membres de passage à Paris.
En raison de leur nombre limité, il est
recommandé d’adresser les demandes
de réservation au siège au moins quinze
jours à l’avance.
37
Demande individuelle de soutien
à retourner à votre délégué
I. État civil
Nom, prénom :
N° de membre :
Adresse et téléphone :
Nombre d’enfants à charge et âge :
Profession avant la retraite :
II. Motif de la demande
III. Renseignements à fournir
A. Montant annuel des revenus
B. Patrimoine
Montant total des salaires :
Résidence principale :
Oui r
Non r
Montant total des retraites :
Résidence secondaire :
Oui r
Non r
Revenus de valeurs mobilières :
Patrimoine locatif :
Oui r
Non r
Revenus locatifs :
Pension militaire d’invalidité :
Aide sociale :
Aide personnalisée au logement :
Allocation personnalisée d’autonomie :
TOTAL
IV. Pièces à joindre justifiant la demande
Avis d’imposition – Dernier avis de virement de pension militaire d’invalidité – Devis des travaux de restauration prothétique
– Devis appareillage auditif – Devis achat équipement ou travaux ménagers – Promesse de vente – Contrat de prêt – Autres
Signature du demandeur
V. Avis du délégué régional
38
À savoir
TABLEAU DES PENSIONS ET ALLOCATIONS DES VICTIMES DE LA GUERRE
en euros, et avec le nombre de points correspondant à chacune d’elles
NOMBRE DE POINTS
POURCENTAGES
D’INVALIDITÉ
10 %
15 %
20 %
25 %
30 %
35 %
40 %
45 %
50 %
55 %
60 %
65 %
70 %
75 %
80 %
85 % Sans statut
85 % Avec statut
90 % Sans statut
90 % Avec statut
95 % Sans statut
95 % Avec statut
100 % Sans statut
100 % Avec statut
100 % + 1°
100 % + 2°
100 % + 3°
100 % + 4°
100 % + 5°
100 % + 6°
100 % + 7°
100 % + 8°
100 % + 9°
100 % + 10°
et par degré
(art. 16) en plus
Pension
principale
48
72
96
120
144
168
192
216
240
264
288
312
336
360
384
361
361
368
368
370
370
372
372
388
404
420
436
452
468
484
500
516
532
16
100 % art. 18
465
100 % + 1°
485
100 % + 2°
505
100 % + 3°
525
100 % + 4°
545
100 % + 5°
565
100 % + 6°
585
100 % + 7°
605
100 % + 8°
625
100 % + 9°
645
100 % + 10°
665
et par degré (art. 16) en plus
100 % + double art. 18
+ Art. 16 et 9° 100 % +
double art. 18
+ Art. 16 et 10° et par degré
(art.16) en plus
20
1032
1064
32
Allocations des Grands Invalides
N° 1, 2, 3, 4, 5, 5 bis
N° 6
128
64
154
77
204
102
256
128
540
543
546
549
552
555
558
561
564
567
200
300
400
500
211
233
255
277
299
321
343
365
387
409
3
1373
1464
1373
1464
1373
1464
1373
1464
1373
1464
1373
1464
1373
1464
1373
1464
1373
1464
1373
1464
1373
1464
Allocation
du statut
22
NOMBRE
TOTAL
DE POINTS
48
72
96
120
144
168
192
216
240
264
288
312
336
360
384
489
625
522
745
574
872
628
1000
1139
1180
1221
1262
1303
1344
1385
1426
1467
1508
41
MONTANT MENSUEL DE L’ALLOCATION
Au 01/01/2011
point à 13,86 €
Au 01/07/2011
point à 13,87 €
55,44
83,16
110,88
138,6
166,32
194,04
221,76
249,48
277,2
304,92
332,64
360,36
388,08
415,8
443,52
564,8
721,88
602,91
860,48
662,97
1007,16
725,34
1155
1315,55
1362,9
1410,26
1457,61
1504,97
1552,32
1599,68
1647,03
1694,39
1741,74
55,48
83,22
110,96
138,7
166,44
194,18
221,92
249,66
277,4
305,14
332,88
360,62
388,36
416,1
443,84
565,2
722,4
603,35
861,1
663,45
1007,89
725,86
1155,83
1316,49
1363,88
1411,27
1458,66
1506,05
1553,44
1600,83
1648,22
1695,61
1743
47,36
47,39
2528,3
2633,4
2643,8
2748,9
2736,2
2841,3
2828,6
2933,7
2921
3026,1
3013,4
3118,5
3105,8
3210,9
3198,2
3303,3
3290,6
3395,7
3383
3488,1
3475,4
3580,5
92,4
4997,92
2530,12
2635,3
2645,7
2750,88
2738,17
2843,35
2830,64
2935,82
2923,1
3028,28
3015,57
3120,75
3108,04
3213,22
3200,5
3305,68
3292,97
3398,15
3385,44
3490,62
3477,9
3583,08
92,47
5001,52
1464
50
1250
10
601,2
2189
2280
2289
2380
2369
2460
2449
2540
2529
2620
2609
2700
2689
2780
2769
2860
2849
2940
2929
3020
3009
3100
80
4327,2
1464
1250
601,2
4379,2
5057,98
5061,63
10
92
106,26
106,34
351
50
381
100
391
150
401
200
411
250
421
300
431
350
441
400
451
450
461
500
471
50
Le chiffre le plus élevé concerne les aveugles, les paraplégiques et les amputés des deux membres.
N.B. – Dans la colonne Total n’est pas compris le montant de l’allocation n° 8 de 676 points pour les aveugles, les amputés des deux mains ou des deux
cuisses, et impotents totaux des deux membres bénéficiaires du statut, et fixée à 800 points pour ceux d’entre eux qui ne bénéficient pas du statut.
Cette allocation est pour les autres impotents doubles ou amputés doubles, fixée à 476 points (avec le statut) et à 600 points (sans le statut).
39
ALLOCATIONS AUX GRANDS MUTILÉS
DÉSIGNATION
Amputés :
Désarticulation tibio-tarsienne
Amput. de la jambe
avec ankyl.
sans ankyl.
Au-dessus du genou
Désarticulation du genou…………....
Amputation de la cuisse……………....
Amputation sous-trochantér……....
Désarticulation de la hanche……....
Désarticulation du poignet............
NOMBRE
DE POINTS
ANNUEL
PENSION DES VEUVES
MONTANT MENSUEL
DE L’ALLOCATION
Au 01/01/2011
Au 01/07/2011
avec ankyl.
sans ankyl.
Désarticulation du coude...............
Amputation du bras........................
Amputation sous-tubérositaire....
Désarticulation de l’épaule............
80,3
235,2
150,2
405,2
556,5
641,1
801,6
160,5
315,4
230,4
405,2
556,5
641,1
801,6
92,75
271,66
173,48
468,01
642,76
740,47
925,85
185,38
364,29
266,11
468,01
642,76
740,47
925,85
92,81
271,85
173,61
468,34
643,22
741,00
926,52
185,51
364,55
266,30
468,34
643,22
741,00
926,52
Blessés crâniens
(suivant la fréquence des crises) :
1re catégorie.......................................
2e catégorie........................................
3e catégorie........................................
4 e catégorie........................................
200,6
400,8
601,2
801,6
231,69
462,92
694,39
925,85
231,86
463,26
694,89
926,52
Aveugles.............................................
982
1134,21
1135,03
Amput. de l’avant-bras
MAJORATION ENFANT INFIRME
ET POUR ENFANT D’INVALIDE
Au-dessus de 85 % ou de veuve, ayant cessé d’ouvrir droit
aux prestations familiales
DEGRÉ D’INVALIDITÉ
85 %......................................................
90 %......................................................
95 %......................................................
100 % et veuves de guerre.............
Enfant infirme :
veuve ou orphelin............................
NOMBRE
DE POINTS
ANNUEL
MONTANT MENSUEL
DE LA MAJORATION
Au 01/01/2011
75,08
88,94
98,18
106,26
75,13
89,00
98,25
106,34
333
384,62
384,89
A.C. Guerre
39/45
et T.O.E.
âgés de 60 ans,
pensionnés à 50 %
au moins et
économiquement
faibles
NOMBRE
DE POINTS
ANNUEL
44
NOMBRE
DE POINTS
ANNUEL
Au 01/01/2011
665,28
Au 01/07/2011
665,76
Autres catégories d’A.C.
âgés de 65 ans
Au 01/01/2011
787,71
788,28
Non remariées ou remariées et redevenues
veuves, âgées de plus de 40 ans.
Taux normal
515
594,83
595,25
Non remariées ou remariées et redevenues
veuves, au-dessous de 40 ans.
Taux de réversion
348
401,94
402,23
Majoration spéciale pour veuves d’invalide
bénéficiant de l’article L 18 et de l’allocation
spéciale 5 bis/a(1) âgées de plus de 57 ans.....
260
300,3
300,52
Majoration spéciale pour veuves
d’invalide bénéficiant de l’article L 18
et de l’allocation spéciale 5 bis/b(1)
sans condition d’âge....................................
350
404,25
404,54
Les veuves remariées après le 2 octobre 1941, redevenues veuves recouvrent leur droit à pension.
La pension du taux de réversion est accordée à la veuve quand le décès est étranger aux infirmités
ouvrant droit à pension et quand le pourcentage de pension était au moins égal à 60 % et inférieur à 85 %.
La pension au taux normal est accordée aux veuves des pensionnés à 85 % et plus, ou quand le décès
est en rapport direct avec les infirmités ouvrant droit à pension, quel que soit le taux de la pension
(fournir certificat médical).
Dans les deux cas le mariage doit avoir duré au moins deux ans.
À noter que le taux normal et le taux de réversion passent uniformément au taux exceptionnel à 50 ans
pour les veuves non remariées (ou avant 50 ans pour les veuves infirmes) sous réserve que la veuve
remplisse les conditions de fortune exigées.
(1) La majoration spéciale est attribuée pour les soins donnés par elles à leur mari aux veuves de grands
invalides relevant de l’article L 18 du code et bénéficiaires de l’allocation spéciale n° 5 bis/a ou n° 5 bis/b
(aveugles, paraplégiques, amputés de deux ou plus de deux membres) lorsqu’elles sont titulaires d’une
pension si elles justifient d’une durée de mariage et de soins donnés d’une manière constante pendant
au moins quinze années.
MAJORATION DES PENSIONS DE VEUVES
AYANT DES ENFANTS À CHARGE
Selon les conditions des articles L50 et 51
du code des pensions
NOMBRE D’ENFANTS
Un enfant............................................
Deux enfants.....................................
Par enfant et plus.............................
NOMBRE
DE POINTS
ANNUEL
TAUX SPÉCIAL NORMAL ET
DE RÉVERSION MENSUEL
Au 01/01/2011
120
140
160
138,60
161,70
184,80
Ascendants (père, mère,
grand‑père ou grand-mère)
non remariés.....................................
Ascendants (père, mère,
grand‑père ou grand‑mère)
remariés..............................................
Majoration pour chaque enfant
mort pour la France en plus
du premier..........................................
138,70
161,82
184,93
MONTANT MENSUEL
DE LA PENSION
Au 01/01/2011
Au 01/07/2011
243
280,67
280,87
122
140,91
141,01
45
51,98
52,01
ALLOCATION AUX IMPLAÇABLES
C’est une allocation différentielle qui vient s’ajouter
au montant de la pension en principal et à ses suppléments,
pour former un total mensuel qui ne peut être supérieur à :
1 500 points (à 60 ans)..................................................
1 200 points (à 65 ans)..................................................
1732,5
1386,00
Au 01/07/2011
1733,75
1387,00
PENSIONNÉS POUR TUBERCULOSE
NOMBRE
DE POINTS
ANNUEL
DÉCORATIONS
Montant annuel des traitements : médaille militaire : 4,57 € ; Légion d’honneur :
Chevalier 6,10 € ; Officier 9,15 € ; Commandeur 12,20 € ; Grand Officier 24,39 € ;
Grand‑Croix 36,59 €.
À noter qu’en cas d’élévation de grade dans l’ordre de la Légion d’honneur au titre
Grand Mutilé, le premier traitement ne subit pas d’augmentation.
Au 01/07/2011
PENSIONS D’ASCENDANTS
Au 01/01/2011
NOTE IMPORTANTE – Nous rappelons que pour une pension donnée,
correspondant à un pourcentage fixe, le nombre de points porté sur le tableau
reste invariable. Si le coût de la vie augmente, c’est la valeur du point
qui suit l’augmentation ; mais le nombre de points reste toujours le même.
Au 01/07/2011
682
NOMBRE
DE POINTS
ANNUEL
MONTANT MENSUEL
DE LA MAJORATION
MONTANT MENSUEL
DE LA PENSION
Non remariées ou remariées
et redevenues veuves, au-dessus
de 50 ans ou infirmes.
Taux exceptionnel
Au 01/07/2011
65
77
85
92
RETRAITE DU COMBATTANT
A.C. Guerre 14/18
DÉSIGNATION
Indemnité de soins
Indemnité de ménagement
Indemnité de reclassement
Indemnité de ménagement
916
458
687
275
MONTANT MENSUEL
DE LA PENSION
Au 01/01/2011
1057,98
528,99
793,49
317,63
Au 01/07/2011
1058,74
529,37
794,06
317,85
40
Organisation
Organisation
Conseil d’administration
BUREAU
Henri Denys de
Bonnaventure
Président
Médaille Militaire
Bertrand de Lapresle
Vice-président
Grand officier de la Légion
d’honneur
Commandeur de l’Ordre
national du Mérite
Bernard Allorent
Trésorier
Jean Roquet Montegon
Trésorier adjoint
Chevalier de la Légion
d’honneur
Officier de l’Ordre national
du Mérite
André Matzneff
Secrétaire du Conseil
Chevalier de la Légion
d’honneur
Officier de l’Ordre national
du Mérite
MEMBRES
Hubert Chauchart du Mottay
Président de la Fondation
Commandeur de la Légion d’honneur
Grand‑Croix de l’Ordre national du Mérite
Jean Salvan
Président honoraire
Grand officier de la Légion d’honneur
Grand‑Croix de l’Ordre national du Mérite
Michel Clicque
Chevalier de la Légion d’honneur
Commandeur de l’Ordre national du Mérite
Charles Dauphin
Chevalier de la Légion d’honneur
Médaille Militaire
Valeur Militaire
Guy Delplace
Médaille Militaire
Croix de Guerre
Pierre Merglen
Chevalier de la Légion d’honneur
Chevalier de l’Ordre national du Mérite
William Dumont
Officier de la Légion d’honneur
Médaille Militaire
Officier de l’Ordre national du Mérite
Georges Morin
Commandeur de la Légion d’honneur
Officier de l’Ordre national du Mérite
Michel Nail
Chevalier de la Légion d’honneur
Officier de l’Ordre national du Mérite
Michel Eychenne
Chevalier de l’Ordre national du Mérite
Michel Franque
Commandeur de la Légion d’honneur
Grand officier de l’Ordre national du Mérite
Jean-Daniel Marquis
Médaille de la Défense nationale
Antoine du Passage
Vice-président honoraire
Commandeur de la Légion d’honneur
Médaille Militaire
Direction générale
Olivier Roussel
Directeur général
Chevalier de l’Ordre national du Mérite
Patrice Rézeau
Directeur adjoint
Chargé de la vie
associative
Roselyne Binon-Loïs
Chef des services
comptables
Catherine Lefebvre
Responsable
juridique et financier
Dominique Lelong
Directeur
Moussy
Isabelle Chopin
Directrice adjointe
Le Coudon
LES FONDATEURS
LES VICE-PRÉSIDENTS D’HONNEUR
À L’HONORARIAT
Colonel Yves Picot = (1862‑1938)
Président
Madame H.-A. Strong =
Chevalier de la Légion d’honneur
Bienaimé Jourdain = (1890‑1948)
Secrétaire général
Madame Cathelin =
Jacques Fuksa
Officier de la Légion d’honneur
Médaille Militaire
Albert Jugon = (1890‑1959)
Secrétaire général
Colonel Corrin Strong =
Combattant volontaire dans l’armée française
1914-1918
Jean Monier
Chevalier de la Légion d’honneur
Médaille Militaire Croix de Guerre
Xavier Halgand
Officier de l’Ordre national du Mérite
Délégués
régionaux et
départementaux,
porte-drapeaux
41
PORTE-DRAPEAU
Jean-Claude Dourne K 9 bis, rue de l’Aiguillon
33120 Arcachon
Tél. : 05 56 54 81 00
DÉLÉGUÉ RÉGIONAL
Alpes de Haute-Provence
et Alpes‑Maritimes
DÉLÉGUÉ RÉGIONAL
Alain Bouhier
06, 04
18, rue Acchiardi de St-Léger
06300 Nice
Tél. : 04 93 56 30 92
[email protected]
PORTE-DRAPEAU
Frédéric Durini
Lotissement les Trois Palmiers
1130, avenue de Vaugrenier
06270 Villeneuve-Loubet
Tél. : 06 12 39 08 75
Jean-François Louvrier Of
64, 40
3, impasse des Palombes
64230 Lescar
Tél. : 05 59 81 26 56
[email protected]
PORTE-DRAPEAU
Viviane Roulet
Route de Castetpugon-L’Église
64350 Simacourbe
Tél. : 05 59 68 22 50
Auvergne
DÉLÉGUÉ RÉGIONAL
Alsace
Jean Radjenovic J K l D
03, 15, 43, 63
29, boulevard du Pont-Garnichaud
63260 Aigueperse
Tél. : 04 73 63 60 68
DÉLÉGUÉ RÉGIONAL
DÉLÉGUÉ DÉPARTEMENTAL
Bernard Simon
68
5, rue Pasteur
68730 Blotzheim
Tél. : 03 89 68 43 54
DÉLÉGUÉ DÉPARTEMENTAL
Georges Wilbert J K
67
13, rue du Lavoir
67260 Keskatel
Tél. : 03 88 00 21 62
PORTE-DRAPEAU
Georges Wilbert J K
13, rue du Lavoir
67260 Keskatel
Tél. : 03 88 00 21 62
Aquitaine
DÉLÉGUÉ RÉGIONAL
Michel Potriquet K
24, 33, 47
5, rue André Gide
33980 Audenge
Tél. : 05 56 82 54 87
[email protected]
Ludovic Masson K
03, 15, 43, 63
27, Ilot Aragon 2
63500 Issoire
Tél. : 04 63 44 50 85
Tél. : 06 07 50 75 30
Bourgogne
DÉLÉGUÉ RÉGIONAL
Robert Esquirol Of
21, 58, 71, 89
9, rue des Écoles
21910 Noiron-sous-Gevrey
Tél. : 03 80 36 91 72
[email protected]
PORTE-DRAPEAU
Michel Clerget
Rue de la Gare
Les Collinettes
21410 Malain
Tél. : 03 80 23 68 80
Bretagne - Pays de Loire
DÉLÉGUÉ RÉGIONAL
Lucien Flamant J Of
22, 35, 29, 49, 53, 56, 72
1, rue St Michel
22430 Erquy
Tél. : 02 96 72 40 81
[email protected]
DÉLÉGUÉS DÉPARTEMENTAUX
Lucien Goraguer J K
29
11, route de Bénodet
29950 Clohars-Fouesnant
Tél. : 02 98 57 20 06
Pierre Merglen 56
Kerprat
56450 Theix
Tél. : 02 97 43 02 80
Tél. : 06 31 95 46 39
Laurent Drouart
49, 53, 72
La Pare Gère
72510 Requeuil
Tél. : 02 43 46 44 80
Tél. : 06 18 05 22 98
PORTE-DRAPEAU
Roger Tanguy 94, rue François Coppée
29200 Brest
Tél. : 02 98 47 92 23
Centre
DÉLÉGUÉS RÉGIONAUX
Jean Beauval J K
18, 28, 45
37 bis, rue de la Sente
45400 Fleury-les-Aubrais
Tél. : 02 38 86 19 46
PORTE-DRAPEAU
Georges Leplatre f
8, rue des Petits-Osiers
45140 Saint-Jean-de-la-Ruelle
Tél. : 02 38 88 44 27
42
Organisation
Champagne - Ardenne
Ile-de-France
DÉLÉGUÉ RÉGIONAL
DÉLÉGUÉS RÉGIONAUX
Jean Deprez K
08, 51, 10, 52
10, rue de Paradis
51480 La Neuville‑aux‑Larris
Tél. : 03 26 58 15 73
[email protected]
Corse
DÉLÉGUÉ RÉGIONAL
René Chiaramonti J K Of 2A, 2B
Villa St‑Jean‑Baptiste
Route de St Antoine,
Nocello Bas, 20200 Bastia
Tél./Fax : 04 95 31 20 00
[email protected]
PORTE-DRAPEAU
Gérard Blonde l
Lotissement Santa Catalina n°29
20290 Borgo
Tél. : 04 95 31 16 02
Dom-Tom et étranger
DÉLÉGUÉ RÉGIONAL
René Fourcade l
Délégué pour les Dom-Tom et l’étranger
7, rue d’Angalinat
31380 Montastruc-la-Conseillère
Tél. : 05 61 84 31 16
[email protected]
Franche-Comté
DÉLÉGUÉ RÉGIONAL
Jacques Mougin K
25, 39, 70, 90
5, rue des Frères Piquerez
25120 Maiche
Tél. : 06 86 25 69 51
[email protected]
PORTE-DRAPEAU
Roger Deschamps J D
13, rue Métin
25000 Besançon
Tél. : 03 81 53 73 03
Bernard Luquet 75, 77, 78, 91, 92, 93, 94, 95
78, rue de la Fraternité
93700 Drancy
Tél. : 01 48 95 32 65
[email protected]
Gérard Pinson K f
75, 77, 78, 91, 92, 93, 94, 95
21, rue Saint-Georges
77122 Monthyon
Tél. : 01 64 36 12 51
[email protected]
PORTE-DRAPEAU
Gilles Ménard K
6, square George Sand
78190 Trappes
Tél. : 01 78 51 10 52
[email protected]
Languedoc-Roussillon
DÉLÉGUÉ RÉGIONAL
Charles Dauphin K 07, 11, 30, 34, 48, 66
18, rue Marcel Pagnol
11000 Carcassonne
Tél. : 04 34 42 23 19
Tél. : 06 60 07 60 72
DÉLÉGUÉ DÉPARTEMENTAL
Gabriel Mene OJ K f D
66
Résidence L’Oiseau blanc
3 bis, allée de Bacchus
66000 Perpignan
Tél. : 04 68 56 64 52
[email protected]
PORTE-DRAPEAU
Daniel Tamagni K f 80, avenue de la Gare
« Le Velasquez » - 30900 Nîmes
Tél. : 04 66 40 33 17
Tél. : 06 60 68 32 85
Lorraine
DÉLÉGUÉS RÉGIONAUX
Serge Veron J Of 54, 55, 88
31, rue du Remenaumont
54600 Villers-les-Nancy
Tél. : 03 83 27 42 88
[email protected]
Robert Lang
57
12, impasse des Violettes
57155 Marly
Tél. : 03 87 63 40 51
[email protected]
DÉLÉGUÉ DÉPARTEMENTAL
André Dezavelle f
55
7, rue du Paquis, St‑Mihiel
55300 Chauvoncourt
Tél. : 06 81 64 67 74
Tél. : 03 29 91 08 67
PORTE-DRAPEAUX
Gilbert Giron K f
36, rue de la Libération
55300 Dompcevrin
Tél. : 03 29 90 12 14
Gilbert Piant 20, rue du Portugal
54500 Vandœuvre-les-Nancy
Tél. : 03 83 90 17 99
Joseph Zahm K
2, rue des 4 Vents
57530 Maizery
Tél. : 03 87 64 45 17
Midi-Pyrénées
DÉLÉGUÉ RÉGIONAL
Robert Aragon OJ K D
09, 12, 31, 32, 46, 65, 81, 82
Place de l’Église
09190 Saint-Lizier
Tél. : 05 61 66 25 85
DÉLÉGUÉS DÉPARTEMENTAUX
Henri Daléas ComJ K
65
80, chemin de la Passade
65200 Montgaillard
Tél. : 05 62 91 51 77
Frédéric Martinez
09, 12, 31, 81
5, chemin de Pelleport, Bât A
31500 Toulouse
Tél. : 05 61 54 37 49
[email protected]
André Moncassin J K f d
32, 82, 46
40, rue du Général-de-Gaulle
32140 Masseube
Tél. : 05 62 66 12 61
[email protected]
43
Nord - Pas-de-Calais
Poitou-Charentes
DÉLÉGUÉ RÉGIONAL
DÉLÉGUÉ RÉGIONAL
Christian Gremont J K
59, 62
1278, rue de la Libération
59242 Genech
Tél. : 03 20 79 58 29
[email protected]
Normandie
DÉLÉGUÉS RÉGIONAUX
Jean-Louis Posière OJ K f D
27, 76
5, allée J.-P. Rameau
Côte Mont-aux-Malades
76960 Notre-Dame-de-Bondeville
Tél. : 02 35 75 73 13
[email protected]
André Jacques J K f D
14, 27, 50, 61, 76
8, rue des Houx
Oissel‑le‑Noble
27190 Ferrières-Haut-Clocher
Tél. : 02 32 34 85 67
[email protected]
PORTE-DRAPEAU
Gilbert François 31, boulevard Raymond-Poincaré
14000 Caen
Tél. : 02 31 72 42 88
Picardie
DÉLÉGUÉ RÉGIONAL
Anselme Vilmont J K D
02, 60, 80
39, square Samarobrive
80000 Amiens
Tél. : 03 22 91 14 01
Jean-Claude Montardy K 16, 17, 44, 79, 85, 86
7, rue des Prés Guérins
17540 Loiré‑de‑Vérines
Tél. : 05 16 49 50 86
[email protected]
PORTE-DRAPEAU
Robert Abian K 6, rue Pujos – 17300 Rochefort-sur-Mer
Tél. : 06 63 59 06 26
PORTE-DRAPEAUX
Bernard Ledogar J K
54, rue Garibaldi
69006 Lyon
Tél. : 04 72 43 05 56
[email protected]
André Boisier
Les Romantines
356, avenue Charles‑de‑Gaulle
74800 La-Roche-sur-Foron
Tél. : 04 50 25 12 19
DÉLÉGUÉS HONORAIRES
Michel Deglaire J K
Provence
DÉLÉGUÉ RÉGIONAL
Bernard Tomasetti K f
13, 83, 84
37, rue Carnot – 13680 Lançon-de-Provence
Tél. : 04 90 59 93 36
[email protected]
PORTE-DRAPEAU
Michel Kruke Montreau
Domaine des Gueules Cassées
627, avenue du Colonel Picot
Le Coudon – BP 147
83163 La-Valette-du-Var Cedex
Tél. : 04 94 61 93 00
André Dépit J K D
Roger Gaillard J K D
Lucien Humblot J K f
Joseph Lannes OJ K Of
Jean Lequertier OJ K D
Jean Monier J K D
Fernand Ney OJ K D
Pierre Nicollin f
Roland Perrin J K D
Roger Pont J K
Robert Preney K D
Jean Riccardi OJ K
René Rondot K D
Rhône-Alpes
DÉLÉGUÉ RÉGIONAL
Michel Clicque J K Com f
01, 05, 26, 38, 42, 69, 73, 74
48, rue des Frères Lumière
01240 St-Paul-de-Varax
Tél. : 06 73 11 02 48
Tél. : 04 74 42 57 49
[email protected]
DÉLÉGUÉS DÉPARTEMENTAUX
Jean Matton f
05, 26, 38
758, Montée Château Grillet
38138 Les Côtes d’Arey
Tél. : 04 74 58 88 71
[email protected]
Tadj Charef J K
73, 74
15, rue de Rumilly
74000 Annecy
Tél. : 06 30 82 08 93
André Saint-Martin J K D
Gilbert Sanchez J f
Pierre Soumache OJ K D
PORTE-DRAPEAUX HONORAIRES
Robert Bordachar
Gilles Kaddour K D
François Derrien OJ
Kf
Jean Durand J f
François Pacifico J K D
Ayant à 20 ans touché le fond de la détresse morale et physique,
nous nous sommes retrouvés et nous nous sommes élevés.
Nous nous sommes unis.
Dans les chemins de la fraternité, rien ne pouvait plus nous arrêter.
Nous nous sommes appelés nous-mêmes Les Gueules Cassées, et avons
adopté comme devise « Sourire Quand Même ».
Colonel Yves Picot
Union des Blessés de la Face et de la Tête
92e ANNÉE
Les Gueules Cassées
Sourire Quand Même
Association fondée en 1921 reconnue d’Utilité Publique décret du 25 février 1927
Numéro 325 Février 2013
Parcours
Edmond‑François calvo
un dessinateur au cœur
de la guerre p. 12
Découverte
Casques
sans frontières
p. 18
Union des Blessés de la Face et de la Tête
« Les Gueules Cassées »
20, rue d’Aguesseau, 75008 Paris
Tél. : 01 44 51 52 00
Télécopie : 01 42 65 04 14
site internet : www.gueules-cassees.asso.fr
e-mail : [email protected]