La depression, mieux la comprendre pour mieux la vaincre

Commentaires

Transcription

La depression, mieux la comprendre pour mieux la vaincre
LA DÉPRESSION
Mieux la comprendre
pour mieux la vaincre
1732_BrochPatientDep-PAP-E2.indd 1
19/07/11 10:15
Ce document regroupe quelques
informations importantes pour
vous, que vous soyez dépressif
ou qu’une personne de votre
entourage souffre de dépression.
Vous trouverez les réponses aux principales questions que vous
pouvez vous poser sur la dépression et ce que vous pouvez faire
au quotidien pour aller mieux.
Si d’autres questions vous viennent à l’esprit, n’hésitez pas à
en parler à votre médecin : il est important que vous soyez bien
informé pour bien lutter contre la dépression.
Votre médecin connaît bien les problèmes des patients déprimés,
et il pourra vous apporter une aide efficace.
2
1732_BrochPatientDep-PAP-E2.indd 2
19/07/11 10:15
SOMMAIRE
La dépression, c’est bien plus qu’un “coup de déprime”,
c’est une maladie
4
La dépression, s’exprime comment ?
8
....................................................................................................................................................................
.......................................................................................
La dépression. Pourquoi suis-je déprimé(e) ?
........................................................
14
La dépression se soigne-t-elle ?
.............................................................................................................
16
La dépression. Quels conseils ?
............................................................................................................
18
La dépression... et le suicide ?
..................................................................................................................
22
La dépression... et l’antidépresseur ?
........................................................................................
24
Mes prochains rendez-vous
............................................................................................................................
26
........................................................................................................................................................................................
27
Bibliographie
3
1732_BrochPatientDep-PAP-E2.indd 3
19/07/11 10:15
LA DÉPRESSION
C’est bien plus
Trop souvent confondue avec “la déprime” désignant des états passagers
de mal être, la dépression est un état qui dure dans le temps (de quelques
semaines à quelques mois).
La dépression est une maladie authentique reconnue par les professionnels
de santé du monde entier la classant comme une priorité de santé publique.
La dépression ne doit pas être négligée, il s’agit d’un état pathologique marqué
par une baisse de l’humeur pouvant s’exprimer par une tristesse, une douleur
morale, une perte de l’estime de soi, un ralentissement psychomoteur.
“Au début, je n’osais pas parler de mes problèmes,
j’avais l’impression d’être anormale,
je me culpabilisais tout le temps. J’ai perdu
2 mois avant d’en parler à mon médecin.”
Adeline, 36 ans, enseignante.
4
1732_BrochPatientDep-PAP-E2.indd 4
19/07/11 10:15
qu’un “coup de déprime”, c’est une maladie
La dépression concerne tout le monde
E
lle peut arriver à tous les âges de la vie
Q
uel que soit le niveau social, la profession, les activités…
On estime que 2 personnes sur 10 environ
seront touchées par la dépression dans leur vie
“Je pensais que la dépression, ça ne pouvait pas
m’arriver à moi, que c’était réservé aux gens
compliqués et pessimistes.”
Marc, 45 ans, conducteur de travaux.
5
1732_BrochPatientDep-PAP-E2.indd 5
19/07/11 10:15
LA DÉPRESSION
Idées fausses e
FAUX
X
La dépression, c’est un signe de faiblesse.
X
La dépression, c’est le signe qu’on a quelque chose à se reprocher.
X
La dépression, c’est incurable.
X
La dépression, c’est de la tristesse chez quelqu’un qui s’écoute trop.
X
La dépression, c’est un manque de volonté.
X
La dépression, c’est une punition du destin.
6
1732_BrochPatientDep-PAP-E2.indd 6
19/07/11 10:15
t vérités
VRAI
✔
La dépression, peut arriver à tout le monde, même aux gens “forts”.
✔
La culpabilité est une conséquence de la dépression, pas une cause.
✔
La dépression se soigne très bien de nos jours.
✔
La dépression n’est pas seulement de la tristesse.
C’est une vraie maladie et non un état d’âme.
✔
La dépression amoindrit la personne. Elle empêche le déprimé
de faire les efforts dont il serait habituellement capable.
✔
La dépression est une maladie et non un châtiment.
7
1732_BrochPatientDep-PAP-E2.indd 7
19/07/11 10:15
LA DÉPRESSION
- Impulsivité
- Troubles de la libido
- Troubles de l’appétit
- Agressivité
- Troubles du sommeil
- Tristesse
S’exprime com
- Anxiété
- Perte de volonté,
de motivation
- Symptômes
physiques douloureux
- Ralentissement
- Irritabilité
- Troubles cognitifs
- Perte d’énergie
- Troubles de l’attention
8
1732_BrochPatientDep-PAP-E2.indd 8
19/07/11 10:15
ment ?
La dépression est une maladie qui s’exprime à travers un large spectre
de symptômes. Chaque symptôme peut être plus ou moins intense selon
le patient dépressif.
L’ état dépressif se caractérise par un changement profond de notre
fonctionnement habituel. Trois éléments caractéristiques sont typiques
de cet état :
-u
ne tristesse inhabituelle : elle est particulièrement intense et n’est pas
directement reliée à une cause.
-u
ne perte de plaisir qui touche tous les domaines de la vie. On se sent
coupé du monde, plus rien n’a d’intérêt...
-u
ne association de plusieurs symptômes durables qui entravent la vie
quotidienne. Notons par exemple, le ralentissement souvent présent
dans la dépression. Il correspond à une diminution de l’activité motrice et
intellectuelle. Les gestes sont ralentis, tout se fait plus lentement comme
si on n’avait plus la force. Même les expressions du visage sont atténuées
laissant penser à de l’indifférence. On a des difficultés à réfléchir, à
s’exprimer, on a du mal à accomplir les tâches de la vie quotidienne.
9
1732_BrochPatientDep-PAP-E2.indd 9
19/07/11 10:15
LA DÉPRESSION
S’exprime com
“Quand j’étais déprimé, je voyais tout en noir : je ne
pouvais plus regarder les actualités à la TV ou lire
le journal, ça me faisait broyer du noir pour plusieurs jours. Puis peu à peu,
j’ai commencé à voir des catastrophes imminentes partout, à me trouver nul
et minable, je pensais que j’avais tout raté dans ma vie.
Là, ma femme s’est inquiétée et m’a envoyé chez notre médecin.”
Etienne, 36 ans commerçant.
“Je me souviens surtout
d’une fatigue terrible
et sans raison : me lever,
me laver, m’habiller,
tout m’épuisait.
A 8 heures du matin, j’aurais voulu
retourner au lit…”
Edith, 44 ans mère de famille.
“Lorsque je me levais le
matin, j’étais fatiguée,
je n’avais envie de rien
faire et je me sentais triste.
Il m’arrivait parfois même d’avoir
mal aux muscles alors que la journée
venait juste de commencer.”
Sophie, 21 ans, étudiante.
10
1732_BrochPatientDep-PAP-E2.indd 10
19/07/11 10:15
ment ?
Il est habituel en médecine de définir la dépression par des caractéristiques
essentielles : humeur triste, perte d’intérêt ou de plaisir accompagnées par
au moins 4 des symptômes suivants : modification du poids, troubles du
sommeil, agitation ou ralentissement, fatigue, dévalorisation ou culpabilité,
troubles de la mémoire ou de la concentration, idées noires. Il faut que
ces symptômes aient persisté au moins 2 semaines et qu’ils représentent
un changement par rapport au fonctionnement antérieur.
Dans tous les cas, c’est votre médecin qui fera le diagnostic de dépression.
N’hésitez pas à parler de vos symptômes
à votre médecin.
Il pourra vous écouter et vous donner
un traitement adapté à votre souffrance.
11
1732_BrochPatientDep-PAP-E2.indd 11
19/07/11 10:15
LA DÉPRESSION
Idées fausses
FAUX
X
Le médecin est là pour traiter les “vraies” maladies,
pas les états d’âmes.
X
Mon médecin n’a pas de temps à perdre à m’écouter raconter
mes petites histoires de déprime.
X
Mon médecin va penser que je me plains trop.
12
1732_BrochPatientDep-PAP-E2.indd 12
19/07/11 10:15
et vérités
VRAI
✔
La dépression est une vraie maladie, pénible pour l’individu.
Elle constitue aussi un enjeu majeur de santé publique.
✔
Les médecins prennent la dépression au sérieux, et ils savent
qu’elle est une réelle souffrance pour la personne qui en est atteinte.
✔
Le médecin ne cherche pas à juger ses patients, il cherche surtout
à les comprendre, à les soutenir, à les soigner.
13
1732_BrochPatientDep-PAP-E2.indd 13
19/07/11 10:15
LA DÉPRESSION
Pourquoi suis-j
La dépression : des causes multiples
En général, la dépression ne s’explique pas par une seule raison, mais par l’addition
de plusieurs causes. Avec votre aide, votre médecin essaiera de les identifier.
Hérédité et dépression
Certaines formes de dépression sont dues en faible proportion à une fragilité
qui se transmet par les gènes à certains membres de la famille (cela ne veut
pas dire que ces personnes seront forcément dépressives).
Événement de vie et dépression
Le deuil d’un proche, une longue période de chômage, des soucis répétés
ou importants peuvent déclencher un état dépressif mais c’est aussi parfois
le cas lors d’un départ en retraite, d’un accouchement.
Maladies chroniques et dépression
Les maladies physiques, surtout quand elles sont chroniques ou difficiles
à vivre, peuvent provoquer une dépression (ex : le diabète, les cancers,
certaines formes d’anxiété ou la dépendance à l’alcool).
14
1732_BrochPatientDep-PAP-E2.indd 14
19/07/11 10:15
e déprimé(e) ?
Quels sont les mécanismes de la dépression ?
Le mécanisme de la dépression n’est pas connu avec exactitude, mais elle est
probablement liée à un appauvrissement de substances chimiques appelées
“neurotransmetteurs” servant de messagers dans le cerveau notamment :
• sérotonine (rôle dans le sommeil, la sexualité, l’appétit…)
• noradrénaline (rôle dans la motivation, l’énergie, l’attention, les symptômes
physiques douloureux).
L’antidépresseur est un médicament
qui va agir en rétablissant les
concentrations normales des
neurotransmetteurs dans votre corps.
“Lorsque j’ai fait cette dépression, je sortais à peine d’une période
très difficile : divorce, problèmes à mon travail, maladie de ma mère… Je n’ai
pas résisté, ça faisait trop pour moi. Je m’en suis rendu compte trop tard.”
Hélène, 52 ans, enseignante.
15
1732_BrochPatientDep-PAP-E2.indd 15
19/07/11 10:15
LA DÉPRESSION
Se soigne-t-ell
La dépression se soigne et bien.
La dépression se soigne comme d’autres maladies. Mais vous ne pouvez pas
guérir seul(e) de cette maladie. Vous aurez besoin de l’aide de votre médecin.
En effet, la dépression n’est pas une maladie bénigne et son traitement obéit à
des règles très précises que votre médecin connait.
Est-ce qu’une psychothérapie suffit ?
Aujourd’hui, les médecins disposent de traitements efficaces et bien tolérés.
Les résultats obtenus sont satisfaisants pour la grande majorité des patients.
Ce sont les médecins qui décideront, en fonction de l’intensité de votre
dépression, de mettre en place différents traitements :
• En cas d’épisode dépressif d’intensité légère, une psychothérapie
est recommandée en 1ère intention.
• En cas d’épisode dépressif d’intensité modérée à sévère, votre médecin
vous prescrira un antidépresseur la plupart du temps, accompagné
ou non de psychothérapie.
16
1732_BrochPatientDep-PAP-E2.indd 16
19/07/11 10:15
e?
Les traitements de la dépression reposent d’une part sur les médicaments
antidépresseurs et d’autre part sur l’aide psychologique et la psychothérapie.
Les antidépresseurs permettent de diminuer significativement
les symptômes de la dépression et leurs conséquences sur
la vie quotidienne.
La psychothérapie est un soin à part entière de la dépression.
Elle traite par des moyens psychologiques (d’une façon
complémentaire aux antidépresseurs) les aspects émotionnels,
cognitifs et interpersonnels que les patients éprouvent au cours
de la maladie.
17
1732_BrochPatientDep-PAP-E2.indd 17
19/07/11 10:15
LA DÉPRESSION
Quels conseils
Conseils au jour le jour
Pour diminuer le risque de rechute :
• Pratiquez régulièrement mais avec modération une ou plusieurs activités
physiques, ce qui contribue à réduire les symptômes des dépressions
d’intensité légère à modérée et à prévenir leur réapparition.
• Suivez votre traitement jusqu’au bout comme vous l’a prescrit votre médecin
et ne l’arrêtez pas sans avis médical.
• Si des symptômes de dépression persistent ou réapparaissent, n’hésitez
pas à en parler à votre médecin. Ceux-ci peuvent provoquer des rechutes
dépressives, il est donc important d’en faire part à votre médecin, qui pourra
trouver une solution adaptée.
Prenez soin de vous
Essayez de prendre du bon temps et évitez de vous imposer des tâches
pénibles. Il est tout à fait normal que vous ne soyez pas aussi actif(ve) que
d’habitude, alors déculpabilisez.
Faites ce que vous pouvez
Chaque jour, essayez soit de sortir, de faire les courses, ou bien de participer
à la vie de famille : il est important de maintenir un rythme de vie.
18
1732_BrochPatientDep-PAP-E2.indd 18
19/07/11 10:15
?
Acceptez vos limites actuelles
Fixez-vous des objectifs faciles à atteindre, il est inutile de mettre la barre trop
haute, vous risqueriez d’être déçu(e) par vos efforts. Comparez vos progrès
avec ceux de la veille.
Gardez le contact avec les autres
Lorsqu’on est déprimé(e), on a souvent tendance à s’isoler : on se sent souvent
mal compris(e), exclu(e), et cela vous fatigue. Mais ne restez pas seul(e), votre
entourage est également là pour vous aider. L’isolement aggrave la dépression.
“Déprimé, j’ai eu tendance à me laisser aller. Je me repliais sur moi.
Je ne faisais plus rien, comme pour m’enfoncer davantage.
Moins j’en faisais, plus j’étais fatigué.
Le médecin m’a expliqué qu’il fallait que je fasse un peu de marche
chaque jour, et m’a donné des petits objectifs quotidiens.
Avec le traitement qu’il m’a prescrit, j’ai pu faire tout ça.
Et du coup, ça allait beaucoup mieux.”
Louis, 28 ans, chômeur.
19
1732_BrochPatientDep-PAP-E2.indd 19
19/07/11 10:15
LA DÉPRESSION
Quels conseils
Conseils à l’entourage
Ne jugez pas la personne déprimée
La dépression est une maladie. La personne ne l’a pas choisi.
Essayez de la comprendre.
Proposez votre aide.
Vous pouvez essayer de l’aider à atteindre ses objectifs fixés,
sans trop insister à chaque fois.
Ne faites pas la morale
Même si cela part d’une bonne intention, ne submergez pas la personne
de vos conseils. Cela risquerait de la culpabiliser encore plus.
Soyez tolérant
Une personne déprimée a tendance à se plaindre, manquer d’entrain pour
les activités. Comprenez que ces comportements sont causés par sa maladie
dépressive. Soyez patients.
20
1732_BrochPatientDep-PAP-E2.indd 20
19/07/11 10:15
?
Faites confiance au médecin, et laissez-le soigner !
Il n’est pas toujours facile de proposer au patient le traitement qui lui convient
le mieux. Mais ne vous inquiétez pas, les effets du traitement arriveront.
Évitez les commentaires critiques, cela pourrait inquiéter le patient.
“J’ai compris qu’avec les déprimés, il faut être souple,
toujours dans la nuance pour s’adapter à eux.
Toujours proposer, mais sans jamais imposer.
Ne pas accepter qu’ils se dévalorisent, mais ne pas
chercher à leur montrer qu’ils ont tort dans leur façon
de tout voir en sombre.
Ecouter et stimuler… Ce n’est pas de tout repos au quotidien.”
Catherine , 48 ans, infirmière.
21
1732_BrochPatientDep-PAP-E2.indd 21
19/07/11 10:15
LA DÉPRESSION
Et le suicide ?
De la souffrance morale aux idées suicidaires
Avoir des idées suicidaires est fréquent chez une personne déprimée.
Vous ne devez pas vous affoler, mais ce n’est pas quelque chose d’anodin.
Parlez-en le plus rapidement possible à votre médecin.
Jusqu’où cela peut-il aller ?
Souvent, les idées suicidaires sont vagues et passagères. Cependant,
si vos idées deviennent plus précises quant à la façon et au moment de vous
donner la mort, contactez votre médecin. Il vous aidera à faire face à ces idées.
Dans tous les cas, si vous avez des idées noires, ne restez pas isolé(e).
En cas de souffrance, vous pouvez tout à fait passer aux urgences,
les médecins sont là pour vous écouter et vous aider.
22
1732_BrochPatientDep-PAP-E2.indd 22
19/07/11 10:15
“Pendant ma dépression, j’en étais venu à penser à la mort.
Je me disais que tout serait si simple si je n’existais plus.
J’avais l’impression qu’il n’y avait aucune solution pour moi.
Je n’en parlais à personne parce que j’avais honte.
Puis, mon médecin m’a tendu la perche et je lui ai
parlé de mes idées suicidaires.
Peu de temps après, le traitement commençait à faire
effet et ces idées ont complètement disparu.
Cela aurait vraiment été absurde que je me suicide, mais
sur le moment, j’étais persuadé que c’était la seule solution.”
René, 74 ans, retraité.
23
1732_BrochPatientDep-PAP-E2.indd 23
19/07/11 10:15
LA DÉPRESSION
Et l’antidépre
Un traitement antidépresseur est indiqué lorsque le diagnostic de dépression
est établi selon un entretien clinique et une appréciation de l’intensité des
symptômes (modérée à sévère).
L’antidépresseur que vous prenez n’a pas d’action immédiate
sur votre maladie, l’amélioration prend plusieurs semaines…
Il faut savoir que :
• l’amélioration des premiers symptômes dépressifs survient en général
après 2 à 4 semaines ;
• la disparition complète ou quasi-complète des symptômes peut prendre
plus de temps ;
• un traitement antidépresseur doit être poursuivi pendant une durée allant
de 4 à 9 mois minimum.
C’est pour cela que votre médecin va attendre entre 4 et 6 semaines avant
de juger de l’efficacité du traitement qu’il vous a prescrit et si cela s’avère
nécessaire de l’utilité de le modifier. Ne vous inquiétez pas et ne vous
découragez pas si votre traitement ne vous semble pas efficace tout
de suite…
24
1732_BrochPatientDep-PAP-E2.indd 24
19/07/11 10:15
sseur?
N’arrêtez surtout pas votre traitement, même si l’efficacité tarde à venir ou si vous vous sentez mieux !
Pour garantir son succès, il est très important de respecter la posologie et
la durée de traitement conseillées par votre médecin, car une dépression
traitée pendant une trop courte durée expose à un risque de rechute.
Les effets indésirables surviennent en général en début de traitement,
ils sont souvent de faible intensité et transitoires. Ceux les plus fréquemment
rencontrés sont l’insomnie, la somnolence et les troubles digestifs.
N’hésitez pas à parler de ces effets à votre médecin ou à votre pharmacien.
De même au terme d’un traitement bien conduit, il est recommandé d’arrêter
un antidépresseur de façon progressive en suivant les indications du
médecin, afin de prévenir la survenue de certains symptômes liés à l’arrêt
du traitement. Ils surviennent dans les jours suivant l’arrêt, durent en moyenne
une semaine mais peuvent parfois se prolonger. L’apparition de ces
symptômes ne signifie pas que l’on est dépendant aux antidépresseurs.
Un traitement bien conduit est le plus court chemin vers la guérison.
Il vous permettra de retrouver une vie sociale, familiale et professionnelle
normale.
25
1732_BrochPatientDep-PAP-E2.indd 25
19/07/11 10:15
ous
-v
Mes prochains rendez
Date
Heure
Médecin
26
1732_BrochPatientDep-PAP-E2.indd 26
19/07/11 10:15
Bibliographie
D’après :
• American Psychiatric Association, Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders ; DSM-IV-TR (Washington DC, 2000).
• Agbokou C. et al. Traitements médicamenteux de la dépression. Presse Med 2008 ; 37 : 867-875.
• http://www.worldhealthorganization.com
• Bair MJ., Robinson RL., Katon W., et al. Depression and pain comorbidity : a litterature review. Arch Intern Med 2003; 163 :
2433-2445.
• Da Fonseca D. et al. Predictive factors of depression in adolescents at school : the role of implicit theories of intelligence.
L’Encéphale 2007 ; 33: 791-797.
• Leonard B.E. Noradrenaline in basic models of depression. European neuro-psychopharmacologie 1997.
• Ritchie K. et al. Severe depression: environmental factors of severe depression : depression in parents. L’Encéphale 2009.
• Bottay T. et coll. Traitements non médicamenteux de la dépression. Traitement psychiatrique. Press Med 2008. 877-882.
• Hardy P. Dépressions sévères : morbi-mortalité et suicides. L’Encéphale, Paris 2009.
• Kupfer DJ. Management of recurrent depression. J Clin Psychiatry 1993 ; 54 Suppl : 29-33.
• Ressler KJ., Nemeroff CB. Role of serotoninergic and noradrenergic systems in the pathophysiology of depression and anxiety
disorder. Depression and Anxiety 2000 ; 12 (Suppl 1) : 2-19.
• Vaccarino AL , et al. Multiple pain complaints in patients with major depressive disorder. Psychosom Med. 2009 71(2):159-62.
• Baldwin D.Essential considerations when choosing a modern antidepressant. Int J of Psychiatry in Clin Practice 2003;
7 (Suppl1): 3-8.
• C.I. Hung, et al. Depression and somatic symptoms scale: a new scale with both depression and somatic symptoms emphasized. Psychiatry and Clinical Neurosciences-2006.
• Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé. La dépression chez l’adulte : en savoir plus pour s’en sortir.
• AFSSAPS. Bon usage des médicaments antidépresseurs dans le traitement des troubles dépressifs et des troubles anxieux
de l’adulte. Argumentaire. Octobre 2006.
• Granger B. La dépression. Collection Idées reçues. Editions Le Cavalier Bleu, 2004.
• Site internet de l’URCAM Lorraine Champagne-Ardenne : www.stopdepression.fr
• Segal Z.V. et al. Challenges in preventing relapse in major depression Report of a National Institute of Mental Health Worshop
on state of the science of relapse prevention in major depression. Journal of affective disorders 77 (2003) 97-108.
• OMS. La classification des Maladies mentales. CIM 10. 1994 ; 131-7.
27
1732_BrochPatientDep-PAP-E2.indd 27
19/07/11 10:15

Documents pareils