LES bonsaïs - Franck Prost

Commentaires

Transcription

LES bonsaïs - Franck Prost
Les conseils de Franck Prost
LES bonsaïs
Aujourd’hui très accessibles, disponibles chez
votre fleuriste, en jardinerie et même en grande
distribution, les bonsaïs restent souvent une
grande énigme…
Comment les cultiver?
Pourquoi sont-ils si petits?
Comment faire vous-même votre bonsaï?
Réponses aux grandes questions autour de ce
petit arbre…
Chine ou japon?
Et tout commence en Chine ou le bonsaï représente un arbre «
tourmenté » dans un gros pot très décoré.
Repris plus tard par les japonais, il est favorisé par le bouddhisme et son regard sur la nature (protection de certaines essences, ikebana…).
Présenté lors de l’expo universelle de PARIS, il fascinera les amateurs de jardins et attendra les années 80 pour son développement commercial et associatif.
Aujourd’hui le Japon produit essentiellement des bonsaïs d’extérieur (pour climat tempéré comme le nôtre) et la Chine, des
bonsaïs d’intérieur et d’orangerie.
Les (mauvais) préjugés
Ils sont trop nombreux!
- il faut souvent vaporiser!… oui, mais effets très limités et
n’évitant surtout pas l’arrosage!
- fragile et difficile à cultiver!…comme toutes les plantes avec de
mauvais conseils!
- ça meurt!…si vous ne lisez pas cette rubrique… oui!
- un arbre torturé?…ce sont les arbres les plus choyés de la
terre!
- ça coûte cher!…oui, pour les bonsaïs dignes de cette appellation (il existe des produits très commerciaux à 9€!)
- il faut arroser à l’eau minérale…mais l’eau de pluie est
beaucoup moins chère et l’eau du robinet fera bien l’affaire!
- il faut les baigner…oui, c’est plus simple pour arroser!
Ou disposer mon bonsaï dans ma maison?
Partout où votre protégé trouvera chaleur, lumière et humidité
ambiante (une grande soucoupe avec billes d’argile conviendra).
D’autres fiches-conseils sur www.franckprost.fr
Ne pas oublier que votre bonsaï reste AVANT TOUT une plante
avec toutes ses «contraintes ».
Les nombreux échecs trouvent souvent explication dans l’absence de l’une de ces contraintes climatiques…
Et bien trop souvent également des bonsaïs extérieurs contraints
à vivre en intérieur et vice-versa…
Les bonsaïs intérieurs apporteront une touche de raffinement et
d’esthétisme à votre intérieur.
Et si mon bonsaï est « d’extérieur »?
Exposez-le partout où votre protégé touchera le soleil (terrasse,
balcon, bord de fenêtre…)
Mais attention aux oublis d’arrosage, aux rafales de vent… et au
gel!
Oui! Votre arbre devra, comme ses congénères, « subir » le froid
hivernal!
Pensez simplement à protéger sa poterie du gel avec des chiffons ou journaux…
Entretien : conseils utiles
Les rempotages devront être réguliers et se limiteront souvent à
un surfaçage (changement de la terre autour de la motte).
La recette miracle, un mélange 1/3, 1/3, 1/3 entre le terreau, la
terre végétale et le sable.
Quant aux poteries, elles doivent être en harmonie avec l’arbre
(en respectant un rapport hauteur/ largeur).
Elles sont sobres, discrètes, drainées et surélevées
Les arrosages suivront surtout les températures et les saisons.
En général, respecter comme toujours une légère sécheresse
entre les arrosages, immerger votre arbre dans une bassine
d’eau.
Les principes de taille sont très précis :
Pas de branches opposées symétriques ou parallèles.
Pas de branches tombantes, verticales, croisées…
Cela fait beaucoup de « pas de » mais ne vous en faites pas, une
mauvaise taille ne tuera pas votre arbre!
Bien au contraire, ne vous laissez pas envahir et tailler « dès que
ça pousse » (après deux à trois bourgeons)!
Comment faire un bonsaï ?
Prenez un petit arbre de quelques années.
- taillez les racines et les branches (un peu comme pour les
haies) et… les feuilles!
- empotez-le dans une poterie de taille réduite
- ligaturez-le à l’aide de fil ses branches pour « vieillir » son
aspect
- pincer, ébourgeonner, haubaner
- fertiliser
- et bien sûr … arroser
Ouf! La liste est longue et le résultat, sous couvert de patience,
vous comblera de satisfaction!
D’autres fiches-conseils sur www.franckprost.fr
PETITES FLEURS, PETITS FRUITS?
Et non! Tout reste à la taille normale naturelle!
On se laisse souvent surprendre par des arbres croulants sous le
poids de pommes… démesurées!
A ce sujet, tout est « bonsaïable »! : bambous, arbres fruitiers,
glycines, azalées, oliviers, buis…
ÊTRE VIEUX… POUR ÊTRE BEAU!
Il va falloir que le bonsaï montre toute sa force et son passé!
Et pour avoir du caractère, nous pratiquez sur lui une chirurgie
végétale « vieillissante »… :
- creuser un tronc (saba miki)
- arracher une branche d’écorce (shari)
- dénuder une branche (jin)
UNE CLINIQUE QUAND MON BONSAI
EST MALADE?!!!
Des fleuristes spécialisés vous proposent soins et conseils pour
chouchouter ou… sauver votre bonsaï!
Mais aussi un service de garde pour partir tranquillement en
vacances!
Votre bonsaï est alors entre de bonnes mains!
COMMENT ESTIMER L’ÂGE DE VOTRE
BONSAÏ?
Exercice très difficile et très approximatif!
Sauf, bien sûr, si vous l’avez vous-même bouturé ou semé!
Les estimations entre professionnels restent empiriques,
imprécises, et souvent faussées par les techniques de
vieillissement.
Ici s’achève cette « petite chronique » des Grands Arbres!
J’espère qu’elle aura su « démythifier » et « démystifier » l’image
du bonsaï et vous donner envie!
Et, pour les amoureux de la nature qui parlent aux plantes,
sachez que, là… ce sont les arbres qui vous parlent…
D’autres fiches-conseils sur www.franckprost.fr

Documents pareils