Parfums d`aventure…

Commentaires

Transcription

Parfums d`aventure…
MUSÉE
COLL. MUSÉE DU FLACON À PARFUM / PHOTO MG
Des signatures prestigieuses de parfumeurs et d’artistes. Du cristal,
du verre ou du métal. Des galbes, des couleurs, du classique
ou du baroque. Le charme ou la folie des flacons à parfum.
COLL. MUSÉE DU FLACON À PARFUM / PHOTO MG
#LA ROCHELLE
Parfums d’aventure…
LE MUSÉE DU FLACON À PARFUM
C
Ci-dessus :
« Variations » par Carven suggère
l’« image » du module lunaire
américain, altuglas (à gauche).
Bouchon en cristal de Bohême
(Slovénie actuelle) (à droite).
octeau, Picasso, Dali… sont présents
par leurs créations dans une boutiquemusée au charme très particulier,
nichée rue du Temple, à deux pas, d’un
côté de la Grosse Horloge et de l’autre
de l’hôtel de ville. On y entre, avec pour seul sésame sa
curiosité, comme dans une caverne d’Ali Baba, et l’on
s’y enivre. Le volume est modeste mais le voyage
infini, c’est normal, nous sommes à la Rochelle :
« […] Guidé par ton odeur vers de charmants climats, /
Je vois un port rempli de voiles et de mats / Encor tout
fatigués par la vague marine, / Pendant que le parfum
des verts tamariniers, / Qui circule dans l’air et m’enfle
la narine, / Se mêle dans mon âme au chant des mariniers ». Ces vers de Charles Baudelaire – extraits de son
poème Parfum exotique – semblent ici chez eux. Pourtant
c’est plutôt du côté d’Alfred de Musset et de son célèbre « Qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse »
66 | Le Picton n° 184 | Juillet Août 2007 |
Jean PEUCHAIRE
(La coupe et les lèvres) que se laissent aller les coupures de
presse soigneusement recueillies par Anne et Jean Séris,
les hôtes du musée. Contre-pied ? Peut-être, car c’est
bien sur le flacon, le contenant et non le contenu, que
se sont posés leurs regards.
C’est un de ces très jolis flacons – ces « petites bouteilles
pour le vin » qui nous sont venues d’Italie vers le milieu
du XIIIe siècle –, « Fleurs de Rocaille » de chez Caron,
qu’un jour Jean a offert à Anne, qui n’osa pas l’ouvrir
tellement elle l’estimait précieux… On peut considérer
que ce présent fut le premier objet d’une collection à
venir qui en compte aujourd’hui plusieurs centaines, de
1 500 à 2 000 peut-être, quand on aime… Il figure d’ailleurs dans une des vitrines du musée, installé au premier
étage de la boutique « La Saponaire », un nom qui n’est
pas innocent. Saponaria officinalis, la saponaire officinale,
une plante à fleurs lilas ou rose pâle, riche en saponines,
faisant mousser l’eau, servait jadis de savon. Or Jean et

Documents pareils

Baudelaire, Les Fleurs du Mal, « Parfum exotique » Quand, les deux

Baudelaire, Les Fleurs du Mal, « Parfum exotique » Quand, les deux Je  respire  l'odeur  de  ton  sein  chaleureux,   Je  vois  se  dérouler  des  rivages  heureux   Qu'éblouissent  les  feux  d'un  soleil  monotone;  

Plus en détail