Téléchargement

Commentaires

Transcription

Téléchargement
La production d'oeufs en Belgique : état des lieux
12345-
Belgique : statistiques et opinions
2012 : l'opportunité de mettre fin à l'élevage en cage
L'élevage en cage : quels problèmes
Alternatives à l'élevage en cage
Éthologie : la poule "pondeuse", un oiseau méconnu
Belgique : statistiques et opinions
Contradiction : 90% des oeufs frais vendus en Belgique proviennent d'élevages
alternatifs ...
En 2004, 45,8% des oeufs frais commercialisés en Belgique provenaient de poules élevées
en cages. Une récente enquête1 révèle qu'en 2010, seuls 10% des oeufs frais vendus au
détail provenaient d'élevage en cages. Cette évolution signifie le déplacement d’un million
de poules en cages, vers des élevages alternatifs où leurs conditions de vie sont
améliorées.
Ce résultat est le fruit d'une intense campagne d'information de GAIA auprès des
consommateurs, et de négociations avec les distributeurs belges. Ainsi, entre 2006 et 2010,
l'ensemble des supermarchés en Belgique ont retiré de leurs rayons les oeufs frais de poules
en cages.
... tandis que 60% des poules pondeuses demeurent élevées en cages
5,5 millions de poules sont toujours élevées en cages en Belgique, contre 3,6 millions en
élevage alternatif2. Cette forte proportion de poules en cages trouve son explication dans
l'utilisation massive d'oeufs de batterie dans la fabrication d’ovoproduits (desserts, plats
préparés, pâtes aux oeufs, etc.) par l'industrie agro-alimentaire.
Les consommateurs belges opposés à l'élevage en cage et prêts à acheter plus cher
les produits sans oeufs de batterie.
Cependant, un sondage IPSOS effectué à la demande de GAIA en avril 2011, révèle que :
-
83% des Belges considèrent que les oeufs de poules en cage ne doivent
pas entrer dans la composition des ovoproduits (biscuits, pâtisserie, tartes,
mayonnaise, mousse au chocolat, plats cuisinés, pâtes fraîches, ...)
Près de 6 Belges sur 10 (57%) sont disposés à acheter ces produits plus
cher, s’ils sont fabriqués avec des œufs produits dans des conditions
respectueuses du bien-être des poules.
sondage effectué par GfK pour VLAM (Vlaams Centrum voor Agro en Visserijmarketing) publié en mai
2011
Commission européenne, recensement statistique des systèmes d'élevages de poules, avril 2011
1
2
2012 : l'opportunité de mettre fin à l'élevage en cage
er
Au 1 janvier 2012, les 130 élevages belges de poules en cages conventionnelles devront
s'être mis en conformité avec la nouvelle réglementation (Directive 1999/74 CE). Plusieurs
choix s'offrent à eux : le passage aux cages "aménagées", ou la conversion vers des
systèmes d'élevage sans cage (élevage au sol ou élevage en plein air.)
Par leurs choix de consommation, GAIA demande aux consommateurs d'encourager les
éleveurs à investir aujourd'hui dans des systèmes d'élevages sans cage. Ces choix
détermineront l'avenir de 5 millions de poules chaque année, pour la décennie à venir. Ces
choix s'imposeront alors aussi longtemps à l'industrie alimentaire si elle ne réagit pas à temps
pour éviter le développement de nouveaux élevages en cage.
Les supermarchés et l'industrie agroalimentaire, en tant que 1ers clients des élevages
Belges, ont le pouvoir de détourner les éleveurs de la production en cages.
GAIA demande aux marques ainsi qu'aux enseignes de la distribution (pour leurs produits
er
d'enseignes) d'informer aujourd'hui (et en tout état de cause, avant le 1 janvier 2012), leurs
fournisseurs du changement qu'elles souhaitent pour leur clientèle, pour leurs produits, et
pour leur responsabilité sociale : l'abandon des oeufs issus de cages.
Des marques comme Bahlsen, Delacre, Calvé, ou Le Pain Quotidien sont engagées à
utiliser des oeufs de poules élevées au sol ou en plein air.
D'autres marques comme Devos Lemmens, malgré les appels continus de GAIA, continuent
de s'approvisionner en oeufs de poules élevées en cages.
La différence de prix entre les systèmes d'élevage en cage et hors-cage est pourtant
minime (moins de 2 cents par oeuf).
L'élevage en cage : quels problèmes ?
Les cages conventionnelles constituent le système de production majoritaire en Europe. En
Belgique, un élevage en cages détient en moyenne 37 000 poules pondeuses. L'espace
dont dispose chaque oiseau dans ces systèmes est de 550 cm2, soit moins que cette feuille
de papier.
Chaque cage nue renferme 4 à 5 poules pendant 13 mois. Des milliers de cages s'alignent
dans des hangars sombres où sont parfois détenus plus de 100 000 oiseaux. La densité y
est de 18 poules/m2.
Image 1 : élevage en cages conventionnelles
La réglementation européenne, adoptée en 1999, prévoit l'interdiction des cages
conventionnelles au 1er janvier 2012. D'autres cages, dites aménagées, resteront autorisées.
Ces cages apportent quelques améliorations dérisoires : la surface utilisable par poule ne
sera augmentée que l'équivalent d'une carte postale (+ 200 cm2 par poule). Les
aménagements rudimentaires (perchoir, coin pour la ponte) ne permettent toujours pas de
satisfaire aux besoins comportementaux des poules pondeuses. La densité y demeure
importante : 13 poules/m2.
Image 2 : élevage en cages aménagées (normes 2012)
Le manque d'espace et de la pauvreté du milieu privent les poules de leurs comportements
naturels : bain de poussière, lissage de plumes, isolement pour pondre, couvaison...
L'élevage en cage provoque des frustrations et des anormalités du comportement chez
les pondeuses : stress, agressivité, picage, cannibalisme ou automutilation.
Alternatives à l'élevage en cage
Le succès des élevages sans cages démontre que la production d'oeufs peut être plus
attentive au bien-être des animaux. Bien que loin d'être idéaux, les systèmes alternatifs
offrent la possibilité d'atteindre un niveau de bien-être animal nettement supérieur aux
cages, grâce à une gestion attentive de l'élevage. Les problèmes posés par l'élevage en
cage sont quant à eux, inhérents au "système cage" : même l'éleveur le plus appliqué ne
pourrait les résoudre.
La réglementation européenne précise les modalités d'élevage alternatif :
-
en élevage "au sol", les poules ont une liberté de mouvement à l'intérieur
d'un bâtiment. La densité d'élevage est de 9 poules par m2. Certains de ces
systèmes proposent des espaces extérieurs couverts supplémentaires,
appelés "jardins d'hiver" (photo)
Image 3 : élevage au sol avec espace extérieur couvert
-
-
en élevage "en plein air", les poules disposent d'un accès à un parcours
herbeux extérieur en journée. Chaque poule bénéficie de 4m2 de terrain
extérieur.
en élevage "bio", les poules bénéficient des avantages de l'élevage en plein
air, de densités moins importantes en bâtiment, et d'une alimentation bio.
Image 4 : élevage en plein air
Éthologie : la poule "pondeuse", un oiseau méconnu
Les poules élevées pour leurs oeufs descendent d'un oiseau sauvage du Sud-Est Asiatique,
la poule Bankiva. Certains comportements naturels sont essentiels à l'équilibre de ces
oiseaux : se percher, prendre des bains de poussière, s'isoler des autres animaux pour
pondre. Comme beaucoup d'autres espèces, les poules pondeuses présentent un
comportement parental très développé. Dans la nature, les poussins restent sous la
protection de leur mère pendant plusieurs mois.
La sélection génétique sur le taux de ponte a engendré des oiseaux pondant plus de 300
oeufs par an. Cette production est mécanique : la productivité ne constitue donc pas un
indicateur de bien-être. A l'état sauvage, les poules pondent quelques dizaines d'oeufs
chaque année.

Documents pareils

Bien-être et systèmes de logement en production des poules

Bien-être et systèmes de logement en production des poules possibilités d’exprimer l’ensemble de leurs comportements naturels et fondamentaux

Plus en détail