École ¶ Nationale ¶ Supérieure ¶ des Arts ¶ Décoratifs - arzaplik

Commentaires

Transcription

École ¶ Nationale ¶ Supérieure ¶ des Arts ¶ Décoratifs - arzaplik
P ro j e
.
.
ts de
fin d’
École ¶
Nationale ¶
Supérieure ¶
des Arts ¶
Décoratifs
s 20
étude
02 et
2003
Préface/
Patrick Raynaud,
Directeur
Cette quatrième livraison d’une publication réunissant une sélection des meilleurs projets de fin
d’études, dits "grands projets", de nos deux dernières promotions, paraît à un moment où
notre établissement va connaître de profonds changements.
À compter de la rentrée 2004, le cursus de l’Ensad s’organise en 5 années d’études, soit 10 semestres.
Cette réforme est compatible avec l’harmonisation en cours des diplômes à l’échelle européenne.
Elle permet de favoriser les échanges avec les écoles et universités étrangères et d’encourager
la mobilité grâce au système des équivalences.
L’entrée à l’Ensad se fait par concours en 1ère, 2e , 3e année et post-diplôme.
La 1ère année est généraliste.
La 2e année marque l’entrée dans les spécialisations. Les spécialisations ou secteurs mis en œuvre
sont l’animation, l’architecture intérieure, l’art-espace, le design graphique, le design industriel, l’image
imprimée (gravure, illustration, pré-presse, sérigraphie), le mobilier, la photographie, la scénographie,
le textile, le vêtement, la vidéo.
La 3e année développe et approfondit la maîtrise de ces spécialisations.
e
La 4 année comprend le projet de secteur, le rendu d’un mémoire, le stage en entreprises ou dans une école d’art étrangère.
La 5e année est consacrée à la préparation du projet de fin d’études. Des enseignements, des séminaires et des conférences
accompagnent ce travail sanctionné par le diplôme.
Je vous invite à découvrir ces travaux réalisés par nos élèves dans le cadre de leur diplôme. Ils reflètent bien la pédagogie
pluridisciplinaire de l’École, dont les différents secteurs seront invités dans le futur à encore mieux collaborer sur
des thèmes et des travaux "transversaux". La révolution numérique, en uniformisant les outils, permet aux jeunes créateurs
que nous formons d’élargir leur champ de compétence. L’Ensad est prête pour cette redéfinition des métiers que l’on peut
commencer de percevoir dans les milieux professionnels les plus avancés. Nous sommes heureux et fiers de permettre
à nos élèves de se mettre une nouvelle fois en accord avec leur temps : notre école l’a déjà fait de nombreuses fois,
depuis sa création, en 1766 ; une publication prochaine de son histoire permettra d’apprécier ces réadaptations successives
au monde contemporain.
ENSAD
31, rue d'Ulm
75 240 Paris cedex 05
tél. : (33) 01 42 34 97 00
fax : (33) 01 42 34 97 85
web : http://www.ensad.fr
Mission de l'École / The School
L'École nationale supérieure des arts décoratifs -dont les origines
remontent à 1766 - est un établissement public national
à caractère administratif placé sous la tutelle du ministère
de la Culture et de la Communication. Elle a pour mission :
la formation artistique, scientifique et technique de créateurs
aptes à concevoir, promouvoir, développer toute réalisation
dans les diverses disciplines des arts décoratifs, la conduite
et la valorisation de recherches dans ces disciplines.
The task of the École nationale supérieure des arts décoratifs
(Ensad), founded in 1766, is the artistic, scientific and technical
training of creative students capable of designing, promoting and
developing all manner of works in the field of decorative arts,
and the direction of research in the same sectors.
Cursus /
The Course
Le cursus de l'Ensad couvre quatre années d'études. Une année comprend trente semaines de 35 heures de cours. La présence
aux cours est obligatoire. L'enseignement dispensé s'appuie sur le dessin et l'expression plastique pour tous les élèves. Il privilégie
les relations entre les différents secteurs par des enseignements communs et le travail en équipe sur des sujets pluridisciplinaires.
Il conduit à la maîtrise d'une pratique de conception à caractère professionel, liée à l’un des champs d’intervention de l’École. Ses
domaines de compétence sont la conception, la réalisation, la direction artistique.
L'École présente chaque année les travaux d'élèves lors de Portes ouvertes, qui ont lieu en février et en octobre sur ses deux
sites de Paris et d'Ivry.
The Ensad curriculum covers four years, each consisting of thirty 35-hour weeks of classes, at which attendance is compulsory. Teaching
for all students is based on drawing and artistic expression. It encourages relations between the various sectors by joint classes and team
work on multidisciplinary subjects. It results in the mastery of professional practices in one of the creative fields covered by the school.
Its areas of competence are creation, design, execution and artistic management.
Each year in February the school presents its students' work at an exhibition held on its two locations, Paris and Ivry.
Première année
La première année est pluridisciplinaire. Elle est centrée sur l'approche
méthodologique et vise à développer la curiosité, l'imagination, l'esprit critique
et l'initiative créatrice personnelle. Elle assure l'ouverture à la diversité
des pratiques et des démarches qui sont celles de la création plastique.
Elle comprend des enseignements généraux portant sur l'approche de l'espace
et de l'image, des enseignements fondamentaux d'histoire de l'art, dessin,
peinture, sculpture, perspective, volume, couleur et typographie ainsi que
des ateliers de photo, vidéo, sérigraphie, animation, informatique.
Year 1
Deuxième année
La deuxième année assure la transition entre la première année pluridisciplinaire
et la troisième année spécialisée. À côté des enseignements communs de dessin,
expression plastique, photographie, vidéo et histoire de l'art, elle comprend
des enseignements organisés selon trois ensembles.
> Image : il introduit, par une pédagogie de projet s'appuyant sur le graphisme
et le multimédia, aux pratiques de conception qui se déclinent en troisième
année. Il comprend des enseignements de typographie, infographie, illustration,
animation, calligraphie, techniques d'impression et d'édition, sciences humaines.
> Espace : organisé par groupes de pratiques associées (architecture intérieure,
scénographie, design, mobilier, textile, vêtement), il introduit par une pédagogie
de projet aux pratiques qui se spécifient en troisième année. Il comprend
des enseignements de matériaux, construction, morphologie-structure, éclairage,
infographie, couleur, sciences humaines.
> Traverse : ce groupe privilégie une méthodologie de projet (deux projets
annuels) et travaille sur des cas réels avec des interlocuteurs extérieurs. Il
s'appuie sur la scénographie, le design, le graphisme. Il comporte des enseignements multidisciplinaires liés aux ensembles Espace et Image.
Year 2
Troisième année
La troisième année marque la spécialisation. Elle se répartit entre deux grands
ensembles.
> Image : il développe des enseignements de graphisme, multimédia, illustration, animation, photo, vidéo, gravure. Des enseignements communs sont
dispensés en sciences humaines, typographie, infographie. Des enseignements
The first year is multidisciplinary. It entails the teaching
of methodology in the students' approach to image and space,
basic training in social sciences, history of art, drawing, painting,
sculpture, perspective, volume, colour and typography, as well as
photography, video, serigraphy, animation and computer workshops.
The second year acts as a transition between the multidisciplinary
first year and the specialization of the third year.
As well as obligatory classes for all students in drawing, plastic and
audiovisual disciplines and history of art, it includes courses organized
round two major poles: Image and Space.
> Image
Courses in typography, computer graphics, illustration, calligraphy,
animation, printing and publishing techniques and social sciences.
An approach to specific disciplines: graphic art in general and
multimedia graphics.
> Space
Courses in materials, construction, lighting, computer graphics,
colour and interior architecture. An approach to specific disciplines :
interior architecture, scenography, design, furniture, textiles and
clothing.
A third possiblility, which spans both sectors, entails working on
real projects with external supervisors.
Year 3
The third year opens the way to specialization. It consists of
two major sectors : Image and Space.
> Image.This develops further the teaching of visual communication
(graphic art, multimedia), photography, animation, video, engraving
and illustration.
Secteurs Image
Dans le domaine de l'image, l'École
forme aux métiers du graphisme
et de l'audiovisuel :
animation, communication
institutionnelle, identité visuelle,
générique télévision, illustration,
habillage de chaîne, édition imprimée,
multimédia, muséographie, packaging,
publicité, signalétique.
Secteurs Espace
Dans le domaine de l'espace,
l'École forme aux métiers du design,
de l'architecture intérieure,
de la scénographie, dans les secteurs
suivants : architecture intérieure,
industrie du cinéma et de la télévision,
mobilier, textile, théâtre, vêtement.
> Architecture intérieure
> Art-espace
> Design industriel
> Mobilier
> Scénographie
> Textile
> Vêtement
Space
In this sector, the school prepares
students for careers in design,
interior architecture and
scenography in the following areas :
interior architecture, film and
television industries, furniture,
textiles, theatre and clothing.
> Animation
> Communication visuelle
> Gravure
> Illustration
> Photographie
> Vidéo
> Interior Architecture
> Art-Space
> Industrial Design
> Furniture
> Set Design
> Textile
> Clothing
Image
In this sector, the school trains
students for careers in graphic
and audio-visual art : animation,
institutional communication, visual
identity, television credits, titles
and logos, illustration, packaging
and presentation, printing
and publishing, multimedia,
museography, advertising, signs
and signification.
>Animation
>Visual Communication
>Engraving
>Illustration
>Photography
>Video
complémentaires issus des différentes dominantes sont proposés au choix.
> Espace : il développe des enseignements d'architecture intérieure, art-espace, design industriel, mobilier, scénographie, textile, vêtement. Des programmes communs, dits «temps partagé», sont proposés chaque vendredi du premier trimestre.
> Space. Here the teaching of interior architecture, scenography,
space art, design, furniture, textile and clothing is developed.
The teaching programme is completed by obligatory courses
for all students : drawing, plastic art and history of art
Quatrième année
La quatrième année est une année de synthèse consacrée à la préparation
du projet de fin d'études et du mémoire. Des enseignements, des séminaires
et des conférences accompagnent ce travail de synthèse sanctionné
par le diplôme.
Year 4
Diplôme
Le diplôme de l'Ensad est décerné aux élèves ayant satisfait au cursus général
des études, au projet de fin d'études et au mémoire. Il comporte trois phases
dans lesquelles l'élève doit avoir obtenu la moyenne.
> Projet de fin d'études, dit “grand projet” : il s'agit d'un travail pratique,
conçu et réalisé à un niveau professionel en relation avec la spécialisation de
l'élève. Le jury est composé de trois enseignants et de trois jurés extérieurs.
> Mémoire : il s'agit d'un travail individuel sur un sujet déterminé en liaison
avec le directeur du mémoire, enseignant de l'École, réflexion théorique et
analyse critique appuyée sur une recherche documentaire. Le jury est composé
d'enseignants.
> Contrôle continu : évaluation du travail de l'année. Le diplôme mentionne
l'orientation et la spécialisation dans lesquelles les études ont été effectuées.
Il est délivré par le ministre chargé de la Culture et la liste des diplômes est
publiée au Journal officiel de la République française.
Post-diplôme
L'année du post-diplôme a pour but de promouvoir et de développer la création
à des fins de production et de recherche. Elle est sanctionnée par un certificat
d'études spécialisées. Post-diplômes proposés : atelier d’images et d’informatique
(AII), atelier de recherches interactives (ARI), édition-presse, mobilier.
The fourth year continues in greater depth the teaching programme
of the third year. It is also a year of "summing up" in preparation for
the diploma which consists of a final artwork, the "major project",
and a dissertation.
The Ensad diploma is awarded to students who have satisfactorily
completed the general curriculum and presented a final project
and a dissertation. It consists of three stages; students must obtain
minimum pass-marks in each: Final project: a practical piece
of work, conceived and executed at a professional level, related
to the student's field of specialisation. The jury is composed
of three members of the teaching staff and three external
members. Dissertation: a personal piece of work on a subject
decided in collaboration with the student's dissertation director
(a member of the school's teaching staff), comprising theoretical
reflection and critical analysis supported by documentary research.
The jury is composed of members of the teaching staff. Assessment
in the Journal Officiel de la République française.
Post-graduate year
The aim during this year is to promote and develop creation and
research in certain sectors, currently : the Image and Computer
Workshop (AII), the Interactive Research Workshop (ARI),
publishing/press and furniture.
Sommaire/
page
9
Animation
Patrick Morin, Gabrielle Cariolle, Mathilde Philippon-Agacinski, Emmannuelle Tieù
page
15
Architecture intérieure
Anne Fourquet, Étienne Clausse, Gabriel Santini
page
21
page
27
Art /Espace
Claudia Hageli, Ji-Hyun Im, Alexandre Richard
Communication visuelle
Héloïse Condroyer, Christophe Roger, Vadim Bernard, Ève-Marie Bousquet, Éric Bricka, Laurence Maigret,
Gabriel Pistre
page
33
page
39
Design industriel
Mathieu Boimare, Mathieu Bernard, Anne-Èva Geffroy, Damienne Lulic
Gravure
Henri Aublet, Marie-Claire Corbel, Damien Daufresne, Raphaèle Hayot, Olivier Moriette
page
45
Illustration
Sarah Letouzey, Mélanie Berger, Sandrine Martin, Hélène Rajcak, Florence Richard
page
51
page
57
Mobilier
Èva Bertran de Balanda, Pierre Favresse, Bastien Foissier
Photographie
Gyu-Hyeon Jeong, Johanna de Clisson, Aurélie Lefèbvre
page
63
Scénographie
Adèle Ogier-Akissi, Virginie Destiné, Laura Gozlan, Lisa Ternon
page
69
Textile
Élodie Brunet, Zsofia Gyenes, Laura Kiesgen, Émilie Paralitici
page
75
Vêtement
Marie Bertrand, Magali Pacalin, Carine Montarras, Paul Moreau
page
81
Vidéo
page
87
post-diplôme AII (Atelier d’images et d’informatique)
Julien David, Virgine Stolz, François Benedetti, Thu Trinh Bouvier, Christian Jacquemin, Nathalie Routin
page
93
post-diplôme ARI (Atelier de recherches interactives)
Donald Abad, Mi-Hwan Choi, Jean-Michel Géridan, Camille Le Bris, Julie Morel, Marina Bakic, Hikaru Fuji,
Annelore Schneider
page
99
post-diplôme Édition-presse
Janine Schlimpert, Paula Jimenez
page
105
post-diplôme Mobilier
Mélodie Baschet, Raphaële Carlier, Clémentine Hayaux du Tilly, Julia Kerjean, Romain Lesage, Katalin Mathé,
Caline Morcos, Barbara Peikert, Maeva Chardon, Chun Dukmi, Étienne Eczet, Stefan Lanez
page
111
projets de fin d’études, mémoires, projets de post-diplômes
Joseph Creac’h, Mathieu Decarli, Élise Morin, Anna-Katerina Scheidegger
9
ESPACE
Animation
IMAGE
Animation
This course takes a critical approach to the artistic, technical and industrial traditions of animation in the cinema. Students are introduced to
the principal techniques, and are encouraged to adapt them or to invent new ones.Whether the medium they use is traditional or innovative,
students work on it to master their basic objective, expression through movement, keeping in mind the importance of storyline, plastic
expression and setting.This sector profits from its collaboration with different organisms and events. Since 1996, several graduation "major
projects" have received honours and awards at festivals (Annecy, Hiroshima etc.)
Son enseignement aborde la tradition artistique, technique
et industrielle du cinéma d'animation avec un regard critique.
L'élève est initié aux principales techniques et encouragé à adapter
celles qui existent ou à en inventer d'autres. Qu'il s'agisse
des supports traditionnels comme le papier et le volume animé
ou de pointe comme les images de synthèse, l'élève est invité
à s'y exercer pour maîtriser son matériau de base -l'expression par
le mouvement- tout en s'intéressant à la dramaturgie, la recherche
plastique et la mise en scène. Ce secteur développe des collaborations
avec différents organismes ou manifestations ; depuis 1996, nombre
des "grands projets" présentés à des festivals (Annecy, Hiroshima,
etc.) ont fait l'objet de mentions et de récompenses.
Jérôme Boulbès
François Darasse
Sébastien Laudenbach
Pascal Lemaire
Florence Miailhe
Georges Sifianos
Fabienne Vansteenkiste
Serge Verny
Laurent Beaugé
Frédéric Borralho
Aymeric Bourgain
Emmanuel Cerdan
Gilles Chapalain
Aurore Grillot
Rébécca Le Beuf
Patrick Morin
Safia Ouarès
Nathalie Routin
Agathe Servouze
Élodie Tymowski
Astrid Walter
Julien Widmer
Guillaume Aventurin
Fabien Bedouel
Sandrine Bonini
Gabrielle Cariolle
Mathieu Crozet
Louis De la Taille
Jeanne Paturle
Mathilde Philippon-Agacinski
Denis Rousseau
Cécile Rousset
Colombe Salvaresi
Emmanuelle Tieù
Enseignants
Session 2002
Session 2003
Jury 2002
Interne : François Darrasse,
Serge Verny, Pascal Lemaire
Externe : Laurent Pouvaret, directeur
des études à l’école de la Poudrière,
Pierre Jouvanceau, théoricien du
cinéma d’animation, Hélène Vayssières,
chargée des programmes courts
et moyens métrages à Arte France
Jury 2003
Interne : François Darrasse,
Georges Sifianos, Fabienne Vansteenkiste
Externe : Jean-Paul Pagliano, écrivain,
théoricien en animation, Lorenzo Recio,
réalisateur, Marc Bonny, distributeur
de Gebeka Films
J'imaginais ce film comme
un voyage sentimental, une suite
de situations exprimant chacune
un état d'âme, un parcours sensible
autour du «sentiment amoureux».
Régulièrement, j'animais de courtes
scènes. Cette prise de notes m'a
conduite à adopter un traitement
graphique correspondant
à cette démarche, très simplement,
à partir de croquis d'imagination
ou pris sur le vif.
De mouvements en sensations,
un récit s'ébauche, et d'une attente
commence en fait l'évocation
fragmentée d'un désamour.
“Budra et le vent”
Emmanuelle Tieù
“Ascio”
Mathilde
Philippon-Agacinski
Patrick Morin
“La nature a horreur du vide”
techniques mixtes : aquarelles,
pastels gras, animation
traditionnelle
durée : 7’30’
support : DV, béta couleur
logiciels : Adobe After Effect,
Adobe Photoshop, Final Cut,
Protulse
Gabrielle Cariolle
“Vous avez sûrement raison”
Un vieil homme, son fils et leur âne
partent en ville. Sur le chemin,
ils croiseront différentes personnes
qui les conseilleront. Mais à vouloir
écouter tout le monde, on finit
par se faire du tort…
Un âne rêve : il entre dans
la maison qu'il voyait au loin.
On l'accompagne dans sa visite
onirique. Je voulais qu'on prenne
plaisir à l'observer en respectant
son rythme et son rapport
aux choses.
technique : encre sur cellulose
et animation directe en sable
et autres matériaux
Budra, enfant africain, part
en quête du vent dont il cherche
l’origine. Il rencontre des mondes,
des univers et des gens, tour à tour
guides ou marchands…
Dans ce conte, une recherche
esthétique s’est développée à partir
du dialogue de la lumière avec
le papier découpé translucide,
laissant apparaître les articulations.
rin
Mo
k
c
tri
Pa
Mathilde Philippon-Agacinski /
Ascio
on
rais
t
n
me
sûre
z
e
av
ous
/V
je retiens mon souffle
Juin
attente
quelqu’un
je ne sais quoi
il fait doux
Je retiens mon souffle
il fait doux
demain peut-être
demain peut-être
ici ou ailleurs
Tu…
(…)
parce qu’en même temps, oui et non
je ne touche pas cette main
Ga
Emmanuelle Tieù /
Budra et le vent
ell
bri
eC
ari
o
/
lle
e
atur
La n
e
u vid
ur d
e
r
r
a ho
et d’autre fois rien ne manque
assise au soleil
je ferme les
Patrick Morin
15,rue du Parc 96160 Anthony
tél. : 01.46.66.54.51/ 06.80.30.93.68
courriel : [email protected]
02
01
étudiant à l’Ensad
Animation
00
99
98
Inalco-Langues O, Japonais
97
Atelier de Sèvres
Bac S
96
Gabrielle Cariolle
24, rue de l’Église 77700 Coupvray
tél. : 01.60.04.29.76 / 06.16.42.23.07
02
01
étudiante à l’Ensad
00
Mathilde Philippon-Agacinski
99
169, rue du Temple 75003 Paris
tél. : 06.76.97.57.27
98
97
03
02
étudiante à l’Ensad
01
00
99
maîtrise de cinéma et licence de lettres
comparées à Paris III
98
97
96
Licence de cinéma à la Sapienza à Rome
Deug art du spectacle, Paris III
95
94
Bac D
Emmanuelle Tieù
16, avenue de Verdun 92170 Vanves
tél. : 01.41.80.07.93 / 06.17.73.74.11
courriel : [email protected]
03
02
étudiante à l’Ensad
01
00
99
prépa ENS Cachan-Lyon
98
97
Bac S biologie
Atelier de Sèvres
Bac S
15
ESPACE
IMAGE
Architecture
intérieure
Interior Architecture
This consists of devising new spaces which modify the concept of an existing structure.This is done by projects which re-think the functioning
and arrangement of existing spaces. The course follows a logical progression that corresponds to the different stages of intervention in
the practice of interior architecture. Economic, technical, legal and historical training is focused on drawing up a project, with the necessary
costing, plans, sections, elevations and axonometry.The course includes visits to different architectural constructions and conferences.
Elle imagine des espaces nouveaux qui infléchissent la conception
du cadre bâti. Elle s'exprime par un projet conçu en référence
à des espaces existants qu'il s'agit de reconsidérer dans
leur fonctionnement et leur aménagement. L'enseignement
de ce secteur se fait dans une progression logique correspondant
aux différents niveaux d'intervention de la pratique de l'architecture
intérieure. Le projet dessiné -qui passe par l'établissement
de relevés, plans, coupes, élévations, axonométries- est l'axe central
vers lequel convergent tous les enseignements, économiques,
techniques, juridiques, historiques. Les cours s'accompagnent
de visites de réalisations architecturales et de conférences.
Jury 2002
Fabrice Dusapin
Gaston Dietschy
Christian Germanaz
Michel Girard
Benoît Lalloz
Xavier Marbot
Sylvestre Monnier
Roberto Ostinelli
Pascal Rollet
Miranda Skoulatou
Romain Brenas
Dominique Chan
Maeva Chardon
Li Dong Cui
Anne Fourquet
Édouard Giafferi
Xavier Mangin
Lydie Martin
Gwladis Parra
Fabrice Seechurn
Bénédicte Vincent
Joanna Andréassian
Étienne Clausse
Juliette Coujard
Armelle Fouilleul
Émilie Guillon
Jina Kwon
Delphine Salle
Gabriel Santini
Enseignants
Session 2002
Session 2003
Interne : Fabrice Dusapin,
Christian Germanaz,
Jean-Michel Bertrand
Externe : Vladimir Mitrofanoff,
architecte, Christophe Kuntz, architecte
d’intérieur, Daniel Jeanneau, décorateur
de cinéma
Jury 2003
Interne : Sylvestre Monnier,
Fabrice Dusapin
Externe : Marc Iseppi, architecte
DPLG, Gaston Dietschy, architecte
d’intérieur, François Champsaur,
architecte d’intérieur
végétale, laissant les jeux d’ombre
et de lumière pénétrer, se fondant
dans le paysage… Une invitation
à un parcours sensoriel.
Partant d'une feuille posée
sur l'eau, à l'image du nénuphar,
j'ai imaginé une habitation.
Il s'agit d'un plancher flottant
sur lequel une libre circulation est
possible. L'ensemble de cet habitat
est propice à la contemplation
par les grandes baies vitrées
entièrement coulissantes. Le toit
est réduit dans son épaisseur.
Il repose sur un ensemble
de poteaux métalliques cylindriques.
Le rythme des poteaux permet du
premier coup d'œil de comprendre
l'agencement et la répartition des
espaces de cet habitat.
Un jour laisse circuler la lumière
sous le toit, ce qui procure
une sensation de légèreté. Celui-ci
devient le support des reflets
de l'eau et permet d'intégrer
le milieu extérieur à l'espace
intérieur. Le toit est placé
à une hauteur de 2,30 m ;
il apporte une grande surface
d'ombre qui contraste en été
avec un plan d'eau très lumineux.
Cet habitat est conçu à partir
d'un plan libre basé sur une trame
de 0,90 x 0,90 m. Un bloc
technique revêtu de bois, regroupe
toutes les fonctions (salle de bains,
sanitaires, cuisine, rangements…)
et permet de s'isoler de la rive pour
un besoin d'intimité. C'est ce bloc
technique qui permet le plan libre.
Le plancher à fleur d'eau repose
sur une barge submergée, qui
contient la chaudière, la cuve de
fuel, ainsi que la gestion de tous
les fluides entrants et sortants
reliés à la rive. La barge contient
aussi un espace de rangement
pour l'ensemble du mobilier si l'on
doit s'absenter plusieurs jours.
Cette maison sur l'eau est un lieu
de ressourcement (calme et
isolement). Elle est entièrement
tournée vers le plan d'eau. J’ai
situé ce projet sur le lac d'Annecy.
La barge est arrimée par un système
d'ancres. Ceci lui permet
de se placer sur le plan d'eau et
de changer de situation à sa guise.
Le plan libre permet d'adapter
l'espace en fonction
des événements et des réceptions.
L'ensemble du mobilier est mobile.
De plus, cette maison peut évoluer :
on peut y ajouter une trame
supplémentaire pour réaliser
une chambre d'enfant ou
une chambre d'amis. Cet habitat
fait référence aux Prairies Houses
de F.L.Wright, au pavillon
de Barcelone de Mies van der Rohe,
mais aussi à la baie de Sausalito
de San-Francisco…
- un espace collectif, de partage
et de générosité
- un espace individuel, secret
et inviolable
L’organisation de ces différentes
zones vise à ce que la rencontre
de l’objet soit la rencontre de
l’individu, ainsi que l'accession au
cœur se fasse après une initiation,
première approche autorisant
ensuite une entrée en profondeur.
«Les choses ne doivent et ne
peuvent être faciles».
La confiance et la confidence
se gagnent dans une relation,
la première approche ne laisse
qu'entrevoir le potentiel de l’individu
(transparence non des matériaux
mais suggestion d 'une chose à
découvrir qui ne fait qu'augmenter
le désir de l’atteindre. La maison
est constituée d’un double jeu
de ceintures en béton, les limites
entre l'intérieur et l'extérieur sont
incessamment remises en question
par des jeux de coursives dehorsdedans et de prolongement
des surfaces au-delà des limites
intérieures. Cette «galette»
protectrice gravite autour d’un cœur
à la fois enfoncé dans le sol et
émergé au-dessus du terrain
naturel, en structures plus légères
renfermant les fonctions propres
et «chères» à l’habitant.
La ceinture périphérique génère par
sa géométrie une «danse nuptiale»,
un rituel d’approche et de
contournement de ce qu’il reste
à connaître, le cœur, à l'issue d'un
parcours physique et psychologique
initiatique avec les lieux et
la personne qui les habite.
La circulation périphérique compose
un ensemble d’espaces
fonctionnels :
- un espace collectif et privé
de 50 m2 (salle de repas, salon)
- un dégagement et une circulation
périphérique extérieure en décaissé
du terrain naturel.
Le cœur comporte trois niveaux
de 60 m2 chacun :
- en contre-haut du reste des
volumes, un habitat compact et
autonome (cuisine, repas, sanitaires,
chambre)
- en rez-de-jardin, une «salle
blanche», atelier de travail ouvert
sur l’extérieur
-en sous-sol, une «salle noire»,
espace de travail isolé et obscur.
Étienne Clausse
“Étude et conception d’un restaurant
pour un jeune chef de file de la cuisine française”
Gabriel Santini
“La vie à fleur d’eau”
“Approche _ Contournement”
Anne Fourquet
L’Aquitaine au cœur des Landes,
près de l’étang de Biscarosse…
Il s’agit ici d’immerger trois
bâtiments -bar, restaurant, cuisinequi composent le projet dans
l’immense forêt de pins, habitée
de sous-bois, en créant
une enveloppe ouverte sur le milieu
extérieur, enracinée dans la masse
Anne Fourquet / Étude et conception d’un restaurant
pour un jeune chef de file de la cuisine française
Étienne Clausse / La vie à fleur d’eau
1
2
3
4
1
2
3
4
5
>
>
>
>
>
module autonome d’habitation
cuisine, salle de bain, chambre
salle blanche, atelier, sanitaire
salle noire, local technique
galette, double circulation périphérique,
intérieure-extérieure ; réceptacle,
module léger d’habitation
6 > séjour et circulation intérieure
7 > la galette et le module assemblé
5
Gabriel Santini / Approche _ Contournement
6
7
Architecture intérieure
Anne Fourquet
22, rue de la Bourgogne 92190 Meudon
tél. : 01.49.66.11.60 / 06.88.58.11.52
02
01
étudiante à l’Ensad
00
99
98
Académie Charpentier
97
Étienne Clausse
5, rue de La Fosse-Parquée 95130 Franconville
tél. : 01.34.13.60.13 / 06.16.48.77.09
courriel : [email protected]
03
étudiant à l’Ensad
02
01
Esag Penninghen
00
99
98
Licence arts appliqués, Paris VIII
97
96
Bac S
Gabriel Santini
38, avenue de la République 92400 Courbevoie
tél. : 04.42.45.72.09 / 06.99.99.21.28
03
étudiant à l’Ensad
02
01
BTS architecture d’intérieur
00
99
98
mise à niveau arts appliqués
Bac S
Bac S
21
ESPACE
IMAGE
Art /Espace
Art-Space.
This course trains environmental artists. Painting and sculpture meet the demands of insertion in an architectural or urban context.
The students express their personalities in projects which must give evidence of their mastery of the methodological, technical and artistic
elements.
Ce secteur forme des plasticiens de l'environnement. La peinture
et la sculpture répondent aux contraintes d'insertion dans
un contexte architectural ou urbain. La personnalité de l'élève
s'exprime dans un projet dont il doit maîtriser les composantes
méthodologiques, techniques et artistiques.
Jury 2002
Élisabeth Ballet
Jean-François Hermon
France Mitrofanoff
Daniel Pestel
Manoel Pillard
Catherine Strasser
Dominique Thinot
Miranda Skoulatou
Marc Thebault
Jean-Charles Viguié
Enseignants
Joan Yip
Jin-Yee Choi
Carole Douchy
Ji-Hyun Im
Imtiaj Islam Shoag
Émilie Guillon
Jing Ru Jia
Renaud Kaeppelin
Maxence Le Borgne
Aurélie Lemille
Alexandre Richard
Session 2002
Session 2003
Ayman Baalbaki
Claudia Hageli
Vyen Le Minhj
Interne : Christian Germanaz,
Jean-Louis Pradel, Miranda Skoulatou
Externe : Jean-François Lacalmontie,
professeur à l’école des Beaux-Arts
de Nancy,Teh-I Chu, directeur de l’école
des Beaux-Arts de Taïwan,
William Theys, sculpteur
Jury 2003
Interne : Christian Germanaz,
Jean-Louis Pradel, Dominique Thinot
Externe : Jean Stern, plasticien
professeur à l’école des Beaux-Arts
de Genève, Daniel Nadaud, plasticien,
Jean-Yves Hannebert, architecte, chef
de projets
de pierre et de stuc, haut de 35 m
et couronné d’une coupole de verre
de 20 m de diamètre. Espace
monumental, affirmation
de la puissance de l’entreprise.
L’intervention consiste à introduire
dans cet ensemble à la densité
évidente, la légèreté, l’impalpable,
la liberté. Résultat, un maillage
de câbles métalliques très fins
qui disparaissent presque dans
le vide et sur lequel s’articule
tout un réseau de rubans de laine,
comme une dentelle ponctuant,
scandant l’espace.
Mun signifie "porte" en coréen.
Dans le Midi de la France, au
milieu de champs verts, apparaît
une architecture entièrement
blanche avec des pointes raffinées
et translucides. Par un mécanisme,
un tiers de cette boîte mystérieuse
monte et descend. L’interaction
de la porte et du mur, de la lumière
[spirituel] et du mouvement
[physique], transforme une boîte
en une architecture à ciel ouvert.
On y rentre. On s’assoie. On discute.
La boîte devient un lieu
de rencontre. Les dialogues
se créent activement dans l’espace.
“Un filet comme un organe”
Alexandre Richard
“Mun, sculpture habitable”
Ji-Hyun Im
Claudia Hageli
“Couture_Constellation”
Deux tours, de 35 étages chacune,
s’élancent résolument dans le ciel.
À leurs pieds, et les unissant,
un bâtiment servant tout à la fois
d’accueil, de passage pour
les 6000 employés de la banque et
de lieu de manifestations culturelles
tels des concerts de musique
de chambre. Soit un atrium
Un filet enrobe l’arbre pour
recueillir ses fruits. Ce dernier
tombe et prend vie; une structure
souple qui contient désormais
le fruit de l’imagination, s’étend sur
la garrigue. Mistral et autres vents
sculptent sa forme au même titre
que la présence humaine. Habitat
aux formes aléatoires. Deux toiles
de spi cousues l’une sur l’autre,
telles la peau d’un fruit échoué.
Borne mentale, refuge à idées.
Claudia Hageli / Couture_Constellation
Alexandre Richard/ Un filet comme un organe
Ji-Hyun Im / Mun, sculpture habitable
Claudia Hageli
8 bis, rue Margueritte 75017 Paris
tél. : 01.47.64.39.09
courriel : [email protected]
Art /Espace
02
étudiante à l’Ensad
01
00
Ji-Hyun Im
99
23, avenue Léopold II 75016 Paris
tél. : 06.08.25.72.16
courriel : [email protected]
98
97
diplôme de l’école des Beaux-Arts de Bâle
96
03
95
02
94
Bac suisse
93
01
00
99
Alexandre Richard
98
129, rue Vieille-du-Temple 75003 Paris
tél. : 01.46.28.55.28 / 06.60.52.43.08
97
96
95
03
02
étudiant à l’Ensad
01
00
99
Atelier de Sèvres
98
97
96
année sabbatique
Deug de droit
95
94
étudiante à l’Ensad
Bac A2
Licence en communication visuelle
Université de Hongik
Licence en gravure
Université de Hongik, Séoul
27
ESPACE
IMAGE
Communication
Visuelle
Visual Communication
Practical courses allow the student to study graphic, typographic, photographic, videographic and computerized art and their extensions
into 3D structure or interactive multimedia systems.The course covers the whole field of visual communication, from semiography to editorial
lay-out, including all types of visual identification.The students study the theory of text-image relations, the function of signs and symbols
and aesthetics.They are introduced to specific professional disciplines, with the aim of forming visual communicators who can find their place
in multidisciplinary programmes concerned with the living environment. Students are trained as graphic artists and designers who can meet
the needs of public or private commissioning bodies.
Elle met en pratique des modes d'expression graphiques, typographiques,
photographiques, vidéographiques, informatiques, et leur prolongement en trois
dimensions ou dans les systèmes multimédia interactifs. Elle s'intéresse à l'ensemble
du champ de la communication, de la signalétique à la mise en forme éditoriale,
en passant par les identités visuelles de toute nature. À ces pratiques, elle associe l'étude
théorique des relations texte-image, de la fonction des signes et de l'esthétique. À travers
une initiation à des pratiques professionnelles spécifiques, ce secteur a pour vocation
la formation de créateurs de "messages visuels", aptes à s'insérer dans des programmes
pluridisciplinaires touchant à la conception et à la réalisation du cadre de vie. Il forme
des graphistes généralistes, graphistes designers aptes à répondre à des commanditaires
institutionnels, publics ou privés.
Laurent Batard
Dirk Behage
Pierre Bernard
Jean-Louis Boissier
Louis Briat
Jean-luc Chamroux
Thimothée Collignon
Françoise Courbis
Jean-François Depelsenaire
Francis Dumas
Dominique Feintrenie
François Garnier
André Hatala
Roxane Jubert
Peter Keller
Jean Lagarrigue
Laurent Mercier
Rudolf Meyer
François Miehe
Philippe Millot
Christophe Naux
Gérard Plenacoste
Jean-François Porchez
Christian Rondet
Margo Rouard-Snowman
Bernard Schira
Laurent Ungerer
François Vermeil
Lamia Abbas-Terki
Flavie Bono
Aurélie Castex
François Clocheau
Héloïse Condroyer
Félicie d’Estienne d’Orves
Agathe Delcourt
Marina Delfranc
Gwendoline Descamps
Déborah Di Fiore
Camille Fontaine
Hikaru Fujii
Rémi Jamin
Claire Laude
Stéphane Perraud
Jean-Philippe Rieutort
Christophe Roger
Julie Rubio
Audrey Tamic
Nicolas Van Pradelles
Sou-Yeon Yu
Lamia Abbas-Terki
Marion Andrieux
Vadim Bernard
Jean-Baptiste Berthezène
Arnaud Bodaire
Virginie Boix
Ève-Marie Bousquet
Éric Bricka
Alice Bucaille
Laurence Chène
Vincent Ciccone
Delphine Cordier
Félix Demargne
Sandra Derichs
Sandrine Doré
Virginie Douay
Stéphane Elbaz
Aurélie Gasche
Anna Graf
Claire Huberdeau
Franck Kaufmann
Laurence Maigret
Élise Mougin
Yelka Orlic
Aiko Hoshima
Aude Picault
Gabriel Pistre
Gaëlle Richard
Julien Tande
Anita Wiener
Enseignants
Session 2002
Session 2003
Jury 2002
Interne : Pierre Bernard,
André Hatala, Roxane Jubert
Externe : Claude Chouteau, chargé
de communication de la ville d’Evry,
Olaf Avenati, graphiste,
Vincent Perrottet, graphiste
Jury 2003
Interne : Jean-Louis Boissier,
Thimotée Collignon,
Jean-François Depelsenaire
Externe : Annette Lenz, graphiste,
Lola Duval, graphiste,
Christian Janicot, éditeur
Expérience de différents chemins
d’endormissement.
Lors de la mise en sommeil,
l’espace de la chambre à coucher
disparaît pour laisser place aux
rêves. Mon projet tend à valoriser
le sommeil comme une série
de passages.
À travers de nouveaux itinéraires
visuels, des disparitions s’opèrent
pour introduire le spectateur
à ses propres rêves. Ceux qui
souhaitent trouver le repos sont
invités à se faire porter par
un rythme d’images, d’histoires.
Dans ce voyage de signes,
les papiers peints s’animent,
les objets du rêveur apparaissent,
les ombres nous racontent
la genèse de formes, des oiseaux
jouent au ballon.
La juxtaposition de ces minis récits
nous amène, en douceur,
à l’apaisement et ouvre la porte
de l’inconnu. La nuit est un ailleurs
que le sommeil visite.
Ce projet est une recherche
sur la représentation de l'espace
à l'écran. J'ai tenté de mettre en
évidence les particularités des cours
d'immeubles, en les transformant en
objets manipulables et observables
sous plusieurs angles de vues. Dans
un espace où existent uniquement
ces puits de lumière, les espaces
privés censés les entourer n'existent
plus. À la place, du vide laissant
les cours, principales actrices
du projet, en évidence.
Des événements pris sur le vif
à l'aide d'une caméra témoignent
de la vie de la cour, sont remis en
perspective à l'intérieur des cours
modélisées. L'utilisateur peut
ensuite changer de point de vue
sur les événements, en tournant
une molette placée devant lui, seule
interface du projet. Les événements
n'étant que des calques vidéo
dans l'espace, le changement
de point de vue du spectateur ne
fait que mettre en évidence le travail
de collage.
Ce projet est une recherche sur
la représentation de l’espace
à l’écran.
«Dormir c’est installer un pont entre
crépuscule et aurore. Les rituels du coucher
apprivoisent le sommeil. Liés à notre culture,
à notre enfance ils permettent le passage.»
Luc Audin, Le sommeil, bien dormir enfin
“d’Asques et d’ailleurs,
identification graphique
d’une association culturelle
en construction”
“Un regard actif”
Éric Bricka
Laurence Maigret
“Par{cours}”
Vadim Bernard
“La disparition
de la chambre à coucher”
Christophe Roger
“La rue dans la rue”
Ève-Marie Bousquet
Gabriel Pistre
Je trouve intéressant qu’il existe
une interaction entre le lieu,
les passants et l’expression
graphique. Cette intervention
dans la rue a pour but de mettre
en éveil la curiosité d’un passant
pour la rue. Elle développe
plusieurs points de vue sur
l’urbanité : à travers la poésie,
les paroles des habitants de la rue,
les murs, miroirs de la rue, les murs
fenêtre sur l’intérieur.
Héloïse Condroyer
Mon projet a pour but que la rue
devienne un lieu d’expression,
une sorte de théâtre à ciel ouvert,
dont le vocabulaire est la création
graphique. La rue de l’Abbé-del’Epée a une topographie très
particulière, elle ressemble à
un couloir à ciel ouvert, à une scène
de théâtre, toute en longueur et
étroite, dont les décors sont
son espace et ses murs ; ses acteurs
et ses spectateurs, ses passants.
Omniprésentes dans la rue,
les images publicitaires vantent non
seulement les vertus de tel ou tel
produit, elles interprètent aussi
le monde, conditionnent
nos rapports tant avec les autres
qu’avec nous-même. Comment
lutter contre ce rouleau
compresseur : faut-il ignorer
les images publicitaires, tenter
d’instaurer une communication
destinée à l’individu avant
le consommateur ou, au contraire,
Notre grand projet est le fruit
d’une collaboration entamée
depuis 2002 avec d’Asques et
d’ailleurs, association culturelle
œuvrant dans la campagne périurbaine de Bordeaux. Notre travail
restitue un an de leurs activités sous
forme d’abécédaire, par le biais
de nos réalisations : campagnes
graphiques, ateliers d’enfants et
d’adultes, entretiens, photographies,
cinéma et vidéo, etc.
risquer de s’y opposer ?
Nous avons choisi d’intervenir par
la peinture sur des affiches publicitaires afin de briser la fascination
passive qu’elles engendrent. Nous
essayons de les subvertir pour
révéler l’inanité de leur contenu.
Chaque mois, une affiche fait l’objet
d’une opération de détournement,
accompagnée de l’édition
d’un gratuit pour en approfondir
le sens.
Héloïse Condroyer / La rue dans la rue
Éric Bricka, Laurence Maigret / Un regard actif
Christophe Roger / La disparition de la chambre à coucher
Vadim Bernard / Par { cours }
Ève-Marie Bousquet, Gabriel Pistre / d’Asques et d’ailleurs,
identification graphique d’une association culturelle en construction.
Communication visuelle
Héloïse Condroyer
9-11, rue Mademoiselle 75007 Paris
tél. : 01.48.42.27.45 / 06.62.79.33.04
02
01
étudiante à l’Ensad
00
99
Atelier Met de Penninghen
98
Bac
97
Christophe Roger
29, rue Albert-Joly 78000 Versailles
tél. : 06.03.03.54.27
courriel : christoroger @yahoo.fr
02
01
étudiant à l’Ensad
00
99
Vadim Bernard
98
127, avenue Simon-Bolivar 75019 Paris
tél. : 06.67.82.38.13
courriel : [email protected]
03
Atelier Met de Penninghen
97
Bac arts appliqués
étudiant à l’Ensad
02
01
00
école des Beaux-Arts de Valence,
DNAT design graphique
Gabriel Pistre
Ève-Marie Bousquet
1, avenue de l’Observatoire 75006 Paris
tél. : 01.43.25.48.91
14, rue de Lanneau 75005 Paris
tél. : 06.15.18.69.32
99
03
03
98
97
Bac
02
étudiant à l’Ensad
étudiante à l’Ensad
01
01
00
00
99
02
Bac L
99
98
Atelier Clouet
Maîtrise d’histoire de l’Art
97
96
95
94
Licence d’histoire de l’art
Licence d’ethnologie
Deug de sociologie
93
Éric Bricka
Laurence Maigret
16, rue de Vichy 75015 Paris
tél. : 01.45.32.37.03 / 06.75.72.57.36
15, rue d’Assas 75006 Paris
courriel : [email protected]
03
02
03
étudiant à l’Ensad
02
01
01
00
00
99
98
Atelier de Sèvres
Bac S
99
98
97
étudiante à l’Ensad
Atelier de Sèvres
année prépratoire à l’ATEP
Bac L
92
Bac B
33
ESPACE
IMAGE
Design
industriel
Industrial Design
A product is conceived in function of the possibilities of the materials used, the methods of production and the manufacturing processes.
Students are introduced early on to practical training in the manipulation of forms, colours, structures and materials.They are made aware
of the diverse characteristics and properties of the product (its necessity, desirability, function, possibilities, status and significance) and of its
commercial, technical and social dimensions.
Students become familiar with these problems by developing major and minor projects, consulting specialists and by work placements in
industry.
Un objet est conçu en fonction des performances des matériaux,
des modes de production et des processus de fabrication.
L'enseignement fait appel à la manipulation de formes, couleurs,
structures et matériaux que les élèves pratiquent très tôt ;
à la sensibilisation aux diverses caractéristiques et propriétés
de l'objet industriel (raison d'être, valeur d'usage, fonction,
détournement, statut, signification), aux dimensions commerciales,
techniques et sociales du produit.
L'élève se familiarise avec ces problèmes en développant des projets
courts et longs, en interrogeant les spécialistes et en travaillant
avec des partenaires industriels.
Jury 2002
René Ach
Sylvain Dubuisson
Jean Grenier
Claude Imhof
Dieter Lassmann
Michel Millot
Enseignants
Mathieu Boimare
Fériel Bouchrara
Mathias Cathebras
Émeline Courbot
Alice Gavalet
Aurélie Jacquin
Marion Lamarque
Michel Viera da Silva
Mathieu Bernard
Cécile Échard
Anne-Èva Geffroy
Paule Guérin
Anne Lebecel
Damienne Lulic
Ambroise Maggiar
Brice Tual
Session 2002
Session 2003
Interne : Sylvain Dubuisson,
Jean Grenier, Dieter Lassmann
Externe : Xavier Dixault, directeur du
design chez Louis Vuitton,
Elisabeth Garouste, designer, créateur,
Chantal Hamaide, rédacteur en chef
de Intramuros
Jury 2003
Interne : Sylvain Dubuisson, René Ach
Externe : Raymond Guido, ingénieur
designer, théoricien du design,
Stéphane Gauthier, designer manager
de Plans créatifs, Mathalie Crasset,
créatrice
“Kiddy”
Damienne Lulic
“City Bag : esprit libre, mains libres”
Le longimane est un support
motorisé, destiné aux paraplégiques
de tous types, simple à utiliser
pour aller dans l’eau de mer
et ressentir les sensations de glisse.
Son aspect ludique répond
néanmoins aux contraintes
médicales. Positionnées entre l’eau
et l’air, les personnes paraplégiques
peuvent se déplacer à la surface
grâce à deux petites turbines mais
aussi s’immerger brièvement.
Une bulle casse la surface et
autorise une vision sous-marine.
L’ergonomie permet d’optimiser
le contrôle par les membres valides
(à l’avant) mais aussi de protéger
et d’utiliser les membres handicapés
pour redonner l’hydrodynamisme
(grâce au tapis). Enfin, l’esthétisme
marin rompt avec la connotation
du handicap.
Réalisé en partenariat avec
l’entreprise Louis Vuitton, avec
le soutien de Sigrid Daubmeier,
designer, ce sac en bandoulière est
destiné aux voyageurs urbains. De
faible volume, cette maroquinerie
regroupe l’essentiel des éléments
nécessaires pour naviguer en ville
(moyens de paiements, papiers
d'identité, objets fonctionnels, etc.).
Un support électronique intégré,
adapté du City Guide de Louis
Vuitton, permet de disposer
d’informations complètes sur la ville
et de s’orienter. Des informations
sélectionnées et personnalisées
sont aussi disponibles
instantanément. Facilité d’utilisation
et complémentarité des avantages
offrent aux voyageurs la possibilité
d’être de véritables «nomades
urbains esprit libre, mains libres».
- le polyuréthane bleu a un toucher
souple et indique les zones
de préhension à l'enfant (manches
de couverts, anneaux du bol
et du verre...)
- l’acier concerne les couverts
qui sont des instruments en contact
avec la bouche...
Les éléments sont compatibles
entre eux et s’adaptent aux besoins
des repas : l’assiette creuse
ou plate avec ou sans le socle,
le plateau ou le socle ou l’assiette
sur le set de table, le coquetier
ou le bol sur le plateau...
Mathieu Boimare
Mathieu Bernard
“Le Longimane, loisir nautique
pour personnes paraplégiques”
ne font qu’effleurer
les sensations et émotions
de liberté, de légèreté de glisse
qu’offre la plongée libre.
Cameron, sous-marin personnel,
conçu comme un U.L.M constitue
un somptueux paradoxe : lier
structure matérielle et philosophique
de l’apnée.
Anne-Èva Geffroy
“Cameron 3”
Le Grand bleu, hymne bessonien
à l’autisme verbal absolu,
a sanctifié, pour toute
une génération, les vertus
de la plongée libre, de la plongée
en apnée. Mais ce type de plongée,
ce monde du silence n’est accessible
qu’à une minorité d’élus.
Par comparaison, la plongée
en scaphandre autonome
ou la plongée en bouteille
Ce projet, réalisé pour l’entreprise
Guy Degrenne, est destiné
aux enfants en âge de prendre
leurs repas à table. Il comporte
une gamme de 14 pièces où
couleurs et matières jouent
des rôles complémentaires :
- la porcelaine sert à contenir
les aliments, sa couleur est blanche
et hygiénique
Mathieu Bernard / Le Longimane
Anne-Èva Geffroy / City Bag
Damienne Lulic / Kiddy
Mathieu Boimare / Cameron 3
Mathieu Boimare
Design industriel
5, rue de la Carrière 61260 Male
tél. : 06.16.49.42.76
02
étudiant à l’Ensad
01
00
99
école supérieure des Beaux-Arts de Brest
Mathieu Bernard
74, rue de Lourmel 75015 Paris
tél. : 06.81.61.40.90
98
97
Bac S
96
03
étudiant à l’Ensad
02
01
00
DNAP école des Beaux-Arts de Brest
99
98
Deug mathématiques et informatique
appliquées aux sciences
97
96
95
CPGE TSI
Bac sciences&techniques industrielles
Anne-Èva Geffroy
130, rue de Paris 92100 Boulogne
tél. : 06.86.80.56.41
courriel : [email protected]
03
02
étudiante à l’Ensad
01
Damienne Lulic
00
99
98
39, rue Bargue 75015 paris
tél. : 01.43.06.09.47
courriel : [email protected]
école E.C.V.
Bac SES
03
étudiante à l’Ensad
02
01
00
Olivier de Serres,
BTS assistant en création industrielle
99
98
97
Atelier Met de Penninghen
Bac S
39
ESPACE
IMAGE
Gravure
Engraving
The teaching of engraving respects tradition while encouraging innovation.The different techniques - engraving, serigraphy, photoengraving,
computer graphics - are developed with a view to creativity.The graduation "major project" allows students to follow through personal
projects that meet graphic and plastic requirements. It is the final and essential stage of their training.
Son enseignement est à la fois respectueux de la tradition et orienté
vers la recherche plastique. Les diverses techniques utilisées
-gravure, sérigraphie, photogravure, infographie- sont développées
dans une perspective de création.
Le "grand projet" permet à l'élève de conduire un projet personnel
conjuguant des exigences graphiques et plastiques ; il est l'étape
finale et indispensable de sa formation.
Jury 2002
Jean-Pierre Grenier
Nathalie Grenier
Jean Lagarrigue
Denis Poupeville
Françoise Roy
Henri Aublet
Géraldine Choux
Guillemette Coutelier
Géraldine Garçon
Anne-Claire Onillon
Grégory Pommier
Anne Strenger
Clémence Urbain
Marie Beyou
Marie-Claire Corbel
Damien Daufresne
Raphaèle Hayot
Chimène Henriquez
Lise Juel
Hélène Locu
Olivier Moriette
Simon Sainte-Marie Gauthier
Enseignants
Session 2002
Session 2003
Interne : Jean Lagarrigue,
Laurent Ungerer
Externe : Christian Commentale,
conservateur et critique d’art,
Éric Seydoux, artiste graveur,
Alexandre Hollan, François Ruy-Vidal,
directeur littéraire
Jury 2003
Interne: Bernard Beney,
Jean Lagarrigue, Peter Keller
Externe : Marie-Cécile Miessner,
conservateur de l’Estampe
contemporaine à la Bibliothèque
nationale, Paul Cox, illustrateur,
Douglas Bevans, BA Graphic Design,
Central St Martins College of Art and
Design
Olivier Moriette
Le besoin de changer de source
d’inspiration a laissé place à
l’imaginaire, donnant naissance
à des structures et des formes
organiques évoluant vers une étude
plus symbolique pour aboutir
à des formes humanoïdes.
«Je ne cherche pas à embellir les décors
de ma propre vie.» Gustave Courbet
d’instants que je consigne,
m’approprie en gravant.
Mémoire de ces lambeaux
de matériaux manufacturés aussi
(sacs d'engrais, boîtes
de camembert, journaux), que
j’accumule, sauve des poubelles.
Ces deux mémoires, individuelle
et collective, se trouvent alors
intimement mêlées par
le rapprochement que je crée
à travers mes impressions.
Une rame de métro, un salon,
un port, une plage. Paskal fume,
deux chiens se cherchent,
des bouteilles s’accumulent,
une veste attend son propriétaire.
Je m’en imprègne, les dessine,
grave, sérigraphie, me penche
pour ramasser, couds, coupe,
me salie les mains avec plaisir.
Mémoire de décors, de personnes,
En revenant un jour à bicyclette
de la porte de Choisy, je regarde
le ciel et mes yeux se posent sur
une traînée d’avion ; elle se
découpe blanche, impalpable et
tendue dans le ciel immense.
Je la regarde et la trouve belle.
Une seconde arrive et coupe
la première en un point qui
se déplace lentement au rythme
des lignes qui l’ont générée.
Je continue ma route. Alors,
pénétrant dans l’espace du ciel,
une troisième ligne blanche,
d’une autre profondeur, se dessine
et semble rejoindre les deux autres,
mais sa direction, à quelques
degrés près, n’est pas la bonne et
ma traînée ne prend pas la route
des deux autres. Je brûle un feu
et constate que plus j’avance vers
le sud plus l’angle diverge.
Sans quitter le ciel des yeux,
je pédale plus vite encore. Je suis
presque arrivé place d’Italie
lorsque cette troisième traînée
coupe les deux premières en
ce point précis. Je suis ému parce
que cette «coïncidence» ne sera
plus dans quelques
secondes ; parce qu’elle n’est visible
que d’un seul endroit, celui où
je me suis arrêté ; parce qu’elle
n’existe pas autrement que dans
mon cerveau par les informations
que mon oeil lui a fait parvenir.
J’ai opéré cette rencontre alors
que je n’y suis pour rien. Image
à venir…
Il y avait la densité d’une présence
d’arbre à l’esprit. Une charpente
de jardin disponible à abriter tout
ce qui peut survenir. Des arbres
récurrents, des arbres à répétition ;
devenus théâtres où toutes
ces choses, ces gens flottants pris
de voyages croisés, s’agitent,
acteurs d’histoires possibles.
Il fallait recréer le jardin. J’ai peint
et découpé des papiers, appris
à les ajouter à mes gravures
de façons différentes. Pièce
par pièce, je disais mon jardin
et tout ses scénarios.
et des masses qui entres elle sont
un rapport graphique qui me paraît
intéressant. Je me sers
de ces formes que je vois et que
je sélectionne pour définir l’espace
de ma vision à l’intérieure de
ma page. J’ajoute un rapport entre
les couleurs qui est totalement
personnel et autoritaire pour
m’éloigner encore un peu plus
d’une quelconque reproduction
de la Nature. Je ne représente pas
les possibles interventions
de l’Homme dans le paysage
pour laisser au spectateur une libre
interprétation de l’échelle
de ce que je vois et de ce qu’il voit
ou perçoit. Mon travail en gravure
et en sérigraphie est lié directement
à mes dessins mais se sert
des techniques de l’estampe
pour le faire évoluer.
“Razié péyi”
“Paysages”
quotidien. Réapprendre à regarder
des espaces oppressants par leur
familiarité ; jouer avec les vides,
les rapports d’échelles,
de superpositions, d’accumulation,
d’opposition, de mouvement…
Pour ensuite s’attacher aux objets
qui peuplent cet environnement.
Raphaèle Hayot
“Ulysse / Marion Bloom”
Damien Daufresne
“Paris-Lorient. Mémoire d’un quotidien”
Marie-Claire Corbel
Henry Aublet
“Désordres (?)”
Je dessine par besoin de m’évader,
de faire le vide. Laisser voyager
l’esprit. Dessiner le plus librement
possible, pour le plaisir. Ne plus
penser.
Naturellement et pour des raisons
pratiques, mon étude s’est d’abord
portée sur mon environnement
Il me plaît à me retrouver seul
dans la nature pour pouvoir admirer
le Monde tel qu’il est et non tel
que l’Homme le construit, sans
intervention humaine.
À force de le contempler et
de l’admirer j’en viens à le dessiner.
Je ne cherche ni à copier,
ni à reproduire cette nature
à un moment donné. Je cherche
à tirer de celle-ci des lignes
Henri Aublet / Désordre (?)
Damien Daufresne / Ulysse /Marion Bloom
«... quand j’ai mis la rose dans
mes cheveux comme les filles
andalouses ou en mettrai-je
une rouge oui et comme il
m’a embrassée sous le mur
mauresque et je me suis dit après
tout aussi bien lui qu’un autre
et alors je lui ai demandé avec
les yeux de demander encore oui
et alors il m’a demandé si
je voulais oui dire oui ma fleur
de la montagne et d’abord je lui
ai mis mes bras autour de lui oui
et je l’ai attiré sur moi pour
qu’il sente mes seins tout
parfumés oui et son cœur battait
comme fou et oui j’ai dit oui
je veux bien Oui.»
Ulysse de James Joyce
Marie-Claire Corbel / Paris-Lorient. Mémoire d’un quotidien
Raphaèle Hayot / Razié péyi
Olivier Moriette / Paysages
Henri Aublet
14, rue Rambuteau 75003 Paris
tél. : 01.48.87.75.38
02
01
étudiant à l’Ensad
00
99
Gravure
98
cours du soir, Ville de Paris
97
96
Marie-Claire Corbel
Atep
193, rue Legendre 75017 Paris
tél. : 06.18.95.35.96
Bac D
03
02
étudiante à l’Ensad
01
00
99
DNAP à Rennes
98
97
Bac L
Damien Daufresne
286, bd Saint Germain 75007 Paris
tél. : 01.43.47.51.09
03
02
01
étudiant à l’Ensad
00
99
98
Bac arts appliqués, école Boulle
Raphaèle Hayot
45, rue Richer 75009 Paris
tél. : 06.09.18.56.26
03
02
étudiante à l’Ensad
01
Olivier Moriette
00
65, rue Monge 75005 Paris
tél. : 06.22.80.50.69
99
98
03
02
étudiant à l’Ensad
01
00
99
98
Atelier de Sèvres
Bac S
Atelier Met Penninghen
Bac L
45
ESPACE
IMAGE
Illustration
Illustration
Illustrators create images as a mean of communication.Their discipline combines many media.Their training is focused on illustration's
relation to text and the use of plastic art through: the study of text-image relations, in function of historical, aesthetic, functional and
commercial factors, and dividing up texts with a view to illustration ; the study of illustration's different applications (publishing, press,
posters, youth publishing, comic strips) ; typography and lay-out ; the different techniques and methods of graphic expression ; a technical
apprenticeship in graphic sequencing software ; preparing and producing a personal project combining text and image.
L'illustrateur est un concepteur d'images destinées à la communication.
Sa pratique est au carrefour d'une multitude de médias. La formation
privilégie le rapport au texte et la maîtrise des moyens plastiques
à l'aide de : l'étude du rapport entre le texte et l'image, en fonction
des facteurs historiques, esthétiques, fonctionnels, commerciaux, et
le découpage des textes en vue de leur illustration ; l'étude des supports
de l'illustration (édition, presse, affiche, édition pour la jeunesse,
bande dessinée) ; la typographie et la mise en page ; les techniques
et modes d'expression graphique ; l'apprentissage technique des logiciels
de la chaîne graphique ; l'élaboration et la réalisation d'un projet
personnel mêlant texte et image.
Laurent Corvaisier
Katy Couprie
Frédéric Houssin
Jean-Marie Le Faou
Hiroshi Maeda
Xavier Pangaud
Vanessa Albicocco
Aurélie Blanz
Aude Choimet
Magali Cortijo
Anne Curis
Claire de Gastold
Marie de Grossouvre
Clément Devaux
Annabelle Le Pabic
Patrice Lesot
Adrien Leterrier
Sarah Letouzey
Aurélie Sartres
Anne-Lise Swalb
Audrey Accard
Virginie Bazot
Mélanie Berger
Aude Choimet
Séverine Cordier
Aurélie Delmotte
Fabrice Dupuy
Angélique Ethuin
Guillaume Fioleau
Sarah Fouquet
Margueritte Hervouet
Charlotte Labaronne
Fabrice Lacaze
Damien Laverdunt
Gabriel Léger
Sandrine Martin
Steven Mouran
Manon Nouailhac
Delphine Penot
Alexandra Poliakova-Lemonnier
Hélène Rajcak
Florence Richard
Pascaline Surre
Enseignants
Session 2002
Session 2003
Jury 2002
Interne : Bernard Beney, Katy Couprie,
Hiroshi Maeda
Externe : Chantal Cazin, illustratrice,
Françoise de Chalonge, critique
d’ouvrages pour la jeunesse,
Alain Serres, auteur-éditeur,
éditions Rue du monde
Jury 2003
Interne : Katy Couprie,
Frédéric Houssin, Jean-Marie Le Faou,
Hiroshi Maeda
Externe : Klute Mouchet, directeur
artistique chez Hatier, Brigitte Morel,
directeur artistique Seuil jeunesse,
Giovanni Giannini, illustrateur peintre
Le plus grand poème jamais écrit,
le plus épique, le plus effrayant,
le plus étrange, le plus fascinant,
ce texte mythique est un labyrinthe
que seuls les indianistes avérés
réussissent à parcourir sans
se perdre. En travaillant sur
le Mahabharata, j’ai cherché
à le rendre plus proche de nous.
“Fausse fin de la ville”
Florence Richard
“Aberrant Mahabharata”
Hélène Rajcak
“Je suis verticale”
Sandrine Martin
“Odyssée(s) : envelopper, enfouir, forger, jaillir, séparer”
Mélanie Berger
Sarah Letouzey
“Pays Dogon”
Là-bas, loin, au tréfonds du Mali,
le mythique pays Dogon. Falaises
et cavernes, mystères et rituels…
Une civilisation étrange, fascinante,
si proche et pourtant inaccessible.
S’envoler, se poser, rouler, marcher.
Atteindre enfin cette terre promise.
Attendre, observer, approcher,
échanger. Les enfants du village
d’Amani sont le point d’accès,
le trait d’union, la clé. Beaucoup
de joie, de rires, quelques pinceaux
quelques couleurs, des esquisses,
des peintures… La mémoire est
vive, présente, inaltérable.
Cinq gestes s’enchaînent, cinq mots
racontent la naissance d’un monde,
de tous les mondes. Des mythes,
des histoires intimes, des réflexions
s’entrecroisent librement, page
après page, se combinent en
chacun de nous selon notre propre
imaginaire.
Un livre qui peut s’ouvrir, se fermer
un moment puis se rouvrir un peu
plus tard; car il se veut compagnon
de notre propre création.
J’ai commencé ce livre en mettant
dans la bouche de personnages
anonymes les paroles de vos
poèmes. Mais vous, Sylvia, vous
êtes imposée avec votre sourire
ravageur comme une bien meilleure
interprète. Je me suis donc
intéressée à votre journal et à
vos nouvelles et me suis permise
d’y piocher dans votre poésie
les mots des formes qu’il me
plaisait de tracer. Ce travail n’est
ainsi pas le reflet, dans une eau
calme, de votre vie, mais cette
image bousculée et mouvante
qu’y a produit mon sillage.
J’ai dessiné quelques unes
des images énigmatiques qu’il
contient en essayant non pas de
l’expliquer mais de susciter l’intérêt
et la curiosité pour quelque chose
que l’on ne comprend pas tout de
suite. En m’inspirant des miniatures
indiennes, j’ai voulu trouver
une écriture codée et simple
capable de suggérer la magie,
la poésie et la violence du texte.
Puis j’ai cherché à créer différents
niveaux de lecture pour pousser
le lecteur à se pencher vers l’Inde
ancienne.
Mon travail porte sur la perception
d'espaces ferroviaires, en particulier
ceux des périphéries des villes.
S'élargissant et devenant vastes,
c'est dans ces lieux (non-lieux) que
les rails se démultiplient, créant
des réseaux menant vers (l')ailleurs.
Ici, chacun bifurque. Au fil
des pages, deux chemins parallèles
défilent, celui des paysages
d'une part, rythmes visuels,
et celui d'une pensée, linéaire et
intérieure d’autre part. Ce voyage
en train pourrait se comparer à
un état entre l'éveil et le sommeil,
dans lequel se mêlent éléments
d'un vécu réel et ceux issus
d'un monde imaginaire, onirique.
Sarah Letouzey / Pays Dogon
“Nue,
Solitaire et dépouillée,
Eurynomée dansait.
Les vagues sous ses pieds, agitées.
Le vent au contact de sa peau, échauffée.
Au contact de sa froide solitude,
les choses se firent nouvelles et différentes.
Elle saisit le vent du nord, le frotta entre ses mains,
et de cette chaleur inespérée naquit le grand serpent Ophion.”
Mélanie Berger / Odyssée(s) : envelopper, enfouir, forger, jaillir, séparer
Ass
Il tourne fébrilement
Autant
qui rebondissent
Hélène Rajcak / Aberrant Mahabharata
sis sur son siège de gare,
t les pages d’un journal,
gobe les mots.
t de présences virtuelles
t les unes dans les autres
Sandrine Martin / Je suis verticale
Partition pour un seul
étouffement de la forme
accastillage ektaplasmes
minuscules escales
/dilution de la couleur
Florence Richard / Fausse fin de la ville
Sarah Letouzey
14, rue du 8-Mai 1945
78220 Viroflay
tél. : 01.30.24.86.63 / 06.85.75.57.07
courriel : [email protected]
Illustration
02
01
00
étudiante à l’Ensad
99
98
97
Mélanie Berger
96
94, rue de la Condamine 75017 Paris
tél. : 01.55.30.04.09
courriel : [email protected]
95
classe préparatoire aux Ateliers Julian
Bac S
94
03
02
étudiante à l’Ensad
01
00
99
98
97
Sandrine Martin
école Estienne, mise à niveau arts appliqués
Atelier de Sèvres
Licence de cinéma Bac
à la Sapienza à Rome
77, rue des Haies 75020 Paris
tél. : 01.43.79.37.43
03
02
étudiante à l’Ensad
01
Hélène Rajcak
00
99
98
97
14, rue Lebrun 75013 Paris
tél. : 01.43.37.56.61
courriel : [email protected]
école d’arts appliqués Olivier-de-Serre
hypokhâgne lycée Claude-Monet
Licence de cinémaBac
à laS Sapienza à Rome
03
étudiante à l’Ensad
02
01
diplôme des métiers d’art en gravure
00
Florence Richard
5-15, rue Olivier-Noyer 75014 Paris
tél. : 01.45.40.76.93 / 06.52.47.29.07
courriel : [email protected]
03
02
01
étudiante à l’Ensad
00
99
98
97
96
Olivier-de-Serres
Atelier de Sèvres
Bac européen,<<<<
Luxembourg
99
Bac arts appliqués
51
ESPACE
IMAGE
Mobilier
Furniture
Teaching methods in this course are based on the students producing life-size models or prototypes in the school workshops, using
the materials and techniques they have envisaged.This allows the accuracy and suitability of the various technical solutions to be checked
continually, and enables the students to compare design and execution.The course benefits from funding from the French furniture industry.
As well as the permanent teaching staff, every year the workshop appoints a visiting professor from among today's leading designers (Starck,
Mourgue, Garouste and Bonetti, Liaigre, Dubuisson, Keene, Coll-part., Pillet, Desombre and Massaud).
L'ensemble de la pédagogie est ici fondé sur la réalisation par
les élèves, dans les ateliers de l'École, de maquettes ou de prototypes
à grandeur réelle, dans la matière et la technique envisagées. Ceci
permet de vérifier à tout moment la justesse et l'adéquation de telle
ou telle solution technique, ergonomique ou formelle et également
d'offrir à l'élève la possibilité d'un dialogue constant entre le dessin
et la réalisation. Le secteur bénéficie du soutien financier
des industries françaises de l'ameublement. Outre l'équipe
pédagogique permanente, le secteur accueille chaque année
un professeur invité parmi les meilleurs créateurs d'aujourd'hui
(Starck, Mourgue, Garouste et Bonetti, Liaigre, Dubuisson,
Keene, Pillet, Desombre, Massaud).
Jury 2002
Patrick Blot
Gilles de Bure
Christian Coll.-Part
Bernard Justin
Jean-Claude Maugirard
Patrick Renaud
Èva Bertran de Balanda
Arnaud Boueilh
Thierry Brohm
Étienne Eczet
Stephan Lanez
Charlie Mamie
Muriel Posson
Olivier Chène
Cécile Coumoul
Pierre Favresse
Bastien Foissier
Marie-Pierre Lechaux
Olivier Reig
Stéphanie Santène
Enseignants
Session 2002
Session 2003
Interne : Gilles de Bure,
Jean Claude Maugirard, Patrick Renaud
Externe : Michèle Champenois,
journaliste chargée du design au
Monde, Michel Roset, directeur
général de Roset S.A., Michel Buisson,
directeur du Via
Jury 2003
Interne : Gilles de Bure, Patrick Renaud
Externe : Didier Krzentowski, éditeur
Kréo, François Roche, président
directeur général de Roche-Bobois
international, Michel Buisson,
responsable créateur Via
“À faire soi-même?”
Bastien Foissier
“Blue Sky”
Pierre Favresse
Il s’agit d’une famille de meubles
comportant une table, un fauteuil,
une étagère et une chaise.
Composée de lattes de pin
(ni poncées, ni traitées)
de 2x10x200 cm, chaque partie
constituant l’objet est signifiée
par un code graphique obtenu
par procédé sérigraphique.
Ce programme se divise en
Èva Bertran de Balanda
“Fauteuil Hi-lô”
De profil, Hi lô est une carte
aérienne quasi impalpable.
De face, il devient un havre,
un refuge. Fauteuil grand confort,
il s’incline à volonté grâce à
un vérin électrique télécommandé.
Dès lors, fauteuil méridienne,
chaise longue, on ne sait plus…
Mieux, il s’enrichit d’une lampe,
d’une tablette et d’un porte-revues
selon l’humeur ou l’usage.
Hi-lô, un îlot de confort et de plaisir.
Le projet est né de l’idée que
la matière est fondamentale ; elle
est le déclenchement de processus
créatifs amenant à la forme.
Ainsi, en travaillant sur différents
matériaux composites dont
l’alucobond, est apparue ma
problématique : créer un matériau
intelligent qui soit à la fois porteur
et portant. La solution est apparue
dans la triangulation logique par
thermoformage d’une plaque de
PMMA. En façonnant le matériau
de cette manière, je crée dans
un même temps une poutre
porteuse et les points d’accroche
des supports structurels.
deux séries de lattes dont chacune
exprime deux objets distincts :
l’un sur le recto et l’autre sur
le verso. Ainsi par ce jeu graphique
et des systèmes d’assemblages
simples, ces objets structurellement
rythmés deviennent par le hasard
des multiples combinaisons,
et des choix esthétiques
de l’assembleur, une identité
visuelle unique et personnelle ;
chacun de ces meubles peut être
soit vendu brut avec une scie
et un guide de montage,
soit commandé selon les désirs
de chacun.
Èva Bertran de Balanda / Fauteuil Hi-lô
Pierre Favresse / Blue Sky
Bastien Foissier / À faire soi-même?
Èva Bertran de Balanda
4, avenue de Fontfroide 1120 Marcorignan
tél. : 06.09.46.88.28
courriel : [email protected]
02
étudiante à l’Ensad
Mobilier
01
Atelier de Sèvres
00
école Boulle,
diplôme des métiers d’arts (métal)
99
98
97
Bac sciences économiques et sociales
Pierre Favresse
113, avenue de la République 94300 Vincennes
tél. : 06.20.08.29.73
courriel : [email protected]
03
étudiant à l’Ensad
02
01
***
00
Bastien Foissier
1241, vieux chemin de l'Abadie
06730 Saint-André-de-la-Roche
courriel : [email protected]
03
02
étudiant à l’Ensad
01
00
école des Beaux-Arts d’Orléans
DNAP design
99
98
97
96
école municipale des Beaux-Arts de Nice
divers chantiers (sculptures et décors)
Bac S
99
école Boulle
diplôme des métiers d’art
98
97
Bac technologique, école Boulle
57
ESPACE
IMAGE
Photographie
Photography
The course aims to develop the student's personality as it trains his or her eye. It stresses command of photographic techniques, and combines
practice (camerawork, studio and developing techniques) with theory (aesthetics and semiography), helping the student to master personal
and professional projects. Personal projects develop individual initiative. Professional projects, undertaken in real situations, allow the student
to analyze the constraints imposed by the commission and to suggest solutions giving proof of his or her originality and maturity.
Son enseignement vise à développer la personnalité de l'élève
à travers la formation de son regard. Il s'appuie sur la maîtrise
de l'outil photographique, associe pratique (prise de vue, studio,
développement) et théorie (esthétique et sémiologie) et conduit
à la maîtrise de projets personnels et professionnels. Le projet
personnel développe l'initiative individuelle.
Le projet professionnel, réalisé en situation réelle, permet
d'analyser les contraintes imposées par la commande et de
proposer une solution qui témoigne d'originalité et de maturité.
Jury 2002
Gabriel Bauret
Claude Bestel
Christian Courrèges
Dominique Feintrenie
Jean-Claude de Forceville
Michel Guerrin
Alex Kummerman
Hiroshi Maeda
Thierry Nava
Florence Paradeis
Jean-Claude Pattacini
Michel Zoladz
Florence de Laguiche-Le Roux
Sylvain Gouraud
Gyu-Hyeon Jeong
Florence Joubert
Martina Kimmerle
Soon-Young Lee
Steven Mouran
Patricia Martin
Céline Canard
Johanna de Clisson
Sébastien Fagès
Olivia Frémineau
Aurélie Lefèbvre
Élisabeth Pauthier
Enseignants
Session 2002
Session 2003
Interne : Hiroshi Maeda,
Jean-Claude Pattacini, Laurent Ungerer
Externe : Gabriel Bauret, photographe,
commissaire d’exposition,
Dolorès Marat, photographe,
Christophe Herbaut, photographe,
cofondateur de la revue Œil public
Jury 2003
Interne : Dominique Feintrenie,
Hiroshi Maeda, Jean-Claude Pattacini
Externe : Claire Guigal, Galerie 779,
Thibaut Cruisset, photographe,
Laurent Abadjian, directeur photo
Télérama
Gyu-Hyeon Jeong
“Intimités affectives”
Johanna de Clisson
“Barocco 2003 Original Remix”
Ce livre miniature tente
de décrypter quelques codes
du baroque contemporain, revisité
par des designers actuels. Bars,
galeries, théâtres, restaurants
sont les sources du travail
photographique ainsi que
de plusieurs mises en scène
personnelles. Ce travail a été réalisé
en collaboration avec un écrivain
qui a apporté par des textes
aux formes variées (proses,
dialogues, poèmes...) sa vision
du baroque. Deux lectures sont
possibles par le texte et l'image.
Aurélie Lefèbvre
“Artifices d’un espace-temps“
Il s’agit pour moi d’observer
au plus près des décors factices,
reflets de notre imaginaire,
pour mieux appréhender la réalité.
Mes cadrages interrogent les limites
entre cet espace temps et la fiction.
De son côté, la verticalité signifie
une intemporalité de ces décors.
Je partage du temps depuis
de longues années avec Geneviève
et Juliette. Elles se connaissent
peu et ont des vies qui diffèrent.
J’ai choisi de parler d’elles à travers
les objets intimes de leur quotidien.
Deux formes d’intimités affectives,
différentes le plus souvent, parfois
rapprochées, peuvent être
une façon de me définir.
Gyu-Hyeon Jeong / Artifices d’un espace-temps
Johanna de Clisson / Barocco 2003 Original Remix
Aurélie Lefèbvre / Intimités affectives
Photographie
Gyu-Hyeon Jeong
49, avenue Carnot 91300 Massy
tél. : 06.60.08.05.79
courriel : [email protected]
02
étudiant à l’Ensad
01
00
École nationale de photographie d’Arles
99
98
97
école Icart Photo
Johanna de Clisson
96
95
1, rue de Villersexel 75007 Paris
tél. : 01.45.03.39.31 / 06.08.10.02.91
Bac
03
02
étudiante à l’Ensad
01
00
99
ESAG Penninghen
98
Aurélie Lefèbvre
33, bd Blanqui 75013 Paris
tél. : 01.45.89.06.01
03
étudiante à l’Ensad
02
01
BTS design textile
00
99
98
97
année de mise à niveau à l’Ensaama
atelier des Beaux-Arts de Paris
Licence de cinéma à la Sapienza à Rome
97
Bac L option arts plastiques
63
ESPACE
IMAGE
Scénographie
Set Design
If scenography is omnipresent today in certain activities linked with spatial conception (architecture, cinema, museography and events)
its origins are in the theatre.That is why the course is based on in-depth knowledge and apprenticeship in theatrical set design which,
once mastered, can be applied to other disciplines covered in theoretical and practical classes.The course aims to enable students to practise
their craft while developing their artistic skills (drawing, painting) and at the same time using their imagination with the particular eye
of a scenographer : giving visual interpretation to music or a text, concentrating the essence in a given space.
Si la scénographie est omniprésente dans certaines activités liées
à la conception des espaces (architecture, cinéma, muséographie,
événements), ses origines sont le théâtre. Aussi son enseignement
s'appuie-t-il sur une connaissance et un apprentissage approfondis
de la scénographie de théâtre, la maîtrise de celle-ci permettant
de l'appliquer aux autres disciplines qui font l'objet de cours
théoriques et pratiques. L'objectif est de permettre à l'élève
de pratiquer ce métier tout en développant ses qualités d'expression
(dessin, peinture) et en exerçant son imagination avec le regard
particulier du scénographe : interpréter plastiquement un texte
ou une musique, concentrer l'essentiel dans un espace.
Jury 2002
Alexis Bertrand
Aude Royet
Virginie Destiné
Monika Dudzik
Maxime Dupetitmagneux
Laura Gozlan
Jonathan Lemerer
Pauline Phelouzat
Benoît Préteseille
Lisa Ternon
Raphaël Thibault
Laureline Uzel
Session 2002
Session 2003
Magali Blot
Jean-Paul Céalis
Yves Charnay
Françoise Darne
Guy-Claude François
Brice Leboucq
Claude Nessi
Romano Prada
Yves Tissier
Enseignants
Leslie Garcias
Baptiste Magis
Mathilde Meignan
Adèle Ogier-Akissi
Claire Pasquier
Lise Perot
Interne : Guy-Claude François,
René Gaudy, Marc Petitjean
Externe : Marie-Christine Soma,
scénographe, Philippe Quesne,
scénographe, Thierry Grillet,
responsable d’expositions à la BNF
Jury 2003
Interne : Françoise Darne,
Guy-Claude François, Bernard Schira
Externe : Jean Chollet, journaliste,
Frédéric Casanova, scénographe ancien
élève, Lam Le, réalisateur de longs
métrage, enseignant à la Fémis
“La Machine molle,
de William S. Burroughs”
Laura Gozlan
Virginie Destiné
“L’Escargot entêté,
de Rachid Boujedra“
«Jusqu’au bout des villes-terminus»
Ce que je retiens aujourd’hui de
Burroughs est l’imaginaire, l’humour
et la poésie brutale qui submergent son œuvre au-delà de l’abjection qu’il décrit d’un autrefois
dont nous ravalons aujourd’hui les
vestiges.
“L’Herbe Rouge,
de Boris Vian”
Lisa Ternon
Adèle Ogier-Akissi
“La Jeune fille sans mains,
conte populaire médiéval“
J’ai trouvé en retroussant
ma mémoire l’image toute plissée
d’une jeune fille aux mains coupées
sous un arbre en fleurs. Je l’ai
rencontrée, l’apprivoisant sur
le chemin de l’étonnant langage
du conte.
Plus qu’au décor en lui-même, je
m’intéresse davantage à
la recherche d’atmosphères. J’aime
élaborer une vision par le dessin
mais aussi par la rencontre
de matières ; j’interroge l’influence
du son, des lumières,
des mouvements mis en jeu, qui
«font» aussi l’espace. Le rythme
et le montage de différentes images
inventent à l’espace sa propre
mise en scène.
Le projet cinéma m’a permis
d’expérimenter et de révéler
concrètement ces intentions
en le menant jusqu’à la réalisation.
Le film est muet mais accompagné
d’une musique improvisée. Il a été
tourné en super 8 couleur ;
la sensibilité de cette pellicule
souligne l’atmosphère tactile et
intemporelle évoquée. Il dure
17 minutes.
Le projet spectacle s’énonce
davantage comme une cristallisation
d’images utopiques, où se sont
rêvées les multiples facettes
de ce conte.
Inventer un lieu tout d’abord,
offrant une relation particulière
du spectateur à l’espace. Chercher
comment se sentir niché dans
l’intimité d’une histoire, et vivre en
même temps le monde sauvage et
extérieur traversé par la jeune fille ?
Une arène recouverte d’un fin
plancher suspendu, percé
d’un puits de lumière, a pris forme.
Deux espaces de jeu en dialogue : le
ciel/la terre, le rêve/la réalité, entre
un état de pesanteur et quelque
chose d’aérien. Nous sommes dans
une étrange clairière : autour
d’une piste de terre, végétal et
animal s’entremêlent. Au-dessus
de nos têtes, le diable passe,
ses pas décomptent le temps.
Là, dans cette enceinte, La Jeune
fille sans mains est venue déployer
son histoire.
Chef du bureau de dératisation,
j’ai cinquante ans et je vis seul.
Une excentricité dans ce pays
au fort instinct grégaire. Un seul
but dans ma vie. Anéantir les rats
de cette belle ville qui pourrait
être plus propre. Je suis trop fidèle
à l’État pour croire en Dieu.
Bureaucrate pathétique, je suis
confronté aux réalités d’une ville
dont les problèmes inextricables
me dépassent. Je suis le héros
d'une fable politique relatant
les bouleversements sociaux
et politiques de l’Algérie
de Boumediene.
«Un vieux film roulant perpétuellement avec des acteurs morts.»
J’ai réalisé un court-métrage dans
lequel j’ai tenté de capter l’analogie
et l’onirisme où sont ancrés
quelques évènements
biographiques de W. S. Burroughs.
«Louxor, palais déchu du cinéma».
J’ai situé le projet de spectacle
vivant au Louxor, 146 bd Magenta,
ancienne cathédrale de cinéma,
un Orient déplacé à Barbès. Il y a
là une image des États-Unis. Celle
de la gloire et de la déchéance
d’un Hollywood et d’un cinéma
de genre du Louxor d’autrefois.
C’est un monde où hommes, objets
et animaux sont quasi identiques.
L’objet pensant acquiert
son indépendance. Un mouvement
continu se crée entre les strates
de l’univers. Celui-ci ne pouvait
alors être une simple toile de fond
supportant la vie des personnages.
Est-il même question de décor là
où n’est qu’un tout dont les cellules
s’interfèrent, une existence
grouillante ?
L’espace est un personnage
qui en porte d’autres
Adèle Ogier-Akissi / La Jeune fille sans mains, conte populaire médiéval
Laura Gozlan / La Machine molle de William S. Burroughs
«C’était l’année de la peste
pelure quand tous les touristes
sont morts même les scandinaves.
(…) Pas de calcium dans
la région, vous comprenez,
un type perdit son squelette
entier, nous avons dû le porter
dans une baignoire en toile. À
la fin un jaguar le lapa, pour
le sel, je pense…»
extrait de La Machine molle, W.S. Burroughs
[Le public arrive directement
sur la scène, côté cours. Il traverse
la mer pour arriver en petits groupes
sur le port d’Alger et s’installe sur
les bâtiments de la partie coloniale
de la ville.
Dans la zone du public, le plancher
de scène est remplacé par un épais
grillage, ce qui permet aux spectateurs
de voir, sentir et entendre ce qui se
déroule sous leur pieds : la cave
où le dératisateur élève ses rats.]
Virginie Destiné / L’Escargot entêté
de Richard Boujedra
Lisa Ternon / l’Herbe Rouge de Boris Vian
Adèle Ogier-Akissi
Scénographie
11, rue des Feuillantines 75005 Paris
tél. : 01.43.29.24.18 / 06.86.63.11.06
courriel : [email protected]
02
étudiante à l’Ensad
01
00
99
BTS expression visuelle d’espace de
communication à l’école Boulle
98
97
Bac S
Virginie Destiné
49, rue Youri-Gagarine 92700 Colombes
tél. : 06.19.55.67.23
03
02
étudiante à l’Ensad
01
00
Laura Gozlan
99
98
20, Sente des Cornettes 93310 Le Pré-Saint-Gervais
tél.: 01.48.97.45.41 / 06.62.23.85.24
courriel : [email protected]
Deug arts plastiques
97
96
année universitaire CSON Los Angeles
Bac L
95
03
étudiante à l’Ensad
02
01
00
Lisa Ternon
99
11, rue Antoine-Bourdelle 75015 Paris
tél. : 01.42.22.88.09 / 06.07.47.63.23
98
97
03
02
étudiante à l’Ensad
01
00
99
98
Atelier de Sèvres
Bac S
master à l’UIAH d’Helsinki
BTS expression visuelle espace et
communication à l’école Boulle
Manaa à l’école Boulle
Bac
69
ESPACE
IMAGE
Textile
Textile
The skills acquired in this course concern the use of textiles in architecture, furnishing and clothing. Designers must be able to analyze
the problems specific to each of these sectors, and to suggest professional solutions which they will implement, monitor, communicate and
promote; they should also provide training, notably in research and creation.Theoretical and practical courses cover all technical, sociological
and aesthetic aspects of textiles, from design to execution (the creation of patterns, command of materials and diverse and interdependent
technical skills).They progress from the knowledge of a textile's components to its creative application, taking into account technical,
industrial and economic constraints.The disciplines taught include weaving, knitting, printing, dyeing, colour, drawing, patterns, conforming
to norms, CAD, photoengraving, social sciences, history of art, marketing and innovations in the sector.
Les compétences acquises s'exercent dans les domaines du textile destinés
à l'architecture, à l'ameublement et à l'habillement. Le concepteur doit être
capable d'analyser tous les paramètres d'un problème lié à ces domaines et
de proposer un ensemble de solutions professionnelles dont il dirigera la mise
en œuvre, le contrôle, la communication et la promotion ; il assure aussi
une fonction d'encadrement, notamment dans la recherche et la création.
L'enseignement théorique et pratique étudie tous les aspects techniques,
sociologiques, esthétiques de la conception textile, de l'élaboration
à sa réalisation (création de motifs à partir d'une réflexion aboutie, maîtrise
des matières et des pratiques technologiques diverses et interdépendantes).
Il suit une progression qui va de la connaissance des composantes du textile à
son exploitation créative intégrant les contraintes techniques, industrielles et
économiques. Il passe par l'apprentissage du tissage, de la maille, de l'impression,
de la teinture, de la couleur, du dessin, du motif, de la mise au rapport,
de la CAO, de la photogravure, des sciences humaines, de l'histoire de l'art,
du marketing, de l'actualité professionnelle.
Jury 2002
Nathalie Brès
Francis Délivré
Martine Duris
Isabelle Guédon
Steen Halbro
Laure Loutrel
Colette Martin
Sylvie Mégret
Marie-André Nicolas
Béatrice Saalburg
Orsina Visconti
Lauriane Beaunier
Élodie Brunet
Christel Charbonnel
Véronique Loeber
Émilie Mondie
Hélène Rose
Perrine Rousseau
Sabrine Couzinet
Zsofia Gyenes
Laura Kiesgen
Virginie Mory
Émilie Paralitici
Sarah Prier
Estelle Tachet
Enseignants
Session 2002
Session 2003
Interne : Nathalie Brès, Philippe Caron,
Vonik Hertig
Externe : François Bernard, consultant,
Barbara Erhing, directrice du
département textile à l’Universität der
Künste à Berlin,Yannick Corbel, gérant
de société, directeur commercial
Jury 2003
Interne : Béatrice Saalburg,
Dieter Lassmann
Externe : Pia Barker-Davis responsable
textile diffusion, Sophie Le Chat,
directrice conseil LVMH, Mme Bordini,
directrice commerciale Clerici Tessuto
Élodie Brunet
irréelles avant le déluge imminent.
Les tissus inspirés de réminiscences
philippines dissimulent, protègent
et dévoilent tour à tour le corps et
la sphère intime de la maison. Ce
sont des rectangles nomades qui
enveloppent, drapent, accueillent,
habillent, flottent, et s’emportent
en voyage.
Séduite par l'atmosphère théâtrale,
exubérante des festins baroques
et par les films de Peter
Greenaway, j’ai tenté de traduire
ce moment particulier et décalé
qu'est le festin par deux collections de tissus.
La première propose un ensemble
de tissus extravagants et chatoyants
destinés à la création de costumes
d'apparat par la collection
automne/hiver 2003-2004
des créateurs Viktor&Rolf.
La seconde collection est formée
de tissus de décoration pour
la maison, de moyenne gamme
type IKEA, particulièrement centrés
autour de la table. Pour illustrer
ma vision de l'univers du festin,
j’ai procédé à l’inventaire
de ses composants : les gestes,
le service, les éléments de la table,
la vaisselle, les plats raffinés.
J’ai élaboré trois gammes
de couleurs. D'abord les vifs
profonds pour leur aspect
dramatique, ensuite des tons acides
pour la lumière froide des éclairages
et, enfin, des couleurs de peau
poudrée pour évoquer la sensualité
de la chair.
Laura Kiesgen
Pour tous, le bal des pompiers
évoque souvenirs ou anecdotes
à raconter. Cette soirée un peu
«rétro» et bon enfant peut faire
sourire par son côté patriotique
mais, pour moi, elle regroupe toutes
les caractéristiques de la fête. Pour
travailler sur le bal des pompiers,
j’ai choisi deux axes de lecture
de cette fête, pour la mode
et la maison. Plus que sur
les lampions et les drapeaux
tricolores, c’est sur la légèreté
de la fête populaire et sur
l’ambivalence de chacun que porte
mon travail. Qu’elle soit pompier
ou non, chaque personne, ce soir
là, tombe le masque. On se révèle
tel quel et l’on s’amuse ensemble.
Émilie Paralitici
“Le festin d’apparat”
Sur pilotis, ta vulnérable maison
protège des rigoles gorgées d’eau.
La pluie glisse sur les corps
mouillés. Le ciel lavé nous rafraîchit.
L’accalmie nous accueille à bras
ouverts. La mer s’endort plate et
limpide. Une douce et rare lumière
vibrante brille sur l’eau, éclaire
le ciel, colore le sable de teintes
Zsofia Gyenes
“Insaisissables Philippines”
Douces Philippines aux 7000 îles,
ton archipel se déchire sous
les typhons capricieux.
Pluies diluviennes et vents furieux
cisèlent tes côtes, sculptent
ta lumière, déchaîne ta mer,
ébranle ton anarchique jungle,
et altèrent ton humble et fragile
demeure.
En Camargue ou en Andalousie,
les terres rehaussées de blancheur
cachent ponctuellement sous
leur aveuglante lumière une tension
insoupçonnée. Le jour, l’homme et
l’animal s’affrontent dans un corps
à corps voluptueux et mortel.
La nuit, hommes et femmes luttent,
séduisent et résistent au rythme
effréné de la féria. Les couleurs
rutilent, la brillance fascine,
le détail éblouit dans cette fête
aux mille facettes empreinte
de force et de caractère.
“Le bal des pompiers”
“La féria”
1
2
2
3
3
Laura Kiesgen / Le bal des pompiers
Mode 1> 4
1_ Spot
2_ Flamme
3_ Confetti
4_ Cotillon
Maison 5> 6
5_ nappe de pique-nique
6_ tapis
1
Émilie Paralitici / La féria
2
Élodie Brunet / Insaisissables Philippines
Zsofia Gyenes / Le festin d’apparat
4
5
5
3
4
5
1_ détail du motif de “crevette“
2_ Tête à tête, chemin de table
avec dessous de plat intégré ;
chaine : chanvre ; trame : lin et
fibre de verre, 45x150 cm
3_ Pièce montée, double rideau,
toile de coton, 300x135 cm,
motif placé
4_ nappe, tissu au mètre, satin
de coton, motif : all over,
raccord: 64x140 cm
5_ Double face : cloche /coupe
de fruit, maille régidifiée, coton,
dimensions variables
6
Élodie Brunet
54, rue de Bourgogne 75007 Paris
tél. : 01.53.59.90.26 / 06.82.29.43.91
02
01
Textile
00
étudiante à l’Ensad
99
98
97
96
95
Zsofia Gyenes
Atelier Met de Penninghen
27, rue Secrétan 75019 Paris
tél. : 01.42.00.76.02 / 06.99.40.10.48
courriel : [email protected]
année préparatoire HEC
Bac D
03
étudiante à l’Ensad
02
01
Licence d’arts plastiques
Université Paris-VIII
00
99
98
Laura Kiesgen
***
97
75, rue de l’Ourcq 75019 Paris
tél. : 06.21.44.48.24 / 01.42.09.47.10
courriel : [email protected]
96
Bac Budapest
95
03
étudiante à l’Ensad
02
01
00
99
stages à Paris et à New York
BTS d’art textile et impression (ATI),
École nationale supérieure des arts
appliqués Duperré
Émilie Paralitici
98
97
15, rue des Vergers-Saint-Jacques 9410 Dourdan
tél. : 01.46.51.76.95 / 06.61.70.84.18
courriel : [email protected]
Bac L3 option arts plastiques
03
étudiante à l’Ensad
02
01
BTS en architecture intérieure Ensaama
00
99
98
97
Ensaama Olivier-de-Serre
atelier Hourdé
Bac S
75
ESPACE
IMAGE
Vêtement
Clothing
This course covers fashion design, scenography and communication. Starting from the formal, functional and cultural qualities of clothing,
students confront the issues concerning clothing as a product and its system of production.
The course alternates theoretical and practical classes and aims to enable students to master the design process, from a critical analysis
of the project to its execution and promotion (specifications, sketches, justification of choices, acknowledgement of parameters, graphic
presentation and prototype) in the sectors of clothing, fashion and costume design.
Son approche se situe dans le cadre d'une problématique du design
de mode, de la scénographie et de la communication. Partant
des qualités formelles, fonctionnelles et culturelles de l'habillement,
l'élève aborde l'ensemble des problèmes concernant le produit
vestimentaire et le système de ses produits.
L'enseignement qui alterne cours théoriques et pratiques vise
de façon méthodique et sensible à permettre la maîtrise du processus
de conception, de l'analyse critique du projet à sa réalisation et à
sa promotion (cahier des charges, esquisses, justification des choix,
mise en évidence des paramètres, présentation graphique, prototype)
dans les domaines du design de vêtement, de la mode et du costume.
Jury 2002
Véronique Breton
Anne Ferrer
Philippe Guillotel
Victor Hugues
Katia Joly
Sybille Klosse
Jean-Paul Longavesne
Lucie Orta
Enseignants
Marie Bertrand
Isabelle Lintignat
Magali Pacalin
Marie Rousseau
Nathalie Wagner
Cécile Blindermann
Charlotte Bonnet
Stéphanie Cailleau
Carine Montarras
Paul Moreau
Alice Touvet
Sophie Volcker
Session 2002
Session 2003
Interne :Véronique Breton,
Jean-Paul Longavesne, Lucy Orta
Externe : Jean-Charles de Castelbjac,
créateur, Norbert Corsino, directeur
artistique, enseignant, scénographe,
Lutz, styliste, jeune créateur,
Esther Trépanier, directrice de l’École
supérieure de mode de Montréal
Jury 2003
Interne : Véronique Breton,
Jean-Paul Longavesne,
Jean-Claude Maugirard
Externe : Norbert Corsino, créateur,
Gilles Rosier, créateur, Sybille Klosse,
styliste
qui ont un passé, une histoire,
une trace, une odeur, j’aime le vieilli.
Je suis une voleuse de souvenirs.
Petite fille-femme qui à travers
l’univers de ses photos m’entraîne
dans le jeu.
Un décolleté dans le dos caché
par des lanières déchirées…
Un col qui se détache pour laisser
apparaître une épaule…
Un bout de vêtement qui cache
un bout de femme…
Auréoles, tissus jaunis par le temps.
Apparition dans un tissu vieilli par
la théine d’un tissu très coloré ;
son contraire, qui ne demande
qu’à déborder, qu’à exploser
des coutures bien nettes de la jolie
robe, il représente, il est
la deuxième…
Une chemise déchirée puis
recousue, mal.
Aucun style, patchwork d’aucun
genre.
Récupération.
Transparence.
Des fleurs, partout ou pas du tout.
Des couleurs, des plis qui
la structurent et sont ses points
de repère.
Des perles, des brillants ;
mon enfance, ma mère.
Avec ses petites mains, elle coud,
assemble, déchire, jette, reprend,
puis s’habille et se déshabille,
superpose pour voir si son corps
change ; se transforme…
Mais, malgré tout, imposante
féminité et sensualité.
Elle ne sait rien, elle essaye.
Magali Pacalin
La collection présentée sous le titre
générique Bloom (éclosion)s’inspire
de l’œuvre de l’artiste chinois
QI Baishi (1864-1957). L’œuvre
plastique abstraite de l’artiste
a orienté le choix des matières et
des formes aux coloris contrastés
et jouant de la transparence
et des superpositions. Aux masses
sombres s’opposent la légèreté
des matières et des trames,
les jeux de lumière et le graphisme
des formes accidentées.
Bloom, collection féminine
de grande sensualité, évoque
par les tensions sous-jacentes
de la gestuelle picturale les grands
maîtres de la peinture traditionnelle
chinoise Guhoua.
A la fois dessin et peinture, claire
et obscure, dense et légère,
Bloom joue des contraires. Elle
suggère le désir et les forces
cachés de l’éclosion.
“Bloom”
“Origami en mouvement”
“No Man’s Land”
Paul Moreau
“Poésie photographique, odeur
d’émotion, d’après l’œuvre de
Francesca Woodman”
Carine Montarras
Marie Bertrand
Son œuvre est pour moi empreinte
de romantisme et de poésie. C’est
le monde imaginaire d’une petite
fille-femme qui se déguise avec
tous les tissus et vêtements qu’elle
préfère, puis se déshabille, joue
avec les objets, avec la nature,
reconstitue des décors. Elle utilise
des robes, des accessoires,
extrêmement féminins, afin de
dégager une grande sensualité.
Son goût pour le détail et l’imprévu
est très émouvant. Son travail
reflète une vision simple, poétique
et même brute des éléments qui
entourent l’homme et dans lesquels
elle voudrait se fondre et disparaître.
Elle aime les souvenirs, les histoires
des objets, des lieux, de la nature.
En fait, elle m’émeut car comme
elle j’aime collectionner, entasser,
chercher des vêtements et objets
M’inspirant d’une friche industrielle,
j’ai tenté d’en sublimer les traces
par une relecture du vêtement.
Le brut et l’élaboré se répondent
en des oppositions de surfaces,
de textures et de finitions : vestes
ouvertes, parfois sans col, sans
parmenture ou sans manches,
Le corps en mouvement est au
centre de mon travail. En évoquant
le vêtement d’entraînement
de danse, j’ai voulu créer
une dynamique qui s’exprime
par des jeux d’enroulements,
des déploiements issus des principes
de pliage (origami), à l’aide
de matières naturelles -coton, laine,
lin, gaze de soie, jersey, viscoseet de jeux de couleurs et d’imprimés
graphiques.
surpiquées et brodées ; chemises en
popeline de coton blanc auxquelles
s’ajoutent, à des superpositions
de pièces, différentes coutures
souvent non finies ; pantalons en
laine, unis, à rayures ou à chevrons aux jeux de poches variés.
Marie Bertrand / Poésie photographique,
odeur d’émotion, d’après l’œuvre
de Francesca Woodman
“veste en laine
bleu marine ; intérieur en lin ; sans
col et sans poche“
“chemise en
popeline blanche ;
devants croisés et
cousus en bas de
la chemise ; haut
de col relevé“
Paul Moreau / No Man’s Land
“veste ouverte en
laine marron ;
intérieur en lin ;
sans parmenture,
sans poches ; avec
une poche de
popeline appliquée
sur le devant
droit”
“pantalon en laine
avec double poche
droite“
Carine Montarras / Origami en mouvement
Magali Pacalin / Bloom
Marie Bertrand
7, rue du 18-Juin-1940 92210 Saint-Cloud
tél. : 06.62.72.09.15
courriel : [email protected]
Vêtement
02
01
étudiante à l’Ensad
00
99
98
97
96
Atelier de Sèvres
1ère année Deug de droit
Bac ES
Magali Pacalin
46, rue Emile-Bourdelle 73350 Le Mée-sur-Seine
tél. : 06.11.74.63.85
courriel : [email protected]
02
01
étudiante à l’Ensad
00
Carine Montarras
99
12, rue Ernest-et-Henri-Rousselle 75013 Paris
tél. : 01.46.26.24.77
courriel : [email protected]
03
98
Atelier de Sèvres
97
Bac L
étudiante à l’Ensad
02
01
BTS de stylisme de mode
Paul Moreau
00
99
98
mise à niveau arts appliqués au lycée Sèvres
Bac L
17, rue Neuve 94400 Vitry-sur-Seine
tél. : 01 46 80 42 24
courriel : [email protected]
03
étudiant à l’Ensad
02
01
00
99
98
97
BTS art textile et impression,
École nationale supérieure des arts
appliqués et des métiers (Ensaam)
mise à niveau en arts appliqués à l’Ensaam
service militaire
Bac L option arts plastiques
81
ESPACE
IMAGE
Vidéo
Video
The course is essentially general in nature, and aims to enable the students to produce projects using audio-visual techniques.
They acquire the necessary skills throughout the course, which closely allies the study of different sorts of film (documentaries, fiction,
reports, clips, films for industry, specialist subjects etc.) with the history of classic and experimental cinema (conferences organized in
partnership with the Ecole des Beaux-Arts).The training process is completed by practical experience of the techniques involved : digital
sound processing, mixing, sound-image post-production, lighting, storyboard, filming and editing.
De nature essentiellement généraliste, son enseignement a pour
vocation de conduire l'élève à la maîtrise d'un projet dont le support
fait appel à des techniques audiovisuelles.
Cette maîtrise est acquise tout au long du cursus des études par
une formation qui associe étroitement l'étude des langages filmiques
(documentaires, fiction, reportage, clip, film d'entreprise, film
d'amateur) et l'histoire du cinéma classique et expérimental
(conférences organisées en partenariat avec l'École des beaux-arts).
La formation est complétée par la pratique effective des outils :
traitement numérique du son, mixage, post production son-image,
lumière, écriture d'un projet, tournage, montage.
Gérard Bellanger
Dominique Belloir
Brice Dellsperger
Patrick Fleury
Henri Foucault
Alain Moreau
Marc Petitjean
Romano Prada
Bernard Schira
Pierre-Antoine Signoret
Maud Alessandrini
Céline Bokobza
Jérome Cognet
Joseph Creac’h
Tossé Riesser
Bérangère Valognes
Marie-Aël Verrier
Hsin-Ying Wang
Julien Baillargeon
Thomas Bensimon
Mathieu Decarli
Céline Eudier
Pauline Gruffaz
Wandrille Leroy
Élise Morin
Tossé Riesser
Anna-Katerina Scheidegger
Clément Sellin
Suzanne Thomas
Marie-Aël Verrier
David Watersperger
Enseignants
Session 2002
Session 2003
Jury 2002
Interne : Bernard Gomez,
Hiroshi Maeda, Romano Prada
Externe : Unglee, cinéaste, plasticien,
producteur d’émissions à France culture,
Sophie Reiter, monteuse de films,
Odile Fillon, réalisatrice, commissaire
d’expositions
Jury 2003
Interne : Dominique Belloir,
Alain Moreau, Florence Paradeis
Externe : Henry-François Imbert,
cinéaste, Michael Gaumnitz, vidéaste,
Elisabeth Ballet, plasticienne
“Hong Kong, entre janvier
et juin 2003”
Élise Morin
Mathieu Decarli
“Lieux dits”
Il existe dans les villes
une architecture visible porteuse
d'une mémoire "plastique"
et identifiable en tant que telle,
marquée par le temps, les guerres,
les changements. Ce sont
les monuments patrimoniaux,
“Terre en friche _ No Man’s Land Brachland”
Anna-Katerina Scheidegger
Joseph Creac’h
“Égocité”
Un homme déambule dans Paris.
Il s’enfonce dans un labyrinthe
de béton et de solitude. Son corps
est atteint par un mal étrange.
Son identité se trouve altérée
plus violemment lorsqu’il tente
d’échapper à cette drôle de vision
de citadin qu’il a de lui-même
et qui le rend malheureux. Il ne se
reconnaît pas dans cet état maladif
et tentera, jusqu’à l’absurde, de fuir
cette nouvelle condition d’être.
Par le biais du support
vidéographique, j’essaie de dessiner
un autoportrait afin de traduire
l’état d’âme qui ponctue
ma conscience en un songe filmique
d’une dizaine de minutes environ.
Je manifeste ainsi ma présence
au monde et, plus précisément,
la projection de mon être
déambulatoire dans la ville,
que semble diriger l’urbanisation
géométrique et ce milieu
concentrationnaire d’individualisme
exacerbé.
Je précise alors l’acte du regard
introspectif et la difficulté (en réalité
l’incapacité) de fixer sa conscience
sur une définition figée du moi,
de mon identité. La conscience de
mon existence profonde se trouve
être troublée par l’idée d’identité
collective et l’instinct grégaire.
Et c’est précisément l’identité
singulière que je cherche à
manifester ici afin d’évoquer
l’ultime pouvoir de création,
c'est-à-dire de se créer soi-même,
signifié par Rainer Maria Rilke.
Lieux-dits est un film d'entretiens,
où quatre intervenants tentent
de répondre à une question simple :
"Racontez le souvenir d'un lieu qui
vous est cher, puis décrivez ce lieu."
Plutôt que de s'attacher
aux contenus des réponses émises,
le réalisateur a cherché à mettre
en avant la manière employée par
chaque interlocuteur pour formuler
leurs réponses, et par là même
de leurs difficultés à exprimer
leurs sentiments.
les voies ferrées, les routes,
en somme toutes les infrastructures
qui la caractérisent.
Il existe aussi dans les villes
une architecture invisible, masquée
par les parcours individuels
des hommes qui l'ont traversée.
Ce film propose un voyage
dans l'espace mental, le récit
se situe dans les méandres
du souvenir à partir duquel
j’ai essayé de reconstituer
une forme de cette ville irréelle.
Métro Postdammerplatz. On se
retrouve dans un espace stérile et
impersonnel, terre en friche encore
marquée par le Mur.
Des personnages apparaissent
et disparaissent sans se rencontrer;
chacun reste prisonnier de sa propre
histoire solitaire. Un visage âgé
apparaît à côté de trois enfants.
Cette scène oppose deux états :
le souvenir, la mémoire subjective
et la jeunesse, le début d’une vie.
Les voix racontent les souvenirs de
guerre pendant que les trois enfants
agissent comme des marionnettes
incarnant le contexte social,
géographique, politique et culturel
de Berlin aujourd’hui.
Vidéo de 12’
musique de Sidney Corbett : Klavier
conzert fürklavier und tondant
Joseph Créac’h / Égocité
Mathieu Decarli / Lieux dits
«… parce que je ne reconnaissais
presque plus rien, c’est bizarre
je reconnais dans ma tête, mais
j’arrivais pas à me situer…»
Kiné
Élise Morin / HongKong, entre janvier et juin 2003
Anna-Katerina Sheidegger / Terre en friche _ No Man’s Land Brachland
«… Pourquoi effectivement y’a pas
de simple aveu que cet endroit-là, on
l’aime. Pourquoi alors que ça paraît
si aisé à d’autres?…»
Hubert
Joseph Creac’h
10, rue Langeac 75015 Paris
tél. : 01.45.30.35.71
courriel : [email protected]
02
01
étudiant à l’Ensad
Vidéo
00
99
Atelier Met de Penninghen
98
97
cours du soir Beaux-Arts de Nîmes
96
95
prépa Hec
Bac L
Mathieu Decarli
60, rue de Dunkerque 75009 Paris
tél. : 06.62.09.59.17
courriel : [email protected]
03
02
étudiant à l’Ensad
01
00
99
98
97
École nationale des arts décoratifs, Strasbourg
Atelier de Sèvres
Élise Morin
faculté de droit
26, rue Daubenton 75005 Paris
tél. : 06.12.75.99.90
courriel : [email protected]
Bac ES
96
03
02
01
Anna-Katerina Scheidegger
9, rue Charles-Friedez 75020 Paris
124, bd d’Armentières 59100 Roubaix
tél. : 01.47.97.64.32 / 03.20.76.51.80
courriel : a [email protected]
02
étudiante à l’Ensad
01
00
99
00
99
98
97
96
03
***
98
97 diplôme de l’École normale des instituteurs
de Berne
96
étudiante à l’Ensad
École pilote internationale d’art à Nice
Atelier de Sèvres
Bac L
87
ESPACE
[Post-diplôme]
AII
IMAGE
(Atelier d’images et d’informatique)
Image and Computer Workshop (AII).
This post-graduate diploma in computer-generated images and visual effects is intended for creative designers who have already followed
further education courses (communication, video, graphics, design, architecture, textiles, etc.).
The purpose of the program is to offer a production-oriented one-year course for students who want to specialize in CGI (computer-generated
imagery), or a research-oriented two-year course for students wishing to develop an experimental artistic project based on a digital medium.
Ce post-diplôme en images de synthèse 3D et effets visuels est
destiné à des créateurs ayant déjà reçu une formation de niveau
supérieur (communication, vidéo, graphisme, design, architecture,
textile...).
Il offre une formation orientée production en un an pour les élèves
souhaitant approfondir les différentes techniques de réalisation
d’images animées par l’informatique et une formation orientée
recherche en deux ans pour les élèves qui veulent mener un travail
d’expérimentation artistique sur un support numérique.
Jury 2002
Interne : François Garnier,
Pierre Hénon
François Garnier
Pierre Hénon
Patrice Mugnier
François Vogel
Bénédicte Adessi
Guilhem Allemoz
Lilith Bekmezian
Julien David
Pierre Droal
Julien Legoupil
Christine Madoyan
Brice Magnier
Isabel Robson
Virginie Stolz
Jens Arnold
François Benedetti
Fériel Bouchrara
Christian Jacquemin
Julie Pacaud
Seyeun Park
Nathalie Routin
Thu Trinh-Bouvier
Enseignants
Session 2002
Session 2003
Externe : Alice Guien, Sparx,
directrice du département cinéma,
Nicoletta Marcialis, Disney, directrice
des effets visuels 3D, Ève Ramboz,
La Maison, artiste-truquiste,
Sophie Voiturin, Sonovision, journaliste
Jury 2003
Interne : François Garnier, Pierre Hénon
Externe : Marie Belœil, journaliste
au Monde.fr, Christelle Naga, assistante
réalisatrice, Luc Froehlicher,
La Maison, directeur des effets spéciaux,Yves Le Peillet, Buf Compagnie,
vice-président
Une souris, un chat et un chien se
disputent pour un billet de loterie
gagnant. Mais une vieille tortue
parvient à tirer tous les bénéfices
de l'intrigue. C'est une fable sur
les rapports entre prédateurs et
proies, un cycle permanant et
le retour continuel de la même
chose.
“Scènes de Seine”
Christian Jacquemin
“Toupies ”
Les lieux urbains vivent par l'activité
humaine et par le regard
des spectateurs. Ce film est inspiré
du livre Espèces d'espaces de
Georges Perec qui décrit
nos rapports aux espaces des villes,
la façon dont nous les investissons
et les émotions qu'ils nous
procurent.
Par une navigation dans une
métaphore d'environnement citadin,
cinq scènes sont vécues
en séquence avec une intensité et
Et si je vous invitais dans
ma maison, je vous ferais voir
une architecture sentimentale
archi sensuelle.
musique : Ananas de Tosca
technique : 3D&composing
images fixes
durée : 7’50
musique : Habanera, titre composé
par Marc-Olivier Dupin
Thu Trinh-Bouvier
“La souricière”
François Benedetti
“Archi sensuelle“
Virginie Stolz
durée : 5’30
musique : Express Yourself
Madonna
habillage sonore :
Baptiste Mauheran
un rythme croissants. Chaque lieu
est animé, fluide et polymorphe.
Il s'éveille en fonction des actions,
des déplacements et du temps qui
s'écoule. Les formes géométriques
sont des symboles en constante
métamorphose qui construisent
avec la foule une chorégraphie du
quotidien. La caméra combine
le regard curieux du passant et
la vue subjective et complice
de l'acteur engagé dans
ces migrations quotidiennes.
“Au bord de l’eau”
Nathalie Routin
Julien David
“Un Noël chez les Lambert“
Une famille se retrouve à Noël
pour le repas du réveillon.
images fixes
durée : 4' 40
musique : Mali Music
d'Afel Bocoum, Damon Albarn,
Toumani Diabaté and Friends, EMI
images fixes
durée : 5’40
musique : Tryptich Part III,
quartemass, David Shea
voix : Philippe Mondon
Un personnage solitaire découvre
un autre monde dans le reflet
de l’eau.
images fixes
durée : 5’
montage : Nicolas David
son : Damien Philipidhis
musique : Olivier Bazin
Virginie Stolz / Archi sensuelle
Julien David / Un Noël chez les Lambert
François Benedetti / La souricière
Christian Jacquemin / Scènes de Seine
Nathalie Routin / Au bord de l’eau
Thu Trinh-Bouvier / Toupies
Julien David
2, passage Brady 75010 Paris
tél. : 01.42.49.32.98 / 06.70.70.70.15
courriel : [email protected]
02
Virginie Stolz
étudiant à l’Ensad
01
35, rue Godot-de-Mauroy 75009 Paris
tél. : 01.40.17.04.46
00
***
99
98
02
97
00
Bac L
99
AII
96
étudiante à l’Ensad
01
DNAP, Institut des arts visuels, Orléans
98
François Benedetti
97
47, boulevard Mortier 75020 Paris
tél. : 01.40.30.31 / 06.19.97.87.29
96
2e année d’architecture à l’EAPV
BTS architecture à l’ENSAAMA,
Olivier-de-Serre
Bac technologique
03
02
étudiant à l’Ensad
01
00
Thu Trinh-Bouvier
99
81, rue des Vignoles 75020 Paris
tél. : 01.43.38.06.88 / 06.07.85.47.55
98
97
Atelier Met de Penninghen
03
Bac L3
02
96
étudiant à l’Ensad
01
00
Maitrise de sociologie
99
98
Christian Jacquemin
5, allée des Tilleuls 91130 Montlhéry
tél. : 06.73.93.05.35
03
02
étudiant à l’Ensad
professeur en informatique à Paris XI
01
Nathalie Routin
00
47, avenue du Général-Bizot 75012 Paris
tél. : 01.60.78.82.13
99
03
98
02
97
96
maître de conférence à l’IUT de Nantes
étudiante à l’Ensad
00
95
99
94
98
93
Atelier de Sèvres
97
92
91
01
Thèse en informatique
96
Deug de droit
95
94
Bac E
93
ESPACE
[Post-diplôme]
A.R.I
IMAGE
(Atelier de recherches interactives)
Interactive Research Workshop (ARI)
Organized in partnership with the Paris VIII University (Arts Training & Research Department, postgraduate certificate in contemporary arts
and imagery), the research and experimental productions of this workshop explore the universe of audiovisual interactive objects: artistic
installations, museum installations, live arts systems, web sites, CD-ROMs, DVDs, games, interface design, etc.
Innovative and experimental work forms, methods and instruments, both artistically and technologically speaking, constitute the themes
used to structure the works.
Ce post-diplôme est organisé en partenariat avec l’université
de Paris-VIII (UFR Arts, DEA Arts des images et art contemporain).
Les recherches et réalisations expérimentales de l’atelier portent
sur les objets interactifs visuels et sonores : installations artistiques
et muséographiques, dispositifs pour le spectacle vivant, sites web,
CD-ROM, DVD, jeux, design d’interfaces, etc.
L’innovation et l’expérimentation, tant artistiques que technologiques, des formes, méthodes et instruments, guident le choix
des thèmes autour desquels s’organisent les travaux.
Jean-Louis Boissier
Jean-François Depelsenaire
Donald Abad
Mi-Hwan Choi
Fabrice Destagnol
Jean-Michel Géridan
Iro Laskari
Camille Le Bris
Sophie Letourneur
Sophie Mandon
Julie Morel
Julien Peissel
Laetitia Sanchez
Delphine Vallois
Marina Bakic
Jérôme Cognet
Félicie d’Estienne d’Orves
Hikaru Fuji
Vénus Nader
Stéphane Perraud
Elilie Pitoiset
Christophe Roger
Annelore Schneider
Enseignants
Session 2002
Session 2003
Jury 2002
Interne : Jean-Louis Boissier,
Jean-François Depelsenaire,
Externe : Douglas Stanley, professeur
en art numérique à l’école des Beaux
Arts d’Aix-en-Provence,
Thierry Coduys, directeur-fondateur
de La Kitchen
Jury 2003
Interne : Jean-Louis Boissier,
Jean-François Depelsenaire,
Henri Foucault
Externe : Douglas Stanley, professeur
en art numérique à l’école des Beaux
Arts d’Aix-en-Provence
mariés.
Installation vidéo-interactive
Programmation avec l’aide
de Michel Davidov
Jean-Michel Géridan
Cette installation tactile évoque
la tradition coréenne du petit trou
que l’on fait à l’aide d’un doigt
mouillé dans la porte tendue
de papier de la chambre des jeunes
Loop[s] peut être appréhendé
comme un instrument : la nature
même de l'objet (un circuit de
course pour automobiles miniatures)
renvoie, mentalement, aux sons
qu'il est susceptible de produire.
Cette production de sons ainsi que
leurs potentielles manipulations
dépendent de l'utilisateur. Au-delà
de la dimension sculpturale de
ce circuit fermé sur lui-même,
l'objet constitue une interface entre
le programme et l'utilisateur.
Loop[s] est tout à la fois
un séquenceur agençant des sons
et un sampler recueillant
les informations sonores de
l'environnement.
La difficulté de jouer simultanément,
avec le même dispositif,
d'un instrument de musique et
d'un jeu de voitures fait de Loop[s]
un objet d'improvisation, avec tout
ce que celle-ci peut comporter :
erreurs, longueurs, répétitions.
Un "Replay" diffusé sur un écran
confèrera à notre joueur
une éphémère notoriété.
Camille Le Bris
Il s'agit de mettre en forme
une série de contacts. On tourne
autour d’un faux lit dans une salle
obscure, en cherchant à savoir
quel est ce corps endormi. Rien ne
signale que ce personnage n'attend
en fait qu'une chose : un contact
pour enfin se mouvoir. On peut
donc rester à contempler ce corps
inerte ou bien découvrir que le
contact de sa main avec la surface
du lit entraîne des réactions.
Le corps se meut doucement et
révèle alors une série de boucles
d'images ; il se secoue légèrement,
bouge une main, explore les limites
d'une surface qui lui semble
imposée. L’intervention de la main
entraîne une manifestation, elle
«dit» quand et où cela doit se
passer. Elle devient outil d'envoi,
d'échange. Là où le spectateur
se trouvait dominant, le corps
lui renvoie à son tour une petite
«domination» par les sons qu'elle
émet, celle de sa propre émotion.
Julie Morel
Le dispositif consiste en un couloir
où est projeté le film La Machine
à remonter le temps (1960),
de George Pal d'après H.G. Wells.
Les mouvements du visiteur,
une personne à la fois, vont jouer
le rôle de tête de lecture du film :
-lorsqu’elle entre, le film s'enclenche
en marche arrière accélérée
-quand elle avance en direction
de l’écran, elle influe sur la lecture
(marche arrière ralentie puis point
mort, puis de marche avant ralentie
jusqu’à marche avant rapide
- lorsqu’elle ressort, le film se fige
jusqu'à ce qu'un nouveau
spectateur entre.
TimeMachine remet en cause
et altère les idées préconçues
d’un spectateur face à un film
projeté.
Dans TimeMachine, le spectateur
n’est plus spectateur passif et
immobile de la salle de cinéma,
il est instrumentalisé, il devient
la tête de lecture de la projection...
Ce dispositif est un outil
de production de vidéo interactive.
L’interface du dispositif est
un microphone, composant usuel
du karaoké. L’interactivité
de l’œuvre se traduit par
la reconnaissance de la source
sonore, la voix du spectateur,
qui se traduit sous forme d’images
en temps réel. L’écran présente
d’une part, les mains d’un pianiste
qui accompagne le chant, et
de l’autre, la traduction physique
de la voix par un graphique.
Ce projet, qui s’inspire de Thomas
l’obscur de M. Blanchot, est
l’histoire d’un homme
(le spectateur X) qui naît et meurt.
X entre dans une pièce silencieuse.
Grâce à l’immobilisation de
la machine, le spectateur peut
saisir une image tangible.
Un bruit sourd monte
en s’amplifiant à mesure que
le capteur saisit le frémissement
du mouvement du point rouge
sur le moniteur. Si X continue de
fixer le moniteur-caméra, la caméra
zoome automatiquement,
découvrant une série de détails
jusqu’alors invisibles. L’image
devient nette, puis l’extension
de la visibilité atteint son point
de saturation. L’objectif continue
de zoomer, jusqu’à finir par perdre
complètement la mise au point.
X ne distingue plus que la masse
floue. Cette “vision“ de l’absence
de contours progresse seulement
si X maintient sur l’écran un regard
fixe ; l’obscurité inonde l’image.
Puis X perçoit l’écran noir, mis à
part le point rouge du laser qui
reste à vibrer sur l’écran.
Ce frémissement correspond au
mouvement du corps de X ; le son,
sourd, en amplifie la présence
physique. À l’horizon apparaît
la cause de l’apparition et
de la disparition de l’image. X, né
à l’image avec celle-ci, y meurt
à ses côtés.
d’un appartement vu d’au-dessus,
soit une page web commercial
montrant les logos correspondant
aux meubles de la première
représentation. L’utilisateur peut
naviguer d’un bâtiment à l’autre
et descendre les étages. Il a
la possibilité de créer son propre
appartement, en faisant glisser
(drag and drop) des objets textuels.
“La porte”
“Loop[s] : Installation interactive musicale et vidéo avec jeu
de voitures, 2002”
“Voulez-vous… ?”
“Karaoke-Variations”
Annelore
Schneider Hikaru Fuji
“TimeMachine”
“Cité probable”
“ville-chantier”
Mi-Hwan
Choi
Donald
Abad
visuelle et sonore, jusqu'à
s'en prendre "plein la gueule".
Les visiteurs de l'exposition
deviennent alors le public
d'un ring où s'épuise un spectateurjoueur-boxeur solitaire.
Marina
Bakic
“De l’effort : une agression
visuelle et sonore”
son opposant [ralentissement
puis disparition de l'image vidéo,
assourdissement du son].
Par contre, toute passivité
du joueur engendrera
un déchaînement de violence
En s'équipant de gants et
de lunettes, le visiteur volontaire
s'engage dans un duel -faussementvirtuel avec un boxeur.
Plus le joueur donne de coups,
plus il repousse symboliquement
Le visiteur munit d’un trackball
se trouve face à la maquette d’un
quartier. Une image est
projetée sur l’un des toits.
Elle représente soit l’intérieur
Donald Abad / De l’effort : une agression visuelle et sonore
Mi-Hwan Choi / La porte
Jean-Michel Géridan / “Loop[s] : Installation interactive musicale et vidéo avec jeu de voitures, 2002”
Z
R
A
Marina Bakic / Karaoke-Variations
U
Julie Morel / Time Machine
Camille Le Bris / Voulez-vous…?
Hikaru Fuji / Cité probable
Annelore Schneider / Ville-chantier
Donald Abad
52, rue de Maubeuge 75009 Paris
tél. : 01.42.80.12.88
courriel : [email protected]
Mi-Hwan Choi
45, bd Soult 75012 Paris
tél. : 01.43.42.90.65
courriel : [email protected]
02
01
00
étudiant à l’Ensad
02
01
étudiante à l’Ensad
99
00
98
97
96
Atelier Clouet
99
Bac L3
98
DNAP, école des Beaux-Arts de Bourges
ARI
97
Jean-Michel Géridan
10, rue de Chantilly 93200 Saint-Denis
tél. : 06.75.44.33.20.
02
Camille Le Bris
01
13, rue Esclandon 75018 Paris
tél. : 01.42.55.62.31
00
99
02
étudiante à l’Ensad
01
00
99
98
97
voyage en Amérique latine
96
96
95
94
93
Atelier Clouet
91
Atelier Clouet
Julie Morel
Atelier Clouet
88, rue Saint-Louis-en-l’Ile 75004 Paris
tél. : 06.83.42.37.07
courriel : [email protected]
Bac F12
Marina Bakic
10, rue de Chantilly 93200 Saint-Denis
tél. : 06.79.09.73.33
Bac L
03
Bac
option multimédia
Licence arts plastiques,
Atelier Clouet
02
***
Université de Pusan, Corée
Licence en peinture artistique
92
étudiante à l’Ensad
98
97
étudiant à l’Ensad
96
étudiante à l’Ensad
01
étudiante à l’Ensad
***
00
99
DNSEP Ensba
98
02
97
01
00
DNAP maîtrise d’arts plastiques
99
98
97
Bac
Hikaru Fuji
60, avenue Daumesnil 75012 Paris
tél. : 01.43.07.56.34/06.64.71.09.93
courriel : [email protected]
Annelore Schneider
9, rue de Bellevue
2206 Les Genereys sur Coffrane, Suisse
tél. : 032 857 15 64
03
étudiante à l’Ensad
00
01
école supérieure des Beaux-Arts
de Genève
99
98
97
02
01
02
00
03
Bac
99
étudiant à l’Ensad
96
Clouet
Institute of artAtelier
&design,
UCE Birmingham
Dnap, section arts et média, Enbal Lyon
99
ESPACE
[Post-diplôme]
IMAGE
Édition-presse
Publishing/press
The objective of this post-graduate diploma is to explore the perspectives and possibilities offered by the publishing sector. Its chosen field
of application is the creation of multiples.
Ce post-diplôme s’est donné comme objectif d’études la pratique
éditoriale pour en dégager les perspectives, notamment dans
son champ d’application privilégié, la création de multiples.
Jury 2002
Jean Lagarrigue
Margo Rouard Snowman
Claire Balay
Laure Boudet
Catherine Guiral de Trenqualye
Chi-Wai Ng
Lara Sabatier
Janine Schlimpert
Suzana Bricelj
Claire Faye
Géraldine Garçon
Paula Jimenez
Kyu-Dong Kim
Sarah Letouzey
Hyun-Chul Park
Noémie Revah
Séverine Sayn
Clémence Urbain
Enseignants
Session 2002
Session 2003
Interne : Louis Briat, Jean Lagarrigue,
Philippe Millot
Margo Rouard Snowman
Externe : Dominique Doan, directeur
artistique à l’agence Textuel,
Anne Mattler, graphiste à Libération,
Patrick Lebescont, éditeur, Éditions
Filigranes
Jury 2003
Interne : Louis Briat, Philippe Caron,
Jean Lagarrigue,
Margo Rouard Snowman
Externe :Yvan Halagbe, Éditions
Fremok, Antoine Robaglia, agence
Bulnes et Robaglia
“Das Unheimliche”
Paula Jimenez
Janine Schlimpert
“People Are Strange When You’re a Stranger”
En 1919, Freud publie
Das Unheimliche (L’Inquiétante
étrangeté), texte de recherche sur
une certaine émotion, un sentiment,
un état d’âme… L’inventeur
de la psychanalyse récupère
dans cette notion quelque chose
du fantasmatique qui peut
se présenter à des degrés divers
selon les personnes mais conserve
une même menace intrinsèque.
Freud nous offre un texte fortement
imagé où il est difficile de ne pas
retrouver son propre roman.
L’auteur met au premier plan
le caractère voilé et ambivalent
de l’étrange et de l’inquiétant.
Ici, ailleurs…
La tête à Paris, le cœur à Berlin,
à moins que ce ne soit l’inverse?
Perte ou addition de racines?
S’intégrer ou observer? Jouer
sur tous les tableaux, être tout
à la fois «in» et «out». Cette série
de cahiers, d’apparence scolaire
mais d’une infinie subtilité,
raconte une drôle d’aventure.
Celle d’une étudiante allemande,
laquelle, au fil du temps, compose
en images et en mots, un étrange
et spirituel carnet de route
en plusieurs volets et aux titres
évocateurs : Ecoutez!/ Sois
mon ami!/Fashion Victims?/ Living
in a box/Terminus/Manger
comme Dieu en France…
Un portrait en creux fourmillant
d’aspérités.
J’ai donc voulu développer
une recherche théorique et
iconographique autour du concept
d’Unheimliche. Cette démarche a
impliqué une étude des principaux
axes travaillés par Freud dans
L’Inquiétante étrangeté, ainsi
qu’autour des possibilités
de représentation esthétique
qu’elles peuvent susciter.
En utilisant le photomontage, il a
été question d’un travail de mise en
scène de l’oubli, de photographies
réarticulées puis retravaillées qui
appellent à des territoires
inconscients et archaïques touchant
l’obscur et angoissant analysé
par Freud.
Le fait de retrouver ce texte m’a
permis de réinterroger mon propre
travail, l’ouvrant à de nouvelles
perspectives. Cette sublime
production est venue éclairer et
enrichir ma démarche artistique, où
les questions du suspens, du vide,
de l’intervalle, des oppositions
étaient déjà questionnées.
Le photomontage, comme
une façon de raconter et d’illustrer,
m’a permis de transmettre
des situations en soi
dialectiquement opposées.
Anna Janine Schlimpert / People Are Strange When You’re a Stranger
“fashion victim”
Paula Jimenez / Das Unheimliche (L’inquiétante étrangeté)
“l’étrangement inquiétant serait quelque
chose qui aurait dû rester dans l’ombre
et qui en est sorti.”
(…)
(…)
“et il se réfère à ce propos à l’impression que produisent des personnages de cire, des poupées artificielles et
des automates. Il met sur le même plan l’étrangement inquiétant provoqué par la crise épileptique ou les manifestations
de la folie, parce qu’elles éveillent chez leur spectateur les pressentiments de processus automatiques -mécaniques-,
qui se cachent peut-être derrière l’image habituelle que nous nous faison d’un être animé…”
(…)
“Manger comme Dieu en France”
“Living in a Box”
(…)
“Terminus”
“Sois mon ami!”
“…Notre biologie n’a pu encore
décider si la mort est la destinée
nécessaire de tout être vivant ou
bien si elle n’est qu’un accident
régulier, mais peut-être évitable,
à l’intérieur de la vie.”
“Notre biologie n’a pu
encore décider si la mort
est la destinée nécessaire
de tout être vivant ou
bien si elle n’est qu’un
accident régulier, mais
peut-être évitable,
à l’intérieur de la vie.”
(…)
Janine Schlimpert
12, rue Bouret 75019 Paris
tél. : 01.53.72.97.40
courriel : [email protected]
Édition-presse
02
étudiante à l’Ensad
01
00
99
Université Bauhaus de Weimar,
communication visuelle
98
97
96
95
94
Paula Jimenez
37, boulevard Saint-Michel 75005 Paris
tél. : 01.44.27.02.26
courriel : [email protected]
03
étudiante à l’Ensad
02
01
00
99
maîtrise en psychologie clinique
et psychopathologique
Université René-Descartes, Paris-V
98
97
96
95
94
93
diplôme de psychologie-clinicienne
92 Université Diego Portales de Santiago, Chili
91
90
89
88
87
86
études en arts plastiques
École des beaux-arts de Viña del Mar, Chili
University of Missouri, photographie
Bac, Allemagne
105
ESPACE
[Post-diplôme]
IMAGE
Mobilier
Furniture
The purpose of this post-graduate course is to broaden students’ fields of experimentation, and develop their plastic arts skills and critical
analysis by means of a one-year production project or a two-year research project.
Participants will be expected to acquire a veritable plastics arts and technical culture, open to the outside world, and they should be capable
of probing established credos. Students will have to grapple with materials and prototypes, reflect on the utilization and optimisation
of new technologies (numerically-controlled devices in particular) and explore new ways to manufacture furniture, involving all parties
concerned.This will involve experimenting with all the basic operations (surface condition, cut-outs, structures).The workshop will focus
on a concrete case and the completion of full-scale models or prototypes (wood, metal, upholstery, synthetic resin).The purpose of this open
approach is multifold: forge a better understanding of how the materials can be used; develop new concepts surpassing that of style; encourage
probing reflection and researching on the “once-off production-run part” by reuniting designers and manufacturers; explore 3-D weaving;
explore interactivity as applied to the “intelligent-house” concept.
The workshop enjoys funding from Codifa (Committee for the Development of French Furniture Industries) and Via (Committee for
Innovation in Furniture).
Ce post-diplôme permet à l’étudiant d’élargir ses champs d’expérimentation,
de développer ses qualités de plasticien et son analyse critique dans un projet
de production (un an) ou de recherche (deux ans).
L’étudiant doit acquérir une véritable culture plastique et technique, ouverte sur
le monde et faire preuve d’un souci de prospection. Il est amené à se confronter
aux matériaux et aux prototypes, à mener une réflexion sur l’utilisation et l’optimisation
des nouvelles technologies -les machines à commandes numériques, en particulierde la recherche à la fabrication de mobilier, avec l’implication de tous les acteurs. Il
expérimente un ensemble d’opérations basiques (états de surface, découpes, structures).
L'atelier propose un travail sur cas concret et la fabrication de prototypes ou
de maquettes à échelle grandeur nature (bois, métal, tapisserie, résine de synthèse).
Cette approche ouverte permet de mieux comprendre la mise en œuvre des matériaux,
de développer de nouveaux concepts au-delà du style, de favoriser réflexions et recherches
autour de la notion de «pièce unique en série» en regroupant créateurs et fabricants,
d’aborder le tissage en trois dimensions, l’interactivité des objets dans l’habitat.
L'atelier est soutenu par le Codifa (Comité de développement des industries françaises
de l'ameublement) et le Via (Comité de valorisation de l'innovation dans l'ameublement).
Patrick Blot
Jean-Claude Maugirard
Patrick Renaud
Enseignants
Myriam Akl
Mélodie Baschet
Saleem Bhatri
Raphaële Carlier
Eric Desprée de Gésincourt
Clémentine Hayaux du Tilly
Qiong-Er Jiang
Julia Kerjean
Romain Lesage
Katalin Mathé
Caline Morcos
Ariza Palacios
Barbara Peikert
Session 2002
Till Breitfuss
Thierry Brohm
Maeva Chardon
Wonjin Choi
Dukmi Chun
Étienne Eczet
Qiong-Er Jiang
Stéphane Lanez
Stéphane Rivoal
Session 2003
Jury 2002
Interne : Patrick Blot,
Jean-Claude Maugirard, Patrick Renaud
Externe : Didier Krentowski, Kreo,
Isabelle de Ponfilly,Vitra,
Eric Verkant, Anvar
Jury 2003
Interne : Patrick Renaud
Externe : Michel Roset, directeur
général de Ligne Roset, Eric Verkant,
Anvar, Isabelle de Ponfilly,Vitra France
Saleem Bhatri
“Table À”
Étienne Eczet
Dukmi Chun
Maeva Chardon
“Une stèle”
Conçue autour d’un matériau
unique en plaques la Table À
confond véritablement sa structure
avec sa plastique. D’expression
simple et limpide, elle n’en est
pas moins sophistiquée dans
son assemblage, faisant appel
à un grand sens de la précision.
“À table”
Romain Lesage
Mélodie Baschet
et Julia Kerjean
“Bibliothèque arbre”
“Bandes de meubles et
meubles en bandes”
“Tcube”
“Étagères”
Stefan Lanez
Étagère Ying/Yang inspirée par la construction des temples asiatiques : elle joue avec
les proportions, les rythmes, les couleurs;
les traitements de surface marient le sablage, la teinte et la laque sur bois pour produire une image à la fois contrastée et
douce.
Clémentine
Hayaux du Tilly
et Qiong-Er Jiang
“Bibliothèque Xiwang”
“Goapots ”
Raphaële Carlier
Myriam Akl
“Système d’étagères combinatoires”
Technique d’imprégnation du feutre
avec de la résine
Table en plastique transparent
et coloré dont la structure
thermoformée est composée
de deux pièces essentielles et
d’une troisième servant de rallonge.
Cette structure rigidifie le plateau.
Le projet est déclinable en tables
de différents formats et en étagères.
Mélodie Baschet et Julia Kerjean / Goapots
Saleem Bhatri / Étagères
Raphaële Carlier et Qiong-Er Jiang / Bibliothèque Xiwang
Maeva Chardon / Tcube
Romain Lesage / Bandes de meubles et meubles en bandes
Étienne Eczet / Table A
Dukmi Chun / Une stèle
Myriam Akl / Système d’étagères combinatoires
Clémentine Hayaux du Tilly / Bibliothèque arbre
Stefan Lanez / À table
Post-diplôme Mobilier
Myriam Akl
28, rue le Marois 75016 Paris
tél. : 06.85.10.29.82
courriel : [email protected]
02
Mélodie Baschet
étudiante
à l’Ensad
étudiante
à l’Ensad
116, rue de Lagny 93100 Montreuil
tél. : 06.61.24.92.82
courriel : [email protected]
Diplôme
d’architecture
option
Diplôme
designer d’intérieure,
de l’environnement
design, Alba, Beyrouth
Saleem Bhatri
02
B-208, Raj Kiran Apartments
off Yari Road, Versova
Andheri (West) Mumbai 400061 Inde
tél. : 00.91.98209.70414
Julia Kerjean
3, rue de la Réunion 75002 Paris
tél. : 06.74.99.44.47
courriel : [email protected]
01
00
étudiante
à l’Ensad
étudiante
à l’Ensad
99
02
02
98
étudiante
à l’Ensad
étudiant
à l’Ensad
01
00
97
Bac F12, arts appliqués
diplôme d’architecture,
Academy of
Architecture, Bombay, Inde
96
École
supérieure
d’art
appliqué
Duperré
École
supérieure
d’art
appliqué
Duperré
01
L arts
plastiques
BacBac
L arts
plastiques
00
étudiante
à l’Ensad
étudiante
à l’Ensad
99
98
97
Raphaële Carlier
38, rue de Belleville 75020 Paris
tél. : 01.40.33.94.92
courriel : [email protected]
96
95
02
Clémentine Hayaux du Tilly
01
53, rue de Belleville 75019 Paris
tél. : 06.10.31.55.15
00
étudiante
à l’Ensad
étudiante
à l’Ensad
01
98
97
96
Atelier
Sèvres
Atelier
de de
Sèvres
00
Biologie
BacBac
Biologie
99
21, bis rue du Clos-Feuqières 75015 Paris
tél. : 06.20.17.21.40
étudiante
à l’Ensad
à l’Ensad
étudiante
étudiante
à l’Ensad
étudiante
à l’Ensad
Deug
plastiques,
Paris
Deug
artsarts
plastiques,
Paris
VIIIVIII
02
01
98
école
Boulle,
spécialité
sculpture
école
Boulle,
spécialité
sculpture
sursur
boisbois
étudiant
à l’Ensad
étudiant
à l’Ensad
00
Dukmi Chun
99
12, rue des Feuillantines 75005 Paris
tél. 06.80.96.02.61
98
97
03
F12,
appliqués
BacBac
F12,
artsarts
appliqués
Romain Lesage
02
99
esthétique
industrielle,
Ensaama
BTSBTS
esthétique
industrielle,
Ensaama
design
industriel
à l’Ensaama
BTSBTS
design
industriel
à l’Ensaama
appliqués,
option
verrerie
cristallerie
BT BT
artsarts
appliqués,
option
verrerie
cristallerie
étudiant
à l’Ensad
étudiante
à l’Ensad
Maeva Chardon
02
30, allée des Peupliers 94480 Ablon-sur-Seine
courriel : [email protected]
Institut
d’arts
visuels
d’Orléans
Institut
d’arts
visuels
d’Orléans
Étienne Eczet
75, rue de la Révolution 93100 Montreuil
tél. : 01.48.57.48.25
03
Stefan Lanez
24, rue Nollet 75017 Paris
tél. : 06.16.80.37.58
courriel : [email protected]
02
étudiante
à l’Ensad
étudiante
à l’Ensad
01
03
00
02
architecture
intérieure
BTSBTS
architecture
intérieure
01
étudiant
à l’Ensad
étudiant
à l’Ensad
03
00
02
01
étudiant
à l’Ensad
étudiant
à l’Ensad
99
98
00
97
99
98
97
école Atelier
des Beaux-Arts
de Sèvresde Toulouse
ArtsL plastiques
Bac LBac
Toulouse
école
Beaux-Arts
Toulouse
école
desdes
Beaux-Arts
de de
plastiques
L Arts
plastiques
BacBac
L Arts
111
Projets
de fin d’études /Final Project
mémoires /Dissertation
Grands Projets 2002
projets de post-diplôme /Post Graduate
Animation
Laurent Beaugé
Frédéric Borralho
Aymeric Bourgain
Emmanuel Cerdan
Gilles Chapalain
Aurore Grillot
Rébécca Le Beuf
Patrick Morin
Safia Ouarès
Nathalie Routin
Agathe Servouze
Elodie Tymowski
Astrid Walter
Julien Widmer
Architecture intérieure
Romain Brenas
Dominique Chan
Maeva Chardon
Li Dong Cui
Anne Fourquet
Adourd Giafferi
Xavier Mangin
Lydie Martin
Gwladis Parra
Fabrice Seechurn
Bénédicte Vincent
Art-espace
Ayman Baalbaki
Claudia hageli
Vyen Le Minhj
Joan Yip
Communication visuelle
Lamia Abbas-Terkui
Flavie Bono
Aurélie Castex
François Cocheau
Héloïse Condroyer
Félicie d’Estienne d’Orves
Agathe Delecourt
Marina Delfranc
Gwendoline Descamps
Déborah Di Fiore
Camille Fontaine
Hikaru Fujii
Rémi Jamin
Claire Laude
Stéphane Perraud
Jean-Philippe Rieutort
Christophe Roger
Julie Rubio
Audrey Sednaoui
Emmanuelle Soulas
Krystof Sukiennik
Audrey Tamic
Nicolas Van Pradelles
Sou-Yeon Yu
Design industriel
Mathieu Boimare
Fériel Bouchrara
Mathias Cathebras
Emeline Courbot
Alice Gavalet
Aurélie Jacquin
Marion Lamarque
Michel Vieira da Silva ?
Gravure
Henri Aublet
Géraldine Choux
Guillemette Coutelier
Géraldine Garçon
Anne-Claire Onillon
Grégory Pommier
Anne Strender
Clémence Urbain
Illustration
Vanessa Albicocco
Aurélie Blanz
Aude Choimet
Magali Cortijo
Anne Curis
Claire de Gastold
Marie de Grossouvre
Clément Devaux
Annabelle Le Pabic
Patrice Lesot
Adrien Leterrier
Sarah Letouzey
Aurélie Sartres
Anne-Lise Swalb
Audrey Accard
Mobilier
Eva Bertran de Balanda
Arnaud Boueilh
Thierry Brohm
Étienne Eczet
Stephan Lanez
Charlie Mamie
Muriel Posson
Photo
Florence de Laguiche-Le Roux
Sylvain Gouraud
Gyu-Hyeon Jeong
Florence Joubert
Martina Kimmerle
Soon-Young Lee
Steven Mouran
Patricia Martin
Scénographie
Alexis Bertrand
Magali Blot
Leslie Garcias
Baptiste Magis
Anna Martchenko
Mathilde Meignan
Adèle Ogier
Claire Pasquier
Lise Perot
Aude Royet
Textile
Lauriane Beaunier
Elodie Brunet
Christel Charbonnel
Véronique Loeber
Emilie Mondie
Hélène Rose
Perrine Rousseau
Vêtement
Marie Bertrand
Isabelle Lintignat
Magali Pacalin
Marie Rousseau
Nathalie Wagner
Vidéo
Maud Alessandrini
Céline Bokobza
Jérôme Cognet
Joseph Créac’h
Tossé Riesser
Bérangère Valognes
Marie-Aël Verrier
Hsin-Ying Wang
Grands Projets 2003
Animation
Guillaume Aventurin/Le lézard
Fabien Bedouel/Mort-Homme
Sandrine Bonini/Les jolies poulettes and the Funky Chiken, vol. 1
Gabrielle Cariolle/La nature a horreur du vide
Mathieu Croset/Nanos
Louis De la Taille/Voyage à deux
Jeanne Paturle/Les jolies poulettes and the Funky Chiken, vol. 7
Mathilde Philippon/Ascio
Denis Rousseau/Little Road Movie
Cécile Rousset/Les jolies poulettes and the Funky Chiken, vol. 10
Colombe Salvaresi/Les jolies poulettes and the Funky Chiken, vol. 11
Émmanuelle Thieu/Budra et le vent
Architecture intérieure
Joanna Andréassian/Architecture mobile,Architecture de la dent creuse, Fenêtre
sur la ville
Étienne Clausse/La vie à fleur d’eau
Juliette Coujard/Réhabilitation et transformation de la Havane
Armelle Fouilleul/Théâtralité du mode de vie, la Mobilité, la Stabilité
Émilie Guillon/Théâtralité du mode de vie, Mobilité, la Stabilité
Jina Kwon/Théâtralité du mode de vie, reconstruction d’une galerie sur la terre
perdue
Delphine Salle/Théâtralité du mode de vie, Mobilité, Dent creuse
Gabriel Santini/Approche-contournement
Art espace
Jin-Yee Choi/Sculpture habitable
Carole Douchy/Réaménagement autour de la gare de l’Est
Ji-Hyun/Sculpture habitable «MUN»
Imtiaj Islam Shoag/L’œuvre d’art et l’architecture
Jing Ru Jia/Sculpture habitable
Renaud Kaeppelin/Sculpture habitable
Maxence Le Borgne/Réaménagement du square des Récollets
Aurélie Lemille/ Vision des pleins et des vides dans la sculpture habitable
Alexandre Richard/Un filet comme un organe
Communication visuelle
Lamia Abbas-Terki/Citoyens du monde
Marion Andrieux/Immigrés/émigrés, portraits
Vadim Bernard/Par[cours]
Jean-Baptiste Berthezène/Mais que pensent-ils ?
Arnaud Bodaire/Port de Brest
Virginie Boix/Vanité autour de l’œuvre de George Pérec, «Un Homme qui dort»
Éve-Marie Bousquet/D’Asques et d’ailleurs
Éric Bricka/Un regard actif
Alice Bucaille/Visite de la ville de Paris à travers la couleur rose
Laurence Chène/Création du site de Boris Charmatz pour le projet «Bocal»
Vincent Ciccone/Regards croisés latitude - 48° 50’ longitude 2° 20’
Delphine Cordier/Travail sur les idéogrammes chinois - Interprétation
Félix Demargne/Histoire-histoire
Sandra Derichs/«Bidonko», revue d’art contemporain malien
Sandrine Doré/Un livre à explorer le temps
Virginie Douay/La féérie
Stéphane Elbaz/Idem éclat
Aurélie Gasche/Mnésie : mère et mémoire
Anna Graf/Souvenirs de Paris – Cartes postales vidéo interactives
Claire Huberdeau/Parcours déambulatoire de Paris-Topique
Franck Kaufmann/Bonjour voisin
Laurence Maigret/Un regard actif
Élise Mougin/Processus de lutte contre la banalité
Yelka Orlic/Paris : jardins, un livre dont vous êtes le héros
Aiko Hoshima/Regards croisés – latitude 48° 50’ longitude 2° 20’
Aude Picault/Livre/page interactive
Gabriel Pistre/D’Asques et d’ailleurs
Gaëlle Richard/Visage de danse africaine
Julien Tande/Camille
Anita Wiener/Boutey
Design industriel
Mathieu Bernard/Les handicapés et le loisir nautique
Cécile Echard/Photographies numériques et transmission de la mémoire en
milieu domestique
Anna-Eva Geffroy/City Bag
Paule Guérin/Aménagement des chambres du pavillon Curie de la Cité
internationale universitaire de Paris
Anne Lebecel/Cuire, présenter et conserver des préparations alimentaires
Damienne Lulic/Ustensiles de repas pour enfants
Ambroise Maggiar/L’abribus, mobilier urbain et services
Brice Tual/Salle d’eau modulable/évolutive
Gravure
Marie Beyou/Portraits
Marie-Claire Corbel/Images du quotidien : affiches sérigraphiées, gravure, livres
Damien Daufresne/Ulysse
Raphaëlle Hayot/Scènes de jardin martiniquais. Papiers coupés encollés
Chimène Henriquez/Trois voisins de ville : Hong-Kong, Barcelone et Paris
Lise Juel/Ventre
Hélène Locu/Attente, voyage, mouvement
Olivier Moriette/Série de voyages recomposés (sérigraphie, gravures, peintures)
Simon Sainte-Marie-Gauthie/Un arbre, un animal, quelqu’un
Illustration
Virginie Bazot/Les Rougon-Macquart (soit un journal sur Zola)
Mélanie Berger/Envelopper, enfuir, forger, jaillir, séparer : récits de naissance
Aude Choimet/Poésie de cave
Séverine Cordier/Rome et moi
Aurélie Delmotte/Voyager entre les parallèles
Fabrice Dupuy/Dissidence : une BD autour de mon grand-père du Maroc
de la fin des années 20
Angélique Ethuin/Les Loges de la transformation – Dessins de reportage
dans les loges
Guillaume Fioleau/ Voyage en Cochinchine – Carnet de bord d’un soldat
de l’infanterie de marine
Sarah Fouquet/Dessins de reportage sur le tournage d’un film
Margueritte Hervouet/L’arche de Noé
Charlotte Labaronne/Truc (histoire sous forme d’album)
Fabrice Lacaze/Livre illustré pour Saïgon
Damien Laverdunt/Voyage au fil du vent (histoire des Tziganes)
Gabriel Léger/Ma Russie
Sandrine Martin/Je suis verticale
Steven Mouran/Les passagers
Manon Nouailhac/Le soleil a rendez-vous avec la lune – Super génial à faire
soi-même
Delphine Penot/Ballade à Brassens (mise en scène de quelques chansons)
Alexandra Poliakova-Lemonnier/Un million de poissons rouges
Hélène Rajkak/46 extraits de l’aberrant Mahâbhârata
Florence richard/Fausse fin de ville
Pascaline Surre/Paroles d’enfants
Mobilier
Olivier Chène/Eléments de rangement et plans de travail pour cuisiner
Cécile Coumoul/Rangements modulaires «Kyu»
Pierre Favresse/Blue Sky
Bastien Foissier/Meuble à composer soi-même
Marie-Pierre Lechaux/S’habiller pour se faire beau (le miroir de Monsieur «elle»)
Olivier Reig/Petite table basse de travail
Stéphanie Santène/Paroles d’enfants
Photo
Céline Canard/Les sourds muets et la langue des signes
Johanna de Clisson/Barocco : Paris original remix
Sébastien Fagès/Portraits en mouvement, instantanés de vie
Olivia Frémineau/Étant donné un mur, que se passe-t-il derrière ?
Aurélie Lefèbvre/L’Intimité, le portrait
Élisabeth Pauthier/J’ai embrassé ta photo
Scénographie
Virginie Destiné/L’Escargot entêté (Rachid Boudjedra)
Monika Dudzik/Les Contes de la rue Broca
Maxime Dupetitmagneux/Le Voyage en Orient
Laura Gozlan/La Machine molle (William. S. Burroughs)
Jonathan Lemerer/La Distance de la lune (Italo Calvino)
Pauline Phelouzat/L’Enfant criminel (Jean Genet)
Benoît Prèteseille/Histoire de mélodie Nelson (Serge Gainsbourg)
Lisa Ternon/L’Herbe rouge (Boris Vian)
Raphaël Thibault/Le Crime de S. Karuma (Abe Kobo)
Laureline Uzel/La Ferme des animaux (George Orwell)
Vêtement
Cécile Blindermann/Vêtement camouflage, laisser-aller
Charlotte Bonnet/Fragilité, sensualité, romantisme et couleurs, le vêtement couette
Stéphanie Cailleau/Le vêtement cabane
Carine Montarras/Vêtement camouflage, origami en mouvement
Paul Moreau/No Man’s Land, camouflage
Alice Touvet/Le pilier de bar, double vrille
Sophie Volcker/Camouflage (boîte de nuit), dans l’eau une femme se désire
en branche
Vidéo
Baillargeon Julien/L’éveil (travail de réminiscence du passé)
Thomas Bensimon/L’écriture de soi
Mathieu Decarli/Lieux-dits
Céline Eudier/L’impermanence des choses
Pauline Gruffaz/Mémoire, archivage, collage
Wandrille Leroy/Compte de fait : un film en ellipse
Elise Morin/Film documentaire sur l’urbanisme (Hong-Kong, ville fourmilière)
Tossé Riesser/Ani
Anna-Katharina Scheidegger/Regard sur Berlin/Le souvenir, le présent
Clément Sellin/Aubervilliers (L’Enfance de)
Suzanne Thomas/Les rythmes urbains – L’Orchestre du temps
Kartini Thomas/Film institutionnel : le récit comme outil de la santé publique
Marie-Aël Verrier/L’inquiétate étrangeté
David Watersperger/Télévision (réalité sous contrôle)
Mémoires 2003
Textile
Sabrina Couzinet/La fête foraine
Zsofia Gyénès/Ordre et désordre : le festin avant et après
Laura Kiesgen/La fête : le bal des pompiers
Virginie Mory/La fête inspirée de Toulouse-Lautrec
Emilie Paralitici/La féria
Sarah Prier/La fête : les fêtes balinaises
Estelle Tachet/Le carnaval de Venise
Animation
Guillaume Aventurin/William Blake et la Divine Comédie
Fabrice Bat/Rashomon d’Akira Kurosawa
Aymeric Bourgain/Tex Avery : étude de la méthode de création de gags
dans la course-poursuite
Emmanuel Cerdan/Les représentations de l’espace perspective
et leurs comportements en animation
Gilles Chapalain/Les instruments de musique des couleurs
Amélie Graux Le Diberder/La trilogie des appartements
Aurore Grillot/Le fixe dans le cinéma d’animation
Rébecca Le Beuf/Paysage et perception. Etude du paysage dans le cinéma
d’animation
Patrick Morin/Influences majeures dans le film Come Drink With Me
Safia Ouares/Éric de Rondepierre, aux frontières du visible
Agathe Servouze/Approches du cinéma d’animation en volume
Emmanuelle Tiêu/Le théâtre d’ombres chinoises
Élodie Tymowski/La neige
Astrid Walter/Récits de cauchemars
Architecture intérieure
Joanna Andreassian/La maison sur-mesure : l’architecte et son client
Dominique Chan/Revue et corrigé…
Etienne Clausse/Habitabilité du plan libre
Armelle Fouilleul/L’architecture commerciale du parfum et son image de marque
Jina Kwon/Les terrasses d’immeubles – Fonctions et occupations
Baptiste Magis/Des cadres emboîtés dans des cadres
Gwladys Parra/Les cabanes
Delphine Salle/Mise en scène de la lumière dans l’architecture
Art-espace
Ayman Baalbaki/Le cactus dans l’œuvre d’Asim Abu Shaqra
Julia Dasic/Art funéraire, art vivant (l’exemple du cimetière Montparnasse)
Carole Douchy/Le «fragilisme». De la délicatesse dans l’art
Jing Ru Jia/Mouvement naturel
Renaud Kaeppelin/La répétition comme processus artistique
Aurélie Lemille/Le passage du temps
Réka Magyar/Histoires de Budapest
Anna Reznik/Art et projection lumineuse dans la ville
Alexandre Richard/Une histoire de l’analogie
Communication visuelle
Vadim Bernard/Nouveau design d’informations
Jean-Baptiste Barthezene/Réalisation d’images photographiques sans appareil
photo ni négatif
Arnaud Bodaire/Passerelle vers la modernité : une représentation graphique des
ports du XXe siècle
Virginie Boix/Se dire et se montrer, rôle du journal intime
Flavie Bono/Salomé, le mythe de la femme fatale
Joan Bracco/Le reflet de la photographie
Benoît Brien/Chronique du rien
Alice Bucaille/Mrs Bates et cie
Aurélie Castex/Images et codes visuels dans l’univers du luxe
Laurence Chêne/L’objet au cinéma ou ce qui est jeté devant
Vincent Ciccone/De la carte à le frontière de l’art et du graphisme
François Clocheau/Tendances dans les écritures graphiques contemporaines
Héloïse Condroyer/La poétique du mur
Delphine Cordier/Retour aux écritures figuratives
Marina Delranc/L’espace d’un instant
Fabrice Destagnol/Le CD-Rom, un support essentiel dans le monde multimédia
Déborah Di Fiore/Les 4 coins du monde
Alexandre Dimos/Être graphiste aujourd’hui.ABCDaire subjectif
Virginie Douay/La voix off au cinéma
Stéphane Elbaz/La scène démo
Camille Fontaine/Trois héroïnes pour une identité
Hikaru Fuji/A.M. : Différences
Aurélie Gasche/Vivre sans soleil
Sylvain Guily/Le film catastrophe
Rémi Jamin/Le jeu de rôles et ses avatars
Claire Laude /L’utilisation du miroir dans l’art contemporain
Laurence Maigret/La mort au volant
Yelka Orlic/Édition et mise en page : la notion d’échange à l’époque
des avant-gardes
Aiko Oshima/Quel temps va-t-il faire aujourd’hui ? (L’espace de cohabitation
de l’art et du design
Stéphane Perraud/Théâtre et virtuel
Géraldine Pinault/Mode d’emploi : une relation de l’homme à l’objet
Gabriel Pistre/La porte du cinéma
Gaëlle Richard/Aspects du recyclage touristique de l’imaginaire colonial
Jean-Philippe Rieutort/Design des jeux vidéo
Julie Rubio/L’écran, la scène et le corps
Pierre Schnebelen/Légendes
Emmanuelle Soulas/Une page après l’autre
Laurent Stosskopf/Ma biographie des séries télévisées
Krystof Sukiennik/Des planches au mur.Affiches de théâtre et interprétation
graphique
Audrey Tamic/Métaphores de navigation
Sophie Touzet/Graphisme et musées
Jérôme Vogel/La transition dans le multimédia
Design industriel
Mathias Cathebras/L’idéologie de la transparence
Émeline Courbot/Autoconstruction
Alice Gavalet/La peau : objet de désir, objet de douleur
Marion Lamarque/L’intervention des designers dans le domaine de la céramique
Ambroise Maggiar/Les pâtes, de l’aliment à l’objet
Gravure
Marie Beyou/Ma fête
Géraldine Choux/Ivre de voyage
Raphaëlle Hayot/Messieurs et dames de la compagnie
Simon Sainte Marie Gauthie/Explorations sonores
Anne Strenger/Analyse du livre Paris-Londres de Joann Sfar
Illustration
Lilia Andreeva/999 punks
Audrey Accard/Le rôle féminin dans les contes traditionnels
Virginie Bazot/Le couple cheval-chevalier
Mélanie Berger/Geste de révolte
Anne Curis/L’illustration des Contes de Charles Perrault aujourd’hui
Aurélie Delmotte/Du rêve dans l’air
Claire de Gastold/La communication humanitaire
Marguerite Hervouet/La ville de Jacques Demy
Patrice Lesot/Jean-Paul Goude – Rétrospective
Adrien Leterrier/De la terre à la lune
Delphine Penot/Qui dit paysage…
Alexandra Poliakova-Lemonie/L’âme du cheval
Sandrine Martin/Admirables structures de récits absents
Florence Richard/Blancs
Aurélie Sartres/Bic
Anne-Lise Schwalb/Narcisse
Pascaline Surre/Réalisation d’un livre par des enfants de CE1. Un parcours
pédagogique
Mobilier
Thierry Brohm/Portrait d’un créateur d’univers : Enki Bilal
Cécile Coumoul/Les tendanceurs
Pierre Favresse/Intelligence de la matière
Bastien Foissier/Rôle du mobilier sur notre comportement
Christel Gallois/État de siège
Marie-Pierre Lechaux/Le rapport au sol
Charlie Mamie/Ast.Arts-sciences-technologie
Photographie
Johanna de Clisson/La publicité de parfum
Olivia Fremineau/La photo de mode contemporaine
Sylvain Gouraud/La photo et son utilisation dans l’art et la publicité
Gyu-Hyeon Jeong/L’influence d’internet sur le photo-journalisme
Florence Joubert/La distance au sujet en photographie de reportage
Kyu-Dong Kim/Évolution et situations : actuelle du photo reportage
Martina Kimmerle/Un essai sur l’écriture de la lumière
Aurélie Lefebvre/Le renouveau du style documentaire à travers le portrait
Élisabeth Pauthier/Essais et entretiens autour du style
Scénographie
Alexis Bertrand/Pourquoi j’écoute du rock
Magali Blot/Bunker
Leslie Garcia/À la place du chef
Anna Martchenko/Un répertoire d’images en introduction à l’espace public
soviétique
Mathilde Meignan/L’objet transitionnel
Adèle Ogier/L’espace et la pluie
Claire Pasquier /A) l’arbre
Lise Perot/Ce soir, je vais au théâtre
Benoît Preteseille/Un corps en Islam
Aude Royer/L’art et les médias
Myriam Eddie Valet/Perception de l’espace à travers le corps en mouvement
Textile
Lauriane Beaunier/Rock ou mode ?
Elodie Brunet/L’homme, la nature, le textile
Christel Charbonnel/L’art moderne
Marion Clouet/Vintage, quand la mode rêve au passé
Véronique Loeber/En quête de bien-être.Transferts de technologies récentes au
textile
Perrine Rousseau/L’homme, l’art et la nature : entreprise d’amour
ou de démolition
Estelle Tachet/Le linge basque
Vêtement
Andrès Avila/Je suis dans mes bagages
Marie Bertrand/Chaussures…
Isabelle Lintignat/Le vêtement asymétrique
Marie Rousseau/Le vêtement et le corps dans u mouvement dansé
Aurore Thibout/La mémoire
Anne Touquet/Le vêtement comme ornement
Nathalie Wagner/Montréal/Images de mode
Vidéo
Julien Baillargeon/La mise en perspective. Construction narrative
Thomas Bensimon/L’écriture de soi
Gwendoline Descamps/L’éloge du silence
Céline Eudier/L’impermence
Pauline Gruffaz/Mémoire, archivage, collage
Wandrille Leroy/Éloge de l’ellipse
Elise Morin/La ville invisible, sans mémoire ?
Jin-Ho Park/Analyse du film Ghost in the Shell
Tosé Riesser/Vérité/mensonge
Anna-Katharina Scheidegger/L’actualité de Fluxus
Clément Sellin/Psychogéographie d’Aubervilliers par l’un de ses habitants
Suzanne Thoma/Vidéo : un objet temps
Kartini Thomas/Interstices à l’infini : propositions de structure pour un film
institutionnel
Marie-Aël Verrier/Music for O
David Waltersperger/Le culte de l’image
ARI
Donald Abad
Mi-Hwan Choi
Fabrice Destagnol
Jean-Michel Geridan
Iro Laskari
Camille Le Bris
Sophie Letourneur
Sophie Mandon
Julie Morel
Julien Peissel
Laetitia Sanchez
Delphine Vallois
Édition presse
Claire Balay
Laure Boudet
Catherine Guiral de Trenqualye
Chi-Wai Ng
Lara Sabatier
Janine Schlimpert
Mobilier
Myriam Akl
Mélodie Baschet
Saleem Bhatri
Raphaële Carlier
Eric Desprée de Gésincourt
Clémentine Hayaux du Tilly
Qiong-Er Jiang
Julia Kerjean
Romain Lesage
Katalin Mathé
Ariza Palacios
Caline Morcos
Barbara Peikert
Post-Diplômes 2003
Post-Diplômes 2002
AII
Bénédicte Adessi
Guilhem Allemoz
Lilith Bekmezian
Julien David
Pierre Droal
Julien Legoupil
Christine Madoyan
Brice Magnier
Anna Reznik
Moira Robson
Virginie Stolz
AII
Maud Alessandrini
Jens Arnold
François Benedetti
Fériel Bouchrara
Sylvie Dugasse
Christian Jacquemin
Armor Le Bihan
Julie Pacaud
Seyeun Park
Nathalie Routin
Thi hai Thu Trinh Bouvier
ARI
Marina Bakic
Jérôme Cognet
Félicie d’Estienne d’Orves
Vénus Nader
Stéphane Perraud
Emilie Pitoiset
Christophe Roger
Annelore Schneider
Édition presse
Suzana Bricelj
Claire Faye
Géraldine Garçon
Paula Jimenez
Kyu-Dong Kim
Sarah Letouzey
Hyun-Chul Park
Noémie Revah
Séverine Sayn
Clémence Urbain
Mobilier
Till Breitfuss
Thierry Brohm
Maeva Chardon
Wonjin Choi
Dukmi Chun
Étienne Eczet
Qiong-Er Jiang
Stéphane Lanez
Stéphane Rivoal
Directeur de la publication
Patrick Raynaud
Coordination éditoriale
Vincent Bouvet
Thérèse Guillobez
Conseiller artistique
Jean Lagarrigue
Conception graphique
Claire Balay
Crédits photograpiques
Dominique Feintrenie
Laurence Sudre
Olivier Kurzer
et les élèves de l’Ensad
Impression
SCEI, Bagneux
Remerciements
Amadou Ba
Dépot légal
mai 2004