L`accessibilité des personnes sourdes et malentendantes

Commentaires

Transcription

L`accessibilité des personnes sourdes et malentendantes
L’accessibilité des personnes sourdes et malentendantes aux
programmes de télévision
L’accès à l’information est un droit fondamental, nous devons malheureusement constater que celuici n’est pas appliqué pour les personnes sourdes et malentendantes. Pourtant, l’accès à l’information
et à la connaissance est primordial pour faciliter l’intégration socioprofessionnelle des sourds. Il
faut savoir que 8% de la population belge présente des déficiences auditives (sourds, malentendants
et personnes âgées).
La télévision est la principale sinon la seule source d’information pour les personnes sourdes et
malentendantes. Nous nous battons déjà depuis bon nombre d’années pour que les personnes
sourdes et malentendantes soient sur un même pied d’égalité que les entendants face au droit à
l’information.
La Fédération Francophone des Sourds de Belgique à travers la Commission de l’Accès à
l’Audiovisuel a interpellé tous les présidents de partis, les Ministres compétents et les
administrateurs de la RTBF sur ce problème. De nombreuses réunions ont été organisées, nous
avons reçu le soutien d’un bon nombre de ces personnalités mais nous constatons que la situation
n’a guère évolué.
Nos principales revendications sont :
1. La rediffusion du journal télévisé de la RTBF sur LA 2 avec traduction gestuelle diffusée
quotidiennement en début de soirée et à heure fixe.
Nous demandons que le journal télévisé avec traduction gestuelle ne soit plus reporté en
fin de soirée ou, pire, supprimé lorsqu’il faut couvrir un événement (sportif, musical,…) en
direct. Nous souhaitons qu’il soit diffusé en début de soirée à heure fixe afin que les sourds
ne doivent pas attendre devant le poste de télévision qu’un événement en direct se termine
pour avoir droit aux informations. Une nouvelle technique rendra possible l’apparition de la
traduction gestuelle sur demande comme le télétexte.
2. La diffusion le jour même en fin de journée de l’émission les Niouzz avec traduction
gestuelle.
Les Niouzz, le magazine d’information pour les enfants, bénéficie aussi d’une traduction
en langue des signes depuis 2000, mais, lors de la rediffusion, le lendemain entre 9h00 et
9h25 (normalement 09h15), à l’heure où les enfants sourds sont à l’école. Il est très rare que
les Niouzz avec traduction gestuelle soient regardés durant les cours dans les écoles. Il serait
donc opportun de rediffuser les Niouzz, avec traduction gestuelle le même jour, afin de
permettre aux enfants sourds d’y avoir accès car dans la plupart des écoles normales où des
enfants sourds sont intégrés, les instituteurs demandent à leurs élèves de regarder cette
émission afin d’en discuter le lendemain en classe. Il est évident que les enfants sourds
n’ayant pas eu la possibilité de suivre ce programme à la télévision se retrouvent exclus.
Nous aimerions que cette traduction s’effectue lors de la première diffusion prévue à 18h45
afin de permettre aux enfants sourds d’avoir accès à ce programme qui leur est destiné.
3. Une augmentation d’émissions télévisées sous-titrées à l’attention des personnes sourdes
et malentendantes
Une augmentation d’émissions télévisées sous-titrées à l’attention des personnes
sourdes et malentendantes : Depuis 1999, une équipe très réduite sous-titre quelques
émissions avec des équipements pas très adaptés à la situation actuelle. Nous avons demandé
à plusieurs reprises si la RTBF ne pouvait pas envisager l’achat de nouveaux matériels et
l’extension de l’équipe de sous-titrage afin de permettre aux personnes sourdes et
malentendantes d’avoir accès à un plus grand nombre de programmes. Cela permettrait un
sous-titrage plus rapide et de meilleure qualité.
Le contrat de gestion mentionne que 3 émissions doivent être sous-titrées par semaine mais
il n’en stipule pas la durée, donc le programme ne peut durer que 5 minutes.
La plupart des personnes sourdes et malentendantes francophones regardent les télévisions
françaises qui proposent plus de programmes sous-titrés. Nous espérons que la télévision
publique belge francophone pourra prendre exemple sur les autres chaînes de télévision
européennes en augmentant le nombre de programmes sous-titrés.
En outre, il est triste de constater que la Belgique est en retard par rapport à la plupart
des autres pays européens. Du côté de la Flandre, la VRT sous-titre actuellement 45 %
(50 h/semaine) de leurs programmes. De plus, depuis le 20 février 2004, VTM soustitre, via le télétexte, la nouvelle série télévisée ASPE, chaque vendredi soir.
4. Une augmentation d’émissions télévisées interprétées en langue des signes.
Une augmentation d’émissions interprétées en langue des signes : Depuis le 21/10/2003,
la langue des signes est reconnue officiellement par le Parlement de la Communauté
française.
Nous trouvons donc opportun d’espérer une augmentation de programmes télévisés
interprétés en langue des signes. Surtout quand il s’agit de débats en direct.
Les personnes sourdes aimeraient avoir accès à des émissions d’actualité et d’information.
5. La diffusion d’un programme destiné aux personnes sourdes et malentendantes
La diffusion d’un programme destiné aux sourds et malentendants, comme par exemple
l’émission « Tu vois ce que je veux dire ». Elle était accessible à tous grâce à la présence de
la langue des signes, du sous-titrage et de la voix off. Elle informait une fois par mois de ce
qui fait la vie sociale de la Communauté des Sourds via les événements, services,
associations, loisirs, … Pour les parents entendants qui ont envie de mieux comprendre la
culture sourde dans laquelle évoluent leurs enfants, cette émission permettait de trouver des
réponses considérables à leur interrogation face à ce handicap. Ce programme était diffusé
sur la RTBF depuis 1995. Une équipe de 5 bénévoles (sourds et entendants) du Centre
Média Sourds effectuait les prises de vue, chacun y apportant son temps libre et son argent.
La RTBF intervenait pour la partie post-production, depuis septembre 2002, la RTBF a
décidé de supprimer ce programme pour des raisons budgétaires.
Nous souhaitons que l’émission « Tu vois ce que je veux dire » puisse réintégrer la grille de
programmation le plus rapidement possible.
Comparaison avec d'autres télévisions européennes :
L’accessibilité des personnes sourdes et malentendantes aux
programmes de télévision
Comparaison avec d’autres télévisions européennes * :
Pays
Albanie
Allemagne
Autriche
Belgique
(Communauté
française)
Bulgarie
Danemark
Traduction gestuelle
par semaine (1)
0
7 h 25
15 min
Sous-titres par mois (2)
Programmes réalisés
par des sourds (3)
Non
Oui
Non
Les films albanais
+/-1548 h
170 h
+/-28h00
+/- 4h00
(RTBF + télévisions
Non
régionales)
5h00
Seulement les films
Non
De 85min à 2h00
189 h
Oui
15% + les films
Finlande
35-40 min
Oui
finlandais
France
5 216 h 17 (2001)
Oui
Grèce
1h00
14h00
Non
Islande
1h10
1h + films islandais
Non
Irlande
35 min
128h
Oui
Italie
3h00
120h
Oui
Malte
25min
0
Oui
Pologne
6h25min
30h00
Non
Espagne
1h
446 h
Oui
Suède
85 min
1398 h
Oui
Suisse
1h25
240 h
Oui
80% sur la BBC + 20%
Angleterre
2h00
Oui
chaînes digitales
* Source : Enquête effectuée par l’Association Nationale Autrichienne des Sourds en février 2003.
En comparant la Belgique francophone avec les autres pays nous pouvons constater :
(1) La traduction gestuelle : la Belgique est théoriquement en 4ème position quant au nombre
d’heure de programmes avec traduction gestuelle. Mais, ce n’est pas le cas dans la pratique.
(2) Le nombre d’heures de programmes sous-titrés : la Belgique francophone est vraiment très en
retard, la différence avec certains pays est révoltante.
(3) Des émissions propres : il y a 11 pays sur 17 qui diffusent sur leurs chaînes des programmes
réalisés par et pour les sourds.
Il existe une inégalité face au droit à l’information envers les sourds, les malentendants, les
devenus sourds et les personnes âgées. C’est une forme de discrimination envers cette
population qui rencontre déjà beaucoup d’autres problèmes dus à la spécificité de leur
handicap.

Documents pareils